Показалец 
 Назад 
 Напред 
 Пълен текст 
Процедура : 2008/0149(COD)
Етапи на разглеждане в заседание
Етапи на разглеждане на документа : A6-0396/2008

Внесени текстове :

A6-0396/2008

Разисквания :

PV 03/12/2008 - 19
CRE 03/12/2008 - 19

Гласувания :

PV 04/12/2008 - 7.5
Обяснение на вота
Обяснение на вота

Приети текстове :

P6_TA(2008)0576

Разисквания
Сряда, 3 декември 2008 г. - Брюксел Редактирана версия

19. Възможност за бързо реагиране на рязкото увеличение на цените на хранителните продукти в развиващите се страни (разискване)
Видеозапис на изказванията
PV
MPphoto
 
 

  El Presidente. − El siguiente punto es el informe de Gay Mitchell, en nombre de la Comisión de Desarrollo, sobre el mecanismo de respuesta rápida frente a la fuerte subida de los precios de los productos alimenticios en los países en desarrollo (COM(2008)0450 – C6-0280/2008 – 2008/0149(COD)) (A6-0396/2008).

 
  
MPphoto
 

  Gay Mitchell, rapporteur. − Mr President, the food facility began as a proposal from the Commission, in the light of the rising food prices that provoked riots in some countries, to use EUR 1 billion in leftover agricultural subsidy money to relieve the situation in developing countries through agricultural inputs and emergency safety nets. The money was, in this form, expected to be wholly additional to existing development funds. Now, five months later, we have our billion, but it is in an entirely different form than that originally envisaged.

Two Fridays ago, I attended the budget conciliation meeting, with my colleagues from the Committee on Budgets and the Council, where we were finally able to reach a compromise over the funding of the food facility regulation. The last sticking points were then ironed out on the following Monday at a trialogue between Parliament, Commission and Council.

The final compromise funding looks like this: EUR 1 billion to be financed over a period of three years, 2008-2010, via the flexibility instrument accounting for EUR 420 million; redeployment, with Heading 4, ‘External actions’, giving another EUR 240 million; and the increase of the emergency aid reserve by EUR 240 million for 2008. This increase requires a revision of the interinstitutional agreement. This amount is additional to another EUR 100 million used from the existing emergency aid reserve. As the emergency aid reserve is made up of contributions by the Member States, the top-up of funding will only be additional if the Member States do not compensate for their contributions by a corresponding reduction of the national budgets.

It has been suggested that there are noises of dissatisfaction from the Committee on Foreign Affairs and others about the part-financing of this from the Stability Fund. The Foreign Affairs Committee may be unhappy about this but it was probably about the best deal that could be done in the circumstances.

Although I support the compromise we have now reached, I have made a point of mentioning the shortcomings of the process and the outcome, both in the interests of honesty and to highlight – as I have done on previous occasions – the ludicrous situation where governments across the globe are producing multiple billions of dollars to bail out banks but have to search their souls to find, between 27 Member States and the budget of this Union, EUR 1 billion for the poorest people in the world.

I think we have done the best we could have done in a hundred days. We have found the money and we have put the regulation together, but it is not a totally additional billion. The content of this report includes the fact that the compromise text has already been accepted by all Member States in COREPER, and that essential elements from my report and the amendments from my colleagues on the Committee on Development are in it.

The regulation is limited in time. It now runs until the end of 2010. It concentrates on tackling the short-term crisis; its objectives are to boost agricultural production. It opposes the dispersion of funds by confining its use to a limited list of high-priority countries. It also widens the scope of possible implementing organisations and ensures parliamentary accountability. There are two statements appended to the regulation which help to ensure its proper implementation.

At the end of the day, I think we have done the best we can between Council, Parliament and Commission. We have done it in a hundred days. We have brought the law before Parliament. We will vote on it tomorrow. It is already agreed. We have found the money. I would like, in that context, to pay tribute to the cooperation we received from the Council and the Commission, particularly from Commissioner Michel, who really did want this money to be additional.

I would also like to thank the secretariat of the Development Committee, particularly Guido Van Hecken and Anne McLauchlan and to thank, in my office, Eoin Ó Seanáin and Oliver O’Callaghan, who were very helpful in all of this. I think at the end of the day that it is a good day’s work and the best we could have done.

 
  
MPphoto
 

  El Presidente. − Gracias señor Mitchell, y felicitaciones por su informe y por un tema estrella realmente importantísimo y que hará que el Parlamento Europeo sea considerado en el mundo como un factor de progreso y de solidaridad.

Vamos a dar la palabra al Comisario Michel, que nos hablará, en nombre de la Comisión –y que, por cierto, como la señora Oviir, la señora Goudin y yo mismo, acaba de regresar del otro extremo del mundo, a 14 000 km. de aquí–, de la reunión que tuvimos en la Asamblea Parlamentaria Paritaria CP-Unión Europea. Por cierto, veo que viene usted en buena forma, señor Comisario.

 
  
MPphoto
 

  Louis Michel, membre de la Commission. − Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Mesdames, Messieurs, Honorables membres du Parlement, la crise alimentaire a gravement touché les pays en développement.

Je pense que, comme vous l'avez dit et comme vous l'avez fait, l'Europe avait l'obligation morale d'y répondre rapidement, d'autant plus qu'à cette crise s'est ajoutée une crise financière et économique très grave dont on mesurera, malheureusement, bientôt les effets catastrophiques sur les pays en voie de développement parce que cela pourrait très bien consister en une annulation, et même au-delà, de l'aide publique au développement, mais nous aurons l'occasion d'y revenir.

Nos trois institutions - Parlement, Conseil et Commission - ont, me semble-t-il, été à la hauteur du défi en travaillant rapidement sur cette facilité de réponse rapide à la flambée des prix alimentaires dans les pays en développement.

Je voudrais, au nom du président Barroso et au nom de la Commission, vous remercier. J'adresse également, et tout particulièrement, mes remerciements au rapporteur M. Mitchel pour son remarquable travail, ainsi que MM. Böge et Le Foll, pour les contributions qu'ils ont faites respectivement pour les commissions budget et agriculture.

Vous le savez, nous avons regretté le refus de faire appel aux marges non utilisées de la rubrique 2 mais nous avons été réalistes, ayant la perspective d'un accord sur un bon texte. Je dois dire que le texte de compromis sur lequel vous voterez demain est un bon texte: d'une part, parce qu'il intègre bien vos amendements et ceux du Conseil et, d'autre part, parce qu'il préserve les trois éléments clés de notre position.

D'abord, une réponse d'un milliard d'euros, et personne ne semble avoir sérieusement remis en cause notre estimation des besoins. Ensuite, il a toujours été entendu que cela devait être concentré sur une très courte période. Nous avions proposé deux ans mais pouvons en accepter trois. Enfin, l'objectif était de relancer la production agricole dans les pays les plus touchés par la hausse des prix. En d'autres termes, c'était de sauver les récoltes les plus proches.

