Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2009/0106(CNS)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

A7-0016/2010

Débats :

PV 24/02/2010 - 22
CRE 24/02/2010 - 22

Votes :

PV 25/02/2010 - 7.1
Explications de votes

Textes adoptés :

P7_TA(2010)0034

Débats
Jeudi 25 février 2010 - Bruxelles Edition JO

9. Explications de vote
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 
 

  Le Président . – L’ordre du jour appelle les explications orales de vote.

 
  
MPphoto
 

  Zoltán Balczó (NI) . – (EN) Monsieur le Président, puis-je vous demander une pause de deux minutes, pendant que des députés quittent l’hémicycle? Ou une pause d’une minute?

 
  
 

Rapport: Adina-Ioana Vălean (A7-0016/2010)

 
  
MPphoto
 

  Zoltán Balczó (NI) . – (HU) Le règlement poursuit un objectif positif, celui de recueillir auprès des États membres des informations relatives à l’infrastructure énergétique, d’organiser celle-ci, et de la rendre accessible aux acteurs économiques à l’échelon de l’UE. Il intervient donc - à juste titre - dans le fonctionnement du marché. Or, le Parlement a accepté une initiative qui est diamétralement opposée à ce règlement, allant même jusqu’à être considérée comme l’objectif politique du règlement. Je cite: «Toute mesure proposée ou prise au niveau de l’Union doit être neutre et ne doit pas constituer une intervention dans le fonctionnement du marché». La majorité des membres du présent Parlement n’ont tiré aucune leçon de la crise économique et financière mondiale. Ils continuent à défendre des dogmes néolibéraux et, même dans ce domaine stratégique, ils font confiance au principe d’autorégulation du marché. C’est inacceptable. J’ai donc voté contre la résolution.

 
  
MPphoto
 

  Peter Jahr (PPE) . – (DE) Monsieur le Président, une infrastructure qui fonctionne dans l’Union européenne est un facteur décisif d’une croissance raisonnable de la prospérité. Au même titre que la sécurité alimentaire et qu’une politique étrangère et de sécurité commune, la politique énergétique joue un rôle crucial. Rien que pour cette raison, il est essentiel que le Parlement européen ne prenne pas seulement part à ce débat, mais qu’il ait également le droit de codécision. Aussi, j’invite instamment la Commission à mettre un terme à sa politique de blocage et à octroyer au Parlement le droit de codécision.

 
  
MPphoto
 

  Ryszard Czarnecki (ECR) . – (PL) Monsieur le Président, je serai très bref. Dans l’ensemble, l’idée est tout à fait bonne. J’apprécie particulièrement l’accent porté sur l’aspect écologique. Depuis le temps que nous en parlons, soyons cohérents. C’étaient précisément les questions relatives à l’écologie et à la protection de l’environnement qui constituaient les arguments importants, factuels sur lesquels se basait l’opposition à l’idée du gazoduc nord-européen. Ces solides arguments scientifiques, pratiques, justifiés, ont été balayés et les raisons politiques ont triomphé. Je pense que lorsque nous soutiendrons ce projet, nous devrons nous souvenir de ne pas être hypocrites au niveau politique. De nombreux États membres de l’Union européenne et de nombreux groupes politiques l’ont oublié dans le cas du gazoduc nord-européen.

 
  
MPphoto
 

  Jaroslav Paška (EFD) . – (SK) Au début de l’année 2009, il est apparu que l’Union européenne et les États membres étaient incapables de s’aider mutuellement en cas d’interruption de l’approvisionnement tant d’électricité que de gaz. Il est apparu que les réseaux énergétiques occidentaux et orientaux ne sont pas interconnectés, qu’ils fonctionnent selon des paramètres différents et qu’ils ne sont pas compatibles.

C’est donc une bonne chose que les États et les opérateurs de réseaux doivent à l’avenir fournir des informations essentielles sur leurs capacités d’approvisionnement énergétique à la Commission européenne, qui sera alors en mesure d’évaluer les lacunes des réseaux et de la politique de sécurité énergétique de l’UE, et de tenir les pays informés de la capacité de réserve de leurs systèmes. Dans cette optique, je crois que nous devrions soutenir l’initiative du Conseil et de la Commission sur la fourniture et la collecte des informations dans le domaine énergétique, dans l’intérêt de l’Union européenne.

 
  
  

Proposition de résolution RC-B7-0116/2010

 
  
MPphoto
 

  Viktor Uspaskich (ALDE) . – (LT) Je tiens particulièrement à souligner que je soutiens l’initiative de l’Ukraine de tenir des élections démocratiques et de donner à la population l’occasion d’exprimer librement sa volonté. Je connais bien l’Ukraine, et je peux voir que non seulement le gouvernement, mais également la société elle-même, s’engagent activement sur le chemin de la démocratie et mettent sur pied des institutions démocratiques. Je nourris également l’espoir que ces élections permettront de rapprocher l’Ukraine et l’Union européenne, voire de renforcer la coopération entre l’UE et la Russie. Je suis également ravi de l’instauration éventuelle, à terme, d’un régime d’exemption de visa entre l’Union européenne et un pays de l’ancien bloc soviétique.

 
  
MPphoto
 

  Jarosław Kalinowski (PPE) . – (PL) Monsieur le Président, la résolution sur la situation en Ukraine est équilibrée et donne une vision objective de la réalité. Reste seulement à espérer que l’Ukraine réussira à surmonter ses problèmes économiques et à combler la très profonde division que suscite dans la société le débat relatif à l’avenir géopolitique du pays.

Permettez-moi aussi d’attirer l’attention sur la décision du Président sortant, M. Yushchenko, d’attribuer à Stefan Bandera le titre de «héros national d’Ukraine», et sur le décret reconnaissant à deux organisations nationalistes: l’Organisation des nationalistes ukrainiens et l’Armée insurrectionnelle ukrainienne, le statut de participantes à la lutte pour l’indépendance de l’Ukraine. Stefan Bandera et ces deux organisations ont été responsables de l’épuration ethnique et des atrocités commises contre le peuple polonais dans les années 1940 dans des régions qui appartiennent aujourd’hui à la partie occidentale de l’Ukraine. Les nationalistes ont assassiné 120 000 Polonais. Tout en souhaitant ce qu’il y a de mieux pour l’Ukraine, j’espère vraiment que la glorification du nationalisme extrémiste et criminel sera condamnée.

 
  
MPphoto
 

  Elżbieta Katarzyna Łukacijewska (PPE) . – (PL) Monsieur le Président, j’ai eu le plaisir d’être observatrice du Parlement européen lors du premier tour des élections présidentielles en Ukraine. Je dois dire que le peuple ukrainien a réussi l’examen. Les élections ont été très transparentes et démocratiques, en dépit des changements de dernière minute intervenus dans les réglementations électorales.

Aujourd’hui, l’Ukraine a besoin de stabilité politique, administrative et économique. Aussi, tout en respectant le choix démocratique du peuple ukrainien, nous devrions soutenir et accélérer les mesures qui aideront l’Ukraine à surmonter ses problèmes existants. L’Union européenne devrait envoyer un signal clair indiquant à l’Ukraine que la porte de l’Union lui est ouverte dans la perspective d’une adhésion à l’UE. Si l’Union européenne est vraiment intéressée par l’Ukraine, la première mesure à prendre serait d’exempter les Ukrainiens de l’obligation de visa. J’espère que l’adoption de la résolution d’aujourd’hui accélérera le travail de mise en forme de ces idées. C’est pour cette raison que j’ai voté en faveur de l’adoption de la résolution.

 
  
MPphoto
 

  Ryszard Czarnecki (ECR) . – (PL) Monsieur le Président, j’ai eu le plaisir d’être observateur lors des élections présidentielles en Ukraine, au premier et au deuxième tour, comme cela avait déjà été le cas il y a plusieurs années. Je tiens à déclarer que nous devrions traiter l’Ukraine comme un partenaire et ne pas interférer avec la sensibilité de l’électorat ukrainien. Je considère comme absolument superflue la déclaration prononcée hier dans cet hémicycle par un des dirigeants du Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, un libéral, qui a déclaré que le nouveau Président sera pro-Moscou. La première visite officielle à l’étranger du nouveau Président ukrainien se déroulera à Bruxelles. Nous devrions évaluer les personnalités politiques ukrainiennes à l’aune de leurs actes et non sur la base de déclarations qu’elles auraient faites. L’Ukraine devrait être notre partenaire politique, et nous devrions lui ouvrir la voie à une adhésion à l’Union européenne. Je suis satisfait de la déclaration du nouveau Président selon laquelle il va annuler le décret dont M. Kalinowski a parlé, ce décret scandaleux qui désigne héros national d’Ukraine un homme qui a sur les mains le sang de plusieurs milliers de Polonais.

 
  
MPphoto
 

  Charalampos Angourakis (GUE/NGL) . – (EL) Monsieur le Président, j’ai voté contre la proposition de résolution parce que je considère d’abord, qu’il s’agit d’une tentative d’ingérence dans les affaires internes de l’Ukraine et parce qu’elle contient des références contradictoires. De ce point de vue, elle est inacceptable de .

Ensuite, parce que je considère que le peuple ukrainien ne retirera que de la souffrance d’une participation à l’Union européenne. Cette proposition particulière de résolution ouvre la voie à ces perspectives et, bien entendu, ce processus sera accompagné de restructurations, comme dans tant d’autres pays.

Enfin, une des raisons fondamentales pour lesquelles j’ai voté contre cette motion de résolution est la référence à Bandera. La motion y fait référence à juste titre. Toutefois, la responsabilité de la présente Assemblée et de l’Union européenne est immense face à ce genre de phénomènes, non seulement en Ukraine, mais également dans d’autres pays, par exemple dans les pays Baltes, comme vous le savez parfaitement, et l’Union européenne et le Parlement européen ont une responsabilité réellement très grande dans le fait que nous en sommes arrivés à un point où les crimes de guerre sont rétablis.

 
  
MPphoto
 

  Jaroslav Paška (EFD) . – (SK) On a assisté à un changement de l’équipe politique dirigeante en Ukraine, mais rien n’a changé dans la vie des Ukrainiens. Cette population peut être très pauvre, mais elle habite dans un pays extrêmement riche et doté d’un énorme potentiel.

De ce point de vue, je crois que l’Union européenne devrait continuer à dialoguer avec l’Ukraine et faire pression pour obtenir un dialogue plus intense et plus efficace. L’Ukraine a véritablement besoin de l’aide de l’UE, mais c’est surtout le peuple ukrainien qui en a besoin, pas les personnes politiques, et la coopération entre l’Ukraine et l’UE pourrait donner lieu à un partenariat très solide, ainsi qu’à une collaboration très forte et donner un fort élan à l’économie. Je voudrais que nous fassions preuve de plus d’initiative dans ce domaine.

 
  
MPphoto
 

  Daniel Hannan (ECR) . – (EN) Monsieur le Président, le communisme soviétique a été l’idéologie la plus meurtrière imaginée par notre espèce. En termes empiriques, elle a été à l’origine de l’assassinat de plus de personnes que n’importe quel autre système politique, et de manière disproportionnée, c’est l’Ukraine qui en a été la plus grande victime.

Et cette tragédie continue. Le mot «Ukraine», si je ne me trompe pas, signifie «frontière» ou «bord» et là, il s’agit d’une séparation entre deux grands blocs, de la division entre slavophiles et occidentalistes dans ce pays où se reflètent les ambitions rivales des puissances voisines.

Que pourrions-nous faire de vraiment utile pour aider ce pays? Nous pourrions proposer d’ouvrir nos marchés. Les Ukrainiens sont instruits et travailleurs, mais le coût de la main-d’œuvre est relativement peu élevé et les exportations sont relativement concurrentielles. Si nous les admettions simplement pleinement dans une union douanière européenne, nous améliorerions de manière substantielle leur qualité de vie.

Au lieu de cela, ce que nous faisons, c’est leur imposer un surcroit de bureaucratie, créer des capacités, essayer de les impliquer dans les structures coopératives de l’Union européenne. Ce n’est pas cela qu’ils demandent! Ils ne veulent pas de notre aide. Tout ce qu’ils veulent, c’est avoir l’opportunité de vendre leurs produits.

 
  
  

Rapport: Adina-Ioana Vălean (A7-0016/2010)

 
  
MPphoto
 

  Daniel Hannan (ECR) . – (EN) Monsieur le Président, c’est dans la nature humaine d’essayer, en cas d’événement inattendu, de faire concorder les faits avec notre Weltanschauung (nos convictions). Les psychiatres ont une expression compliquée pour désigner cette tendance, encore plus compliquée que Weltanschauung: ils l’appellent «dissonance cognitive». Aussi, par exemple, lorsque le «non» l’emporte lors d’un référendum, la réaction de la présente Assemblée est de dire que les électeurs veulent davantage d’Europe. Ils ont voté «non», parce que la dimension fédéraliste est insuffisante.

Et il en va de même pour l’actuelle crise économique. Nous sommes en crise parce que nous sommes à court d’argent. Nous avons tout dépensé, nous avons épuisé notre trésorerie, nous avons épuisé notre crédit, et maintenant la présente Assemblée vient nous dire que nous devons dépenser plus. Nous avons besoin d’un plus grand nombre de projets européens d’infrastructures, nous avons besoin d’un budget plus élevé.

Monsieur le Président, voici une autre dose du médicament qui a causé la maladie. Nous voyons depuis les années 70 où ce processus nous conduit. Il conduit à une diminution du PIB, à la perte d’emplois, à la stagnation, et conduit cette partie du monde à être de plus en plus en retard sur ses concurrents.

 
  
  

Proposition de résolution RC-B7-0123/2010

 
  
MPphoto
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE) . – (EN) Monsieur le Président, j’ai apporté mon soutien à la résolution et, en qualité de rapporteure pour avis du document concerné, je voudrais, si vous le permettez, revenir sur quelques points du rapport Goldstone, auxquels la résolution fait référence.

Le rapport Goldstone a une fois encore montré qu’une enquête menée par des parties en conflit est peu impartiale et objective. Le rapport est plutôt explicite sur le fait qu’aucune des parties n’a conduit des enquêtes adéquates et efficaces sur les allégations de violation, par leurs forces, du droit de la guerre.

De même, nous devrions nous féliciter de la récente révision du rapport qui l’a rendu moins sujet à controverse, moins tranchant dans sa rédaction, et qui l’a donc rendu plus acceptable.

Et la principale leçon que nous devrions tirer de cette expérience est que nous devrions nous efforcer d’impliquer davantage l’Union européenne dans le processus, non seulement en ce qui concerne les enquêtes sur des cas allégués de crimes, mais également de manière proactive et préventive, en tant que partie au Quatuor pour le Proche-Orient.

 
  
MPphoto
 

  Martin Kastler (PPE) . – (DE) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, permettez-moi de dire au nom d’une partie du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-chrétiens) et, surtout, au nom de mon collègue Elmar Brok, que nous sommes choqués que la présente Assemblée ait rejeté aujourd’hui l’amendement qui aurait inclus les Chrétiens et les autres minorités religieuses dans le rapport. Je pense qu’il est véritablement scandaleux que, bien que nous fassions constamment des déclarations sur les questions des droits de l’homme, nous ne croyions pas qu’il vaille la peine de protéger des parties de population qui sont victimes de persécutions en raison de leurs croyances religieuses. Il est vraiment très dommage que nous n’ayions pas pu accepter l’amendement qui concerne un sujet d’une grande importance pour l’avenir du monde. Si nous ne sommes pas en mesure de protéger des minorités pour quelque raison que ce soit, nous n’avons plus le droit d’affirmer que le Parlement européen est le défenseur des droits de l’homme, des libertés fondamentales et de la lutte pour ces droits et libertés à travers le monde. J’ai voté contre, car les minorités religieuses ne doivent pas être exclues.

 
  
MPphoto
 

  Sari Essayah (PPE) . – (FI) Monsieur le Président, comme l’a dit tout à l’heure M. Kastler, notre groupe aurait beaucoup aimé voter séparément sur ce point, celui relatif aux minorités religieuses, mais, malheureusement, la majorité des députés n’était pas d’accord.

Nous devons nous rendre compte que la défense des droits des minorités religieuses revêt en tout point la même importance que la défense des autres minorités.

L’UE devrait intervenir dans le travail de la commission des droits de l’homme des Nations unies, laquelle est pour le moment totalement paralysée, a perdu son objectivité, et n’inspire plus la confiance universelle d’antan.

Le rapport Goldstone n’est qu’un exemple de la manière dont la Commission des droits de l’homme des Nations unies a été prise en otage pour servir les intérêts de divers éléments antisémites. Actuellement, 21 des 25 rapports par pays que le Conseil a produits concernent Israël, comme si Israël était le pays du monde le plus oppressif en matière de droits de l’homme. L’Union européenne doit intervenir dans le travail du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

 
  
MPphoto
 

  Daniel Hannan (ECR) . – (EN) Monsieur le Président, depuis la fin de la Guerre froide, une nouvelle doctrine révolutionnaire s’est imposée dans les 200 États que comprend l’ONU. Une idée a vu le jour, à savoir que les lois ne doivent pas émaner des législateurs nationaux, qui sont dans un certain sens en relation avec leur population, mais plutôt être imposées par une technocratie internationale composée de juristes mus par leur seule conscience.

Cela nous ramène 300 ans en arrière sur l’échelle de l’évolution démocratique. Nous nous éloignons de l’idée que les personnes qui adoptent les lois doivent répondre d’une certaine manière au reste de la population au travers des urnes électorales, et nous revenons à l’idée prémoderne que les législateurs ne doivent être redevables qu’à leur créateur ou qu’à eux-mêmes.

Grâce aux instruments que sont les codes des droits de l’homme, ces bureaucraties internationales ont la capacité de dépasser les frontières des États membres et d’imposer leurs propres souhaits qui ne correspondent pas à ceux des populations locales.

Permettez-moi de terminer par une citation du juge Bork, nommé juge de la Cour suprême aux États-Unis par le Président Reagan, mais dont la nomination a été rejetée par le Sénat, et à qui l’on doit la citation suivante: «Ce que nous avons fait est un coup d’état: lent et discret certes, mais un coup d’état quand même.»

 
  
  

Proposition de résolution B7-0118/2010

 
  
MPphoto
 

  Georgios Papanikolaou (PPE) . – (EL) Monsieur le Président, la question de l’égalité des sexes fait actuellement face à un nouveau défi. Les progrès réalisés ces dernières années en la matière par l’Union européenne sont menacés de connaître un ralentissement voire de régresser, en conséquence de la récession actuelle.

Or, des politiques efficaces en matière d’égalité des sexes peuvent être des éléments de solution pour sortir de cette crise, soutenir la relance et renforcer l’économie. En conséquence, nous devons avoir pour ambition fondamentale d’investir dans des politiques de promotion de l’égalité entre hommes et femmes, et ces investissements doivent recevoir notre soutien inconditionnel, et ce de manière d’autant plus énergique que la situation économique est difficile.

 
  
  

Rapport: Vladimír Maňka (A7-0017/2010)

 
  
MPphoto
 

  Frank Vanhecke (NI) . – (NL) De mon point de vue, le Parlement devrait avoir un peu honte de l’amendement apporté de facto au budget, amendement qu’il vient d’adopter dans le rapport concerné. Après tout, quasiment tous les pays européens souffrent d’une crise économique et financière gigantesque, des tas de personnes perdent leur emploi, et nous n’avons rien trouvé de mieux à faire que de nous allouer des ressources supplémentaires substantielles, de renforcer notre personnel, et de supporter des coûts plus élevés au détriment des contribuables. En outre, tout le monde sait que ces ressources et ce personnel supplémentaires sont, en réalité, essentiellement destinés à assurer que les divers socialistes ayant perdu leur mandat à la suite des dernières élections soient à l’abri financièrement. Par le passé cela a déjà conduit à d’autres augmentations substantielles de subventions, notamment destinées aux partis politiques européens et aux fondations politiques européennes. Il est frappant de voir que nous trouvons toujours des arguments séduisants pour puiser encore davantage dans les caisses publiques afin de financer la présente institution; une attitude inacceptable en ces temps de crise.

 
  
MPphoto
 

  Miguel Portas, au nom du groupe GUE/NGL. – (PT) Permettez-moi de dire que le budget rectificatif que nous venons d’approuver, portant celui-ci à 13 400 000 euros, et qui ne prendra effet qu’à partir du 1er mai, c’est-à-dire qu’il ne couvrira qu’une période de six mois, manque totalement de prudence.

La partie du budget qui concerne l’augmentation du personnel affecté aux commissions et aux groupes parlementaires et qui a été portée à 4 millions d’euros, peut être justifiée par les nouvelles exigences législatives que prévoit le traité de Lisbonne pour le Parlement. Mais l’augmentation de 8 millions d’euros de la dotation affectée aux députés européens pour engager des assistants signifie que l’année prochaine, ce montant sera de 16 millions et non plus 8 millions, ce qui, à l’évidence est excessif, étant donné que l’année prochaine, il est également prévu d’augmenter de 1 500 euros par mois le salaire des députés, ce qui représentera au total non pas 16 mais 32 millions d’euros. En ces temps de chômage massif et de crise sociale généralisée, il n’est pas soutenable d’envisager une augmentation des ressources dévolues aux députés, à moins que, dans le même temps, nous ayons le courage de réduire le montant des frais qui nous sont remboursés et celui des indemnités auxquelles nous avons droit en tant que députés européens, et qui ne sont pas toujours totalement justifiés.

J’ai du mal à comprendre comment, pour un déplacement d’une journée, un député européen peut recevoir une indemnité de 300 euros, à laquelle vient s’ajouter une subvention calculée sur la base de la distance parcourue, et une autre subvention calculée sur la base du temps passé en déplacement, lesquelles sont entièrement défiscalisées. Nous pouvons réduire les dépenses injustifiées, puis débattre la manière dont nous pouvons augmenter nos ressources pour légiférer. Si nous nous abstenons de faire les deux en parallèle, cela revient simplement à faire preuve de mépris vis-à-vis de nos électeurs qui connaissent des difficultés. Nous avons le devoir de montrer le bon exemple, mais aujourd’hui c’est un mauvais exemple que nous montrons.

 
  
MPphoto
 

  Daniel Hannan (ECR) . – (EN) Monsieur le Président, c’est avec plaisir que j’abonde dans le sens de M. Portas et du groupe des Communistes sur cette question. Partout en Europe, de l’Irlande à la Lettonie, les gouvernements se battent pour surmonter la crise financière et l’étranglement du crédit, en réduisant leurs coûts, alors que nous dans cette Assemblée, uniquement dans cette Assemblée, nous augmentons massivement nos dépenses tant en termes relatifs qu’en termes absolus. Nous augmentons les avantages en nature et les budgets alloués aux membres et au personnel.

La justification que donne le rapport est très intéressante; il parait que toutes ces dépenses supplémentaires sont nécessaires à cause des nouvelles responsabilités prévues par le traité de Lisbonne. D’une certaine façon, cela est vrai, mais pas de la manière envisagée par les auteurs. Nous assistons plutôt à une expansion de la bureaucratie au service de la bureaucratie. L’objectif principal du traité de Lisbonne est de donner plus de travail et plus de revenus aux dizaines de milliers de personnes dont la vie quotidienne dépend actuellement directement ou indirectement de l’Union européenne. Les seules personnes que nous n’avons pas consultées sont les électeurs, et j’aimerais vraiment que nous les laissions s’exprimer sur ce genre de questions pour voir s’ils approuveraient le fait que nous avons voté l’octroi en notre faveur de ressources supplémentaires à un moment où eux-mêmes doivent se serrer la ceinture.

 
  
  

Rapport: Maria do Céu Patrão Neves (A7-0014/2010)

 
  
MPphoto
 

  Viktor Uspaskich (ALDE) . – (LT) Je me félicite de la décision adoptée sur les nouvelles règles relatives au secteur de la pêche. Les poissons, comme les autres animaux, ne peuvent pas être cantonnés à certains territoires, si bien qu’il n’est pas possible d’évaluer si un pays est plus responsable que son voisin sans que cela ne donne lieu à des discussions interminables.

Si nous prenons en compte les nouvelles recherches scientifiques qui prouvent qu’aujourd’hui, de nombreuses espèces de poissons sont au bord de l’extinction, il devient d’autant plus évident qu’il est nécessaire de prendre une décision commune, non pas à l’échelon de l’UE, mais à l’échelle planétaire. Par conséquent, cette mesure prise par l’Union européenne est accueillie comme un bon exemple par les pays tiers.

J’espère que cette décision, qui est également à l’origine d’une analyse conjointe, aidera tout à la fois les entreprises travaillant dans le secteur de la pêche et les pays, quelle que soit leur taille. J’espère également que cette décision aidera à sauver les espèces en voie de disparition. Je tiens à exprimer mon soutien inconditionnel.

 
  
MPphoto
 

  Diane Dodds (NI) . – (EN) Monsieur le Président, je n’ai eu aucun plaisir aujourd’hui à voter contre un rapport qui contient de nombreux éléments potentiellement positifs pour l’avenir de notre secteur de la pêche.

Pourtant, le fait est que pour l’industrie de la pêche de mon pays, la politique commune de la pêche continue à semer le désordre.

Chaque année, le système des préférences de La Haye discrimine les pêcheurs d’Irlande du Nord en procédant à des déductions imputées sur les quotas de leurs allocations. Onze années de fermetures temporaires de la mer d’Irlande ont réduit à six notre flotte de 40 chalutiers ciblant les corégones, et pourtant il est encore question de surcapacité.

Ensuite, il y a la question relative à l’application des règles élaborées pour les pêcheries de la mer du Nord aux pêcheries de la mer d’Irlande: une approche logique ou commune qui ne se base pas sur la réalité sur le terrain. Songez simplement aux jauges utilisées pour déterminer le maillage des filets; ces jauges ont fait l’objet d’un accord, avec la meilleure intention du monde, mais l’Europe les a imposées à l’industrie de la pêche, en commettant l’énorme erreur de ne pas communiquer les implications de ce changement sur la nouvelle méthode.

C’est la raison pour laquelle j’ai voté contre ce rapport, en dépit des éléments encourageants qu’il contient.

 
  
MPphoto
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE) . – (LT) J’ai voté en faveur de la résolution sur le Livre vert sur la réforme de la politique commune de la pêche. J’espère qu’avec le vote d’aujourd’hui, le Parlement européen aura contribué au moins un peu à la préservation des stocks de poissons et à la bonne santé de l’environnement marin. J’espère aussi qu’il aura contribué à la réforme de la politique commune de la pêche.

Comme nous le savons au Parlement européen, 27 % des espèces de poissons sont menacées d’extinction et, à défaut de réduire l’effort de pêche, ces espèces disparaîtront. Nous savons aussi qu’il serait possible d’augmenter les stocks de poissons de 86 % si la pêche n’était pas aussi massive. Nous savons aussi que les stocks de 18 % d’espèces de poissons sont en mauvais état et les scientifiques recommandent que nous arrêtions immédiatement de les pêcher.

J’espère et je prie pour que l’Union européenne ait suffisamment de volonté politique pour ne pas se contenter d’élaborer la réforme, mais pour l’appliquer également.

 
  
MPphoto
 

  Hannu Takkula (ALDE) . – (FI) Monsieur le Président, permettez-moi de dire pour commencer que j’ai voté en faveur du Livre vert sur la réforme de la politique commune de la pêche, ainsi que nous l’a conseillé le rapporteur pour avis de notre groupe, M. Carl Haglund.

Je tiens néanmoins à dire qu’il est très important que l’Union européenne accorde une plus grande attention à la pêche et à l’état de ses eaux. Le défi est énorme. Je suis particulièrement contrarié par le fait que la situation se soit dégradée en conséquence de la surpêche dans l’UE - ce qui revient à du vol, en quelque sorte - et que la quantité prime sur la qualité.

Le moment est venu de commencer à penser plus sérieusement à la façon dont nous pourrions reconstituer les stocks de poissons de manière durable tout en garantissant que nous pourrons continuer à pêcher à l’avenir. L’accent doit porter ici essentiellement sur le saumon sauvage et les stocks de poissons sauvages. Nous devons concevoir un programme spécial de reconstitution des stocks de saumon sauvage.

Ma région natale est la Laponie finlandaise. Nous avons besoin de voir les saumons revenir se reproduire dans nos rivières, et nous avons besoin d’un programme garantissant que les stocks de saumon sauvage, en particulier, puissent être conservés et augmentés, et garantissant aussi qu’ils pourront à l’avenir être pêchés de manière durable.

 
  
MPphoto
 

  Daniel Hannan (ECR) . – (EN) Monsieur le Président, cela fait 11 ans que je proteste au sein de cette assemblée contre les impacts négatifs de la politique commune de la pêche sur mon pays natal: en vertu du droit international, le Royaume-Uni possède 65 % des stocks de poissons dans les eaux de la mer du Nord couvertes par la PCP, mais 25 % nous ont été alloués en volume c’est-à-dire 15 % en valeur, en vertu du système de quotas.

Cet argument devient académique puisque les poissons ont en fait disparu. Et même, au cours de la période que j’ai passée dans cette assemblée, il y a eu un déclin calamiteux de ce qui aurait dû être une ressource renouvelable. D’autres pays, qui ont trouvé un moyen d’inciter à l’accès à la propriété, pour donner une raison aux pêcheurs de traiter la mer comme une ressource renouvelable, sont parvenus à maintenir le niveau de leurs stocks de poissons: c’est le cas en Islande, en Norvège, en Nouvelle-Zélande, aux Malouines. Mais en Europe, nous avons été confrontés à la tragédie des biens communs: les ressources étaient considérées comme communes et libres d’accès pour tous les navires.

Vous ne pouvez pas persuader le capitaine d’un navire d’amarrer son bateau lorsqu’il sait que les eaux sont pillées par quelqu’un d’autre. Comme je l’ai dit, l’argument est à présent purement académique. C’est fini. Nos bateaux sont échoués. Nos ports de pêche sont stériles. Nos océans sont vides.

 
  
  

Explications de vote écrites

 
  
  

Rapport: Adina-Ioana Vălean (A7-0016/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Oana Antonescu (PPE), par écrit. – (RO) J’ai voté en faveur de ce rapport parce qu’il apporte certaines améliorations au système actuel au niveau de la fiabilité de la transmission des informations concernant des projets d’investissements relatifs à des infrastructures énergétiques dans l’UE. La nécessité d’améliorer le système de transmission des informations résulte du changement que connait la situation énergétique à un moment où l’interdépendance énergétique entre les États est plus forte et du fait que nous ayons un marché intérieur. Cette évolution nous a donc contraints à disposer d’instruments au niveau de l’UE également, pour nous aider à prendre des décisions concernant le secteur énergétique.

Je soutiens la proposition de la Commission de changer de base juridique de manière à ce que le règlement puisse se baser sur l’article 194 du traité de Lisbonne. L’objectif est de renforcer le rôle que les institutions peuvent jouer dans la politique énergétique, en particulier au niveau du fonctionnement du marché de l’énergie, de la sécurité des ressources, de la promotion de l’efficacité énergétique, du développement de nouvelles formes d’énergie renouvelable, ainsi qu’au niveau de la promotion de l’interconnexion des réseaux énergétiques.

 
  
MPphoto
 
 

  Liam Aylward (ALDE), par écrit. – (GA) J’ai voté en faveur du rapport concernant des investissements relatifs à des infrastructures énergétiques, qui visent à garantir l’approvisionnement et la compétitivité énergétiques et à renforcer la lutte contre le changement climatique. Ce rapport contraint les gouvernements de l’Union européenne à transmettre des informations à la Commission concernant les investissements effectués dans les infrastructures énergétiques, dans la modernisation ou l’amélioration de l’efficacité de la production d’énergie, ce qui permettra d’améliorer l’efficacité, la coopération et la planification énergétique dans l’Union européenne. La lutte contre le changement climatique, la garantie de la fourniture d’énergie et le recours à des énergies renouvelables revêtent une grande importance dans l’Union européenne, et des efforts supplémentaires doivent être fournis pour encourager et garantir des investissements efficaces et ciblés. Et il faut s’assurer que ces questions restent au cœur de la politique énergétique de l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. – (EN) J’ai soutenu ce rapport. Le traité de Lisbonne a conféré de nouveaux pouvoirs à l’Union européenne, et celle-ci doit s’assurer de les utiliser pleinement et efficacement. Le traité de Lisbonne renforce les compétences de l’UE dans le domaine de la politique énergétique, et la création d’un marché commun de l’énergie est une mission prioritaire de la Commission européenne. Toutefois, en l’absence d’informations claires et pertinentes sur les infrastructures et projets énergétiques existants ou planifiés dans l’Union européenne, la politique européenne de l’énergie ne peut pas être efficace.

Le nouveau règlement est un acte législatif très important pour la politique énergétique de l’UE, et je souhaite vivement qu’il puisse s’appliquer dans la pratique. Il n’est pas possible de promouvoir efficacement la politique énergétique européenne sans informations claires et pertinentes sur les infrastructures énergétiques existantes ou planifiées dans l’Union européenne.

Comme nous le savons, de nombreux États membres ne se sont pas conformés aux obligations de communication prévues par l’ancien règlement, et il ne faudrait pas que cela se répète avec le nouveau règlement. La Commission européenne, en tant que gardienne des traités de l’UE, doit s’assurer que tous les États membres respectent les dispositions du règlement et qu’ils soumettent en temps et en heure toutes les informations nécessaires sur l’évolution prévue de l’infrastructure énergétique.

 
  
MPphoto
 
 

  Sebastian Valentin Bodu (PPE), par écrit. – (RO) Une politique énergétique cohérente de l’UE n’a aucune chance d’aboutir, à moins que les 27 États membres ne fournissent des informations précises et complètes sur les investissements énergétiques réalisés individuellement sur leur territoire respectif. Mais il est important que le pouvoir exécutif de l’Union européenne se souvienne qu’il est nécessaire de veiller à la confidentialité des informations fournies par les agences nationales, dans la mesure où ces informations sont très sensibles et que le marché concerné est très important.

La sécurité énergétique de l’Europe est une question importante, mais la Commission doit se rendre compte que les informations fournies par chaque État séparément ne doivent pas être divulguées, en particulier lorsqu’elles sont de nature purement commerciale. Les informations relatives aux projets d’investissements énergétiques devant être communiquées tous les deux ans, la Commission européenne pourra ainsi préparer une analyse régulière sur la base de laquelle sera définie l’évolution future du système énergétique de l’Union européenne. Il lui sera donc possible d’intervenir en temps opportun en cas d’interruption de fourniture d’énergie ou en cas de problème.

Il est nécessaire de trouver un mécanisme permettant de se conformer aux conditions de communication des informations fixées par la Commission européenne, dans la mesure où les États membres ne se sont pas tous conformés aux obligations de communication prévues par le précédent règlement et ont omis de tenir la Commission informée des projets d’investissement dans l’infrastructure énergétique de la Communauté européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Antonio Cancian (PPE), par écrit. – (IT) Nous votons aujourd’hui en faveur de ce règlement, soutenu par l’autorité accrue que confère le traité de Lisbonne au Parlement européen dans le domaine des politiques énergétiques. Nous avons certainement intérêt à poursuivre la coopération interinstitutionnelle qui vise à planifier la contribution de l’UE dans la conception et la mise en œuvre de l’infrastructure énergétique de manière systématique, rationnelle et prospective: je pense aux avantages possibles pour la programmation du RTE-E et le lancement de projets pilotes de stockage de CO2, qui représentent l’avenir en matière énergétique. Mais les obligations de communication imposées par le règlement pourraient signifier que la politique s’immiscerait trop dans l’économie et que la concurrence s’en trouverait faussée en conséquence de la diffusion d’informations à propos des projets. Il est donc important de garantir que la collecte et la gestion des données fournies se feront dans la confidentialité et dans le respect des activités des entreprises. L’analyse de ces données permettra certainement de garantir que les investissements seront utilisés au mieux. Toutefois, elle doit être accompagnée de mesures financières concrètes destinées à soutenir ces travaux, et être conçue de manière à encourager l’investissement privé dans le secteur. Le Fonds Marguerite pour l’énergie, le changement climatique et les infrastructures doit être renforcé. Cette initiative est valable et nécessaire, mais le Fonds doit être alimenté par les ressources de l’UE déjà prévues au budget, et être lié à des formes de financements garantis par la Banque européenne d’investissement ou d’autres institutions financières, de sorte qu’il puisse bénéficier d’une part adéquate du capital social des partenariats publics-privés en activité.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. – (PT) Le traité de Lisbonne a conféré à l’Union européenne de plus grands pouvoirs dans le secteur de la politique énergétique.

Il est essentiel que les États membres travaillent ensemble pour garantir une politique énergétique plus efficace, plus sûre, et moins onéreuse pour les citoyens. Il est crucial d’apporter une stabilité nécessaire qui permettra de réduire le risque d’une autre crise du gaz entre l’Ukraine et la Russie. Elle apporterait la sécurité que les États membres de l’UE et les consommateurs attendent.

Une des grandes priorités de l’UE l’établissement d’un espace énergétique. Le paquet climat/énergie poursuit l’objectif d’améliorer la compétitivité de l’industrie de l’UE dans un monde soumis à des restrictions toujours plus nombreuses en matière de réduction des émissions de gaz carbonique.

Le règlement concernant la communication à la Commission des projets d’investissement relatifs à l’infrastructure énergétique dans la Communauté européenne contribuera à rendre le marché plus transparent et prévisible, en soutenant nos entreprises et en créant un environnement propice à la compétitivité.

 
  
MPphoto
 
 

  David Casa (PPE), par écrit. (EN) Afin que la Commission européenne puisse mener à bien ses missions relatives à la politique énergétique européenne, elle doit absolument être tenue informée de tous les évènements qui se produisent dans ce secteur. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de voter pour ce rapport.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. (PT) J’ai voté pour le rapport sur la proposition de règlement du Conseil concernant la communication à la Commission des projets d’investissement relatifs aux infrastructures énergétiques dans la Communauté européenne, et abrogeant le règlement (CE) nº 736/96, car il permettra à la Commission de surveiller ces infrastructures et d’anticiper les éventuels problèmes, en particulier ceux ayant trait à l’environnement. Il est donc utile de souligner l’importance de l’évaluation de l’impact des projets d’infrastructures énergétiques sur l’environnement, afin que ces infrastructures puissent être construites et déclassées de manière durable.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) Compte tenu de l’importance d’une politique énergétique intégrée, non seulement pour lutter contre le changement climatique et réduire les émissions de CO2, mais aussi pour assurer l’efficacité et atténuer la dépendance énergétique en Europe, la communication et la transmission des informations relatives aux investissements et aux projets d’infrastructures énergétiques sont primordiales.

Pour le bien de la politique énergétique européenne, il est vital que la Commission soit tenue au courant des derniers projets d’investissements énergétiques au sein des États membres afin de pouvoir élaborer des politiques intégrées permettant de favoriser l’efficacité énergétique et l’investissement dans des technologies plus propres, garantissant ainsi progressivement notre indépendance énergétique par rapport aux fournisseurs externes et aux combustibles fossiles.

Par conséquent, je soutiens la proposition de règlement, et particulièrement en ce qui concerne sa mise en œuvre nécessaire, car le règlement qu’elle vise à remplacer n’a, lui, jamais été mis en oeuvre.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Cette proposition de règlement contribue à l’établissement d’une politique énergétique européenne qui vise à favoriser l’efficacité, la fiabilité et la sécurité de notre énergie. L’efficacité énergétique est l’une des politiques prioritaires de l’Union européenne, étant donné l’importance de préserver et d’optimaliser les ressources, et de respecter les engagements que l’Union a pris dans le cadre de la lutte contre le changement climatique.

Je voudrais vous rappeler qu’avant de passer à de nouveaux projets, il convient de prendre en considération l’objectif de l’UE visant à atteindre l’objectif de 20 % en matière d’efficacité énergétique. Cela signifie que les projets d’investissement dans des infrastructures énergétiques doivent être compatibles avec l’objectif visant à atteindre un minimum de 20 % d’énergie produite à partir de sources durables et renouvelables d’ici 2020. La politique énergétique défendue doit garantir de faibles émissions de carbone et être basée sur la solidarité et la durabilité. La fiabilité du système est importante, car il doit pouvoir fonctionner sans interruption. Il doit prendre en considération la détérioration de l’approvisionnement du secteur énergétique, qui est perceptible tant au sein de l’UE que dans le reste du monde. Il convient également que nous prêtions attention aux investissements primordiaux dans des infrastructures permettant d’éviter les problèmes relatifs à la sécurité de l’approvisionnement énergétique.

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit. (PT) La rapporteure considère qu’il s’agit d’une pièce très importante du puzzle de la politique énergétique de l’UE, en partant du principe que nous ne pouvons pas promouvoir efficacement une politique énergétique au niveau européen sans disposer d’informations adéquates sur nos infrastructures énergétiques. Pourtant, au-delà de notre désaccord fondamental au sujet de la politique énergétique européenne, ce rapport peut également être replacé dans un contexte juridique ou même dans le cadre du marché intérieur.

Certains aspects positifs sont néanmoins aussi envisagés dans ce rapport, notamment lorsqu’il indique que la confidentialité des informations doit absolument être garantie et que les éventuelles propositions qui en résultent sont neutres et ne doivent pas être vues comme des interventions politiques sur le marché. En outre, les obligations de rapport doivent être faciles à remplir, de manière à éviter d’imposer inutilement des charges supplémentaires aux entreprises, à l’administration des États membres ou à celle de la Commission.

C’est pourquoi nous avons finalement décidé de nous abstenir.

 
  
MPphoto
 
 

  Françoise Grossetête (PPE), par écrit. – J'ai voté en faveur du rapport Valean sur la proposition de règlement du Conseil concernant la communication à la Commission des projets d’investissement relatifs à des infrastructures énergétiques dans la Communauté européenne.

Il est en effet essentiel de disposer d'un panorama suffisamment précis pour favoriser une meilleure adéquation entre l'offre et la demande d'énergie au niveau européen et pour décider des investissements les plus judicieux en matière d'infrastructures. Cela permettra également d'accroître la transparence sur les marchés (tout en protégeant les données des entreprises) et de lutter contre les phénomènes de dépendance énergétique vis-à-vis d'une source ou d'un site d'approvisionnement.

 
  
MPphoto
 
 

  Ian Hudghton (Verts/ALE), par écrit. (EN) En dépit de la déception de Copenhague, l’UE ne peut pas laisser l’absence de consensus international freiner nos propres efforts destinés à mettre en place une politique énergétique durable. Le gouvernement écossais continue à proposer des idées novatrices dans le domaine de l’énergie renouvelable et l’UE a elle aussi un rôle important à jouer en faisant avancer l’agenda. La promotion effective de notre politique énergétique nécessite des informations adéquates sur les infrastructures et j’ai donc voté aujourd’hui en conséquence.

 
  
MPphoto
 
 

  Alan Kelly (S&D), par écrit. (EN) La nécessité de disposer d’une série complète de données sur les investissements dans des infrastructures énergétiques au sein de l’UE ne fait aucun doute - il sera nécessaire de présenter les grandes tendances de l’industrie pour pouvoir planifier correctement nos actions et souligner les éventuelles difficultés susceptibles d’apparaître. Les infrastructures énergétiques constitueront la base de notre future croissance économique. C’est pourquoi l’Europe doit être encouragée à agir unie dans ce domaine à chaque fois qu’elle le peut.

 
  
MPphoto
 
 

  Erminia Mazzoni (PPE), par écrit. (IT) Cette proposition illustre l’impact de la situation d’urgence en matière d’approvisionnement en gaz qui s’est produite en janvier 2009 et qui a fait comprendre à la Commission que les infrastructures énergétiques de l’Union n’étaient pas à la hauteur. Le but de la Commission européenne, que le Parlement a pleinement soutenu, était de disposer d’un panorama, constamment mis à jour, du réseau d’infrastructures énergétiques. Aujourd’hui, de grandes incertitudes planent sur l’aboutissement de nos projets d’investissements, et elles ont encore été aggravées par la crise économique et financière. Je pense qu’une intervention est nécessaire et qu’il faut remédier au manque de données et d’informations cohérentes sur les projets d’investissements. Sans ces données, il est impossible d’analyser le développement attendu des infrastructures de l’Union et d’introduire un système de surveillance satisfaisant permettant d’adopter une approche intersectorielle. Par ailleurs, le règlement (CE) n° 736/96, abrogé par la proposition en question, n’est aujourd’hui plus appliqué de manière cohérente et ne correspond plus à l’évolution récente du secteur énergétique. Avec cette proposition, nous avons donc renforcé le système existant et amélioré considérablement la comparabilité des informations, tout en réduisant par la même occasion les charges administratives associées. Enfin, je voudrais souligner le fait que j’ai voté contre l’amendement 81 (qui prévoyait d’inclure la chaîne énergétique nucléaire tout entière dans les infrastructures couvertes par le règlement), car il existe déjà dans le traité Euratom des dispositions réglementant ces questions.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) La politique énergétique de l’UE est très pertinente si nous voulons parvenir à une utilisation majoritaire des énergies renouvelables dans un avenir proche. Depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, les décisions portant sur les questions relatives à la politique énergétique sont prises en codécision et il est donc nécessaire de réajuster les règlements en fonction du nouveau cadre juridique de l’UE. Pour cette raison, et également pour que l’ensemble des États membres puissent annoncer de manière satisfaisante et bénéfique les développements d’infrastructures énergétiques qu’ils ont prévues, il faut mettre en oeuvre un nouveau règlement afin que tout ceci soit plus rapide et plus facile.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. (DE) Ce projet est peut-être en effet fondé sur une bonne idée – à savoir la capacité de réagir en cas de rupture d’approvisionnement – mais les États membres ont déjà failli à leurs obligations de rapport prévues par l’ancien règlement. La proposition qui nous est soumise aujourd’hui ne semble pas à même d’opérer un grand changement à cet égard. En tout cas, sous sa forme actuelle, elle ne permet pas d’éviter les interventions sur le marché, ni les coûts administratifs excessifs pour les entreprises. Pour toutes ces raisons, et désireux de ne pas encourager la bureaucratie, j’ai voté contre ce rapport.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit. (DE) Le but de cette proposition de résolution est de veiller à ce que les États membres fournissent des informations correctes sur leurs projets dans le domaine des infrastructures énergétiques. Dès qu’un projet dans le secteur de l’énergie est lancé ou interrompu, il faut le signaler à la Commission de manière à ce que celle-ci puisse élaborer de nouvelles propositions de projets ou amender des propositions existantes, influant ainsi considérablement sur la diversité énergétique des différents États membres. Cela représente une étape supplémentaire sur la voie de la centralisation, et j’ai donc voté contre cette proposition de résolution.

 
  
MPphoto
 
 

  Rovana Plumb (S&D), par écrit. (RO) L’objectif de cette proposition de règlement est de faire en sorte que la Commission reçoive régulièrement des informations correctes sur les projets d’investissement dans des infrastructures énergétiques dans l’UE, afin de pouvoir s’acquitter de ses missions, particulièrement de celles ayant trait à sa contribution à la politique énergétique européenne.

Le règlement abrogé est considéré comme obsolète car il ne reflète pas les grands changements intervenus dans le secteur énergétique depuis 1996 (l’élargissement de l’Union européenne et les aspects liés à la sécurité de l’approvisionnement énergétique, aux sources d’énergie renouvelable, à la politique sur le changement climatique et au nouveau rôle conféré à l’UE par le traité de Lisbonne dans le secteur énergétique). J’ai voté pour ce rapport car la législation européenne doit être mise à jour dans tous les domaines et particulièrement dans le secteur énergétique.

 
  
MPphoto
 
 

  Teresa Riera Madurell (S&D), par écrit. (ES) Ce règlement est très important car il vise à garantir que la Commission sera régulièrement et correctement informée des projets d’investissement dans des infrastructures énergétiques, tant au niveau national qu’au niveau transfrontalier, de manière à ce que l’Union puisse assurer le fonctionnement correct du marché intérieur et que tous les États membres disposent d’un approvisionnement énergétique sûr. Il vise à mettre à jour le règlement de 1996 en prenant en considération les engagements pris par l’Union en matière de sécurité d’approvisionnement, de lutte contre le changement climatique et d’énergies renouvelables à la suite de l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne. Ce rapport revêt un intérêt particulier car il renforce le rôle du règlement en tant que système d’alerte précoce en cas de problème d’interconnexion. La commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie du Parlement a toujours insisté sur la nécessité d’établir une interconnexion à 10 % entre les États membres, comme stipulé par le Conseil européen, et toute disposition soulignant les lacunes qui empêchent de réaliser cet objectif est très positive. J’ai donc voté pour ce rapport.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) J’ai voté pour la résolution finale, principalement parce que pendant le vote, nous avons réussi à obtenir la codécision: il s’agit d’une grande victoire car, pour la première fois, le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (traité de Lisbonne) établit une base juridique dans le domaine de l’énergie permettant d’obtenir une procédure de codécision contre la volonté de la Commission. Encore plus historique: pour la première fois depuis que j’ai intégré ce Parlement, nous sommes parvenus à nous débarrasser du traité Euratom en tant que base juridique, bien que ce règlement couvre également la transparence des investissements dans le secteur nucléaire. Cela a été confirmé par le vote positif sur l’amendement 30, citant les carburants nucléaires parmi les sources d’énergie primaire au titre du règlement. Nous allons bien entendu maintenant devoir lutter pour confirmer cette victoire lors des prochaines négociations tripartites avec le Conseil et la Commission; les États membres doivent indiquer, au moins cinq ans avant le début de la construction, le montant et les types d’investissement dans des projets énergétiques. C’est une décision très judicieuse qui permettra d’élaborer à l’avenir des scénarios énergétiques plus efficaces, car la Commission pourra se faire une meilleure idée de l’évolution du marché de l’énergie; les énergies renouvelables, y compris les énergies décentralisées, devront être pleinement prises en considération; toutes les mentions de «faible intensité carbonique», véritable cheval de Troie pro-nucléaire, ont été supprimées.

(Explication de vote écourtée en application de l’article 170 du règlement)

 
  
MPphoto
 
 

  Marie-Christine Vergiat (GUE/NGL), par écrit. – J'ai voté contre le rapport de Mme Valean, car il cautionne la libéralisation du secteur énergétique et une politique énergétique européenne libérale dont nous connaissons les conséquences dramatiques pour les salariés du secteur et un nombre croissant de citoyens et pouvant aller jusqu'à des interruptions régulières de fourniture d'énergie.

Ce rapport consacre le primat du marché, la neutralité des interventions publiques et donne la priorité aux «agents économiques». Nous savons quels intérêts ils servent. Nous pouvons craindre pour la préservation des infrastructures existantes quand un amendement invite à garantir des investissements prioritaires en fonction de l'intérêt du seul marché de l'énergie.

Il ne suffit pas d'ajouter le mot «solidaire» au détour d'un amendement pour rendre la politique énergétique européenne acceptable quand, par ailleurs, un amendement refuse à l'Union européenne toute intervention dans le fonctionnement du marché. Dans ce contexte, nous savons aussi ce que signifie une concurrence loyale.

De manière générale, l'objectif ne doit pas être de répondre à une demande énergétique sans cesse croissante. Les financements complémentaires pour de nouveaux investissements infrastructurels devraient plutôt être alloués au développement de l'efficacité énergétique.

Malgré la crise économique actuelle, les dogmes néolibéraux restent l'alpha et l'oméga de nombreuses politiques communautaires.

 
  
  

Proposition de résolution RC-B7-0116/2010

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit.(LT) Je soutiens cette résolution et approuve totalement les observations qui y figurent. Je suis ravi que les élections présidentielles qui se sont tenues aient reflété les progrès considérables réalisés par l’Ukraine et qu’elles se soient mieux déroulées que les élections précédentes, en particulier concernant le respect des droits civiques et politiques des citoyens, notamment de la liberté de réunion, d’association et d’expression. Le respect des normes électorales internationales prouve que l’Ukraine s’est engagée dans la voie d’une démocratie mature et d’un renforcement de sa coopération avec l’UE, basée sur le respect mutuel des valeurs fondamentales de l’UE. Nous devons encourager l’Ukraine à participer activement au Partenariat oriental et soutenir ses efforts en vue de garantir davantage de démocratie et de respect de l’état de droit, des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ainsi que son engagement en faveur de la sauvegarde de l’économie de marché, du développement durable et de la bonne gouvernance.

 
  
MPphoto
 
 

  Vilija Blinkevičiūtė (S&D), par écrit.(LT) Je suis l’une des personnes qui ont préparé cette résolution et j’ai donc voté pour les objectifs qu’elle contient. Les élections présidentielles maintenant terminées, l’Ukraine doit se rapprocher de l’Union européenne. Je suis ravie que l’Ukraine prenne aujourd’hui résolument le chemin de la démocratie et qu’elle comprenne qu’une place lui revient de droit dans la communauté des pays démocratiques européens. La porte de l’Europe doit être ouverte à l’Ukraine.

Des élections transparentes constituent une étape importante dans le renforcement des principes d’un État démocratique. Bien que les observateurs aient annoncé que les élections présidentielles en Ukraine ont respecté les exigences de qualité strictes et les principes démocratiques, les institutions gouvernementales ukrainiennes devraient tout de même adopter des règles électorales claires. La liberté d’expression et le pluralisme des médias doivent être garantis pour tous les citoyens et tous les candidats aux élections.

Il est très important que l’Ukraine participe au Partenariat oriental ainsi qu’à l’assemblée parlementaire Euronest, coopérant ainsi avec le Parlement européen. L’Ukraine d’aujourd’hui est un pays européen qui a le droit de prendre des décisions concernant l’Europe. L’Union européenne doit coopérer intensément avec l’Ukraine de manière à renforcer le processus démocratique du pays et à l’intégrer à l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Sebastian Valentin Bodu (PPE), par écrit. – (RO) Le président ukrainien récemment élu nous a envoyé un signal important en choisissant Bruxelles comme destination pour sa première visite à l’étranger. L’Ukraine est un pays qui a des aspirations européennes, et le fait que le président Yanukovich se rende en visite dans la capitale de l’UE afin d’y rencontrer les dirigeants de la Commission souligne le fait que Kiev regarde à présent vers l’Ouest.

Le nouveau président ukrainien va devoir faire face à de grands défis, à l’heure où le Fonds monétaire international vient de suspendre l’accord de confirmation signé avec Kiev en raison de nombreux engagements non respectés ou enfreints. Il est important que le président Viktor Yanukovich n’oublie pas les promesses qu’il a faites le jour où il a pris ses fonctions. Comme le nouveau dirigeant de Kiev l’a souligné, l’Ukraine a besoin de stabilité intérieure et doit aussi lutter contre la corruption et consolider son économie en la faisant reposer sur des bases saines. L’Ukraine doit regagner la confiance des entreprises et de la communauté internationale afin de réussir à surmonter la récession économique, exacerbée par un climat politique instable.

La conclusion de la campagne électorale et l’entrée en fonction du président Yanukovich doivent signifier la fin des pratiques populistes telles que l’augmentation artificielle et économiquement non viable des revenus de la population. Dans son discours inaugural, le président Yanukovich a donné à la communauté internationale l’espoir d’un retour à la normale en Ukraine. Il reste maintenant à concrétiser ces paroles-là aussi.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Chountis (GUE/NGL), par écrit. (EL) Je me suis abstenu car j’estime que les relations entre l’Union européenne et les autres pays doivent être caractérisées par l’égalité, par des relations commerciales et économiques mutuellement bénéfiques, par la non-ingérence dans les politiques de développement internes et les processus démocratiques de chaque pays et, bien entendu, par le respect de la volonté des peuples. La construction d’une Europe pacifique suppose, toute autre considération mise à part, la possibilité pour chaque pays de déterminer lui-même ses relations internationales, sans obligation et sans pression. La sécurité énergétique étant primordiale pour les États membres de l’Union européenne, le rôle de l’Ukraine est important, c’est pourquoi il faut l’encourager à résoudre ses problèmes énergétiques en améliorant ses relations avec la Russie au moyen d’accords bilatéraux. Ce serait avantageux pour les deux parties et garantirait l’acheminement sans interruption du gaz naturel vers l’Europe.

 
  
MPphoto
 
 

  Robert Dušek (S&D), par écrit.(CS) Je suis favorable à la résolution de compromis rédigée au sujet de l’Ukraine, qui traite non seulement du caractère démocratique des dernières élections, mais qui propose également des solutions au problème de transit du pétrole et du gaz naturel, et qui enjoint l’Ukraine d’adopter le Traité instituant la Communauté européenne de l’énergie ainsi que la législation communautaire dans le domaine énergétique nécessaire pour se conformer à la directive 2003/55/CE. J’admets qu’une approche active et positive de l’Ukraine vis-à-vis de l’UE n’est pas le seul critère d’évaluation. L’Ukraine doit également, et avant toute chose, entretenir de bonnes relations avec ses pays voisins, avec les pays du Partenariat oriental et d’EURONEST. Je soutiens pleinement les propositions ainsi que les autres dispositions figurant dans la résolution de compromis et je voterai pour qu’elles soient adoptées.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. (PT) J’ai voté pour la proposition de résolution commune qui souligne l’importance du renforcement de la coopération entre l’UE et l’Ukraine. La stabilisation politique et économique de ce pays, et le renforcement de la coopération entre l’Ukraine et l’UE dans le domaine énergétique sont des conditions préalables à la reconnaissance des aspirations européennes de l’Ukraine. La stabilité de l’UE dépend également de la stabilité de ses voisins.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) Je me rappelle la vague d’espoir qui a déferlé avec la révolution orange et de la rupture qu’elle supposait, pour le peuple ukrainien, avec son passé d’influence soviétique. Je me souviens des promesses de réussite, de progrès, de démocratie et de coopération qui avaient alors été faites aux Ukrainiens, tant par les dirigeants nationaux que par la communauté internationale. À cette époque, l’Union européenne paraissait être la destination probable d’un peuple résolument tourné vers l’Ouest.

Aujourd’hui que l’euphorie s’est dissipée, il semble clair que les protagonistes de la révolution orange n’étaient pas à la hauteur du défi. Le désenchantement du peuple au sujet de la manière dont le pays est gouverné est également bien visible.

L’élection du candidat battu par M. Yushchenko en décembre 2004 illustre soit une grave division au sein du pays, soit un revirement du sentiment populaire, les gens étant aujourd’hui plus favorables à l’influence russe.

Je pense qu’il est important que l’Union européenne maintienne sa capacité d’apparaître séduisante aux yeux de l’Ukraine et qu’elle mette en œuvre tous les moyens à sa disposition pour ce faire. J’espère que l’Ukraine persévérera et poursuivra son processus de démocratisation interne, et qu’au vu de son passé et de son histoire, elle se rapprochera de l’UE; un processus qui débouchera sur son entrée dans l’UE en tant que membre à part entière.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) À la suite de la désintégration du bloc de l’Est et de l’Union des républiques soviétiques, le peuple et les institutions ukrainiens se sont résolument engagés dans la démocratisation du pays et dans la construction d’une société moderne grâce au développement d’un système social, économique et politique capable de consolider l’état de droit et le respect des droits de l’homme, en dépit des difficultés que rencontre normalement un État dont l’organisation structurelle et l’identité politique sont en cours de régénération.

En sa qualité de zone de référence et de lieu de promotion de la paix et du développement économique, social et culturel au bénéfice de ses citoyens, l’Union européenne a le devoir d’assumer un rôle décisif dans la mise en place d’un système démocratique en Ukraine et notamment dans le renforcement des mécanismes relatifs à l’intégration européenne. Une telle action sera par ailleurs de nature à soulager les conflits régionaux à l’intérieur du pays, ce qui revêt une importance géostratégique cruciale pour l’UE dans le contexte des relations avec la Russie et l’Asie centrale, plus particulièrement dans le domaine énergétique. Dans le cadre de ce processus, je voudrais également souligner l’importance qu’a eue cette proposition de résolution dans l’intégration dans l’UE d’un important groupe d’immigrants ukrainiens, ainsi que dans la promotion du rôle des jeunes et de l’éducation en termes de progrès social, économique et culturel en Ukraine.

 
  
MPphoto
 
 

  Cătălin Sorin Ivan (S&D), par écrit. (RO) Dans le contexte du vote d’aujourd’hui sur la situation en Ukraine, nous nous réjouissons non seulement du déroulement conforme aux principes démocratiques des élections présidentielles, mais également de l’entrée en fonction du nouveau président, dont nous attendons qu’il mène une politique d’ouverture et de coopération vis-à-vis de l’UE. Nous avons souligné combien il était essentiel de signer des accords supplémentaires dans le secteur de l’énergie et d’assurer de la sorte la sécurité de notre approvisionnement énergétique. Avec ce vote, nous avons également reconnu, la nécessité de poursuivre des discussions en vue de la mise en place d’un système favorable concernant l’octroi de visas. Par le message transmis aujourd’hui, l’Ukraine a été invitée à poursuivre son travail avec nous afin de s’engager définitivement sur la voie du progrès vers la démocratie. Nous avons réitéré par ce vote les propos que nous avions tenus en d’autres occasions: nous devons faire la preuve de notre ouverture au moyen du dialogue et d’engagements fermes afin de prodiguer à l’Ukraine les encouragements nécessaires pour qu’elle accorde la préférence à une évolution pro-européenne. L’Ukraine doit cependant montrer qu’elle est une partenaire digne de notre confiance.

 
  
MPphoto
 
 

  Tunne Kelam (PPE), par écrit. (EN) J’ai apporté ma voix à l’amendement 2, déposé au nom du groupe ECR, relatif à la proposition de résolution commune sur la situation en Ukraine, qui exprime des craintes que le projet de gazoduc Nordstream ne mette à mal le principe de solidarité régissant la sécurité énergétique de l'Union européenne et ne soit construit pour contourner l'Ukraine. Même si ce sujet n’est pas directement lié à la situation actuelle en Ukraine, je partage intégralement l’opinion selon laquelle le projet Nordstream a été conçu par le gouvernement russe avant tout comme un projet politique visant à diviser l’Europe et à isoler, non seulement l’Ukraine, mais également certains nouveaux États membres. Cet amendement rappelle que le débat sur Nordstream n’est pas terminé et qu’il importe de le poursuivre. L’UE, qui se dirige vers un marché commun de l’énergie, grâce à la mise en œuvre d’un principe de solidarité en matière d’énergie, ne peut pas s’appuyer sur une relation à long terme avec un monopole étatique politiquement orienté qui a déjà échoué sur le plan économique et qui défie les principes élémentaires de l’UE que sont la concurrence ouverte, la transparence et la séparation entre la production, le transport et la distribution.

 
  
MPphoto
 
 

  Iosif Matula (PPE), par écrit. (RO) J’ai voté en faveur du projet de résolution déposé par le groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens) parce que je pense que l’UE doit aider l’Ukraine à mettre en œuvre des réformes démocratiques et des valeurs européennes, et à garantir les droits de l’homme et les droits des personnes appartenant à des minorités nationales.

Le nouveau président ukrainien a remporté les élections avec un programme garantissant les droits des minorités, et l’UE doit soutenir la mise en œuvre efficace, à long terme, de ce programme. Dans ce contexte, la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires doit être adoptée et mise en vigueur. Il faut abroger les mesures antérieures qui réduisent drastiquement la possibilité pour les écoles d’enseigner dans les langues maternelles minoritaires. Il faut améliorer la représentation des minorités au sein des institutions ukrainiennes, qu’elles soient locales, de district, régionales et centrales. Il convient de garantir le respect des droits de toutes les minorités conformément aux normes européennes, y compris les minorités russe, polonaise, tatare, bulgare, grecque, roumaine, hongroise, juive et rom. Aucune minorité ne doit être négligée.

Je souhaite attirer l’attention sur la nécessité de conserver et de restaurer le patrimoine culturel et historique de la région de Chernivtsi, qui fait partie d’un héritage culturel juif, germano-autrichien polonais, roumain, russe et ukrainien. J’estime que la conservation de ce précieux patrimoine multiculturel et multiconfessionnel européen, qui englobe cimetières, monuments, bâtiments et églises en Bucovine du Nord, doit être un objectif prioritaire de la coopération entre l’UE et l’Ukraine.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) Les élections récemment organisées en Ukraine, si nous prenons en considération les déclarations de la mission d’observation électorale OSCE/BIDDH qui a considéré que la plupart des normes internationales avaient été respectées, constituent un signal indiquant que ce pays poursuit son évolution positive en vue de son intégration future au sein de l’UE. En revanche, il est essentiel que les responsables politiques et les autorités de l’Ukraine s’engagent à apporter sans tarder une stabilisation politique et économique. Pour y parvenir, il conviendrait d’appliquer les réformes constitutionnelles indispensables, mais également de consolider l’état de droit, d’établir une économie sociale de marché, de renouveler les efforts de lutte contre la corruption et d’améliorer le climat des affaires et des investissements.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. (DE) La proposition de résolution sur la situation en Ukraine aborde de façon tout à fait appropriée l’état de ce pays et la situation autour des élections présidentielles. Elle rappelle aux responsables politiques et aux organes gouvernementaux ukrainiens la nécessité d’une stabilisation politique et économique, qu’il est possible d’atteindre notamment par la consolidation de l’état de droit, l’établissement d’une économie sociale de marché, le renouvellement des efforts de lutte contre la corruption et l’amélioration du climat des affaires, et des investissements. Néanmoins, à mes yeux, les considérants relatifs à son inclusion rapide dans la zone de libre-échange, en d’autres termes le marché intérieur commun de l’UE, vont trop loin. L’Ukraine doit construire et renforcer son économie de façon régulière et parvenir à un accord concernant ses propres besoins. En dépit de l’orientation européenne de l’Ukraine, nous ne devons ni oublier, ni négliger que les racines profondes de ce pays plongent dans la sphère d’influence de la Russie et que nous devons prendre cet élément en considération. Pour les raisons que j’ai exposées, je me suis abstenu de voter la proposition de résolution.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit. – (DE) Le texte contient quelques déclarations positives comme la condamnation du régime communiste. Par ailleurs, je considère qu’un assouplissement important des restrictions relatives aux visas et une inclusion rapide de l’Ukraine dans le marché commun ne sont pas raisonnables. C’est pour cette raison que je me suis abstenu de voter.

 
  
MPphoto
 
 

  Kristiina Ojuland (ALDE), par écrit. (ET) Monsieur le Président, j’ai accordé mon soutien à la résolution du Parlement européen sur la situation en Ukraine. Entre autres choses, je suis convaincue que nous devrions prendre avec tout le sérieux qui s’impose la décision du président élu Yanukovych de se rendre à Bruxelles pour sa première visite à l’étranger. Ce geste constitue un signe évident que l’Ukraine poursuit sa route vers son intégration avec l’Union européenne. Je considère qu’il est important que l’Union européenne fasse montre de son soutien à l’égard de l’Ukraine dans la situation actuelle par la conclusion d’un accord d’association, et en garantissant la suppression de l’obligation de visa, pour autant que l’Ukraine atteigne ses objectifs. Les portes de l’Union européenne doivent rester ouvertes à l’Ukraine.

 
  
MPphoto
 
 

  Wojciech Michał Olejniczak (S&D), par écrit. (PL) Je suis heureux que les élections présidentielles en Ukraine se soient déroulées dans le respect des normes démocratiques. En ce début d’année 2010, la démocratie ukrainienne a montré qu’elle était en vie. La forte participation au scrutin vaut la peine d’être notée. Aujourd’hui, les résultats de l’élection ukrainienne ne devraient pas susciter des réserves susceptibles d’entraîner leur remise en cause devant les tribunaux.

Cependant, l’Union européenne ne doit pas se contenter d’exprimer son satisfecit concernant la façon dont les élections ont été conduites. Il est essentiel d’offrir à l’Ukraine une perspective européenne en plusieurs étapes. La première étape devrait être sa participation au partenariat oriental et la dernière, son adhésion à l’Union européenne. L’Union européenne doit maintenir à l’égard de l’Ukraine une politique de la porte ouverte. Le degré d’intégration à différentes communautés relève de la décision de l’Ukraine – et doit résulter une décision souveraine de la société ukrainienne.

L’amélioration des relations entre l’Ukraine et la Russie relève de l’intérêt vital de l’Union européenne. En effet, les conséquences des relations bilatérales entre l’Ukraine et la Russie concernent aussi des États membres de l’UE. Je me réjouis de l’annonce d’une amélioration de ces relations.

 
  
MPphoto
 
 

  Justas Vincas Paleckis (S&D), par écrit. (LT) Les élections présidentielles en Ukraine se sont déroulées en conformité avec les normes électorales internationales. Le pays a fait un pas en direction de la démocratie européenne. C’est une preuve que l’Ukraine se sent de plus en plus intégrée à la communauté des États européens démocratiques.

Espérons que le nouveau président ukrainien sera un partenaire fiable avec qui nous pourrons coopérer pour renforcer la stabilité et le développement économique en Europe orientale ainsi que dans d’autres États environnants. L’une des étapes pratiques cruciales dans le cadre des relations de l’UE avec l’Ukraine est la simplification du régime de visa, dont l’objectif ultime est la suppression des visas pour les citoyens ukrainiens se rendant dans l’UE.

J’ai voté en faveur de cette résolution parce qu’elle tient compte des changements positifs intervenus dans un État voisin aussi important pour l’UE, en dépit de multiples complications et tensions qui subsistent entre diverses institutions gouvernementales dans ce pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Jarosław Leszek Wałęsa (PPE), par écrit. (PL) Au cours de cette séance plénière, nous avons voté sur la résolution du Parlement européen concernant la situation en Ukraine. J’ai soutenu cette résolution parce qu’elle constitue une déclaration très importante de notre institution, qui témoigne du fait que nous suivons attentivement l’évolution de la démocratie en Ukraine. La résolution développe une évaluation globalement positive du déroulement des élections présidentielles et fait appel à des efforts pour concrétiser la stabilité politique et économique du pays. Il est essentiel, c’est là un point crucial, de renforcer la coopération entre l’Ukraine et l’UE, en particulier dans le domaine de l’énergie. À mon avis, deux amendements prêtaient à la controverse. Le premier portait sur les langues minoritaires. J’ai voté contre cet amendement parce qu’il augmente la possibilité d’utiliser le russe au lieu de l’ukrainien. Le second amendement était celui concernant le gazoduc Nordstream. Dans ce cas-ci, j’ai voté pour l’amendement, parce que je souhaitais manifester mon opposition à la construction de ce gazoduc.

 
  
  

Proposition de résolution RC-B7-0123/2010

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Oana Antonescu (PPE), par écrit. (RO) L’Union européenne a mené campagne pour la constitution du Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH) et a entrepris, de concert avec les États membres, de jouer un rôle actif, de premier plan, eu vue de soutenir un organe efficace qui relève les défis actuels en termes de droits de l’homme. La nouvelle structure institutionnelle créée à la suite de l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne offre la possibilité d’améliorer la cohérence, le profil et la crédibilité des actions de l’UE en tant que partie au CDH. C’est pour cette raison qu’il est essentiel que l’UE adopte une position commune, coordonnée, à l’occasion de la treizième session du CDH, concernant toutes les matières qui seront abordées. L’UE doit exercer une influence effective dans le cadre du système élargi des Nations unies et rester déterminée à trouver une position commune, ainsi qu’à accroître sa flexibilité sur les questions moins importantes pour lui permettre de répondre plus rapidement et plus efficacement dans les négociations sur les problématiques fondamentales. Par-dessus tout, elle doit s’engager activement dans la création de mécanismes spécifiques au CDH afin de répondre rapidement et efficacement aux crises des droits de l’homme en Iran, en Afghanistan, en Irak et au Yémen.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. (EN) Les droits de l’homme sont encore violés dans de nombreux pays et il est regrettable que des violations graves ne soient parfois pas prises en compte en temps voulu et de façon appropriée par la communauté internationale. Une approche coordonnée sur la scène internationale fait défaut. Le rôle de l’UE sur la scène mondiale a pris une certaine ampleur au cours des dernières décennies et le Service européen de l’action extérieure, nouvellement créé en vertu du traité de Lisbonne, pourrait se montrer décisif pour aider l’Union à agir plus efficacement en vue de relever les défis mondiaux et de s’attaquer aux violations des droits de l’homme avec plus de cohérence et d’efficacité. L’UE a là une magnifique possibilité de renforcer son rôle au sein du Conseil des droits de l’homme des Nations unies et devrait s’en saisir pleinement afin d’accroître la visibilité et la crédibilité des actions de l’UE dans le domaine des droits de l’homme.

 
  
MPphoto
 
 

  Mara Bizzotto (EFD), par écrit. (IT) La résolution de compromis soumise au vote de cette Assemblée contient malheureusement des passages qui m’ont empêché de lui accorder mon aval. Le CDH des Nations unies est un organe politique, sujet à une «politisation extrême», comme le reconnaît le texte de la résolution. Nous aurions pourtant pu – je crois – en dire beaucoup plus, notamment parce que nous traitons d’un sujet sensible et important pour un si grand nombre d’entre nous, c’est-à-dire les droits de l’homme. À la lecture du texte, je note une faiblesse malheureuse – peut-être pas en termes de politique de la diplomatie, mais certainement en termes de valeurs –, je veux parler du manque de détermination du texte lorsque se trouvent critiqués les aspects qui, notoirement, font du CDH des Nations unies un organe très controversé. Nous aurions pu en fait nous montrer plus catégoriques, nous exprimer de façon plus résolue contre la candidature de l’Iran aux prochaines élections du Conseil. Le texte ne fait aucune mention de la composition insensée d’un Conseil au sein duquel siègent trop de membres bien peu qualifiés pour donner des leçons de droits de l’homme et qui, de toute évidence, possèdent encore moins de qualifications pour être à même de juger ou condamner qui que ce soit. Mon vote est donc un vote d’abstention et de scepticisme à l’égard de ce texte: je m’abstiens dans l’espoir que le Parlement ôtera sa veste de diplomate – ce n’est pas son travail d’être diplomate – et soutiendra plus courageusement le combat pour les valeurs et pour les droits de l’homme.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Chountis (GUE/NGL), par écrit. (EL) Je me suis abstenu, en dépit du fait que la proposition de résolution contient des éléments positifs, parce que des amendements importants déposés par le Groupe confédéral de la Gauche unie européenne – Gauche verte nordique ont été refusés et que son contenu prenait dès lors un caractère inadéquat. L’Union européenne doit soutenir les efforts déployés par les Nations unies pour veiller au respect des droits de l’homme à travers le monde. Elle doit occuper le centre de la scène dans ce type d’initiatives, d’autant plus qu’à l’heure actuelle les violations tendent à devenir la règle sous des régimes autocratiques engagés dans la «violence capitaliste» pour imposer leurs politiques antisociales. L’Union européenne doit réexaminer ses relations avec l’État d’Israël, prendre dûment en compte les opérations militaires d’Israël en territoire palestinien et les violations des droits du peuple palestinien, y compris le droit d’acquérir finalement sa propre patrie. L’Union européenne doit se tenir à l’écart des campagnes américaines «pour l’exportation de la démocratie» et créer un cadre de relations internationales qui respecte les règles du droit international et accorde un rôle accru aux Nations unies.

 
  
MPphoto
 
 

  Anna Maria Corazza Bildt, Christofer Fjellner, Gunnar Hökmark et Anna Ibrisagic (PPE), par écrit. (SV) Aujourd’hui 25 février 2010, les Conservateurs suédois ont voté en faveur de la résolution commune B7-0123/2010 sur la treizième session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Néanmoins, nous souhaiterions souligner que nous pensons qu’il conviendrait de prier instamment les États membres de l’UE de dénoncer les violations des droits de l’homme en général et qu’il est regrettable que le Conseil des droits de l’homme des Nations unies ne soit pas parvenu à réagir suffisamment vite à des crises des droits de l’homme survenues dans d’autres pays que ceux mentionnés dans la résolution, comme, par exemple, à Cuba, ainsi que d’autres pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), par écrit. (RO) Je me dois de porter à votre attention que le respect de la législation internationale relative aux droits de l’homme et de la législation humanitaire internationale par toutes les parties, et en toute circonstance, demeure une condition essentielle pour établir une paix équitable et durable dans le monde.

Au niveau de l’Union européenne, je pense qu’une action concertée, menée de concert par la Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et par les États membres, qui appellent de leurs vœux une position commune forte, permettrait de faire en sorte que les personnes qui se rendent coupables de violations de la législation internationale relative aux droits de l’homme et de la législation humanitaire internationale aient à rendre compte de leurs actes.

 
  
MPphoto
 
 

  Proinsias De Rossa (S&D), par écrit. (EN) J’ai voté en faveur de la résolution sur le programme d’action des Nations unies en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes, qui identifie des mesures essentielles que l’Union européenne doit prendre pour atteindre ses objectifs stratégiques en matière d’égalité entre hommes et femmes. D’évidence, la Commission doit renforcer ses efforts en vue de collecter des données comparables concernant des indicateurs critiques relatifs au suivi du programme d’action, et les traduire en examens réguliers des initiatives d’intégration de la question de genre à tout un éventail de domaines politiques. Il est particulièrement important de surveiller et d’agir sur la dimension du genre dans la pauvreté, dans la violence ainsi que dans les besoins des enfants de sexe féminin. Le suivi de la feuille de route de la Commission pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2006-2010 doit prendre en considération les conséquences à long terme de la crise économique et du changement climatique dans une société vieillissante et qui se diversifie sur le plan ethnique. Il faut reconnaître et renforcer les soins et les droits en matière sexuelle et de reproduction en Europe et au niveau mondial. L’Union européenne doit dès à présent devenir partie à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, une mesure juridique rendue possible par l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. (PT) J’ai voté en faveur de la proposition de résolution commune sur la treizième session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. La nouvelle structure institutionnelle de l’UE offre une chance unique d’accroître la cohérence, la visibilité et la crédibilité de l’UE au sein du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Les activités de la Haute représentante pour les affaires étrangères et la politique de sécurité contribueront également à accroître la capacité de l’UE en termes de coopération avec des pays issus d’autres blocs régionaux, dans le but de mettre un terme aux violations des droits de l’homme, y compris la violence dirigée spécifiquement contre les femmes et les enfants.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) La politisation du Conseil des droits de l’homme et le blocage permanent à l’encontre de ceux qui y prennent une position plus résolue dans la condamnation des violations des droits de l’homme dans diverses parties du monde justifient une modification de la structure et du mode de fonctionnement du Conseil. La candidature annoncée de l’Iran est un nouveau signe que la voie prise par cet organe risque de manquer de crédibilité et de sécurité, et que des pays coupables de violations répétées des droits de l’homme peuvent utiliser leur appartenance au Conseil pour tenter de blanchir leur propres violations.

L’Union européenne doit participer activement aux travaux du Conseil tout en restant consciente de ses limites et de ses problèmes, et tenter de transmettre une vision équilibrée, bien que stricte et astreignante, de ce que devrait être le respect des droits de l’homme. Si elle suit cette voie, elle sera capable de respecter ses propres responsabilités en cette matière.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH) constitue une plateforme spécialisée dans les droits universels de l’homme et un forum consacré aux droits de l’homme au sein du système des Nations unies. La promotion et la sauvegarde de l’universalité des droits de l’homme font partie de l’acquis l’acquis juridique, éthique et culturel de l’UE et constituent l’une des pierres angulaires de son unité et de son intégrité.

Je suis certain que les États membres de l’UE sont opposés à toute tentative visant à saper les concepts de l’universalité, de l’indivisibilité et de l’interdépendance des droits de l’homme. Je suppose que les États membres participeront activement au débat annuel interactif sur les droits des personnes handicapées et à la réunion annuelle sur les droits de l’enfant. Je voudrais insister sur l’importance de la treizième session du CDH à laquelle assisteront des ministres et d’autres représentants de haut niveau. Son ordre du jour inclut la crise économique et financière ainsi que la Déclaration des Nations unies sur l’éducation et la formation aux droits de l’homme. Enfin, je me réjouis du réengagement des États-Unis dans les organes des Nations unies et de leur élection ultérieure en tant que membre du CDH, ainsi que de leur travail constructif sur la liberté d’expression lors de la 64e Assemblée générale des Nations unies.

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit. (PT) Nous nous rendons sans réserve aux idées mentionnées dans le rapport sur l’universalité, l’indivisibilité et l’interdépendance des droits de l’homme. En revanche, sur la base des mêmes hypothèses, il est nécessaire de souligner la contradiction inacceptable de cette vision avec les dures attaques menées contre les droits des travailleurs et des populations à cause de la crise du système capitaliste, y compris les taux de chômage élevés, l’augmentation de la pauvreté et l’accès toujours plus difficile à des services publics de bonne qualité à des prix abordables. Malheureusement, la majorité du Parlement n’a pas dûment pris en compte cette contradiction.

Nous regrettons le rejet des propositions formulées par notre groupe, et notamment les suivantes:

- souligne que les États membres des Nations unies doivent, encourager la souveraineté alimentaire et la sécurité alimentaire en tant qu’instrument de réduction de la pauvreté et du chômage;

- se réjouit du fait qu’un rapport du Haut commissaire aux droits de l’homme des Nations unies sur les violations des droits de l’homme commises au Honduras, depuis le coup d’état soit inscrit à l’ordre du jour de la treizième session; appelle les États membres de l’UE à oeuvrer à et à soutenir une condamnation sans appel du coup d’état, et pour restaurer la démocratie et de l’état de droit dans ce pays;

- exprime son inquiétude concernant la situation en Colombie, en particulier la découverte de milliers de corps non identifiés.

 
  
MPphoto
 
 

  Sylvie Guillaume (S&D), par écrit. – J'ai apporté ma voix à la résolution sur la 13ème session du Conseil des droits de l'homme des Nations-Unies, tout d'abord pour accueillir très favorablement l'initiative de faire des conséquences de la crise économique et financière mondiale sur le plein exercice de tous les droits de l'homme une priorités de son ordre du jour. Il m'est également apparu important de souligner la nécessité d'une position commune ferme de l'Union européenne concernant la suite donnée au rapport de la mission d'enquête sur le conflit à Gaza et dans le sud d'Israël, et à cet égard les recommandations du rapport Goldstone doivent absolument être mises en œuvre. Enfin, la présentation par l'Iran de sa candidature aux élections au CDH qui auront lieu en mai 2010 est particulièrement inquiétante et doit être suivie par une action ferme de l'Union européenne pour empêcher l'élection de pays présentant des bilans plus que problématiques au regard des droits humains.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) Dans la mesure où le Conseil des droits de l’homme est un organe intergouvernemental dont l’objectif premier consiste à s’attaquer aux violations des droits de l’homme, et étant donné que le respect et la sauvegarde de l’universalité des droits de l’homme constituent l’un des fondements de l’unité et de l’intégrité européennes, je souhaiterais adresser mes encouragements au CDH dans l’espoir qu’il poursuivra son combat contre toutes les formes de discrimination.

 
  
MPphoto
 
 

  Frédérique Ries (ALDE), par écrit. – Notre résolution s'adresse au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, une institution que l'on eût souhaité élever au rang de gendarme du respect des droits, des valeurs, des libertés les plus fondamentaux dans le monde. Je parle au conditionnel, car sa légitimité est plus que mise en cause pour son manque d'impartialité.

Et voilà que s'ajoute soudain la question de la candidature de l'Iran. Une provocation. Cet État, ce gouvernement, ce président, qui méprise les droits de l'homme et de la femme. Au moins 346 citoyens, parmi lesquels des mineurs, exécutés en 2008 par pendaison ou lapidation. Des parodies de procès. La torture. L'absence totale de liberté d'expression, d'association, de presse. La persécution des minorités, notamment des Baha'is. La répression sanglante et systématique de toute forme de manifestation depuis les élections présidentielles de juin 2009...

Le monde a besoin d'une gouvernance qui soit basée sur des valeurs universelles. Si l'ONU veut être le lieu de ce dialogue, elle doit veiller à l'objectivité de ses organes. La candidature de l'Iran constitue pour elle plus qu'un test de crédibilité, c'est un test de viabilité.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) J’ai apporté ma voix au texte final de la résolution, notamment parce qu’elle a conservé les paragraphes relatifs à l’étude conjointe sur l’existence de centres de détention secrets, à la mise en œuvre indispensable des recommandations du rapport Goldstone et du TPI, et parce qu’il contient l’amendement sur le Sahara occidental déposé par le GUE. Je me réjouis par ailleurs que la demande de M. Brok d’avoir un vote séparé sur le paragraphe relatif à la diffamation des religions ait été rejetée, et que le paragraphe soit formulé comme suit:

«rappelle sa position en ce qui concerne le concept de diffamation des religions et, tout en étant conscient de la nécessité d'aborder pleinement le problème de la discrimination à l'encontre des minorités religieuses, estime que l'inclusion de ce concept dans le protocole sur les normes complémentaires sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et toutes formes de discriminations est inappropriée; demande aux États membres des Nations unies de mettre pleinement en œuvre les normes en vigueur en matière de liberté d'expression et de liberté religieuse;»

Nous souhaitions conserver cette phrase parce que nous sommes d’avis qu’il n’est pas nécessaire d’élaborer de nouvelle législation au niveau des Nations unies, pour aborder le concept de diffamation des religions, dans la mesure où nous avons déjà des normes internationales, notamment le protocole destiné à prévenir la discrimination à l’encontre des minorités religieuses.

 
  
MPphoto
 
 

  Czesław Adam Siekierski (PPE), par écrit. (PL) La politique européenne en matière de respect des droits de l'homme est l'une des valeurs les plus importantes que nous mettons en pratique. Cette politique englobe la protection des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. Elle attache une très grande importance au soutien des droits des femmes, des enfants et des minorités nationales et, en particulier, à la lutte contre le racisme, la xénophobie et d'autres formes de discrimination. L'utilisation d'une législation discriminant les minorités pour violer leur droit à la liberté de religion ou limiter leur accès à l'éducation et à l'emploi et, partant, leur droit à travailler, ce qui a pour effet de limiter leur droit à un niveau de vie adéquat, est très dangereux. Le travail réalisé à ce jour par l'Union dans ce domaine nous donne le droit d'exiger d'autrui le respect de normes élevées dans le domaine de la démocratie et des droits de l'homme.

 
  
MPphoto
 
 

  Viktor Uspaskich (ALDE), par écrit. (LT) Sur la question des droits de l'homme, il convient de souligner à tous les niveaux et dans toutes les régions de l'UE que notre rôle en tant que députés ne se limite pas à critiquer et à préparer des résolutions sur les pays tiers, mais également à surveiller de près les États membres de l'UE, en prêtant attention au moindre fait négatif enfreignant les droits de l'homme. Lorsque les droits de l'homme sont bafoués, le Parlement européen prépare une résolution adressée au pays concerné. Mais avant de critiquer les autres, nous devons d'abord mettre un terme aux violations des droits de l'homme au sein de l'UE. Nous pourrons alors critiquer les autres et essayer de les aider autant que possible.

 
  
MPphoto
 
 

  Anna Záborská (PPE), par écrit. – Je n'ai pas soutenu cette résolution qui omet d'insister sur l'importance des droits de l'homme pour les minorités chrétiennes au Moyen Orient. Je regrette ce manque de courage de condamner les attaques contre les minorités chrétiennes au Moyen Orient et de saisir le Conseil des droits d'homme au sujet de cette problématique. Les peuples des Nations unies avaient proclamé 2009 «Année internationale pour l'éducation aux droits de l’homme». L'Union a proclamé 2010 «Année européenne contre la misère». Nous devrions prendre conscience que l'extrême pauvreté a été reconnue par les Nations unies comme une violation des droits de l'homme. Dans le marbre du Parlement européen et du Conseil de l'Europe, nous avons gravé le leitmotiv du 17 octobre - Journée mondiale du refus de la misère: «Là où les Hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés. S'unir pour les faire respecter est un devoir sacré. Père Joseph Wresinski.» Notre résolution omet d'exprimer notre grave préoccupation sur l'extrême pauvreté en tant que violation des droits de l'homme. C'est pourquoi j'invite les collègues du Comité Quart Monde à adresser une lettre dans ce sens aux délégués des peuples des Nations unies pour exprimer la préoccupation du Parlement européen à cet égard.

 
  
  

Proposition de résolution B7-0118/2010

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Oana Antonescu (PPE), par écrit. (RO) L'égalité entre femmes et hommes est un droit fondamental et une valeur commune de l'Union européenne. Elle est aussi une condition préalable pour atteindre les objectifs de l'UE en termes de croissance économique, d'emploi et de cohésion sociale. Bien que d'importants progrès aient été faits par rapport à la réalisation des objectifs du programme d'action de Pékin, adopté en 1995, l'inégalité des genres et les stéréotypes persistent.

J'estime que la révision de la stratégie de Lisbonne doit cibler davantage l'égalité des genres, fixer de nouveaux objectifs, et renforcer les liens avec le programme d'action de Pékin afin que les États membres obtiennent des résultats concrets au moyen de politiques spécifiques. C'est la raison pour laquelle une promotion plus efficace de l'échange d'expériences et de bonnes pratiques entre les États membres est requise dans tous les domaines concernés par le programme d'action de Pékin.

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Băsescu (PPE), par écrit. (RO) J'ai voté en faveur de la résolution pour Pékin +15 – Programme d'action des Nations unies en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes. Quinze ans après l'adoption de la déclaration et du programme d'action de Pékin, le Parlement européen examine aujourd'hui les progrès accomplis au niveau mondial dans le domaine de l'égalité des genres. L'égalité des chances pour les hommes et les femmes est l'une des valeurs fondamentales de l'Union européenne. L'article 2 du traité sur l'Union européenne souligne un certain nombre de valeurs partagées par les États membres: le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l'égalité des genres. Malgré des progrès considérables dans certains domaines et secteurs industriels, des inégalités persistent. À cet égard, l'Union européenne doit poursuivre ses efforts pour résoudre ces problèmes. L'égalité doit être promue dans tous les domaines. Au niveau européen, lors de l'élaboration de stratégies de lutte contre la crise économique et les conséquences du changement climatique,, la Commission européenne doit également prendre en considération les effets de ces stratégies sur les femmes. La résolution encourage la mise au point des stratégies et instruments nécessaires pour établir la situation d'égalité des genres imaginée par l'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes.

 
  
MPphoto
 
 

  Regina Bastos (PPE), par écrit. (PT) J'ai voté en faveur de la résolution sur Pékin +15 – Programme d'action des Nations unies en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes, car les objectifs stratégiques du programme de Pékin n'ont pas été atteints et que l'inégalité et les stéréotypes fondés sur le sexe persistent, les femmes demeurant désavantagées par rapport aux hommes dans de nombreux domaines couverts par le programme.

Nous regrettons le manque de données actualisées, fiables et comparables, tant au niveau régional qu'européen, pour les indicateurs fixés dans le cadre du suivi du programme d'action de Pékin, et notamment les femmes et la pauvreté, la violence à l'égard des femmes, les mécanismes institutionnels, les femmes et les conflits armés, et les enfants de sexe féminin. La Commission doit continuer à présenter un bilan annuel de la mise en œuvre du programme d'action de Pékin et à utiliser effectivement les indicateurs et les rapports analytiques à titre de contribution aux différents domaines d'action, ainsi qu'en tant que base pour l'examen de nouvelles initiatives visant à atteindre l'égalité entre les hommes et les femmes. Nous voudrions rappeler la nécessité de mettre en œuvre et de surveiller, de manière systématique, l'intégration des questions d'égalité entre hommes et femmes dans le cadre des processus législatifs, budgétaires et autres, ainsi que de stratégies, programmes et projets essentiels dans divers domaines d'action.

 
  
MPphoto
 
 

  Vilija Blinkevičiūtė (S&D), par écrit. (LT) J'ai voté en faveur de cette résolution, car nous devons continuer à développer la perspective de l'égalité des genres à travers l'Union européenne. La Commission européenne doit préparer une stratégie d'action pour sa feuille de route sur l'égalité des genres et prendre en considération la crise économique et financière, le développement durable, ainsi que les priorités actuelles, une même indépendance économique pour les hommes et les femmes, la conciliation de la vie professionnelle, familiale et privée, et une participation égale des femmes et des hommes dans les prises de décisions.

Il y a, à l'heure actuelle, un indubitable manque de données sur l'égalité des genres, la violence à l'égard des femmes et les mécanismes institutionnels. Il est essentiel que les États membres coopèrent le plus étroitement possible avec l'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes, dont l'une des tâches est de travailler avec des données comparables. L'institut tiendra à jour des statistiques, des recherches seront effectuées dans le but de réaliser des analyses sur les questions liées à l'égalité des genres, et des études seront réalisées sur les statistiques des indicateurs de données et la clarification des données. Les objectifs fixés dans le programme de travail de l'institut doivent plus particulièrement viser à mettre en œuvre les indicateurs définis à Pékin.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. (PT) Bien que l'égalité des genres soit un principe fondamental à notre époque, l'inégalité entre hommes et femmes persiste cependant, et les objectifs stratégiques du programme d'action de Pékin sont encore très loin d'être atteints.

Je salue la proposition de résolution sur laquelle nous voterons demain en séance plénière, car elle constitue une mesure incitative en vue d'améliorer les mécanismes institutionnels de promotion de l'égalité des genres.

L'intégration des questions d'égalité entre hommes et femmes dans la coopération au développement est essentielle pour promouvoir une société plus prospère, plus juste et plus riche.

Je voudrais souligner l'importance du rôle joué par les femmes dans le domaine des sciences et des technologies. Les femmes sont de plus en plus présentes dans les domaines de la recherche scientifique, mais demeurent très loin du sommet de leur carrière et des centres décisionnels. L'exploitation de ce potentiel est primordiale pour promouvoir un juste équilibre et soutenir la croissance et l'emploi.

Il est important de considérer l'intégration des questions d'égalité entre hommes et femmes dans différents domaines politiques en tant que pilier d'une société plus prospère, plus juste et plus riche.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) En tant que fervent défenseur des droits de l'homme et du principe de l'égalité, je ne voudrais pas affaiblir des initiatives qui visent à protéger les droits des femmes et des filles. Ces droits font souvent l'objet de violations graves dans un monde où les femmes continuent d'être les principales victimes de crimes contre leur bien-être physique et l'auto-détermination sexuelle.

L'égalité des genres ne doit cependant jamais masquer les différences naturelles, sociales et culturelles entre les sexes; l’ égalité des droits et l’égalité de traitement sont deux choses différentes. Les hommes et les femmes doivent être traités de manière équitable et se voir accorder les mêmes droits en même temps que leurs besoins respectifs sont pris en considération. Dans le cas des femmes, cela est particulièrement important dans des domaines tels que le soutien à la maternité, la conciliation de la vie professionnelle et familiale, et l'octroi d'une protection spéciale contre les crimes dont sont victimes principalement les femmes et les enfants, à savoir l'exploitation sexuelle, la traite des êtres humains, et les maltraitances.

Enfin, je voudrais insister sur le fait qu'une initiative européenne dans ce domaine ne peut s’efforcer d'octroyer aux femmes le droit à l'avortement au nom de la santé sexuelle et reproductive; cela doit rester de la seule compétence des États membres individuels.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) L'égalité des genres est un principe fondamental de l'Union européenne, inscrit dans le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne. L'Union a dès lors pour mission spécifique de promouvoir et d'intégrer l'égalité entre les hommes et les femmes. Il ne fait aucun doute que la discrimination malheureuse entre hommes et femmes est toujours d’actualité, que ce soit dans les pays en développement ou développés – et, en particulier, au sein de l'Union européenne – à tous les niveaux sociaux, économiques et culturels. Pour lutter efficacement contre ce phénomène, il est primordial de veiller à l'existence de mécanismes efficaces permettant d'identifier les problèmes et de collecter des informations sans se heurter à des obstacles ou des contraintes politiques, de façon à établir les causes et les conséquences de manière claire et permanente, et à apporter ainsi une réponse adéquate. Ce problème structurel constitue un obstacle au progrès et au développement des communautés en particulier et de l'humanité en général.

J'estime que l'éradication de la violence domestique devrait être une priorité. Pour ce faire, il est primordial de garantir l'égalité culturelle, sociale et économique entre hommes et femmes. La crise économique et financière, les conséquences du changement climatique, et le vieillissement de la population sont autant de facteurs que la Commission européenne et les États membres doivent prendre en considération dans les actions et politiques visant à promouvoir l'égalité des genres.

 
  
MPphoto
 
 

  Christofer Fjellner, Gunnar Hökmark et Anna Ibrisagic (PPE), par écrit. (SV) En ce 25 février 2010, les conservateurs suédois ont voté pour la résolution sur Pékin +15 – Programme d'action des Nations unies en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes, B7-0118/2010. Nous tenons toutefois à souligner que nous ne pensons pas qu'un chapitre sur l'égalité devrait être inclus dans la révision de la stratégie de Lisbonne 2010, puisque ce sujet est déjà couvert dans le traité de Rome et dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne. Nous voudrions également souligner que nous estimons que les femmes devraient avoir tout pouvoir sur leur sexualité et leur reproduction. Nous croyons en la capacité des individus à prendre des décisions concernant leur propre vie; l'UE ne devrait pas interférer dans ce domaine. Le renforcement de l'égalité est l'un des grands défis de l'UE par rapport auquel les progrès faits par la Suède peuvent inspirer les autres États membres.

 
  
MPphoto
 
 

  Sylvie Guillaume (S&D), par écrit. – J'ai soutenu cette résolution car, 15 ans après la Conférence mondiale sur les femmes à Pékin, nous devons constater de trop faibles avancées en matière d'égalité des genres et la persistance de stéréotypes sexistes dans de nombreux secteurs comme l'emploi, l'éducation ou la politique. J'ai également soutenu une référence à la nécessité d'améliorer la santé sexuelle et reproductive des femmes, tant en Europe qu'au niveau mondial, et le nécessaire encouragement des pères à partager les responsabilités familiales, notamment grâce au congé de paternité. Enfin, dans le cadre de la révision de la stratégie de Lisbonne, une priorité devra être donnée à l'objectif d'égalité des genres qui devra se traduire par un impact concret dans les mesures nationales de protection et d'inclusion sociales.

 
  
MPphoto
 
 

  Lívia Járóka (PPE), par écrit. (HU) Les objectifs du programme d'action de Pékin approuvé il y a 15 ans n'ont toujours pas été atteints à ce jour et, dans la plupart des domaines liés à l'égalité entre femmes et hommes, il n'y a eu que très peu de progrès. Il est regrettable que, tant au niveau des États membres que de l'Union européenne, si peu d'attention soit accordée à la lutte contre la pauvreté extrême et les multiples discriminations dont sont victimes les femmes.

Nous devons également harmoniser davantage les objectifs de Pékin adoptés dans le cadre des Nations unies et la mise en œuvre de la nouvelle feuille de route de l'UE pour l'égalité entre hommes et femmes. En cette année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, il est particulièrement important d'offrir aux femmes qui sont à peine au-dessus du seuil de pauvreté une protection adéquate, car tout changement dans leur situation professionnelle ou familiale – perte d'emploi, divorce, veuvage ou même naissance d'un enfant, par exemple – multiplie de façon exponentielle le risque d’appauvrissement pour ces femmes. Il est encourageant de voir que le programme de la Présidence en trio de l'Espagne, de la Belgique et de la Hongrie accorde, d'une part, une grande priorité au suivi de la mise en œuvre des objectifs de Pékin et, d'autre part, déclare son intention d'adopter une approche globale vis-à-vis de la prévention et de la lutte contre la pauvreté qui touche les femmes et les enfants. Ces perspectives seront, espérons-le, également abordées avec le sérieux qu'elles méritent lors de la réunion de l'ONU programmée début mars. Pour pouvoir évaluer et réviser les politiques visant à obtenir l'égalité des chances entre hommes et femmes, des données fiables et ventilées par genre sont nécessaires. Il serait d’ailleurs utile d'envisager l'introduction d'indicateurs communs standardisés pour mesurer l'inégalité entre hommes et femmes.

 
  
MPphoto
 
 

  Monica Luisa Macovei (PPE), par écrit. (EN) J'ai voté en faveur du paragraphe 9 de la résolution sur Pékin +15 – Programme d'action des Nations unies en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes, qui soutient la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes. Les droits sexuels et reproductifs reposent sur les droits universellement reconnus à l'intégrité physique, à la non-discrimination, et au meilleur état de santé possible. Ces droits sont inscrits dans le droit international (y compris à l'article 12 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, dans lequel les États parties reconnaissent «le droit qu'a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale qu'elle soit capable d'atteindre», et à l'article 12 de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, qui réclame l'élimination de toute «discrimination à l'égard des femmes dans le domaine des soins de santé en vue de leur assurer, sur la base de l'égalité de l'homme et de la femme, les moyens d'accéder aux services médicaux, y compris ceux qui concernent la planification de la famille»). Des documents de consensus (tels que le programme d'action du Caire de 1994 et le programme d'action de Pékin de 1995) illustrent également l'engagement des gouvernements vis-à-vis des droits sexuels et reproductifs (des femmes). Bon nombre de mes électeurs en Roumanie partagent ce point de vue.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) Les inégalités entre hommes et femmes à différents niveaux, que ce soit sur le plan professionnel, sectoriel ou qu’il s’agisse de stéréotypes divers, se sont estompées au fil des ans. L'égalité entre femmes et hommes au sein de l'UE est de plus en plus souvent une réalité et, bien que des cas de discrimination persistent, nous commençons à entrevoir des développements très positifs.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit. (DE) J'estime moi aussi que la défense des droits des femmes est importante. Je ne pense cependant pas que l'utilisation de quotas ou discrimination positive, soit raisonnable. Ce sont les qualifications qui devraient être déterminantes à cet égard, et non le sexe. Ce principe devrait être la règle de base tant pour les hommes que pour les femmes. C'est la raison pour laquelle je me suis abstenu de voter.

 
  
MPphoto
 
 

  Rovana Plumb (S&D), par écrit. (EN) J'ai voté en faveur de cette proposition de résolution car il est impératif d'établir l'égalité des genres dans tous les domaines.

En ce qui concerne la Roumanie, les progrès faits ces quinze dernières années ne concernent que certains des domaines identifiés dans le programme d'action de Pékin. La présence des femmes dans la politique roumaine au niveau décisionnel après les élections de 2009 est d'environ 11 % au Parlement et le gouvernement ne compte qu'une seule femme. La violence des hommes à l'égard des femmes, la traite des êtres humains et la représentation des femmes dans les organes décisionnels, sont des priorités auxquelles nous devons nous attaquer avec énergie.

Nous ne pouvons nous atteler à tout cela que si des femmes décident pour les femmes! Ne pas inclure de femmes dans tous les organes exécutifs sociaux et politiques reviendrait à gâcher 50 % de la capacité intellectuelle, et à ne pas représenter véritablement les intérêts de tous les citoyens.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) J'ai voté en faveur du texte final de la résolution car elle a inclus les requêtes que nous avons adressées à la Commission européenne afin qu'elle prenne en considération dans sa feuille de route 2010-2014 non seulement la crise économique et financière, mais aussi l'impact du changement climatique sur les femmes et la persistance de l'inégalité et des stéréotypes fondés sur le sexe au sein de l'UE, les femmes demeurant désavantagées par rapport aux hommes dans de nombreux domaines couverts par le programme d'action de Pékin. Nous avons également voté en sa faveur parce qu'il promeut l'égalité des genres, en particulier concernant le congé de paternité.

 
  
MPphoto
 
 

  Marc Tarabella (S&D), par écrit. – J’ai voté pour cette résolution parce qu’elle met en lumière les progrès restant à accomplir par les 189 États signataires du programme d’action de Pékin pour parvenir à une réelle égalité entre les femmes et les hommes. Je soutiens tout particulièrement le paragraphe qui souligne que «la santé sexuelle et reproductive et les droits y afférant font intégralement partie de l'agenda relatif aux droits de la femme». Je rappelle à cet égard que la majorité des députés européens a récemment affirmé qu’il était nécessaire que les femmes aient un accès aisé à la contraception et à l’avortement lors de l’adoption de mon rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes en 2009.

 
  
MPphoto
 
 

  Marie-Christine Vergiat (GUE/NGL), par écrit. – J'ai voté avec mes collègues du groupe GUE/NGL en faveur du rapport d'Eva Britt Svensson sur Pékin +15 - Programme des Nations unies en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes qui fait un bilan contrasté dans ce domaine.

Certes, des progrès ont été réalisés, mais comment peut-on se satisfaire du fait qu'il existe encore des écarts de salaire allant de 14 % à 17.5 % entre les femmes et les hommes?

Par ailleurs, il est inadmissible qu'une majorité de parlementaires européens ait adopté un amendement(1) très ambigu du groupe ECR laissant entendre que les femmes qui ont recours à l'avortement ne font pas des choix éclairés et responsables. C'est une attaque indirecte contre le droit à l'avortement.

 
  
MPphoto
 
 

  Marina Yannakoudakis (ECR), par écrit. (EN) Les États membres du groupe ECR ont signé la Convention des Nations unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, et le programme d'action de Pékin. Nous estimons dès lors qu'il est inutile que l'UE «devienne partie à la convention» en tant que tout, et nous nous opposons à l'idée de voir l'UE se comporter comme si elle était un État. Bien que le groupe ECR accorde une grande importance à l'égalité entre tous, nous nous opposons à une nouvelle législation au niveau européen; nous estimons que la problématique de l'égalité des genres est mieux gérée au niveau national avec la participation de la société civile au sein des communautés locales. C'est pour ces raisons que nous avons voté contre la résolution.

 
  
  

Report: Vladimír Maňka (A7-0017/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Alexander Alvaro, Jorgo Chatzimarkakis, Nadja Hirsch, Silvana Koch-Mehrin, Holger Krahmer, Britta Reimers et Alexandra Thein (ALDE), par écrit.(DE) Conformément à la résolution du Parlement européen sur le projet de budget général pour l'exercice 2010, adopté le 17 décembre 2009, un vote est intervenu aujourd'hui sur le budget rectificatif du Parlement européen, à la suite des calculs rectificatifs effectués par l'administration parlementaire. Le FDP au Parlement européen s'est abstenu, car le paquet d'amendements concerné contenait un paragraphe non conciliable avec nos convictions. Le FDP avait déjà exprimé son opposition à l'augmentation de l'indemnité de secrétariat à 1 500 euros lors des discussions en commission. C'est avec l'indemnité de secrétariat que les assistants des députés sont rémunérés. Le FDP estime que l'argument selon lequel plus d'argent est nécessaire en raison du travail supplémentaire demandé aux députés par l'entrée en vigueur du traité du Lisbonne n'est pas fondé, car rien d'après notre expérience ne justifie cela. Certes, en raison du traité de Lisbonne, qui vient juste d'entrer en vigueur, le Parlement aura, dans l'ensemble, besoin de capacités supplémentaires pour le travail législatif, mais avec l'introduction du statut des assistants depuis le début de l’actuel mandat parlementaire, rien ne prouve à l'heure actuelle que les députés auront besoin de plus d'assistants. Il y a dès lors tout lieu de penser que d'autres demandes et augmentations, ou encore une augmentation de la capacité des bureaux, pourraient suivre. C'est pourquoi le FDP au Parlement européen s'est abstenu.

 
  
MPphoto
 
 

  Mara Bizzotto (EFD), par écrit. (IT) Présenté pour la première fois lors de la réunion de la commission des budgets du 25 janvier 2010, le rapport Maňka se caractérise par trois points critiques, qui expliquent ma décision de m'abstenir lors du vote.

Tout d'abord, la découverte soudaine et tardive, au vu de la signature du budget 2010 en décembre 2009, du dépassement de la limite de 20 % des dépenses au titre de la rubrique 5. La décision collective de reporter le problème de décembre à janvier, le désir de ne pas rendre public le poids budgétaire du traité de Lisbonne, et la manière précipitée dont la question a été soulevée, sans possibilité de demander, le cas échéant, une utilisation plus efficace des ressources actuellement disponibles, ont conduit à une véritable distorsion des faits.

Deuxièmement, je ne suis pas d'accord avec la décision d'utiliser les réserves assignées à la politique immobilière pour couvrir les nouveaux besoins de liquidités. Il s'agit là d'un problème controversé qui devra être abordée au cours des mois à venir, une fois que nous serons certains de pouvoir disposer de toutes les ressources financières nécessaires.

Enfin, j'estime que le montant de 1 500 euros à titre d’allocation mensuelle pour les assistants des députés est inadéquat, le seuil minimum pour la nomination d'un nouvel assistant accrédité de niveau I étant de 1 649 euros.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. (PT) Le traité de Lisbonne accroît les compétences du Parlement. Dans un monde globalisé, les problèmes sont cependant de plus en plus complexes et les décisions se doivent d'être techniquement valables et étayées par la science.

Il est primordial que les décideurs soient informés des développements scientifiques récents, car ceux-ci leur permettront de prendre des décisions optimales.

Ce budget décide notamment d'une réduction de la rubrique immobilière et d'une augmentation du soutien technique offert aux députés, en fournissant les ressources nécessaires au Parlement pour exercer ses fonctions comme il se doit, avec le soutien scientifique et technique tellement nécessaire en ce XXIe siècle.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Chountis (GUE/NGL), par écrit. (EL) J'ai voté contre ce rapport car le budget de l'UE continue de représenter un pourcentage minimum du PIB européen (0,97 %), ce qui ne permet pas de couvrir la nécessité de renforcer les économies et les sociétés faibles, et de financer l'élargissement. La nécessité d'une augmentation significative du budget, à au moins 5 %, se fait de plus en plus sentir, en particulier dans le contexte de la crise économique actuelle, qui a frappé l'ensemble de l'Union européenne, afin de répondre aux besoins sociaux et de mettre fin aux réductions des dépenses publiques. C'est dans un tel cadre que les problèmes liés aux besoins opérationnels et l'harmonisation des dépenses par le Parlement européen et l'Union européenne doivent être abordés.

 
  
MPphoto
 
 

  Jurgen Creutzmann (ALDE), par écrit. (DE) Conformément à la résolution du Parlement européen sur le projet de budget général pour l'exercice 2010, adopté le 17 décembre 2009, un vote est intervenu aujourd'hui sur le budget rectificatif du Parlement européen, à la suite des calculs rectificatifs effectués par l'administration parlementaire. Le FDP au Parlement européen s'est abstenu, car le paquet d'amendements concerné contenait un paragraphe non conciliable avec nos convictions.

Le FDP avait déjà exprimé son opposition à l'augmentation de l'indemnité de secrétariat à 1 500 euros lors des discussions en commission. C'est avec l'indemnité de secrétariat que les assistants des députés sont rémunérés. Le FDP estime que l'argument selon lequel plus d'argent est nécessaire en raison du travail supplémentaire demandé aux députés par l'entrée en vigueur du traité du Lisbonne n'est pas fondé, car rien d'après notre expérience ne justifie cela. Il est clair que, en raison du traité de Lisbonne, qui vient juste d'entrer en vigueur, le Parlement aura, dans l'ensemble, besoin de capacités supplémentaires pour le travail législatif, mais avec l'introduction du statut des assistants dès le début de ce mandat parlementaire, rien ne prouve à l'heure actuelle que les députés auront besoin de plus d'assistants. On peut craindre dès lors que d'autres demandes et augmentations, ou encore une augmentation de la capacité des bureaux, suivront. C'est pourquoi le FDP au Parlement européen s'est abstenu.

 
  
MPphoto
 
 

  Proinsias De Rossa (S&D), par écrit. (EN) J'ai voté en faveur du rapport Maňka, qui constitue le premier pas sur la voie de la modification du budget 2010 du Parlement européen en vue d'octroyer des ressources budgétaires et humaines supplémentaires pour permettre au Parlement européen de faire face au renforcement de son rôle. Les ressources supplémentaires incluent une augmentation de l'indemnité mensuelle de secrétariat attribuée aux députés pour assumer leur rôle législatif étendu au titre du traité de Lisbonne. Le traité de Lisbonne place le Parlement sur un pied d'égalité avec le Conseil en tant que colégislateur pour environ 95 % des procédures législatives. Ses compétences incluent désormais des domaines tels que la liberté, la sécurité et la justice, l'agriculture, la pêche, la recherche et les Fonds structurels. Le consentement du Parlement est désormais nécessaire pour la négociation et la conclusion d'accords internationaux exigeant un examen détaillé par des experts. Il est essentiel que les députés disposent du personnel nécessaire pour mener à bien ce travail.

 
  
MPphoto
 
 

  Göran Färm, Anna Hedh, Olle Ludvigsson, Marita Ulvskog et Åsa Westlund (S&D), par écrit. (SV) Les socio-démocrates suédois estiment que les commissions qui verront leur charge de travail augmenter avec l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne doivent être renforcées. Cela justifie une augmentation du personnel des secrétariats du Parlement et des groupes au sein de ces commissions. Nous ne partageons cependant pas l'avis selon lequel nous autres députés avons besoin de plus de personnel. Mais surtout, nous aurions voulu voir une augmentation des ressources du Parlement par le biais de redistributions et de mesures destinées à accroître l'efficacité, plutôt qu'une augmentation du budget total.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) Compte tenu du rôle nouveau conféré au Parlement dans le cadre du traité de Lisbonne et de ses nouvelles fonctions et au vu de l'engagement pris lors de l'adoption du budget 2010, cette augmentation des fonds disponibles pour le fonctionnement du Parlement se justifie, car elle permet à cette institution de bénéficier de toutes les ressources humaines et matérielles nécessaires pour exécuter ses nouvelles tâches comme il se doit et en faisant preuve d'excellence, dans le nouveau cadre institutionnel.

Cette augmentation des fonds ne doit cependant pas mettre en péril la durabilité budgétaire et l'exactitude des états financiers, car celles-ci sont cruciales au sein de toute institution. La gestion des fonds dégagés au titre de ce budget doit par ailleurs être empreinte de précision et de transparence.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Ce budget rectificatif pour l'exercice 2010 relatif au budget du Parlement (section 1 du budget général de l'UE) s'élève désormais à 1 616 760 399 euros, soit 19,99 % de la rubrique 5 initiale, adoptée en première lecture. Dans ce budget rectificatif, nous avons réduit la réserve immobilière de 15 millions à 11 millions d'euros.

L'entrée en vigueur du traité de Lisbonne explique la nécessité d'un tel budget. Le Parlement se voit octroyer de nouvelles compétences et responsabilités. Notre priorité est désormais l'excellence dans la législation. Pour y parvenir, il est important de doter les députés, les commissions et les groupes politiques de moyens suffisants. Ce budget rectificatif répond aux normes juridiques et budgétaires et à une discipline financière de qualité. En tant que rapporteur du groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-Chrétiens) pour ce budget, j'estime qu'il est plus que jamais nécessaire de faire preuve de discipline budgétaire, et il est plus que jamais essentiel de s’efforcer de faire des économies tout au long de sa mise en œuvre. Permettez-moi dès lors réaffirmer l'importance de réaliser un budget base zéro qui garantira plus de rigueur et de transparence. Je demande également de toute urgence des informations sur les dépenses fixes du Parlement. Je dois également insister sur la nécessité d'une planification à long terme de la politique immobilière, en vue d'assurer la durabilité budgétaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Bruno Gollnisch (NI), par écrit. – Il y a avait hier des dizaines de milliers de personnes dans les rues d'Athènes et la Grèce était paralysée par une grève générale, en protestation contre le plan d'austérité imposé par l'Union européenne, la Banque centrale de Francfort et le FMI. Certes, la Grèce n'a pas toujours été d'une grande rigueur dans la gestion de ses comptes publics et des fonds européens. Mais il est scandaleux que ce plan d'austérité doive avoir pour vertu principale de rassurer les marchés, ces mêmes marchés qui spéculent aujourd'hui sur la dette grecque et sont à l'origine de cette tourmente. Ces mêmes marchés auxquels les États doivent emprunter au prix fort, à cause de vos lois ultra-libérales. Et pendant ce temps-là, sous prétexte d'une augmentation supposée de la charge de travail due à l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne et du prétendu souci du Parlement de la qualité des textes législatif qu'il produit, les députés s'octroient une «petite» rallonge budgétaire de quelques millions d'euros, pour embaucher du personnel pour les groupes politiques! Appliquez-vous donc à vous-mêmes le contrôle pointilleux de vos dépenses et la rigueur que vous entendez exiger des États! Nous voterons contre ce texte!

 
  
MPphoto
 
 

  Sylvie Goulard (ALDE), par écrit. – La crise est là et il est vrai que de nombreux entreprises et citoyens sont en difficulté. J'ai, malgré tout, voté en faveur de l'augmentation de l'enveloppe assistance parlementaire parce que l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne accroît les compétences du Parlement européen : nous avons plus de travail, plus d’obligations de rendre compte aux citoyens. Cette augmentation ne profite qu’aux «assistants», c'est-à-dire nos collaborateurs, sans que la rémunération du député lui-même ne soit en rien accrue.

 
  
MPphoto
 
 

  Ian Hudghton (Verts/ALE), par écrit. (EN) En accord avec mon groupe, j'ai apporté aujourd'hui un soutien conditionnel à l'augmentation de l'indemnité de secrétariat à ce stade de la procédure. Ce soutien est soumis à une évaluation de l'utilisation faite de cette indemnité ainsi que demandé dans le rapport Maňka. Notre position finale concernant l'augmentation de l'indemnité dépendra du résultat de cette évaluation.

 
  
MPphoto
 
 

  Cătălin Sorin Ivan (S&D), par écrit. (RO) J'ai voté en toute confiance en faveur de ce budget rectificatif. Notre but n'est pas de demander d'argent pour nous-mêmes, ainsi que le prétend la presse. Il est cependant impératif de doter le Parlement européen des ressources nécessaires pour répondre aux attentes des citoyens européens à l'égard de ce forum. Je sais que non seulement nous traversons des temps difficiles sur le plan économique, mais également que les restrictions budgétaires sont énormes dans de nombreux États. Ce budget n'est en aucun cas extravagant. Des économies ont été faites et continueront de l'être.

 
  
MPphoto
 
 

  Ulrike Lunacek (Verts/ALE), par écrit. (DE) J'ai voté en faveur du rapport Maňka, même si je n'étais pas d'accord avec l'augmentation de l'indemnité de secrétariat des députés, prévue dans le budget. Dans l'explication de notre vote, Mme Trüpel, qui est la députée responsable au nom du groupe des Verts/Alliance libre européenne, a précisé au nom de l'ensemble du groupe que notre vote dépendait de la réalisation d'une évaluation de l'indemnité de secrétariat avant que l'augmentation n'entre en vigueur. Je considère que les deux autres points – à savoir l'augmentation du personnel des commissions et des groupes – sont raisonnables et nécessaires en raison des nouveaux pouvoirs législatifs conférés au Parlement par le traité de Lisbonne. Les députés souhaitent prendre et prendront très au sérieux ces pouvoirs afin de faire honneur à leur rôle en tant que seuls représentants élus des citoyens européens.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (EN) L'adoption et l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne se sont traduites par une augmentation des responsabilités du Parlement, avec tout ce que cela implique en termes de charge administrative. Étant donné que l'excellence législative est une priorité du Parlement, les députés doivent se voir octroyer les ressources matérielles et humaines nécessaires pour transformer ce souhait en une réalité. Ce nouveau budget doit cependant respecter les taux d'utilisation des valeurs au titre de la rubrique 5 (administration) du cadre financier pluriannuel, qui ont été fixés à 20 % de la valeur de cette rubrique, de façon à assurer la viabilité budgétaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Carl Schlyter (Verts/ALE), par écrit. (SV) Au vu des restrictions décidées un peu partout en Europe, nous devons faire preuve de solidarité vis-à-vis des pays qui financent le budget de l'UE en n'augmentant pas nos dépenses. Je vote dès lors contre la proposition de budget rectificatif du Parlement européen.

 
  
MPphoto
 
 

  Bart Staes (Verts/ALE), par écrit. (NL) J'ai voté contre ce rapport car il envisage une augmentation de l'enveloppe destinée au recrutement et aux indemnités des assistants à 1 500 euros par mois à compter du 1er mai 2010. Heureusement, un amendement déposé par le groupe des Verts/Alliance libre européenne prévoit une évaluation du système d'indemnités, en vigueur depuis les élections de 2009, tel qu'il existe actuellement. L'augmentation de l'indemnité de secrétariat prendra néanmoins effet sans conditions, sans obligation de prendre en considération les résultats de cette évaluation. Le rapport envisage également un renforcement des commissions parlementaires et des groupes politiques. Cette opération coûte 13,3 millions d'euros par an, dont 8,832 millions d'euros pour les indemnités des assistants.

C'est une mauvaise décision, qui nuit à la réputation de cette institution. Elle n'a pas été examinée en détail. Les autres conséquences n'ont fait l'objet d'aucune réflexion. Où les nouveaux assistants seront-ils installés? Dans un nouveau bâtiment? Cela entraînera-t-il des coûts supplémentaires? Je crains en outre que cet argent ne soit utilisé en grande partie pour engager des assistants non accrédités, aux conditions salariales nationales. Ce système nous a joué de sales tours dans certains cas. Nous pourrions bien ouvrir la porte toute grande à des abus. Je réclame donc au préalable une évaluation claire du système existant; ce n'est qu'alors que nous pourrons prendre une décision informée.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Teixeira (PPE), par écrit. (PT) L'entrée en vigueur du traité de Lisbonne a conduit à l'adoption d'une proposition de rectification du budget 2010 en vue de répondre aux besoins supplémentaires du Parlement engendrés par ce traité. Dans la mesure où l'excellence législative est une priorité du Parlement, je voudrais insister sur l'importance d'octroyer aux députés, aux commissions et aux groupes politiques les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif, de même que pour couvrir leurs besoins généraux en rapport avec la politique immobilière à long terme.

Le budget rectificatif pour l'exercice 2010 s'élève donc désormais à 1 616 760 399 euros, ce qui représente 19,99 % de la rubrique 5 initiale, adoptée en première lecture, et la réserve immobilière a été réduite de 15 millions à 11 millions d'euros. Je voudrais souligner l'importance, inscrite dans le rapport, de l'élaboration d'un budget base zéro, lequel garantit une plus grande viabilité budgétaire, et la nécessité de le faire conformément au programme législatif annuel. Pour toutes les raisons susmentionnées, j'ai voté en faveur du document, qui permettra au Parlement de recevoir des moyens suffisants pour couvrir les dépenses liées à son nouveau rôle au titre du traité de Lisbonne.

 
  
MPphoto
 
 

  Helga Trüpel (Verts/ALE), par écrit. (EN) Le groupe des Verts/Alliance libre européenne apporte un soutien conditionnel à l'augmentation de l'indemnité de secrétariat à ce stade de la procédure. Notre groupe estime en effet qu'une évaluation de l'utilisation de l'indemnité de secrétariat, ainsi que demandé dans le rapport Maňka, est cruciale. Cette évaluation doit se faire à temps pour que l'autorité budgétaire puisse prendre plus tard, au printemps, une décision sur le budget rectificatif en question. Notre groupe pourrait reconsidérer son soutien à l'augmentation de l'indemnité des assistants à la lumière du résultat de cette évaluation et des discussions en son sein.

 
  
MPphoto
 
 

  Viktor Uspaskich (ALDE), par écrit. (LT) Je voudrais réellement soutenir les députés et, en même temps, exprimer mon inquiétude face à l'augmentation des indemnités des députés et des membres de leurs équipes, en particulier en cette période de crise. Je voudrais notamment attirer l'attention sur les catégories de dépenses qu'il est difficile de surveiller ou qui ne font l'objet d'aucun contrôle. Ces catégories de dépenses ne devraient justement pas augmenter en période de crise.

 
  
  

Rapport: Maria do Céu Patrão Neves (A7-0014/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Charalampos Angourakis (GUE/NGL), par écrit. (EL) Le rapport soutient la politique commune de la pêche qui, au nom de la protection des stocks de poissons, a entraîné la destruction d'un grand nombre de petits bateaux de pêche en Grèce et à l'éviction de nombreuses petites et moyennes entreprises de pêche de la profession, sans compter que bon nombre de régions côtières ont été condamnées à l'abandon et au chômage et que les activités sont concentrées dans les mains de grandes entreprises de pêche. Le caractère favorable aux monopoles de la politique européenne est illustré par le fait que deux tiers des fonds communautaires sont allés à de grandes entreprises (entreprises de pêche, fermes piscicoles, entreprises de transformation), le tiers restant étant octroyé à des pêcheurs pauvres et de classe moyenne pour qu'ils cassent leur bateau et quittent la profession. Les mesures de remplacement/d'amélioration des navires ont uniquement profité aux grandes entreprises. Pour le rapport, tout comme pour le livre vert, la responsabilité de la réduction des stocks de poissons incombe tout autant aux grandes entreprises de pêche qu'aux petites pêcheries côtières. Le rapport ne différencie pas les mesures nécessaires dans les zones de pêche et ne se soucie pas des particularités de celles-ci. La politique commune de la pêche sert les ambitions des grandes entreprises de pêche qui resteront pour piller les richesses de la mer, et soutient les grandes entreprises du secteur piscicole. Cette politique, dont le seul critère est la rentabilité du capital, conduit à la destruction de l'environnement marin et des écosystèmes.

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Oana Antonescu (PPE), par écrit. (RO) Je salue le lancement d'une nouvelle stratégie visant à résoudre les problèmes liés à la pêche dans l'Union européenne. La surpêche, la pêche illégale, la pollution et le changement climatique sont autant de facteurs qui menacent les écosystèmes marins. C'est pourquoi l'intérêt porté à une aquaculture de grande qualité en Europe conférera des avantages non seulement économiques, mais également écologiques.

Il est vital pour nous tous de maintenir un juste équilibre entre la croissance économique, les traditions de pêche de certaines communautés régionales, et les meilleures pratiques de pêche. Le plus important pour nous est de prendre conscience que la promotion d'une aquaculture durable et rentable à long terme dépend avant tout du respect que nous témoignons à l'environnement.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. (LT) Le secteur européen de la pêche traverse une période difficile. Des pêcheurs sont en train de perdre leur unique moyen de subsistance, une situation particulièrement ressentie dans les régions de l'UE où les alternatives économiques et sociales sont rares. C'est pourquoi je soutiens de tout cœur la proposition de la Commission, présentée dans le livre vert, de procéder à une nécessaire réforme fondamentale et approfondie de la politique de la pêche, en adaptant ce secteur à l'évolution du marché. C'est un constat regrettable, mais 27 années se sont écoulées depuis la création de la politique commune de la pêche et ce secteur ne fonctionne pas comme il le devrait, et les problèmes ne sont pas résolus suffisamment vite. Les problèmes identifiés en 2002 sont toujours d'actualité et ont encore été aggravés par les derniers événements, liés à la crise économique et à l'impact du changement climatique sur les stocks de poissons. Les priorités de la réforme de la politique commune de la pêche doivent rester la reconstitution des stocks, la gestion durable, et la préservation des moyens de subsistance des pêcheurs. La pêche est très importante pour l'ensemble de l'UE et doit dès lors être perçue non pas simplement comme une activité, mais comme un secteur à part entière constituant une source directe d'emplois.

 
  
MPphoto
 
 

  Gerard Batten, John Bufton, David Campbell Bannerman, Derek Roland Clark, William (The Earl of) Dartmouth, Nigel Farage et Paul Nuttall (EFD), par écrit.(EN) Bien que ce rapport tende vers une PCP un peu moins horrible que la monstruosité que nous avons à l'heure actuelle, il recommande néanmoins de laisser la pêche sous le contrôle prédateur de la non démocratique et anti-démocratique «Union européenne», raison pour laquelle l'UKIP ne peut le soutenir.

 
  
MPphoto
 
 

  Sebastian Valentin Bodu (PPE), par écrit. (RO) La promotion d'un intérêt commun dans le chef des organisations de producteurs vis-à-vis du respect des principes défendus par l'Union européenne est en train de devenir un élément clé de la réforme de la politique de la pêche. L'Union européenne ne peut espérer un redimensionnement naturel des flottes de pêche européennes, sur la base de la réalité économique. Leur surcapacité, huit années après le sommet mondial sur le développement durable, et la diminution des stocks de poissons, sont deux raisons supplémentaires de procéder une réforme de grande envergure de la politique commune de la pêche. Il ne faut cependant pas oublier l'existence de communautés entières vivant dans les régions côtières des États de l'Union européenne, dont l'existence tourne autour de la pêche. Ainsi que mentionné également dans le rapport sur la réforme de la politique commune de la pêche, cette activité fait partie du patrimoine culturel et de traditions que personne ne souhaite voir disparaître.

Une révision de la politique commune de la pêche est dans l'intérêt de chaque État membre pour que le principal objectif adopté lors du sommet de 2002, à savoir un niveau de stocks de poissons garantissant un rendement maximum durable d'ici 2015, puisse être atteint. De cette façon, l'Union européenne ne serait plus obligée d'importer depuis d'autres marchés la moitié du poisson qu'elle consomme.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. (PT) Le secteur de la pêche présente une importance stratégique pour le bien-être socio-économique des communautés côtières, le développement local, l'emploi et la préservation et le développement de l'activité économique.

Il est vital de garantir le développement de ce secteur, tant sur le plan économique que social, mais aussi de veiller au maintien de bonnes conditions environnementales dans les mers européennes.

La mise en œuvre de la PCP est en rapport direct avec des questions telles que la protection de l'environnement, le changement climatique, la sécurité, la santé publique, la protection des consommateurs, le développement régional, le commerce intérieur et international, les relations avec les pays tiers et la coopération au développement, et il est dès lors essentiel de garantir un équilibre juste et scrupuleux entre tous ces domaines.

Je voudrais insister sur la nécessité d'un Espace européen de la recherche cohérent à l'appui d'une utilisation durable des océans et des mers.

Il est par ailleurs important de prendre en considération la nature des contraintes auxquelles sont confrontées les régions ultrapériphériques, dont la permanence, l'intensité et la combinaison différencient ces régions des autres régions de l'Union qui connaissent des handicaps géographiques ou des problèmes démographiques.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Chountis (GUE/NGL), par écrit. (EL) J'ai voté contre le rapport sur la politique commune de la pêche, bien qu’il contienne plusieurs éléments constituant une évolution positive par rapport à la situation actuelle. Malheureusement, plusieurs points fondamentaux du rapport sont en contradiction avec le fait que les ressources marines constituent une propriété publique commune qui ne peut être privatisée, et un amendement du Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique à ce sujet a été rejeté. En particulier, ce rapport ne parvient pas à combiner la protection nécessaire de l'environnement marin, la préservation des stocks de poissons, et la protection sociale et financière des pêcheurs, en particulier les petits pêcheurs, avec des conséquences catastrophiques pour l'environnement et les pêcheries viables. Il a aussi un impact négatif sur les pêcheurs et les consommateurs, qui doivent payer le prix final du produit, alors que les bénéfices vont dans les poches des grandes entreprises privées et non des petits pêcheurs. Le rapport n’est pas parvenu à prendre réellement en considération les conditions différentes qui prévalent dans les différents États membres et, de ce fait, ne parvient pas à proposer les politiques nécessaires dûment adaptées.

 
  
MPphoto
 
 

  Carlos Coelho (PPE), par écrit. (PT) Je voudrais féliciter Mme Patrão Neves pour son excellent rapport sur la réforme de la politique commune de la pêche. Les innombrables problèmes et défis liés à la PCP identifiés en 2002 sont aujourd'hui exacerbés par les crises économique et énergétique et par les conséquences néfastes du changement climatique. Si la PCP veut servir les intérêts de pêcheries modernes, elle doit d'introduire une série de changements en profondeur qui garantiront un juste équilibre entre la préservation des ressources et la viabilité du secteur, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux systèmes de gestion pour les différents types de pêcheries au sein de l'UE.

Je salue la volonté de décentraliser et de débureaucratiser la PCP, et de régionaliser la gestion des pêcheries dans les limites fixées par le traité de Lisbonne, de même que la nécessité de garantir un traitement adapté aux petites pêcheries côtières et aux pêcheries industrielles, tout en respectant les exigences environnementales, économiques et sociales. Je voudrais également insister sur la protection des intérêts des pêcheries communautaires. Celles-ci requièrent toutefois une surveillance appropriée par les gouvernements nationaux, qui devraient faire des pêcheries une priorité stratégique afin de garantir la viabilité économique et sociale des communautés côtières.

 
  
MPphoto
 
 

  Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), par écrit. (RO) J'estime que des plans doivent élaborés pour la gestion et le soutien de la reconstitution à long terme des stocks de poissons pour tous les types de pêche et toutes les zones géographiques de pêche au sein de l'Union européenne. Il convient, avant tout de prendre en considération les différences énormes qui existent sur le territoire européen en matière de pêche. Les zones de pêche doivent se voir confier une plus grande responsabilité et le système traditionnel des quotas doit être amélioré. L'Europe doit adopter une approche commune solide vis-à-vis de la gestion des ressources halieutiques, qui conférera une dimension continentale et commerciale au secteur, et inclura un secteur de captures et d'aquaculture, conformément à la nouvelle politique maritime intégrée de l'Union européenne et à son intérêt pour la croissance durable des régions côtières.

 
  
MPphoto
 
 

  William (The Earl of) Dartmouth, Nigel Farage et Paul Nuttall (EFD), par écrit.(EN) Bien que ce rapport tende vers une PCP un peu moins horrible que la monstruosité que nous avons à l'heure actuelle, il recommande néanmoins de laisser les pêcheries sous le contrôle prédateur de la non-démocratique et antidémocratique «Union européenne» , raison pour laquelle l'UKIP ne peut le soutenir.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. (PT) J'ai voté en faveur du rapport sur le Livre vert sur la réforme de la politique commune de la pêche car des compromis essentiels qui ont clairement contribué à améliorer la proposition initiale ont été dégagés. Je voudrais souligner l'importance d'introduire une approche environnementale et sociale dans la recherche de nouveaux systèmes de gestion des ressources halieutiques, qui viendront compléter le système actuel, basé sur le principe de stabilité relative.

 
  
MPphoto
 
 

  Göran Färm, Anna Hedh, Olle Ludvigsson, Marita Ulvskog et Åsa Westlund (S&D), par écrit. (SV) Les socio-démocrates suédois ont voté contre le rapport sur le Livre vert sur la réforme de la politique commune de la pêche. La majorité du Parlement a rejeté l'octroi de la priorité à la durabilité écologique, et voté en faveur d'un amendement déclarant que notre politique à l'égard des pays tiers devait être gouvernée par les intérêts des pêcheries communautaires. Nous estimons que cela est inacceptable, et avons dès lors choisi de voter «non». Nous sommes par ailleurs sceptiques quant au fait que le Parlement européen souhaite octroyer davantage d'argent à la politique commune de la pêche – nous ne tenons pas à être impliqués dans cela, à moins que le but ne soit de modifier clairement la politique.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Je voudrais commencer par souligner l'excellent rapport produit par Mme Patrão Neves. Les communautés de pêche traversent actuellement une période difficile, marquée par un déclin majeur des stocks de poissons. Cette activité a un impact sur la chaîne alimentaire de la population en général et sur la cohésion des régions ultrapériphériques de l'Union européenne. C'est pourquoi une approche intégrée et globale doit être adoptée vis-à-vis de la réforme de la politique commune de la pêche.

J'estime qu'il est urgent et vital que l'Union européenne s'engage véritablement à garantir de meilleures conditions de durabilité économique aux pêcheurs, dans un cadre qui préserve les particularités de chaque région et reconnaisse la nécessité d'une approche différente en ce qui concerne les petites pêcheries. Il convient de souligner la recommandation en faveur de mesures concrètes, comme par exemple la réduction du nombre d'intermédiaires dans la filière entre le producteur et le consommateur. Par ailleurs, cette réforme ne peut être isolée de l'utilisation durable des ressources halieutiques dans le cadre d'une procédure technique et scientifique d'évaluation soigneusement vérifiée, qui contribuerait à l'apaisement du secteur et influerait sur la qualité et la sécurité alimentaire pour les consommateurs. Dans le contexte de la modification de la capacité des pêcheries, je voudrais insister sur l'impact de la modernisation de l'équipement sur la dignité professionnelle et la sécurité des pêcheurs, dans un secteur où les décès sont fréquents.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit. (PT) Le rejet par une majorité du Parlement des propositions que nous avons présentées ici de rejeter la privatisation des ressources halieutiques, indique la voie dans laquelle il tente de s'engager avec la réforme à venir de la PCP. Non seulement le Parlement ne rejette pas la proposition de la Commission qui veut imposer la création de droits de propriété (privés) pour l'accès à l'utilisation d'un bien public, mais il ouvre aussi la voie à la concrétisation de cette intention. Cette solution ne préserve pas la durabilité des ressources et conduira inévitablement à une concentration des activités entre les mains des entités possédant davantage de pouvoir économique et financier partout dans l'UE, mettant ainsi gravement en péril l'existence des petites pêcheries côtières qui, dans le cas du Portugal, représentent plus de 90 % de la flotte.

Nous avons noté quelques points positifs dans le rapport, dont certains correspondaient aux propositions que nous avons présentées, mais nous ne pouvons manquer de constater que, dans l'ensemble, le rapport adopte une approche résolument libérale, qui limite considérablement la souveraineté des États membres sur leurs ressources marines. Qui plus est, il n'apporte pas de réponse sérieuse à l'un des principaux problèmes rencontrés par le secteur, à savoir les revenus tirés du travail. Nous ne pouvons que constater le rejet des propositions que nous avions déposées et qui visaient à améliorer le commerce au sein du secteur, ce qui aurait eu pour effet d'améliorer les revenus perçus par les pêcheurs en échange de leur travail.

 
  
MPphoto
 
 

  Marian Harkin (ALDE), par écrit. (EN) Je soutiens l'extension des limites côtières de 12 à 20 miles parmi les réformes clés de la PCP. Nous devons également mettre fin à la pratique de rejet des stocks vulnérables. Il est important de maintenir le système actuel de gestion des quotas et je ne soutiens pas la privatisation obligatoire des quotas.

 
  
MPphoto
 
 

  Ian Hudghton (Verts/ALE), par écrit. (EN) Le rapport contient de nombreux éléments importants et de qualité, et il y a consensus sur le fait que le modèle centralisé unique de la PCP a été un désastre. Plusieurs des amendements que j'ai déposés ont été approuvés, de sorte que le rapport reconnait la stabilité relative, la nécessité d’encourager les efforts de conservation, et le succès rencontré par le contrôle national dans la zone de 12 miles. Le rapport déclare toutefois que les droits historiques doivent être revus. La gestion des pêcheries doit revenir aux pays actifs dans le secteur de la pêche; ces pays ne doivent pas perdre leurs droits historiques. J'ai par conséquent voté contre un rapport qui appelle à une attaque à l'encontre de ces droits traditionnels fondamentaux d'accès aux stocks de poissons.

 
  
MPphoto
 
 

  Elisabeth Köstinger (PPE), par écrit. (DE) Une réforme fondamentale et globale de la politique commune de la pêche (PCP) doit être bien accueillie, en particulier aux fins d’une gestion durable des ressources halieutiques. Cette gestion durable doit être rendue possible par une amélioration et une standardisation des conditions-cadres, l’instauration de contrôles plus efficaces par les États membres, et la simplification du système décisionnel. Même si l'Autriche, en tant que pays dépourvu de frontières maritimes, n’est pas directement concernée, la consommation en hausse constante de poissons de mer influence la pêche. Nous avons besoin de solutions pratiques et efficaces qui offrent au secteur les bases nécessaires à une viabilité suffisante grâce à des conditions appropriées en termes de stocks, qui garantissent l'approvisionnement des consommateurs, et qui assurent en même temps le maintien de la diversité des espèces et préservent l'écosystème marin dans son ensemble.

 
  
MPphoto
 
 

  Isabella Lövin (Verts/ALE), par écrit. (EN) Ce rapport est un document très vaste qui couvre tous les aspects de la PCP, depuis l'aquaculture à la pêche à la ligne, de la mer Baltique aux accords de pêche avec des pays du tiers monde. Les Verts sont satisfaits de bon nombre des modifications au rapport qu'ils sont parvenus à faire approuver, telles que les principes fondamentaux relatifs aux exigences en matière de durabilité applicables à ceux qui auront le droit de pêcher, les exigences concernant les évaluations de l'impact des opérations de pêche sur l'environnement, la déclaration selon laquelle l'UE ne devrait pas faire concurrence aux pêcheurs locaux en vertu des accords de pêche, mais être autorisée à pêcher uniquement les surplus de poisson, et aussi la proposition adressée à toutes les institutions européennes de placer la pêche illégale en priorité sur les agendas internationaux de tous les forums concernés, afin de protéger les océans et la sécurité alimentaire. Malheureusement, certains paragraphes contradictoires et totalement inacceptables ont également été approuvés dans le texte final, à savoir que l'objectif des acteurs extérieurs de la PCP des parties extérieures de la PCP est de protéger et de promouvoir les intérêts des pêcheries européennes, que la durabilité écologique ne doit pas prévaloir sur la durabilité sociale et économique, et que tous les domaines concernant la politique doivent être inclus dans la réalisation des objectifs de la PCP. C'est la raison pour laquelle le groupe des Verts n'a pas pu soutenir le rapport et s'est abstenu.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. – (PT) La politique commune de la pêche, qui a connu sa dernière révision en 2002, est insuffisante pour surmonter les vicissitudes de ce secteur sensible. C'est pourquoi il est nécessaire d'analyser les nouveaux facteurs qui affectent le secteur et de trouver de nouvelles solutions pour le rendre totalement viable, en particulier sur les plans économique, social et environnemental. Je recommande dès lors l'adoption de nouvelles mesures pour permettre au secteur de la pêche de se sortir de la situation périlleuse dans laquelle il se trouve actuellement.

L'industrie de la pêche est très importante au sein de l'UE. Il est dès lors vital que la nouvelle PCP opte pour une gestion rationnelle et responsable des ressources, et qu'elle se préoccupe de la protection des ressources marines et du maintien des moyens de subsistance des personnes qui ont toujours gagné leur vie grâce à la pêche. La nouvelle PCP doit permettre de résoudre les problèmes de productivité du secteur, de stabiliser les marchés, et de garantir un niveau de vie correct aux familles qui dépendent de ce secteur. Ce secteur doit toutefois être analysé dans son ensemble, et non par sections, de manière à ce que nous puissions intégrer l'ensemble des problèmes et vicissitudes auxquels il est confronté, et les résoudre à la satisfaction de toutes les parties concernées, et que nous puissions aussi résoudre les principaux problèmes qui l'affectent: la surpêche, la surcapacité, les surinvestissements et le gaspillage.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. (DE) Nous nous réjouissons du fait que la pêche ait une longue tradition en Europe et, espérons-le, continuera d'en avoir une dans le futur. Les développements de ces dernières années montrent toutefois de manière claire que travailler dans ce secteur de l'économie présente de moins en moins d'attrait. Cette situation s'explique par le fait que des groupes d'entreprises, avec leurs masses de produits halieutiques, font tellement baisser les prix de détail que les petites entreprises de pêche ne sont pas en mesure de rivaliser. De ce fait, ce secteur compte de plus en plus de travailleurs issus de pays tiers. J'ai voté contre cette proposition de résolution car elle ne prend pas assez en considération ce problème.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) Je me suis abstenu lors du vote final sur le rapport, car il contient à la fois des paragraphes positifs et négatifs. Il reconnaît qu'un accès prioritaire doit être accordé à ceux qui pratiquent la pêche en veillant à garantir la durabilité de l'environnement, avec une diminution du nombre de rejets, la création d'emplois, et la diminution de la consommation d’énergie, et souligne que le droit à la pêche doit reposer sur des critères environnementaux et sociaux, et non pas sur des critères historiques en fonction des pays qui ont pêché le plus grand nombre de poissons il y a 30 ans. Des années de surpêche ont mené à la crise actuelle, de sorte qu'il est absurde d'autoriser ces mêmes flottes à aggraver la situation. Le fait de considérer la durabilité écologique comme un fondement de la PCP, et l'interdiction aux flottes européennes de pratiquer désormais la surpêche dans les eaux des pays en développement sont deux autres points positifs. Malheureusement, des idées moins constructives figurent également dans le rapport, comme le refus de reconnaître l'influence néfaste des subventions, par exemple. Le rapport déclare également que la PCP est la politique dominante dans l'UE, les politiques en matière d'environnement et de développement lui étant subordonnées. C'est cette attitude de préservation de l'industrie de la pêche à tout prix qui a conduit à la destruction de l'écosystème marin et des communautés de pêche qui en dépendent.

 
  
MPphoto
 
 

  Britta Reimers (ALDE), par écrit. (DE) Les députés allemands du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe ont voté différemment du reste du groupe sur deux points. Le premier concerne l'amendement 3 présenté par le groupe des Verts/Alliance libre européenne. Les députés du FDP ont voté contre, car une décentralisation radicale de la politique de la pêche telle que présentée dans la proposition, avec le transfert des compétences et des responsabilités aux États membres et aux décideurs locaux, est inconciliable avec la politique commune de la pêche. L'idée ici est précisément de trouver des solutions tournées vers l'avenir au niveau européen. Les députés du FDP out soutenu l'amendement 33 car il soutient le principe essentiel de la stabilité relative, très important aux yeux des Allemands, puisqu'il sert de base à l'allocation des quotas.

 
  
MPphoto
 
 

  Frédérique Ries (ALDE), par écrit. – L'Europe bleue navigue en eaux troubles: les ressources halieutiques se raréfient, 400 000 pêcheurs européens et leurs familles s'inquiètent pour leur avenir et s'interrogent sur l'efficacité de la politique commune de la pêche (PCP), qui jusqu'à présent constituait un filet de protection.

Face aux problèmes structurels identifiés que sont la surpêche, le sous-investissement, la surcapacité de la flotte de pêche et le gaspillage (combien de tonnes de poissons quotidiennement rejetées en mer parce qu'impropres à la consommation?), une réforme de la PCP s'impose. Elle doit à l'évidence tenir compte des spécificités des différents bassins de pêche et éviter à tout prix un modèle de gestion unique. On ne pêche pas de la même manière et avec les mêmes bateaux en mer du Nord et dans le golfe de Gascogne. C'est pourquoi la réforme proposée par la Commission, fondée sur la régionalisation et soutenue par le Parlement européen ce midi, est essentielle.

Une politique responsable doit aussi tenir compte de la réalité des chiffres: l'Union européenne représente environ 4,5 % de la production mondiale de la pêche et n'a pas vocation à être un «géant» du secteur. Raison de plus pour faire le choix d'une pêche artisanale, innovante et durable.

 
  
MPphoto
 
 

  Daciana Octavia Sârbu (S&D), par écrit. (EN) Le livre vert de la Commission sur cette question est un réquisitoire accablant et l'aveu honnête de l'échec de la politique commune de la pêche. Cette politique a au contraire contribué à divers problèmes, qui continuent d'avoir des répercussions économiques, sociales et environnementales. Il y a deux semaines à peine, ce Parlement a voté en faveur de la suspension du commerce international du thon rouge en raison des stocks extrêmement bas – une situation qui prouve à nouveau que nos niveaux de pêche actuels ne peuvent pas se poursuivre et ont de graves conséquences sur la biodiversité et l'avenir du secteur de la pêche. Nous devons admettre la nécessité d'une nouvelle approche. Une politique décentralisée avec un financement accru permettrait aux différentes régions de s'adapter et de réagir aux conditions qui leur sont propres – ce qu'empêchait la précédente politique «descendante». Cette politique conduirait à une meilleure gestion des stocks et aurait un effet positif sur l'environnement marin. Je soutiens pleinement l'engagement de la Commission vis-à-vis d'une réforme fondamentale et totale, qui a été appuyée à juste titre par la commission de la pêche. Il est primordial que nous prenions des mesures pour faire en sorte que l'Union européenne mette en œuvre une politique de la pêche réellement durable afin de protéger les stocks, l'environnement et les emplois européens à long terme.

 
  
MPphoto
 
 

  Peter Skinner (S&D), par écrit. (EN) J'ai soutenu les amendements proposés en vue d'apporter des changements à la politique commune de la pêche qui mettraient fin aux distorsions actuelles.

L'augmentation de tout financement pour le renouvellement des flottes et la fixation du prix des poissons au niveau central, est à l'origine de graves distorsions et autorise un recours accru aux subventions.

Les pêcheurs britanniques, en particulier le long de la côte sud, dans leurs bateaux de 10 mètres, sont souvent affectés de manière négative par les quotas et subventions déséquilibrés octroyés à d'autres flottes de pêche nationales. Le député de Hastings et Rye, Mike Foster, a attiré mon attention sur la nécessité d'amener l'Agence de pêche marine et la Commission à mettre un terme aux pratiques discriminatoires et de distorsion de la concurrence, surtout vis-à-vis de la pêche au cabillaud le long de la côte sud du Royaume-Uni, et en particulier dans sa circonscription de Hastings et Rye, que nous représentons tous deux.

 
  
MPphoto
 
 

  Bart Staes (Verts/ALE), par écrit. (NL) Je me suis abstenu lors du vote sur le rapport sur la politique commune de la pêche car il renferme de trop nombreux points qui sont non seulement en conflit avec d'autres points du rapport, mais qui vont également à l'encontre de ma vision politique de la politique commune de la pêche. D'un côté, le rapport déclare que les flottes de pêche européennes ne peuvent plus pratiquer la surpêche dans les eaux des pays en développement mais, de l'autre, il affirme que la politique commune de la pêche a toujours priorité sur les politiques en matière d'environnement et de développement. Cette position contredit de toute évidence le traité de Lisbonne, dont l'article 208 établit que notre politique étrangère ne doit pas nuire aux objectifs de développement des pays pauvres. La politique proposée par le Parlement avantage assurément l'Europe, mais en dehors des eaux européennes, l'Europe défend uniquement ses propres flottes de pêche et non les stocks de poissons et les pêcheurs locaux. Le groupe des Verts/Alliance libre européenne s'est par conséquent abstenu. En outre, si le rapport admet qu'il y a un grave problème de surpêche et que la durabilité doit servir de point de départ à la politique, il ne reconnaît pas la responsabilité de la capacité de la flotte et des systèmes de subventions et de quotas dans ce problème. D'où notre abstention.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Teixeira (PPE), par écrit. (PT) Le rapport sur le Livre vert sur la réforme de la politique commune de la pêche, que nous avons adopté aujourd'hui, passe en revue les aspects économiques, sociaux et environnementaux de cette politique, dans le but de redéfinir notre stratégie de résolution des problèmes qui subsistent dans ce secteur. Je voudrais insister sur le fait que des priorités telles que l'amélioration de la gestion des ressources halieutiques et la stratégie de soutien financier aux personnes qui travaillent dans ce secteur, ainsi que la garantie de la durabilité du secteur au travers de la préservation des espèces, sont des éléments fondamentaux de cette réforme et elles doivent être mises en œuvre au niveau régional. Ce document insiste sur les réformes nécessaires de l'industrie de la pêche, qui sont fondamentales pour les régions ultrapériphériques et plus particulièrement pour Madère, où cette activité joue un rôle déterminant dans le développement local et la vie des citoyens locaux.

Je voudrais insister sur les idées contenues dans le rapport concernant le renforcement de la participation des différents acteurs nationaux, régionaux et locaux à la mise en œuvre, et les mesures techniques à prendre dans le secteur de la pêche. C'est pour toutes ces raisons que j'ai voté en faveur de ce rapport, qui marquera le début d'une nouvelle étape pour la politique commune de la pêche.

 
  
MPphoto
 
 

  Marie-Christine Vergiat (GUE/NGL), par écrit. – J'ai voté contre le rapport de Mme Maria do Céu Patrão Neves, à cause du rejet des amendements visant à trouver un équilibre entre les intérêts environnementaux et la préservation de la pêche artisanale.

Je déplore aussi le rejet des amendements demandant de nouer un dialogue approfondi avec les pêcheurs dans la perspective de cette réforme.

Je ne sais pas dans ce contexte comment pourra être adoptée une réforme acceptable pour les pêcheurs et répondant à ce qu'il est nécessaire de faire pour préserver une politique commune de la pêche digne de ce nom.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Le procès-verbal de cette séance sera soumis au Parlement pour approbation au début de la prochaine séance. S'il n'y a pas d'objections, je transmettrai directement les propositions adoptées lors de la séance d'aujourd'hui aux personnes et agences concernées.

 
  

(1) Amendement 3 par Marina Yannakoudakis au nom du groupe ECR sur le paragraphe 9 ter (nouveau): «souligne que l'avortement ne saurait être promu comme une méthode de planning familial et que, en tout état de cause, il convient de faire en sorte que les femmes ayant recours à l'avortement soient traitées et conseillées avec bienveillance».

Avis juridique - Politique de confidentialité