Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 4 juin 2008 - Bruxelles Edition JO

21. Interventions d’une minute sur des questions politiques importantes
PV
MPphoto
 
 

  Le Président. (IT) L’ordre du jour appelle à présent les interventions d’une minute sur des questions politiques importantes.

 
  
MPphoto
 
 

  Emmanouil Angelakas (PPE-DE).(EL) M. le Président, récemment, des rumeurs relatives à l’expansion de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, essentiellement pour répondre aux besoins en énergie de l’Europe, ont enflé au sein de l’Union.

Le problème réside dans l’explosion du prix des produits pétroliers, la demande croissante de plusieurs pays dont l’économie est en pleine expansion, des troubles régionaux au sein des pays producteurs de pétrole, ainsi que dans le fait que les sources d’énergie renouvelables ou le gaz naturel ne couvriront qu’une fraction des besoins de l’Europe en énergie. En conséquence, la construction de centrales nucléaires est mise sur la table des discussions.

De nombreuses questions inquiètent les citoyens européens. La sécurité des centrales nucléaires est-elle garantie? Des systèmes d’alerte précoce appropriés existent-ils afin de garantir une information suffisante en cas de problème technique? Enfin, la gestion des déchets nucléaires ne pose-t-elle aucun risque? Pour toutes ces raisons, il me semble qu’un dialogue pourrait être mené utilement sur l’initiative du Parlement européen, en collaboration avec la Commission, de manière à pouvoir communiquer des conclusions claires, sans ambiguïtés, aux citoyens européens. J’en appelle à la présidence française, afin que ce point face partie des priorités de son agenda.

 
  
MPphoto
 
 

  Marusya Ivanova Lyubcheva (PSE). - (BG) M. le Président, chers collègues, je voudrais attirer votre attention sur un problème qui nous rend responsables de l’avenir de l’Union européenne et du monde en général. Il s’agit de la traite des enfants.

Au 21e siècle, à l’ère des hautes technologies et du progrès, ce problème subsiste encore, et il est trop indigne et trop brutal pour qu’on l’ignore ou qu’on puisse l’amalgamer avec d’autres questions. La traite des enfants existe bel et bien. Elle ne constitue pas seulement une violation des droits de l’homme, mais aussi une violation à l’encontre de notre avenir.

La vie de tout enfant est une bénédiction, et sa destruction un crime contre l’humanité. La traite des enfants a des conséquences atroces. Cela s’appelle de «l’esclavage moderne». Elle s’accompagne de mauvais traitements physiques et mentaux, d’une exploitation sexuelle, d’homicides.

Nous devons absolument conjuguer nos efforts et coopérer sur une politique commune visant à la combattre. La Commission européenne devrait mettre en place un programme et un plan d’action distincts dans le cadre de la stratégie pour les enfants et prendre les mesures qui s’imposent afin d’instaurer des structures et une politique communes.

 
  
MPphoto
 
 

  Cristian Silviu Buşoi (ALDE).(RO) M. le Président, chers collègues, la dépendance de l’Europe vis-à-vis de ses importations en hydrocombustibles s’est accrue, les prix des produits pétroliers ont atteint un niveau alarmant et l’Union européenne est de plus en plus à la merci des pays de l’OPEC et de la Russie.

Nous avons besoin d’une approche commune des relations étrangères dans le domaine de l’énergie. Les accords bilatéraux entre les États membres et les pays tiers doivent renforcer l’approche commune de l’Europe et non l’affaiblir. Les accords signés par l’Italie, la Hongrie et la Bulgarie avec la Russie concernant la construction du «South STREAM», un gazoduc destiné à contourner un État membre, à savoir la Roumanie, sans aucune raison économique, affectent grandement la cohésion de la politique énergétique européenne et constituent un parfait exemple de stratégie politique à éviter entre États membres. Je m’attendais à une position plus ferme de la Commission européenne dans sa condamnation des faits.

Concernant la législation sur la sécurité énergétique qui doit être adoptée au cours du second semestre de cette année, je pense que nous devrions faire preuve d’une ambition à la mesure de celle qui a présidé à la législation «Énergie – Changements climatiques». Le principe qui veut que nous parlions d’une voix doit devenir opérationnel et la Commission devrait proposer un mécanisme concernant les accords conclus avec des pays tiers, s’inspirant – pourquoi pas – de ce qui a été fait dans le domaine de l’énergie nucléaire. Nous devons agir ensemble si nous voulons réussir.

 
  
MPphoto
 
 

  Milan Horáček (Verts/ALE).(DE) M. le Président, dimanche dernier, des nationalistes réactionnaires ont passé des homosexuels à tabac lors d’une manifestation pacifique à Moscou, renforçant ainsi encore dans nos esprits l’image d’une Russie dont les citoyens ne sont pas libres. Les gays et les lesbiennes sont encore victimes de discriminations à grande échelle. Ces dernières années, l’homme politique vert allemand Volker Beck a été frappé et arrêté lors de manifestations. On ne soulignera jamais assez la mauvaise organisation de la société civile en Russie.

À la fin du mois de juin, un nouvel accord entre l’UE et la Russie devrait enfin être négocié en Sibérie. Il est de notre devoir, vis-à-vis du peuple russe et d’autres régimes autocratiques, de ne pas laisser l’ombre de la sécurité énergétique planer sur tous les autres secteurs. Les droits de l’homme et les libertés démocratiques fondamentales doivent constituer la base de ce nouvel accord.

 
  
MPphoto
 
 

  Dariusz Maciej Grabowski (UEN).(PL) M. le Président, l’industrie navale polonaise est menacée de disparition totale parce que la Commission européenne exige le remboursement des sommes fournies au titre des aides publiques. Cela aura pour effet la perte de milliers d’emplois en bordure de la Baltique, et de dizaines de milliers d’autres postes dans les usines qui travaillent avec les chantiers navals, tant en Pologne que dans d’autres pays européens.

La Commission européenne se retranche derrière le slogan de la libre concurrence, se refusant à admettre que, dans une période d’augmentation massive des prix à l’échelle mondiale, certains secteurs de l’économie doivent être protégés, comme le font les pays asiatiques. La Commission européenne voudrait oublier que les Länder orientaux ont reçu des aides à hauteur de plus d’un milliard et demi de marks du gouvernement allemand, notamment pour les chantiers navals situés sur la Baltique.

Je me pose la question de savoir si le peuple et le lieu où a commencé le mouvement «Solidarité» – et, partant, la chute du mur de Berlin et la libération de l’Europe, doivent devenir les victimes de décisions arbitraires prises à Bruxelles, dans l’intérêt de spéculateurs qui espèrent bâtir leurs fortunes sur les ruines des chantiers navals. Nous demandons que la Commission européenne prenne des mesures permettant de sauver et de développer l’industrie navale en Pologne.

 
  
MPphoto
 
 

  Věra Flasarová (GUE/NGL). - (CS) Mesdames et Messieurs, je voudrais votre soutien pour une révision du règlement (CE) n°318/2007 de la Commission, ou pour le retour à la situation initiale de 2005, en réponse aux demandes formulées par des associations d’éleveurs d’oiseaux exotiques d’Allemagne, des Pays-Bas, de Belgique et de République tchèque. L’amendement porte essentiellement sur l’interdiction d’importer des oiseaux exotiques sauvages dans l’Union européenne. Compte tenu des réalités qui prévalent dans l’élevage de petits oiseaux, les conditions applicables à leur importation sont difficiles à remplir. Il est évident que l’hystérie médiatique qui a entouré la grippe aviaire a été utilisée pour introduire les normes susmentionnées. L’Union européenne dispose d’un système de quarantaine permettant d’identifier les maladies aviaires susceptibles de poser une menace pour l’homme. À plusieurs reprises, les éleveurs ont contribué au retour dans la nature de diverses espèces animales. Ils respectent la législation protégeant les espèces menacées figurant dans la CITES. Une interdiction ne peut que déboucher sur des pressions et sur des tentatives de la contourner. Le marché noir décollera, les trafics fleuriront et les prix des oiseaux augmenteront. Les risques sanitaires pourraient alors eux aussi s’accroître. Si la norme et les réglementations vétérinaires éprouvées sont observées, dont la Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, il n’existe aucune nécessité de conserver ce règlement.

 
  
MPphoto
 
 

  Urszula Krupa (IND/DEM).(PL) M. le Président, je souhaiterais faire usage du forum du Parlement européen pour protester contre la résiliation illégale par le Fonds national pour la protection de l’environnement, agence gouvernementale polonaise, de son contrat avec la fondation Lux Veritatis, ayant pour objet la réalisation d’investissements dans des projets géothermiques pour Toruń, qui s’est accompagnée de l’annonce selon laquelle les sommes colossales déboursées par la fondation au titre de ces investissements ne lui seraient pas restituées. Les circonstances indiquent que cette décision a été dictée par des considérations politiques, et cela va à l’encontre non seulement de la législation polonaise, mais aussi du droit européen. Preuve que, dans la lutte contre des personnes perçues comme des ennemis politiques, la loi n’est pas observée, et qu’un soutien aux énergies renouvelables n’est pas permis, ce qui s’inscrit également en porte-à-faux avec le principe européen fondamental de la non-discrimination pour des motifs politiques ou religieux. Les anciennes autorités du Fonds national pour la protection de l’environnement et la gestion des eaux affirment que la demande introduite par la fondation Lux Veritatis a fait l’objet d’un examen très minutieux et que celui-ci n’a révélé aucune irrégularité.

 
  
MPphoto
 
 

  Irena Belohorská (NI). - (SK) Mesdames et Messieurs, je souhaite vous informer d’un incident qui s’est produit récemment au Royaume-Uni. Un citoyen slovaque qui y travaillait légalement a laissé passer la date-butoir pour la ré-immatriculation de son véhicule de quatre jours, motif pour lequel la police britannique a menacé de détruire son véhicule. Lors de son enquête, la police s’est comportée de manière xénophobe et insultante, profitant de la connaissance passive de l’anglais du travailleur. Tous ses documents ont été confisqués sans raison valable, il a reçu un bout de papier journal en lieu et place du certificat officiel confirmant la saisie du véhicule, et sa documentation, par exemple sa carte européenne d’assurance auto (carte verte) et son certificat d’immatriculation slovaque, n’a pas été acceptée par les autorités britanniques. Pour cette infraction mineure, parce qu’il ne s’agit là que d’une infraction mineure, la police et les autorités britanniques l’ont menacé d’envoyer son véhicule à la casse.

Je tiens à exprimer toute ma gratitude à mon collègue Chris Davies pour l’aide qu’il m’a apportée dans l’examen de ce cas fâcheux, ainsi qu’à tous les autres députés britanniques qui ont manifesté de l’intérêt pour cette affaire. J’ose croire que cette action de la police britannique n’est qu’un incident isolé et que cette attitude vis-à-vis des citoyens qui travaillent légalement au Royaume-Uni est l’exception plutôt que la règle. La date-limite pour la restitution du véhicule était hier, et à l’heure actuelle, nous ne savons pas si le véhicule a ou non été détruit. Quoi qu’il en soit, notre citoyen n’a pas récupéré son véhicule bien que les autorités britanniques aient reçu tous les documents nécessaires à cet effet.

 
  
MPphoto
 
 

  Petya Stavreva (PPE-DE). - (BG) M. le Président, chers collègues, dans dix jours, le 14 juin 2008, la Bulgarie rendra hommage à la mémoire et à l’œuvre d’Alexander Stamboliiski, homme d’État, réformateur et dirigeant du mouvement agraire dans notre pays.

Parvenu au pouvoir en Bulgarie en 1919, après deux catastrophes nationales, il a consacré ses efforts à la cause nationale, à la modernisation de son pays et à son renouveau démocratique. Il a été renversé par un coup d’état en 1923. Il a été tué brutalement, mais est resté immortel pour son idéal d’une Bulgarie libre et indépendante sur la voie de la construction et de l’intégration européennes.

Les leçons de l’homme d’État Stamboliiski restent d’une grande actualité aujourd’hui, 85 ans après son décès tragique, alors que la Bulgarie est désormais membre de l’Union européenne. La protection des intérêts nationaux dans la grande famille européenne, la préservation de l’identité nationale ainsi que l’adaptation rapide à de nouvelles réalités devraient consolider nos efforts à tous, citoyens d’une Europe unifiée, pour lesquels les valeurs ne sont pas qu’une notion creuse, mais un guide de conduite, une attitude et une réponse sociale.

 
  
MPphoto
 
 

  Iliana Malinova Iotova (PSE). - (BG) M. le Président, les programmes opérationnels bulgares dans le cadre des fonds européens ont été parmi les premiers à être approuvés par la Commission pour la période 2007-2013.

Nous devons admettre qu’en tant que nouvel État membre, nous sommes confrontés à diverses difficultés dans leur mise en œuvre spécifique. Ces problèmes vont d’une information insuffisante à des irrégularités, voire à une utilisation abusive des ressources émanant des fonds européens – des «désordres» qui n’épargnent aucun État membre de l’Union.

Le gouvernement bulgare voit dans l’absorption des fonds une tâche majeure. Il a donc mis en œuvre des réformes radicales dans toutes les institutions chargées de gérer les fonds européens. Un vice-Premier ministre a ainsi été désigné afin de garantir la coordination générale du processus.

Les résultats insatisfaisants de l’absorption des fonds à ce jour sont devenus des arguments utilisés dans une campagne véhémente de l’opposition nationale qui a tenté à plusieurs reprises de discréditer notre pays jusqu’ici, en séance plénière du Parlement européen.

Les références à des sources anonymes prédisant un rapport apocalyptique de la Commission à l’égard de la Bulgarie en juillet, avant même que la Commission ait commencé à le rédiger, sont autant de messages qui ne nourrissent que des objectifs de politique interne, mais qui ne contribuent pas à résoudre les problèmes. Il est regrettable que la seule chose à laquelle arrivent nos détracteurs, soit à nuire à la bonne réputation de mon pays. Je souhaite déclarer sans ambiguïté possible que l’État bulgare prend des mesures radicales dans les domaines concernés et a la ferme intention de surmonter les problèmes existants.

 
  
MPphoto
 
 

  Marios Matsakis (ALDE). - (EN) M. le Président, vous savez sans doute que les bâtiments du Parlement européen à Strasbourg contiennent plus d’amiante qu’on ne le pensait. Les travaux destinés à moderniser ces bâtiments, et plus récemment, à les désamianter, durent depuis 2004 – alors que ceux-ci sont toujours utilisés. Il s’agit, à mon sens, d’un comportement peu sage et dangereux, car tout travail effectué sur des structures contenant de l’amiante libère inévitablement des fibres cancérigènes dans l’atmosphère.

Je pense que le Parlement européen de Strasbourg ne devrait plus être utilisé avant d’avoir été dûment désamianté et décontaminé de fond en combles. Dans l’intérêt de la santé publique et de la transparence, je demande que le président de cette Assemblée fasse dès que possible une déclaration circonstanciée au sujet du désamiantage du Parlement européen de Strasbourg.

 
  
MPphoto
 
 

  Willy Meyer Pleite (GUE/NGL).(ES) M. le Président, nous sommes actuellement confrontés à une crise majeure de nos pêcheries partout dans l’Union européenne, laquelle exigera une réponse rapide des institutions européennes. Je pense qu’il est essentiel que nous mettions sur pied une commission tripartite impliquant les autorités publiques, les syndicats et les propriétaires des navires de pêche.

Pour venir à bout de cette crise une bonne fois pour toutes, nous ne pouvons pas nous contenter de bricoler des solutions de fortune; nous devons formuler une proposition complète, structurelle, qui couvrira chaque aspect de cette crise sectorielle. Nous sommes bien entendu en faveur de pratiques de pêche responsables. Nous devons résoudre le problème de la commercialisation du produit. Nous devons faire face à la pénurie de main-d’œuvre dans les flottes, garantir des conditions de travail équitables et trouver une solution à la situation précaire des travailleurs.

Je pense qu’il est très important, à l’heure actuelle, que le Parlement européen apporte son soutien afin de trouver une solution à la crise, car celle-ci affecte également la qualité de l’emploi, et nous devons pouvoir faire face aux circonstances qui se présentent à nous.

 
  
MPphoto
 
 

  Gerard Batten (IND/DEM). - (EN) M. le Président, un de mes électeurs londoniens, M. Budd Margolis, m’informe qu’une parente lituanienne, Rachel Margolis, a publié ses mémoires, dans lesquelles elle relate ce qu’elle a vécu pendant la deuxième guerre mondiale. Elle s’est échappée du ghetto de Vilna, avant de rejoindre des partisans qui luttaient contre les Nazis. Aujourd’hui, les autorités lituaniennes s’appuient sur ces mémoires pour poursuivre des partisans juifs survivants pour crimes de guerre. Parmi ceux-ci se trouvent Yitzhak Arad, l’ancien directeur du Centre de l’Holocauste en Israël, et Fania Brancovskaja, la documentaliste de l’Institut yiddish de l’université de Vilnius.

La Lituanie est dans l’obligation de poursuivre les criminels de la deuxième guerre mondiale encore en vie, mais n’a jusqu’à présent pas instruit la moindre affaire avec fruit. En revanche, certains considèrent les partisans juifs qui ont combattu les Allemands et leurs collaborateurs comme des traitres à la patrie.

Au nom de mes électeurs juifs et non juifs, je voudrais poser la question suivante: où est la justice lorsque l’on persécute des partisans juifs qui ont combattu les Nazis, alors que les assassins des Juifs vivent dans l’impunité la plus totale?

 
  
MPphoto
 
 

  Jim Allister (NI). - (EN) M. le Président, partout en Europe, nous avons assisté des protestations parfaitement justifiées des pêcheurs concernant l’explosion du prix des carburants. Certains gouvernements ont assumé leurs responsabilités; d’autres, comme le mien, ne l’ont pas fait.

