Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 3 février 2009 - Strasbourg Edition JO

Rapatriement et réinstallation des détenus de Guantánamo - Utilisation alléguée de pays européens par la CIA pour le transport et la détention illégale de prisonniers (débat)
MPphoto
 

  Cem Özdemir (Verts/ALE). - (DE) Monsieur le Président, chers collègues, le centre de détention de Guantánamo est devenu un symbole de dédain à l’égard des droits de l’homme et de l’État de droit. Le nouveau président américain Barack Obama a envoyé un message à la fois puissant et essentiel en ordonnant la suppression des tribunaux militaires de Guantánamo et en promettant de fermer le centre d’ici un an.

Cependant, les États-Unis d’Amérique ne sont pas les seuls à avoir perdu de la crédibilité en raison de leur mépris des droits de l’homme dans la lutte contre le terrorisme. Nos gouvernements européens ne peuvent pas nier leur responsabilité, comme l’a précisé dans son rapport de février 2007 la commission temporaire du Parlement européen sur l’utilisation présumée de pays européens par la CIA pour le transport et la détention illégale de prisonniers. Cela révèle que bon nombre de pays de l’Union européenne font deux poids, deux mesures en exigeant, à juste titre, que les pays candidats respectent les droits de l’homme, tout en bafouant eux-mêmes les droits de l’homme dans l’Union européenne.

L’Union européenne a également la responsabilité d’exercer un rôle actif dans la recherche d’une solution commune pour tous les détenus qui ne sont plus considérés comme suspects et qui ne peuvent retourner dans leur pays d’origine. Cela concerne en particulier l’Allemagne qui peut, et devrait, contribuer à rendre possible l’accueil des réfugiés. Nous ne devons pas répéter l’erreur que nous avons commise dans le cas du Turc allemand de Brême, Murat Kurnaz, qui a passé quatre ans à Guantánamo par erreur.

Le renouveau à Washington est pour nous l’occasion de faire savoir clairement que les droits de l’homme ne doivent pas se voir érodés dans la lutte contre le terrorisme.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité