Index 
Compte rendu in extenso des débats
PDF 1887k
Jeudi 8 juillet 2010 - Strasbourg Edition JO
1. Ouverture de la séance
 2. Dépôt de documents: voir procès-verbal
 3. Avenir de la PAC après 2013 (débat)
 4. Conséquences pour l’agriculture de l’UE de la reprise des négociations avec le Mercosur en vue de la conclusion d’un accord d’association - Préparation du prochain sommet UE-Brésil, qui se tiendra le 14 juillet 2010 à Brasilia (débat)
 5. Régime d’importation dans l’UE des produits de la pêche et de l’aquaculture dans la perspective de la future réforme de la PCP (débat)
 6. Heure des votes
  6.1. Accord UE/États-Unis d’Amérique sur le traitement et le transfert de données de messagerie financière de l’UE aux États-Unis aux fins du programme de surveillance du financement du terrorisme (A7-0224/2010, Alexander Alvaro) (vote)
  6.2. Service européen pour l’action extérieure (A7-0228/2010) (vote)
  6.3. Kosovo (B7-0409/2010) (vote)
  6.4. Albanie (B7-0408/2010) (vote)
  6.5. Situation au Kirghizstan (B7-0419/2010) (vote)
  6.6. Le sida/VIH en vue de la XVIIIe conférence internationale sur le sida (Vienne, 18-23 juillet 2010) (B7-0412/2010) (vote)
  6.7. Entrée en vigueur de la Convention sur les armes à sous-munitions le 1er août 2010 et le rôle de l’UE (B7-0413/2010) (vote)
  6.8. Avenir de la PAC après 2013 (A7-0204/2010, George Lyon) (vote)
  6.9. Régime d’importation dans l’UE des produits de la pêche et de l’aquaculture dans la perspective de la future réforme de la PCP (A7-0207/2010, Alain Cadec) (vote)
 7. Rectificatif (article 216 du règlement): voir procès-verbal
 8. Explications de vote
 9. Corrections et intentions de vote: voir procès-verbal
 10. Approbation du procès-verbal de la séance précédente: voir procès-verbal
 11. Débats sur des cas de violation des droits de l’homme, de la démocratie et de l’état de droit
  11.1. Le Zimbabwe, et en particulier le cas de Farai Maguwu
  11.2. Le Venezuela, et en particulier le cas de Maria Lourdes Afiuni
  11.3. Corée du Nord
 12. Heure des votes
  12.1. Le Zimbabwe, et en particulier le cas de Farai Maguwu (B7-0415/2010) (vote)
  12.2. Le Venezuela, et en particulier le cas de Maria Lourdes Afiuni (B7-0414/2010) (vote)
  12.3. Corée du Nord (B7-0416/2010) (vote)
 13. Corrections et intentions de vote: voir procès-verbal
 14. Composition des commissions: voir procès-verbal
 15. Demande de levée d’immunité parlementaire: voir procès-verbal
 16. Composition du Parlement: voir procès-verbal
 17. Vérification des pouvoirs: voir procès-verbal
 18. Décisions concernant certains documents: voir procès-verbal.
 19. Déclarations écrites inscrites au registre (article 123 du règlement): voir procès-verbal
 20. Transmission des textes adoptés au cours de la présente séance: voir procès-verbal
 21. Calendrier des prochaines séances: voir procès-verbal
 22. Interruption de la session
 ANNEXES (Réponses écrites)


  

PRÉSIDENCE DE M. MIGUEL ANGEL MARTÍNEZ MARTÍNEZ
Vice-président

 
1. Ouverture de la séance
Vidéo des interventions
  

(La séance est ouverte à 9 heures)

 

2. Dépôt de documents: voir procès-verbal

3. Avenir de la PAC après 2013 (débat)
Vidéo des interventions
MPphoto
 

  Le Président. - L’ordre du jour appelle le rapport de George Lyon, au nom de la commission de l’agriculture et du développement rural, sur l’avenir de la politique agricole commune après 2013 (2009/2236(INI)) (A7-0204/2010).

Nous avons le plaisir d’accueillir le commissaire Cioloş. À Strasbourg, la Commission désigne certes l’un ou l’autre commissaire pour assister aux sessions à titre ponctuel, mais je pense que la présence et la participation à ce débat du commissaire en charge du domaine traité représentent un signe de responsabilité notable. Je crois qu’il s’agit-là d’un élément extrêmement positif.

 
  
MPphoto
 

  George Lyon, rapporteur. − (EN) Monsieur le Président, permettez-moi tout d’abord d’exprimer ma compassion à l’égard de mes collègues allemands et d’adresser mes félicitations à mes collègues espagnols après l’excellent match d’hier soir.

Je voudrais exposer ce qui, selon moi, représente les deux questions fondamentales auxquelles nous devons répondre concernant la réforme de la PAC. À quoi sert la PAC? Pourquoi est-elle toujours d’actualité au XXIe siècle? En cette période de crise économique, de finances publiques criblées de dettes et de budgets d’austérité, il est essentiel que la PAC apporte des réponses à ces questions si nous voulons que les contribuables continuent, à l’avenir, de soutenir nos agriculteurs qui en ont bien besoin.

L’une des difficultés majeures à laquelle la société est confrontée est de savoir comment satisfaire la demande alimentaire mondiale croissante, qui, selon les estimations de l’OAA, connaîtra une augmentation de 50 % d’ici à 2050. Le grand défi consiste bien sûr à répondre à cette demande alimentaire, qui passera du simple au double, avec moins de terres, moins d’eau et moins d’énergie compte tenu des effets du changement climatique. Comment résoudre la quadrature du cercle et éviter la tempête parfaite prédite par le conseiller scientifique en chef du Royaume-Uni, Sir John Beddington, lorsqu’il a déclaré en 2009 que «nous nous dirigeons vers une tempête parfaite en 2030, car toutes ces choses se produisent dans le même cadre»? Si nous laissons ces questions sans réponse, nous pouvons nous attendre à une déstabilisation majeure, une augmentation des émeutes et des problèmes potentiellement importants avec la migration internationale, car les gens déménagent pour échapper aux pénuries de nourriture et d’eau.

Telle est l’ampleur du défi. Je crois que s’attaquer au changement climatique et rendre notre production agricole plus durable sont des objectifs centraux de la réforme en cours. Ce sont des étapes vitales si nous voulons continuer à assurer la sécurité de l’approvisionnement alimentaire de nos concitoyens européens tout en contribuant à satisfaire la demande alimentaire mondiale croissante.

La réforme devrait également encourager la croissance verte axée sur le développement des énergies renouvelables à petite échelle telles que le vent, la biomasse, le biogaz et les biocarburants de deuxième génération. Cela contribuerait à créer de l’emploi et à offrir aux agriculteurs de vraies possibilités de se diversifier et d’augmenter leurs revenus. Nous devons également répondre à la demande d’une plus grande protection de l’environnement en nous assurant que les agriculteurs ont la possibilité de participer aux programmes agroenvironnementaux avec comme objectif qu’une majorité des terres agricoles relève de tels programmes dans la période de la prochaine réforme. En utilisant la carotte plutôt que le bâton - il s’agit d’un principe très important, l’encouragement de la carotte plutôt que le grand bâton des règles et des réglementations - nous remporterons l’adhésion des agriculteurs à ce programme.

L’équité doit également être un moteur clé de la réforme: une équité envers les anciens États membres comme envers les nouveaux dans la répartition des enveloppes de paiements directs dans l’UE; une répartition équitable envers les agriculteurs et les États membres en mettant fin aux paiements historiques d’ici à 2020. Il ne peut être juste et justifié de continuer à effectuer des paiements en se basant sur la façon de cultiver d’il y a 10 ans. Nous avons également besoin d’un accord équitable pour les agriculteurs dans la chaîne alimentaire pour leur donner la possibilité de faire face aux grandes entreprises. L’équité et le principe d’équité doivent donc être au cœur de la réforme en cours.

Nous devons également aborder la question de la volatilité du marché, mais sur ce point, j’appellerais à la prudence. Oui, nous avons encore besoin des interventions et des aides privées pour le stockage. Oui, nous devons examiner d’autres instruments tels que l’assurance risque et les marchés à terme. Oui, nous avons besoin de notre ligne de réserve budgétaire spécifique pour financer des mesures en période de crise. Toutefois, nous devrions rejeter toute idée d’un retour à la gestion à grande échelle des marchés à laquelle nous avons assisté dans le passé. Elle a déjà été testée et a échoué. Je suggère que nous n’empruntions plus cette voie.

En conclusion, je suis sûr que ce Parlement appuiera nos réformes, modernisant la PAC, l’orientant vers un nouveau cap pour être à la hauteur des nouveaux défis du XXIe siècle. En appuyant ce rapport, le Parlement façonnera le débat, donnera le ton, et j’inviterais le commissaire à exploiter nos idées pour contribuer à ses propositions sur la réforme de la PAC quand il les publiera en novembre de cette année.

 
  
MPphoto
 

  Dacian Cioloş, membre de la Commission. − Monsieur le Président, chers membres du Parlement européen, je suis, bien sûr, non seulement très honoré de participer à ces débats, qui m’intéressent particulièrement puisque je dois faire des propositions sur la réforme de la politique agricole commune. Comme je l’avais déjà dit pendant mes auditions devant le Parlement, la relation avec le Parlement européen me paraît essentielle pour arriver, à la fin, à une réforme de la politique agricole commune qui soit plus en ligne avec les attentes des citoyens et encore mieux comprise par les citoyens européens.

Je souhaite remercier vivement George Lyon pour le rapport qu’il soumet aujourd’hui au vote, ainsi que toute son équipe et, bien sûr, tous les membres de la commission AGRI, qui ont présenté des amendements qui ont enrichi le texte.

Je salue aussi la demande de ce rapport et la volonté de mieux communiquer au sujet de la politique agricole commune, de l’avenir de l’agriculture dans l’Union européenne. Je pense qu’au-delà de son contenu technique très important, ce rapport est déjà un très bon instrument de communication en matière de politique agricole commune, sur ce qu’elle a été jusqu’à présent, sur le besoin d’une telle politique à l’avenir et sur la nécessité d’une évolution de cette politique.

Je note aussi votre appel à une refonte de la politique agricole commune en ligne avec, non seulement, le traité de Lisbonne qui prévoit des objectifs clairs pour la PAC, mais aussi avec la stratégie de l’Europe 2020. Je pense qu’on a, justement, là l’occasion de mieux adapter notre politique agricole commune aux attentes courantes des citoyens, au-delà de ses objectifs traditionnels d’assurer la sécurité de l’approvisionnement des marchés.

Vous préconisez aussi des mesures qui contribuent à améliorer le fonctionnement de la chaîne alimentaire et l’équilibre entre les différents acteurs au sein de la chaîne, ainsi que la transparence des positions et le pouvoir de négociation des producteurs agricoles. Ce sont des éléments qui vont se refléter non seulement dans la réforme de la PAC, mais aussi dans d’autres initiatives que la Commission proposera.

C’est avec beaucoup d’attention également que j’ai lu vos propositions sur l’avenir des paiements directs en tant qu’instrument non seulement pour garantir la stabilité des revenus des agriculteurs, mais aussi pour assurer un niveau minimum de fourniture de biens publics. On a là, je pense, une nouvelle conception des paiements directs et une nouvelle justification liée à l’assurance d’un revenu minimum de base des agriculteurs, mais aussi à l’incitation à produire des biens publics.

J’ai bien noté, également, la suggestion de revoir les critères de distribution de ces paiements directs, à la fois à partir de ce nouveau critère, mais aussi pour assurer une meilleure équité de répartition entre les différents États membres, régions et catégories d’agriculteurs, en prenant en compte aussi la spécificité des agricultures dans des régions défavorisées, dans les zones difficiles.

Je note également, comme George Lyon l’a dit, le besoin de poursuivre l’orientation de la PAC vers le marché, une orientation qui doit être faite de façon raisonnée afin d’éviter que les agriculteurs se retrouvent face à des marchés très chaotiques. De ce point de vue, je pense que l’orientation vers les marchés est tout à fait compatible avec l’amélioration des mécanismes de gestion des marchés pour s’assurer, justement, que ces marchés puissent fonctionner correctement sans que se trouve affectée, comme je le disais, la réalisation des objectifs visant à maintenir l’agriculture sur l’ensemble du territoire européen et préserver la diversité de nos agricultures.

J’ai quelques commentaires sur les amendements qui ont été proposés, et qui vont être discutés. Je pense que la production alimentaire est un objectif important de la PAC. Cette production est rémunérée directement par les marchés, mais on doit prendre en compte aussi les biens publics, qui ne sont pas rémunérés par les marchés et qui doivent être couverts par une contribution financière publique. Dans la production agricole, on peut prendre en compte ces deux aspects: la production alimentaire et la production des biens publics, avec des aspects qui sont rémunérés par les marchés, d’autres qui ne le sont pas et qui doivent être soutenus par le budget public.

Concernant la structure de la politique agricole commune, j’ai dit à plusieurs reprises qu’à mon sens, la politique agricole commune doit comporter deux piliers de façon à obtenir plus de clarté concernant la réalisation des objectifs de la PAC, mais aussi pour assurer une gestion plus efficace des instruments qui sont à notre disposition. On a des instruments qui doivent être appliqués annuellement, et dont les résultats peuvent être mesurés chaque année, mais on a aussi certaines mesures qui doivent être appliquées de façon pluriannuelle, dans le cadre d’une programmation, auquel cas plusieurs années sont nécessaires pour obtenir des résultats. Afin d’assurer une meilleure gestion des ressources et des moyens à notre disposition dans le cadre de la politique agricole commune, je pense qu’on a besoin de ces deux piliers qui doivent, bien sûr, être complémentaires et dont les objectifs doivent être mieux définis. Puis, surtout, il convient de mieux préciser comment les mesures qu’ils couvrent doivent être mises en œuvre.

Concernant la conditionnalité, je pense qu’elle a eu un rôle positif sur les paiements directs. Elle a bien défini, aussi, le point de départ des biens publics rémunérés, justement, par les fonds publics. Bien sûr, on peut simplifier les mesures de conditionnalité. On peut faire en sorte que leur contenu soit plus clair pour les agriculteurs, mais aussi pour les administrations nationales ou régionales, qui les appliquent et qui les contrôlent. Cela dit, je pense que l’écoconditionnalité liée à des paiements directs de base est aussi un bon point de départ pour bien définir par la suite les autres mesures qui stimulent la production des biens publics.

Concernant les mesures de marché, comme je le disais, je pense qu’une orientation vers les marchés est nécessaire, mais on a également besoin de garder des filets de sécurité et, aussi d’étudier de nouvelles mesures qui peuvent nous permettre d’atteindre les objectifs d’une certaine stabilité des prix et des revenus sur le marché.

Concernant les structures des petites, moyennes et grandes exploitations, je suis d’accord, y compris pour les petites exploitations, sur le fait qu’elles doivent devenir plus performantes, mais on doit pouvoir s’assurer que cette évolution se passe dans leur milieu spécifique, en valorisant davantage un potentiel spécifique. On peut donc avoir une restructuration de ces exploitations, qui va de pair avec une évolution vers les marchés, sans aller vers un modèle unique de l’agriculture, de manière à pouvoir maintenir la diversité en agriculture.

Voilà, après ces remarques, je vais écouter avec attention vos commentaires et observations et je peux vous assurer, Monsieur Lyon, honorable parlementaire, que je vais examiner très attentivement le contenu du rapport voté par le Parlement pour, sans aucun doute, m’y référer dans l’élaboration des initiatives législatives de la Commission dans les prochains mois.

 
  
MPphoto
 

  Giovanni La Via, rapporteur pour avis de la commission des budgets. (IT) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues, je crois que le rapport Lyon a le mérite d’avoir établi avec clarté un ensemble d’objectifs de la politique agricole commune qui est plus large que dans le passé et qui est en ligne avec la stratégie «UE 2020».

Comme il ressort clairement de ce rapport, cette politique agricole doit rester dans un contexte européen, et nous devons vraiment freiner tous ceux qui ont envisagé de la renationaliser, qui ont voulu un soutien national à cette politique. Le fait est que nous avons besoin de ressources proportionnées aux objectifs beaucoup plus larges qui ont été fixés, notamment pour atteindre les objectifs publics et l’objectif d’avoir des biens publics sans le marché. Il ressort également clairement du rapport que les ressources destinées à la nouvelle politique agricole commune doivent être en ligne avec celles dont cette politique a bénéficié jusqu’à aujourd’hui.

 
  
MPphoto
 

  Michel Dantin, au nom du groupe PPE. – Monsieur le Président, je voudrais tout d’abord remercier George Lyon, ainsi que l’équipe des rapporteurs fictifs qui ont travaillé, me semble-t-il, en bonne intelligence autour de lui sur ce rapport.

Ce rapport porte, pour notre groupe, une ambition pour l’agriculture européenne. Il a été écrit après les crises des matières premières de 2007 et de 2008, après la crise agricole de 2009, qui nous ont appris que le libéralisme n’était pas la solution pour l’agriculture.

Notre agriculture a d’abord pour vocation d’offrir, de garantir la sécurité alimentaire des 450 millions d’Européens, mais nous devons aussi prendre notre place sur les marchés solvables. Il est clair que les conditions qui ont prévalu depuis le milieu du 20e siècle ont évolué, que les techniques ont – et doivent encore – évoluer, qu’elles doivent changer, que les outils de politique agricole doivent aussi évoluer. L’agriculture doit être accompagnée dans cette évolution.

Si le premier pilier, financé par le seul budget de l’Union, doit accompagner le niveau d’exigences sociétales que nous fixons à l’agriculture, le deuxième pilier, cofinancé, doit accompagner encore la modernisation de l’agriculture et de l’agroalimentaire pour prendre en compte les contextes nouveaux. Cette politique devra aussi être plus juste – oui, j’ai bien dit juste – entre les pays et entre les agriculteurs eux-mêmes. Notre volonté, c’est bien évidemment de redonner espoir aux 14 millions d’agriculteurs et à leurs familles pour, notamment, assurer le remplacement des 4,5 millions d’agriculteurs qui, aujourd’hui, ont plus de 60 ans et qui vont quitter la profession. La question du renouvellement des générations sera l’une de nos préoccupations.

 
  
MPphoto
 

  Wojciech Michał Olejniczak, au nom du groupe S&D.(PL) Monsieur le Président, les débats que nous avons tenus ces derniers mois au Parlement européen montrent clairement la nécessité de modifier la politique agricole commune. Aucun d’entre nous ne doute du fait que la PAC devrait contribuer à assurer la sécurité alimentaire dans ces prochaines décennies, en fournissant des denrées alimentaires saines et de qualité tout en maintenant la biodiversité et en protégeant l’environnement.

À l’avenir, la PAC devrait répondre dans une plus large mesure aux besoins sociaux, tels que la création d’emploi et la situation des femmes et des jeunes dans l’agriculture. Je voudrais insister vivement sur le fait qu’il faut assurer aux agriculteurs des revenus stables et suffisants en échange du dur labeur qu’ils accomplissent et des produits de haute qualité qu’ils nous fournissent.

Le rapport que nous adopterons aujourd’hui contient des propositions déposées par des députés représentant des groupes politiques et des États membres. Nous devons prendre des décisions majeures qui détermineront le choix d’une voie donnée, afin que les fonds alloués à la PAC à l’avenir profitent tant aux producteurs agricoles qu’aux consommateurs.

Pour finir, je voudrais remercier très sincèrement M. Lyon de nous permettre de travailler si bien ensemble.

 
  
MPphoto
 

  Marit Paulsen, au nom du groupe ALDE.(SV) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues, M. Lyon a fait quelques pas, petits peut-être, néanmoins extrêmement importants vers la modification de la politique agricole. Nous avons besoin de la politique agricole européenne commune. Oublions toute idée de renationalisation. Nous devons également prendre conscience que nous vivons dans une nouvelle ère avec des questions très difficiles qu’il est de notre devoir de résoudre. Cela inclut naturellement de trouver de la nourriture pour neuf milliards de personnes. Parallèlement, nous faisons face également aux énormes défis liés au climat, notamment celui de faire fonctionner les cycles naturels.

Ne voyons pas l’agriculture comme un coupable environnemental ni comme un problème environnemental. L’agriculture et la sylviculture détiennent les solutions fondamentales à nos énormes problèmes.

 
  
MPphoto
 

  Martin Häusling, au nom du groupe Verts/ALE.(DE) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, Monsieur Lyon, tout d’abord je tiens à vous remercier pour le rapport. Nous avons bien travaillé ensemble en tant que rapporteurs et je crois que nous avons trouvé un excellent compromis que nous pouvons pleinement soutenir. Il est important que le Parlement envoie un message fort indiquant notre intention de continuer à mener une politique agricole commune.

Bien sûr, il est dans la nature des choses de ne pas obtenir tout ce que l’on désire dans un compromis. Cependant, il me semble important pour nous, et je souhaite souligner le fait que nous avons la perspective d’une PAC plus verte; je veux dire verte pas seulement dans le sens d’une politique énergétique durable, mais aussi dans le sens d’une politique agricole durable également. Nous commençons également à voir la concurrence pas seulement comme une position compétitive par rapport au marché mondial, mais nous accordons également plus d’attention à la situation au niveau de l’agriculture européenne, en nous concentrant sur les conditions de concurrence au sein de l’agriculture européenne, pas uniquement en adhérant aux règles de l’OMC pour la future politique agricole, mais en développant en fin de compte notre propre politique agricole européenne commune forte.

Il est important qu’à l’avenir nous allouions les paiements directs du premier pilier en accord avec une politique agricole durable et que nous ayons un deuxième pilier fort pour le développement des zones rurales, en mettant l’accent sur les emplois.

Ce que nous ne soutiendrons pas - et nous l’avons également précisé au niveau de la commission – c’est une politique agricole au niveau du marché mondial qui soit basée sur des subventions à l’exportation. Nous continuons à rejeter cette stratégie et, contrairement à beaucoup d’autres, nous sommes plus critiques dans notre évaluation de l’histoire de la politique agricole actuelle. Autrement dit, nous voulons une politique agricole qui s’écarte de l’industrialisation et une plus forte concentration et de la politique de marché purement basée sur la concurrence. Au contraire, nous voulons nous concentrer sur le fait que la politique agricole est réellement une politique pour l’avenir, qui vise à fournir une politique pour les zones rurales qui promeut la sécurité de l’approvisionnement alimentaire et la préservation du sol, de l’eau et de la biodiversité. Nous croyons également que nous devrions mettre en œuvre une politique agricole pour lutter contre le changement climatique et, enfin, en tant qu’instrument important pour assurer des emplois.

 
  
MPphoto
 

  James Nicholson, au nom du groupe ECR. (EN) Monsieur le Président, ce rapport permet au Parlement d’exposer nos avis avant que la Commission ne présente ses propositions sur l’avenir de la PAC d’ici la fin de cette année. Même si mon groupe et moi-même voterons en faveur de ce rapport, je souhaite préciser que nous n’approuvons pas certaines parties. Le maintien de la structure du deuxième pilier est assurément crucial et s’avèrera central pour le succès à long terme de la PAC.

Cependant, tout compte fait, je crois que ce rapport sera un bon point de départ à un débat général sur la question et montre que la commission peut collaborer. Nous avons une responsabilité majeure en tant que Parlement d’assurer que toute réforme future garantit que l’agriculture en tant qu’industrie peut être compétitive et survivre dans le futur. La PAC a connu de vastes changements, et nous devons nous assurer qu’elle est adaptée aux besoins du XXIe siècle. Nous devons nous rappeler que la PAC n’est pas seulement destinée aux agriculteurs: elle nous offre un approvisionnement alimentaire sûr, des biens publics divers et des avantages environnementaux. En vue d’atteindre ces objectifs, je pense que le budget doit au moins être maintenu, et je souhaite remercier le rapporteur pour le très bon rapport et sa coopération.

 
  
MPphoto
 

  João Ferreira, au nom du groupe GUE/NGL.(PT) Monsieur le Président, veuillez accepter mes félicitations.

Les réformes antérieures de la PAC ont entraîné la libéralisation des marchés agricoles. Elles ont engendré de profondes injustices concernant la répartition de l’aide - entre pays, entre produits et entre producteurs. Elles ont détruit des instruments de régulation de la production, comme les quotas et les droits de production, ainsi que des mécanismes d’intervention et de régulation du marché. Elles ont soumis l’agriculture aux règles de l’OMC, ce qui fait qu’elle a servi d’argument dans la négociation d’autres intérêts.

Le résultat est évident: l’abandon sans précédent de la production par des millions de petites et moyennes exploitations agricoles, l’insécurité des revenus et la hausse de la volatilité des prix, et l’accroissement de la dépendance alimentaire dans d’innombrables pays et régions.

Tous ces éléments appellent à un profond changement de la PAC qui garantira la sécurité alimentaire et la souveraineté, en donnant la priorité à la nécessité pour les pays et régions de développer la production afin de répondre à leurs besoins, tout en incitant la durabilité environnementale et le développement rural. Un changement qui encouragera une production plus diversifiée et l’empêchera de diminuer, tout en reconnaissant les caractères spécifiques des différents secteurs et régions. Il surmontera, en modelant et en plafonnant l’aide, les déséquilibres actuels entre produits, producteurs et pays et prévoira enfin des mécanismes d’intervention pour garantir des prix équitables pour la production et pour offrir aux agriculteurs un niveau de revenus qui assurera la continuité de la production et des approvisionnements réguliers de denrées alimentaires.

 
  
MPphoto
 

  Lorenzo Fontana, au nom du groupe EFD.(IT) Monsieur le Président, chers collègues, tout d’abord je voudrais féliciter M. Lyon pour son travail, ainsi que le président et le secrétariat de la commission de l’agriculture et du développement rural. Je suis également reconnaissant au commissaire Cioloş, du fait que lui et la commission de l’agriculture et du développement rural ont assurément établi une bonne relation de travail, ce qui est très important. J’espère qu’à l’avenir, également, pendant les prochaines phases du processus législatif, la Commission continuera à prêter une attention particulière aux producteurs et aux consommateurs, qui ont indubitablement été lourdement pénalisés à cause de la structure du marché et de la crise récente.

Ma région, la Vénétie, compte 150 000 exploitations agricoles, et grâce à leurs efforts, elles ne fournissent pas seulement des produits de qualité, mais assurent également la protection de l’environnement rural, qui, à notre sens, est un atout qui ne devrait pas seulement être préservé, mais aussi encouragé.

Cependant, afin de continuer à pouvoir exercer leurs activités, nos agriculteurs nous demandent de leur offrir de plus grandes garanties contre la volatilité des prix et de continuer à allouer des aides directes. Il est également essentiel que nous maintenions le deuxième pilier de la politique agricole commune. La politique de développement rural doit être préservée essentiellement parce qu’elle facilite le développement des différents types d’agriculture locale présents en Europe, qui sont nécessaires pour respecter les normes de qualité toujours plus élevées.

Dans un marché compétitif dans lequel ils sont souvent désavantagés, nos agriculteurs demandent, entre autres priorités, que la charge bureaucratique qui leur imposée soit réduite, étant donné que cela joue certainement un rôle dans le fait qu’ils sont moins compétitifs.

 
  
MPphoto
 

  Diane Dodds (NI). - (EN) Monsieur le Président, je voudrais remercier le rapporteur pour ce rapport. Le fait d’avoir un rapporteur d’écoute était effectivement une bonne chose, et ses voyages dans les États membres reflètent cela, tout comme les résultats de ce rapport.

L’avenir de l’agriculture et de la PAC doit offrir aux agriculteurs un revenu garanti viable. Les paiements du premier pilier doivent continuer à fournir aux agriculteurs un paiement direct qui leur donne un niveau minimum de sécurité des revenus. À cette fin, nous aurons besoin d’un budget de la PAC qui est au moins maintenu au niveau actuel ou, plus important encore, augmenté pour prendre en considération l’élargissement de l’Union.

La volatilité sur les marchés a porté préjudice à l’industrie en Europe et nous devons conserver les filets de sécurité pour maintenir la stabilité et assurer la rentabilité. La répartition des fonds de la PAC doit prendre en considération le coût de production dans les États membres.

La définition de l’équité doit être examinée plus en détail par la Commission et le paiement lié à la surface résulterait pour les agriculteurs de l’Irlande du Nord à recevoir moins dans le régime de paiement unique, ce qui serait préjudiciable à une industrie où de nombreux agriculteurs sont à la limite de la viabilité. L’Irlande du Nord compte beaucoup d’agriculteurs qui possèdent une petite surface de terre, mais qui cultivent de manière intensive, et un tel paiement ne reflèterait ni leur travail ni la charge financière qu’ils supportent. La variation régionale doit dès lors être prise en considération et satisfaire aux besoins dans la PAC de l’après-2013.

 
  
MPphoto
 

  Albert Deß (PPE).(DE) Monsieur le Président, Monsieur Cioloş, chers collègues, ce jour marque un débat important sur le rapport de George Lyon et je voudrais profiter de l’occasion pour remercier sincèrement M. Lyon pour la volonté d’arriver à un compromis démontrée dans ce document. Nous avons réussi à atteindre un bon compromis qui peut être appuyé par de nombreux groupes et j’espère que ce compromis sera appuyé par une large majorité lors du vote qui aura lieu aujourd’hui à midi.

La politique agricole commune en Europe était et est l’un des piliers les plus importants du processus d’unification européenne. Dans ce rapport, nous décrivons les effets de la politique agricole commune de l’après-2013. Le secteur agricole européen produit des denrées alimentaires de haute qualité, protège les zones rurales vitales et beaucoup d’emplois, maintient et promeut notre paysage culturel et la biodiversité et il peut contribuer à la préservation des combustibles fossiles par l’intermédiaire de la production de matières premières et d’énergies renouvelables. Afin de garantir que l’agriculture européenne puisse continuer à assurer ces fonctions à l’avenir, nous devons trouver un concept pour la période de l’après-2013 qui lui permettra de remplir ces nombreuses tâches.

Je salue le fait que le commissaire Cioloş a clairement indiqué qu’il souhaite voir une continuité d’un système à deux piliers. Mon groupe soutiendra cela. Le premier pilier agit comme un contrepoids aux contraintes dans lesquelles l’agriculture européenne opère par rapport aux autres régions agricoles dans le monde, tandis que le deuxième pilier implique la création d’un catalogue de mesures pour permettre aux 27 États membres d’assurer que l’agriculture reçoit une aide supplémentaire lui permettant de remplir ses fonctions. La grande majorité du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens) votera en faveur.

 
  
MPphoto
 

  Luis Manuel Capoulas Santos (S&D). – (PT) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues, les Socialistes et Démocrates sont particulièrement heureux de voir leurs principales propositions reprises dans le rapport Lyon: 80 à 90 % de nos amendements ont été pris en considération, et nous avons réussi à approuver 49 des 50 amendements sur lesquels a voté la commission de l’agriculture.

Nous saluons particulièrement le fait que le rapport Lyon comprend clairement une volonté de maintenir le caractère réellement communautaire de la PAC et un désir que celle-ci continue à être dotée d’un budget approprié. Il intègre la condamnation des critères historiques pour l’allocation des aides aux agriculteurs et leur remplacement par de nouveaux critères, basés principalement sur l’environnement, l’intention de progresser vers une répartition plus juste de l’aide entre les agriculteurs et les États membres, comme cela a été répété par plusieurs de mes collègues, et reconnaît que la régulation du marché et la gestion des risques et des crises doivent avoir des instruments politiques appropriés. Il comprend également un nouveau système de soutien basé sur une compensation pour la fourniture de services et de biens publics dont bénéficie l’ensemble de la société, mais qui ne reçoivent aucune rémunération du marché.

La Commission dispose donc beaucoup de sources d’inspiration pour sa communication à présenter en novembre, et je salue le fait que le commissaire a déjà montré sa bonne volonté à accepter nos recommandations.

J’espère que dans six mois je pourrai féliciter le commissaire Cioloş, avec la même satisfaction que j’ai à féliciter mon collègue, M. Lyon, pour son excellent travail qui anoblit et renforce le rôle du Parlement au moment même où, avec le traité de Lisbonne, nous assumons les pouvoirs de codécision.

 
  
MPphoto
 

  Britta Reimers (ALDE).(DE) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues, je voudrais remercier notre rapporteur pour sa coopération constructive et pour les aspects importants mis en lumière par son rapport sur l’avenir de la PAC de l’après-2013. Ce rapport préconise le développement de la politique agricole commune existante plutôt que le développement d’une nouvelle politique. Voilà une bonne chose.

La fonction première de l’agriculture est et reste la production de denrées alimentaires pour nos concitoyens. La nécessité sans cesse croissante de biens publics, la croissance des chiffres de la population et la pénurie simultanée des ressources naturelles compliquent davantage cette mission. Il est demandé aux agriculteurs de produire de plus en plus avec de moins en moins. Cela est impossible sans augmenter l’efficacité. Le Parlement européen, la Commission et le Conseil sont tenus d’assurer les conditions-cadres nécessaires à cette fin. Si en Europe, nous souhaitons maintenir un secteur agricole sain et varié à l’avenir, nous devrons également prendre en considération les besoins des agriculteurs, notamment en imposant une bureaucratie réduite au strict nécessaire et en permettant autant de liberté d’entreprendre que possible pour qu’ils soient en mesure de gagner un revenu raisonnable.

 
  
MPphoto
 

  Alyn Smith (Verts/ALE). - (EN) Monsieur le Président, je ne ferai pas exception en félicitant mon collègue écossais George Lyon pour un rapport très solide. Il y a beaucoup de choses satisfaisantes dans ce rapport et je reprends les commentaires d’un certain nombre de mes collègues ce matin. J’apprécie particulièrement la mention très claire dans le rapport qui place la production alimentaire comme le but premier de la politique agricole commune. Le reste est très utile, très souhaitable, mais secondaire.

Nous devons avoir clairement à l’esprit que la sécurité alimentaire fait partie intégrante de notre sécurité nationale européenne et est le principal bienfait public de la PAC qu’il vaut la peine de payer à part entière. Je reviens plus particulièrement sur les commentaires de M. La Via par rapport au budget, qui ont été repris par un nombre remarquablement peu élevé de mes collègues ce matin. Peut-être est-ce un peu typiquement écossais de se concentrer autant sur le budget, mais à moins de disposer de ressources monétaires suffisantes allouées à cette politique, tout est inutile. Je serais reconnaissant à notre commissaire de dire quelques mots sur la manière dont il propose de défendre la poursuite de ce budget, notamment parce qu’un certain nombre d’États membres, dont la Grande-Bretagne, souhaitent mettre un terme aux paiements directs aux agriculteurs.

Vous pouvez, cependant, être assuré du soutien de ce Parlement au maintien d’une PAC praticable et d’un budget réaliste, et cela forme une bonne base pour la discussion en cours.

 
  
MPphoto
 

  Janusz Wojciechowski (ECR).(PL) Monsieur le Président, moi aussi je tiens à exprimer ma considération à M. Lyon, qui a rédigé un rapport contenant une vision des défis les plus importants auxquels l’agriculture européenne est confrontée.

Chers collègues, nous avons un problème concernant l’élimination des disparités au niveau des subventions versées dans les différents États membres, et il s’agit d’un problème très sérieux. Si nous regardons les subventions actuelles - et si nous devions maintenir ce système - nous constatons d’énormes différences. Il y a des pays où les subventions s’élèveront à plus de 500 euros par hectare après 2013, et il y a des pays - essentiellement les nouveaux États membres - où elles sont inférieures à 100 euros. Nous devons affronter ce problème et le résoudre. Nous ne pouvons pas continuer avec de si grandes différences à long terme. Résoudre le problème va être difficile.

Je voudrais remercier M. Smith, qui a remarqué le problème avec le budget. Nous ne résoudrons pas ce problème sans disposer d’un budget plus important, car il est difficile de prendre à ceux qui ont plus; nous devrions, plutôt, donner à ceux qui ont moins. Pour citer la devise de la Révolution française: «Liberté, égalité, fraternité» - nous n’avons pas de problème avec la liberté, mais avec l’égalité et la fraternité, le besoin est plus grand, et je demande à mes collègues des anciens États membres de contribuer à résoudre ce problème dans un esprit d’égalité et de fraternité.

 
  
MPphoto
 

  Bairbre de Brún (GUE/NGL).(GA) Monsieur le Président, je salue également ce rapport important, bien que je sois un peu déçu du fait qu’il n’élabore pas de vision pour la politique agricole commune (PAC) qui arrêtera le dépeuplement des campagnes et garantira que les agriculteurs actifs puissent fournir les biens et services demandés par la société.

Nous avons besoin d’une PAC qui assurera des denrées alimentaires de haute qualité produites selon des normes élevées; le soin et le maintien des terres, la préservation de l’eau, du sol et de la biodiversité; une politique commune pour assurer les emplois dans les zones rurales et une économie rurale renforcée, et qui augmentera la lutte contre le changement climatique.

Il est nécessaire de modifier la PAC pour aider ceux qui en ont besoin d’urgence. Actuellement, la plus grande proportion va aux grands propriétaires et aux producteurs. Un budget propre pour la PAC est également important et j’adresse mes remerciements à M. Lyon.

 
  
MPphoto
 

  Giancarlo Scottà (EFD).(IT) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, Monsieur Lyon, chers collègues, dans un contexte tel que celui-ci, les exploitations agricoles ont besoin d’une aide forte en vue d’innover et de progresser.

Le rôle des agriculteurs doit subir un changement radical: en systématisant la production agricole, les agriculteurs deviennent des entrepreneurs agricoles, et favorisent ainsi le développement économique. Je pense qu’il est d’une importance fondamentale de récupérer les innombrables terres abandonnées et de les utiliser dans la création de filières agricoles courtes et fermées - autrement dit, des systèmes qui relient directement la culture agricole à la vente. Ces systèmes peuvent fonctionner et se généraliser dans toute l’Union européenne.

Je crois que, dans le cadre de la nouvelle politique agricole commune (PAC), la Commission devrait soutenir la création de coopératives agricoles de façon à réduire les coûts de production et à rendre les agriculteurs plus compétitifs. La Commission doit s’engager à déterminer un budget suffisant pour atteindre ces objectifs. Le financement de cette nouvelle PAC doit être lié aux résultats, de manière à prévenir le gaspillage et divers types de spéculation.

Qui plus est, en ce temps de crise, beaucoup de jeunes souhaitent retourner à l’agriculture. Cependant, ils doivent faire face à divers obstacles: la terre est trop chère, et les politiques de développement rural sont difficiles à gérer; le fait qu’il y a de longs délais d’attente pour la terre et qu’elle est octroyée sur la base des revenus plutôt que sur la base des idées exprimées par les jeunes entrepreneurs empêche ce groupe de réaliser son potentiel. Je crois que la Commission doit adopter une approche de soutien flexible pour aider les jeunes agriculteurs. Une politique d’information doit également être lancée, en commençant dans les écoles et les universités, en vue de promouvoir un...

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Rareş-Lucian Niculescu (PPE).(RO) Je partage les sentiments de mes collègues qui ont souligné la qualité de ce rapport et le large consensus qu’il a reçu au sein de la commission de l’agriculture et du développement rural.

D’une part, il s’agit d’un rapport ambitieux, car il s’efforce de trouver des solutions aux problèmes majeurs actuels; d’autre part, il s’agit d’un rapport équilibré qui s’efforce de répondre aux préoccupations légitimes des nouveaux États membres quant au fait de bénéficier équitablement de la politique agricole commune.

Je souhaite mettre l’accent en particulier sur les articles faisant référence à l’architecture de la politique agricole commune. La PAC doit continuer à reposer sur ses deux piliers. La suppression de ces piliers finirait par détruire la PAC ou par la transformer en une politique dénuée de toute possibilité d’aider à moderniser l’agriculture et à stimuler sa compétitivité. L’abolition du pilier du développement rural serait une erreur et ralentirait la modernisation de l’agriculture dans toute l’Europe, mais surtout dans les nouveaux États membres.

Le maintien du budget de la PAC à tout le moins à son niveau actuel est un autre point clé. Les agriculteurs européens sont obligés de respecter les normes de qualité les plus élevées, ce qui se reflète dans la qualité des aliments que consomment les Européens et dans notre compétitivité mondiale. Cependant, les agriculteurs ont besoin d’aide pour pouvoir respecter ces normes. Une politique agricole commune bien structurée et convenablement financée signifie des denrées alimentaires sûres et de bonne qualité pour les Européens.

Je crois que le vote sur ce rapport permettra au Parlement de donner au Conseil et à la Commission un signal clair et sans équivoque concernant notre position en tant que représentants des citoyens européens.

 
  
MPphoto
 

  Paolo De Castro (S&D).(IT) Monsieur le Président, chers collègues, dans les quelques prochaines années, les défis accompagnant le développement du système agricole européen seront énormes: la demande alimentaire croissante devra être satisfaite par l’utilisation durable des ressources naturelles, avec une augmentation parallèle du niveau de la performance environnementale.

Cette perspective, qui renforce la relation entre le secteur agricole et la production de biens publics, confère à l’agriculture une nouvelle importance stratégique: la création d’une politique agricole commune (PAC) future représente aujourd’hui la solution à ces défis majeurs qui se posent à notre société, et la politique jouera un rôle crucial dans la réponse à ce qui constitue déjà une crise alimentaire. C’est pourquoi il s’agit de produire plus tout en polluant moins: tel est l’objectif difficile que l’agriculture européenne devra atteindre dans les prochaines années.

Sur la base de ces suppositions, la commission de l’agriculture et du développement rural, que j’ai l’honneur de présider, a produit un travail sérieux et concis - que M. Lyon, avec la participation de tous les groupes, a supervisé avec brio - sous la forme d’un rapport présenté au Parlement aujourd’hui. Il s’agit d’un rapport qui, nous en sommes convaincus, contribuera à jeter les bases de la future PAC et fournira à la Commission européenne quelques indications claires de sorte qu’elle puisse préparer la communication de fin d’année sur l’avenir de la PAC de l’après-2013.

 
  
MPphoto
 

  Liam Aylward (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, je souhaite moi aussi remercier mon collègue George Lyon pour son excellent travail sur ce rapport. La PAC a de nombreux défis devant elle et dans une Europe élargie, il est essentiel que l’UE maintienne une politique agricole forte dotée de ressources suffisantes qui profitera aux agriculteurs, aux communautés rurales et à la société et qui assurera la sécurité alimentaire. Il est important qu’il n’y ait pas de renationalisation de la PAC par le cofinancement. La politique agricole commune doit rester une politique européenne commune.

Au cours de ces 50 dernières années, la PAC a accru la productivité, a assuré un niveau de vie équitable à la population agricole, a garanti la sécurité des approvisionnements et elle a apporté aux consommateurs des denrées alimentaires de qualité à des prix raisonnables. Les citoyens européens profitent considérablement de l’agriculture sous la forme de la sécurité alimentaire, de la protection de l’environnement, de la lutte contre le changement climatique, du soutien des communautés rurales et de l’aide aux familles agricoles.

Pour que la PAC continue à profiter aux citoyens européens et réponde à leurs demandes, elle doit faire l’objet d’un soutien fort, et cela signifie bien sûr un budget solide. Deuxièmement, la transparence et la proportionnalité devraient être au centre de la future PAC. La politique agricole européenne devrait aider les agriculteurs dans le but principal de produire des aliments de qualité supérieure et ne devrait pas les gêner ou leur imposer des exigences administratives et de paperasseries excessives.

Enfin, les agriculteurs européens produisent des aliments de haute qualité selon les normes les plus élevées. Il faut garantir que toutes les importations en UE ont été produites selon la même qualité et les mêmes normes que les produits de l’UE. Nous devons également assurer une situation équitable pour tout le monde, une concurrence loyale et la viabilité future de l’agriculture européenne.

 
  
MPphoto
 

  Hynek Fajmon (ECR). – (CS) La plus grande injustice de la politique agricole commune actuelle réside dans le fait que les subventions sont réparties de manière inégale et inéquitable entre les anciens et les nouveaux États membres. Cette année, les agriculteurs des nouveaux États membres, qui ont rejoint l’UE en 2004, ne recevront que 70 % de ce que les agriculteurs reçoivent dans l’ancienne Union européenne de ce qu’on appelle les 15. Les Bulgares et les Roumains recevront à peine 40 %. Parallèlement, ils travaillent tous dans le marché commun de l’Union européenne. Je suis intimement convaincu que cette injustice doit être corrigée au plus vite. Tous les agriculteurs de l’Union doivent jouir d’une situation égale et des mêmes conditions pour les subventions. Je soutiens dès lors l’amendement 6, qui demande que cet objectif soit atteint au plus tôt, et j’espère que mes collègues le soutiendront.

 
  
MPphoto
 

  Kyriacos Triantaphyllides (GUE/NGL).(EL) Monsieur le Président, la politique agricole commune a été conçue pour préserver l’indépendance de l’Europe en matière de production alimentaire. Dans les années 70, près de 70 % du budget de l’UE étaient consacrés à l’agriculture. Cependant, à la suite d’une série de réformes en matière de compétitivité, les dépenses agricoles dans le budget ont reculé jusqu’à 35 % pour la période financière 2007-2013.

Aujourd’hui, la refonte de la PAC est malheureusement conçue dans les mêmes conditions de compétitivité que celles de la politique précédente. Se servir de la crise économique comme d’un prétexte pour réduire les allocations aux agriculteurs est un affront. En outre, ce sont ces derniers qu’il faut tenir pour responsables des conditions de la crise actuelle.

L’objectif fondamental de la nouvelle PAC devrait être de promouvoir un modèle mondial compatible avec une alimentation saine, la protection de l’environnement et la lutte contre les émissions de dioxyde de carbone. Nous ne devons pas oublier que le modèle agrochimique de l’agriculture conventionnelle assume une sérieuse responsabilité de l’effet de serre et du changement climatique et il doit changer, précisément parce qu’il agit contre les agriculteurs, la population et la biodiversité de la planète.

 
  
MPphoto
 

  John Stuart Agnew (EFD). - (EN) Monsieur le Président, je manifeste de l’intérêt en tant qu’agriculteur actif. Les projets pour l’avenir de la PAC doivent fonctionner au niveau pratique et cela doit être abordable. «Pas de noms, pas de corvées», disent les militaires; cependant un membre du groupe PPE a voté contre ce rapport en commission. Cela peut être dû au fait que dans le climat financier d’aujourd’hui, le coût est une préoccupation et l’enthousiasme du rapport pour les objectifs non agricoles dans le cadre de deux piliers éloigne les fonds des agriculteurs.

L’obsession du rapport pour le changement climatique pourrait conduire à accepter l’avis obligeant les cultivateurs à pomper les gaz d’échappement des tracteurs sous le sol, avec pour conséquence la hausse de la consommation de carburant et la dégradation des fonds marins. Ayant vu personnellement des entrepreneurs tenter d’injecter des eaux sales sous le sol pour satisfaire aux règles de l’UE, je sais où les problèmes se situent. Il pourrait être demandé aux éleveurs de ruminants de réduire les émissions de méthane en remplaçant le foin et le fourrage par des rations plus chères à base de céréales. S’il doit y avoir une PAC, qu’elle aide les agriculteurs et qu’elle ne les gêne pas.

 
  
MPphoto
 

  Esther Herranz García (PPE). - (ES) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues, dans les prochains mois, nous entamerons un débat complet sur la nouvelle politique agricole commune (PAC). Il est important d’atteindre un accord satisfaisant, et j’espère ainsi que la Présidence belge parviendra à ce que la Présidence espagnole n’a pas réussi à atteindre. J’espère que la Présidence belge pourra orienter les discussions de telle manière que les États membres s’engagent à maintenir une PAC réellement forte à l’avenir, dotée d’un budget suffisant pour répondre aux besoins des 27 États membres, les nouveaux comme les anciens; et j’espère aussi que ce ne sera pas comme en 2005, quand il y avait un manque d’argent et qu’une modulation a dû être improvisée.

Dans la prochaine réforme de la PAC, nous mettons en jeu la viabilité d’un secteur qui non seulement fournit des biens et services intangibles, comme la protection de l’environnement, mais qui doit également assurer l’approvisionnement alimentaire des citoyens européens. Nous avons été témoins de douloureuses situations de pénurie dans le passé, c’est pourquoi le Parlement européen devrait faire de la sécurité de l’approvisionnement basée sur la production de l’UE le principal objectif de la prochaine réforme, sans laisser de côté d’autres contributions, comme la lutte contre le changement climatique.

 
  
MPphoto
 

  Stéphane Le Foll (S&D). - Monsieur le Président, j’ai cru comprendre que vous avez eu une nuit courte et heureuse. Je salue le commissaire pour l’écoute qui est la sienne dans tout ce débat, et je voudrais féliciter George Lyon pour le travail qu’il a effectué dans le cadre du rapport qu’il présente ce matin.

Quel est l’enjeu? Faire prendre en compte l’idée que l’agriculture, l’alimentation, l’environnement sont, dans le monde d’aujourd’hui, des défis pour l’Europe tout entière. C’est cela l’enjeu. Qu’est-ce qu’on veut dire par là? Refuser une renationalisation de la PAC et accroître le cofinancement, c’est le premier point. Maintenir un budget agricole qui soit à la hauteur de ces enjeux et de cette question majeure qui est celle de l’agriculture de l’alimentation, c’est le deuxième point. Faire en sorte que l’agriculture puisse répondre aux biens publics demandés par la société, c’est le troisième élément. Et, quatrième élément, réguler et éviter la volatilité des marchés, je crois que c’est essentiel. Nous devons revenir sur ce sujet, nous avons besoin d’aller encore un peu plus loin.

Dernier point, concernant le premier et le deuxième pilier. Je mets en garde tous ceux qui défendent cette structure – et ils ont peut-être raison – contre le fait qu’au bout du compte, dans le cadre de la discussion budgétaire, le premier pilier risque de beaucoup baisser et que tout soit reporté sur un deuxième pilier, pour le coup, lui, cofinancé, ce qui serait contradictoire avec l’objectif que l’on s’est fixé d’éviter une renationalisation de la politique agricole commune. Je le dis ce matin puisque c’est le débat.

Je termine sur une idée, simple, Monsieur le Commissaire. La PAC a été créée au moment de la CEE, de la Communauté économique européenne. Nous sommes dans l’Union européenne. Moi, je plaide vraiment pour une grande politique...

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Richard Ashworth (ECR). - (EN) Monsieur le Président, dans ce monde en évolution, il est d’une importance vitale que la politique agricole commune évolue de sorte qu’elle soit adaptée aux défis du futur et qu’elle ne vive pas dans le passé.

La refonte de la politique agricole commune va avoir un rôle majeur dans la confrontation de questions telles que la sécurité alimentaire, la volatilité des marchés et le changement climatique, mais je souhaite mentionner trois autres principes qui, selon moi, ne sont pas moins importants.

Tout d’abord, nous devons reconnaître que la meilleure manière d’atteindre les objectifs de la politique agricole commune consiste à créer un secteur agricole viable et dynamique et je ne pense pas que nous devrions perdre de vue cet objectif.

Ensuite, pour atteindre cet objectif, la politique agricole commune doit être plus simple, plus juste et plus transparente au point de livraison.

Enfin, elle doit présenter un bon rapport qualité-prix. Toutes les nations et tous les secteurs vivent actuellement des temps économiques difficiles et je demande à cette commission d’être extrêmement réaliste à propos de ses attentes du budget européen. Selon moi, cela signifie que nous devons assurer que les fonds sont utilisés efficacement. Le rapporteur a produit un excellent rapport. Je le félicite pour son travail et je suis content de lui apporter mon soutien.

 
  
MPphoto
 

  John Bufton (EFD). - (EN) Monsieur le Président, l’avenir de la politique agricole commune connaîtra un renforcement de la relation entre celle-ci et la politique en matière de changement climatique. Dans ma circonscription du pays de Galles, les projets existants et le deuxième pilier seront remplacés par le projet Glastir qui est axé sur les objectifs dans le domaine du changement climatique et sur la séquestration du carbone. Les agriculteurs seront rémunérés à l’hectare pour la préservation de l’eau, la reforestation et ainsi de suite. En réformant la PAC de l’après-2013, il est important de ne pas sacrifier le premier pilier pour promouvoir les nouveaux objectifs du deuxième pilier.

Le régime de paiement unique par exploitation est vital pour de nombreux agriculteurs qui dépendent de subventions pouvant être supprimées pour un oui ou pour un non. Si les agriculteurs gallois sont mécontents des accords Glastir, leur proposera-t-on des solutions raisonnables, ou seront-ils de toute manière sanctionner pour n’avoir pas adopté le plan? Un choix sans alternative n’est pas un choix.

Le pays de Galles possède une longue histoire agricole et beaucoup de communautés dépendent fortement de l’agriculture. Les réformes actuelles de la politique agricole basées uniquement sur l’idéologie du changement climatique pourraient compromettre la tradition agricole galloise et l’avenir économique du pays de Galles.

 
  
MPphoto
 

  Iratxe García Pérez (S&D). - (ES) Monsieur le Président, la politique agricole commune (PAC) réalise des efforts d’adaptation depuis un certain nombre d’années, et nous entrons maintenant dans une nouvelle phase de ce processus de réforme continue.

Monsieur le Commissaire, le rapport Lyon reconnaît le rôle que l’agriculture, en tant que secteur stratégique, peut jouer en contribuant aux priorités de la nouvelle stratégie Europe 2020. Nous voulons une PAC de l’après-2013 forte qui garde son caractère commun, sans porter préjudice à la nature spécifique de certains secteurs ou de certaines régions. Son orientation vers le marché continuera comme aujourd’hui. Cependant, il se peut que la volatilité croissante des marchés, combinée aux exigences des engagements internationaux de l’Union, ait un effet négatif sur les revenus des agriculteurs.

Nous avons besoin d’un filet de sécurité approprié. L’aide directe doit être financée totalement par le budget de l’Union, et la PAC doit recevoir une allocation budgétaire adéquate pour faire face aux nouveaux défis et objectifs qui l’attendent, à un niveau au moins égal à celui de 2013, car d’autres réductions pourraient compromettre son efficacité.

Monsieur le Commissaire, nos agriculteurs devront une fois encore faire des efforts pour s’adapter. Les changements qui se produisent doivent être accompagnés de périodes transitoires réalistes.

Je voudrais remercier M. Lyon et tous les rapporteurs fictifs pour leur travail. Ils ont produit un rapport que nous, au Parlement, pouvons soutenir, et qui sera un signal positif pour mettre fin à l’incertitude des agriculteurs européens.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. - Maintenant nous avons un problème: 23 députés ont demandé d’intervenir pendant la session «mains levées». Comme vous le savez, le règlement prévoit l’intervention de cinq personnes seulement. En outre, 57 minutes ont été prévues pour tout ce débat et nous en sommes déjà à la 59e, et ni le Commissaire ni le rapporteur ne sont encore intervenus pour clore le débat.

Comme il me semble que la question est très importante - la preuve étant le nombre exceptionnel de personnes qui ont demandé d’intervenir - nous allons donner la parole à 10 personnes, soit le double de ce qui est prévu.

 
  
MPphoto
 

  Jarosław Kalinowski (PPE).(PL) Monsieur le Président, Monsieur Cioloş, s’écarter de la méthode historique d’établissement des niveaux de l’aide et introduire une nouvelle répartition équitable des ressources de la politique agricole commune entre les agriculteurs de toute l’Union européenne, sans faire de distinction entre les «anciens» et les «nouveaux» États membres, feront partie des plus importantes difficultés de la politique agricole commune de l’après-2013.

Je soutiens le modèle d’aide à deux piliers, dans lequel les paiements sont versés aux agriculteurs et sont conçus pour le développement et la modernisation des exploitations agricoles, et non pas aux propriétaires, qui empochent l’argent, mais qui ne l’investissent pas dans l’agriculture, empêchant un changement essentiel. En acceptant de nouveaux défis, la politique agricole commune doit continuer à se soucier des valeurs environnementales et de la sécurité alimentaire. De plus, je propose de ne pas toucher aux instruments éprouvés pour la régulation du marché. Les quotas laitiers sont un exemple. Si l’on y met un terme, qu’est-ce qui les remplacera? Bien sûr, il y a certaines idées, mais nous n’avons pas la moindre certitude...

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Vasilica Viorica Dăncilă (S&D).(RO) Je souhaite féliciter le rapporteur, les rapporteurs fictifs et tous ceux qui ont participé à ce projet qui est particulièrement important pour l’avenir de la PAC.

Dans un monde mondialisé, l’Union européenne, avec son marché communautaire, doit agir de façon homogène en vue de garantir la sécurité de l’approvisionnement alimentaire et d’encourager les ressources renouvelables. Elle doit également lutter contre le changement climatique et accélérer ses efforts de rechercher afin d’exploiter au mieux les possibilités que la recherche peut offrir.

La PAC doit offrir des perspectives et un cadre sable, qui encourageront le développement de la production agricole par l’augmentation de la productivité et de la compétitivité. Elle doit assurer que le marché fonctionne correctement en garantissant l’indépendance des approvisionnements stratégiques dans tous les secteurs de production clés.

Je pense qu’il est crucial pour nous de conserver les deux piliers de la politique agricole commune, en faisant une distinction claire où nous avons le 1er pilier qui est assez solide pour assurer un niveau de vie équitable aux agriculteurs de tous les États membres...

(Le Président retire la parole à l’oratrice)

 
  
MPphoto
 

  José Bové (Verts/ALE). - Monsieur le Président, je voudrais tout d’abord évidemment remercier notre rapporteur Lyon, avec lequel nous avons tous vraiment travaillé, je crois, d’un commun accord pour essayer d’avancer, et je voudrais dire rapidement, en quelques mots, que nous sommes face à un constat.

Le constat, c’est qu’aujourd’hui, l’Europe est un importateur net de matières premières agricoles. Il faut qu’on ait une politique agricole et alimentaire ambitieuse pour être capable d’assurer l’alimentation de nos citoyens.

Par ailleurs, nous avons aujourd’hui une PAC qu’il faut réformer pour trois raisons. C’est une PAC qui est injuste, économiquement, socialement et écologiquement. Économiquement: les producteurs sont payés en-dessous de leurs coûts de production, et la PAC doit permettre de régler ce problème. Socialement: les aides sont réparties injustement entre pays, entre régions et entre paysans. 80 % des aides sont alloués à 20 % des agriculteurs. Écologiquement: il faut une PAC qui respecte les sols, qui respecte...

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Peter van Dalen (ECR). - (NL) Monsieur le Président, pour résumer, ce qui suit s’applique à la politique agricole commune: nous avons plus de pays, plus de priorités et moins d’argent. Cela signifie donc que la PAC nécessite une réforme en profondeur et cette réforme nécessite de partir de zéro. La nourriture étant le bien collectif le plus important du secteur agricole, la production alimentaire doit être garantie, en particulier en vue de la sécurité alimentaire dans les décennies à venir.

En outre, nous voulons une alimentation de qualité en Europe et nous attachons beaucoup d’importance au bien-être animal et à l’environnement. Cependant, nos agriculteurs ne sont pas toujours récompensés par le marché pour ces contributions à l’intérêt public. Leurs concurrents mondiaux ne sont pas confrontés à ces exigences ou, s’ils le sont, les exigences auxquelles ils doivent satisfaire sont beaucoup moins strictes. Nous avons dès lors besoin de soutien là où le marché reste en défaut. Le fait que le rapport appelle à une aide à l’hectare est une chose positive. Cela contrebalancera l’intensification future de l’agriculture et fera de l’atteinte des objectifs environnementaux une perspective plus réaliste. Telle est la manière dont nous pouvons récompenser nos agriculteurs.

 
  
MPphoto
 

  Jaroslav Paška (EFD). (SK) Nous savons tous que la politique agricole commune de l’Union européenne est une matière très complexe et délicate. L’application continue de ce que l’on appelle le principe historique concernant l’aide pour l’agriculture - même après l’élargissement de l’UE - a entraîné une disproportion considérable dans la politique économique européenne.

C’est pourquoi il est nécessaire d’introduire des critères objectivement équitables dans le système de répartition de l’aide financière pour les agriculteurs dès que possible, car cela créera les bonnes conditions favorisant une concurrence économique appropriée entre agriculteurs sur le marché commun européen.

Le financement doit être réparti correctement et de manière équilibrée, de sorte que les agriculteurs de tous les pays de l’UE aient droit à des niveaux égaux d’aide et puissent se livrer une concurrence loyale.

Selon moi, nous devrions ainsi soutenir l’amendement 6 du rapport soumis, qui contribuera à rendre plus juste le mécanisme de soutien pour la production agricole européenne.

 
  
MPphoto
 

  Angelika Werthmann (NI).(DE) Monsieur le Président, chers collègues, la politique agricole a besoin d’un cadre cohérent. Elle doit renforcer l’UE dans son ensemble, tout en prenant en considération les différences régionales. Le deuxième facteur est particulièrement important pour mon pays, l’Autriche, où l’on envisage des programmes environnementaux et d’investissement spécifiques.

D’énormes défis se posent à la politique agricole. Selon les estimations, la population mondiale passera à 9 milliards de personnes, tandis qu’en même temps nous nous retrouvons confrontés aux effets du changement climatique, tels que les pénuries d’eau et la sécheresse. En vue de résoudre ces problèmes, il est essentiel non seulement que l’UE coopère plus efficacement en son sein, mais aussi qu’elle fonctionne de manière cohérente à travers le monde entier.

 
  
MPphoto
 

  Seán Kelly (PPE). - (EN) Monsieur le Président, d’un point de vue agricole, la discussion d’aujourd’hui a été très encourageante de toutes parts du Parlement. Je salue particulièrement l’accent mis sur l’encouragement des jeunes dans l’agriculture, ce qui est absolument vital; le fait qu’il ne doit pas y avoir de renationalisation de la PAC; le fait que le commissaire a dit que les deux piliers devraient être maintenus. En effet, sans le premier pilier, le deuxième pilier ne serait pas utile, car cela ne serait pas rentable pour les exploitations agricoles et les biens publics ne seraient dès lors pas garantis; et comme l’a dit Mme Dodd, nous devons examiner ce que nous entendons par «équitable», en particulier compte tenu des coûts et du pouvoir d’achat différents dans l’Union.

De même, seul M. Lyon a fait référence à la base historique. Je pense qu’il est important en ce moment pour les agriculteurs qu’un signal clair leur soit envoyé sur ce qui est susceptible d’arriver, de manière à ne pas les laisser à des spéculations sauvages, ne sachant pas s’il faut acheter ou vendre le stock basé sur le modèle historique. Je serais dès lors favorable à un signal clair à ce sujet de la part du commissaire le plus vite possible.

 
  
MPphoto
 

  Marc Tarabella (S&D). - Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, je tiens aussi à remercier et à féliciter notre collègue, George Lyon, pour son excellent rapport, qui constitue un premier pas positif vers une refonte de la PAC.

L’ambition conférée à la nouvelle PAC est celle d’une grande politique européenne agricole, alimentaire, sociale et environnementale, et non d’une Europe du tout au marché. Nous la voulons plus légitime dans les ressources publiques engagées et acceptées par le contribuable, plus équitable dans la répartition des fonds européens entre les vingt-sept États membres et entre les agriculteurs, et plus efficace dans le bon usage des fonds publics.

De nouveaux mécanismes publics de régulation de la production agricole devront être mis en place pour assurer la sécurité alimentaire des consommateurs. Nous défendons une PAC forte disposant du budget nécessaire à la réalisation de ses objectifs. Aussi, le rapport de M. Lyon souligne-t-il très justement l’émergence de nouveaux défis auxquels la PAC sera confrontée: changements climatiques, gestion de l’eau, énergies renouvelables, biodiversité, érosion des sols, notamment.

Ce rapport se définit par une PAC plus responsable, plus simple, répondant plus efficacement aux besoins des agriculteurs européens, dans un souci de cohérence et de maintien...

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Sergio Paolo Francesco Silvestris (PPE).(IT) Monsieur le Président, chers collègues, la politique agricole commune (PAC) est essentielle et continuera à l’être pendant longtemps encore, notamment là où l’emploi est concerné. En Europe, l’emploi agricole a reculé de 25 % en moins de 10 ans, avec la perte de près de 4 millions de postes. Si nous voulons régler la question urgente du chômage, nous ne pouvons pas permettre que la PAC aille à la dérive et nous devons y investir en garantissant des ressources adéquates qui permettent une croissance durable. C’est pourquoi la nouvelle PAC devra garantir au moins le même niveau de financement que dans le passé.

Cependant, Monsieur le Commissaire, la demande que le Parlement vous adresse aujourd’hui n’est pas de garantir le même niveau de financement, mais de l’augmenter. L’exigence première non négociable est que le financement qui existe aujourd’hui soit égalé, mais la demande est d’augmenter - d’augmenter substantiellement - le financement pour l’agriculture. Le rapport Lyon contient des éléments extrêmement positifs, des mesures pour réduire la volatilité des prix, pour soutenir le secteur, pour garantir aux agriculteurs un revenu équitable et pour garantir l’actuel...

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Luís Paulo Alves (S&D). – (PT) Monsieur le Président, nous plaidons également en faveur d’une politique agricole commune forte, destinée non seulement aux agriculteurs, mais également aux plus de 500 millions de citoyens d’Europe, qui soit dotée d’un budget ambitieux, capable de relever les défis croissants auxquels nous sommes confrontés, et surtout, qui fonctionne dans toutes les régions européennes. Garantir que cela arrive est crucial dans les Açores, où l’agriculture est un pilier irremplaçable du modèle de développement durable.

Cette nouvelle PAC devrait abandonner les critères historiques pour l’allocation des fonds, car cela a porté fortement préjudice au Portugal et aux agriculteurs portugais. La nouvelle PAC devrait prendre en considération le caractère spécifique de l’agriculture, en fournissant un ensemble d’instruments pour la régulation du marché et la gestion des risques, capables d’assurer le bon fonctionnement du marché et la stabilité de la production agricole.

La PAC de l’après-2013 devrait améliorer la compétitivité du modèle agricole européen, garantissant la distribution correcte de la valeur sur le marché intérieur, générée par les relations établies le long de la chaîne alimentaire, et ouvrant les marchés extérieurs...

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Le Président. - J’ai deux demandes d’intervention concernant le respect du règlement. Mme McGuinness sera la première à prendre la parole.

 
  
MPphoto
 

  Mairead McGuinness (PPE). - (EN) Monsieur le Président, juste un point de procédure; je sais que d’autres collègues partageront ma préoccupation concernant la procédure «mains levées» et que vous êtes tout-puissant à cet égard, mais des députés qui siègent à la commission agricole, qui ont en fait travaillé sur ce dossier pendant longtemps et qui ont assisté à ce débat dès le tout début, méritent, selon moi, que l’on écoute leurs avis réfléchis. Je n’ai pas pu accrocher votre regard parce que vous ne me regardiez pas, bien que j’aie accroché le regard de six autres personnes autour de vous, Monsieur le Président. Pourrais-je, tant que j’ai la parole, demander à la Commission de commenter la possibilité de faire glisser les zones moins avantagées vers le premier pilier? Je présenterai une déclaration écrite à ce sujet. J’espère que vous soutenez mon point de vue, chers collègues.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. - Madame McGuinness, je vous assure que je vous ai regardée presque tout le temps, et j’ai vu que vous demandiez la parole.

Cependant, le problème est que ce point n’est pas structuré comme cela: autrement dit, il n’est pas structuré de manière à donner priorité aux députés de la commission correspondante, mais bien de manière à laisser la priorité aux députés qui «accrochent le regard» du Président avant toute autre personne. Tel est le règlement. En outre, il dispose que seuls cinq députés interviennent, bien que nous ayons donné la parole à 10 députés.

Il s’agit d’un point très important. Le temps pour les groupes a été partagé entre les députés de sorte que chacun a pu disposer d’une minute, mais presque personne n’a parlé moins d’une minute et demie, et il n’est ainsi pas possible de répondre positivement, comme nous l’aurions tous souhaité, à quiconque souhaite contribuer en dehors du temps imparti à leurs groupes correspondants.

Maintenant, M. Obermayr a la parole, également concernant le respect du règlement.

 
  
MPphoto
 

  Franz Obermayr (NI).(DE) Monsieur le Président, je suppose que vous faisiez référence à moi. Je voudrais revenir sur ce qu’a dit la précédente oratrice. Bien sûr, je voudrais vous remercier pour la générosité dont vous avez fait preuve en autorisant dix orateurs à s’exprimer plutôt que cinq. Nous comprenons vos contraintes de temps, naturellement, mais j’espère que vous nous comprendrez également. Il s’agit d’une matière très importante. Il y a des parties d’Europe qui fonctionnent sous une charge considérable et qui sont sous une menace extrême. Bien sûr, cela est également vrai au-delà du travail des commissions.

Deuxièmement, vous avez indiqué que le problème relatif à la procédure «mains levées» n’a pas été réglé. Nous demanderions que ce point soit réglé au plus vite, car je ne sais pas si nous devrions commencer à faire la file la veille, ou soumettre une proposition trois jours à l’avance et ensuite passer la nuit ici de sorte que nous puissions finalement avoir une chance de parler. Il est également important, si seuls 10 orateurs doivent être écoutés, que nous sachions qui sont ces 10 orateurs.

Il serait utile et juste de mettre en place les structures appropriées le plus vite possible. De cette manière, vous subirez moins de stress et serez a fortiori populaire si vous pouvez autoriser plus de personnes à parler. Nous serons également heureux d’avoir une solution qui nous semble équitable. Je vous demande votre indulgence et vous remercie encore pour votre compréhension.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. - Vous avez entièrement raison. Cette idée d’«accrocher le regard» du Président est clairement et totalement subjective, étant donné que le Président a des yeux, mais n’a pas des yeux à facettes permettant un champ de vision étendu comme ceux d’un reptile, ce qui signifie que ceux qui accrochent son regard sont ceux qui accrochent son regard; le personnel du secrétariat peut apporter une aide précieuse à cet égard. Néanmoins, vous avez raison: il s’agit d’un point qui n’a pas été traité de manière raisonnable - je le comprends - par le Bureau parlementaire.

Par exemple, ce que Mme McGuinness dit, que les membres de la commission correspondante devraient avoir la priorité, me semble tout à fait raisonnable, mais aucune disposition n’a été prévue à cet effet. La seule disposition prévue indique que c’est le président qui conduit le débat comme bon lui semble, ce qui met clairement le président dans des positions extrêmement compliquées.

En outre, les députés eux-mêmes ne suivent pas le règlement, vu que la carte bleue ne doit pas être utilisée pour demander à prendre la parole pendant la session «mains levées». La carte bleue doit être utilisée pour interrompre l’orateur qui s’exprime à ce moment, en vue de lui poser une question de 30 secondes. Cependant, il y a des députés ici qui sortent constamment la carte bleue.

Nous devrons donner un petit cours pour apprendre aux députés que la carte bleue a un usage spécifique, et que pour demander la parole pendant la session «mains levées», il faut lever la main, sortir la carte blanche ou utiliser un autre mécanisme que la carte bleue.

Toutefois, je ne souhaite pas prolonger le débat. Nous avons pris assez bien de retard, et il aurait pu y avoir deux ou trois contributions pendant le temps que nous avons consacré à ce point.

 
  
MPphoto
 

  Dacian Cioloş, membre de la Commission. − Monsieur le Président, je ne sais pas si beaucoup de questions ont été posées. J’ai surtout constaté que certains principes ont été affirmés, qui, comme on l’a vu, ont été bien reflétés dans le rapport.

En tout cas, ce que j’ai essentiellement retenu de ce débat, c’est qu’on a besoin d’une politique agricole commune, une politique agricole qui doit être communautaire, et qu’on a aussi besoin d’un budget qui doit être en rapport avec les objectifs qu’on fixe pour cette agriculture. Je considère donc qu’il faut un budget réaliste. Et, pour moi, un budget réaliste, c’est un budget en rapport avec les objectifs fixés pour la politique agricole commune.

Ce que l’on constate, c’est que l’on demande de plus en plus de choses aux agriculteurs. Bien sûr, on demande aussi que les moyens mis à disposition soient mieux utilisés et affichés de manière plus claire. Je vois d’ailleurs que mon collègue Janusz Lewandowski, le commissaire au budget, est ici. Peut-être est-ce justement pour nous confirmer que la PAC aura un budget qui sera en rapport avec les objectifs qu’on lui fixe.

J’ai aussi retenu le fait que, pour que l’agriculture, la politique agricole commune, puisse atteindre les objectifs qu’on lui fixe, il est nécessaire de prendre en compte toutes les différences entre tous les types d’agriculture qui existent dans l’Union européenne. Il faut tenir compte de cette diversité pour que, dans les régions où elle s’exprime, ces différents types d’agriculture puissent contribuer à la réalisation des objectifs concernant, non seulement l’approvisionnement des marchés, la production et la sécurité de l’approvisionnement des marchés, mais aussi une évolution vers une meilleure prise en compte de l’environnement, de la gestion des ressources naturelles et des capacités de développement économique en milieu rural. Il faut prendre en compte la manière dont l’agriculture et le secteur agroalimentaire peuvent contribuer à ceci.

J’ai en outre retenu que toute cette réflexion sur l’avenir de la politique agricole commune doit également contribuer à donner un encouragement aux jeunes, une perspective aux jeunes qui souhaitent s’installer, qui souhaitent investir dans l’agriculture, pour que l’activité agricole soit aussi une activité d’avenir, et pour qu’on puisse atteindre nos objectifs.

Je veux également envoyer un signal clair et répondre à M. Kelly au sujet des aides directes. Je pense que, pour obtenir une agriculture plus juste, une politique agricole commune plus transparente et plus efficace, il est évident qu’il est nécessaire de définir des critères clairs pour la distribution de ces aides directes en fonction des objectifs qu’on va se fixer. Donc, à mon sens, les références historiques ne constituent pas des critères justes, transparents, objectifs. On a besoin de remplacer ces références historiques par des objectifs beaucoup plus clairs, ce qui va créer une certaine équité et permettre de mieux tenir compte de la diversité des agricultures qui existent dans l’Union européenne. Cela va donner, aux États membres, aux régions, les moyens de mieux mettre en valeur les ressources dont ils disposent.

Pour conclure, je souhaite réaffirmer qu’on a besoin d’une politique agricole commune pour l’Europe. On a besoin d’une politique agricole commune pour toute l’Union européenne et, bien sûr, d’une politique agricole commune qui n’empêche pas les autres régions du monde de développer leur propre agriculture.

 
  
MPphoto
 

  George Lyon, rapporteur. − (EN) Monsieur le Président, je me permets tout d’abord d’aborder brièvement certains thèmes clés que mes collègues ont évoqués au cours de ce débat. Une nouvelle importance stratégique pour la production alimentaire et la PAC: absolument. Deux piliers: absolument, je suis d’accord. La production alimentaire au cœur de la PAC: oui, c’est absolument ce dont il s’agit. Le reste est complémentaire pour assurer que nous avons un secteur agricole rentable pour pouvoir réaliser les bienfaits environnementaux, pour s’attaquer au changement climatique et à toutes les autres choses que nous avons exposées dans le rapport.

Un budget fort: oui, absolument; équitable pour les anciens comme pour les nouveaux États membres: tellement de députés ont évoqué ce point, et c’est un point que nous devons aborder. Elle doit être objective et transparente concernant la manière dont les fonds sont répartis entre les États membres. Ils doivent relever les défis de la stratégie Europe 2020. Il est absolument essentiel que l’agriculture et la PAC soient considérées comme faisant partie de la solution pour atteindre ces objectifs, et pas comme faisant partie du problème.

Je voudrais rendre hommage à Michel Dantin, M. Häusling, M. Olejniczak et Jim Nicholson, mes rapporteurs fictifs. Nous avons eu une formidable coopération en rassemblant ce que je pense être un rapport très solide qui élabore une vision claire de la direction que ce Parlement souhaite donner à la PAC de l’après-2013. Je dirais qu’il met ce Parlement dans une position de force au moment de traiter et de négocier avec la Commission et avec le conseil agricole. Je vous dirais, Monsieur le Commissaire, venez à nos côtés et nous pouvons assurer que nous délivrons cette vision ensemble.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Le débat est clos.

Le vote aura lieu aujourd’hui, jeudi 8 juillet 2010, à 12 heures.

Je voudrais m’excuser une fois de plus auprès des députés qui n’ont pas pu parler. Comme le dit Mme McGuinness, ils peuvent présenter leur contribution par écrit.

Je soumettrai ce point au Bureau, car il a besoin d’être éclairci. Je proposerai également au Bureau - et j’espère que vous l’appuierez tous - que la permission de parler pendant les procédures «mains levées» ne soit pas être accordée aux députés qui ne sont pas présents quand le débat commence, quand le ou la rapporteur(e) présente son rapport, ou quand le Commissaire prend la parole. Nous sommes dans une situation où des députés ont été indignés de ne pas avoir été autorisés à parler, mais ils ne sont pas restés pour écouter ni le commissaire ni le rapporteur expliquer et exposer les conclusions. Un effort de rigueur doit être fait, mais il doit être fait par chacun d’entre nous.

Déclarations écrites (article 149)

 
  
MPphoto
 
 

  Sergio Berlato (PPE), par écrit.(IT) La politique agricole commune (PAC) est l’une des politiques les plus importantes de l’Union européenne, quand nous considérons que les dépenses agricoles représentent quelque 43 % du budget de l’UE. Conformément à l’article 33 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, les objectifs de la PAC sont de garantir des prix raisonnables pour les consommateurs européens et un niveau de vie équitable pour les agriculteurs.

La récente crise économique et financière a entraîné une réduction moyenne de 12,2 % des revenus des agriculteurs entre 2008 et 2009, des conditions plus strictes en matière d’accès au crédit et une hausse du taux de chômage dans les zones rurales. La volatilité des prix des produits sur les marchés agricoles s’est nettement accrue et cette hausse devrait se poursuivre. C’est pourquoi je pense que la future PAC devrait prévoir un filet de sécurité minimum de sorte que l’incertitude des prix du marché peut être gérée et que des solutions rapides et efficaces peuvent être apportées aux crises économiques dans le secteur.

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture estime que, d’ici à 2050, la population mondiale passera de 6 milliards actuellement à 9 milliards de personnes, et que la demande alimentaire doublera, ce qui exigera une augmentation en conséquence de la production alimentaire mondiale. La sécurité alimentaire sera de ce fait le principal défi pour l’agriculture du futur, et il incombera à l’Union de continuer à la garantir pour le bien des citoyens européens.

 
  
MPphoto
 
 

  Cristian Silviu Buşoi (ALDE), par écrit.(RO) Adapter la PAC aux nouvelles réalités sociales et économiques est une étape nécessaire. Nous devons en fait répondre à des questions clés pour pouvoir le faire. Je suis tout à fait d’accord avec la nécessité de garantir la sécurité de l’approvisionnement alimentaire. Cependant, jusqu’à quel point souhaitons-nous être indépendants et jusqu’à quel point sommes-nous prêts à payer davantage à cette fin?

Jusqu’à présent, la PAC a gardé des prix élevés pour les produits alimentaires qui sont moins chers dans d’autres pays. L’UE ne peut pas promouvoir le libre-échange tout en protégeant son propre marché agricole. Des solutions doivent être trouvées pour permettre à l’UE de faire appliquer des normes de qualité mondiales de manière à réduire la différence entre les prix des produits agricoles dans les différents pays.

Cependant, je me préoccupe davantage de l’effet que les réformes de la PAC ont eu sur les agriculteurs. Le découplage des paiements n’a fait qu’acheminer les paiements directs vers les grands propriétaires fonciers, qui ne sont certainement pas des agriculteurs. Le découplage est nécessaire pour éviter la surproduction. Cependant, j’invite la Commission à proposer des critères plus équitables de sorte que les agriculteurs puissent être les vrais bénéficiaires de la PAC. Nous avons besoin d’incitants pour les agriculteurs, surtout pour encourager les jeunes à déménager vers les zones rurales. Toutefois, cela ne se produira pas en maintenant le système actuel et ridicule de paiements directs.

 
  
MPphoto
 
 

  Nessa Childers (S&D), par écrit. – (EN) La politique agricole commune (PAC) a le potentiel d’apporter des solutions à de nombreux problèmes affectant actuellement les exploitations agricoles européennes, cela est d’autant plus évident en Irlande que dans n’importe quel autre État membre de l’UE, où il existe un même engagement pour, à la fois, obtenir un accord sur la PAC équitable et complet et avancer dans la mise en œuvre des changements nécessaires dans l’agriculture du XXIe siècle. Cependant, en vue d’obtenir la confiance et l’engagement de la communauté agricole européenne, la nouvelle PAC doit apporter la stabilité aux agriculteurs et un prix équitable, comme cela est actuellement prévu, pour les biens qu’ils produisent. En échange, les citoyens européens ne recevront pas seulement des produits fiables et de qualité produits selon les normes élevées de l’UE, mais ils bénéficieront également des implications sociétales et culturelles de la PAC, telles que celles contenues dans le deuxième pilier. Par-dessus tout, l’UE doit conserver la confiance des agriculteurs européens. La communauté agricole est consciente qu’un changement est en vue avec ce nouvel accord, et est actuellement prête à l’adopter. En vue de tirer avantage de cette relation positive, les institutions de l’UE doivent garantir un accord qui est moderne tout en étant clair et équitable pour tous.

 
  
MPphoto
 
 

  Béla Glattfelder (PPE), par écrit.(HU) L’Europe aura encore besoin d’une politique agricole commune et efficace après 2013. C’est pourquoi le budget agricole de l’UE devrait à tout le moins être maintenu au niveau actuel.

L’Europe a une responsabilité particulière de garantir la sécurité alimentaire dans le monde. Parce que c’est en Europe que les denrées alimentaires les plus sûres peuvent être produites selon les normes de protection environnementale les plus strictes. La principale tâche de la PAC est donc de préserver la capacité de production agricole de l’Union européenne.

Il est dès lors vital de s’assurer que les paiements directs ne diminuent pas.

Dans le cas de l’aide au développement rural dans le cadre du deuxième pilier, il convient de s’assurer qu’elle est utilisée principalement à des fins agricoles.

Les agriculteurs devraient être protégés des fluctuations extrêmes des prix d’intervention qui ont été fréquentes au cours de ces dernières années. Nous avons besoin d’instruments d’intervention sur le marché et, dans certains secteurs, tels que ceux du vin et du lait, des mesures sont nécessaires pour limiter l’offre. Celles-ci réduiraient les pertes des agriculteurs résultant des fluctuations de prix.

Le commerce alimentaire européen est beaucoup plus intense que l’industrie de la transformation alimentaire ou de la production agricole. Très souvent, des centaines d’agriculteurs se livrent à la concurrence avec une grande chaîne d’hypermarchés, et leur position de négociation est encore pire. C’est pourquoi nous devons aider à améliorer la coopération entre les agriculteurs. Cependant, cela requiert une dérogation aux règles européennes strictes en matière de concurrence dans l’agriculture.

Les importations provenant de pays tiers devraient être soumises aux mêmes réglementations strictes en matière de protection de l’environnement, de sécurité alimentaire, de bien-être animal ainsi que d’autres réglementations que les agriculteurs européens.

 
  
MPphoto
 
 

  Elisabeth Jeggle (PPE), par écrit.(DE) Le rapport d’initiative de M. Lyon implique le Parlement à un stade précoce dans le débat concernant l’avenir de la PAC. Je souhaiterais remercier toutes les personnes concernées pour le travail qu’elles ont accompli. Des objectifs tournés vers l’avenir ont été formulés pour l’ensemble de la Communauté.

À mon sens, il y a trois points élémentaires à prendre en considération si nous voulons continuer à assurer un développement agricole global et durable dans toute l’Europe. 1. Il est essentiel de s’assurer que la PAC bénéficie d’un financement approprié après 2013 et de produire un budget approprié.

2. La structure éprouvée avec deux piliers doit être conservée avec un premier pilier fort et un deuxième pilier qui ne l’est pas moins. La seule façon dont nous pouvons maintenir le modèle agricole européen consiste à assurer la production de nos denrées alimentaires selon les normes les plus élevées dans le premier pilier et, dans le deuxième pilier, à offrir de bonnes perspectives pour le développement des zones rurales, et la création d’emploi et l’infrastructure pour les agriculteurs et les non-agriculteurs, hommes et femmes et, plus particulièrement, pour les jeunes.

3. Les fluctuations importantes sur les marchés libéralisés et les effets du changement climatique continuent à nécessiter un filet de sécurité. De nouveaux objectifs sont apparus concernant l’orientation de marché, la sécurité des produits, la protection des animaux et la nécessité de la protection de l’environnement et de la biodiversité du fait du changement climatique. Face à ces défis, une bonne politique agricole est la meilleure politique pour l’avenir et agit dans l’intérêt de tous nos concitoyens.

 
  
MPphoto
 
 

  Sandra Kalniete (PPE), par écrit. – (LV) Cette résolution appelle à un changement de zone en tant que base historique pour déterminer les paiements d’aide directs dans la prochaine période de programmation financière. Nous prévoyons donc la possibilité d’une période transitoire. Une telle période est essentielle, mais sept années entières représenteraient une période transitoire excessivement longue. Tarder à mettre en œuvre la nouvelle méthode pourrait avoir un effet négatif sur la réalisation d’un objectif important de la réforme de la PAC - l’aide qui est visée, équitable, équilibrée, simple et transparente. Un argument en faveur du maintien du budget de la PAC à son niveau de 2013 se trouve dans les attentes justifiées des nouveaux États membres d’une aide de la PAC comparable à celle fournie aux anciens États membres. Je suis convaincue que la PAC ne peut être puissante et réellement communautaire que si elle vise à assurer une concurrence loyale entre tous les agriculteurs européens. Une concurrence non faussée en Europe est également une condition préalable pour la compétitivité des agriculteurs européens sur les marchés mondiaux. Je voudrais souligner la volonté politique exprimée dans la résolution de renforcer la position des producteurs primaires dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, de sorte que les organisations de producteurs primaires puissent devenir plus efficaces et qu’elles puissent traiter avec les grands détaillants et les entreprises de transformation sur un pied d’égalité. J’espère que l’élément de développement rural dans la PAC sera consolidé et que le principal point d’attention de la stratégie du développement rural sera mis sur les communautés rurales, l’amélioration de l’environnement, la modernisation et la restructuration de l’agriculture, le renforcement de la cohésion, une amélioration de la vente des produits et de la compétitivité, le maintien et la création d’emplois dans les zones rurales, et sur le changement climatique, les énergies renouvelables et la biodiversité.

 
  
MPphoto
 
 

  Filip Kaczmarek (PPE), par écrit.(PL) L’avenir de la politique agricole commune de l’après-2013 est extrêmement important pour nous. Beaucoup de choses essentielles dépendent de la PAC: la structure du budget de l’Union européenne et l’avenir de l’agriculture, des agriculteurs et des zones rurales. Tout le Parlement européen doit être conscient de l’importance de la PAC pour l’avenir de l’UE. La question des paiements directs est bien sûr cruciale, tout comme la nécessité de supprimer les différences entre les différents pays. Aujourd’hui, les différences entre les niveaux de paiement dans les divers États membres sont trop grandes. Cela mine le sens de la solidarité, de l’égalité et de la communauté. Les agriculteurs ont besoin plus que tout de revenus stables, tant maintenant qu’à long terme. Sans cela, il est très difficile de moderniser les exploitations agricoles, et il sera difficile de maintenir l’influence positive de l’agriculture sur l’environnement naturel et culturel. Engageons-nous donc à contribuer à faire en sorte que les changements futurs de la politique agricole commune mènent à des revenus stables pour les agriculteurs européens. Merci beaucoup.

 
  
MPphoto
 
 

  Mairead McGuinness (PPE), par écrit. (EN) Je salue ce rapport qui est la première étape de l’examen de la forme et de la nature de la politique agricole commune (PAC) de l’après-2013. Ce rapport réaffirme qu’il y aura une PAC après 2013, qu’elle devrait rester une politique commune et que son budget devrait à tout le moins être maintenu aux niveaux actuels. Le rapport est ferme sur le fait que la politique doit rester une politique européenne, rejetant les tentatives de la renationaliser. Le fait que ce Parlement comprend leurs préoccupations devrait encourager les agriculteurs. La PAC de l’après-2013 devrait soutenir les producteurs actifs et les récompenser pour les denrées qu’ils produisent et les nombreux biens publics qu’ils apportent à la société - y compris les normes élevées en matière de bien-être animal et de protection de l’environnement. Des mesures de soutien du marché seront essentielles pour fournir des filets de sécurité appropriés contre la volatilité extrême du marché qui sera probablement une caractéristique du marché à l’avenir. Seuls sept pour cent des agriculteurs de l’UE sont âgés de moins de 35 ans, cela est un rappel sévère que nous devons nous assurer que les conditions existent pour que les jeunes continuent à travailler dans l’agriculture. Il est essentiel de mettre fortement l’accent sur les jeunes générations dans la PAC de l’après-2013 dans le but de permettre le développement de l’agriculture de manière innovante et efficace.

 
  
MPphoto
 
 

  Ivari Padar (S&D), par écrit.(ET) Pour commencer, je souhaite remercier mon collègue M. Lyon pour la rédaction d’un rapport très sensé. Je crois que cela nous a déjà permis de créer une bonne base de discussion pour le futur proche. Changer la politique agricole est peut-être l’une des plus grandes tâches de cette session plénière. Il est vrai que nous ne commencerons à récolter les fruits de ces lois que beaucoup plus tard, peut-être dix ans plus tard. Bien que la tâche la plus importante de l’agriculture soit de fournir des denrées alimentaires, l’importance de l’agriculture pour l’intérêt public est de plus en plus reconnue, que cela se manifeste dans la politique sociale, l’environnement ou la culture. Une part relativement petite de la population nourrit en fait 100 % de la population, exploite la terre sur un plan économique et veille à l’équilibre social des zones rurales dans toute l’Union européenne. Le rapport est une bonne base pour les discussions futures. Je vous remercie de votre attention.

 
  
MPphoto
 
 

  Ulrike Rodust (S&D), par écrit(DE) Je remercie le rapporteur. Beaucoup d’idées de mon groupe ont été intégrées dans le rapport devant nous, et nous avons maintenant un très bon résultat.

Notre objectif premier doit être d’assurer une production alimentaire de qualité en Europe.

Dans la discussion sur l’organisation de la réforme agraire, l’on a souvent parlé de la compensation des biens publics. Selon moi, ce débat va dans la bonne direction.

Ce n’est que si les citoyens de l’UE sont convaincus que des efforts sont réellement réalisés et que l’argent n’est pas simplement dépensé à tout-va que la politique agricole commune obtiendra la reconnaissance qu’elle mérite.

Le développement des zones rurales joue un rôle encore plus grand. En vue de prévenir l’anéantissement et la désertification de notre agriculture, nous devons concevoir d’autres instruments qui arrêteront l’exode rural.

Les zones rurales actives constituent un environnement de vie attrayant pas seulement pour les agriculteurs, mais également pour les personnes qui ne souhaitent pas vivre en ville.

Nous devrions approuver le rapport tel quel avec une large majorité en plénière en vue d’envoyer un message clair à l’extérieur.

 
  
MPphoto
 
 

  Csaba Sógor (PPE), par écrit.(HU) Lorsque le processus de construction européenne a commencé, la politique agricole commune n’a pas seulement assuré l’approvisionnement alimentaire de la population, elle a également jeté les bases d’une agriculture européenne moderne et d’autres politiques spécifiques. Cependant, l’Union européenne s’est récemment élargie avec 12 nouveaux États membres. Cela signifie que l’UE a acquis une nouvelle population agricole de 7 millions de personnes en plus des 6 millions qu’elle comptait avant 2004. En outre, à la suite de l’adhésion des nouveaux États membres, le terrain agricole de l’UE a augmenté de 40 %, passant de 130 millions d’hectares à 185 millions. Au moment de leur adhésion, les nouveaux États membres s’attendaient à ce que, avec le temps, leurs agriculteurs perçoivent le même niveau d’aide de la PAC que les agriculteurs des anciens États membres. Cependant, cela ne peut se faire que si les ressources allouées à la politique agricole ne sont pas réduites après 2013. L’UE doit prendre en considération les différentes situations et les différents besoins des États membres, car l’agriculture européenne ne soutiendra les intérêts des États membres, des agriculteurs et des citoyens que si les ressources sont réparties de façon équitable en raison des différences de niveaux de modernisation.

 
  
MPphoto
 
 

  Csaba Sándor Tabajdi (S&D), par écrit. (HU) La politique agricole commune nécessite une réforme fondamentale et audacieuse prenant en considération la situation particulière des nouveaux États membres. Le maintien de la PAC n’est raisonnable aux yeux des contribuables européens et défendable lors des négociations avec les ministres des finances que si nous pouvons montrer que, outre la sécurité alimentaire européenne, l’agriculture peut également apporter des biens publics sociaux et environnementaux à la société. Je pense que seule une réforme en profondeur peut sauver la politique agricole commune. Les investissements agricoles des nouveaux États membres devraient être soutenus par des avantages subventionnés, sinon l’agriculture européenne fonctionnera à deux, voire, compte tenu de la situation en Roumanie et en Bulgarie, trois niveaux de développement différents. Cela accroîtra encore l’écart entre l’UE à 15 et les 12 nouveaux États membres. La réalisation de l’agriculture «verte» en Europe et la production de biens publics environnementaux requièrent de nouveaux investissements, surtout dans les nouveaux États membres. Les agriculteurs ne devraient pas être punis, mais ils devraient recevoir des incitants financiers pour les aider à acheter des machines qui permettent une culture respectueuse de l’environnement et du sol, le remplacement du patrimoine génétique pour les espèces cultivées et des investissements pour protéger l’environnement et la pureté de l’eau.

 
  
MPphoto
 
 

  Artur Zasada (PPE), par écrit.(PL) En réformant la PAC, nous ne devons pas oublier les principes d’intégration, de solidarité et de communauté. Les paiements directs influent notablement sur la sécurité des approvisionnements alimentaires. Ils ne contribuent pas seulement à stabiliser les revenus des agriculteurs, mais ils compensent également les coûts découlant du respect des exigences toujours plus grandes imposées à l’agriculture. Si nous n’éliminons pas les disparités du niveau de l’aide directe, cet instrument - le principal instrument financier de la PAC - continuera à diviser l’Union européenne en anciens et nouveaux États membres. L’abandon des critères historiques de répartition ne serait pas seulement un geste symbolique d’une pleine intégration, mais contribuerait également à assurer des conditions égales de concurrence sur un marché communautaire unique. En outre, il est essentiel que la stratégie de développement rurale continue à constituer un élément clé de la PAC, soutenant le développement économique et social au sens large. Un rôle fondamental est joué, ici, par la restructuration et la modernisation continues des exploitations agricoles ainsi que les nombreuses innovations destinées à accroître l’efficacité et à améliorer la compétitivité dans une Union élargie. Un deuxième pilier fort est une occasion d’aider les jeunes agriculteurs à se lancer dans l’agriculture ainsi que d’améliorer la qualité de vie, activer la société et améliorer la situation des femmes dans les zones rurales.

 

4. Conséquences pour l’agriculture de l’UE de la reprise des négociations avec le Mercosur en vue de la conclusion d’un accord d’association - Préparation du prochain sommet UE-Brésil, qui se tiendra le 14 juillet 2010 à Brasilia (débat)
Vidéo des interventions
MPphoto
 

  Le Président. – L’ordre du jour appelle le débat sur:

- la question orale à la Commission sur les conséquences pour l’agriculture de l’UE de la reprise des négociations avec le Mercosur en vue de la conclusion d’un accord d’association de Mme McGuinness, M. Deß, M. Papastamkos, Mme Mathieu, Mme Nedelcheva, M. Dantin, M. La Via, Mme Jeggle, M. Jahr, Mme Klaß, Mme Köstinger, Mme De Lange, M. Silvestris, Mme Lulling, M. Glattfelder, Mme Herranz García, M. Mato Adrover, M. Dorfmann, M. Kalinowski, M. Daul, Mme Patrão Neves, M. Siekierski, M. Béchu, M. Niculescu, M. Mayer et M. Audy, au nom du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens), M. Nicholson et M. Wojciechowski, au nom du groupe des Conservateurs et réformistes européens, M. Bové, au nom du groupe Verts/Alliance libre européenne, M. Lyon, au nom du groupe de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, M. Capoulas Santos et Mme Kadenbach, au nom du groupe de l’Alliance progressistes des Socialistes et Démocrates au Parlement européen (O-0079/2010/rev.2 - B7-0315/2010), et

- la question orale à la Commission concernant la préparation du prochain sommet UE-Brésil le 14 juillet 2010 à Brasilia de M. Yáñez-Barnuevo García, au nom du groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen (O-0091/2010 - B7-0317/2010).

 
  
MPphoto
 

  Mairead McGuinness, auteure. (EN) Monsieur le Président, merci pour cette clarification sur le temps de parole d’une minute, mais permettez-moi juste de saisir cette occasion: c’est une motion de procédure. Je suis l’un des auteurs de la première question orale. Je ne suis pas du tout contente que nous ayons maintenant une discussion commune avec la fusion de deux questions. J’essaye depuis le mois de mai de mettre Mercosur à l’ordre du jour. Je ne pense pas qu’il faille regrouper ces questions, et je tiens à exprimer clairement mon opposition à ce qui s’est produit ce matin. Je ne sais ni comment ça s’est produit, ni pourquoi. J’en suis extrêmement mécontente. Pourrai-je y revenir lors du débat? Je voudrais une clarification, et j’espère que d’autres députés me soutiendront.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Madame McGuinness, en tant que membre de longue date de cette Assemblée, vous savez que c’est la Conférence des présidents qui a décidé d’organiser le débat de cette façon, et c’est donc ainsi que nous procédons. J’ai bien sûr pris acte de votre mécontentement sur ce point, mais je vous demande de comprendre que nous n’allons pas lancer un débat là-dessus maintenant, parce que dans le cas contraire, aucun des députés censés intervenir n’aura l’occasion de le faire.

 
  
MPphoto
 

  James Nicholson, auteur. (EN) Monsieur le Président, je pense que nous avons un problème ce matin à la suite d’un manque de consultation. Comme les auteurs de la question concernant le Mercosur, il me semble que la moindre des choses aurait été de nous consulter avant de prendre cette décision. Je sais que la Conférence des présidents est l’alpha et l’oméga du Parlement, mais enfin, Monsieur le Président, vous êtes un membre distingué du Bureau de ce Parlement, et j’espère que vous ferez passer le message au Bureau que quand on débat de l’agriculture dans ce Parlement, il faut laisser suffisamment de temps à ce débat.

Il n’y a clairement pas suffisamment de temps ce matin. Vous avez vu la demande et vous avez vu le problème. Pouvons-nous faire en sorte que ce Parlement fonctionne pour les députés, et non pour sa propre administration? Nous avons été élus ici pour représenter nos concitoyens, et non l’administration, qui touche des salaires plantureux...

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Monsieur Nicholson, nous avons pris note de vos propos et nous ferons évidemment part de vos préoccupations au Bureau parlementaire. Ce n’est pas l’administration qui organise les débats. L’administration aide les organes politiques à organiser les débats.

 
  
MPphoto
 
 

  Mairead McGuinness, auteure. (EN) Monsieur le Président, ce n’est pas parce que c’est l’été et que nous sommes tous de mauvaise humeur. C’est juste que nous faisons valoir des arguments pertinents et que nous prenons notre travail au sérieux. Je ne vais utiliser que 30 secondes parce que j’ai deux pages vides. J’ai posé cinq questions à la Commission. Je n’ai pas l’intention de parler avant d’avoir entendu les réponses. Je reviendrai à la fin du débat.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Merci beaucoup, Madame McGuinness. Je vous accorderai plus tard le temps de parole que vous n’avez pas utilisé maintenant.

 
  
MPphoto
 

  James Nicholson, auteur. (EN) Monsieur le Président, je pense que beaucoup ont été surpris de la décision récente de la Commission de rouvrir les négociations en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange avec le Mercosur. Nous entrons dans une période de réforme de la PAC, nous venons d’ailleurs d’en discuter, et chacun sait que l’agriculture sera l’un des éléments majeurs de cet accord.

J’admets que les services de la Commission ont le droit de relancer les pourparlers, mais ils auraient mieux fait d’informer le Parlement de leurs intentions. Ces négociations risquent d’ouvrir la boîte de Pandore pour de nombreux secteurs de l’agriculture européenne, et je doute donc sérieusement de la sagesse de se lancer dans un nouvel accord.

Il y a de graves problèmes au Brésil et en Argentine concernant la traçabilité des animaux et d’autres questions sanitaires et de sécurité. Le dernier rapport de la mission de la FAO dans l’État de Santa Catarina a conclu qu’il n’y avait que très peu de contrôles sur le bétail arrivant au Brésil depuis l’Argentine, tout comme sur le bétail passant d’un État à l’autre au Brésil. De même, les règles de marquage auriculaire ne sont pas respectées. Ce ne sont là que quelques exemples, je pourrais en citer de nombreux autres tirés du rapport de la FAO d’octobre dernier.

Je dois dire clairement au commissaire que s’il persiste dans cette voie, il rencontrera une opposition à chaque pas. Dans une certaine mesure, je peux comprendre que cette option puisse sembler attrayante vu la lenteur des négociations au niveau de l’OMC. Mais je suis convaincu que cette démarche pourrait bien détruire l’OMC. Si le Mercosur parvient à conclure un accord avec l’UE, pourquoi ces pays continueraient-ils de participer aux négociations de l’OMC?

Vous devez comprendre qu’il ne peut y avoir aucun relâchement des normes en matière de santé et de bien-être animal, ni en matière de traçabilité. Il faut protéger les consommateurs et les producteurs de l’Union européenne, et je ne pense pas qu’un accord commercial avec le Mercosur puisse assurer cette protection. Au contraire, il aura exactement l’effet inverse.

 
  
MPphoto
 

  José Bové, auteur. − Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, rouvrir les négociations avec le Mercosur, alors que l’Union européenne s’apprête à redéfinir sa politique agricole, révèle un manque dangereux de cohérence de la part de la Commission. L’Europe importe déjà 500 000 tonnes de viande bovine. Une nouvelle ouverture de notre marché se ferait aux dépens des éleveurs des zones défavorisées européennes, sans garantie de respect des normes sanitaires et sociales. Nous ne pouvons pas l’accepter.

L’Europe achète 38 millions de tonnes de soja et d’alimentation pour le bétail. Ces importations du Brésil et d’Argentine monopolisent plus de 19 millions d’hectares. Elles sont concentrées entre les mains de trois entreprises: Cargill, ADM et Bunch. Entre 2001 et 2004, le soja a détruit plus de 1,2 million d’hectares de forêts tropicale et équatoriale. C’est une des causes premières de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre et de la disparition de la biodiversité.

Le Parlement européen a décidé de produire un rapport sur la reconquête de l’autonomie en protéines végétales pour l’alimentation du bétail. Une agriculture respectueuse de l’environnement et la lutte contre le changement climatique dictent ce choix. Ces efforts seront réduits à néant par ce projet d’accord bilatéral. Une nouvelle fois, la Commission européenne brade son agriculture et ses paysans pour obtenir des contreparties aléatoires pour des entreprises de services. Ces concessions ne serviront en rien les intérêts des familles paysannes du Mercosur, mais bien ceux de groupes agro-industriels. Pour s’en persuader, il suffit de lire le rapport du groupe Tyson, société américaine, poids lourd du marché international de la viande, qui annonce avoir investi au Brésil pour – je cite, et c’est dans son rapport – utiliser ce pays comme plate-forme d’exportation pour l’Europe.

D’autres entreprises, comme la société Doux, avaient déjà anticipé cette démarche en rachetant le groupe brésilien Frangosul en 1998. De nombreux éleveurs de volaille, en particulier en Bretagne, avaient fait les frais de cette opération.

L’Europe semble vouloir poursuivre sa politique de délocalisation en amplifiant ses attaques contre les paysans. Nous devons arrêter ce processus insensé en offrant une alimentation de qualité localement produite pour nos citoyens.

 
  
MPphoto
 

  George Lyon, auteur. (EN) Monsieur le Président, je vais tâcher d’être bref. La réouverture des négociations avec le Mercosur suscite de réelles inquiétudes.

Je représente l’Écosse, qui est un producteur important de bovins. C’est un système de production coûteux, et il faut absolument qu’il soit maintenu si nous ne voulons pas qu’une grande partie du territoire écossais soit laissée à l’abandon parce que des importations à bas prix inondent le marché. Nous craignons réellement de voir le secteur bovin écossais sacrifié au nom de la nécessité de négocier et de conclure un accord avec les pays du Mercosur.

Je voudrais donc soulever plusieurs questions à ce sujet, car ce n’est pas uniquement un problème pour l’Écosse, mais aussi pour l’Irlande, la France et toute l’Europe. Je voudrais notamment vous demander pourquoi il n’y a apparemment eu aucune consultation avec ce Parlement et avec la commission de l’agriculture du Parlement avant l’annonce officielle. Ne serait-ce que par courtoisie, il me semble qu’en nous informant avant de faire l’annonce officielle, vous auriez pu contribuer à maintenir des relations raisonnables entre le Parlement et vous-même dans ce dossier.

Deuxièmement, quel sera le mandat des négociateurs en ce qui concerne les produits agricoles? Est-ce que quelqu’un pourrait me dire ce qu’ils vont avoir le droit de négocier? Combien de tonnes de bœuf? Quel degré d’accès? Aucun tarif, ou bien des tarifs minimaux? Est-ce que quelqu’un pourrait me dire quel est le mandat?

Deux autres points. Quand une étude d’incidence va-t-elle être réalisée afin de déterminer les effets de tout accord possible, quelle que soit sa portée? Nous devrions au moins en avoir une idée avant de signer quoi que ce soit, surtout au moment même où nous renégocions la PAC et où nous décidons comment les aides agricoles seront déterminées à l’avenir. Ces deux dossiers sont étroitement liés, et nous devons donc comprendre quelle sera l’incidence.

Enfin, quelle est l’implication du commissaire chargé de l’agriculture dans ce dossier? Jusqu’à présent, nous avons entendu très peu de choses concernant le rôle qui lui est réservé dans les négociations, et nous ne savons pas s’il est responsable de définir le mandat de vos négociateurs. Ce Parlement sera-t-il consulté avant tout accord définitif? Je voudrais obtenir des réponses à ces questions.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – J’attire l’attention de tous les députés sur le fait que les orateurs qui sont intervenus jusqu’à présent, y compris M. Capoulas Santos, sont les auteurs de la première question dont nous discutons. L’orateur qui va maintenant prendre la parole, M. Yáñez-Barnuevo García, est l’auteur de la deuxième question.

 
  
MPphoto
 

  Luis Manuel Capoulas Santos, auteur.(PT) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, Mesdames et Messieurs, l’Amérique latine dans son ensemble et les pays du Mercosur en particulier sont des partenaires stratégiques de l’Union européenne. Nous partageons avec eux une histoire commune et des valeurs sociales. Il s’agit en outre d’une région géopolitique qui a fait des progrès remarquables en matière de liberté, de démocratie et de respect des droits de l’homme. Il est donc tout à fait logique de renforcer les liens politiques et culturels qui nous unissent et de maximiser nos avantages réciproques.

Je salue donc la décision européenne de rouvrir les négociations relatives à l’accord d’association avec le Mercosur, même si je déplore et condamne les mesures protectionnistes prises récemment par l’Argentine, qui sont tout à fait contraires à l’esprit d’ouverture manifesté par l’Europe.

Je me dois cependant d’attirer l’attention de la Commission sur les conséquences négatives possibles pour le secteur agricole européen si ces négociations ne sont pas menées avec prudence. Nous connaissons tous l’ampleur du déséquilibre commercial entre l’Union européenne et le Mercosur ainsi que la disparité des conditions de production et des obligations imposées aux agriculteurs des deux côtés de l’Atlantique.

C’est pourquoi, en plus des questions soumises formellement par écrit, et notamment celle qui demande à la Commission comment elle compte aborder le problème des produits sensibles, je voudrais savoir comment elle compte réagir à l’action compréhensible de l’Argentine.

 
  
MPphoto
 

  Luis Yáñez-Barnuevo García, auteur.(ES) Monsieur le Président, aujourd’hui est un jour pour les félicitations. Ces félicitations reviennent tout d’abord au ministre espagnol des affaires étrangères, M. Moratinos, qui est parvenu à faire venir un certain nombre de prisonniers politiques cubains en Espagne ou qui est sur le point de le faire; elles reviennent également à Guillermo Fariñas, un prisonnier politique qui, grâce à sa grève de la faim, à sa ténacité et à ses sacrifices, a obtenu la liberté de ces prisonniers.

Mais avant tout, et j’en viens à la question qui nous occupe, je tiens à féliciter le Conseil pour avoir entamé les négociations sur un accord commercial majeur, un accord qui est aussi de nature politique et qui concerne la coopération entre l’Union européenne et le Mercosur, décidée lors du sommet de Madrid du 18 mai dernier. Contrairement à ce qui a été dit, le Parlement s’est exprimé à plusieurs reprises en faveur de ces négociations, au sein de la Délégation pour les relations avec les pays du Mercosur, de la délégation à l’Assemblée parlementaire euro-latino-américaine (EuroLat), mais aussi en plénière lors de différentes périodes de session. Nous parlons ici de ce qui pourrait et devrait être l’accord commercial le plus vaste du monde, un accord qui contribuera au développement, au bien-être, au progrès et à l’emploi de 800 millions de personnes et qui entraînera une augmentation spectaculaire des échanges de biens, de marchandises et de services entre ces deux régions.

L’agriculture n’est qu’une partie de ce macro-accord. Les négociations devront rechercher des accords équilibrés, mais pas dans un esprit de protectionnisme, qui est l’ennemi du développement et du bien-être. Qu’il s’agisse du protectionnisme européen ou du protectionnisme de certains pays du Mercosur. Quoi qu’il en soit, l’industrie et les services représentent 97 % du produit intérieur brut européen, contre 2,1 % seulement pour l’agriculture. Il faut donc envisager les craintes exprimées en tenant compte de leurs justes proportions et de leur justification.

Monsieur le Commissaire, le prochain sommet entre l’Union européenne et le Brésil, qui se tiendra le 14 juillet, servira donc à promouvoir et à accélérer ces négociations, dont la conclusion réussie revêt une importance accrue dans le contexte de la crise économique que nous traversons. Cet accord contribuera à résoudre cette crise.

 
  
MPphoto
 

  Karel De Gucht, membre de la commission. (EN) Monsieur le Président, étant donné qu’il s’agit d’une discussion commune, et avec l’accord de la présidence, je voudrais aborder à la fois, au début de cette séance, les conséquences pour l’agriculture d’un accord d’association avec le Mercosur et le sommet organisé prochainement. Je répondrai donc volontiers dans n’importe quel format décidé par la présidence.

Pour commencer avec Mercosur, la relance des négociations en vue d’un accord d’association avec le Mercosur est d’une importance capitale pour l’UE, tant du point de vue politique qu’économique. Du point de vue politique, le Mercosur est le plus grand projet d’intégration régionale d’Amérique latine; il est donc inutile d’insister sur l’importance géopolitique d’un renforcement de nos liens avec ce continent. Nous avons des accords avec le Chili et le Mexique, et nous avons récemment finalisé nos négociations avec la Colombie, le Pérou et l’Amérique centrale, et il est donc logique de dialoguer également avec le Mercosur.

Sur le plan économique, la conclusion réussie d’un accord pourrait apporter des avantages considérables aussi bien à l’UE qu’au Mercosur. En ces temps difficiles pour l’économie, nous ne pouvons pas nous permettre de négliger le potentiel de cet accord pour l’emploi et la croissance de nos deux régions.

Le Mercosur est une entité économique vaste et dynamique, avec un PIB combiné de 1 300 milliards d’euros et avec des taux de croissance du PIB qui devraient tourner autour de 5 % en 2010 et 4 % en 2011. C’est un partenaire de plus en plus important pour l’UE. En ce qui concerne les exportations de l’UE, le Mercosur se situe au même niveau que l’Inde et devant des pays tels que le Canada et la Corée. Au cours des quatre années précédant la crise, les exportations européennes vers le Mercosur ont augmenté de plus de 15 % annuellement.

Le Mercosur est également un partenaire primordial en ce qui concerne les investissements étrangers directs. Les investissements de l’Union européenne dans le Mercosur s’élèvent à plus de 165 milliards d’euros, ce qui dépasse le total combiné de ses investissements en Chine, en Inde et en Russie. Étant donné sa taille et son potentiel, et étant donné que le Mercosur reste actuellement un marché relativement protégé, les avantages économiques pour les entreprises européennes pourraient être parmi les plus importants parmi les accords de libre-échange récemment conclus ou en cours de négociation par l’UE avec des partenaires commerciaux importants tels que la Corée ou l’Inde.

La relance de ces négociations exprime aussi l’engagement de ces deux régions à promouvoir le libre-échange et à rejeter le protectionnisme. La Commission a pris cette décision à l’issue d’une analyse minutieuse et d’une discussion interne en profondeur. En prenant cette décision, la Commission a apprécié les indications données par le Mercosur au cours du dialogue informel sur le plan technique, concernant des sujets tels que le commerce de biens, les marchés publics et certains secteurs des services.

Permettez-moi d’ajouter que dès la décision du Collège, j’ai rencontré la commission INTA et nous avons discuté en détail de la relance de ces négociations. Je pourrais même ajouter que le Conseil estime que je l’ai nettement moins bien traité que le Parlement européen, et ils ne sont donc pas contents du tout. Nous avons agi sur la base de notre mandat actuel, nous n’avions donc pas besoin d’un nouveau mandat. Il s’agit d’une décision correcte du Collège, et le Parlement en a été informé en détail immédiatement après.

Il faut toutefois préciser que si l’attitude ouverte de nos partenaires du Mercosur permet sans conteste la reprise des négociations, elle ne garantit bien sûr pas que ces négociations aboutiront. C’est quelque chose de tout à fait différent. Pour conclure, nous allons devoir négocier un accord ambitieux, notamment dans des domaines tels que le commerce des biens et des services, ou encore la propriété intellectuelle, y compris les indications géographiques.

La première rencontre avec le Mercosur a eu lieu la semaine passée à Buenos Aires. Ce fut une réunion assez technique destinée à reprendre le fil après plus de cinq années de suspension. Il a fallu retrouver l’état des négociations au moment de leur abandon en 2004 et définir les procédures et les modalités des négociations futures. Nous tiendrons bien sûr le Parlement européen et le Conseil pleinement informés de l’évolution des négociations.

En ce qui concerne vos questions spécifiques, la Commission travaille sur la base des directives de négociation adoptées par le Conseil en 1999. Ces directives chargent la Commission de négocier un accord équilibré et complet avec le Mercosur dans le but de libéraliser de manière substantielle tous les échanges commerciaux conformément aux engagements pris par l’UE au niveau de l’OMC. Ce principe vaut pour tous les domaines couverts par l’accord, y compris l’agriculture.

La Commission a bien conscience de la sensibilité de l’agriculture dans ces négociations, et prendra cet aspect en considération lors de ses négociations avec le Mercosur. N’oublions pas que nous avons nous-mêmes des intérêts agricoles offensifs importants dans le Mercosur également, par exemple en ce qui concerne le vin, le fromage, les fruits et légumes et les indications géographiques. Dans ce contexte, nous avons conscience que des mesures d’accompagnement pourraient être nécessaires pour les secteurs les plus sensibles. Il est toutefois trop tôt pour discuter de ce que ces mesures pourraient couvrir. Nous entamons à peine les négociations et nous n’avons pas encore commencé à discuter du fond.

Nous n’avons pas encore fait de propositions dans le domaine agricole, et il y a eu une question, je ne sais plus qui l’a posée, à propos de la position du commissaire chargé de l’agriculture dans ce dossier. Ce n’est pas le commissaire chargé du commerce qui décide des propositions faites dans le domaine agricole. Ces propositions doivent être convenues entre le commissaire chargé de l’agriculture et moi-même, et si nous ne parvenons pas à un accord, la question est portée devant le Collège des commissaires. C’est alors le Collège qui décide. Voilà comment ça se passe, et M. Dacian Cioloş est donc pleinement impliqué dans ces discussions.

Nous savons aussi que nous devrons prendre en considération des propositions agricoles antérieures faites par l’UE dans le cadre du cycle de Doha, dont le Mercosur devrait être l’un des principaux bénéficiaires. Dans ce contexte, permettez-moi de clarifier que la reprise des négociations avec le Mercosur ne diminue en rien notre engagement en faveur de la conclusion réussie du PDD. Par principe, nous négocions uniquement des ALE compatibles avec les règles de l’OMC et qui, s’appuyant sur l’acquis de l’OMC, vont nettement plus loin dans leur portée que le cycle de Doha. Je pense que si nous prenons les bonnes décisions, il est possible de faire aboutir ces deux négociations.

En ce qui concerne la sécurité alimentaire, il va sans dire que les importations doivent respecter scrupuleusement les exigences européennes en la matière. Il n’est pas question de renoncer à nos exigences sanitaires et de sécurité dans des négociations, que ce soit avec le Mercosur ou avec n’importe qui d’autre. Dans toutes les négociations commerciales qu’elle entreprend, l’approche de l’Union européenne n’est certainement pas de diminuer le degré de protection garanti en Europe. Les règles de l’OMC nous donnent le droit de déterminer notre propre degré de protection pour autant que nos exigences reposent sur des faits scientifiques établis - il s’agit là d’un droit inviolable.

Enfin, en ce qui concerne les retombées d’un accord possible, une étude de l’incidence durable d’un accord commercial entre l’UE et le Mercosur a déjà été réalisée et est disponible publiquement depuis mars 2009. Par ailleurs, la Commission complètera cette analyse d’impact par une analyse économique plus ciblée au cours des prochains mois.

Permettez-moi à présent d’aborder le sommet UE-Brésil et de faire brièvement le point de nos relations. Le Brésil possède une envergure internationale incontestée conforme à la taille de son territoire, à sa population et à ses performances économiques. Ce pays est partisan du multilatéralisme, il est membre du G20 et joue un rôle clé dans les discussions menées au niveau mondial sur le changement climatique, la gouvernance économique, la réforme de l’ONU, les problèmes commerciaux et l’éradication de la pauvreté. Qui plus est, le Brésil joue souvent le rôle d’un pont informel entre les pays occidentaux et les pays émergents et en développement. Le Brésil est l’un de neuf pays avec lesquels l’UE a conclu un partenariat stratégique. Ce partenariat remonte à 2007; le plan d’action conjoint, qui traduit ce partenariat en actions concrètes, date de 2008.

La multiplicité des initiatives conjointes, le degré de compréhension mutuelle et l’approfondissement de cette relation, qui inclut 18 pourparlers en cours, témoignent de notre satisfaction par rapport à la mise en œuvre du plan d’action conjoint. Lors du prochain sommet UE-Brésil, qui sera le quatrième du genre, notre objectif sera de faire le point des progrès accomplis dans nos relations et de discuter des principaux défis mondiaux. À l’approche de la fin du mandat du président Lula, le moment est particulièrement bien choisi pour procéder à cette évaluation.

En ce qui concerne les questions environnementales, lors du troisième sommet de Stockholm, nous avions prévu une coopération en vue du sommet de Copenhague de décembre dernier ainsi qu’une initiative dans le domaine de la bioénergie impliquant le Brésil, l’UE et l’Union africaine. Les prochains sommets de Cancún et de Nagoya sur le changement climatique et la biodiversité comptent parmi les priorités à l’ordre du jour de ce sommet UE-Brésil, vu qu’une coordination renforcée avec le Brésil est primordiale pour réussir.

Comme le président Lula l’a suggéré lors du sommet UE-Mercosur de Madrid, nous essayons d’arriver à une position commune avec le Brésil pour Cancún. La Commission de l’Union africaine a reçu notre proposition commune en vue d’une coopération trilatérale dans le domaine des bioénergies, et nous espérons entendre rapidement de leurs nouvelles.

En ce qui concerne la coopération dans les forums multilatéraux, nous poursuivons notre collaboration en préparation du sommet du G20 de Séoul, l’objectif étant d’obtenir l’appui du Brésil pour assurer à l’UE une représentation adéquate dans le système des Nations unies et de poursuivre un dialogue constructif et déterminé en vue de l’achèvement du cycle de Doha. Le Brésil souhaite consolider son influence au niveau de la gouvernance mondiale, il a besoin de notre soutien pour obtenir un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. En tant qu’économie émergente avancée, sa position concernant la réforme de la Banque mondiale et du FMI est très différente de celle de l’Union européenne.

De façon générale, nous partageons clairement des intérêts communs en tant que partenaires sur la scène mondiale, et nous devons trouver des façons de régler nos différences et de rechercher la convergence. Lors de ce sommet, nous confirmerons notre engagement à renforcer la non-prolifération et à encourager une coopération plus étroite. Le Brésil s’est opposé aux sanctions contre l’Iran adoptées en juin dernier par le Conseil de sécurité de l’ONU. L’UE salue cependant les efforts déployés par le Brésil et la Turquie pour parvenir à la déclaration de Téhéran. Tout en soulignant ses lacunes, l’Europe souligne aussi la valeur de cette déclaration en tant qu’instrument possible de renforcement de la confiance et invite l’Iran à saisir l’occasion de reprendre des négociations sérieuses. Même si nous ne sommes pas d’accord sur le plan tactique, nous trouvons un terrain d’entente concernant les principes consacrés par le traité de non-prolifération et la nécessité que l’Iran démontre le caractère pacifique de son programme nucléaire.

J’ai abordé en profondeur nos négociations avec le Mercosur dans la première partie de mon allocution, mais ces négociations seront évidemment aussi au programme de nos discussions lors du sommet UE-Brésil. Je ne serai malheureusement pas présent à Brasilia, mais étant donné que nous avons eu récemment les premières discussions techniques après une longue interruption, le sommet ne prendra probablement pas de décisions définitives concernant ces négociations. Ce sommet abordera aussi des problèmes régionaux: Cuba, le Honduras, le Paraguay et le Venezuela. Le rôle du Brésil dans la stabilisation du Paraguay, son refus de reconnaître le nouveau gouvernement du Honduras et sa collaboration avec Cuba et le Venezuela sont autant de points à l’ordre du jour.

Enfin, un travail difficile est encore en cours de finalisation dans certains dossiers où nous attendons des résultats de ce sommet. Tout d’abord, la signature d’un accord horizontal relatif à l’aviation civile et d’un accord sur la sécurité aérienne. Deuxièmement, l’annonce d’un programme de travail commun relatif à la coopération triangulaire avec les pays en développement. Troisièmement, une déclaration d’intention entre la Commission et le Conseil national de justice du Brésil visant à favoriser la coopération trilatérale dans les domaines du soutien électoral et de la réforme judiciaire sera signée à Bruxelles le 14 juillet.

Notre relation avec le Brésil ne se limite pas à ce sommet. Nous avons d’autres initiatives parallèles qui contribuent à concrétiser nos engagements bilatéraux, régionaux et mondiaux, mais j’ai déjà largement épuisé mon temps de parole. J’essayerai de donner des exemples supplémentaires en réponse à vos questions.

 
  
MPphoto
 

  Georgios Papastamkos, au nom du groupe PPE.(EL) Monsieur le Président, en ce qui concerne les pays du Mercosur, je voudrais souligner l’important déficit commercial en défaveur de l’Union européenne dans le secteur des produits agricoles. Et pourtant l’Argentine bloque les importations de produits alimentaires en provenance de pays tiers, ce qui porte un grave préjudice aux produits agroalimentaires européens, dont la confiture de pêches grecque. Je voudrais demander au commissaire s’il a soulevé ce problème la semaine dernière durant le premier tour de négociations à Buenos Aires. Par ailleurs, la position de l’Argentine soulève-t-elle des questions concernant l’incompatibilité de ses mesures avec les règles et les obligations définies par l’Organisation mondiale du commerce?

Une brève digression: Monsieur le Commissaire, les négociations avec les pays des Andes et d’Amérique centrale sont terminées. Pour être honnête, les concessions faites par l’Europe en matière d’agriculture suscitent des inquiétudes compréhensibles et des questions spécifiques. Quelle est la justification des quotas accordés par l’Europe en matière de riz et de sucre, qui dépassent les capacités de production de ces pays? Ces accords comprennent-ils une clause de l’exportateur net afin d’empêcher l’apparition d’un commerce triangulaire? La Commission peut-elle nous garantir que les prix à l’importation seront maintenus dans le secteur des fruits et légumes?

Monsieur le Commissaire, je voudrais joindre ma voix à celle de mes collègues députés qui ont mentionné la nécessité d’une coopération interinstitutionnelle plus étroite entre la Commission et le Parlement européen. La Commission doit comprendre que les règles de la coopération interinstitutionnelle ont changé avec le traité de Lisbonne, tout comme la culture interinstitutionnelle. Plus vite vous avancerez dans cette direction, plus la coopération entre ces deux institutions sera productive et appropriée.

 
  
MPphoto
 

  Edite Estrela, au nom du groupe S&D.(PT) Monsieur le Président, le premier sommet UE-Brésil, instauré par la Présidence portugaise en 2007, a comblé une lacune inexplicable. Le Brésil était le seul pays du groupe BRIC avec lequel l’Europe ne possédait pas de partenariat stratégique.

Le renforcement du dialogue entre l’UE et le Brésil est tout à fait logique, puisqu’il nous permet d’approfondir la coopération dans des domaines-clés tels que la sécurité énergétique, le développement durable, la biodiversité et le changement climatique, etc.

La population du Brésil, son développement économique et sa stabilité politique en font un acteur de première importance sur la scène internationale.

À l’aube du 4e sommet UE-Brésil, il est important de trouver un juste équilibre entre célébrer les progrès accomplis et réfléchir à la façon de développer ce partenariat pour affronter des défis communs et à harmoniser nos positions, dans la perspective, par exemple, de la conférence des Nations unies sur le changement climatique qui aura lieu à la fin de cette année au Mexique. Ce sommet constitue aussi une occasion de faire progresser les négociations avec le Mercosur afin de conclure un accord d’association et de surmonter nos différends actuels.

 
  
MPphoto
 

  Marielle De Sarnez, au nom du groupe ALDE. – Monsieur le Président, nous venons d’avoir, dans cet hémicycle, un débat sur la politique agricole commune, où nous avons rappelé l’importance de soutenir un modèle européen unique au monde.

Or, en même temps, la Commission a décidé, sans aucun débat public préalable, de relancer des négociations avec le Mercosur, dont les conséquences risquent d’être catastrophiques pour notre agriculture et, en particulier, pour notre élevage européen qui, déjà, ne se porte pas bien. Les importations de viande bovine vont augmenter de 70 %, celles de volaille de 25 %. Elles vont déferler sur l’Europe à un coût moindre puisqu’elles ne sont pas produites avec le même niveau d’exigences sanitaires, environnementales et sociales.

Monsieur le Commissaire, je veux donc vous dire mon inquiétude. Notre agriculture est en grande difficulté. La déstabiliser davantage aura des conséquences lourdes. La politique commerciale de l’Europe ne peut se concevoir sans prendre en compte et défendre l’un de nos principaux atouts. Il faut que la Commission entende ce message et cette exigence.

 
  
MPphoto
 

  Elie Hoarau, au nom du groupe GUE/NGL. – Monsieur le Président, de nombreux collègues s’inquiètent quant aux conséquences sur l’agriculture européenne que pourrait avoir la réouverture de négociations d’un accord d’association avec le Mercosur.

Mon groupe et moi-même partageons ces inquiétudes. Il est à craindre, en effet – et, en tant que député d’une région ultrapériphérique, j’ai l’expérience des accords sur la banane – qu’un accord avec le Mercosur ne porte un coup difficile à de nombreuses filières agricoles européennes. C’est la raison pour laquelle une étude d’impact est absolument nécessaire. Il est à craindre, aussi, que cet accord ne tourne davantage, un peu trop, l’agriculture du Mercosur vers une agriculture productiviste, au détriment des petites exploitations qui existent dans ces pays. Un équilibre doit donc être trouvé pour que cet accord ne transforme pas les continents latino-américain et européen en superpuissances ancrées essentiellement sur le dogme du mercantilisme.

 
  
MPphoto
 

  Andreas Mölzer (NI).(DE) Monsieur le Président, les interventions de la Chine en Amérique centrale et en Amérique latine ont donné un nouvel élan aux négociations de l’UE. Nous savons que les pays du Mercosur partagent de nombreuses valeurs et de nombreux intérêts avec l’Europe. Avec plus de 200 millions de consommateurs, ils constituent aussi le marché le plus important pour les produits d’origine européenne en Amérique latine. Notre objectif est de créer la plus grande zone de libre-échange du monde, avec 700 millions d’habitants et un volume d’échanges de 100 milliards d’euros.

Il s’agit là évidemment d’un argument majeur en faveur d’un accord de libre-échange, que nous devrions aussi soutenir par principe. Reste la question de savoir pourquoi nous avons des accords distincts avec le Mexique, le Chili, le Mercosur, le Pérou et la Colombie, au lieu d’un seul accord commun. Et si nous voulons conclure des accords individuels, il faut aussi inclure les plus petits pays, et pas uniquement via les associations. Nous manquons clairement de cohérence dans ce domaine.

Il ne faut pas non plus perdre de vue les inquiétudes du secteur agricole concernant les importations de viande à bon marché. Après tout, tandis que nous contraignons nos propres agriculteurs par des règles bureaucratiques et des normes en matière de qualité, de protection de l’environnement et de bien-être animal, la viande produite dans les pays du Mercosur n’est pas soumise aux mêmes exigences. Nous ne devons pas saper davantage l’autonomie de l’UE, qui n’est déjà plus absolue, et nous devons éviter de pousser encore plus d’agriculteurs européens à abandonner la campagne.

 
  
MPphoto
 

  José Ignacio Salafranca Sánchez-Neyra (PPE).(ES) Monsieur le Président, nous nous réjouissons tous de la libération de prisonniers politiques à Cuba. En ce qui concerne les félicitations toutefois, je n’en ai entendu aucune adressée à l’Église catholique ni, surtout, au Parlement pour le rôle essentiel qu’il a joué en défendant avec force tous ceux qui luttent pour la liberté et la dignité à Cuba.

En ce qui concerne le Mercosur, il convient de faire plusieurs clarifications. Comme l’a expliqué le commissaire De Gucht, la Commission a défini des directives de négociation, adoptées ensuite par le Conseil et le Parlement, en vue de conclure un accord d’association entre l’Union européenne et le Mercosur. Ces négociations sont bloquées depuis six ans, et il est clair qu’elles ont été relancées dans le cadre du sommet des chefs d’État ou de gouvernement de l’Union européenne, de l’Amérique latine et des Caraïbes, avec l’appui du Parlement également.

À l’heure actuelle, l’objectif est de parvenir à un accord équilibré respectant de façon générale les intérêts de tous les secteurs dans l’Union européenne. Je ne comprends pas pourquoi certains secteurs ou certains groupes d’intérêts devraient sortir perdants de ces négociations. Cela n’a pas été le cas depuis 10 ans, et il n’y a aucune raison qu’il en soit ainsi à l’avenir. Tout dépendra de la fermeté de nos négociateurs. Quoi qu’il en soit, si cette situation devait se produire, il est clair que la Commission devrait proposer des mesures compensatoires pour les secteurs touchés.

C’est ce que nous avons fait avec d’autres pays, avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, et aussi dans le cadre des accords les plus récents avec la Communauté andine. La principale raison pour laquelle nous l’avons fait avec ces pays est qu’il était nécessaire de protéger les producteurs européens - dans ce cas précis, les producteurs de bananes.

 
  
  

PRÉSIDENCE DE M. LIBOR ROUČEK
Vice-président

 
  
MPphoto
 

  Marc Tarabella (S&D). - Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, lors de sa réunion du 4 mai 2010, le Collège des commissaires a décidé de relancer les négociations en vue d’un accord d’association entre l’Union européenne et les pays du Mercosur. Tout porte à croire que, si ces négociations aboutissent à un accord, les producteurs agricoles européens seront confrontés à d’importants problèmes, notamment dans les secteurs de la viande bovine, de la volaille, des céréales et des fruits et légumes. Des conséquences néfastes indirectes pourraient également s’ensuivre pour d’autres secteurs, tels que celui, par exemple, de la viande de porc. Je tiens ici à mettre en garde contre la concurrence déloyale que ce troisième marché intégré au monde pourrait apporter.

En effet, alors que l’Europe se veut pionnière en matière d’exigences sanitaires, d’hygiène, de traçabilité, de respect de l’environnement et, notamment aussi, de normes sociales, imposant aux producteurs européens une conditionnalité très contraignante, la production du bœuf – notamment brésilien, par exemple – révèle encore aujourd’hui des lacunes vétérinaires et sanitaires.

En acceptant les importations des pays du Mercosur qui ne répondent pas aux normes européennes, nous risquons de devoir assumer une lourde responsabilité dans la défense des intérêts de nos consommateurs et de pénaliser les producteurs européens par la pratique des deux poids, deux mesures.

Monsieur le Commissaire, je vous demande la plus grande vigilance à cet égard.

 
  
MPphoto
 

  Liam Aylward (ALDE).(EN) Monsieur le Président, le fait de donner au Mercosur un accès plus important au marché européen aurait pour effet de décimer certains secteurs nationaux, et en particulier celui qui me préoccupe le plus: la production bovine en Irlande et ailleurs. Je ne dis pas cela pour faire peur aux gens. L’Irlande exporte environ 90 % de sa production bovine, et les quotas de bœuf auxquels aspire Mercosur seront en concurrence directe avec le secteur bovin irlandais.

Les agriculteurs européens doivent respecter des critères rigoureux en matière de santé et de sécurité. Ils respectent toutes les normes qu’on leur impose et ils garantissent un produit de qualité et sûr pour les consommateurs.

Par le passé, la Commission a toujours certifié aux consommateurs européens et aux députés de cette Assemblée que les importations dans l’Union européenne étaient de qualité. Les associations d’agriculteurs et les députés européens ont pourtant démontré que la Commission se trompait sur l’équivalence de la qualité et des normes entre les importations et les produits européens. À la suite de ces révélations, le nombre d’unités d’exportation au Brésil est passé de 3 000 à moins de 1 000.

Monsieur le Commissaire, ma question est donc la suivante: étant donné l’expérience passée et le caractère sporadique actuel des missions de l’OAV, comment la Commission peut-elle garantir aux consommateurs que toutes les importations qui entrent dans l’Union européenne sont d’une qualité équivalente et qu’elles respectent les normes de l’Union européenne? Permettez-moi de dire, Monsieur le Commissaire, que les résultats obtenus jusqu’ici n’inspirent pas la confiance et ne me donnent pas grand espoir pour l’avenir.

 
  
MPphoto
 

  Daniel Caspary (PPE).(DE) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, les négociations avec les pays du Mercosur ont repris et, si j’interprète correctement les critiques exprimées aujourd’hui, le plus gros problème est que la commission de l’agriculture et du développement rural n’en a pas été informée. Je pense moi aussi que nous devons améliorer la coordination de tous ces sujets au sein du Parlement européen.

Il va de soi que l’ouverture des négociations avec le Mercosur est extrêmement importante pour nos collègues députés de la commission de l’agriculture. Cependant, de même qu’il y a eu un manque de communication concernant cette question vis-à-vis de la commission de l’information, mes collègues de la commission du commerce international n’ont pas été informés du dépôt de la question orale d’aujourd’hui. Je pense que le Bureau, les groupes du Parlement et nous-mêmes devons tous faire des efforts plus importants pour mener réellement des politiques cohérentes et pour impliquer régulièrement toutes les commissions concernées.

Je voudrais souligner un point en particulier. Je suis en fait reconnaissant envers la Commission d’avoir rouvert ces négociations. Le 5 mai dernier, par l’intermédiaire du rapport Salafranca, ce Parlement s’est prononcé en faveur d’une reprise des négociations. En d’autres termes, la Commission fait exactement ce que le Parlement avait décidé à une large majorité. Je conviens néanmoins que nous ne voulons pas d’un accord à n’importe quel prix. Il va de soi que les intérêts de l’agriculture, de l’industrie et du secteur des services doivent être pris en considération dans leur ensemble. Nous sommes parfaitement capables de prendre en considération les intérêts du secteur agricole lors de la conclusion d’accords de libre-échange, comme le prouve par exemple l’accord de libre-échange conclu avec la Corée du Sud. Le secteur agricole a accueilli très positivement cet accord et y voit de nouvelles possibilités de marché.

Nous avons également reçu des réactions positives concernant l’accord commercial conclu avec l’Amérique centrale, qui ouvre également de nouveaux marchés, par exemple dans le secteur laitier. Je serais reconnaissant envers la Commission de renforcer ses efforts au cours des semaines à venir afin de prendre en considération tous les intérêts en jeu, c’est-à-dire ceux de l’industrie, des services, mais aussi de l’agriculture.

 
  
MPphoto
 

  Iratxe García Pérez (S&D). (ES) Monsieur le Président, la réouverture des négociations entre l’UE et le Mercosur s’inscrit dans un contexte positif qui permettra de rétablir le dialogue sur les relations commerciales.

Nous n’en sommes encore qu’à la reprise des pourparlers, et je me réjouis que le débat d’aujourd’hui ait poussé la Commission à prendre dûment en considération notre point de vue.

Même si l’Union européenne peut espérer tirer des avantages dans des secteurs tels que le vin, l’huile d’olive, les spécialités à base de viande et les fruits et légumes en conserve, on peut logiquement supposer que ces gains ne compenseront jamais l’incidence prévisible sur l’élevage de bétail et la production agricole en Europe, comme la production de sucre ou de céréales.

Je demande à la Commission de s’efforcer de parvenir à un accord globalement équilibré et qui tienne compte de la sensibilité de certains produits. Cet accord devra prévoir les mécanismes nécessaires pour éviter toute défaillance, par exemple des contrôles sanitaires et phytosanitaires stricts des produits importés.

Il faut aussi éviter que les résultats de cet accord chevauchent ceux de Doha, et que l’UE fasse deux fois les mêmes concessions en matière d’agriculture. Ceci étant dit, je me joins aux critiques exprimées à l’encontre des mesures restrictives adoptées par l’Argentine contre certains produits européens, et j’espère que la Commission agira fermement pour corriger rapidement cette situation.

 
  
MPphoto
 

  Albert Deß (PPE). – (DE) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, Mesdames et Messieurs, il est clair que les pays du Mercosur sont des partenaires commerciaux importants pour nous. Toutefois, Monsieur le Commissaire, nous ne devons pas permettre que les échanges commerciaux avec les pays du Mercosur ne fonctionnent que dans un sens. On entend souvent des déclarations publiques selon lesquelles l’Europe fermerait ses marchés agricoles, ce qui est absolument faux. Nous achetons plus de 90 % des exportations agricoles de l’Afrique et 45 % des exportations agricoles de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud. L’Europe n’est certainement pas fermée au commerce extérieur.

Je me dois par contre, Monsieur le Commissaire, de critiquer la politique d’information pratiquée. Jusqu’à présent, elle n’est pas bonne. Bien que je sois moi-même un responsable politique spécialisé dans l’agriculture, j’ai dû apprendre dans la presse que ces négociations avaient commencé. À l’avenir, nous ne devons pas en être réduits à tirer nos informations de la presse. Je vous invite à informer les députés européens chargés des dossiers agricoles de l’avancement des négociations.

Je déplore également que l’objectif poursuivi soit un libre-échange qui ne repose pas sur des normes. Comment pouvons-nous imposer des normes strictes en matière de protection des consommateurs, des animaux et de l’environnement en Europe sans exiger que les importations respectent les mêmes normes? Permettez-moi de citer un seul exemple à cet égard. L’année dernière, le Parlement a adopté la législation la plus stricte du monde en matière de produits phytosanitaires. De nombreux ingrédients actifs ont été interdits en Europe. Monsieur le Commissaire, nous ne pouvons pas, à l’avenir, autoriser l’importation d’aliments en Europe depuis des pays qui utilisent des ingrédients actifs que nous avons interdits en Europe pour des raisons de protection des consommateurs. La protection des consommateurs est inviolable, et nous ferions bien de nous en souvenir lors des négociations. Nous n’aurons alors rien à craindre de nos concurrents, et nous, les agriculteurs européens, pourrons faire face à cette concurrence.

 
  
MPphoto
 

  Csaba Sándor Tabajdi (S&D). (HU) Monsieur le Commissaire, un proverbe hongrois affirme que plus l’explication est longue, plus il y de chances que celui qui la donne soit en train de mentir. Vous ne dites pas la vérité! La Commission européenne n’a jamais eu qu’un seul commissaire honnête, M. Dacian Cioloş. Il affirme que nous devons choisir entre l’OMC et le Mercosur, faute de quoi nous risquons de détruire l’agriculture européenne. Voilà la vérité, Monsieur De Gucht. En ce qui vous concerne, la Présidence espagnole et la Commission ont enfreint le traité de Lisbonne en laissant de côté le Parlement européen. M. Gaspari peut bien affirmer que la commission des affaires étrangères a accordé une autorisation, mais le Parlement n’a pas reçu de mandat. C’est l’autre raison de ma question. J’ajoute en passant que dans cette affaire, les nouveaux États membres ne peuvent que sortir perdants. Nous sommes favorables à la libéralisation, mais si l’Espagne et le Portugal ont des intérêts particuliers, ils feraient mieux de laisser l’Union européenne en dehors de tout ça. Ils devraient régler cela eux-mêmes. Il n’est pas nécessaire de créer un cadre européen.

 
  
MPphoto
 

  Béla Glattfelder (PPE). (HU) La Commission européenne a défini le mandat de négociation il y a de cela 11 ans. Le monde a changé au cours de ces 11 années. La protection de l’environnement et du climat est devenue une préoccupation importante, et l’Union européenne elle-même a changé, passant de 15 à 27 États membres. La Commission européenne n’a pas tenu compte de ces évolutions. Elle n’a pas demandé de nouveau mandat. C’est une grave erreur. Des négociations basées sur un mandat défini il y a 11 ans ne peuvent pas se poursuivre, il faut y mettre un terme. Il faut définir un nouveau mandat prenant en considération les intérêts des 12 États membres qui ont adhéré à l’Union européenne ces dernières années ainsi que les préoccupations globales en matière de protection du climat, de protection de l’environnement et de bien-être animal. Sans un véritable mandat, nous ne pouvons arriver qu’à des accords inacceptables.

 
  
MPphoto
 

  Mairead McGuinness, auteure. (EN) Monsieur le Président, j’ai bien fait de ne pas intervenir tout de suite, préférant attendre les réponses que j’espérais recevoir. Je remarque à quel point la Commission a parlé longtemps, plus longtemps que n’importe lequel d’entre nous, et je regrette de n’avoir reçu aucune réponse spécifique à cinq questions très directes.

En ce qui concerne le mandat, permettez-moi de dire qu’un mandat datant de 1999 est largement dépassé, et d’ailleurs la majeure partie du Parlement actuel n’aurait pas été là en 1999. Retournez à la case départ. L’orateur qui m’a précédée a couvert certains des points que je souhaitais aborder.

Puisque vous n’avez pas réalisé d’étude d’incidence, à part nous dire que vous aviez fait une évaluation, permettez-moi de vous citer certains des effets sur nos producteurs agricoles. Le forum de la viande du Mercosur, qui représente le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay, a exhorté ses négociateurs à ne pas laisser passer cette magnifique occasion pour eux. Comparez cette réaction à la joie, ou plutôt à la crainte, à l’inquiétude et à la colère que cette perspective suscite chez les producteurs européens.

Ce qui va se passer, c’est qu’il y aura des pertes d’emplois à travers l’Europe rurale et une diminution de notre capacité de production alimentaire. Regardez les effets sur l’environnement, où l’Europe se considère comme une pionnière en matière de changement climatique, les problèmes de régime foncier dans ces pays, la déforestation, les retombées sur les populations indigène et sur le travail forcé, et surtout sur le bœuf.

Pour ceux d’entre vous qui ne s’en rendent pas compte, il s’agit d’une attaque contre le secteur de qualité supérieure de notre marché du bœuf. Si nous sapons cette partie de notre marché, nous détruirons la production de bœuf et le marché dans l’Union européenne. Les États-Unis et le Japon ne veulent pas d’accord parce qu’ils protègent leurs producteurs et les normes élevées auxquelles ils tiennent.

Ce Parlement impose des normes élevées à nos producteurs de denrées alimentaires. Nous n’avons pas su les défendre par le passé. La Commission n’a pas été à la hauteur, et nous ne pouvons pas permettre la conclusion d’un tel accord au détriment de la production de l’Union européenne alors même que nous sommes en train de réformer notre politique agricole. Il n’y a aucune cohérence entre la politique commerciale et la politique agricole. Le Parlement doit exiger cette cohérence.

 
  
MPphoto
 

  Christophe Béchu (PPE). - Monsieur le Président, je voudrais simplement vous dire qu’on n’a, finalement, peut-être pas bien fait notre ordre du jour aujourd’hui.

Si, en vertu d’accords de libre-échange, nous laissons entrer, sur le territoire de l’Europe, des produits qui ne respectent ni nos normes sociales, ni nos normes environnementales, la réforme de la PAC ne servira à rien.

De manière très claire, nous ne pouvons pas rester dans une hypocrisie, où d’un côté, nous imposons des contraintes environnementales de traçabilité sanitaire et de sécurité à nos agriculteurs, au motif qu’il faut protéger les consommateurs, et de l’autre, nous laissons des produits qui ne respectent pas ces normes entrer librement sur notre continent.

La question qui est posée derrière la négociation avec le Mercosur est bien celle-là. Et la manière dont les choses ont été initiées, quoi qu’on nous dise – sur le fait que le Parlement a été très bien informé et que les choses se sont passées dans la plus grande transparence et la plus grande clarté –, ne nous conduit pas à porter une appréciation positive sur une négociation qui est menée, alors qu’en parallèle se poursuivent les négociations à l’OMC. Au nom de la cohérence, de la défense des consommateurs et de la défense de nos agriculteurs, je ne crois pas qu’il faille poursuivre dans cette voie.

 
  
MPphoto
 

  Spyros Danellis (S&D) . – (EL) Monsieur le Président, la conclusion d’un accord commercial avec le Mercosur sera bénéfique pour les deux parties, mais elle aura des répercussions considérables sur le secteur agricole. Même le président de la Commission, M. Barroso, l’a admis quand il a annoncé l’intention de la Commission de prendre des mesures spécifiques visant à combattre les répercussions négatives qui toucheront en particulier l’agriculture.

À vrai dire, certains secteurs agricoles souffrent déjà des accords bilatéraux existants. Qui plus est, les exigences plus strictes imposées à la production agricole dans l’Union européenne ne protègent pas sa qualité supérieure contre les produits moins chers en provenance de pays tiers.

Monsieur le Commissaire, comment comptez-vous affronter ce problème, et quels critères objectifs la Commission compte-t-elle appliquer pour éviter d’aggraver cette discrimination à l’encontre de différents secteurs agricoles?

 
  
MPphoto
 

  Marian Harkin (ALDE).(EN) Monsieur le Président, comme vous le savez, nous discutons ce matin de la PAC après 2013, mais une grande partie de notre discussion est perturbée par la réouverture des négociations avec le Mercosur. Où est la cohérence, je vous le demande?

Il y a quelques semaines, après l’annonce de la réouverture des négociations avec le Mercosur, je vous ai rencontré brièvement. Au cours de cette réunion, vous m’avez dit que si nous voulions un accord ambitieux, il faudrait probablement faire des concessions dans l’agriculture. Voilà pourquoi je suis extrêmement inquiète. Nous parlons déjà de concessions possibles dans l’agriculture, et je voudrais que vous clarifiiez ces propos.

Dans votre réponse, vous avez mentionné les sommets à venir consacrés au changement climatique. Faites-vous une évaluation des problèmes tels que les fuites de carbone, la déforestation ou la perte de biodiversité dans la perspective d’une augmentation des importations de produits agricoles depuis les pays du Mercosur? Je suis originaire d’Irlande, et nous exportons 90 % de notre production bovine. Des études récentes ont montré que les émissions brésiliennes sont de trois à huit fois supérieures aux équivalents irlandais. Vos analyses d’incidence prendront-elles ces facteurs en considération?

 
  
MPphoto
 

  Giancarlo Scottà (EFD). – (IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, la Présidence espagnole a décidé de signer cet accord. Cette décision a suscité certaines inquiétudes, comme nous l’avons entendu. En soumettant cette question, mes collègues députés demandent des clarifications concernant les répercussions que ces négociations pourraient avoir sur les producteurs et les produits européens.

Je voudrais souligner que l’instauration d’une relation de libre-échange entre ces deux parties permettra d’importer en Europe des produits d’origine animale contenant des activateurs de croissance antibiotiques qui n’ont pas subi de tests suffisants, ainsi que des produits agricoles génétiquement modifiés qui pourraient mettre en péril la sécurité alimentaire des agriculteurs. Je demande donc à la Commission d’adopter une position déterminée afin de protéger la production européenne de qualité. La Commission européenne doit faire reconnaître les normes de production élevées de l’Europe au niveau international et faire en sorte que ces mêmes normes soient imposées à tous les produits importés.

Enfin, je pense que la Commission devrait tenir compte des préoccupations exprimées par les différentes associations du secteur afin de garantir des négociations transparentes et équitables qui ne portent pas préjudice à l’économie européenne.

 
  
MPphoto
 

  Diane Dodds (NI).(EN) Monsieur le Président, je trouve extrêmement inquiétant que la Commission insiste pour mener des pourparlers commerciaux sur la base d’un mandat de 1999, ce qui aura forcément un résultat négatif sur l’agriculture à travers l’UE.

Il est tout simplement inacceptable de sacrifier l’agriculture au nom d’avantages escomptés dans d’autres domaines. Le secteur bovin britannique connaît actuellement une chute des prix à la production. Si ces négociations entraînent une augmentation des importations, je pense que nous assisterons à un exode des agriculteurs de ce secteur. Comment l’Europe va-t-elle prendre en charge ces personnes? N’est-il pas injuste que nos agriculteurs aient à affronter la concurrence de pays dont les producteurs ne sont pas soumis aux mêmes normes de qualité, de sécurité et de traçabilité que les agriculteurs de l’Union européenne? Une Commission qui prétend agir dans l’intérêt des citoyens se doit de le faire réellement. Nous devons mettre un terme à ces négociations et protéger nos agriculteurs.

 
  
MPphoto
 

  Czesław Adam Siekierski (PPE).(PL) Les négociations avec les pays du Mercosur ont été suspendues en 2004. Elles ont été rouvertes cette année, et elles sont menées sur la base d’un mandat datant de 1999. Une décision de cette importance aurait dû être précédée d’un débat de politique au Parlement européen et au Conseil. Je comprends que les enjeux de ces négociations sont extrêmement élevés, parce que les pays du Mercosur constituent un marché énorme, un marché pour les produits industriels et les services de l’UE. Mais nous devons aussi protéger les intérêts de nos agriculteurs, de l’agriculture et du secteur alimentaire.

La conclusion d’un accord commercial préférentiel avec les pays du Mercosur pourrait avoir des effets négatifs importants, notamment dans les secteurs de la volaille, du bœuf, de la viande porcine, du sucre, des produits laitiers ou encore de l’éthanol. Si cela devait se produire, il faudrait proposer des compensations aux agriculteurs. Selon certains experts, la conclusion d’un tel accord pourrait entraîner des pertes de revenus considérables pour les agriculteurs. Ces pertes seront plus importantes encore en cas d’accord bilatéral accompagné d’un accord au niveau de l’OMC.

 
  
MPphoto
 

  Karin Kadenbach (S&D).(DE) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, en tant que signataire de cette question, je voudrais revenir sur une question spécifique, à savoir celle de la sécurité alimentaire.

Dans vos remarques préliminaires aujourd’hui, vous nous avez dit que les produits importés dans l’UE doivent respecter nos exigences et que l’OMC nous donne le droit d’imposer nos règles, pour autant que celles-ci reposent sur des critères scientifiques. Mais quand je pense à notre production agricole, et aux produits eux-mêmes, il n’est pas possible de tout prouver scientifiquement. Nous accordons également de l’importance aux conditions générales d’élevage des animaux ainsi qu’aux conditions générales de fonctionnement de l’agriculture.

L’Europe possède une excellente législation concernant l’avenir de la biodiversité. Nous voudrions recevoir des réponses de votre part concernant la façon dont vous comptez respecter ces principes de sécurité alimentaire, de protection des consommateurs, de protection des animaux et de protection de l’environnement dans le contexte de cet accord commercial. Les responsables politiques doivent pouvoir décider même en l’absence de preuves scientifiques. Nous ne voulons pas de viande clonée en provenance des pays de Mercosur.

 
  
MPphoto
 

  Jean-Pierre Audy (PPE). - Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, un homme politique socialiste français a dit: «Lorsque vous êtes politiquement minoritaire, vous avez juridiquement tort». Vous avez compris que nous considérons que le mandat n’est plus valable. Il faut reconduire ce mandat, Monsieur le Commissaire, et je regrette l’absence du Conseil qui, d’ailleurs, doit donner les instructions nécessaires.

Je voudrais également attirer votre attention sur la qualité politique du Mercosur. Dans le commerce, l’élément capital est la confiance. Quelle est la qualité politique du Mercosur pour traiter avec l’Union européenne? Nous avons trois régions dans le monde: il y a l’Union européenne, qui veut faire du commerce intégré, l’accord de libre-échange nord-américain et le Mercosur. Le Mercosur a failli se dissoudre au Sommet de 2007. Les pays ne s’entendent pas sur les adhésions. Le Venezuela a failli ne pas adhérer.

Comment pouvons-nous traiter dans une zone aussi politiquement instable? Vérifiez d’abord la stabilité politique du Mercosur et, ensuite, nous conclurons des accords commerciaux.

 
  
MPphoto
 

  Franz Obermayr (NI). – (DE) Monsieur le Président, je pense que nous avons beaucoup parlé de durabilité. Nous parlons de durabilité depuis deux heures, mais il est une chose qui ne peut certainement pas durer, et le problème est le même quel que soit le président: je parle du fait que nous ne savons pas quand nous devons demander la parole pour l’obtenir.

C’est la deuxième fois que l’on m’ignore, alors que j’ai demandé la parole longtemps à l’avance. Je trouve cela scandaleux. Il faut manifestement demander à chaque président, y compris celui qui vous a précédé, de définir des règles claires et de les respecter lorsque nous demandons la parole pendant la procédure «mains levées»

Il est inacceptable que je demande poliment juste après un débat, après le point précédent de l’ordre du jour, d’avoir l’occasion de parler, tout cela pour qu’on m’ignore. Dites-nous quand vous comptez ignorer des gens. Dites-nous si vous ne voulez réellement pas permettre à quelqu’un de s’exprimer sur un sujet aussi important que la durabilité. La situation n’est clairement pas durable si nous devons demander à chaque président de nous accorder nos droits parlementaires et de nous laisser parler. Je vous demande de clarifier rapidement la situation, parce que cette façon de procéder est injuste.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. − Chers collègues, pour vous expliquer ce qui se passe, j’ai environ 18 personnes sur la liste. Je comprends que tout le monde voudrait avoir la parole, mais nous disposons de cinq minutes pour les interventions à mains levées, à raison d’une minute par orateur, et je ne peux donc donner la parole qu’à cinq orateurs. Aujourd’hui, j’ai donné la parole à huit personnes. J’ai tenté de distribuer ces temps de parole de façon régulière en fonction de l’importance des groupes politiques. Vous aurez donc remarqué qu’il y a eu trois orateurs du groupe PPE, deux orateurs du groupe S&D, un orateur du groupe ALDE, un du groupe EFD et un parmi les députés non inscrits. Je pense donc que j’ai fait tout ce que j’ai pu.

 
  
MPphoto
 

  Karel De Gucht, membre de la commission. (EN) Monsieur le Président, je vais essayer de répondre à certaines questions, parce que de nombreuses questions ont été soulevées, mais nombre d’entre elles avaient déjà trouvé une réponse dans mon exposé introductif.

Tout d’abord, en ce qui concerne le mandat. Plusieurs députés nous ont reproché de travailler sur la base d’un mandat datant de 1999. Ces directives nous chargent, je cite, «de négocier un accord équilibré et complet avec le Mercosur dans le but de libéraliser de manière substantielle tous les échanges commerciaux conformément aux engagements pris par l’UE au niveau de l’OMC. Ce principe vaut pour tous les domaines couverts par l’accord, y compris l’agriculture.» Cela reste vrai. C’est ce que nous devons faire aujourd’hui encore, et il ne faut donc pas ajouter grand-chose à ce mandat.

Mais nous avons maintenant aussi le problème du changement climatique, le monde a changé depuis lors. Oui, nous l’avons remarqué aussi. Ce n’est pas une raison pour changer le mandat.

Un autre député a dit que le Conseil devrait être présent et nous donner des instructions. Le Conseil n’a pas à nous donner d’instructions. Nous avons un mandat de négociation et, si les négociations aboutissent et que nous parvenons finalement à un accord, nous le paraphons, le Conseil le signe et le Parlement le ratifie. Nous ne recevons pas d’instructions du Conseil. Et heureusement, parce qu’il s’agit d’un dossier communautaire qui relève de la compétence exclusive de l’Union européenne, et la Commission possède des attributions très claires. Nous allons nous y tenir.

Je suis prêt à discuter en détail de tous les aspects de ce dossier. Je l’ai déjà fait devant la commission INTA, et je suis prêt à retourner devant la commission INTA. Nous vous tiendrons informés de ce que nous négocions, de ce qui est proposé, et ainsi de suite, mais chacun a son rôle à jouer, et nous jouerons le rôle dévolu à la Commission.

En ce qui concerne le problème des mesures protectionnistes adoptées récemment par l’Argentine, ces mesures et pratiques sont clairement préoccupantes pour l’UE, et nous avons immédiatement demandé des clarifications à l’Argentine. Le 12 mai dernier, le directeur général chargé du commerce a envoyé un courrier à son homologue argentin. La délégation de l’UE à Buenos Aires a lancé une démarche formelle, et plusieurs rencontres ont été organisées avec la mission de l’Argentine et avec son ambassadeur à Bruxelles pour exprimer nos plus vives préoccupations. Nous avons aussi insisté pour que le communiqué conjoint UE-Mercosur contienne un engagement explicite à rejeter le protectionnisme sous toutes ses formes.

La semaine dernière à Buenos Aires, nous avons abordé ce sujet au niveau bilatéral avec les autorités argentines concernées, dans la presse et dans le contexte du premier tour de négociations entre l’UE et le Mercosur. Nous avons envoyé un message haut et clair. Nous avons indiqué que ces mesures, qu’elles possèdent ou non une base juridique, sont contraires à l’esprit de négociation d’un ALE avec l’UE, et qu’elles risquent d’avoir des retombées négatives importantes sur le processus de négociation.

Nous avions également l’intention d’aborder ce problème avec l’Argentine le 6 juillet au sein de la commission conjointe, mais l’Argentine a annoncé son report la semaine dernière. Nous allons insister pour organiser cette réunion le plus rapidement possible.