Nous sommes censés avoir une politique commune de la pêche, mais dans de nombreuses régions d’Europe, l’approche est tout sauf commune. Dans ma circonscription, les propriétaires locaux de petits chalutiers ont à payer une facture énergétique de plus de 2 000 euros par jour. Leur demande d’une aide à court terme est tombée dans l’oreille d’un sourd, bien que le règlement des aides de minimis relève, conformément à la réglementation en vigueur, de la compétence de la ministre locale. Elle a, de manière scandaleuse, refusé de leur verser cette aide. Pourtant, en France et en Espagne, le gouvernement a pris des mesures.

Comment voulez-vous avoir une politique commune de la pêche s’il existe de telles disparités sur une ressource aussi élémentaire que le carburant? Je condamne l’indifférence de la Ministre Gildernew et j’en appelle non seulement à une aide à court terme, mais aussi à une stratégie à long terme en matière de carburant pour nos pêcheurs.

 
  
MPphoto
 
 

  Jim Higgins (PPE-DE). - (GA) M. le Président, le gouvernement irlandais est sur le point de lancer un programme national concernant la bande large. La bande large n’est actuellement pas disponible sur 10 % de notre territoire, dont la majeure partie se trouve dans la région dont je viens, à savoir l’ouest et le centre du pays. Bien que la bande large soit disponible dans de plus en plus d’endroits, sa croissance n’est pas satisfaisante et ne coïncide pas avec la moyenne européenne.

En Irlande, la large bande est disponible dans 86 % des zones urbaines, mais sa présence dans les zones rurales reste bien en-deçà de ces chiffres. Il faut faire quelque chose. Nous envions le nord du pays, où la bande large est disponible partout. Je voudrais que la Commission européenne mette la pression sur le gouvernement irlandais afin que nous puissions atteindre les objectifs de Lisbonne en la matière.

 
  
MPphoto
 
 

  Cătălin-Ioan Nechifor (PSE).(RO) Très bientôt, la Commission européenne publiera ses rapports sur les progrès réalisés par la Roumanie et la Bulgarie en matière de réforme de la justice.

Aujourd’hui, un an et demi après notre intégration, de plus en plus de personnes expriment leur mécontentement au niveau européen, au point que les avancées réalisées à ce jour sont considérées comme insignifiantes, en relation avec les objectifs fixés. Bien que certains experts s’accordent à dire que la Roumanie et la Bulgarie auraient dû être acceptées beaucoup plus tôt dans l’Union européenne, je considère que ces deux nouveaux États membres doivent encore bénéficier du soutien et de l’assistance de la Commission et du Parlement.

Compte tenu du fait que les élections européennes auront lieu l’année prochaine, je suis convaincue que les prochains mois s’avèreront cruciaux pour la Bulgarie et la Roumanie en vue de prouver qu’elles sont bel et bien des membres à part entière de l’Union.

 
  
MPphoto
 
 

  Marco Cappato (ALDE).(IT) M. le Président, Mesdames et Messieurs, j’aimerais soulever un problème de discrimination linguistique au sein de cette Assemblée: l’interface des ordinateurs des députés est disponible en anglais uniquement. Nous ne pouvons donc naviguer dans nos systèmes d’exploitation et accéder à nos fichiers que si nous maîtrisons l’anglais.

Cela me semble totalement discriminatoire vis-à-vis des députés qui, bien qu’ils ne connaissent pas l’anglais, voudraient pouvoir gérer leur travail directement sur leurs propres ordinateurs. Il s’agit d’un problème d’autorisation linguistique, que nos amis du mouvement Esperanto s’efforcent de régler aux Nations unies, et il me semble bien que le mouvement pour la francophonie en a également fait l’un de ses chevaux de bataille. J’espère, M. le Président, qu’il sera possible de remédier à ce problème, de même qu’à la discrimination technologique dont j’ai été victime, lorsque j’ai soumis le 2 juin dernier une question écrite sous un format en source libre, le format ODF, qui diffère du format de Microsoft actuellement utilisé. Le service compétent m’a alors fait savoir qu’il n’était pas possible de soumettre des questions sous un format en source libre.

J’espère que ces formes de discrimination linguistique et technologique disparaîtront rapidement.

 
  
MPphoto
 
 

  Georgios Toussas (GUE/NGL).(EL) M. le Président, les augmentations des prix de tous les biens de grande consommation, des transports et des services, alliées aux bas salaires et pensions, ainsi qu’aux coupes drastiques opérées dans les allocations sociales, ont durement affecté le pouvoir d’achat des ménages, tout en générant des profits colossaux pour des groupes d’affaires monopolistiques.

Les prix ont augmenté de manière incontrôlable pour tous les ménages de la classe ouvrière dans tous les États membres. Ceux qui tentent d’imputer les prix élevés à quelques «méchants» spéculateurs trompent les gens. Ils dissimulent le fait que les prix élevés sont alimentés par les profits de monopoles, et par les politiques de libre échange et de libre concurrence, qui sont le fondement de l’Union européenne elle-même et de ses politiques, façonnées et mises en œuvre par les États membres et leurs gouvernements. Les prix élevés commencent par le monopole de la production et du commerce, dominé par des groupes d’affaires qui pillent les revenus des citoyens et écrasent des milliers de petites entreprises et sociétés.

Nous en appelons aux travailleurs pour qu’ils renforcent la lutte pour une réelle augmentation des salaires, des pensions, des allocations sociales ainsi que pour l’abolition de la TVA sur les biens de consommation courants, les services d’intérêt général, les carburants et les combustibles, afin de réduire les prix des produits et services d’utilité publique.

 
  
  

M. COCILOVO
Vice-président

 
  
MPphoto
 
 

  Péter Olajos (PPE-DE). - (HU) Le 15 mai, les États-Unis ont adopté une loi qui constitue un jalon dans la crise qui entoure l’abattage illégal de bois et dont les effets se font sentir partout dans le monde. Le Congrès a été la première assemblée à adopter une telle loi, qui interdit l’importation de bois abattu illégalement. En 2006, 10 % des importations des États-Unis provenaient de bois abattu illégalement. Suite au vote de la loi, les analyses ont souligné que celle-ci favorisait la compétitivité des entreprises américaines, protégeait les emplois et adressait un message clair que les communautés forestières étaient à même d’entendre.

Ma question est la suivante: combien de temps l’Union européenne attendra-t-elle avant de faire pareil et qu’attend-elle? Il est scandaleux et indigne que nous restions les bras croisés. Mais nous, les députés, pouvons agir: je vous demande à tous de signer la pétition 23, présentée il y a environ deux mois et dont le but est de convaincre la Commission d’enfin introduire une législation en la matière, dans la foulée des États-Unis, tant que nous avons encore des forêts. Merci beaucoup.

 
  
MPphoto
 
 

  Neena Gill (PSE). - (EN) M. le Président, je voudrais attirer votre attention sur les difficultés que rencontre l’un de mes électeurs, Alan Jones, de Knighton, une ville rurale des West Midlands, qui est un exemple frappant de l’entrepreneur européen freiné par l’absence de connexions haut débit dans les zones rurales. Il voudrait mettre sur pied une petite boutique en ligne proposant des services d’encadrement de photos. Cette personne ayant un handicap, travailler à la maison lui conviendrait très bien. Il se trouve dans une position idéale pour lancer une nouvelle entreprise. Toutefois, un seul fournisseur d’accès Internet possède le monopole de la bande large dans sa ville et, bien que ses services se développent, la connexion reste extrêmement lente et ne permet tout simplement pas de gérer une affaire.

La Commission a mis en place un plan pour combler le fossé numérique et étendre la large bande aux zones rurales. Aujourd’hui, elle doit urgemment résoudre les problèmes des fournisseurs d’accès à Internet et veiller à ce que les ressources adéquates soient disponibles, et que certaines régions ne soient pas à la traîne en termes de vitesses de connexion et de coûts.

Ce que je voudrais que vous fassiez, M. le Président, c’est vous assurer que la Commission prend toutes les mesures requises pour que des entrepreneurs comme M. Jones ne soient pas empêchés ou découragés de créer des entreprises, car cela entrave la création d’emplois bien nécessaires dans les zones rurales.

 
  
MPphoto
 
 

  Danutė Budreikaitė (ALDE).(LT) La Commission européenne et les membres de l’OMC se hâtent de finaliser les négociations de Doha sur l’agriculture et l’ouverture du marché aux biens industriels, à savoir le projet NAMA. L’influence significative de la situation actuelle aux États-Unis, et j’entends par là l’approche des élections, est manifeste. Toutefois, comparé à la suspension des négociations en 2006, le dossier NAMA constitue sans aucun doute un pas en arrière. Les pays hautement développés s’efforcent de maintenir une situation environnementale pratiquement inchangée. Les tarifs douaniers sur les textiles et vêtements européens passeront de 12 à 4 %. Les marchés des économies émergentes ne s’ouvriront pas pour la cause, car ce ne sont pas les tarifs, mais bien l’obligation de tarifs maximaux qu’il faut revoir. En outre, une période de transition de 18 ans doit être appliquée à la Chine, pays qui a inondé l’Europe et le reste du monde avec des produits de piètre qualité. Le projet NAMA tel qu’il est proposé est inacceptable pour la Lituanie et pour les autres pays européens, car il mettrait en péril leur compétitivité. Il existe un équilibre manifeste entre l’agriculture et le projet NAMA. L’UE ne devrait pas se précipiter pour clore les négociations de Doha uniquement pour des motifs économiques. Je demande instamment à la Commission de prendre son temps et de représenter équitablement les intérêts des pays de l’Union.