Quelles sont les prochaines étapes, après votre vote de demain et la décision du Conseil du 16 décembre? Je pense que le plus important sera de mettre en œuvre sur le terrain. En janvier 2009, la Commission proposera des premières décisions de financement de projets, parce que je crois qu'il faut évidemment démarrer très vite. L'objectif principal est de sauver la production agricole de la récolte 2009. On mettra donc tout en œuvre pour que la majorité des engagements financiers soit réalisée en 2009 et qu'ils aient un impact sur les intrants agricoles, par exemple, pour la saison 2009.

Comme convenu, le plan général de mise en œuvre de la facilité vous sera soumis dans les plus brefs délais et, en tout cas, avant l'échéance de fin avril 2009. Cette facilité a vu le jour grâce à la volonté politique de nos trois institutions et sa mise en œuvre rapide et efficace nécessitera, évidemment, cette même volonté commune.

 
  
MPphoto
 

  László Surján, a Költségvetési Bizottság véleményének előadója. Elnök úr, a Költségvetési Bizottság tudatában volt annak az erkölcsi felelősségnek, amellyel az Európai Unió tartozik a világ azon országai felé, amelyek nehéz helyzetben vannak. De, tisztelt biztos úr, egy percig ne sajnálkozzék azon, hogy a 2-es fejezetből nem tudtunk pénzt találni erre a nemes célra.

Nem érdemes sajnálkozni ezen, mert ugyanolyan erkölcsi kötelességeink vannak az európai gazdák felé, akiknek évek óta azt mondjuk, hogy nincs pénz sem erre, sem arra, sem amarra, hogy az új tagállamok gazdáinak 10 évig kell várni arra, hogy azonos elbírálás alá kerüljenek. Máshol, a megfelelő helyen kellett megtalálni a pénzt, és ahogy ezt az előadó elmondta, valóban meg is találtuk. Azt gondolom, hogy jó munka volt, és büszkék lehetünk rá.

A Költségvetési Bizottságnak még egy problémája volt: nem voltunk meggyőződve arról, hogy – ahogy a biztos úr is mondta – gyorsan reagált a Bizottság, hogy az Európai Bizottság javaslata mindenféle szempontból célszerű. Hiányoltuk például azt, hogy a mikrokredit-gondolat nem merült fel az eredeti anyagban. A Költségvetési Bizottság úgy tartja, hogy nagyon nehéz Brüsszelből, vagy akár más nemzetközi szervezetek központjából eldönteni azt, hogy egy-egy nehéz helyzetbe került régióban, egy-egy nehéz helyzetbe került gazda hogyan tud előrefelé menekülni.

Nagyon jól bevált rendszer a mikrokreditrendszer, sok nehéz helyzetben lévő országon segített, és nagyon hálásak vagyunk, hogy a DEVE Bizottság elfogadta a Költségvetési Bizottság ilyen irányú javaslatait. Biztos úr, nem garantálhatom, de nagy valószínűséggel megjósolhatom, hogy ez a szavazás az Ön és minden érdekelt megelégedésével fog holnap végződni. Köszönöm megtisztelő figyelmüket.

 
  
MPphoto
 

  Stéphane Le Foll, rapporteur pour avis de la commission de l'agriculture et du développement rural. − Monsieur le Président, je vais être rapide. Je tiens d'abord à remercier M. Mitchell et à saluer son travail, je voudrais aussi remercier l'engagement du commissaire et vous dire que la crise alimentaire ne sera pas simplement un règlement sur deux ans ou sur trois, mais c'est quelque chose dont il faudra s'occuper dans les années qui viennent.

Je voudrais ajouter un point en tant que représentant de la commission agricole. C'est que depuis quinze ans, dans les aides au développement, la part consacrée à ces aides pour l'agriculture n'a cessé de diminuer. Elle est passée, comme l'a dit M Diouf, de 15 à 4 %. Il est temps de réfléchir à l'idée que le développement passe aussi par un soutien à l'agriculture et si cette facilité doit avoir un sens pour l'avenir, c'est ce sens-là que, moi, j'entends lui donner.

 
  
MPphoto
 

  Colm Burke, on behalf of the PPE-DE Group. – Mr President, I would like to thank Mr Mitchell for his report. I welcome the creation of this food facility for the world’s poorest farmers which has finally been agreed after long negotiations.

Some members of the Council were not willing to provide unspent agricultural money to support developing countries. While one sixth of the world’s population is now going hungry, certain Member States of the European Council held back (though a majority of members were in favour of using the CAP), citing a fear of setting precedents as their tenuous justification.

The money has been found elsewhere, being phased over three years from 2008 to 2010 instead of over a two-year period. Sadly this money was most needed a few months ago when food prices were soaring. Food prices are no longer soaring in some of those same countries.

Since food prices began to increase, the number of people going hungry has risen to nearly one billion. This year 100 million people were driven into poverty as a result of the food and fuel crisis, and that number continues to grow. People in developing countries spend up to 80% of their income on food, underlining the reason why the price of food must remain accessible.

The food facility will contribute to solving some short-term needs by providing agriculture inputs and strengthening safety nets. However, a new food crisis will be imminent unless EU Member States and other rich countries address the structural problems that fuelled the food crisis.

 
  
MPphoto
 

  Josep Borrell Fontelles, en nombre del Grupo PSE. – Señor Comisario, enhorabuena: sin su absoluta entrega a esta causa no se habría llegado a este final aparentemente feliz. Ha sido usted, en todo momento, un gran batallador para conseguir este objetivo. Gracias, también, a mi colega el ponente, señor Mitchell. Entre los dos han salvado a la Unión Europea del estrepitoso ridículo que hubiera significado no llegar a encontrar esos mil millones, después de haberlos prometido tantas veces en tantos lugares del mundo.

Puede que no sean exactamente mil, no serán todos adicionales, pero sí una parte muy importante; no provendrán de la agricultura, como usted había propuesto, señor Comisario, y no serán todos en un solo año, sino en dos o en tres, pero las imperfecciones del mundo real no han podido impedir que usted haya conseguido, permítame decirle que con el apoyo de la Comisión de Desarrollo y también del Partido Socialista, el objetivo que se había propuesto.

No es mucho dinero, es apenas un euro por cada persona mal nutrida en el mundo; un euro por hambriento. Pero puede ayudar a disminuir en el futuro esta cifra, siempre que los Estados miembros no descuenten de su ayuda al desarrollo los fondos adicionales que han tenido que aportar a la ayuda de emergencia.

Desde aquí hago, señor Comisario, un llamamiento a todos los Estados para que no disminuyan la adicionalidad de esta cifra recortando sus presupuestos nacionales. Alguno ya lo ha insinuado. Otros, en cambio, como España, se han comprometido firmemente a no hacerlo. No serviría de nada vestir a un santo desnudando a otro, cambiar el dinero de sitio para acabar dando la misma cantidad. Estoy seguro de que usted, señor Comisario, sería el primero en denunciarlo si así ocurriera.

 
  
MPphoto
 

  Kyösti Virrankoski, ALDE-ryhmän puolesta. – Arvoisa puhemies, haluan kiittää herra Mitchelliä hyvästä mietinnöstä. Ryhmäni on koko ajan tukenut nopean elintarvikeavun myöntämistä. Komissio teki esityksensä yhden miljardin euron tuesta heinäkuussa. Valitettavasti se ei kunnioittanut toimielintenvälistä sopimusta talousarvion kurinalaisuudesta. Tämä oli yllättävää, koska komissio on perinteisesti perussopimuksen ja laillisuuden vartija. Vasta budjettisovittelussa komissio muutti esitystään voimassaolevan lainsäädännön mukaiseksi, jolloin päästiin sopuun.

Suuri kiitos on annettava puheenjohtajavaltio Ranskalle, joka onnistui taivuttamaan jäsenvaltiot ruoka-avun kannalle. Yhden miljardin euron elintarviketuesta 760 miljoonaa euroa on uutta rahaa, mikä on selvä voitto Euroopan parlamentille.

Ongelmana on tuen perillemeno. Pahimpien epäilyjen mukaan vain osa avusta saapuu perille suuremman osan jäädessä välikäsiin. Tätä ongelmaa on tiukasti valvottava. Kehitysmaiden maatalouden ongelmana ei ole lannoitteiden tai siementen saatavuus vaan koulutuksen puute sekä työmenetelmien ja kalustojen alkeellisuus. Sitä ei yhtenä vuotena ratkaista miljardilla eurolla. Siksi elintarviketuki on ennen kaikkea hätähuuto siitä, että kehitysyhteistyössä on siirrettävä painopistettä maatalouden kehittämiseen ja elintarviketuotannon vahvistamiseen.

Kehitysmaiden maataloutta harjoitetaan usein vaikeissa olosuhteissa, joita leimaa karu maaperä ja ankara ilmasto. Näissä olosuhteissa vaaditaan poikkeuksellisen korkeaa ammattitaitoa ja kehittyneitä menetelmiä. Siksi ammatillista koulutusta on kehitettävä. Nykyisin sitä ei ole juuri lainkaan. Tuotantomenetelmiä on sovitettava köyhyyden asettamiin rajoitteisiin. Hyppy ihmisten vetämistä auroista suoraan high technology -traktoreihin ei sovellu ollenkaan. Maatalouden kehittämiseen pätee: puuhun on noustava tyvestä alkaen.

 
  
MPphoto
 

  Marie-Hélène Aubert, au nom du groupe Verts/ALE. – Monsieur le Président, mes collègues ayant rappelé le parcours somme toute assez difficile de cette belle initiative, nous espérons qu'elle trouvera, à présent, un début de concrétisation.

Je voulais, pour ma part, Monsieur le Commissaire, vous interroger sur deux points. D'une part, une partie du financement des fonds additionnels proviendrait d'une ponction sur les fonds dédiés à l'instrument de stabilité mis en place pour la prévention des conflits et la consolidation de la paix. Ce redéploiement me paraît extrêmement problématique. Est-il confirmé? Et si oui, y a-t-il des compensations à envisager? Je crois en effet que vous serez certainement sensible aussi à la pérennité de cet instrument d'instabilité.

D'autre part, maintenant que ce milliard semble réuni, par quels canaux devra-t-il transiter pour que les fonds parviennent rapidement et efficacement aux acteurs de terrain multiples et dispersés ainsi qu'aux centaines de groupements d'agriculteurs familiaux? Comment comptez-vous traiter directement avec ces acteurs de terrain, en évitant les gaspillages et les déperditions que nous connaissons bien, liés à de multiples intermédiaires?

 
  
MPphoto
 

  Wiesław Stefan Kuc, w imieniu grupy UEN. – Panie Przewodniczący! Unia Europejska stara się stworzyć instrument umożliwiający szybką pomoc krajom biednym i wcale nie rozwijającym się w zapewnieniu ich ludności warunków do przetrwania w przypadku wzrostu cen żywności. Przy okazji mówimy o tym, że brak żywności w tych krajach jest permanentny, a nie tylko wtedy, gdy jest nieurodzaj lub spekulacyjne ceny żywności rosną. Wynika z tego, że krótkie reagowanie i pomoc żywnościowa nie rozwiążą problemu.

Uczenie ludzi, wprowadzanie nowych metod produkcji, lepszego materiału siewnego czy nawozów propagowane w tych krajach od lat przez FAO i Bank Światowy nie przynosi spodziewanych efektów. Dlatego traktowanie 1 mld euro jako instrumentu umożliwiającego szybkie reagowanie na gwałtowny wzrost cen żywności w krajach rozwijających się jest nieadekwatne do oczekiwanych rezultatów, szczególnie przy naszym unijnym sposobie działania.

Doskonale widzi to i rozumie sprawozdawca Gay Mitchell, a, jak się wydaje, nie rozumieją sprawozdawcy komisji opiniodawczych i Komisji Kontroli Budżetowej.

 
  
  

VORSITZ: MECHTILD ROTHE
Vizepräsidentin

 
  
MPphoto
 

  Kωvσταντίνος Δρούτσας, εξ ονόματος της ομάδας GUE/NGL. – Η παγκόσμια διατροφική κρίση και η αύξηση των τιμών είναι αποτέλεσμα της μετατροπής των τροφίμων από μέσο επιβίωσης σε κοινό εμπόρευμα, αντικείμενο κερδοσκοπίας των καπιταλιστών. Η Ευρωπαϊκή Ένωση δίνοντας ελάχιστα χρήματα και αφιερώνοντας λίγο χρόνο θέλει φαρισαϊκά να αποποιηθεί των ευθυνών της για το έγκλημα κατά της ανθρωπότητας όπως επίσημα χαρακτηρίστηκε. Εμείς πιστεύουμε ότι και αυτοί οι πόροι θα καταλήξουν στα ταμεία των πολυεθνικών που ελέγχουν τα αναπτυξιακά προγράμματα. Η επίλυση του προβλήματος απαιτεί σεβασμό στο δικαίωμα διατροφικής ασφάλειας και επάρκειας, τη στήριξη των μικρομεσαίων αγροτών και την αναδιάρθρωση των τοπικών και περιφερειακών αγορών, ριζική δηλαδή αλλαγή της αγροτικής πολιτικής που προωθεί το πέρασμα της γης σε λίγους, την ασύδοτη εκμετάλλευση των φυσικών πόρων και την αντικατάσταση των καλλιεργειών τροφίμων με άλλα φυτά.

 
  
MPphoto
 

  Hélène Goudin, för IND/DEM-gruppen. – Fru talman! Fattigdom, misär och svält är vardag för de drygt två miljarder av jordens befolkning som lever på mindre än två dollar om dagen. Det faktum att prisökningarna på främst ris, majs och andra grundläggande varor har varit dramatisk den senaste tiden är självklart också en av de främsta anledningarna till att många människor inte har tillräckligt med mat. Detta problem har även EU blivit varse, och man vill därför inrätta en fond för att möta krisen.

Den fråga som vi måste ställa oss, kolleger, är varför vi accepterar EU:s skadliga jordbrukspolitik, som är en av de största bovarna i dramat. Denna protektionistiska politik berövar fattiga människor möjligheten till inkomst och att därmed kunna undvika svält. Likväl röstar denna kammare alltid för den gemensamma jordbrukspolitiken. Det är tragiskt, och jag frågar mig om det är ett medvetet eller omedvetet drag från EU:s sida.

 
  
MPphoto
 

  Czesław Adam Siekierski (PPE-DE). - Wszyscy mamy świadomość tego, iż w związku z trwającym kryzysem żywnościowym wiele osób, zwłaszcza mieszkańców krajów rozwijających się, tych najbiedniejszych, znalazło się w bardzo trudnej sytuacji. Zamiast osiągnąć Milenijne Cele Rozwoju ONZ, kolejne miliony ludzi popadają w ubóstwo.

Unia nie powinna uchylać się od pomocy. Chyba większość z nas siedzących na tej sali zgadza się z tym. Wsparcie dla tych krajów jest naszym moralnym obowiązkiem, wyrazem solidarności z biedniejszymi narodami. Powinniśmy wskazać im właściwą drogę wyjścia z kryzysu, pomóc w zapewnieniu właściwej ilości żywności, przede wszystkim poprzez wsparcie produkcji rolniczej w ich krajach.

Chciałbym także podkreślić, że nie tylko poza granicami Unii są osoby oczekujące na pomoc. Także wewnątrz Wspólnoty miliony naszych obywateli boryka się z problemem wysokich cen żywności i jej brakiem. Apeluję więc, żeby pomagając innym, np. w Afryce, nie zapomnieć o tych, którzy tutaj blisko czekają na wsparcie. Dlatego też należy poprzeć propozycję Komisji Europejskiej zwiększającą środki na unijny program dystrybucji żywności wśród osób najbardziej potrzebujących we Wspólnocie. Niestety niektóre państwa członkowskie sprzeciwiają się istnieniu tego programu.

 
  
MPphoto
 

  Juan Fraile Cantón (PSE). - Señora Presidenta, en el marco que dibuja la actual situación de crisis, las Naciones Unidas nos han advertido de la grave situación que padecen 22 países especialmente vulnerables, y el Banco Mundial nos indica que a los 850 millones de personas que ya pasaban hambre en el mundo hay que agregarles otros 100 millones de personas más que se van a incorporar como consecuencia de la crisis.

Ante esta situación se requería una respuesta rápida y conjunta de la Unión Europea, y el pasado julio la Comisión propuso un instrumento especial de financiación para ayudar a los agricultores de los países en desarrollo y para intentar paliar la subida de los precios de los alimentos.

La medida pretendía, por un momento, aumentar la producción agrícola en estos países, donde los efectos de la subida de los precios se manifiesta con mayor crudeza, poniendo en peligro la consecución de los Objetivos de Desarrollo del Milenio y, por otro, evitar en lo posible una inestabilidad y unas tensiones que hagan peligrar los logros de años de inversión en los ámbitos políticos de desarrollo y de mantenimiento de la paz.

Por todo ello valoramos positivamente el acuerdo alcanzado, que da cumplimiento a una promesa de incorporar mil millones hecha, como decía, al más alto nivel político...

(La Presidenta retira la palabra al orador)

 
  
MPphoto
 

  Proinsias De Rossa (PSE). - Madam President, I would like to congratulate all those involved in this report and this very significant achievement: the rapporteur Gay Mitchell, all the political groups – including my own – and Commissioner Michel.

Food prices and the collapsing global economy will have devastating effects on people in developing countries. It has been estimated that, for every 1% drop in the world GNP, 40 million more people will be driven into poverty. Consequently, it is extremely important that this proposal to cope with soaring food prices is implemented with urgency. The developing world is not the author of the current financial and economic crisis. If we are to avoid condemning another generation of people to abject poverty and hunger, we must avoid short-sighted penny-pinching in the field of development aid. As has already been pointed out, the figure of EUR 1 billion may seem large, but it is trifling compared to the amount of money we are pumping into banks and stimulus packages. I urge that this report be implemented as quickly as possible.

 
  
MPphoto
 

  Silvia-Adriana Ţicău (PSE). - Consiliul Uniunii Europene ar trebui să crească coerenţa politicilor naţionale şi internaţionale legate de problema asigurării hranei populaţiei.

Preţurile ridicate ale produselor alimentare au repercusiuni grave asupra situaţiei celor mai sărace populaţii şi pun în pericol realizarea obiectivelor de dezvoltare ale mileniului. Introducerea mecanismului propus de regulament este o consecinţă a scăderii cheltuielilor legate de agricultură.

Comunitatea Europeană trebuie să încurajeze creşterea producţiei agricole pe termen scurt şi mediu în ţările în curs de dezvoltare şi reducerea efectelor negative ale creşterii preţurilor la produsele alimentare asupra categoriilor celor mai sărace din ţările în curs de dezvoltare.

Ajutorul comunitar nu va fi utilizat pentru plata taxelor, impozitelor sau altor impuneri. În acelaşi timp, acest regulament trebuie să asigure protejarea agricultorilor europeni.

 
  
MPphoto
 

  Friedrich-Wilhelm Graefe zu Baringdorf (Verts/ALE). - Frau Präsidentin! Wir haben mit Milliardenbeträgen an Exportsubventionen die Landwirtschaft in den Ländern der Dritten Welt zerstört, wir haben die Ernährungssicherheit in diesen Ländern untergraben. Wenn wir meinen, wir könnten das mit einer Milliarde auffangen, dann ist das lächerlich! Ich bin dafür, dass diese eine Milliarde bezahlt wird – damit ich nicht missverstanden werde –, aber die 850 Millionen Hungernden sind nicht dadurch entstanden, dass wir hohe Nahrungsmittelpreise hatten, sondern dass wir mit unseren Exportsubventionen die Preise in diesen Ländern auf ein so niedriges Niveau gedrückt haben, dass sich die Landwirtschaft nicht mehr lohnt. Die Subsistenzwirtschaft, die Eigenbewirtschaftung, die Eigenversorgung sind zerstört worden!

Wenn wir jetzt in dieser Logik diese eine Milliarde ausgeben, dann hilft das nicht, dann hilft das mehr der Zerstörung. Daher müssen wir sehr aufpassen, wie sie vergeben wird.

Ich bin dafür, dass wir die Ernährungssicherheit in diesen Ländern langfristig stärken. Das heißt, wir müssen uns aus diesen Märkten mit Exportdumping zurückziehen.

 
  
MPphoto
 

  Louis Michel, membre de la Commission. − Monsieur le Président, je voudrais d'abord, suite à cette dernière intervention, et à l'une ou l'autre intervention, préciser quand même un élément important. C'est que ce milliard n'est en rien la réponse de solution structurelle au problème de la crise alimentaire dans les pays en voie de développement.

Ce milliard est, en réalité, une réponse de réaction rapide pour sauver, dans l'urgence, les récoltes qui viennent, c'est-à-dire celles de 2008-2009 – je pense qu'on pourra plutôt parler de celles de 2009, 2010 et peut-être 2011.

J'ajoute d'ailleurs que l'idée qu'il y a derrière, c'est qu'à un moment donné, évidemment, cette capacité de réponse rapide puisse devenir permanente. Je vais certainement inquiéter un certain nombre d'États membres en disant cela. Je disais donc que ceci est une réponse rapide et intacte. Ce n'est pas la réponse structurelle.

La réponse structurelle a été, dans le fond, évoquée par M. Le Foll lorsqu'il s'inquiète, à juste titre, que depuis de longues années, maintenant, la part des budgets d'aide au développement affectée à l'agriculture ou au développement rural ne cesse de diminuer. Et je vais passer évidemment sur la responsabilité de tout cela. Je crois que la communauté internationale a été aussi sans doute de bonne foi, mais un peu complice de ce désengagement. Manifestement, il faut donc refocaliser sur cette question, des progrès sont faits. J'ai déjà eu l'occasion de vous citer les chiffres. Le neuvième Fonds européen de développement: quatre pays avaient choisi l'agriculture ou le développement rural comme secteur de focalisation ou secteur de concentration dans sa coopération avec la Commission. Quatre, pour 650 millions d'euros dans le dixième Fonds européen de développement. Et après avoir beaucoup discuté, suggéré, insisté, on est aujourd'hui passé à 1 milliard 250 millions pour 25 pays! Mais 25 pays ça ne fait jamais qu'un tiers. Donc, il y a encore du travail.

Je pense, dans la foulée de ce que M. Le Foll disait, que l'idée qui a été lancée par un certain nombre de ministres du développement de l'Union européenne et qui consisterait, en cinq ans, à faire en sorte que les budgets aide au développement, bilatéraux, focalisant sur l'agriculture, passent à une moyenne de 10 à 15%, chiffres dont il faudrait évidemment débattre. Cela permettra, évidemment, des réponses structurelles. Donc, ce milliard il ne va pas être destiné à faire de la réponse structurelle. En tout cas, pas massivement. Il va viser l'urgence.

Je dois vous dire que ça me pose un problème moral quand on évoque la situation des agriculteurs européens par rapport aux petits fermiers des pays en voie de développement. D'abord, je crois que ce n'est pas correct de les opposer. Je crois que le monde agricole européen et, en tout cas, l'entreprise familiale, rencontrent un certain nombre de problèmes mais il est évident que dans le cas du milliard ici, c'est parti de quoi? C'est parti de l'idée que, comme les prix avaient augmenté, le mécanisme de compensation qui est prévu en cas de diminution des prix et de perte des revenus pour les agriculteurs européens n'avait aucune raison d'être. L'idée est donc venue d'utiliser cet argent d'une manière un peu symbolique, pour faire en sorte que ce qui était prévu pour les agriculteurs européens mais qui n'était pas nécessaire, soit affecté dans ces pays-là.

Je ne souhaite pas qu'on oppose cela. Je ne le souhaite vraiment pas. Je pense que, bien entendu, les consommateurs, les citoyens européens, ont droit à tous nos égards et je regrette, d'ailleurs, que ça fasse tellement de difficultés pour que l'on aide en Europe ceux qui en ont besoin, notamment par le biais de l'aide qui est en débat pour le moment et qui semble ne pas beaucoup avancer.

Ne mettons pas en lien ou ne faisons pas dépendre notre intervention en faveur des uns, de l'intervention éventuellement parallèle en faveur des autres, cela n'a rien à voir, cela n'a vraiment rien à voir. On n'est pas dans le même ordre de pauvreté d'abord, et ensuite, il faut rester cohérent, me semble-t-il.

Une question fondamentale qui, dans le fond, pose parfaitement le problème de la cohérence de la politique européenne par rapport à l'agriculture. Elle a été posée par Josep Borrell. C'est, évidemment, Monsieur le Député, que la vraie question qu'il va falloir maintenant suivre de très près et où il faudra être extrêmement réactif, aussi bien le Parlement – il le fera, je le sais – mais aussi la Commission, et même certains membres du Conseil, c'est de savoir si nos États membres qui ont accepté cette formule avec un certain nombre d'États membres qui l'ont acceptée, forcés et contraints, parce qu'on a dû batailler, et je remercie vraiment le Parlement, car je crois que sans le Parlement on n'y serait pas parvenu. J'ai même cru, à un moment donné, qu'on n'y parviendrait pas, tellement les arguments utilisés devenaient de plus en plus spécieux et limites sur le plan de l'honnêteté intellectuelle.

Bien entendu, M. Borrell, là où la vigilance va devoir être totale, c'est de voir si les États membres ou si certains États membres ne vont pas compenser à due concurrence l'engagement qu'ils ont pris ici. Si cela se passait, ce serait évidemment un marché de dupes complet et il faudra continuer à se battre indiscutablement.

Je reviens de Doha. Je dois vous dire que je suis tout sauf hyper optimiste sur l'augmentation de l'aide publique au développement. Je dois vous dire que quand on sort de quelques heures de réunion – j'admets que j'ai un tempérament peut être un peu explosif parfois, mais il m'arrive quand même d'être capable de contrôler mes nerfs – c'est difficile de supporter cela. C'est difficile de supporter la mauvaise foi, de supporter des discours qui disent, il faut plus d'aide publique au développement, mais quand on rédige un texte juste pour reconfirmer les engagements du passé, subitement on n'est plus d'accord et on invente toutes sortes de raisons pour ne pas être pris dans l'engagement. Et en tout cas, pour se laisser suffisamment d'ouvertures et de portes ouvertes, pour pouvoir fuir devant ses responsabilités et ses engagements dans le déshonneur le plus total. Donc, on va devoir se battre, il ne faut pas se faire d'illusions sur cette question-là, il va falloir accuser, dénoncer, mettre devant les responsabilités, et surtout – parce que je reconnais que je ne le supporte plus – défaire, démonter les doubles langages parce que c'est ça le plus terrible car, en même temps qu'on vous dit et qu'on vous prononce des discours d'une générosité absolument fabuleuse, en même temps on multiplie les coups de Jarnac derrière pour empêcher les engagements d'être réalisés. Donc, on n'a pas fini d'en voir, je le sais.

M. Virrankoski, l'aide doit arriver à destination, je crois très honnêtement que dans le cas de figure qui nous occupe, l'aide arrivera à destination. J'en appelle quand même quelque part à la cohérence du combat que nous voulons mener ensemble. Quand on dit, l'aide doit arriver à destination, on envoie le plus mauvais message qui soit à l'opinion publique dont nous avons besoin pour nous aider à pousser les États à augmenter leur aide publique au développement.

Il faut arrêter de dire tout et n'importe quoi sur cette question-là. Je pense que l'aide publique qui est mise en œuvre par la Commission, sous votre contrôle, sous le contrôle de toutes les institutions qui sont là pour ça, arrive à destination. On peut débattre de nos procédures, de nos règles, du fait qu'il faut des consultations, des audits, des études, etc. et que ça coûte et que, d'une certaine manière, ça prend de l'argent, eh bien, d'un autre côté, c'est sans doute aussi à ce prix qu'il y a un contrôle réel et c'est aussi à ce prix que l'on peut assurer un minimum de qualité dans la délivrance de l'œuvre.

Donc, il faut savoir ce qu'on veut, mais je ne crois pas que vous puissiez dire que l'aide n'arriverait pas à destination. Dans le cas qui nous occupe, je peux vous affirmer que tout cela est vérifiable, contrôlable et nous avons toutes les procédures que vous connaissez d'ailleurs et que je connais. Donc, je pense franchement qu'il ne faut pas trop craindre cela.

Madame Aubert, je pense que vous avez dans le fond, à travers votre question, ou votre suggestion, traduit ce qui, pour moi, est aussi probablement l'un des points noirs, l'un des seuls vraiment points noirs, de l'accord, évidemment, puisque par rapport à l'instrument de stabilité, vous avez parfaitement vu que ce que l'on prend dans l'instrument de stabilité, c'est de l'argent qu'on n'a pas nécessairement pour d'autres choses et que c'est, dans le fond, un glissement, il faut bien le dire. C'est d'ailleurs ce qui nous empêche, en tout cas moi, ce qui m'empêche, de prétendre que c'est un milliard d'additionnel. On ne peut pas vraiment dire que c'est un milliard d'additionnel, pense que M. Mitchell a eu aussi l'honnêteté intellectuelle de mettre l'accent là-dessus mais, très objectivement, je pense quand même que ça ne peut pas, si vous voulez, nous empêcher de ne pas être heureux parce que quand même, je ne m'imaginais pas qu'on y arriverait.

Donc les 240 millions d'euros seront redéployés à partir de l'instrument de stabilité, 70 millions déjà en 2009. Le solde disponible sera donc grosso modo au niveau de 2008, qui était de 135 millions, mais en fait, ce n'est pas un vrai argument. C'est un argument toutes choses restant égales, bien entendu. S'il y avait des besoins nouveaux sur cet instrument, nous aurions un problème. Mais en ce qui concerne 2010, la Commission a été invitée au cours de la conciliation budgétaire à présenter une programmation financière révisée en vue d'assurer une progression ordonnée des montants prévus pour la période 2010-2013 tout en gardant le niveau de marge annuelle inchangé. Cette programmation révisée sera présentée dans le cadre de la stratégie politique annuelle et nous suivrons ça de près bien entendu.

Pour ce qui concerne les questions que vous avez posées sur la mise en œuvre: selon les pays, le choix sera fait sur base de critères d'efficacité. Qui pourra participer à ça? Évidemment les organisations internationales et régionales, les pays eux-mêmes, les États et les autorités décentralisées, les ONG, les agences des États membres aussi. D'ailleurs, si on a élargi la nature des opérateurs, c'est à la demande du Parlement. Moi, j'avoue que j'étais assez opposé à ça mais c'est votre vœu, je peux comprendre. Le critère, ce sera un critère d'efficacité mais si on veut aller vite, vous devez savoir que la meilleure façon d'aller vite, c'est de travailler avec les organisations qui sont faites pour ça, prioritairement, et avec lesquelles nous pouvons, dans le fond, aller beaucoup plus vite puisque nous avons des règles d'engagement par rapport à ces institutions qui vont plus vite. Mais je vous assure que nous jouerons le jeu complètement, comme ça a été décidé par votre Parlement et comme ça a été décidé dans l'accord final.

Moi je pense que l'Europe s'est quand même montrée à la hauteur du défi parce que je trouve que, ici, on parle du milliard pour cette réaction rapide pour sauver les récoltes. Je vous rappelle aussi les centaines de millions d'euros qu'on a déjà dégagés et dépensés et que nous continuerons à dépenser dans le cadre de l'aide humanitaire d'urgence ou de l'aide alimentaire d'urgence. L'Europe a été quand même extrêmement réactive là-dessus. Je veux juste rappeler, il me plaît de le rappeler d'office, que l'Europe c'est quand même 46 milliards d'euros – en 2007 – par an. J'attends encore toujours qu'un autre donateur apporte autant à l'aide au développement.

Pour ce qui concerne M. Droutsas, dire que l'Union européenne se lave les mains et que tout cela va aller dans les poches des hommes d'affaires, je ne peux pas partager ce point de vue, c'est un peu excessif. Je ne dis pas que tout est totalement faux. Par exemple, il est clair que le prix des engrais et le prix des semences, on peut en discuter, on peut en débattre. On peut effectivement essayer d'objectiviser cette question-là. Probablement que ce ne serait peut-être pas inutile que dans la réponse structurelle, on essaie au niveau des grandes organisations internationales – et moi j'y pense de plus en plus – de négocier avec toutes ces grandes entreprises qui, dans le fond, produisent ces semences particulièrement efficaces mais qui coûtent extrêmement cher, même chose pour les engrais. Il y a des initiatives qu'il faut certainement envisager, notamment de fabriquer des engrais par exemple sur place. Il y a des endroits où on pourrait le faire. Créer aussi des corridors de fournitures qui permettent d'éliminer d'une manière très importante les frais de transport. Récemment, j'ai reçu un groupement de producteurs pour voir un peu ce qu'ils étaient prêts à faire et nous allons tenir une réunion d'ailleurs entre eux et notre business forum pour voir ce que eux peuvent apporter dans la stratégie de réponses structurelles, ça me paraît évidemment important.

Madame Goudin, je suis souvent d'accord avec vous, mais je dois vous dire que je ne pense pas que des politiques protectionnistes soient la solution dans les pays qui ont ce problème-là. Je pense par contre que ce qui serait intéressant – parce que je crois que des politiques protectionnistes risquent de dérégler totalement, en tout cas de ne pas répondre régionalement au problème, mais c'est une dimension économique que je ne vais pas aborder ici maintenant – là où je serais prêt à vous suivre, et là où on travaille beaucoup pour le moment, notamment avec la Présidence française, c'est sur la question: comment organiser la spécificité de l'agriculture dans les pays en voie de développement comme d'ailleurs – on semble avoir la mémoire un peu courte en Europe – comme d'ailleurs l'Europe l'a fait pour sa propre agriculture. L'agriculture n'a jamais été considérée en Europe comme une production ou comme un produit économique tout à fait le même que tous les autres produits économiques. L'agriculture a toujours été et a toujours reçu d'ailleurs un traitement spécifique. Je ne dis pas encore que c'est ça mon option finale, mais songer à des politiques agricoles communes régionales, à mon avis, ce sont des objets d'étude qu'il serait intéressant de pousser assez rapidement avec, bien entendu, pour objectif, non pas de faire du protectionnisme mais de faire de la protection, c'est très sensiblement différent. Je préfère la notion de protection que leurs émotions de protectionnisme.

Je voulais simplement encore une fois, pour terminer – j'espère quand même avoir été le plus large possible – je voulais simplement vous remercier de l'accord, de votre engagement. Sans vous, ce n'eut pas été possible. On vient de faire une belle démonstration que quand le Parlement européen et la Commission peuvent s'entendre, il est quand même difficile aux États de résister.

 
  
MPphoto
 

  Gay Mitchell, rapporteur. − Madam President, I thank the Commissioner and the Chairman, and the other Members who spoke, for their kind words about my contribution to this report. I would also like to thank Reimer Böge for his work in the Committee on Budgets in facilitating it and my shadow rapporteur, Thijs Berman, who was very supportive and helpful in seeing it through.

In the developing world, 78 children per thousand die at birth. In the European Union the figure is 5 per thousand on average. It used to be 45 per thousand just after the Second World War in Ireland. We have got it down to 78 in the developing world, and we can get it down again to what used to be the rate in Ireland, and to what now is the rate in Ireland, with determination and commitment.

If they get past birth, two million of those children will die before the age of five for lack of vaccines that have been available in the west for over 30 years. In that context, and when you see the hunger that those children will face, the lack of educational opportunity and the absence of health facilities, some of the contributions made here this evening bordered on inhumanity. Members playing to their national galleries at the expense of those people is obscene, and it is time that this was said very clearly.

By 2050, the population of this planet will have increased from some 6 billion to some 8 billion. Ninety percent of those people will be born into what is now the developing world. If those people continue to exist in their present conditions, it will be the cause of the third conflagration on this planet, causing huge migration and huge problems.

On the other hand, if we invest and work with those people in solidarity, they will be our trading partners. These are the options facing us and that is why I think it is important that we can respond with a facility such as this.

 
  
MPphoto
 

  Die Präsidentin. − Die Aussprache ist geschlossen.

Die Abstimmung findet am Donnerstag, 4. Dezember, um 12.00 Uhr statt.

Schriftliche Erklärungen (Artikel 142)

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Pierre Audy (PPE-DE), par écrit. – Je soutiens cette initiative permettant à l’Union européenne d’avoir un nouvel instrument pour sa politique en faveur du développement face aux problèmes cruciaux liés à la hausse des prix des denrées alimentaires qui a provoqué des émeutes, des troubles et une instabilité dans plusieurs pays, compromettant les résultats de bien des années d’investissements dans la sphère politique, le développement et le maintien de la paix.

Des centaines de millions de personnes ont vu leur pauvreté s’aggraver. Les progrès dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement sont remis en question. L’Union prévoit de financer 10 % des 18 milliards nécessaires, soit 1,8 milliards et, du fait de financements déjà disponibles, il faut une enveloppe supplémentaire de 1 milliard d’euros. Mais ne suis pas d’accord avec la commission européenne qui propose d’utiliser les fonds réservés à l’agriculture et j’espère que le conseil s’y opposera et trouvera un compromis sur ce financement. Politiquement ce serait calamiteux qu’à travers des modalités financières ou pire de l’utilisation de symboles, les citoyens européens aient le sentiment que notre politique de développement, notamment les problèmes liés à la faim, se fasse au détriment de la politique agricole commune qui est un autre sujet.

 
  
MPphoto
 
 

  Constantin Dumitriu (PPE-DE), în scris. – Consider că propunerea Comisiei prezintă un număr limitat de opţiuni privind modul în care se acordă ajutorul financiar, deoarece aceasta prevede ca iniţiativele să fie implementate exclusiv cu ajutorul organizaţiilor internaţionale regionale şi mondiale. Înţeleg motivele care stau la baza acestor restricţii, însă susţin o implicare activă a tuturor părţilor interesate - consumatori, producători - precum şi a societăţii civile.

Este firesc ca în ţările în curs de dezvoltare să existe variaţii în ceea ce priveşte condiţiile agricole. Totuşi, mecanismul trebuie să urmărească adaptarea la condiţiile locale specifice în vederea consolidării şi eficientizării pieţelor. Micii agricultori trebuie să fie protejaţi împotriva apariţiei eventualelor poziţii dominante pe piaţă.

Introducerea unui astfel de mecanism este benefică şi reprezintă un stimulent pentru agricultorii din ţările în curs de dezvoltare şi este oportun în contextul actualei crize economice şi financiare mondiale. Cu toate acestea, doresc să subliniez importanţa condiţiei ca alocarea fondurilor să fie complementară şi să nu se realizeze în detrimentul acţiunilor de dezvoltare necesare în alte domenii. Trebuie să respectăm cu fermitate angajamentele luate şi să ne protejam agricultorii, mai ales pe cei proveniţi din noile state membre, care încă nu beneficiază de acelaşi sprijin precum agricultorii din celelalte 15 state membre.

 
  
MPphoto
 
 

  Siiri Oviir (ALDE), kirjalikult. – Juba aastaid on ÜRO, Maailmapanga ja Rahvusvahelise Valuutafondi toiduõiguste eksperdid hoiatanud maailma avalikkust näljakatastroofi eest.

Ajal, mil jõukad Lääneriigid põletavad toitu, nälgib maailmas üle 850 miljoni inimese. Iga viie sekundi tagant sureb toidupuuduse tõttu üks alla kümne aasta vanune laps. Toiduainete kiire hinnatõus mõjutab igapäevaselt 2,1 miljardit inimest maailmas, kes püüavad ellu jääda vähem kui 2 dollariga päevas.

Järjest laienev biokütuse tootmine on andnud oma osa kogu maailma tabanud toiduainete hinnatõusule. Toidu hind on maailmaturul raketina kallinenud pärast seda, kui järjest suuremal põllupinnal kasvatatakse biokütuse tooraineks kõlbavaid õlitaimi (nt 50 liitri kütuse tootmiseks kulub 200 kilo maisi, millest üks Sambia või Mehhiko laps elaks ära terve aasta). Lisaks on mitmes riigis olnud põud või uputused, mis on vähendanud tuntavalt viljasaaki.

Leian, et ka Euroopa Liit peab jõulisemalt kaasa aitama ÜRO aastatuhande arengueesmärgi saavutamisele: vähendada nälga maailmas 2015. aastaks poole võrra.

Tervitan Euroopa Komisjoni algatust suunata üks miljard eurot toiduainetekriisi lahendamisele, mis võimaldab jätkata ELi toiduabi pakkumist ebasoodsamas olukorras olevatele elanikele esmaste toitumisvajaduste rahuldamiseks ja panustada arengumaade tootmisvõimsuste suurendamisse.

Ehkki hetkel valmistatakse Euroopas toidulauale sobivatest viljadest mootorikütust veel suhteliselt vähe, ei tohiks me Euroopas tuua inimeste toiduaineid ohvriks „rohelisele energiale”. Pigem tuleb toetada teaduslikke uuringuid mootorikütuse tootmiseks alternatiivsetest allikatest. See aitaks vältida toiduainete hinnatõusu ja näljahäda ning ära hoida ka ülemaailmset kliima soojenemist.

 
  
MPphoto
 
 

  Bogusław Rogalski (UEN), na piśmie . – W przeciągu ostatnich dwóch lat zaobserwować można było wzrost cen produktów rolnych oraz żywności. Zmiany te odczuwane są najboleśniej przez narody znajdujące się w najtrudniejszej sytuacji ekonomicznej oraz kraje w stanie wojny.

Około 2,1 mld obywateli na świecie musi przeżyć za niecałe 2 dolary dziennie, wydając tym samym ok. 50% swoich dochodów na jedzenie. To oni właśnie są najbardziej narażeni na utratę zdrowia i życia wynikiem rekordowych cen podstawowego źródła wyżywienia, czyli zbóż - ryżu, kukurydzy oraz pszenicy, co bezpośrednio wpływa na liczbę głodujących na świecie, która w samym 2007 roku powiększyła się o kolejne 50 mln osób. Kryzys ten wzmagany jest ponadto przez negatywny wpływ ocieplenia klimatu, jak i przez niedobór takich zasobów naturalnych jak woda czy energia.

W ramach udzielanej pomocy, a tym samym walki z tym jakże istotnym problemem, należy zainwestować zasoby finansowe przeznaczone na zwiększenie dostępu do środków produkcji rolnej i usług, jak i poprawić zdolność do produkcji rolnej w celu zaspokojenia podstawach potrzeb żywnościowych w krajach słabo rozwiniętych.

Unia Europejska powinna również zwiększyć wydatki na rolnictwo, gdyż przeznaczane do tej pory 4% ze środków na politykę rozwoju to zdecydowanie za mało.

Równie istotne jest przywrócenie minimalnej regulacji międzynarodowych rynków w celu zapewnienia dostaw i chociażby względnej stabilności cen w interesie wszystkich konsumentów oraz producentów na świecie.

 
  
MPphoto
 
 

  Toomas Savi (ALDE), in writing. – I welcome the timely report on the proposal for a regulation establishing a facility for rapid response to soaring food prices in developing countries. This year the world has been shaken by various crises that have taken a terrible toll on the poorest populations of the world.

It has been proposed that one billion euros are to be spent to improve their situation over the period from 2008 to 2009, which is quite a notable sum in the European Union budget. But I would like to remind you that most European Union humanitarian and development aid is not directed by the Commission but by the Member States. If the Member States fulfilled their commitments to the Millennium Development Goals, the Commission would not have to take such action.

The rapporteur has rightfully pointed out that one cannot desire more effective common policies without providing more budgetary resources, yet the Member States seem rather reluctant to do that.

In my opinion, the Member States ought to start pooling their resources under the auspices of the Commission to exercise a truly effective common humanitarian and development policy.

 
  
MPphoto
 
 

  Daniel Strož (GUE/NGL), v písemné formě Pokud jde o zprávu o nástroji rychlé odpovědi na prudce rostoucí ceny potravin v rozvojových zemích (A6-0396/2008), jsem samozřejmě pro její přijetí, neboť pomoc rozvojovým zemím je v tomto ohledu nutná. Ovšem zároveň bych chtěl upozornit na to, že mezi příčinami krize uváděnými ve zprávě chybí podle mne příčiny mnohem důležitější, než je zvýšená spotřeba masa v Číně a Indii či sucho v Austrálii. Připomínám, že ceny potravin rostou i na teritoriu Evropské unie a je více než jasné, že za neustálým zdražováním stojí rostoucí ceny energií v přímé úměře zvyšující zisky nadnárodních energetických koncernů. Neoliberalismus, jenž se stal modlou veškeré politiky Evropské unie, vskutku nevyřeší problém dostatku potravin nikde na světě.

 
  
MPphoto
 
 

  Anna Záborská (PPE-DE), písomne. – Rekordne vysoké ceny základných potravín, ktoré majú významný vplyv na počet obyvateľstva trpiaceho hladom vo svete, sa odvíjajú od viacerých známych príčin. okrem špecifických pomerov v niektorých krajinách(Čína, India) patria k nim globálne klimatické výkyvy počasia, odklon od pestovania plodín pre konzumáciu k pestovaniu plodín na výrobu biopalív, a absolútne nízke svetové zásoby obilia.

V tomto smere považujem za nevyhnutné, aby sa vytvorila jednotná, koordinovaná a účinná reakcia zo strany EÚ. Pozitívne oceňujem návrh EK vytvoriť fond na riešenie potravinovej krízy. A to hlavne v čase, keď sa pri vyšších cenách potravín zvýšili náklady na potravinovú pomoc, ktorú potrebuje stále viac ľudí. Musíme si uvedomiť, že na rozvojovú pomoc používame finančné prostriedky daňových poplatníkov štátov EÚ. Ani prudký nárast potravín v rozvojových krajinách a jeho dôsledky na tých najchudobnejších, nás neoprávňujú k zanedbaniu ich efektívnej a transparentnej alokácie. Vidiac nestabilitu režimov vo viacerých rozvojových krajinách, porušovanie demokracie a korupciu som veľmi zdržanlivá k podpore rozpočtu v týchto zemiach. Preferujem podporu projektov a programov a to určenú v prevažnej miere verejným alebo pološtátnym subjektom, konzorciám alebo združeniam, ktoré ich zastupujú. Už pred dvoma rokmi som navrhovala, a môj návrh bol plénom prijatý, kontrolu a hodnotenie pomoci dvakrát do roka s podpismi EK, miestneho štátneho orgánu a destinátora pomoci.

 
Правна информация - Политика за поверителност