Il semble par ailleurs que ces mesures ne soient pas conformes aux engagements pris par l’Argentine dans le cadre du G20, ni même peut-être avec ses engagements envers l’OMC. Nous allons continuer de suivre très attentivement ce dossier et, si ces mesures et pratiques se poursuivent, nous allons les analyser très attentivement avant de décider de la meilleure solution pour résoudre ce problème.

La Commission reste convaincue qu’il faut éviter les mesures protectionnistes, surtout dans le contexte économique mondial actuel, et l’un des aspects mentionnés, le déficit par rapport à l’Argentine, est certainement un bon argument.

En ce qui concerne le sucre:

La Commission est parfaitement consciente de la sensibilité de la question du sucre, c’est pourquoi l’offre à la Colombie et au Pérou a été limitée à des contingents tarifaires à droit nul pour un volume modeste et sans réduction tarifaire hors contingent. Des contingents semblables sont prévus dans le cadre des négociations avec l’Amérique centrale. Les quantités cumulées Colombie, Pérou et Amérique centrale représentent moins de 2 % de la consommation européenne.

En ce qui concerne les mesures phytosanitaires, environnementales et autres...

(EN) J’ai exprimé très clairement dans mon intervention que nous allons maintenir nos exigences en matière de sécurité alimentaire, et il s’agit d’exigences que nous pouvons faire appliquer dans le cadre de l’OMC. C’est ce que nous allons faire. Si vous regardez les importations de viande bovine - et je dis cela en partie pour répondre à M. Tarabella, qui a quitté entre-temps la plénière - il remarquera qu’à la suite des problèmes de sécurité phytosanitaire avec le bœuf brésilien, les importations ont considérablement diminué. Nous imposons donc nos exigences. Nous vérifions qu’elles sont respectées, nous les imposons et nous allons continuer de le faire.

Mais nous devons comprendre, au sein de ce Parlement également, qu’un certain nombre d’exigences européennes ont été décidées en interne au terme d’un processus politique auquel le Parlement européen a largement participé et que nous ne pouvons pas imposer par l’intermédiaire de l’OMC.

Nous devons nous tenir aux exigences que nous pouvons imposer et faire respecter l’OMC, et c’est ce que nous allons faire dans le cas de la sécurité alimentaire. En ce qui concerne les autres exigences, l’Union européenne doit réfléchir à ce qu’elle veut réellement faire. Elle doit comprendre que si elle impose ce genre d’exigence à notre agriculture, cela aura des conséquences économiques et financières. Mais il ne s’agit pas d’obligations que nous pouvons imposer à d’autres pays.

J’ai essayé de répondre à la plupart des questions posées à nouveau par les députés, mais je suis évidemment prêt à poursuivre la discussion. J’imagine que ce n’est pas la dernière fois que nous allons discuter du Mercosur en séance plénière du Parlement.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. − Monsieur le Commissaire, je suis certain moi aussi que ce ne sera pas la dernière fois.

La discussion commune est close.

Déclarations écrites (article 149)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit. – (PT) La reprise des négociations en septembre entre le Mercosur et l’UE est un processus de la plus haute importance pour l’Union européenne. D’un autre côté, dans un monde multipolaire où l’influence des pays BRIC va croissant, l’UE doit absolument instaurer une relation privilégiée avec les pays d’Amérique latine, où ses investissements dépassent les investissements européens combinés en Russie, en Inde et en Chine. Avec une relation commerciale privilégiée, cela nous assurerait un avantage économique énorme au niveau mondial. D’un autre côté, nous avons le degré d’ouverture commerciale en matière de produits agricoles et la définition des règles sanitaires et phytosanitaires nécessaires pour permettre les échanges entre ces deux blocs. La compétitivité du Mercosur sur les marchés agricoles a progressé ces dernières années, c’est pourquoi nous avons besoin d’une étude d’incidence sur les conséquences d’un accord pour l’activité agricole européenne, qui n’est plus en état de subir de nouveaux chocs à l’heure actuelle. Nous ne devons donc pas nous lancer dans un processus qui aboutira trop rapidement sans prendre en considération les conséquences négatives potentielles pour l’agriculture européenne, ni dans un protectionnisme excessif qui compromettrait la position importante de l’UE dans cette partie du monde.

 
  
MPphoto
 
 

  Jarosław Kalinowski (PPE), par écrit.(PL) Rouvrir les négociations avec les pays du Mercosur sans consulter les États membres est une façon de faire pour le moins malhonnête. Ces négociations ont été suspendues en 2004 quand il est apparu que les échanges entre l’UE et les pays membres du Mercosur pourraient avoir des conséquences néfastes pour notre agriculture. Les secteurs les plus menacés sont la production de viande bovine, porcine et de volaille, les produits laitiers, les fruits et légumes, le sucre et le bioéthanol. Selon les estimations, la signature de cet accord provoquerait des pertes allant de quelques milliards d’euros à plusieurs fois ce montant. Avant de libéraliser les échanges commerciaux entre l’Union européenne et le Mercosur, il faut évaluer en détail les effets d’un tel accord sur le marché communautaire et consulter attentivement les représentants des parties concernées. L’ouverture de notre marché aux importations n’est pas une initiative entièrement mauvaise, mais uniquement si les mêmes normes sont appliquées dans tous les pays. Dans le cas contraire, ce sont nos agriculteurs qui paieront le prix de nos concessions à l’OMC.

 
  
MPphoto
 
 

  Alan Kelly (S&D), par écrit.(EN) Ces pourparlers avec le Mercosur risquent d’avoir des conséquences tragiques pour l’avenir de l’agriculture européenne. Je dois dire que la Commission a eu une attitude consternante dans ce dossier. On dirait qu’ils préparent un marché et qu’ils comptent utiliser les normes agricoles pour acheter un arrangement avec les pays du Mercosur. Cette attitude me semble exécrable. On dirait que les agriculteurs sont les premières victimes des accords commerciaux, mais ce sont aussi eux qu’on accuse en premier lorsque les accords commerciaux ne fonctionnent pas. Pour l’avenir de l’agriculture familiale, j’apprécierais que la Commission fasse preuve de plus de cohérence et de bienveillance. Je me réjouis de voir autant de députés européens agricoles issus de tous les groupes défendre la protection de l’agriculture. Vous ne pourrez pas ignorer les inquiétudes du Parlement, Monsieur le Commissaire De Gucht, et je vous invite à nous consulter davantage si vous voulez que le Parlement ratifie tout accord potentiel.

 
  
MPphoto
 
 

  Elisabeth Köstinger (PPE), par écrit.(DE) Il semble que les négociations avec le Mercosur n’aient qu’un seul but: sacrifier une agriculture européenne sans défense. Je ne veux pas savoir quels profits faramineux l’industrie et les services peuvent espérer; je veux savoir quel sera le préjudice porté à l’agriculture. À l’heure actuelle, personne ne peut estimer les dégâts qu’un accord possible avec les pays du Mercosur causerait aux producteurs agricoles européens. L’agriculture est un secteur sensible, et il ne faut pas qu’elle soit sacrifiée dans les négociations. Il en va de même pour les consommateurs européens, qui se trouvent exposés à des produits alimentaires qui ne sont pas fabriqués selon les normes de production élevées en vigueur dans l’UE. Cette disparité présente un danger pour la santé des citoyens européens, parce que les conditions de production des aliments importés ne sont pas claires. Mais elle place aussi l’agriculture européenne dans une situation désavantageuse, dans la mesure où les normes de production et de transformation de l’UE ne s’appliquent pas aux importations agricoles en provenance des pays du Mercosur. Nous avons une expression pour décrire quelqu’un qui cèderait n’importe quoi pour en tirer un profit ou un avantage: «Ils vendraient leur propre grand-mère». Vendez votre grand-mère si vous le souhaitez, Monsieur le Commissaire, mais ne sacrifiez pas notre agriculture européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Tokia Saïfi (PPE), par écrit. La reprise des négociations avec le Mercosur, décidée de façon unilatérale par la Commission européenne, est de mauvais augure pour l’agriculture européenne, qui traverse une crise sans précédent. Outre le fait qu’aucun débat politique n’ait été mené au préalable de la réouverture de ces négociations, cet accord met clairement en jeu nos intérêts agricoles européens. De nouvelles concessions agricoles, après les offres déjà faites en juillet 2008 dans le cadre du cycle de Doha, ne sont donc pas envisageables.

À l’époque, nous avions déjà atteint une «limite ultime», c’est pourquoi aller au-delà consisterait à tuer notre agriculture. Si tel n’est pas le dessein morbide de la Commission, je m’interroge néanmoins sur sa capacité à faire en sorte que l’UE ne paye pas deux fois! Certes, face à toute tentation de protectionnisme, la meilleure réponse à la crise économique est l’ouverture commerciale, mais pas à n’importe quel prix et pas au détriment de l’UE. En tant que député de la commission du commerce international à même d’approuver ou non l’ALE UE-Mercosur, je m’opposerai à un accord bilatéral a minima qui sacrifierait l’agriculture européenne et qui accorderait peu d’avancées satisfaisantes pour le reste de l’économie européenne.

 

5. Régime d’importation dans l’UE des produits de la pêche et de l’aquaculture dans la perspective de la future réforme de la PCP (débat)
Vidéo des interventions
MPphoto
 

  Le Président. - L’ordre du jour appelle le rapport d’Alain Cadec, au nom de la commission des pêches, sur le régime d’importation dans l’UE des produits de la pêche et de l’aquaculture dans la perspective de la réforme de la PCP (2009/2238(INI)) (A7-0207/2010).

 
  
MPphoto
 

  Alain Cadec, rapporteur. - Monsieur le Président, Madame la Commissaire, Monsieur le Commissaire, mes chers collègues, l’une des idées fortes de ce rapport est la nécessité d’arriver à une indispensable cohérence entre la politique commerciale commune et la politique commune de la pêche.

Dans cette perspective, nous ne pouvons que nous réjouir de voir aujourd’hui, réunis sur le banc de la Commission, le commissaire à la pêche, Maria Damanaki, notre interlocutrice habituelle d’ailleurs, et le commissaire au commerce, Karel De Gucht. Deux commissaires pour un seul rapport, quel honneur! Permettez-moi quand même de considérer comme surprenante et flatteuse cette double représentation de la Commission, qui est d’ailleurs assez inhabituelle.

Revenons-en au rapport lui-même. Les importations de produits de la pêche et de l’aquaculture en provenance des pays tiers représentent plus de 60 % de la consommation communautaire. Ce niveau très préoccupant de dépendance de l’Union européenne à l’égard des importations est le résultat d’un double phénomène: d’une part, une baisse de la production communautaire et, d’autre part, une ouverture toujours plus grande du marché communautaire aux importations, à travers les politiques commerciales menées par la Commission au cours des dix dernières années.

Ces évolutions mettent en difficulté les pêcheurs communautaires qui, paradoxalement, ont du mal à écouler leurs prises à des prix suffisamment rémunérateurs, alors que l’offre est inférieure à la demande pour la plupart des espèces. Les pêcheurs européens acceptent de se voir imposer des contraintes environnementales, sociales et sanitaires, mais ressentent avec amertume le fait qu’elles ne s’appliquent pas de la même manière aux produits importés massivement des pays tiers.

Ce qui est en jeu ici, c’est tout simplement la survie d’un secteur européen de la pêche économiquement viable, pourvoyeur d’emplois tout au long de la filière, fournisseur d’aliments sûrs et de bonne qualité et contribuant au maintien de l’identité culturelle de nos régions littorales.

Mes chers collègues, la survie de la pêche européenne n’est pas négociable. Nous demandons pour l’essentiel: premièrement, le maintien par l’Union européenne d’une protection tarifaire significative pour les produits de la pêche et de l’aquaculture, qui permette de maintenir la valeur des préférences accordées à certains pays tiers, notamment les pays en développement, ainsi que l’efficacité des mécanismes de l’OMC pour assurer l’approvisionnement de notre industrie de transformation. Nous devons soustraire ces produits aux véritables laminoirs à tarifs, selon la formule suisse, en exigeant leur traitement comme des produits sensibles.

Deuxièmement, il faut conditionner les préférences commerciales accordées à certains pays tiers au respect de normes environnementales, sociales et sanitaires strictes, c’est un minimum.

Troisièmement, nous demandons le transfert de la responsabilité principale, pour mener les négociations commerciales portant sur les produits de la pêche et de l’aquaculture, du commissaire au commerce au commissaire à la pêche. Ceci permettra une meilleure prise en compte de la spécificité des produits de la pêche et de l’aquaculture. Le moment me semble particulièrement bien choisi pour revoir les termes de ce débat fondamental. En effet, nous sommes à la veille d’une importante réforme de la PCP.

D’autre part, nous constatons un enlisement du cycle de Doha à l’OMC, qui nous permet de reconsidérer certaines concessions inopportunes que la Commission s’apprêtait à faire au nom de l’Union européenne. De plus, à l’initiative du commissaire De Gucht ici présent, la Commission européenne vient d’ouvrir un délai de consultation publique en vue de la formulation de nouvelles lignes directrices pour la politique commerciale commune, dans le cadre de la stratégie Europe 2020. Le Parlement européen est désormais codécideur, tant en matière de politique commerciale qu’en matière de politique de la pêche, et il entend bien faire entendre sa voix et faire respecter son point de vue dans ces matières.

Ceci commence, selon moi, par une véritable prise en compte, par la Commission et le Conseil, des recommandations contenues dans ce rapport. En tout cas, nous serons très vigilants dans les mois qui viennent et, à titre personnel, je compte bien continuer à travailler sur ces thèmes.

 
  
MPphoto
 

  Maria Damanaki, membre de la Commission. - (EN) Monsieur le Président, tout d’abord, je voudrais remercier M. Cadec et les commissions du PE qui ont parrainé ce rapport d’initiative. Vous avez déploré que le livre vert sur la réforme de la PCP n’accorde pas suffisamment d’attention aux points que vous soulevez ici. Mon objectif, aujourd’hui, est de vous assurer une nouvelle fois que la Commission travaille d’arrache-pied sur cette question et qu’elle prend pleinement en considération toutes les politiques susceptibles d’avoir une incidence sur la réforme de la PCP. Comme je l’ai déjà dit précédemment, la réforme a pour but de briser le cercle vicieux dans lequel nous sommes actuellement. Nous avons un secteur de la pêche qui n’est ni écologiquement viable ni économiquement performant . Nous avons besoin d’un secteur sain qui permette une exploitation durable des ressources tout en permettant à nos pêcheurs, à leurs familles et aux communautés concernées à vivre décemment de leurs activités.

Nous avons besoin d’un secteur de la pêche qui soit prêt à relever les défis du marché tant national qu’international, tant aujourd’hui que dans le futur. Je ne suis pas sourde à vos craintes face à la concurrence déloyale des pays tiers et à l’absence de règles de concurrence équitables en matière de conditions sociales, d’exigences environnementales et de durabilité et de lois sur la protection de la santé. Sachez que ces craintes ont été exprimées par tous les États membres qui ont pris la parole lors du dernier Conseil «Agriculture et Pêche». Donc, ici nous avons besoin d’une réponse.

À l’heure de modifier les règles sur la pêche européenne dans le contexte de notre réforme de la PCP, l’un de nos principaux défis sera précisément de faire de notre mieux pour établir des règles de concurrence équitables pour tous les produits mis sur le marché de l’UE. À cet égard, par exemple, nous devrions tous travailler de concert à la mise en œuvre complète et effective de notre législation contre la pêche illicite, non réglementée et non déclarée.

Je voudrais également signaler que nous sommes déterminés à continuer d’encourager le respect de tous les principes et instruments internationaux de bonne gouvernance maritime et de la pêche appliqués par nos partenaires, ainsi que leur comportement responsable en matière de protection environnementale et de conditions sociales.

Je soutiens sans réserve votre appel en faveur d’une cohérence accrue de nos politiques. Nous devons travailler ensemble en suivant une vision globale et intégrée. Comme il a déjà été mentionné, deux tiers du poisson consommé en Europe sont déjà importés afin de garantir un approvisionnement constant de matières premières à notre industrie de la transformation et des prix équitables aux consommateurs. Pourtant, un tiers du marché de l’UE est toujours desservi par un secteur européen qui représente des emplois et cette partie du tissu social de nombreuses régions en Europe. Par conséquent, alors que nous sommes au beau milieu d’une réforme majeure de notre PCP, la politique commerciale de l’UE devrait continuer de prendre en considération la nature complexe du secteur européen de la pêche et ses réalités économiques et sociales. Je suis impatiente de travailler plus étroitement avec mon collègue, M. De Gucht, afin de prévoir le temps nécessaire pour les ajustements requis, en tenant compte du rythme d’avancement de la réforme de la PCP en cours.

Concernant les négociations de l’OMC, nous suivons avec un intérêt particulier les discussions en cours sur les subventions. Nous devrions, à notre avis, toujours être en mesure de soutenir les initiatives respectueuses de l’environnement et innovantes de nos États membres. Pour ce qui est de la révision de la politique de marché, je pense, comme indiqué dans le projet de rapport, que la nouvelle politique de marché de la PCP devrait revoir les instruments de l’organisation de marché commune actuelle. La révision devrait viser le renforcement des organisations de producteurs dans leur capacité à mieux lier l’offre à la demande en termes de qualité et de volumes. Elle devra aussi soutenir l’offre et la stabilité du marché et revoir les dispositions relatives aux normes de commercialisation et à l’information des consommateurs.

Nous en venons ainsi à l’étiquetage. Les consommateurs veulent en savoir plus sur les produits de la mer qu’ils achètent. Ils veulent savoir où le poisson a été pris ou élevé et si les produits respectent l’environnement et s’ils ont été pêchés selon des conditions de pêche durables. La Commission est prête à travailler sur des initiatives législatives visant à fournir aux consommateurs les informations dont ils ont besoin.

Enfin, un mot sur l’aquaculture. La Commission déploie des efforts considérables en faveur de la concrétisation des objectifs de la stratégie pour le développement durable de l’aquaculture, ce dont nous avons déjà discuté dans le rapport du PE. Nous pensons également que le développement de l’aquaculture dans l’UE peut donner lieu à une réduction de la dépendance aux importations et contribuer à répondre plus efficacement à la demande des consommateurs, qui ne cesse d’augmenter.

Je conclurai en soulignant que le débat d’aujourd’hui jouera un grand rôle dans la préparation de la réforme de la PCP, mais qu’il transmettra également un signal politique important – un signal positif – aux hommes et aux femmes du secteur européen de la pêche, qui sont préparés à une discipline plus stricte, mais qui attendent également un message d’espoir pour leur avenir.

 
  
MPphoto
 

  Karel De Gucht, membre de la Commission. - (EN) Monsieur le Président, la Commission approuve la décision du Parlement européen de préparer un rapport d’initiative sur le régime d’importation applicable aux poissons et produits de la pêche. Le débat lancé par le Parlement fournit une base adéquate pour engager un processus de réflexion sur la façon d’aborder les négociations commerciales dans le contexte d’une PCP réformée.

Je souhaiterais inviter les députés européens à prendre en considération les observations qui suivent au sujet des questions soulevées dans le projet de rapport du PE.

La Commission a conscience de la nature spécifique du secteur de la pêche et de son importance, en particulier pour les communautés côtières. Cette vulnérabilité est prise en compte lors de la mise en œuvre de la politique commerciale commune.

Je tiens à souligner que la politique commerciale de l’UE doit concilier les divers intérêts des différentes parties du secteur de la pêche affectées par cette politique, notamment les producteurs, les transformateurs et les consommateurs. En poursuivant sa politique commerciale pour les produits de la pêche et de l’aquaculture, la Commission ambitionne de parvenir à un résultat équilibré entre, notamment, une politique adéquate en matière d’offre, la prise en compte de la situation et des intérêts des producteurs de l’UE et les exigences des consommateurs, tout en intégrant les objectifs potentiels de la politique de développement.

Nous sommes tous conscients que l’UE est très dépendante des importations de produits de la pêche et de l’aquaculture pour satisfaire la demande de son marché, représenté non seulement par le consommateur, mais aussi par l’industrie de la transformation. Compte tenu des tendances actuelles et de la hausse potentielle de la dépendance de l’UE, la présente réforme de la PCP est une bonne occasion pour l’UE de renforcer la performance économique du secteur et sa compétitivité sur le marché mondial.

Nous ne devrions pas ignorer le fait que le phénomène de la mondialisation ira probablement en s’accentuant étant donné les tendances générales actuelles dans le domaine des échanges internationaux, tant multilatéraux que bilatéraux et régionaux. Dans le cadre des négociations relatives aux dispositions de libre-échange, la Commission a pris, prend et devrait prendre en considération la nature complexe du secteur européen de la pêche lors des négociations d’accès au marché et s’assurer qu’il existe un équilibre entre les divers intérêts concernés par la politique commerciale, comme je l’ai dit un peu plus tôt. Dans le contexte de ces tendances mondiales dans le commerce international, la Commission s’efforcera de réserver le temps nécessaire pour les ajustements requis, en tenant compte du rythme d’avancement de la réforme de la PCP en cours.

J’aborderai à présent brièvement l’une des principales suggestions incluses dans le rapport, à savoir la possibilité d’enlever les produits de la pêche du volet AMNA dans le cadre du cycle de Doha. Je serai très franc avec vous sur ce point. À ce stade du débat, outre qu’il est très difficile de séparer les produits de la pêche du volet AMNA, d’autres approches telles qu’un groupe de négociation spécifique pourraient soumettre l’UE à des pressions considérables pour qu’elle accentue la libéralisation de son marché.

La Commission prend bonne note de l’appel lancé dans le projet de rapport pour que la responsabilité de la négociation des produits de la pêche et de l’aquaculture soit transférée du commissaire au commerce vers le commissaire à la pêche. En vertu du principe de la collégialité qui régit les travaux de la Commission, tous les membres de la Commission sont solidairement responsables des décisions et mesures prises. Cela signifie aussi que le commissaire au commerce et la DG COMMERCE, qui sont responsables des négociations sur les produits de la pêche et de l’aquaculture, n’agissent pas seuls, mais négocient en collaboration étroite avec le commissaire à la pêche et aux affaires maritimes et la DG MARE, ceux-ci étant associés directement à toutes les phases de ces négociations.

La Commission souhaite assurer le PE que les besoins spécifiques du secteur de la pêche sont pris en considération lors des négociations commerciales. En effet, elle défend les intérêts du secteur de l’UE dans les négociations commerciales et prend autant que possible en compte ses vulnérabilités, même lorsqu’elle doit faire face à de fortes pressions de la part de nos partenaires commerciaux.

Lorsqu’elle défend ainsi les intérêts du secteur européen de la pêche, la Commission cherche également à supprimer tout obstacle commercial maintenu par nos partenaires commerciaux qui est susceptible de mettre en péril le potentiel d’exportation de l’industrie européenne, dans le but de garantir des règles de concurrence équitables dans les échanges bilatéraux et multilatéraux de produits halieutiques.

Enfin, le rapport mentionne les craintes des parties concernées au sujet de l’instauration de règles de concurrence égales pour les produits de l’UE et les importations de pays tiers. L’UE est fermement engagée à promouvoir l’application de normes environnementales et en matière de travail dans le cadre des négociations commerciales avec les pays tiers parallèlement à l’ouverture du marché. Par exemple, dans le cadre d’un chapitre sur le développement durable inclus dans nos accords commerciaux ou dans une série de forums où ces questions sont abordées, tels que les Nations unies, la FAO et les organisations régionales de gestion de la pêche, où l’UE est un participant actif.

En conclusion, je souhaiterais dire que je suis prêt et disposé à poursuivre la discussion avec les députés du Parlement européen sur le rôle de la Commission dans les négociations commerciales sur les produits de la pêche et de l’aquaculture.

 
  
MPphoto
 

  Yannick Jadot, rapporteur pour avis de la commission du commerce international. - Monsieur le Président, Madame la Commissaire, Monsieur le Commissaire, je crois qu’il faut noter la convergence de la commission de la pêche et de la commission du commerce international de ce Parlement sur le constat et sur les propositions présentées dans ce cadre.

Cela a été dit: la pêche est un secteur extrêmement important pour l’aménagement du territoire, pour l’emploi, pour l’identité culturelle en Europe. C’est aussi un secteur qui, aujourd’hui, a un impact extrêmement fort sur les ressources halieutiques, et une très grande majorité des stocks sont aujourd’hui considérablement surexploités. Et l’on voudrait trop souvent nous faire croire que, finalement, l’objectif d’une politique commune des pêches européenne consisterait à adapter le secteur de la pêche à une globalisation des échanges de produits de la pêche dont on voit aujourd’hui les impacts extrêmement durs, que ce soit en matière sociale, en matière économique et, évidemment, en matière environnementale.

Nous défendons donc activement une intégration beaucoup plus forte de critères sociaux et environnementaux dans les accords commerciaux quand il s’agit des produits de la pêche. Nous soutenons l’idée de retirer les produits de la pêche de l’AMNA, parce qu’un poisson n’est pas une chaussette ou une machine à laver, c’est un enjeu absolument essentiel en matière de sécurité alimentaire, en matière de biodiversité. Mais il faut être clair. À partir du moment où nous portons ceci dans la négociation internationale, il faut que notre politique européenne soit exemplaire, qu’on aille vers plus de pêcheurs, mieux rémunérés et qui ne surexploitent pas les stocks, dans nos eaux territoriales comme dans les eaux territoriales où nous achetons des droits de pêche.

 
  
MPphoto
 

  Antonello Antinoro, au nom du groupe PPE.(IT) Monsieur le Président, Madame la Commissaire, Monsieur le Commissaire, Mesdames et Messieurs, je voudrais remercier M. Cadec pour le travail – l’excellent travail – qu’il a accompli sur un thème aussi important que les dispositions relatives aux importations de produits de la pêche et de l’aquaculture dans l’UE.

J’avais préparé mon allocution sur la nécessité, par exemple, de s’assurer que les produits importés respectent les mêmes règles sanitaires et les mêmes exigences, mais je vois que d’autres en ont déjà parlé; il serait donc inutile de réexaminer ce point, sans compter que ce serait une perte de temps. Toutefois, je dois mentionner un aspect fondamental, que j’ai cru entendre en filigrane dans le discours du commissaire De Gucht et évoquer par le député qui m’a précédé, à savoir l’existence à l’heure actuelle de conflits mineurs entre les compétences des deux commissaires ou entre celles qu’ils devraient avoir.

Très honnêtement, je pense qu’il est important de souligner ce point, car, comme il a été dit, le secteur de la pêche a un rôle fondamental à jouer si nous voulons nous assurer que nos pêcheurs ne continuent pas de réduire leurs capacités de pêche parce que nous les avons forcés à le faire pour le bien de nos mers. Si nous voulons que les gens cessent de considérer nos pêcheurs comme les cendrillons de l’Europe, pour ainsi dire, nous devrons accorder plus d’attention à cet aspect.

La commissaire Damanaki et le commissaire De Gucht ont tous deux exprimé leur intention de se consacrer pleinement à l’ensemble de cette thématique, mais je pense qu’il est important de n’avoir qu’une seule ligne d’approche. Je pense également que la question concernant le commissaire à la pêche, avec tout ce qu’elle implique par la suite au sein du Parlement, est cruciale pour résoudre ce problème et faire de ce rapport une perspective d’avenir importante.

 
  
MPphoto
 

  Luis Manuel Capoulas Santos, au nom du groupe S&D.(PT) Monsieur le Président, Madame la Commissaire, Monsieur le Commissaire, Mesdames et Messieurs, comme chacun le sait, les produits de la pêche et de l’aquaculture constituent une part importante du régime alimentaire en Europe, raison pour laquelle nous devons importer plus de 60 % de ces produits pour répondre à nos besoins, comme l’a dit si justement la commissaire Damanaki. Ce simple fait illustre amplement l’importance du rapport de M. Cadec, avec qui, en tant que rapporteur fictif, j’ai eu le plaisir de travailler à la recherche d’un consensus aussi vaste que possible sur la protection du secteur, des emplois qu’il génère et, surtout, de tous les consommateurs européens.

Par conséquent, le groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen soutient les principales hypothèses et les conclusions fondamentales du rapport, en particulier celles concernant les craintes et recommandations sur la nécessité de garantir la santé et la sécurité des produits de la pêche et de l’aquaculture importés, ainsi que les critères environnementaux qui doivent être obligatoires pour capturer, produire et transformer ces produits.

Le rapport traite à juste titre d’autres thèmes qui méritent tout autant notre soutien, mais par manque de temps, je ne peux pas les exposer ici. Pour ces raisons, mon groupe votera sans nul doute en faveur du rapport. En outre, je voudrais féliciter M. Cadec pour l’excellent travail qu’il a accompli.

 
  
MPphoto
 

  Pat the Cope Gallagher, au nom du groupe ALDE. – (EN) Monsieur le Président, je voudrais avant tout féliciter M. Cadec pour ce rapport. La chute des prix du poisson, ces dernières années, est directement et en majeure partie liée à la concurrence des importations de poissons sauvages ou d’élevage. Les producteurs ne sont pas soumis aux régimes exigeants des opérateurs de l’UE dans des domaines tels que la conservation et les normes d’hygiène. Leurs produits entrent dans l’Union européenne à des prix qui ne sont pas rentables les producteurs européens.

Cette question doit être examinée dans le contexte de la réforme de la PCP, et je sais que la commissaire Damanaki abordera ce point. Il existe une forte dépendance aux produits importés, comme l’ont souligné les deux commissaires, mais quand je vois que mon propre pays importe 46 000 tonnes de poissons par an représentant 181 millions d’euros, il semble y avoir un manque de sensibilisation parmi les consommateurs de poisson importé par rapport au poisson sauvage.

Si nous voulons résoudre ce problème, nous devons nous tourner vers les substituts à l’importation afin de réduire les 66 % à 50 % sur une période de, disons, dix ans, mais pour ce faire, nous devons alléger la lourde charge administrative qui pèse actuellement sur le secteur et veiller à ce que toutes les DG, de même que tous les ministères et les différents États membres, travaillent de concert dans l’intérêt de ce secteur.

 
  
MPphoto
 

  Isabella Lövin, au nom du groupe Verts/ALE. (SV) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, je salue le rapport de M. Cadec sur l’importation de poisson dans l’UE. Les captures ont diminué à un rythme alarmant en Europe – de 26 % rien que depuis 1997. Plus de 60 % du poisson consommé en Europe aujourd’hui est importé. Cela ne devrait pas être. l. Si nous gérions nos ressources halieutiques au moins en accord avec le principe de production maximale équilibrée, les prises européennes pourraient doubler et nous disposerions dans le même temps de stocks importants et viables.

Dans cet esprit, nous devons à présent nous assurer que nous ne transférons pas nos problèmes de surpêche à d’autres pays. Le rapport Cadec mentionne plusieurs instruments importants à la disposition de l’UE. Le premier est le règlement sur la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). Tous les poissons qui sont mis sur le marché de l’UE doivent être accompagnés de documents agréés indiquant où, quand et par qui ils ont été capturés. C’est une première étape, mais elle n’est pas suffisante. Dans de nombreuses régions du monde, la pêche illicite est un problème que les pays pauvres ne peuvent régler par manque de ressources. Dans les pays où la corruption est courante, un exportateur de poisson peut facilement se procurer les documents requis. Par conséquent, l’UE, en tant que principal importateur de poisson dans le monde, doit prendre sa part de responsabilité en fournissant une aide financière technique et concrète et doit apporter sa part des ressources nécessaires pour faciliter la conformité et le contrôle dans les pays en développement.

Le second instrument est déjà en place aux Nations unies. Nous avons de bons accords internationaux, mais nous devons également les appliquer. En 2006, l’UE a examiné un accord de mise en œuvre , entre autres, du code de conduite pour une pêche responsable de la FAO au sein des Nations unies. Nous devons poursuivre cet examen.

 
  
MPphoto
 

  Marek Józef Gróbarczyk, au nom du groupe ECR.(PL) Monsieur le Président, je voudrais remercier sincèrement M. Cadec pour ce rapport ambitieux, qui revêt une importance extrême pour la PCP en cours d’élaboration. Même au moment de la rédaction du rapport, de nombreux domaines de la PCP ont pu être observés, qui, de notre point de vue, diffèrent significativement de l’avis de la Commission; et cela vaut malheureusement aussi pour la forme finale du rapport. De l’avis des pêcheurs, ce rapport crucial devrait avoir des répercussions considérables sur la structure de la future PCP en termes d’organisation du marché.

Madame Damanaki, vous avez répété lors de nombreuses réunions, qu’au lieu de critiquer les débats sur les quotas individuels transférables, nous devrions proposer des solutions dans le cadre de la future politique. Je suis convaincu que l’exploitation des idées contenues dans ce rapport est une alternative au concept que nous impose la Commission.

 
  
MPphoto
 

  Diane Dodds (NI). - (EN) Monsieur le Président, Madame la Commissaire, Monsieur le Commissaire, en premier lieu, je voudrais remercier le rapporteur pour son rapport. Le 24 juillet 2008, en réponse à la crise économique à laquelle est confrontée la flotte de pêche européenne, le Conseil «Pêche» de l’UE a approuvé des mesures temporaires et spécifiques destinées à promouvoir et restructurer la flotte. Alors que de nombreux pêcheurs s’efforçaient de tirer profit de ces mesures, ils ont été frappés par les répercussions de la récession mondiale. La valeur des langoustines vendues par mes pêcheurs en Irlande du Nord à d’autres pays européens a chuté en flèche. Ceci au moment même où les volumes de crustacés et de poissons importés ne cessent d’augmenter.

L’Europe a besoin de poisson. Nous avons besoin d’importations de poisson, mais j’affirme haut et fort que ces importations ne doivent pas se faire à n’importe quel prix. D’une part, mes collègues veulent mettre un terme à l’octroi de subsides à nos pêcheurs. Toutefois, la contradiction réside dans le fait que, alors que nous cherchons à supprimer ces subventions, la politique européenne autorise les importations de produits de la pêche et de l’aquaculture non réglementées, mettant ainsi en péril le secteur de la pêche durable et économiquement viable que nous tentons de préserver.

L’Europe ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Il y a un manque de cohérence et c’est pour y remédier que je soutiens le rapport de M. Cadec.

 
  
MPphoto
 

  Carmen Fraga Estévez (PPE).(ES) Monsieur le Président, le présent rapport est le fruit de la frustration et du manque de défense du secteur européen de la pêche.

Monsieur le Commissaire, ce secteur ne demande pas de mesures protectionnistes; ce qu’il réclame, à ce stade, étant donné l’ignorance historique des responsables de la direction générale du commerce, c’est de ne pas être davantage mis à mal.

À ce sujet, nous soutenons tout particulièrement la requête formulée dans le rapport de M. Cadec pour que les chapitres sur la pêche soient transférés du mandat de la direction générale du commerce vers celui de la direction générale des affaires maritimes et de la pêche, comme c’est le cas pour l’agriculture, étant donné qu’il est question ici de produits particulièrement sensibles, le thon étant le cas classique.

Concernant le thon, nous avons l’exemple scandaleux de la dérogation des règles d’origine sans que les circonstances aient été prises en compte dans les accords avec la Papouasie – Nouvelle-Guinée et les îles Fidji, qui ne font qu’avantager nos principaux concurrents, la Thaïlande et les Philippines.

Monsieur le Commissaire, êtes-vous conscient qu’outre l’étranglement du secteur européen, causé par votre politique, la Papouasie – Nouvelle-Guinée entre dans une nouvelle phase de création d’emplois très médiocres et de développement durable nul? Avez-vous connaissance des rapports rédigés par des organisations non gouvernementales actives dans les domaines de la main-d’œuvre enfantine, des conditions insalubres et du manque d’hygiène dans les usines, de l’incidence environnementale désastreuse sur la côte de Madang et de la pêche illicite? Est-il de votre devoir d’empêcher cela?

 
  
MPphoto
 

  Pat the Cope Gallagher (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, le comportement des députés de cette Assemblée aujourd’hui est peu élégant. Cela ne se produirait dans aucun autre parlement dans le monde. S’il n’y a pas de respect pour le président de la commission de la pêche et pour la pêche en général, je propose que vous ajourniez la séance jusqu’à ce que les gens aient du respect pour cette Assemblée et cessent de tenir ces réunions.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. - Monsieur Gallagher, nous devons poursuivre. Je demanderai à tous mes collègues de rester calme afin que nous puissions travailler encore dix minutes et terminer ce rapport et ce travail importants.

 
  
MPphoto
 

  Ulrike Rodust (S&D). (DE) Monsieur le Président, Madame Damanaki, la politique européenne de la pêche est confrontée à des défis de taille. Nos pêcheurs doivent faire face à une baisse des stocks et, dans le même temps, à une concurrence pas toujours loyale sur le marché mondial. Nous devons de toute urgence introduire des réformes radicales afin de mettre un terme à la surpêche dans les eaux européennes et d’assurer la survie des pêcheries européennes.

Je pense, comme la commissaire Damanaki, que nous ne devrions pas trop en demander à nos pêcheurs en leur réclamant d’une part des réformes radicales et en libéralisant d’autre part le commerce. La réalisation simultanée de ces deux actions alourdira la charge sur les épaules de nos pêcheurs. Le meilleur moyen d’améliorer la compétitivité est de permettre aux stocks de se reconstituer. Un autre moyen de permettre aux pêcheries européennes de survivre consiste à améliorer la commercialisation. Dans certaines circonstances, les consommateurs européens sont prêts à débourser plus pour du poisson européen s’ils sont mieux informés sur son origine.

 
  
MPphoto
 

  Britta Reimers (ALDE).(DE) Monsieur le Président, Madame la Commissaire, Monsieur le Commissaire, je souhaiterais féliciter M. Cadec pour son rapport équilibré et réussi. Je voudrais également le remercier pour son excellente coopération.

La réglementation de l’importation des produits de la pêche et de l’aquaculture dans l’UE pose de sérieuses difficultés. Avec un volume de 12 millions de tonnes et une valeur de 55 milliards d’euros, le marché européen de la pêche est le plus important du monde. Ce marché est en croissance rapide et dépend de plus en plus des importations de pays tiers. Il est par conséquent important que nous contrôlions les conditions dans lesquelles les produits provenant de pays tiers sont produits et importés.

Nous avons à présent soumis deux amendements en plénière. Ces amendements concernent la nécessité de reconnaître la situation économique particulière des régions périphériques de l’Europe. Toutefois, nous ne tenons pas la libéralisation du marché pour seule responsable des difficultés rencontrées. L’introduction massive de produits de la pêche sur le marché de l’UE, qui a été qualifiée de déloyale, n’a par ailleurs eu aucun effet sur...

(Le Président retire la parole à l’oratrice)

 
  
MPphoto
 

  Jarosław Leszek Wałęsa (PPE).(PL) Monsieur le Président, je n’ai pas beaucoup de temps; je voudrais donc mettre en évidence l’un des thèmes abordés dans le rapport de M. Cadec. Le poisson ne devrait pas être traité comme les autres produits industriels, mais devrait relever des règles commerciales de l’OMC qui s’appliquent aux produits sensibles. La politique commerciale de l’UE ne prend guère en considération la nature spécifique de ce secteur sensible ni les intérêts des producteurs de l’UE. Par conséquent, c’est une bonne idée d’évaluer l’avantage des produits de la pêche qui ne sont plus soumis aux règles d’accès aux marchés des produits non agricoles industriels, et ce dans le but d’adapter plus facilement le commerce des produits de la pêche aux exigences appliquées aux produits alimentaires et sensibles.

 
  
MPphoto
 

  Catherine Trautmann (S&D). - Monsieur le Président, j’adresse mes félicitations à notre collègue Cadec pour son excellent travail.

Le texte mis aux voix aujourd’hui marque une certaine évolution dans le rapport de notre institution avec le concept de libre-échange. Sans être assimilable à du protectionnisme, la ligne défendue ici peut être qualifiée de moins naïve.

Nous sommes tous d’accord pour dire que la production européenne ne suffit pas et, plutôt que d’avoir recours à la variable des importations avant tout autre chose, nous devons d’abord intensifier nos efforts de sauvegarde et de régénération des stocks, y compris par un recours à l’aquaculture, pour assurer la pérennité du secteur et de ses emplois dans l’Union, ainsi qu’une pêche européenne moins dépendante de l’extérieur.

Quant aux importations, nous devons garantir que le marché européen des produits de la pêche et de l’aquaculture ne souffre pas d’une concurrence déloyale du fait de conditions sanitaires et sociales moins contrôlées et de droits de douane dérisoires. C’est pourquoi je suis favorable à un label européen, conformément à nos normes, environnementales et sociales.

 
  
MPphoto
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE).(PT) Monsieur le Président, Madame la Commissaire, l’Europe est aujourd’hui le plus grand marché européen pour les produits de la pêche et de l’aquaculture, important quelque 60 % du poisson consommé. La production européenne de poisson ne suffit pas et ne peut pas suffire dans un futur proche à satisfaire la demande pour ces types de produits; leur importation est devenue une nécessité.

Dans ce contexte, il est important de sauvegarder deux aspects fondamentaux: premièrement, établir les conditions nécessaires pour garantir aux consommateurs européens l’accès à des produits de la pêche et de l’aquaculture importés de qualité et, deuxièmement, mettre en place un cadre de concurrence loyale, tant pour les produits importés que pour ceux capturés et produits par les secteurs de la pêche et de l’aquaculture en Europe.

Il est par conséquent nécessaire que les produits de la pêche et de l’aquaculture qui sont importés par l’Union européenne respectent les mêmes normes environnementales, sociales, sanitaires et qualitatives que celles imposées pour les produits de l’UE. La réforme du marché commun des produits de la pêche et de l’aquaculture est également nécessaire, en particulier la révision des mécanismes utilisés pour combattre des phénomènes tels que la suppression progressive des droits de douane et la compétitivité croissante des importations.

Ce rapport du Parlement, rédigé sous la direction admirable de M. Cadec, arrive à point nommé et passe en revue une série de propositions importantes pour le développement durable du secteur de la pêche et des secteurs connexes, dont la commercialisation.

 
  
MPphoto
 

  Josefa Andrés Barea (S&D). (ES) Monsieur le Président, Madame la Commissaire, Monsieur le Commissaire, merci d’assister à ce débat sur un rapport très important concernant le régime d’importation.

La pêche est un thème important, dont deux aspects essentiels doivent être mis en évidence: le fait que nous ne sommes pas autosuffisants et le fait que la concurrence déloyale est très courante; il faut donc sécuriser la pêche en Europe et prévenir la concurrence déloyale.

J’aurai une remarque à adresser au commissaire au commerce: vous ne pouvez pas continuer à considérer la pêche comme «un produit non sensible»; ce secteur ne doit pas continuer d’être régi par des règles d’accès aux marchés pour les produits non agricoles; il ne peut pas être un produit comme l’industrie; il doit être un «produit sensible» et régi par les règles de l’OMC et de la FAO des Nations unies.

Nous ne pouvons dès lors pas nous inscrire dans durabilité, nous ne pouvons pas garantir la préservation des espèces ni nous engager dans une véritable activité de marché si nous ne considérons pas le poisson comme un «produit sensible».

 
  
MPphoto
 

  Robert Atkins (ECR). - (EN) Monsieur le Président, je prends à nouveau la parole pour suggérer par votre intermédiaire à la Conférence des présidents que quelqu’un reprenne en main la situation. Nous avons été initialement prévenus que les votes auraient lieu à midi, heure qui a été reportée de cinq minutes toutes les cinq minutes. Certains ont des avions à prendre. Ce n’est pas pratique. Cela discrédite le Parlement. Que quelqu’un reprenne les choses en mains!

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 

  Le Président. - Nous avons indiqué que les votes seraient reportés à 12 h 15 ou 12 h 20, donc, s’il vous plaît, poursuivons avec les réponses de nos commissaires. Je suis persuadé que nous serons en mesure de voter à 12 h 20.

 
  
MPphoto
 

  Maria Damanaki, membre de la Commission. - (EN) Monsieur le Président, je ne peux pas prendre les choses en main, mais je peux en revanche être très brève.

Je voudrais dire que nous prenons dûment en compte toutes les craintes exprimées par les députés. Comme M. De Gucht et moi-même l’avons déjà mentionné, nous nous efforçons de trouver un équilibre. Nous avons besoin d’un secteur de la pêche viable et nous avons des obligations à l’égard de l’OMC et d’autres organes internationaux. Je voudrais vous assurer une fois encore, toutes et tous, que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour que la réforme de la PAC garantisse à nos pêcheurs le meilleur avenir possible.

 
  
MPphoto
 

  Alain Cadec, rapporteur. - Monsieur le Président, je considère le comportement de nos collègues tout à fait irrespectueux et inacceptable dans un Parlement comme le nôtre. C’est scandaleux ce que vous faites là! Vous me faites honte! Vous ne pensez qu’à une chose: c’est voter et rentrer chez vous! Nous sommes en train de travailler sur un rapport important, ayez au moins le respect d’écouter les gens ou sortez de cette enceinte!

En tous les cas, mes chers collègues, après que j’ai piqué ma petite colère, je ne doute pas que, dans quelques minutes, vous allez voter largement ce rapport et, puisque le moment m’en est donné, je tiens à remercier les collègues de la commission de la pêche, et notamment notre présidente, Carmen Fraga Estévez, qui ont accepté de retenir ce thème et de me confier ce rapport.

Je tiens aussi à remercier les rapporteurs fictifs, M. Capoulas Santos, Mme Reimers, M. Gróbarczyk et Mme Lövin, pour leurs contributions à tous les débats et aux amendements.

Je tiens également à remercier toutes les personnes qui ont nourri ce rapport, les représentants du secteur qui ont permis mon travail de recherche, notamment les fonctionnaires de DG Trade et de la DG Mare. Je pense à Zoltan Somoguy et Miriam Garcia Ferrer, de la DG Trade, à Pierre Amilhat, Christian Rambeau et Juan Ranco de la DG Mare, et je vous remercie, ma chère Maria, d’être présente ici, et vous aussi, Monsieur de Gucht, même si vos réponses – qui ne sont pas des réponses, car elles précédaient mes propos – ne me satisfont pas totalement.

En tous les cas, je remercie également Mauro Belardinelli de notre groupe, Ollivier Gimenez, mes assistants, Emilie Herrbach et Vincent Guerre, et une mention toute particulière à Philippe Musquar, qui m’a beaucoup aidé sur ce rapport et m’a accompagné dans sa conception.

Je terminerai mon propos en vous remerciant par avance de votre vote!

 
  
MPphoto
 

  Le Président. - Si vous vous posez la question, M. De Gucht n’a pas répondu à cause du bruit qui régnait dans l’Assemblée; je voudrais donc adresser mes excuses à nos deux commissaires pour ce brouhaha.

Le débat est clos.

Le vote aura lieu sous peu.

 
  
  

PRÉSIDENCE DE M. JERZY BUZEK
Président

 

6. Heure des votes
Vidéo des interventions
MPphoto
 

  Le Président. - L’ordre du jour appelle l’heure des votes.

(Pour les résultats des votes et autres détails les concernant: voir procès-verbal)

***

J’ai une annonce à faire. Mme Eva Dudzinska est assise à ma droite. Elle a passé près de 35 ans au Parlement européen. Au cours de ces dix dernières années, ses activités ont été étroitement liées à la plénière. À présent, elle prend sa retraite. Je voudrais la remercier et lui souhaiter le meilleur pour la suite.

(Applaudissements)

 

6.1. Accord UE/États-Unis d’Amérique sur le traitement et le transfert de données de messagerie financière de l’UE aux États-Unis aux fins du programme de surveillance du financement du terrorisme (A7-0224/2010, Alexander Alvaro) (vote)
 

– Avant le vote

 
  
MPphoto
 

  Alexander Alvaro, rapporteur. – (DE) Monsieur le Président, mes collègues députés comprendront peut-être qu’après le rejet de cet accord par le Parlement européen en février, il doit être souligné qu’entre-temps, au cours de nos travaux avec la Commission, nous sommes parvenus à améliorer sensiblement le texte.

Je voudrais utiliser l’occasion qui m’est ici donnée pour remercier mes collègues du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens), du groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, du groupe Verts/Alliance libre européenne et du groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique qui ont travaillé sur ce sujet pour leur aide dans l’élaboration, dans des circonstances difficiles, d’un accord qui protège à la fois le droit de nos concitoyens à la protection de leur vie privée et leur droit à la sécurité. Je voudrais rappeler que c’est la première fois que nous avons l’occasion de donner vie au traité de Lisbonne, qui n’est ainsi plus un texte sans vie.

 
  
  

– Après le vote

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Je voudrais remercier et féliciter M. Alvaro, ainsi que l’ancienne rapporteure, Mme Hennis-Plasschaert, et tous les collègues qui se sont autant investis dans l’élaboration de cet accord. Merci beaucoup.

 
  
MPphoto
 

  Rui Tavares (GUE/NGL). - (EN) Monsieur le Président, j’attire votre attention sur un amendement à ce rapport qui demande au Conseil et à la Commission de collaborer avec le Parlement en vue de la désignation du responsable de l’UE à détacher à Washington pour contrôler l’extraction de données. Je vous demanderai de bien vouloir contacter personnellement le Conseil et la Commission dans les plus brefs délais afin de garantir la supervision parlementaire adéquate de cette opération.

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. – Merci de me le rappeler. Je les contacterai pour régler cette affaire.

 

6.2. Service européen pour l’action extérieure (A7-0228/2010) (vote)
MPphoto
 

  Le Président. – Je voudrais féliciter le rapporteur, M. Brok, de même que nos négociateurs: M. Brok, M. Verhofstadt et M. Gualtieri. Il s’agissait d’un travail conséquent, et de nombreuses commissions du Parlement européen y ont également contribué. Nous sommes parvenus à un vaste consensus. Je voudrais remercier chacun d’entre vous. Je voudrais également attirer votre attention sur le fait que d’ici peu, nous recevrons les deux importants projets de rapports élaborés par Mme Gräßle et M. Rapkay; nous devons donc continuer de travailler sur ce sujet.

 

6.3. Kosovo (B7-0409/2010) (vote)
 

– Avant le vote

 
  
MPphoto
 

  Jelko Kacin (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, lundi matin, notre collègue Peter Miletic, membre du parlement kosovar et chef de file du parti libéral minoritaire serbe Samostalna Liberalna Stranka, a été victime d’une tentative d’assassinat. Il a reçu deux balles, qui l’ont blessé.

Il est l’un des nôtres, un député. Attaquer un député, où qu’il se trouve, revient à attaquer la démocratie. Cette attaque visait à saper les efforts d’instauration d’une stabilité durable dans la région des Balkans occidentaux. Il est actuellement en soins intensifs à l’hôpital de Mitrovica. Souhaitons-lui un prompt rétablissement et assurons-le de notre plein soutien humain et politique. (Applaudissements)

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Nous partageons tous vos propos.

Avant le vote sur l’amendement 11

 
  
MPphoto
 

  Pier Antonio Panzeri (S&D).(IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, je demande à ce que les mots «de tous les citoyens» soient supprimés lorsqu’il est essentiellement fait référence au dialogue. Par conséquent, la phrase finale devrait être: «considère que les deux parties devraient adopter une approche pragmatique du dialogue dans l’intérêt du Kosovo et de la Serbie».

 
  
 

(L’amendement oral est adopté)

– Avant le vote sur le paragraphe 4

 
  
MPphoto
 

  Ulrike Lunacek (Verts/ALE). - (DE) Je souhaiterais juste que l’intitulé officiel de l’avis consultatif de la Cour de justice internationale soit inclus.

(EN) Je vais le lire en anglais. Le libellé officiel est «Accordance with International Law of the Unilateral Declaration of Independence by the Provisional Institutions of Self-Government of Kosovo» (Conformité au droit international de la déclaration unilatérale d’indépendance des institutions provisoires d’administration du Kosovo).

 
  
 

(L’amendement oral est adopté)

– Après le vote sur l’amendement 5

 
  
MPphoto
 

  Ulrike Lunacek (Verts/ALE). - (EN) Monsieur le Président, cela a trait aux événements violents qui ont eu lieu très récemment au Kosovo, dont l’un a déjà été mentionné par mon collègue, M. Kacin, à savoir lorsqu’un député serbe du Kosovo, Petar Miletic, a reçu plusieurs balles lundi dernier. Je me joins à cette Assemblée pour lui souhaiter un très prompt rétablissement.

Un autre incident a eu lieu et il n’était pas possible de l’évoquer avant la fin des amendements; je vais donc vous lire cet amendement oral: «se déclare profondément préoccupé par l’explosion meurtrière du 2 juillet 2010 au Nord de Mitrovica, pendant les manifestations contre l’ouverture d’un centre de services publics, explosion lors de laquelle une personne a été tuée et dix autres ont été blessées, ainsi que par l’attaque du 5 juillet 2010 contre un membre du Parlement du Kosovo d’origine serbe; condamne fermement tous les actes de violence et demande aux parties d’agir de manière responsable; demande instamment à EULEX de fournir tous les efforts pour désamorcer la tension et empêcher tout nouvel acte de violence et demande à la police du Kosovo, avec l’aide d’EULEX, de commencer immédiatement des enquêtes approfondies et objectives sur ces éléments afin de traduire leurs auteurs en justice».

 
  
 

(L’amendement oral est adopté)

 

6.4. Albanie (B7-0408/2010) (vote)
  

– Avant le vote sur l’amendement 2

 
  
MPphoto
 

  Libor Rouček (S&D). - (EN) Monsieur le Président, nous changeons un mot: «tout le matériel électoral» devrait être remplacé par «le matériel électoral», donc «le» à la place de «tout» .

 
  
 

(L’amendement oral est adopté)

 

6.5. Situation au Kirghizstan (B7-0419/2010) (vote)

6.6. Le sida/VIH en vue de la XVIIIe conférence internationale sur le sida (Vienne, 18-23 juillet 2010) (B7-0412/2010) (vote)
  

– Avant le vote

 
  
MPphoto
 

  Michael Cashman (S&D). - (EN) Monsieur le Président, étant donné l’importance de ce vote en amont de la conférence de Vienne, je demande que le vote final ait lieu par appel nominal.

 
  
MPphoto
 

  Francesco Enrico Speroni, au nom du groupe EFD.(IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, mon groupe s’y oppose.

 
  
  

(La demande est rejetée)

 
  
MPphoto
 

  Astrid Lulling (PPE). - Mais tranquillisez-vous! Comme les Luxembourgeois parlent et écrivent le français et l’allemand, je me permets d’attirer votre attention, avant le vote de cette résolution très sensible, sur le fait qu’il y a une différence énorme entre le texte français et le texte allemand du paragraphe 17.

Dans le texte allemand, il est question que les États membres et la Commission sont invités ...

(DE) à soutenir des mesures pour un avortement sûr

...à soutenir des mesures pour un avortement sûr. Ce bout de phrase ne figure pas dans le texte français ni, d’après ce qu’on m’a dit, dans le texte anglais.

Monsieur le Président, si vous pouviez préciser que c’est le texte français qui fait foi, cela faciliterait certainement la décision de beaucoup de collègues concernant le vote.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Nous corrigerons toutes les traductions afin qu’elles soient en harmonie avec les textes originaux. Nous vérifierons cela. Merci.

 
  
MPphoto
 

  Michael Cashman (S&D). - (EN) Monsieur le Président, au vu du vote auquel nous venons de procéder, je me demande si le parti politique qui s’y est opposé serait disposé à retirer son objection et à nous permettre à présent de procéder au vote final par appel nominal.

 
  
MPphoto
 

  Francesco Enrico Speroni, au nom du groupe EFD.(IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, je réitère notre opposition.

 
  
  

(La demande est rejetée)

– Après le vote

 
  
MPphoto
 

  Gay Mitchell (PPE). - (EN) Monsieur le Président, je ne souhaite pas retarder la procédure, et je suis heureux de constater que M. Cashman soit à ce point en voix. Je pense qu’il serait bon que nous procédions à un vote libre parmi cette Assemblée sur ce type de sujets. Cela pourrait permettre de déterminer la véritable position du Parlement. Nous avons une partie qui critique violemment l’Assemblée et une partie seulement qui autorise un vote libre. Si nous voulons véritablement déterminer la position du Parlement sur ce type de questions, nous devrions procéder à un vote libre parmi l’Assemblée.

(Applaudissements)

 
  
 

– Après le vote

 
  
MPphoto
 

  Michael Cashman (S&D). - (EN) Monsieur le Président, si quelqu’un est cité nommément dans cette Assemblée, il a le droit de répondre. J’ai été cité nommément. Je voudrais donc dire à M. Mitchell et aux autres que, quel que soit le parti qui décide de voter, chacun d’entre nous dispose de son propre vote libre et que l’Assemblée a voté démocratiquement.

(Applaudissements)

 

6.7. Entrée en vigueur de la Convention sur les armes à sous-munitions le 1er août 2010 et le rôle de l’UE (B7-0413/2010) (vote)

6.8. Avenir de la PAC après 2013 (A7-0204/2010, George Lyon) (vote)
 

– Avant le vote

 
  
MPphoto
 

  Ulrike Rodust (S&D).(DE) Monsieur le Président, je ne voulais pas soulever un point de forme, mais je voudrais attirer votre attention et celle de mes collègues sur une erreur de traduction dans la version anglaise. J’ai déposé un amendement relatif au rapport Lyon, considérant Ae: «whereas the CAP must be geared to the maintenance and development of multifunctional, sustainable agriculture throughout Europe..» Malheureusement, c’est le terme «extensive» qui a été utilisé dans les traductions. Cependant, le terme «flächendeckend» utilisé dans la version allemande a une tout autre signification. Il veut dire «dans toute les régions d’Europe». Une agriculture (agriculture «flächendeckend») devrait être pratiquée même dans les régions montagneuses. «Extensive» a une tout autre signification.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Merci d’avoir soulevé cette question. Nous corrigerons les textes pour les harmoniser avec l’original.

– Après le vote sur le paragraphe 44

 
  
MPphoto
 

  George Lyon, rapporteur. − (EN) Monsieur le Président, il semble qu’il y ait une certaine confusion concernant l’objet du vote. L’interprétation annonçait le 44, et maintenant vous dites que le 45 a été retenu. Vous devez dissiper cette confusion et déclarer le vote valide et le définir comme tel.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Nous avons voté le paragraphe 44, comme je vous l’avais dit. Je répète: l’amendement n’a pas été adopté et le paragraphe 44 a été voté. C’est le résultat du vote.

 
  
MPphoto
 

  Pablo Arias Echeverría (PPE).(ES) Monsieur le Président, nous venons de voter le paragraphe 44, et alors que j’étais en faveur de ce paragraphe, j’ai voté «contre» en raison d’une certaine confusion: on nous a dit que nous devions voter le 45, mais en fait nous votions le 44.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Mesdames et Messieurs, puisqu’il y a tant de contestations – veuillez m’écouter – nous allons à nouveau procéder au vote relatif au paragraphe 44. L’objet du vote actuel est le paragraphe 44. Le vote ne m’a pas paru clair non plus parce que vous n’avez pas levé les mains.

– Avant le vote sur le paragraphe 59

 
  
MPphoto
 

  Elizabeth Lynne (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, nous avons besoin d’une clarification. Je ne sais pas si c’est vous qui vous trompez ou si c’est l’interprétation qui est erronée, mais en anglais, nous avons entendu 52. Nous n’avons pas entendu d’appel pour procéder au vote du 59, et donc nous ne savons plus où nous en sommes.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – L’objet du vote actuel est le paragraphe 59. Le paragraphe 59 figure actuellement à l’écran. Il s’agit d’un vote séparé.

– Avant le vote sur le considérant C

 
  
MPphoto
 

  Elizabeth Lynne (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, je voudrais juste dire que le considérant AE est avant le C. Nous n’avons pas encore voté l’AE.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Notre information est différente. Nous devons voter maintenant le considérant C.

– Avant le vote sur le considérant AE

 
  
MPphoto
 

  Albert Deß (PPE).(DE) Monsieur le Président, conformément à l’explication donnée au début de cette procédure de vote, qui indiquait que la version allemande constituait le texte initial, le groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens) s’abstient d’un vote séparé. Mon groupe est prêt à voter en faveur du considérant Ae.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Monsieur Deß, je vais vous expliquer. La demande ne provenait pas seulement du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens), mais également d’un autre groupe politique; par conséquent, nous allons continuer comme prévu et selon un vote séparé, car cette procédure a été également demandée par un autre groupe.

 
  
MPphoto
 

  Albert Deß (PPE). - (DE) Dans ce cas, je vais demander à mon groupe de voter favorablement deux fois. Puisque la version allemande constituait le texte initial, nous n’avons pas à voter contre lors d’un second vote.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Mesdames et Messieurs, Présidents, veuillez écouter attentivement.

 

6.9. Régime d’importation dans l’UE des produits de la pêche et de l’aquaculture dans la perspective de la future réforme de la PCP (A7-0207/2010, Alain Cadec) (vote)

7. Rectificatif (article 216 du règlement): voir procès-verbal
Vidéo des interventions
  

PRÉSIDENCE DE M. LÁSZLÓ TŐKÉS
Vice-président

 

8. Explications de vote
Vidéo des interventions
  

Explications de vote orales

 
  
  

- Rapport: Alexander Alvaro (A7-0224/2010)

 
  
MPphoto
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE). - (EN) Monsieur le Président, j’ai voté en faveur de l’accord entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique relatif au partage de données financières aux fins de surveillance du financement du terrorisme.

Nous sommes conscients de la menace que le terrorisme fait peser sur notre sécurité ainsi que sur celle de nos partenaires de l’autre côté de l’Atlantique. Je n’ai pas à vous rappeler toutes les attaques terroristes qui ont eu lieu sur le sol européen au cours de la dernière décennie. Il est également évident que nos partenaires américains représentent un allié stratégique important, non seulement dans le domaine de la sécurité mondiale, mais également sur le plan économique et dans d’autres domaines.

Le vice-président Joe Biden s’est clairement exprimé, il y a quelques mois, sur l’engagement de son pays dans un partenariat stratégique devant cette même Assemblée. Par conséquent, nous sommes fiers d’avoir donné notre assentiment à cet accord qui est si important dans les investigations relatives aux activités terroristes, surtout dans la mesure où ce nouvel accord comporte des améliorations significatives et que les éclaircissements apportés par la Parlement européen ont été largement pris en compte.

 
  
MPphoto
 

  Gerard Batten (EFD). - (EN) Monsieur le Président, il existe de nombreuses raisons de voter contre cette résolution, mais il y en a trop pour les citer en 60 secondes. Bien entendu, nous devons lutter contre le terrorisme, mais cette lutte ne doit pas servir d’excuse aux gouvernements pour espionner leurs citoyens. Les informations confidentielles appartiennent au citoyen concerné et non pas à l’Union européenne, ni au Parlement ni même à un État.

Tout accord de ce type doit être conclu entre des États souverains, responsables devant leur peuple par l’intermédiaire d’un processus démocratique. De toute manière, il s’agit d’un accord unilatéral et nous n’avons aucune raison de croire que les États-Unis d’Amérique vont l’honorer. L’accord bafoue la loi relative à la protection des données au Royaume-Uni, qui exclut le partage d’informations sans consentement entre des tiers de part et d’autre de l’Atlantique. Le gouvernement britannique prévoit une clause d’exclusion et j’espère qu’il va surmonter son habituelle mollesse et s’opposer et voter contre, comme je l’ai moi-même fait.