 
  
MPphoto
 
 

  Pedro Guerreiro (GUE/NGL).(PT) M. le Président, je voudrais féliciter les pêcheurs des différents pays de l’Union européenne, et plus particulièrement les pêcheurs portugais, pour la manière dont ils luttent pour protéger le secteur stratégique de la pêche, ainsi que l’emploi, des salaires décents et des conditions de vie correctes pour des milliers de pêcheurs et leurs familles.

Face à une politique commune de la pêche et à une Union européenne indifférentes à la crise socio-économique de longue durée qui frappe ce secteur et qui se fait sentir de manière beaucoup plus aiguë avec l’augmentation des prix des carburants – essence et diesel – et la spéculation financière dont ils font l’objet, les pêcheurs ont montré qu’il existe des solutions et des mesures qui auraient dû être prises il y a bien longtemps. Des solutions et des mesures qui exigent que l’Union européenne cesse de faire la sourde oreille, adopte de nouvelles politiques visant à protéger et à promouvoir le secteur de la pêche, qui se meurt et est au bord de la ruine. La pêche a un avenir.

Je ne peux pas conclure cette brève intervention sans saluer les milliers de personnes qui manifesteront demain à Lisbonne pour défendre leurs acquis et leurs droits de travailleurs.

 
  
MPphoto
 
 

  Zuzana Roithová (PPE-DE). - (CS) M. le Président, l’élargissement de l’espace Schengen a été une excellente nouvelle pour les citoyens de mon pays, un symbole de l’égalité des citoyens tchèques avec ceux des autres pays de l’Union. Malheureusement, les journaux du jour sont remplis de titres racontant comment des conducteurs tchèques sont harcelés par les polices allemande et autrichienne. Depuis avril, des contrôles approfondis et systématiques de tous les bus et véhicules privés immatriculés en République tchèque ont lieu en Allemagne et en Autriche. Après un mois à peine de contrôles génériques, l’Autriche a annoncé son intention de procéder à des contrôles systématiques, à partir du mois de juin, en relation avec l’Euro 2008. On peut comprendre une telle décision. Par contre, je m’oppose farouchement à un contrôle généralisé des véhicules tchèques en Allemagne. Il s’agit là d’une décision unilatérale difficile à expliquer, qui nuit aux relations de bon voisinage que nous entretenions. Je reçois des lettres de citoyens demandant aux autorités tchèques de prendre des mesures de représailles. Ce n’est pas une situation saine, et je crains qu’elle affecte le climat politique à la veille de la ratification du traité de Lisbonne. J’ai déjà lancé un appel et je demande à présent à mes collègues allemands de se pencher sur cette question en Allemagne.

 
  
MPphoto
 
 

  Rovana Plumb (PSE).(RO) Chers collègues, je voudrais saluer le programme «Construire une Europe pour et avec les enfants» initié par le Conseil de l’Europe, qui vise à éliminer toute forme de violence à l’égard des enfants, et je suis convaincue qu’en 2009, les châtiments corporels seront interdits partout dans le monde.

Toutefois, je voudrais souligner la nécessité d’une campagne commune à l’échelle européenne, de manière à sensibiliser les enfants au fait que la violence à leur égard est contraire à la loi et qu’ils doivent signaler tous les mauvais traitements dont ils sont victimes. Dans certains États membres de l’UE, les parents considèrent les châtiments corporels comme une méthode d’éducation normale, et les enfants supposent donc eux aussi qu’il s’agit là d’une chose normale.

L’avenir de l’Union européenne dépend de la manière dont nous respectons les droits des enfants et, au cours de leur éducation, nous devons garder à l’esprit une approche qui bannit toute forme de violence.

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL).(PT) Récemment, Eurofound a révélé que 25 % de tous les licenciements intervenus au Portugal entre 2003 et 2006 étaient le fruit d’une délocalisation des entreprises. L’étude des dossiers révèle que plusieurs multinationales ont délocalisé leurs activités après avoir reçu des aides communautaires à hauteur de plusieurs millions d’euros et après avoir engrangé des bénéfices de plusieurs millions, ce qui est inacceptable.

Certains travailleurs n’ont pas encore reçu les compensations auxquelles ils ont droit, comme dans le cas de Vila Nova de Gaia et de Brax, dont les travailleurs ont manifesté hier devant les portes du tribunal afin d’obtenir les indemnités que ces entreprises leur doivent depuis cinq ans.

Le chômage sert également de justification pour des emplois de plus en plus précaires, ce à quoi le gouvernement réagit avec de nouvelles tentatives visant à amoindrir encore les droits des travailleurs. Je salue donc la journée d’action à laquelle a appelé la Confédération générale des travailleurs du Portugal (CGTP), et qui se tiendra demain à Lisbonne, au Portugal.

 
  
MPphoto
 
 

  Mairead McGuinness (PPE-DE). - (EN) M. le Président, je voudrais juste attirer l’attention de mes collègues députés sur la conférence qui se tient à Rome et qui a pour thème la crise alimentaire mondiale. Nous avons, au sein de cette Assemblée, exprimé nos inquiétudes quant à ce problème dans notre récente résolution sur les prix des denrées alimentaires.

L’une des questions clés réside dans le sous-investissement dans l’agriculture, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. J’ai réalisé l’ampleur de ce problème lors d’une conférence qui s’est tenue en Irlande la semaine dernière, lorsqu’une sœur missionnaire du Saint Rosaire, Nora MacNamara, a mentionné très clairement que lorsqu’elle s’occupait d’agriculture en Afrique il y a de nombreuses années, il y avait des investissements. Puis, nous a-t-elle dit, l’Afrique, ou plutôt l’agriculture, est devenue un mot tabou lors de la collecte de fonds pour soutenir des projets. Nous devons revenir à nos racines et réinvestir dans l’agriculture.

Puis-je encore ajouter, dans le débat sur le traité de Lisbonne en Irlande, que ce traité renforcera en fait le rôle de l’Union européenne dans les pays en développement et, à mon sens, nous aidera à relever le défi de la crise alimentaire à laquelle nous sommes confrontés, non seulement en Europe, mais dans le monde entier?

 
  
MPphoto
 
 

  Csaba Sándor Tabajdi (PSE). - (HU) En février de cette année, M. Erdogan, le Premier ministre turc, a fait un discours extrêmement controversé à Cologne, dans lequel il qualifiait l’assimilation de crime contre l’humanité. Sous l’angle de la liberté de choisir sa propre identité, une telle déclaration est inacceptable; préserver la diversité culturelle est sans conteste un objectif majeur, mais il appartient à chaque individu de faire ses propres choix.

Le choix naturel pour les Turcs d’Europe occidentale peut être d’opter pour une double identité. L’exigence de M. Erdogan de voir une université en langue turque s’implanter en Allemagne est irréaliste, car dans de nombreux pays de l’Union, les minorités nationales indigènes, présentes parfois depuis des siècles, n’ont pas leur propre université publique, comme les Hongrois de Transylvanie, par exemple, qui ont été privés d’une université publique indépendante sous la dictature communiste.

Il est important que la Turquie ne manipule pas les minorités de migrants qui vivent en Europe occidentale à des fins de politique intérieure. Il serait aussi souhaitable que le Premier ministre Erdogan commence par balayer devant sa porte dans des domaines tels que la situation des Kurdes, la reconnaissance du génocide arménien ou l’égalité de droits pour les femmes.

 
  
MPphoto
 
 

  Silvia-Adriana Ţicău (PSE).(RO) M. le Président, les socialistes européens espèrent que l’Europe deviendra un exemple pour le monde entier en termes de qualité de vie. Les 27 États membres de l’Union construisent à présent une nouvelle Europe sociale, qui devrait assurer la prospérité de tous les citoyens européens.

Sur le budget de l’Union de 2008, près de 45 % sont affectés à la croissance, à l’innovation, à la création d’emplois et à la cohésion économique et sociale, et 42,6 % à l’agriculture. Or, les zones rurales représentent 90 % du territoire de l’Union européenne.

En dépit des 41 millions d’euros alloués à l’agriculture en 2008, la hausse des coûts des travaux agricoles et des prix à l’énergie a entraîné une augmentation des prix des produits agricoles et une détérioration de la situation économique. Il me semble que la politique des subventions agricoles et des conditions adéquates pour la promotion des investissements dans ce domaine constituent une réponse à une partie des défis auxquels sera confrontée l’Union dans les années à venir.

Une agriculture développée permettra à tous les citoyens européens d’avoir accès à des aliments sains et en quantités suffisantes, à des prix abordables. Et une alimentation saine est un aspect fondamental de la qualité de vie.

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. (IT) Voilà qui clôt ce point.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité