Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 13 mars 2008 - Strasbourg Edition JO

Égalité des genres et autonomisation des femmes dans la coopération au développement (débat)
MPphoto
 
 

  Gay Mitchell (PPE-DE). (EN) M. le Président, ce rapport concerne l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes dans la coopération au développement. Pourquoi alors, les socialistes, les libéraux et quelques autres se préparent aujourd’hui à voter contre un amendement qui tend à obtenir des informations sur la discrimination envers vers les femmes et qui prend son départ dans l’utérus?

Un amendement déposé en mon nom et en celui de M. Deva et de Mme Belohorská appelle la Commission à demander à tous les partenaires de l’Union dans le monde, aussi bien aux gouvernements qu’aux ONG, d’entreprendre une analyse permanente selon le genre de tous les avortements et de rendre compte régulièrement des résultats de ces études au Parlement. M. Hutchinson pourrait peut-être nous dire ce qu’il y a de si terrible à obtenir ces informations? Ce matin, le Parlement envisage de regarder ailleurs en rejetant cet amendement. Pourtant, dans certains pays, une préférence marquée pour les garçons a conduit à l’élimination 2 millions de filles au travers d’une sélection sexuelle par les parents. Il arrive également que l’on laisse délibérément mourir les bébés filles de faim et de négligence. Selon le FNUAP, rien qu’en Asie, au moins 60 millions de filles sont «portées disparues». Dans certains pays, la sélection sexuelle serait plus courante dans les villes, et des technologies telles que l’amniocentèse et les ultrasons sont facilement disponibles et ouvertes aux abus. Dans d’autres pays, cette sélection est plus commune dans les zones rurales où, selon le FNUAP, la préférence pour les garçons est marquée. Dans certains pays, les filles sont considérées comme une charge économique et, selon le FNUAP, le ratio des sexes à la naissance, bien que légèrement supérieur, est plus accentué pour cette raison. Le manque de femmes et de filles dans certains pays d’Asie est susceptible d’avoir des répercussions sociales alarmantes, en ce compris une demande accrue pour la traite des femmes, que ce soit pour le mariage ou pour le travail sexuel, et l’aggravation de leur statut de manière générale. Ce sont là les mots du FNUAP, pas les miens.

Quelle est la position du Parlement? Il regarde ailleurs. Tout au long de l’histoire, les majorités se sont trompées, par exemple en Autriche et en Allemagne dans les années 30. Comment un organe censé être réfléchi, tel que le Parlement européen, pourrait commettre une telle injustice en votant cet amendement? Nous cherchons simplement à obtenir des informations…

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
Avis juridique - Politique de confidentialité