Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

RC-B6-0241/2008

Débats :

PV 22/05/2008 - 14.3
CRE 22/05/2008 - 14.3

Votes :

PV 22/05/2008 - 16.3

Textes adoptés :


Compte rendu in extenso des débats
Jeudi 22 mai 2008 - Strasbourg Edition JO

14.3. Tension croissante au Burundi (débat)
Procès-verbal
MPphoto
 
 

  La Présidente. - L’ordre du jour appelle le débat sur six propositions de résolutions relatives à la tension croissante au Burundi.(1).

 
  
MPphoto
 
 

  Alain Hutchinson, auteur. – Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire, chers collègues, initialement, nous ne souhaitions pas que notre Parlement se penche maintenant sur la situation au Burundi car, pour l'instant, vous le savez, les autorités burundaises et le FNL sont en pleine négociation, une phase critique qui se présente aujourd'hui enfin positivement et qui devrait, nous l'espérons, aboutir à la concrétisation des accords engagés à Dar el Salam, lesquels visent à mettre fin aux combats, aux violences et à l'insécurité dont souffre le pays. Et comme nous le savons aujourd'hui, un battement d'ailes de papillon à Strasbourg peut parfois provoquer un séisme à plusieurs milliers de kilomètres.

D'un autre côté, ne pas parler de la situation de ce petit pays, orphelin en termes de développement, car dépourvu de ses richesses naturelles qui souvent attirent les bailleurs de fonds, aurait été incompréhensible. Donc, nous avons, en accord avec les autres groupes politiques, voulu faire de cette résolution un appel volontariste vis-à-vis de ce pays partenaire de la difficile région des Grands lacs. Nous avons souhaité rappeler la volonté de l'Union européenne, en particulier de notre Parlement et de vous-même, Monsieur le Commissaire, de trouver des nouvelles pistes de l'aide au développement qui soient plus efficaces dans des pays qui se trouvent fragilisés par des situations de conflit, de guerre civile en l'occurrence, au sein desquels la reconstruction démocratique, la remise en fonction des services publics dévastés, la relance de politiques aussi élémentaires que la santé et l'éducation soient mieux et plus rapidement prises en compte et soutenues. Nous avons voulu inscrire cette résolution dans le cadre du plan d'action que les Pays-Bas ont été chargés de préparer au bénéfice du Burundi, sélectionné, et nous nous en réjouissons, comme l'un des trois pays-pilotes dans le cadre de cette nouvelle approche. Notre souhait est donc clairement affirmé. Nous voulons que le Burundi devienne un modèle de développement et que, pour y arriver, les autorités de ce petit État disposent des moyens financiers et du soutien nécessaires en termes de reconstruction publique, politique et économique.

Notre Parlement suivra cette évolution de très près, mais il tient aussi à faire appel aux parlementaires burundais de toutes les formations politiques pour qu'ils trouvent d'urgence les formules visant à refaire fonctionner leurs institutions, bloquées depuis des mois, afin de débattre et de voter, de permettre au gouvernement de mettre en œuvre les projets visant à la reconstruction telle la réforme de la justice tant attendue et la rénovation du système de santé, entre autres urgences.

Enfin, nous souhaitons souligner que le Burundi, l'un des pays les plus pauvres du monde, est proportionnellement celui qui reçoit le moins d'aide au développement par habitant. Cela ne peut plus durer. Nous souhaitons que des moyens financiers supplémentaires soient rapidement dégagés pour financer les programmes prioritaires de développement et notamment les infrastructures totalement dévastées. Aux côtés de l'Union européenne, seuls cinq États membres sont représentés au Burundi, pays où tout est à faire. Nous souhaitons que ceux-ci organisent sérieusement leur coordination en amont lors de la prise de décision dans les capitales européennes et que, sur place, des délégations chargées de la mise en œuvre des politiques de développement poursuivent leur collaboration et que leurs effectifs soient renforcés.

Pour terminer, je voudrais insister sur le point de notre résolution qui évoque le maintien, voire le renforcement, de l'aide humanitaire bien nécessaire et sur le fait que le retrait de celle-ci s'organise en bonne entente avec l'intensification des politiques de développement dont la mise en œuvre est plus complexe. Et à ce propos, nous avons voulu insister pour que l'on ne néglige pas la visibilité des actions menées sur le terrain par les autorités burundaises, soutenues par l'Union européenne et les États membres. Au-delà de la résolution du conflit avec le FNL et du retour à plus de sécurité, les Burundais ont urgemment besoin de constater une évolution positive de leur pays dans leur très difficile vie quotidienne.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda, auteur. – (ES) Madame la Présidente, la reprise des hostilités au Burundi représente un pas en arrière dans ce qui est déjà un processus fragile.

Des douzaines de morts et des milliers de réfugiés supplémentaires montrent que les efforts de paix, pour le moment du moins, ne sont pas suffisants. La responsabilité de cette situation doit être partagée.

Il est clairement regrettable que le FNL ait de nouveau pris les armes, mais il est vrai qu’on entend de nombreuses allégations de violations des droits de l’homme de la part des forces armées et de la police burundaises.

Il est clair également que l’instabilité au Burundi pourrait avoir des conséquences graves pour la région, notamment en République démocratique du Congo et au Rwanda.

Je suis d’accord pour dire que le Burundi connaît une plus grande stabilité depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle constitution et depuis les élections qui ont suivi. Ceci renforce cependant la nécessité de créer une commission pour la paix et la réconciliation afin d’instaurer une meilleure confiance. L'Union européenne doit apporter son soutien financier et logistique à une telle initiative.

C’est dans ce contexte, et en tenant compte en particulier du fait que l’Union européenne a choisi le Burundi comme pays pilote pour la mise en œuvre d’un Plan d’action prioritaire destiné à accélérer l’aide et à augmenter son efficacité, que je pense que cette résolution mérite une attention particulière. Non seulement de la part de la Commission européenne, mais aussi, et fondamentalement, de la part des États membres. Ceci concerne en particulier deux des propositions qu’elle contient.

Tout d’abord, la proposition d’augmenter les ressources financières accordées au Burundi par l’Union européenne, notamment à l’occasion de l’examen à mi-parcours du dixième FDE.

Deuxièmement, la proposition d’accorder, dans le cadre d’un plan d’action plus que nécessaire, un soutien prioritaire aux programmes de bonne gouvernance et de gestion démocratique des pays; aux politiques en matière de santé, par la création de centres de santé et le renouvellement du réseau hospitalier; à la décision du gouvernement burundais d’assurer un enseignement primaire gratuit; et aux efforts continus visant à renouveler l’infrastructure du pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Erik Meijer, auteur. (NL) Madame la Présidente, tout comme le Soudan, dont nous avons discuté précédemment cet après-midi, le Burundi est un pays ethniquement divisé qui connaît depuis longtemps des conflits entre ses différents groupes de population.

Les problèmes qui en découlent sont nettement plus difficiles à résoudre au Burundi que dans d’autres pays africains. Il est difficile de définir une frontière géographique entre des régions qui sont traditionnellement les territoires de différents groupes ethniques. La situation ressemble davantage au système traditionnel des castes en Inde. Avant même la colonisation par l’Allemagne et la Belgique, les Hutus étaient majoritaire au Burundi et au Rwanda alors que les Tutsis étaient minoritaires. Les Tutsis, sensiblement différents en apparence des Hutus, tenaient les pouvoirs. Les Hutus étaient sous leur domination.

Pendant la période coloniale européenne, il y a eu des tentatives de faire évoluer cette situation, mais pas pour assurer l’égalité de droits des Hutus. À l’époque, l’objectif principal était de monter les deux groupes ethniques l’un contre l’autre renforcer l’administration allemande ou belge. Même après l’indépendance, les anciens conflits n’ont jamais trouvé de solution durable. Le Burundi a échappé à la campagne massive menée par la majorité Hutu du Rwanda pour éradiquer la minorité Tutsi gênante. Cependant, ceci s’explique peut-être aussi en partie par le fait que l’émancipation des Hutus était moins avancée.

Lorsque nous parlons dans la résolution de 14 ans de guerre civile, des négociations de paix, du mouvement d’opposition FNL, du désarmement des rebelles et des combats qui ont éclaté le 17 avril, nous devons rester conscients du contexte historique et des problèmes non résolus. L’objectif principal de cette résolution est de mettre un terme à la violence et de parvenir à un accord. Je suis d’accord sur ce point, mais sur ce point justement, je ne vois pas de raison d’être optimiste. La résolution demande également le soutien de l’Europe au gouvernement démocratique, à l’éducation et aux soins de santé. Nous pouvons y contribuer nous-mêmes.

 
  
MPphoto
 
 

  Filip Kaczmarek , auteur. (PL) Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire, nous sommes très heureux d’apprendre la réouverture des négociations et des pourparlers de paix entre le Front national de libération et le gouvernement burundais. Ce n’est pas la première tentative des rebelles et du gouvernement de parvenir à un accord. Nous espérons que cet accord mettra un terme à ce conflit sanglant.

Ce conflit n’a pas uniquement causé des victimes innocentes, il a avant tout déstabilisé l’équilibre délicat du pays et il y provoque des tensions croissantes après l’évolution positive qui avait fait suite à l’accord de paix de 2003. Après de nombreuses années de conflit au Burundi, le pays essaye de se reconstruire et de revenir sur la scène internationale, et ce avec un certain succès.

Ce qui est encore plus paradoxal est que le problème actuel du Burundi n’est pas lié au conflit tribal entre Hutus et Tutsis, mais qu’il a été provoqué par une seule aile extrémiste du FNL Hutu. Cette mouvance n’a pas accepté l’accord de paix et lutte contre la coalition gouvernementale, qui inclut des Hutus. La communauté internationale doit apporter son soutien à l’accord de paix et mettre un terme au conflit.

 
  
MPphoto
 
 

  Marcin Libicki. − (PL) Nous discutons une fois de plus de crimes commis dans différents pays du monde, et nous continuerons ces discussions sans fin jusqu’à ce que l’Union européenne possède une politique étrangère commune. De plus, une politique étrangère commune ne peut être efficace que si l’Union européenne possède une force militaire. Le traité de Lisbonne, qui instaure une espèce de ministère des affaires étrangères, ne résoudra pas ce problème, puisqu’il manquera encore une force militaire.

Le président Lech Kaczyński a déclaré autrefois que l’Union européenne devrait posséder sa propre armée. Le président Sarkozy a lui aussi mentionné récemment cette idée. Je pense que cette question devrait être débattue publiquement au sein de l’Union européenne. Il faut des propositions spécifiques de solutions politiques, et donc de solutions juridiques. Sans force militaire, il n’y a pas de politique étrangère. Si l’intégrité et la force de l’Union européenne sont importantes pour nous, l’Union européenne doit posséder sa propre armée afin de pouvoir intervenir dans des situations telles que celle sui se présente actuellement au Burundi.

 
  
MPphoto
 
 

  Marios Matsakis , auteur. Madame la Présidente, le Burundi se trouve dans une situation précaire depuis plusieurs années. Les scènes de barbaries qui se sont déroulées dans les années 90 entre les Hutus et les Tutsis resteront à jamais gravées dans nos mémoires, et continueront à peser sur nos consciences. De nombreuses tentatives par la communauté internationale, mais aussi par des acteurs régionaux, n’ont pas encore abouti à l’instauration d’une paix et d’une stabilité durables dans cette région, bien que des progrès importants aient été accomplis, il faut le dire.

Les confrontations militaires récentes entre les forces armées nationales et le Front national de libération ont provoqué la mort de personnes innocentes et sont extrêmement préoccupantes. Les deux camps doivent comprendre qu’ils doivent régler leurs différends à la table des négociations et non sur le champ de bataille. Tous deux doivent comprendre que la violence ne fera qu’entraîner plus de violence. L’organisation rebelle doit renoncer à la violence et déposer ses armes, mais le gouvernement burundais doit également cesser d’offrir une couverture et l’immunité aux éléments criminels des forces armées qui se livrent à la torture et à des détentions illégales.

Espérons que le bon sens finira par l’emporter, et que les deux camps principaux du conflit interne brutal du Burundi parviendront à résoudre leurs différends de façon pacifique, pour la sécurité et le bien-être de la population du pays.

 
  
MPphoto
 
 

  John Bowis, au nom du groupe PPE-DE. – Madame la Présidente, j’ai en tête un pays magnifique. Je vois des gens qui luttent pour se redresser après les atrocités de la guerre civile. Je vois ces monuments à la violence. Je vois de pauvres gens qui essayent de s’en sortir. Je vois un Burundi fermé la nuit, et des gens qui se pressent de rentrer chez eux avant le couvre-feu pour échapper aux violences. Je vois les problèmes de santé, la malaria, les maladies respiratoires et le manque d’hygiène. Je vois les camps de réfugiés – des gens qui reviennent, qui ne savent plus exactement où étaient leurs maisons, des gens qui reviennent de Tanzanie et du Kivu, de l’autre côté de la frontière congolaise.

Et évidemment je vois de nouveau la violence, le FNL qui rompt ses engagements. Nous entendons à nouveau des rumeurs de torture et de mauvais traitements. Le Burundi a besoin de notre aide. Il a aussi besoin de se contrôler lui-même s’il veut éviter de tomber à nouveau dans l’intolérance et l’inhumanité.

 
  
MPphoto
 
 

  Glyn Ford, au nom du Groupe PSE. – Madame la Présidente, nous regrettons les affrontements récents entre le Front national de libération et les forces armées gouvernementales au Burundi. Nous invitons les deux camps à respecter le cessez-le-feu conclu le 7 septembre de l’année passée, et nous demandons en particulier au leader du FNL, Agathon Rwasa, de s’impliquer pleinement dans le processus de paix. Nous demandons à la Commission de fournir des ressources pour faciliter la réintégration des troupes du FNL dans la société, pour apporter de l’aide aux réfugiés et en particulier pour démobiliser les enfants soldats qu’on rencontre dans ce pays.

Nous exigeons du gouvernement burundais qu’il respecte la règle de droit, qu’il mette fin à l’impunité et qu’il veille à ce que les coupables soient traduits rapidement en justice. C’est ce que nous attendons de la Commission et du gouvernement.

 
  
MPphoto
 
 

  Eija-Riitta Korhola (PPE-DE). – (FI) Madame la Présidente, comme nous l’avons entendu, la guerre au Burundi, qui dure depuis 14 ans, a provoqué de nombreux réfugiés à l’intérieur du pays, des pénuries alimentaires et une terrible violence, même de la part de ceux qui sont censés protéger la population.

Bien que les derniers affrontements armés aient une fois de plus frustré la quête de l’harmonie, et qu’ils poussent à se demander s’il existe une foi et une volonté politique suffisantes chez les deux parties pour des pourparlers de paix, il semble que des pas importants aient été faits dans la bonne direction. Suite à des négociations longues et difficiles entre les différentes parties, les troupes rebelles se sont engagées à libérer un grand nombre d’enfants soldats d’ici début mai.

Le Burundi a besoin d’urgence de l’aide des États membres de l’Union européenne face à cette crise humanitaire, comme le réclame cette résolution, et j’invite donc tous mes collègues à la soutenir.

 
  
MPphoto
 
 

  Ewa Tomaszewska (UEN). – (PL) Madame la Présidente, la tension croissante au Burundi, la guerre civile entre groupes ethniques et la violence qui y font rage doivent cesser immédiatement. Des centaines de morts et de blessés, tel est le prix payé par des civils sans armes pour ce conflit. Il est essentiel de respecter le cessez-le-feu et d’impliquer des troupes de maintien de la paix. Le soutien financier que l’Union européenne apporte au Burundi doit faire l’objet de contrôles stricts et servir uniquement à des fins humanitaires, en particulier pour les soins de santé, la sécurité et l’éducation des enfants.

 
  
MPphoto
 
 

  Louis Michel , membre de la Commission. Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, tout d'abord, l'Union européenne avait appelé à la reprise du dialogue entre les parties – le seul moyen d'avancer vers la réconciliation et la paix – qui est une attente fondamentale du peuple burundais. La Commission européenne se réjouit donc du retour, le 16 mai dernier, d'une délégation du PALIPEHUTU-FNL à Bujumbura et j'espère que le dialogue va pouvoir reprendre activement.

Je préfère laisser la réponse que j'avais préparée car j'ai entendu un certain nombre de remarques et il me semble de mon devoir de rappeler un certain nombre de réalités.

Je vous dirai que – pour être bref et ne pas répéter les excellentes interventions que j'ai entendues, notamment celles de M. Hutchinson, de M. Kaczmarek et de M. Bowis – premièrement, ce qui se passe au Burundi aujourd'hui n'a rien à voir avec le problème ethnique et le fait de dire que c'est une crise ethnique, c'est ouvrir un nouveau front extrêmement dangereux. Et donc, je partage assez le point de vue de M. Hutchinson, même si je regrette un peu que ce débat ait lieu ici et maintenant. C'est un peu à contretemps, je crois qu'il faut donner désormais la chance au dialogue politique. Et parler comme vous l'avez fait, Monsieur Meijer, d'une cause ethnique, c'est une approximation extrêmement dangereuse.

Deuxièmement, M. Hutchinson a mis le doigt sur la réalité suivante: la communauté internationale, empêtrés que nous sommes, et cela vaut pour la Banque mondiale – j'en ai parlé avec Bob Zoellick – cela vaut pour la Commission, empêtrés dans nos procédures qui nous empêchent, quand un pays bascule dans la démocratie formelle, qui nous empêchent de libérer des moyens pour montrer qu'il y a un dividende à la paix, c'est une des raisons pour lesquelles le Burundi a du mal à redécoller, comme c'est le cas, par exemple, au Liberia, comme c'est le cas en RDC, comme c'est le cas dans les pays que l'on qualifie de pays post-conflit. Nous sommes coincés dans nos procédures, nous n'avons pas de flexibilité et on ne peut donc pas répondre vite aux besoins de reconstruction des États, parce qu'en fait, c'est cela le vrai problème du Burundi.

Je laisse évidemment, l'intervention qui en appelle à des forces militaires européennes – je ne dis pas que c'est un autre débat – mais c'est évidemment un débat qui sort un peu du cadre de la présente discussion. Nous continuons à soutenir activement, tant politiquement que financièrement, le Burundi dans ses efforts de consolidation de la paix et de redressement socioéconomique. Je voudrais rappeler que le montant de notre coopération pour la période 2008-2013 s'élève aujourd'hui à 188 millions d'euros et quelqu'un a suggéré d'envisager lors du mid-term review d'augmenter encore ces moyens. À ce propos, je dois vous dire que la règle est qu'on ne pourra augmenter les moyens qu'à condition que le Burundi ait absorbé correctement l'entièreté de la première enveloppe. C'est une règle et j'espère qu'il sera dans les conditions de pouvoir bénéficier de ce mid-term review.

La stratégie accordée pour cette nouvelle période concerne une augmentation de notre appui budgétaire ainsi que la définition de deux secteurs de concentration, à savoir la réhabilitation et le développement rural, qui est évidemment important de manière à assurer la survie des populations, et l'appui au secteur de la santé. Nos efforts pour aider ce pays dans son redressement socioéconomique ont pour objectif de montrer à la population les résultats des dividendes de la paix en tant que facteur d'amélioration de ses conditions. Le Burundi a été choisi en tant que pays-pilote pour la mise en œuvre des conclusions du Conseil de novembre 2007, cela a été dit et je m'en réjouis. Nous avons aussi décidé, avec le PAM, de mener une opération-pilote au Burundi, notamment en ce qui concerne l'éducation et la mise à disposition de cantines scolaires pour les enfants, parce qu'il est évident que quand on offre des repas aux enfants, il y a un retour naturel vers l'école. Et nous allons faire un cas-pilote aussi, dans lequel est inclus le Burundi.

Je me rendrai d'ailleurs sous peu au Burundi, parce que la Commission est extrêmement impliquée dans tous ces efforts de médiation. J'ajoute que lorsque j'étais ministre des affaires étrangères, j'ai participé directement aux négociations d'Arusha avec le Président Mandela, donc c'est un sujet que je connais assez bien et je peux vous dire, Monsieur Meijer, que la constitution burundaise, les législations burundaises, le parlement burundais et les chambres burundaises offrent absolument toutes les solutions institutionnelles pour que le problème ethnique soit totalement sous contrôle. Donc, ce n'est pas une question ethnique, c'est une question de malaise à l'intérieur d'un groupe ethnique, pas avec l'autre groupe, et c'est évidemment un autre problème que celui du FNL qui doit maintenant venir à la table, se transformer en parti politique véritable et participer au redressement et à la reconstruction de l'État.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 
 

  La Présidente. – Le débat est clos.

Le vote aura lieu à la fin des débats.

 
  

(1)Voir procès-verbal.

Avis juridique - Politique de confidentialité