Indiċi 
 Preċedenti 
 Li jmiss 
 Test sħiħ 
Rapporti verbatim tad-dibattiti
L-Erbgħa, 12 ta' Marzu 2008 - Strasburgu Edizzjoni riveduta

13. Sitwazzjoni fiċ-Ċad (dibattitu)
PV
MPphoto
 
 

  Przewodniczący. − Kolejnym punktem porządku dziennego są oświadczenia Rady i Komisji w sprawie sytuacji w Czadzie.

 
  
MPphoto
 
 

  Janez Lenarčič, predsedujoči Svetu. − Kot ste seznanjeni, so se razmere v Čadu v zadnjih tednih zaostrile. V začetku februarja so se čadski uporniki približali glavnemu mestu N'Djamena in zavzeli njegov večji del, po nekaj dneh so se umaknili, oziroma bili pregnani proti vzhodu na mejo med Čadom in Sudanom. Napadi uporniških skupin nad čadsko vlado v začetku februarja niso zanetili le tleče notranje krize, temveč so razkrili tudi njeno regionalno razsežnost. Uporniki so namreč prišli iz Darfurja s podporo sudanske strani. Zato moramo ob razpravi o razmerah v Čadu upoštevati dva medsebojno povezana vidika: notranjepolitičnega in regionalnega.

Tako je Svet Evropske unije, ko je februarja obsodil napade upornikov nad čadsko vlado, na eni strani pozval k političnemu dialogu med vlado, opozicijo in uporniki, na drugi strani pa je izpostavil nujnost političnega dialoga med čadsko in sudansko vlado. Menimo, da je treba povečati pritisk na vladi Čada in Sudana, da bosta izpolnili obveznosti, ki sta jih prevzeli v različnih sporazumih. Svet je obe vladi pozval, naj nemudoma nehata podpirati in oskrbovati oborožene skupine ter naj izboljšata medsebojne odnose.

Kar zadeva notranjepolitične razmere v Čadu, je politična rešitev spora edina pot k miru in stabilnosti v tej državi. Vključujoči politični proces, ki ga je nakazal sporazum med čadsko vladajočo stranko in strankami zakonite opozicije avgusta 2007, bi se moral nadaljevati. V tem pogledu Unija podpira prizadevanja Afriške unije za mirno rešitev sporov. Evropska unija se tako pridružuje pozivom tako Afriške unije kot Združenih narodov, ki so zelo jasno obsodili napade upornikov. Z njimi delimo skrb glede nevarnosti za nadaljnje zaostrovanje konflikta.

Zaskrbljeni smo tudi zaradi poslabšanja humanitarnih razmer. Vedno hujše sovražnosti so namreč poglobile humanitarno tragedijo in še povečale že tako veliko število beguncev in razseljenih oseb. V spopadih je bilo ubitih več kot stošestdeset ljudi, ranjenih približno tisoč. Več deset tisoč beguncev je pobegnilo v sosednji Kamerun in v Nigerijo. Ker se obenem v vzhodnem Čadu nahaja tudi približno dvestopetdeset tisoč beguncev iz sudanske regije Darfur, so humanitarne razmere zelo slabe in kličejo po čimprejšnji polni namestitvi evropske misije EUFOR Čad-Centralnoafriška republika.

Trenutno se varnostne razmere v prestolnici N'Djamena in večjem delu države, razen na vzhodu, po zadnjih spopadih umirjajo in normalizirajo. Vendar je bilo izredno stanje, ki je bilo razglašeno 15. februarja za petnajst dni, podaljšano do sredine tega meseca. S tega vidika EU izraža zaskrbljenost zaradi omejevanja državljanskih svoboščin in svobode medijev v Čadu.

Aktivnosti v zvezi z napotitvijo misije EUFOR se po začasni prekinitvi nadaljujejo. Poveljnik operacije, general Nash, je sklenil, da bo aktivnosti po napadih upornikov začasno ustavil in omogočil oceno novega političnega in varnostnega položaja. Napotitev se je potem nadaljevala brez posledic za celotni časovni okvir operacije. Po načrtih naj bi začetno operativno zmogljivost ("Initial operating capacity") še vedno dosegli do sredine marca.

Zaradi zaskrbljujočih razmer v regiji je postalo še bolj očitno, kako pomemben je mandat misije EUFOR in misije Združenih narodov. Napotitev misije EUFOR pa dokazuje zavezanost Unije, da pripomore k stabilizaciji regije. Da bi dosegli zastavljene cilje, je potrebno predvsem dvoje: nujno potrebujemo varnost, ki jo zagotavljajo vojaške enote, prav tako, in to je drugi vidik, pa je pomembna pripravljenost sprtih strani za dialog in pogajanja.

 
  
MPphoto
 
 

  Louis Michel, membre de la Commission. − Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les députés, Mesdames et Messieurs, en rentrant de ma mission au Tchad, du 20 au 22 janvier 2008, j'avais déjà signalé que le Tchad devrait constituer une priorité de l'Union européenne. La tentative de coup d'État, début février, par des mouvements rebelles armés et les évènements qui ont suivi, me renforcent encore davantage dans cette conviction.

Je reste convaincu que la stabilité durable du Tchad passe par une ouverture politique à toutes ses composantes internes. C'est le travail auquel la Commission européenne s'est attelée l'an dernier en facilitant et en appuyant le dialogue politique qui a abouti – comme vous le savez, du reste – à l'accord inter-tchadien du 13 août 2007. Je suis persuadé que seul ce dialogue peut, en fait, créer la perspective politique nécessaire pour assurer la stabilité du pays et la consolidation de la démocratie. Il devra donner lieu à la réalisation d'un recensement fiable et à une refonte du cadre électoral pour aboutir à la tenue d'élections législatives libres et transparentes en 2009.

Ce message, je l'ai transmis avec force au Président Déby; ce processus avait d'ailleurs démarré au travers du comité de suivi. Les derniers évènements de N'Djamena ont mis ce processus à mal quand; bien même il y avait une tentative de coup d'État subie par le gouvernement, l'arrestation extrajudiciaire de plusieurs leaders de l'opposition ainsi que de membres de la société civile et du milieu médiatique, est tout à fait regrettable et inacceptable. En tant que facilitateur et observateur de la mise en œuvre de l'accord politique inter-tchadien du 13 août, j'ai été le tout premier à m'en inquiéter publiquement et je me suis entretenu directement avec le Président Déby à ce sujet lors de ma dernière mission au Tchad, le 27 février dernier.

À l'occasion de cette mission, j'ai exhorté le Président Déby ainsi que les représentants politiques de la majorité présidentielle et de l'opposition démocratique, c'est-à-dire tous les hommes politiques responsables au Tchad, à relancer la dynamique de dialogue politique en rétablissant la confiance entre les parties. Cela nécessite un engagement de tous les acteurs politiques, y compris, évidemment, du Président Déby, qui m'a confirmé son intention de vouloir continuer à être le garant de l'exécution de cet accord politique. J'ai reçu l'assurance que l'état d'urgence, déclaré à la mi-février, prendrait fin dans les termes prévus par les délais autorisés par la constitution, c'est-à-dire à la mi-mars.

À la même occasion, nous avons plaidé et obtenu du Président Deby la mise en liberté de M. Lol Mahamat Choua, président de la coordination des partis politiques pour la défense de la constitution. Nous avons demandé, Bernard Kouchner et moi-même, à le rencontrer. Nous l'avons rencontré personnellement et il a donc été libéré le lendemain. Je suis aussi particulièrement heureux d'apprendre que M. Ngarlejy Yorongar est à Strasbourg ces jours-ci et a pu rencontrer certains d'entre vous, mais je reste, évidemment, inquiet du sort d'Ibni Oumar Mahamat Saleh, qui est toujours porté disparu. C'est la raison pour laquelle nous avons demandé et obtenu du Président Déby la création d'une commission d'enquête élargie à une forte présence internationale, notamment de l'Union européenne, de l'Organisation de la francophonie et de l'Union africaine. Cette commission doit faire la lumière sur les arrestations et les disparitions. Ce sera un premier pas important dans le rétablissement de la confiance et dans la normalisation de la situation au Tchad.

Du reste, le même message a été adressé aux membres de l'opposition. La solution passe par une coresponsabilité du gouvernement, de la majorité présidentielle et de l'opposition. Je vais conclure par un bref éclairage sur le contexte régional: la tentative de coup d'État au Tchad est, dans une large mesure, la conséquence directe de la détérioration des relations tchado-soudanaises. Il est extrêmement difficile de ne pas voir l'influence des autorités de Khartoum dans cette tentative de coup d'État.

Il est donc impératif de mettre fin à la contamination croisée des situations au Darfour et au Tchad. C'est avec espoir que je salue les initiatives régionales de médiation entre le Tchad et le Soudan que les chefs d'État de la région et le Président Wade, en particulier, sont en train de mettre en place. La présente situation prouve, si c'était encore nécessaire, l'urgence impérieuse du déploiement rapide tant de la force militaire européenne que de la composante civile.

Minurcat, conformément à la résolution 1778 de 2007. La raison d'être de cette opération militaire est plus que jamais vérifiée. Des centaines de milliers de personnes civiles sont obligées de vivre dans des conditions d'extrême vulnérabilité dans l'est du Tchad et attendent impatiemment le déploiement de l'Eufor. La Commission continuera de mobiliser l'ensemble des instruments politiques de coopération et d'assistance humanitaire pour répondre à la situation au Tchad. J'attends de voir ce qu'aura donné la médiation menée par le Président Wade pour déterminer ou pour définir, en tout cas, le moment où je retournerai, non seulement au Tchad mais aussi à Khartoum. Nous devons absolument mener un travail de médiation et de rapprochement entre N'Djamena et Khartoum parce qu'il est évident que l'on sent l'interaction extrêmement serrée de la dégradation complète des relations entre le Tchad et le Soudan.

 
  
MPphoto
 
 

  Colm Burke, on behalf of the PPE-DE Group. – Mr President, I am happy that this debate has remained on the plenary agenda for this week. This situation in Chad requires urgent attention, not only from the European Union, but also from the international community. A summit is due to take place later this week between Chad and Sudan in Dakar, where the Senegalese President will try his utmost to reach common ground on a peace deal between President Déby and President al-Bashir. UN Secretary-General Ban Ki-moon also plans to attend these talks in Dakar, the humanitarian crisis in this region being one of his main priorities.

Such current events underline the importance of Parliament’s timely debate this afternoon and I call on all leaders in question to make supreme efforts to resume an all-inclusive political reconciliation process.

The European Union must also make extensive diplomatic moves to support these latest developments. Just before this debate, several of my MEP colleagues and I met with Chadian leader and opposition Member of Parliament, Mr Yorongar, who went missing after the rebel offensive in early February. He was seized by state security forces on 3 February in Chad, but managed to escape to Cameroon before being offered asylum in France. His colleague and fellow opposition politician Mahamat Saleh remains missing. The current crackdown on political opponents, as well as human rights defenders, in Chad must end.

The EU peace-keeping mission has unfortunately suffered its first fatality, after a French peace-keeper mistakenly strayed into Sudanese territory. His funeral takes place today. It will be attended by Mr von Wogau from our group as Chair of the Committee on Security and Defence of the European Parliament. I offer condolences from the PPE-DE Group to this man’s family and friends.

In my view, and due to the current humanitarian and security situation, the deployment of the European peace-keeping mission has become indispensable. The United Nations and European Union have a responsibility to protect vulnerable civilians and a duty to provide humanitarian assistance, as well as security for humanitarian personnel. As they continue their respective deployment, I am proud that Irish troops are forming part of this mission.

Finally, I welcome the commitment by Russia to provide helicopters to this mission. Such equipment will offer essential reinforcement in this important EU undertaking.

 
  
MPphoto
 
 

  Alain Hutchinson, au nom du groupe PSE. – Monsieur le Président, Monsieur le représentant de la Présidence du Conseil, Monsieur le Commissaire, cela fait maintenant de nombreux mois que nous demandons et que nous suivons de très près les initiatives de l'Union européenne visant à concrétiser le plus rapidement possible le déploiement de l'EUFOR au Tchad et en Centrafrique dans la mesure où, il est essentiel, bien entendu, que cette force européenne de transition soit opérationnelle. Pourquoi est-ce essentiel? Je crois qu'il est bon de le rappeler; d'une part, pour assurer la protection des populations civiles réfugiées et déplacées et, d'autre part, pour permettre l'acheminement de l'aide humanitaire et faire respecter un espace humanitaire systématiquement bafoué par les parties au conflit.

Les socialistes européens soulignent toutefois que la solution d'une paix durable au Tchad ne sera pas seulement militaire, mais aussi politique. Sur le terrain politique, la société civile tchadienne a proposé un certain nombre de pistes concrètes pour sortir de la crise, basées sur un dialogue global associant tous les acteurs de cette crise, y compris les chefs de mouvements armés, sans la collaboration desquels rien ne sera possible.

Aujourd'hui, nous pouvons nous poser la question de savoir si l'Union européenne a bien tenu compte de ces propositions et les paroles que le commissaire vient de nous adresser nous encouragent dans ce sens. Nous avons parfois l'impression, et cette société civile à laquelle je fais référence considère aussi que l'Union européenne continue à faire aveuglément confiance dans la prétendue capacité du Président Déby à solutionner la crise. Pourtant, les faits démontrent chaque jour un peu plus que le président Déby ne sera jamais en mesure d'apporter seul cette paix que nous attendons au Tchad.

Nous nous réjouissons donc des déclarations qui viennent d'être faites au nom de la Commission européenne. Nous espérons qu'elle continuera à faire preuve d'audace et de courage politiques en la matière.

 
  
MPphoto
 
 

  Philippe Morillon, au nom du groupe ALDE. – Monsieur le Président, aujourd'hui même, notre collègue Burke vient de le dire, les honneurs militaires ont été rendus à Bayonne à la dépouille du sergent Polin, tombé au Soudan dans l'exercice de la belle et très difficile mission confiée à l'Eufor au Tchad et en République centrafricaine. Permettez-moi de me joindre ici à l'hommage rendu à sa mémoire par ses frères d'armes en présence des plus hautes autorités nationales et européennes, au premier rang desquelles notre Haut représentant, Javier Solana, et notre collègue, Karl von Wogau.

Depuis des années, notre Parlement n'a cessé de demander que l'Union européenne prenne sa part de responsabilités dans la protection des populations victimes des affrontements qui ensanglantent toujours le Darfour et les régions voisines. Il avait donc déploré les obstacles accumulés au niveau politique pour empêcher le déploiement à cet effet d'une force internationale. Il avait donc aussi salué l'adoption – vous l'avez rappelé, Monsieur le Commissaire – de la résolution 1778 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui a prévu le déploiement au Tchad et en RCA d'une opération militaire en appui de la mission des Nations unies, la Minurcat, et d'une force de police tchadienne.

Inutile d'insister sur les difficultés de tous ordres rencontrées dans la mise en œuvre de cette force dont le déploiement, prévu en novembre 2007, n'a pu commencer qu'à la fin janvier et ne sera achevé, aux termes de l'actuelle programmation, qu'en mai prochain. Vous avez dit, Monsieur le Président en exercice du Conseil, combien à cet effet l'action des rebelles à N'Djamena avait retardé la mission, mais il faut aussi insister sur le défaut des moyens dont dispose l'Union européenne pour faire face à ce type de mission, en particulier en matière logistique et dans le domaine des hélicoptères. Je salue à cet effet l'annonce qui a été faite hier, selon laquelle la Russie allait fournir à l'Union européenne les moyens indispensables au soutien sur un tel terrain des troupes au sol.

Pouvez-vous, Monsieur le Président en exercice du Conseil, nous donner – si vous en avez – quelques éclairages complémentaires sur cette nouvelle?

 
  
MPphoto
 
 

  Brian Crowley, on behalf of the UEN Group. – Mr President, I should like to thank the President-in-Office, as well as the Commissioner, for their update with regard to the present situation in Chad, and like my colleagues, Mr Burke and Mr Morillon, I want to pay my tribute and extend my sympathy to the family of the French peacekeeper who died in action recently.

One of the horrors that we all have to face in discussing and looking at the situation in Chad, and indeed in that part of Africa in general, is the continuing instability, not just in Chad itself but also in Sudan and the Darfur region and in the Central African Republic, and in other aspects – and, in particular, the outside influences that occur across the different borders that are there. That is why it makes it so difficult to try to find common ground to get solutions. It is all very well to say that we are going to include civil society, but civil society is not given the opportunity to rise and show what it truly wants to see happening, because different rebel forces or opposition forces are there.

That is why the issue that we are now focusing on through the Eurofor mechanism is not only the stability and protection of the refugees from Sudan who have come into Chad – over a quarter of million, of whom nearly 10 000 came in the last month – and also refugees coming from the Central African Republic, but to try and ensure that democracy and the democratisation of the issue are brought to the forefront as well. That is why I congratulate Commissioner Michel on the work he has been undertaking with the – and I use the word guardedly – ‘legitimate’ Government in Chad and other areas to encourage them to operate properly. Unfortunately, I do not have the same confidence in the independence of the inquiry into the missing, which will take place under the Chadian authorities, but, hopefully, with European Union involvement, that might be encouraged.

My last point is that our troops are now being deployed, thanks to the help from Russia and other countries. Last week I spoke with Lieutenant General Pat Nash, the Operational Commander, who informed me that at the moment there are 700 troops there – 56 of whom are Irish – and the full complement will be there before the rainy season, hopefully by the start of May.

What is incumbent on us now in this Parliament is to give our support to that continuing peacekeeping force by our political actions, by our words but, most importantly of all, by ensuring that they have the proper resources to carry out their task as well.

 
  
MPphoto
 
 

  Marie-Hélène Aubert, au nom du groupe Verts/ALE. – Monsieur le Président, la situation des droits de l'homme et de la population civile reste très difficile au Tchad et aucune initiative de dialogue politique n'a de chance d'aboutir si, au préalable, nous n'avons pas de réponse claire sur le sort des opposants arrêtés le 3 février et s'il n'est pas mis fin aux exactions qui ont toujours lieu, en ce moment même, à l'égard de tous ceux qu'Idriss Déby considère de façon brutale comme des adversaires à éliminer.

C'est pourquoi vous devez, Monsieur le Commissaire, absolument maintenir la pression comme vous l'avez fait, pour qu'Idriss Déby dise où se trouve notamment Ibni Mahamat Saleh et ce qu'il est devenu, et pour qu'il le libère s'il est encore en vie. Je saisis cette occasion pour saluer et soutenir son fils, présent ici dans les tribunes, ainsi que le député Yorongar, qui est venu s'exprimer sur la situation et l'avenir de son pays.

Monsieur le Commissaire, Monsieur le Président du Conseil, chers collègues, la diaspora tchadienne, très présente aussi à Strasbourg, vous écoute aujourd'hui avec beaucoup d'attention et compte sur vous pour faciliter un dialogue inclusif qui n'exclue aucun des acteurs politiques tchadiens. C'est à ces conditions qu'une perspective de paix et de démocratisation est possible, en associant toutes les parties prenantes, et à ces conditions également que l'Eufor pourra se déployer dans des conditions optimales qui la sortent de l'ambiguïté et du flou dans lesquels les récents évènements l'ont plongée. Le rôle de l'Union européenne doit être nettement clarifié par rapport à celui de la France dans la région, qui a manifestement permis au régime d'Idriss Déby de se maintenir au pouvoir, même si, à l'heure actuelle, le discours du Président de la République se veut plus ouvert et appelle au changement des politiques passées.

Vous devez, Monsieur le Commissaire, Monsieur le Président, utiliser vos moyens de pression qui sont considérables pour obtenir un apaisement réel et la protection de tous les démocrates du Tchad et, de ce fait, vous montrer plus exigeant à l'égard du Président Déby qui cherche surtout, pour l'instant, à gagner du temps et à sauver les apparences.

 
  
MPphoto
 
 

  Tobias Pflüger, im Namen der GUE/NGL-Fraktion. – Herr Präsident! Die EU hat eine EUFOR-Mission in den Tschad geschickt und es gab einen ersten toten EUFOR-Soldaten. Das war zu befürchten. Angeblich haben die französischen Elitesoldaten aus Versehen die Grenze zum Sudan überschritten.

Ist diese EUFOR-Mission überhaupt sinnvoll? Wir sagen nein! Die Truppen können nicht neutral sein. Der Großteil der EUFOR-Truppen stammt aus Frankreich, und Frankreich hat gleichzeitig ein Militärabkommen mit dem Militärputschisten Déby und hat ihm mit Waffen und mit der Absicherung des Flughafens beim Rebellenangriff geholfen. Der Rebellenangriff erfolgte genau kurz vor dem Beginn der EUFOR-Stationierung. Somit war die EUFOR-Mission konfliktverschärfend und kontraproduktiv.

Idriss Déby hat die Situation nach dem Rebellenangriff genutzt, um gegen die demokratische Opposition vorzugehen. Die EU ist Akteur mitten im Schlamassel geworden. Ziehen Sie endlich die EUFOR-Soldaten zurück! Frankreich – und damit indirekt die EU – betreiben eine Komplizenschaft mit dem Militärherrscher Déby im Tschad. Die demokratische Opposition im Tschad fordert mehr zivilen Druck auf die Regierung des Tschad, und das sollte eigentlich hier die Position sein und nicht eine weitere Militarisierung des Konfliktes.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Martens (PPE-DE). – Mijn dank aan de Commissie en de Raad voor deze briefing. Ik denk dat die erg nuttig is. In Centraal-Afrika heerst de grootste humanitaire ramp ter wereld en die breidt zich steeds verder uit.

Zoals al gezegd, duizenden vluchtelingen zijn van Darfur naar Tsjaad getrokken, maar door het aanhoudend geweld in Tsjaad vluchten mensen nu ook naar Kameroen, Nigeria en de Centraal-Afrikaanse Republiek. Sudanese militairen en veiligheidsagenten steunen op grote schaal de goed bewapende Tsjadische rebellen in het grensgebied van Darfur en Tsjaad, behalve van de Sudanese overheid krijgen zij ook steun van Arabische milities in Darfur. En dat brengt die grote vluchtelingenstromen op gang.

Voorzitter, wij kunnen ons daar niet afzijdig van houden. Wij moeten alles doen om de impasse in Sudan en Tsjaad te doorbreken en het conflictgebied te stabiliseren, zowel wat betreft de politieke dialoog, alsook wat betreft de hulp aan en de bescherming van burgers en hulporganisaties. Het is goed dat de Europese Unie heeft besloten tot een gezamenlijke vredesmissie naar Tsjaad, met als doel burgers te beschermen en humanitaire hulp te garanderen.

Voorzitter, generaal Henri Bentegead, chairman of the EU military committee, heeft aangegeven dat materieel nog steeds een probleem is. Kan de Raad aangeven met welke landen nog wordt onderhandeld over mogelijke bijdragen?

En dan, miljoenen mensen leven al jaren in die gevaarlijke situatie, zonder dat daar wezenlijk verandering in komt. Wij kunnen ons niet veroorloven om niet succesvol te zijn. Mijn vraag aan de Commissie en de Raad is of er iets meer te zeggen is over de stand van zaken van het operationaliseren van de missie.

 
  
MPphoto
 
 

  Thijs Berman (PSE). – Een snelle beschikbaarheid van neutrale EUFOR-troepen en materieel in Tsjaad is noodzakelijk voor de veiligheid van vluchtelingen en van inwoners en voor de stabiliteit in de regio. Wil de EU daadwerkelijk daaraan bijdragen, dan moeten de lidstaten, ook Nederland, hun toezeggingen nakomen en zorgen dat EUFOR zo snel mogelijk volledig in actie kan komen. Het mag niet zo zijn dat door de trage reactie van lidstaten de levering van troepen en materieel en de inzet van EUFOR onnodig traag tot stand komt. Ook de helikopters zijn nodig, uit Rusland, dan kunnen die tenminste niet huishouden in Tsjetsjenië.

Maar niet alleen de humanitaire situatie, ook de stabiliteit in de hele regio is in gevaar. Het grensconflict tussen Tsjaad en Sudan verergert de situatie. De vredesonderhandelingen tussen de presidenten van Tsjaad en Sudan, via Senegal's president Abdoelaye Wade zijn misschien een stapje in de goede richting. De EU moet dit ondersteunen, zoals de EU in Kenia op de achtergrond bleef, maar Kofi Annan krachtig steunde.

Louis Michel heeft het terecht opgemerkt, de politieke dialoog tussen alle acteurs kan niet uitblijven. De EU moet wel veel krachtiger opkomen voor de onmiddellijke vrijlating van verdwenen oppositieleiders en mensenrechtenactivisten. Anders is die dialoog onmogelijk. En net als in Kenia in januari geldt hier business as usual, neen. Vrijheid en dialoog moeten de voorwaarden worden voor de continuering van hulp aan Tsjaad.

 
  
MPphoto
 
 

  Jens Holm (GUE/NGL). – Herr talman! Konflikten i Tchad kan inte ses separat i förhållande till den i sudanska Darfur. Det är tämligen uppenbart att Tchads regering stöder rebeller i Darfur. Den tchadiska oppositionen meddelar att darfuriska rebeller strider sida vid sida med den tchadiska regeringsarmén mot tchadiska rebeller.

Mitt land Sverige stöder EUFOR-styrkan med några hundra soldater. Syftet är att garantera civilbefolkningen säkerhet, men tyvärr finns det mycket som talar för att styrkan håller på att användas som en bricka i det interna spelet i Tchad. Tchads president Idris Deby har i ett uttalande begärt att EUFOR-styrkan ska inta östra Tchad snarast möjligt. Deby vill uppenbarligen använda EUFOR-styrkan för att skydda sin egen regims fortlevnad.

En fråga till kommissionen och rådet: Hur kan ni garantera att EUFOR-styrkan agerar helt oberoende från sådana påtryckningar? Vad anser ni om Debys regerings samarbete med rebellerna i Darfur? Har jag fel? Överbevisa mig i så fall! När det gäller fångarna från den civila oppositionen i Tchad är det bra att det skett vissa frigivningar, men mycket mer måste göras. Vad gör EU för att alla politiska fångar omedelbart ska friges?

 
  
MPphoto
 
 

  Geoffrey Van Orden (PPE-DE). – Mr President, I have expressed my serious reservations about the Chad operation from the start. The EU should not be meddling in military matters. In any case, the situation in Darfur and the neighbouring areas of Chad and the Central African Republic require a well thought-out, coherent policy, politically driven, that would include the imposition of a no-fly zone – a task that only an organisation such as NATO is competent to undertake. What we now see is a half-baked, politically contrived operation, pursuing largely French objectives, with the EU playing catch-up.

It is appalling that such a precarious operation was set in motion without a proper assessment of the threat and without provision of key equipment capabilities prior to deployment. I am thinking in particular of the lack of helicopters. No European ally was willing to offer them. Now, as an afterthought, we are told that the Russians will provide the helicopters – not only that, but Russia wishes to participate in the mission. What does this say about EU motives? So desperate to create any patchwork, hazardous alliance as long as it does not involve the Americans. This exposes the reality of such activities. I can think of no greater condemnation of European security and defence policy.

 
  
MPphoto
 
 

  Bogusław Sonik (PPE-DE). – Panie Przewodniczący! Ważnym punktem naszej misji w Czadzie powinna być zakrojona na szeroką skalę akcja polityczna, której celem musi być skuteczna mediacja pomiędzy zwaśnionymi stronami. Bez porozumienia miedzy rządami w Chartumie i Ndżamenie misja może okazać się jałowa, a jej skutki szybko mogą zostać zniweczone. Dlatego ważne jest zachęcanie władz obu krajów, angażując się w szeroką mediację z udziałem instytucji międzynarodowych, do uregulowania zapalnych kwestii.

Misja Unii Europejskiej ma służyć poprawie bezpieczeństwa misji humanitarnych na wschodzie Czadu. Eksperci od polityki międzynarodowej zwracają uwagę, że skutkiem tego może być wzrost liczby uchodźców z terenu Darfuru, którzy będą szukali bezpiecznego miejsca, gdzie nie dosięgną ich zbrojne grupy rebeliantów. Może nas to postawić w trudnym położeniu, jeśli przywołamy słowa premiera Czadu, który niedawno zażądał od społeczności międzynarodowej usunięcia uchodźców oraz zagroził, że jeśli nie zostaną poczynione kroki w tym kierunku, władze Czadu usuną uchodźców z tego kraju. Te słowa każdemu z nas z pewnością będą przywoływać sceny z wojny na Bałkanach, gdzie w podobny sposób strony rozprawiały się z mniejszościami narodowymi i uchodźcami.

 
  
MPphoto
 
 

  Urszula Gacek (PPE-DE). – Mr President, the very name Darfur has become synonymous with human misery and suffering. The fall-out from the war in Sudan has spilled over the border into Chad, with nearly 300 000 refugees from Sudan putting an enormous strain on Chad’s economy and political stability. Without a political solution to problems in this region, there will be no prospect of peace. At this time, however, we must also deal with the immediate situation, and with this aim in mind the EU is sending 3 700 military personnel to protect the refugees.

Poland is sending a 400-strong contingent, including engineers and medics. Our military personnel face dangerous and harsh conditions and will witness harrowing scenes. They deserve our gratitude and respect for the task they are undertaking. They did not deserve the criticism from the extreme Left and Euro-sceptics in this Chamber.

 
  
MPphoto
 
 

  Eija-Riitta Korhola (PPE-DE). – Arvoisa puhemies, kaikki tänään kuulemamme kertoo siitä, että humanitaarista apua kaivattaisiin kipeästi. Kuitenkin monet avustustyöntekijät ovat joutuneet vetäytymään alueelta sen turvattomuuden vuoksi. YK:n pakolaisjärjestö on raportoinut pakolaisleirien erityisen heikosta turvallisuus- ja avustustilanteesta sekä laajalle levinneestä seksuaalisesta väkivallasta.

Tšadin kaoottisen tilanteen luisumista huonompaan suuntaan on vauhdittanut maan hallituksen 15. helmikuuta julistama state of emergency. Julistettu hätätila on erityisen huolestuttava tapa lähestyä kriisiä ja sekasortoa. Käytännössä se takaa maan hallitukselle oikeuden hiljentää ja pidättää sekä varsinaisia että epäiltyjä opposition edustajia. Hätätila antaa hallitukselle myös oikeuden rajoittaa kansalaisten liikkumis- ja kokoontumisvapautta sekä oikeuden kontrolloida yksityistä ja valtion mediaa.

EU:n pitäisi sekä vedota Tšadin hallitukseen hätätilan poistamiseksi että kannustaa Tšadia tiiviimpään yhteistyöhön turvatakseen pikimmiten humanitaarista apua tarjoavien järjestöjen pääsyn kriisialueille ja mahdollisuuden työskennellä siellä.

 
  
MPphoto
 
 

  Miroslav Mikolášik (PPE-DE). – V súčasnej dobe je v Čade viac ako 250 tisíc sudánskych utečencov, ktorí žijú v dvanástich utečeneckých táboroch na východe krajiny. Zároveň sa o tom hovorí už menej – v Čade je momentálne aj 57 tisíc utečencov zo Stredoafrickej republiky, ktorí sú v štyroch táboroch na juhu krajiny.

Netreba zabúdať, že viac ako 56 % utečencov tvoria ženy. Viac ako 60 % utečencov má menej ako 18 rokov, aj preto chcem okrem základných podmienok na ľudské prežitie venovať pozornosť aj otázkam vzdelávania a zdravotníckej starostlivosti. Okrem toho je v Čade obrovská skupina 180 tisíc osôb, ktoré sú vnútornými migrantmi z dôvodu vnútornej bezpečnostnej situácie. Väčšina z nich sa nachádza na východe krajiny, kde chýbajú základné podmienky na prežitie vrátane potravín, vecí bežnej dennej potreby, ošatenia, pitnej vody, zabezpečenia liekmi a očkovacími látkami.

Chcem vyzvať Komisiu, aby našla účinné mechanizmy a aby táto naša misia, ktorá tam je poslaná, bola vybavená oveľa lepšími právomocami a lepším technickým zabezpečením vrátane zdravotníckeho zabezpečenia.

 
  
MPphoto
 
 

  Gay Mitchell (PPE-DE). – Mr President, my colleague has given the figures and I will not repeat them, except to say that, of the 57 000 figure he spoke of, 12 000 of those have gone to the Central African Republic since the beginning of 2008. We now have in Chad a large contingent of Irish troops. I wish them well. They are part of a large EU contingent – 14 EU states in total, while there are 21 Member States participating in the operational headquarters.

The situation is this: we have a very serious humanitarian problem on our hands. I do not agree with those who say that this can only be sorted out by NATO. This can be sorted out by Eurofor if they are organised – and they are now organising to do it. I welcome the fact that they are at last getting the tools with which to do the job, but let us give them the time to bed in and to actually go about making the place safe for humanitarian aid and support them while they are there, rather than sniping at them with the sort of nasty, political comments we heard from the extreme Left here today.

 
  
MPphoto
 
 

  Janez Lenarčič, predsedujoči Svetu. − Naj poskusim odgovoriti na nekatera bolj izpostavljena vprašanja, ki so bila podana v tej razpravi. Najprej glede določenih tehničnih sredstev, opreme oziroma helikopterjev. To ni problem, ki bi bil specifičen za Evropsko unijo, z enakimi problemi se soočajo tudi drugi, NATO, Združeni narodi in še kdo. To seveda ni opravičilo.

Evropske strukture delujejo na tem vprašanju, to vam lahko zagotovim, spoštovani gospod Morillon in tudi gospod poslanec Van Orden. Trenutno se s tem problemom ukvarja Evropska obrambna agencija, se pravi z dolgoročno rešitvijo vprašanja helikopterjev. Potekajo pa, kot je bilo rečeno, dogovori z Rusko federacijo o zagotavljanju teh helikopterjev. Trenutno ne razpolagam z informacijo, v kateri fazi so ti pogovori in ali so že končani. Vem pa, da so v teku.

Glede vprašanja namestitve te misije, vprašanje, ki ga je izpostavilo kar nekaj spoštovanih poslancev, med njimi gospa Martens, naj ponovim: prišlo je do nekajdnevne, dvanajstdnevne ustavitve nameščanja misije, ki pa se je že končalo. Nameščanje se nadaljuje in kot sem poudaril v svojem uvodu, posledic za celotni časovni okvir operacije ne pričakujemo. Četudi je prišlo do tega dvanajstdnevnega zaostanka, za celotni okvir posledic ne bo. Začetna operativna zmogljivost operacije bo dosežena predvidoma te dni, v sredini tega meseca.

Glede prve žrtve operacije, pripadnika francoskega kontingenta, naj povem, da je preiskava o tem incidentu še v teku. Da pa sta se pogreba danes udeležila v imenu Sveta visoki predstavnik, gospod Solana, in pa poveljnik operacije, general Nash, ki sta s tem tudi prenesla sožalje v imenu Evropske unije.

Naj končam z naslednjimi mislimi. Evropska unija se zaveda resnosti krize v Čadu in tudi njenih regionalnih razsežnosti, o čemer sem govoril. Zato bo še naprej vzpodbujala k dialogu med vlado in opozicijo v Čadu samem, pa tudi med čadsko in sudansko vlado.

EUFOR vidimo kot bistven prispevek k tem prizadevanjem in se zavedamo tudi pomena dobre opremljenosti. Naj pa še posebej poudarim in tukaj bi želel komentirati to, kar je izpostavil gospod poslanec Holm: misija EUFOR v Čadu je del misije Združenih narodov v Centralnoafriški republiki in v Čadu, del misije MINURCAT. Zato sta nepristranskost in nevtralnost te operacije, se pravi misije Združenih narodov in operacije EUFOR, med temeljnimi načeli njenega delovanja. To so temeljna načela nevtralnosti in nepristranskosti operacije, sta temeljni načeli, ki veljata za operacijo EUFOR v Čadu in Centralnoafriški republiki.

 
  
MPphoto
 
 

  Louis Michel, membre de la Commission. − Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les parlementaires, je voudrais d'abord commencer, moi aussi, par joindre ma voix à l'hommage de la Commission au militaire français qui a perdu la vie au cours d'une mission dangereuse au service de la paix et nous voulons, donc, présenter nos condoléances à la famille de ce soldat victime d'une mission difficile.

Je ne savais pas que M. Yorongar et le fils de M. Saleh étaient dans les tribunes. Je veux aussi les saluer et leur dire – je n'ai pas été sollicité dans ce sens – que je suis évidemment disposé à les rencontrer s'ils souhaitent m'informer d'éléments que je n'aurais pas. Je suis évidemment prêt à les recevoir.

Plusieurs d'entre vous sont intervenus dans la même ligne des propos que j'avais tenus au cours de mon intervention initiale, à savoir que, plus que jamais, nous plaidons avec force pour un dialogue inclusif qui réunirait toutes les parties, bien entendu le gouvernement, la majorité gouvernementale, les représentants de l'opposition, y compris – et je l'ai dit clairement au Président Déby – le représentant des rebelles armés, mais aussi – et j'aimerais avoir peut-être le soutien de tout le monde sur cette question – les représentants de la société civile, parce que ceux-là sont très absents et je ne sens dans aucun des autres camps une volonté très active de les y associer. J'ai eu l'occasion, lors de la réunion que j'ai eue avec les représentants de la commission de suivi présidée par M. Lol, de leur dire qu'il est également important d'associer la société civile.

Deuxième élément: j'ai la conviction qu'il n'y aura pas de solution durable sans dialogue, mais il n'y aura pas de solution durable au Tchad s'il n'y a pas une solution ou s'il n'y a pas une restauration des relations entre le Soudan et le Tchad. Il est clairement établi que des jeux d'influence sont en mouvement à ce niveau-là et que c'est donc un des autres paramètres, me semble-t-il, de la solution.

Madame Aubert, je partage évidemment votre souci et la nécessité de mettre la pression maximale sur le Président Déby, et sur tout le monde, du reste, pour faire respecter les droits de l'homme. J'ai dénoncé très clairement, avec beaucoup de force, les arrestations arbitraires et extrajudiciaires. La levée de l'état d'urgence a également été demandée sans ambiguïté. Nous avons demandé, je vous l'ai dit, que la commission d'enquête soit ouverte aussi aux représentants de la communauté internationale, de manière à garantir l'objectivité et des résultats tangibles.

Je me permets tout de même de faire une petite mise au point: lorsque vous plaidez pour que l'Union européenne ait une politique différente de celle de la France, parce que sinon, ce ne serait pas honnête intellectuellement de ma part. J'ai été le témoin du message extrêmement clair exprimé par le Président Sarkozy à M. Déby. Je n'ai pas eu le sentiment qu'il y avait une sorte d'alliance d'intérêts entre le Président français, ou le représentant le plus élevé de la France, et le Président Déby. Le ton, le contenu, la substance du message étaient absolument sans ambiguïté. Je reconnais que j'ai été assez favorablement impressionné par cette intervention. Clairement, il a dénoncé auprès de M. Déby, en ma présence, ces arrestations extrajudiciaires et arbitraires; le fait que l'on ne savait pas où étaient les personnes qui étaient portées disparues, et il a mis avec beaucoup de force l'accent sur la nécessité d'un dialogue inclusif reprenant absolument toutes les parties.

En ce qui concerne le déploiement d'Eufor Minurcat, on se félicite de la reprise du déploiement de l'Eufor Tchad RCA depuis le mardi 12 février. L'Eufor constitue, bien entendu – et je ne suis pas d'accord avec ceux qui s'y opposent; je pense qu'ils ont tort de sous-estimer l'importance de cette mission ou même de dire qu'on n'a rien à faire là-bas; je ne crois pas cela –, une contribution essentielle de l'Union européenne à la protection, dans les limites de l'impartialité, des populations civiles de l'est du Tchad, et à la stabilisation régionale. La Commission européenne a développé un plan d'action qui vise à accompagner ce processus de stabilisation, à appuyer le retour volontaire des populations déplacées dans leur village d'origine et à initier une relance du développement dans les zones de l'est du Tchad affectées par le conflit.

Le déploiement, dès le 12 février 2008, de la mission Eufor – actuellement, c'est 600 hommes, dont 380 sur Abéché – qui devrait, à la mi-mars, atteindre sa capacité initiale et, en juin, sa pleine capacité, c'est-à-dire 3 700 hommes, devrait garantir le déploiement de la Minurcat. Or, le déploiement de la Minurcat est crucial pour assurer la sécurité et la protection des civils dans l'est du pays et pour contribuer à la surveillance ainsi qu'à la promotion et à la défense des droits de l'homme, évidemment. C'est un observateur engagé extrêmement important. Le déploiement de la Minurcat est d'autant plus important du fait que la Commission a prévu un programme de suivi dans le domaine du système judiciaire et pénitentiaire, en 2007, et de la réforme du système sécuritaire pour 2008-2011. Nous rappelons que les autorités tchadiennes doivent agréer, dès que possible, les modalités de l'opération Minurcat, parce que, évidemment, tout délai supplémentaire pourrait avoir des conséquences sur le calendrier de déploiement de la police tchadienne de protection humanitaire, dont la Commission finance plus de la moitié du budget.

Un mot sur l'accompagnement de la communauté dans l'est du Tchad. Depuis 2004, la Commission soutient les besoins humanitaires à l'est du Tchad et l'enveloppe humanitaire pour 2007 s'élève à 30 millions d'euros. De plus, la Commission européenne a alloué 10 millions d'euros au déploiement de la composante police de la Minurcat. Elle a mobilisé, à travers le 9e Fonds européen de développement, plus de 13 millions d'euros pour la mise en œuvre d'un programme d'appui à la réhabilitation au Tchad et en République Centrafrique. Elle s'est également engagée à soutenir, dans les limites de ses moyens, un processus de réconciliation entre les groupes ethniques qui se sont affrontés en 2006 et qui n'entretiennent plus de relations depuis une vague de déplacements massifs de population. Toutefois, la mise en œuvre de ces programmes suppose une stabilisation durable de la sous-région.

Donc voilà, Monsieur le Président, chers collègues, je pense qu'il était important d'apporter ces précisions. Sachez en tout cas – je veux vous le dire publiquement – que je m'engage totalement à suivre cette question au jour le jour. Je suis disposé à me rendre sur place quand je jugerai nécessaire et utile d'y aller et je peux le faire dans l'urgence. J'ai programmé de rencontrer assez rapidement le Président Beshir et aussi de revoir le Président Déby, notamment par rapport aux relations entre le Soudan et le Tchad, et je vais continuer, évidemment, à avoir toutes les relations nécessaires avec les différentes composantes politiques et de la société civile pour essayer de faire avancer ce dialogue politique inclusif, sans lequel il n'y aura pas de solution durable dans cette région.

 
  
MPphoto
 
 

  Przewodniczący. − Zamykam debatę.

Oświadczenia pisemne (art. 142)

 
  
MPphoto
 
 

  Bairbre de Brún (GUE/NGL), i scríbhinn. Tá clú agus cáil ar shaighdiúirí na hÉireann atá ag obair ar son na síochána leis na Náisiúin Aontaithe in áiteanna ina bhfuil géarchéim nó coimhlint. Ba chóir tús áite a thabhairt i gcónaí do na Náisiúin Aontaithe in oibríochtaí síocháiníochta agus ní dhéanfar sin trí pháirt a ghlacadh i gcathghrúpa Eorpach den chineál seo.

Tá fadhb ar leith ag baint le bheith páirteach sa ghrúpa EUFOR i Sead. Tá ról lárnach ag an Fhrainc san fhórsa sin agus ag an am céanna tá saighdiúirí eile de chuid na Fraince ag tacú le hIdriss Déby, Uachtarán Sead, atá cáinte go géar ag Amnesty International. Chomh maith leis sin is iar-choilíneacht den Fhrainc é Sead.

Tá an chontúirt ann go bhféachfar ar shaighdiúirí na hÉireann mar fhórsa tacaíochta do rialtas a bhfuil an-amhras faoina theist i gcúrsaí chearta an duine agus nach bhféachfar ar Éirinn mar thír neodrach as seo amach.

Tá gá le fórsa idirnáisiúnta chun tacaíocht a thabhairt dóibh siúd atá i gcruachás i Sead ach is fórsa de chuid na Náisiún Aontaithe ba chóir a bheith ann.

 
Avviż legali - Politika tal-privatezza