 
  
MPphoto
 

  Filip Kaczmarek (PPE).(PL) J’ai apporté mon soutien au rapport Alvaro. Afin d’être efficaces, nous devons disposer d’instruments exploitables pour lutter contre le terrorisme. Un instrument de prévention très important consiste à contrôler et à réduire des ressources financières appartenant ou parvenant aux terroristes. L’argent constitue bien souvent le moteur des activités terroristes. Sans argent, l’activité terroriste se réduit et c’est naturellement notre objectif. Un meilleur contrôle des flux monétaires peut être un obstacle fondamental aux activités terroristes et à la préparation d’actes terroristes; je suis donc très heureux que nous ayons réussi à nous entendre et à adopter aussi bien l’accord que le rapport.

 
  
MPphoto
 

  Hannu Takkula (ALDE). - (FI) Monsieur le Président, j’ai soutenu par mon vote le rapport de M. Alvaro. J’estime qu’il est très important que nous luttions ensemble contre le terrorisme et que les nations qui respectent les mêmes valeurs puissent travailler ensemble. Il est important de renforcer les relations transatlantiques entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique, d’autant plus que, comme vous le savez, nos valeurs sont les mêmes.

La législation relative à la protection des données doit être, bien entendu, respectée, mais il doit y avoir une limite: nous ne pouvons pas nous abriter derrière la protection des données lorsqu’il s’agit de terrorisme. Il convient d’être très clair à ce sujet. Je crois et j’espère que de cette façon, nous pouvons continuer à lutter contre le terrorisme et ainsi, amener la paix dans le monde.

 
  
MPphoto
 
 

  Daniel Hannan (ECR). - (EN) Monsieur le Président, il y a toujours un fragile équilibre à respecter entre les libertés individuelles et la sécurité. J’estime que depuis l’attaque des tours jumelles il y a neuf ans, nous avons rompu cet équilibre à plusieurs reprises.

Nous l’avons fait en raison d’une fausse équation politique selon laquelle les hommes politiques estiment que leur action doit être proportionnelle à l’attaque subie, plutôt que d’être proportionnelle à la nécessité de résoudre un problème qui a été identifié. La présente Assemblée a commis cette erreur, mais elle n’a pas été la seule. Des parlements nationaux ont agi de même de part et d’autre de l’Atlantique.

Or, maintenant, je crois que nous avons trouvé le bon équilibre. Nous avons pris notre temps, nous avons instauré des protections efficaces et j’estime que nous permettons ainsi aux forces de sécurité dans le monde de coopérer efficacement dans la lutte contre le terrorisme, sans que les libertés individuelles en souffrent dans une mesure inacceptable. C’est exactement le type de sujet sur lequel l’Union européenne doit concentrer ses efforts: un objectif transfrontalier qui ne peut être délégué aux États membres. Si on avait toujours agi ainsi, nous n’aurions pas un tel problème.

 
  
  

- Rapport: Elmar Brok (A7-0228/2010)

 
  
MPphoto
 

  Joe Higgins (GUE/NGL).(GA) Monsieur le Président, j’ai voté contre le rapport relatif au service européen pour l’action extérieure. Le service européen pour l’action extérieure doit être replacé dans le contexte de la politique étrangère et de sécurité commune et dans celui des modifications apportées à cette politique commune par le traité de Lisbonne.

Le traité de Lisbonne fournit des ressources supplémentaires pour renforcer l’industrie de l’armement en Europe, et grâce à ce même traité les grands pays européens, qui sont des puissances militaires, pourront plus facilement organiser des missions. Il ne fait aucun doute qu’à l’avenir, les puissances européennes majeures voudront engager des missions militaires à l’extérieur de l’Europe si elles considèrent que cela sert leurs intérêts économiques, tout comme l’ont fait les États-Unis d’Amérique.

Le service européen pour l’action extérieure sera un instrument de promotion des intérêts économiques, politiques et militaires du capitalisme européen, et cela ne va pas contribuer à la paix universelle, mais à son contraire.

 
  
MPphoto
 

  Tunne Kelam (PPE). - (EN) Monsieur le Président, j’ai soutenu le rapport de Elmar Brok. La position unanime du Parlement européen a exploité au maximum les nouvelles possibilités qu’offre le traité de Lisbonne. Je soutiens notamment le fait que le Parlement européen supervise, d’un point de vue politique et financier, le service européen pour l’action extérieure. Je suis satisfait que la haute représentante approuve la création d’une structure particulière démocratique et respectant les droits de l’homme, telle que le quartier général du SEAE. Mais plus important encore, nous continuons à soutenir la réalisation d’un équilibre géographique approprié, avec un commandement du SEAE qui comprend les représentants des 27 États membres. Ce processus en est encore à ses débuts. Il est important, à mon avis, que la révision de 2013 couvre également la question de la représentation sur un pied d’égalité.

 
  
MPphoto
 

  Alfredo Antoniozzi (PPE).(IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, j’ai voté pour ce rapport, car je suis convaincu que la création du service européen pour l’action extérieure (SEAE) est une étape fondamentale, d’importance historique dans le développement et l’évolution de la politique étrangère de l’UE.

Je salue en particulier le passage du rapport qui souligne l’importance d’assurer une plus grande cohérence politique dans l’action extérieure de l’UE dans son ensemble, par l’intermédiaire de consultations entre le SEAE et les corps diplomatiques des États membres. Cela permettra d’éviter un double travail et consolidera durablement à l’extérieur la promotion des intérêts stratégiques et les valeurs fondamentales de l’UE.

 
  
MPphoto
 

  Diane Dodds (NI). - (EN) Monsieur le Président, j’ai voté contre ce rapport. Alors qu’un grand nombre de personnes ici présentes sont clairement en extase devant la création du SEAE comme étant une nouvelle étape sur le chemin qui mène à l’Union, l’électorat du Royaume-Uni voit d’un très mauvais œil l’érosion de sa souveraineté nationale et reste perplexe à l’idée que la politique étrangère du Royaume-Uni devrait – ou pourrait – devenir subordonnée à quelqu’un qui n’a pas été élu par le peuple britannique.

Notre ministre des affaires étrangères s’engage à présent à travailler en étroite collaboration avec la haute représentante, car le SEAE va peser d’un poids considérable dans le succès futur de l’Europe au niveau mondial. Les contribuables du Royaume-Uni auront noté non sans ironie que le même gouvernement qui a demandé aux ministères de réduire leurs dépenses de 40 % leur fait supporter maintenant le coût d’un service estimé à 900 millions d’euros et dont les contribuables britanniques n’ont ni envie ni besoin. Ceux d’entre nous qui se sont opposés à la création du SEAE par principe en 2008 s’y opposent toujours.

 
  
MPphoto
 

  Eija-Riitta Korhola (PPE). - (FI) Monsieur le Président, lors du vote qui crée le service européen pour l’action extérieure, j’ai soutenu les amendements visant à inclure les parlements nationaux dans le contrôle de ce service. Par ailleurs, j’ai voté conformément à la position de mon groupe. Cette création répond à une nécessité: il est temps que l’UE soit reconnue plus clairement non seulement comme contributeur, mais aussi comme acteur sur le plan mondial. Ce changement est d’autant plus souhaitable qu’en tant que premier contributeur financier des Nations unies, notre rôle est passé largement inaperçu.

Par ailleurs, j’espère que ce changement va également se refléter dans la structure du Conseil de sécurité des Nations unies. Il faut espérer que les organisations internationales telles que celle-ci vont être capables de revoir leurs concepts relatifs aux structures mondiales actuelles.

 
  
MPphoto
 

  Inese Vaidere (PPE).(LV) Merci, Monsieur le Président. Le service européen pour l’action extérieure offre la possibilité de rendre plus efficace la politique étrangère de l’Union européenne, plus unifiée et stratégiquement plus cohérente. Il est grand temps de montrer que nous pouvons travailler de façon coordonnée et que notre influence dans le monde n’a pas diminué. Le service européen pour l’action extérieure va représenter la position commune de toute l’Union européenne. Toutefois, si ce service ne prend pas en compte les intérêts et les questions sensibles des États membres et qu’il ne les harmonise pas, il ne pourra pas fonctionner de façon efficace. Cette pratique doit devenir la priorité de la politique étrangère de l’Union européenne. Une représentation géographique appropriée doit constituer sans ambiguïté le principe fondamental de la formation de ce service. Dès les premiers jours de son activité, nous devons assurer une représentation professionnelle et proportionnelle du corps diplomatique des États membres dans ce service. Le compromis qui a été introduit – une représentation qui a du sens – signifie que la création de ce service impose une grande responsabilité dans la représentation équitable de tous les États membres dans ce nouveau service, et je suis reconnaissante à M. Brok pour l’excellent travail qu’il a effectué dans l’élaboration de ce rapport. Merci.

 
  
MPphoto
 

  Czesław Adam Siekierski (PPE).(PL) Monsieur le Président, nous avons pris aujourd’hui une décision qui va accélérer la création du service européen pour l’action extérieure. Je voudrais attirer l’attention sur certains problèmes importants que nous devons prendre en compte.

Premièrement, la politique étrangère exige une coordination avec bien d’autres domaines et elle est difficilement séparable, par exemple, de la politique de développement, de la politique commerciale, du fonctionnement des institutions financières mondiales ou des affaires économiques dans le contexte de la mondialisation. Deuxièmement, le corps diplomatique de l’UE doit refléter le caractère de l’Union. La responsabilité de fonctions importantes telles que la régulation, le contrôle et le budget continue à incomber au Parlement européen. Troisièmement, la situation non clarifiée concernant la direction du SEAE est préoccupante. Il peut en résulter la formation d’une autre institution de l’Union. Quatrièmement, les compétences ne sont pas clairement définies quant aux formes de coopération avec le corps diplomatique des États membres. Cinquièmement, pour finir, il ne faut pas oublier qu’une bonne diplomatie se construit sur de nombreuses années. Le SEAE devra se construire sur les valeurs et l’identité de l’Union européenne.

Enfin, je voudrais dire qu’au niveau mondial, l’Union devra être mieux préparée à la gestion de crise et les capacités civiles et militaires dans la région….

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Hannu Takkula (ALDE).(FI) Monsieur le Président, j’ai voté en faveur du rapport relatif au service européen pour l’action extérieure, car je sais qu’il est issu du traité de Lisbonne, le traité de la réforme. Néanmoins, j’ai quelques questions et quelques craintes concernant ce nouveau service. Lorsqu’on a prévu de créer ce service, on nous a fait croire qu’il n’entraînera pas de dépenses supplémentaires. Or, actuellement, nous savons tous qu’il va entraîner des coûts importants pour les contribuables européens.

Manifestement, la haute représentante a besoin de ressources. Toutefois, lorsque nous créons de nouvelles institutions, de nouveaux systèmes, il est important d’expliquer dès le départ combien cela va coûter, pour ne pas donner l’impression que nous avons recours à de pieux mensonges.

Ce qui me préoccupe, c’est que par la création de ce service, les grands États membres vont avoir encore plus de voix au chapitre. C’est pourquoi j’espère que lors de la désignation des responsables pour les différents postes à pourvoir dans ce service, la totalité de l’Europe sera équitablement représentée et que les parlements nationaux européens pourront également y jouer un rôle. Ainsi nous pourrions être sûrs que le service fonctionne de manière équitable.

 
  
MPphoto
 

  David Martin (S&D). - (EN) Monsieur le Président, je salue le vote relatif au service européen pour l’action extérieure, mais maintenant que nous l’avons voté, j’estime qu’il est important de prendre nos distances avec la procédure et les structures pour réellement mettre en route ce service. Il est important que Catherine Ashton, maintenant qu’elle dispose d’une équipe, mette en œuvre les valeurs européennes fondamentales.

Les droits de l’homme devraient constituer sa principale préoccupation. Elle a notamment promis qu’un fonctionnaire chargé des droits de l’homme sera présent dans chaque bureau extérieur. Elle doit tenir ses engagements et il est important également de créer une structure pour que ce fonctionnaire puisse rendre compte et nous garantir que l’Union européenne traite les droits de l’homme de façon cohérente.

Nous poursuivons actuellement avec de nombreux pays, dont la Chine n’est pas des moindres, un dialogue totalement dénué de sens portant sur les droits de l’homme. Si le service européen pour l’action extérieure veut prouver qu’il mérite les moyens financiers et humains que nous y investissons, il doit commencer à s’engager en faveur des valeurs européennes et des droits de l’homme en particulier.

 
  
MPphoto
 

  Daniel Hannan (ECR). - (EN) Monsieur le Président, ce débat autour de la création du service européen pour l’action extérieure est un peu étrange, presque émouvant, comme si l’Union européenne ne possédait pas déjà un appareil diplomatique complet. Allez dans n’importe quel pays tiers et vous allez y trouver une ambassade de l’UE qui domine les légations de tous les États membres. Le corps diplomatique de l’Union européenne a déjà pris le dessus sur les diplomaties nationales. Le salaire de Mme Ashton est le double de celui de William Hague, le ministre britannique des affaires étrangères, et elle gère un budget environ 20 fois supérieur à celui du ministère des affaires étrangères et du Commonwealth.

En fait, ce ne serait pas si mal si la politique étrangère commune de l’Union européenne se montrait clairement supérieure à celle des États membres, mais ce n’est pas le cas. En quoi consiste cette politique? Elle isole Taiwan et se rapproche des tyrans de Pékin, elle refuse toute discussion avec les dissidents anticastristes à Cuba, elle se rapproche des ayatollahs de Téhéran et soutient financièrement le Hamas. J’estime que nous pourrions faire mieux. Nous sommes la quatrième puissance militaire et la cinquième puissance économique de la planète. Nous pourrions mener notre politique étrangère de telle façon qu’elle serve nos intérêts!

 
  
MPphoto
 
 

  Ingeborg Gräßle (PPE).(DE) Monsieur le Président, j’ai voté contre le rapport Brok pour quatre raisons. Premièrement, la structure du service présente de nombreuses faiblesses qui nous préoccupent.

Le deuxième point est que l’ambassadeur de l’Union européenne va gérer à l’avenir les fonds de la Commission. Cela expose ces fonds à de nombreux risques et les protections contre ces risques ne sont toujours pas claires.

Le troisième point est que le Parlement a renoncé à ses droits relatifs aux réglementations du Conseil. Nous sommes de fait codécisionnaires dans cette procédure et malgré cela, nous avons permis que le règlement du Conseil anticipe nos droits parlementaires. Par conséquent, en ce qui concerne mon dossier – le règlement financier – je ne m’estime pas liée par les décisions prises aujourd’hui.

Le quatrième point est la question de savoir quelles relations nous entretenons au sein de ce Parlement. Nous avons adopté une réforme parlementaire au cours de la dernière session parlementaire ainsi que des procédures qu’actuellement nous foulons au pied, y compris l’approbation du Bureau et celle du Président. Dans quel but réaliser une réforme parlementaire qui prévoit des procédures si, lorsque c’est important, nous violons ces procédures et ne les appliquons pas?

Pour toutes ces raisons, je ne peux voter ce rapport.

 
  
  

- Proposition de résolution: Kosovo (B7-0409/2010)

 
  
MPphoto
 

  Cristian Dan Preda (PPE).(RO) J’ai voté différemment du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens) sur la résolution du Kosovo. Malheureusement, je n’ai pas eu d’autre alternative que de voter contre ce texte.

Il existe un certain nombre de questions basiques dans cette résolution avec lesquelles je suis d’accord et que je pense que nous pouvons tous soutenir. Les citoyens du Kosovo doivent jouir d’une démocratie viable, dotée d’un système judiciaire équitable et impartial, et d’une société sans corruption où les droits de l’homme et les droits des minorités notamment sont respectés. En un mot, je souhaiterais voir une stabilité durable et un développement économique pour la province du Kosovo comme si elle faisait partie des perspectives européennes des Balkans occidentaux.

Toutefois, je viens d’un pays qui n’a pas reconnu l’indépendance du Kosovo. De ce point de vue, je trouve inacceptables les nombreuses références faites dans ce texte aux caractéristiques d’un État, telles que pays, gouvernement, citoyens, frontières, etc.

Je regrette que la position des États qui n’ont pas reconnu l’indépendance du Kosovo n’ait pas été plus largement prise en compte.

 
  
MPphoto
 

  María Muñiz De Urquiza (S&D).(ES) Monsieur le Président, comme nous l’avons indiqué à d’autres occasions, une absence de vote de la délégation socialiste espagnole pourrait être interprétée comme une acceptation de la reconnaissance internationale, implicite ou explicite, de la déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo.

De même, par notre vote contre, nous souhaitons exprimer notre opposition à la demande du Parlement que les États membres de l’Union européenne accordent la reconnaissance internationale à un territoire dont l’indépendance n’est soutenue ni par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies ni par un accord entre les parties. Nous affirmons que le droit international qui s’applique est déterminé par ce qui est énoncé dans la résolution 1244/99 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Toutefois, nous ne remettons pas en cause une conception européenne pour les Balkans et ses habitants, et nous estimons que le dialogue interrégional, tel qu’il a été soutenu par la Présidence espagnole du Conseil lors de la conférence de haut niveau qui s’est tenue à Sarajevo le 2 juin, peut constituer une voie efficace dans ce sens.

 
  
MPphoto
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE). - (EN) Monsieur le Président, j’ai voté en faveur de la résolution. Je souhaiterais inviter le Parlement européen à s’engager dans la discussion avec la Commission et le Conseil sur la question très importante du futur du Kosovo.

Le Kosovo peut être considéré comme la dernière pièce du puzzle politique complexe des Balkans. Il est par conséquent vital que nous mettions cette pièce où il se doit et gérions le processus de façon harmonieuse et pacifique. L’indépendance du Kosovo a déjà été reconnue par 69 pays, dont 22 États membres de l’UE. Il est important de noter que les perspectives d’intégration de l’UE servent d’une forte incitation pour que les pays des Balkans entreprennent les réformes nécessaires et elles sont également un facteur de stabilité régionale.

Le Kosovo n’est pas une exception. Par conséquent, si nous voulons ancrer le Kosovo en Europe et garantir une stabilité régionale dans les Balkans, il est vital que nous suggérions une approche commune à l’égard de la région tout entière et du Kosovo en particulier.

 
  
MPphoto
 

  Bernd Posselt (PPE).(DE) Monsieur le Président, en qualité de rapporteur du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens), je souhaite remercier Mme Lunacek pour son excellente coopération. Le texte que nous avons adopté aujourd’hui est bien meilleur que celui qui émanait du comité, car nous avons précisé dans le texte que la division du Kosovo n’était pas envisageable. C’est un point crucial. Nous avons exigé - comme cela a déjà été le cas dans le projet produit par le comité - que les cinq États membres restants reconnaissent le Kosovo. Il est logique de le faire, car si l’on remonte à 2005 et 2007, le Parlement européen avait appelé à la reconnaissance du Kosovo à une majorité des trois quarts. La plupart des États membres l’ont fait désormais.

Par conséquent nous devons clarifier la situation, car nous devons préciser qu’il n’y aura pas de nouvelles négociations sur le statut du Kosovo. Les médias ont rapporté aujourd’hui les propos de M. Panzeri, que je tiens en grande estime, selon lesquels il est en faveur d’une reprise des négociations sur le statut. Cela serait extrêmement dangereux, et il est par conséquent essentiel de clarifier les choses ici. Ce rapport doit aussi renforcer l’indivisibilité et la reconnaissance du Kosovo ainsi que l’implication du Kosovo dans le screening, en d’autres termes dans la stratégie de préadhésion.

 
  
MPphoto
 
 

  Daniel Hannan (ECR). - (EN) Monsieur le Président, dès les premiers jours des traités de Paris et de Rome, le projet européen a placé l’objectif du supranationalisme au-dessus de celui de la liberté ou de la démocratie et, pour être juste, il est en train d’exporter son idéologie. En réalité, nous conservons actuellement un protectorat au Kosovo, comme c’est le cas en Bosnie, aux seules fins de maintenir artificiellement l’union d’un État multiethnique.

J’ai été un supporteur de la première heure de l’indépendance kosovare. Il m’a semblé flagrant, lorsque plus de 90 % de la population avait voté pour l’autonomie lors d’un référendum, que l’on devrait la leur accorder. Mais nous devrions certainement élargir ce principe aux minorités nationales au sein de ce territoire et ajuster les frontières ethnographiques – en d’autres termes permettre à la population serbe, commodément regroupée près de la Serbie même, de faire de jure ce qu’elle fait de facto et que le gouvernement soit entre les mains de ses propres concitoyens.

Il existe un conflit entre le supranationalisme et la démocratie. On peut maintenir l’union d’un État multiethnique – comme l’était la Fédération yougoslave ainsi que l’Empire ottoman, l’Empire des Habsbourg et l’Union soviétique – mais dès que l’on accorde le droit de vote, les populations optent pour une autodétermination démocratique. Nous devrions le reconnaître.

 
  
  

- Proposition de résolution: Albanie (B7-0408/2010)

 
  
MPphoto
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE). - (EN) Monsieur le Président, J’ai également voté en faveur de cette résolution, car je pense que nous devrions réitérer notre soutien aux aspirations d’intégration européenne des pays des Balkans dans le cadre du processus de stabilisation et d’association.

L’Albanie est assurément un pays qui a fait des progrès tangibles dans le contexte du processus de réforme. Toutefois, il s’agit également d’un pays qui doit s’efforcer de se rapprocher des normes et des critères d’adhésion de l’UE. Des efforts plus substantiels sont nécessaires pour consolider la démocratie et l’état de droit et pour garantir le développement durable du pays. La crise politique qui a suivi les élections parlementaires de juin 2009 est déplorable. Nous devons préciser à nos partenaires albanais que des institutions représentatives qui fonctionnent pleinement – le parlement étant le plus important – sont la base d’un système démocratique consolidé et peut-être le critère politique majeur pour l’intégration dans l’UE.

 
  
MPphoto
 
 

  Bernd Posselt (PPE).(DE) Monsieur le Président, les ex-communistes socialistes d’Albanie tentent actuellement de déstabiliser le gouvernement là-bas dont la politique est couronnée de succès. C’est quelque chose que nous rejetons, mais, malheureusement, exactement la même tentative se produit précisément en ce moment en Macédoine. Il y a deux jours, le leader de l’opposition socialiste du pays, M. Crvenkovski, était présent à cette Assemblée. Des discussions confidentielles se sont tenues avec le commissaire Füle et par la suite – ce qui va à l’encontre de toutes les règles de l’UE – un communiqué de presse de ces discussions internes a été diffusé, affirmant que le commissaire avait convenu avoir raison d’approfondir ses arguments politiques internes. Ce n’était pas le cas, et je l’ai dit également à M. Füle hier. Un commissaire de l’UE ne saurait être abusé aux fins d’une propagande socialiste et de politique interne.

Le gouvernement de Macédoine a une légitimité démocratique. Il réalise un travail de premier ordre et conduit le pays sur le chemin de l’adhésion à l’Union européenne. L’opposition a le droit de s’opposer, mais elle n’a pas le droit d’abuser l’Union européenne à cette fin.

 
  
  

- Proposition de résolution: Situation au Kirghizistan (B7-0419/2010)

 
  
MPphoto
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE). - (EN) Monsieur le Président, j’ai voté en faveur de cette résolution, car je souhaite me joindre à mes collègues dans la condamnation de la violence qui a éclaté au Kirghizistan le mois dernier.

Il est déplorable que des centaines d’hommes kirghizes armés aient déferlé dans les rues de la ville, tirant sur des civils et mettant le feu à des magasins, en choisissant leurs cibles sur des bases purement ethniques. Je souhaite également faire part de mes condoléances aux familles des 300 victimes décédées et des 2 000 personnes blessées ou hospitalisées. Il est important que l’UE maintienne la pression sur les autorités kirghizes pour mener une enquête crédible, impartiale et indépendante sur ces violences.

 
  
MPphoto
 
 

  Inese Vaidere (PPE).(LV) En conséquence de l’agression ethnique dans le sud du Kirghizistan en juin, des centaines de personnes ont perdu la vie, des milliers ont été blessées, et des dizaines de milliers ont été forcées de fuir leurs foyers. Cela atteste la nécessité d’un engagement plus actif de l’Union européenne dans la résolution de ces processus en Asie centrale. L’aide au Kirghizistan devrait cibler les personnes et non un gouvernement spécifique. Ce n’est que lors de la réunion de la délégation d’Asie centrale du 22 juin que l’ambassadeur du Kirghizistan, M. Azilov, a insisté sur le fait que la violence n’était pas un acte de purification ethnique, et que les médias étrangers ne présentaient pas une situation objective. L’Ouzbékistan a une opinion différente sur la question. Comme l’indique le rapport, plusieurs activistes de défense des droits de l’homme ont été indûment arrêtés au Kirghizistan. Ces faits doivent être présents à l’esprit lors de l’évaluation de la stratégie de l’Union européenne à l’égard du pouvoir politique existant au Kirghizistan. Des discussions doivent également se tenir en parallèle avec d’autres États dans la région, notamment avec les voisins du Kirghizistan, de la Russie et de la Chine. Ces pays exercent également une influence significative dans cette région. Le rapport invite le gouvernement du Kirghizistan à mener une enquête crédible et responsable sur le conflit, si possible en présence d’observateurs étrangers. C’est pourquoi je soutiens ce rapport, dans la mesure où cette enquête est désespérément nécessaire. Merci.

 
  
  

- Proposition de résolution: Le sida/VIH en vue de la XVIIIe conférence internationale sur le sida (Vienne, 18-23 juillet 2010) (RC-B7-0412/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Anna Záborská (PPE). (SK) Après bientôt trente ans de politique active de l’Union européenne, notamment dans les pays africains, le rapport soumis aujourd’hui traite d’une augmentation du nombre de personnes infectées par le VIH/sida. Il indique que pour la seule année 2008, 2,7 millions de personnes ont été infectées. L’UE a investi des milliards d’euros et le nombre de personnes infectées est en augmentation.

Je souhaiterais demander si cela est une raison pour réfléchir et nous demander si nous ne faisons pas par hasard quelque chose de répréhensible. Trente ans se sont-ils bien déjà écoulés? Il semble que la distribution de préservatifs n’aide pas à lutter autant contre la propagation du VIH/sida que la fidélité entre les partenaires.

Le droit à l’avortement n’est pas non plus une solution, puisque les médecins peuvent déjà garantir qu’une femme infectée par le virus VIH donnera naissance à un enfant en bonne santé. Nos amis africains nous disent souvent: «Non seulement nous sommes pauvres, mais vous voulez que nous soyons moins nombreux».

Une politique des droits de santé sexuelle et reproductive n’aidera pas l’Afrique. Je souhaite par conséquent demander à la Commission européenne d’évaluer l’efficacité des sommes dépensées dans la lutte contre le VIH/sida.

 
  
  

- Proposition de résolution: Entrée en vigueur de la Convention sur les armes à sous-munitions au 1er août 2010 et le rôle de l’UE (RC-B7-0413/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Cristian Dan Preda (PPE).(RO) J’ai préféré m’abstenir sur cette résolution étant donné que la date limite spécifiée à l’article 2 du texte, qui se réfère également à la Roumanie, est peut-être trop restrictive dans le contexte des négociations à Genève sur la convention pour l’interdiction de certains types d’armes conventionnelles.

Je pense que le mécanisme des Nations unies procure un cadre de travail multilatéral adéquat pour examiner et négocier un instrument juridique international qui réglementera le régime des armes à sous-munitions, au moment où 110 États sont engagés dans les négociations.

 
  
  

- Rapport: George Lyon (A7-0204/2010)

 
  
MPphoto
 

  Peter Jahr (PPE).(DE) Monsieur le Président, la politique agricole commune est une réussite. J’ai par conséquent été satisfait de constater le large soutien au Parlement, car nous avons déjà accompli beaucoup: tout d’abord, un approvisionnement alimentaire stable pour la population, deuxièmement, le maintien et la préservation du paysage culturel et, troisièmement, le renouvellement de ressources importantes et la protection de l’environnement et de la flore et la faune.

Bien entendu, il existe des tâches nouvelles et futures. Elles incluent la croissance verte, les énergies renouvelables et la lutte contre la faim dans le monde. Grâce à la politique agricole commune, nous sommes dans une certaine mesure en train de créer une source d’emplois dans l’ensemble de l’UE qui est indépendante de la taille ou de la forme de notre engagement. Le rapport Lyon définit extrêmement bien ces tâches de la politique agricole commune européenne, et il reconnaît explicitement la structure à deux piliers de la politique agricole commune. Nous devons désormais travailler ensemble pour fournir des ressources financières appropriées à ces tâches politiques.

 
  
MPphoto
 

  Alfredo Antoniozzi (PPE).(IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, j’ai voté en faveur du rapport Lyon, car je suis d’accord avec le rapporteur sur la nécessité d’établir une politique agricole commune qui, en premier lieu, poursuive le processus de réforme générale qui s’est déroulé au cours de ces dernières années et, qui, deuxièmement, puisse apporter des solutions concrètes et innovantes aux nombreux défis à relever dans les années à venir.

Je pense, en fait, que les cinq éléments fondamentaux décrits dans le rapport – à savoir, la sécurité alimentaire, la durabilité, l’agriculture dans l’ensemble de l’Europe, la biodiversité et la protection environnementale, et, enfin, la croissance verte – sont un excellent point de départ pour garantir une future politique agricole commune qui tient compte du développement rapide en cours non seulement en Europe, mais également, et plus spécifiquement, à l’échelle mondiale.

 
  
MPphoto
 

  Christa Klaß (PPE).(DE) Monsieur le Président, grâce au rapport Lyon sur l’avenir de la politique agricole commune, nous avons permis qu’une opinion lucide soit forgée et fournisse à la Commission des normes claires et applicables.

J’ai voté en faveur du rapport et je me réjouis de constater qu’il dispose d’un large soutien au sein de cette Assemblée. Avec des revendications croissantes pour un environnement sain, une alimentation saine et une certaine prévoyance et durabilité dans la production agricole, l’Union européenne doit également être préparée à subventionner et à soutenir ces domaines essentiels.

L’Europe a le devoir de garantir la sécurité alimentaire pour ses citoyens. Région au climat naturellement favorable, l’Europe a également la responsabilité de garantir aux populations à travers la planète un accès à la nourriture. Toutefois, en agissant ainsi l’Union européenne se doit de travailler mieux et de manière plus cohérente avec le reste du monde. L’Europe doit garantir des moyens d’existence appropriés pour les communautés rurales. Il y a une chose que nous devons garder à l’esprit: le cas échéant, nous pourrions également importer de la nourriture, mais pas d’une façon qui réponde à nos conditions. Nous devons produire et maintenir un environnement ici. Nos agriculteurs doivent recevoir un juste salaire.

 
  
MPphoto
 

  Czesław Adam Siekierski (PPE).(PL) J’ai souscrit à ce rapport. Toutefois, je voudrais dire que je suis en faveur du maintien d’une intervention partielle sur les marchés agricoles dans les situations difficiles. Cela n’est pas incompatible avec les principes d’une économie de marché.

Nous devons accorder plus d’attention au développement des zones rurales, de l’expansion de l’infrastructure, de l’éducation et de la situation démographique. Le nombre de jeunes agriculteurs est en constante diminution, tandis que celui des agriculteurs plus âgés continue d’augmenter. Les conditions et le niveau de vie sur les exploitations et dans les zones rurales sont considérablement inférieurs – nettement inférieurs et bien pires – que dans les zones urbaines. De plus, les revenus des familles agricoles représentent environ 60 % de ceux des familles qui subviennent à leurs besoins par d’autres moyens. Les agriculteurs ont organisé des manifestations à ce sujet.

En résumé, nous devons œuvrer au développement durable de l’agriculture et des zones rurales.

 
  
MPphoto
 

  Inese Vaidere (PPE).(LV) Merci, Monsieur le Président, je soutiens cette résolution, car elle souligne plusieurs conditions préalables pour l’avenir de la politique agricole commune qui mérite d’être soutenue. Elle insiste sur le fait que le financement de la politique doit être préservé au moins au cours de la prochaine période comptable à long terme. Deuxièmement, elle exige que les paiements directs aux agriculteurs soient intégralement financés par le budget de l’Union européenne. Troisièmement, elle se réfère à une concurrence équitable et sécurisante, qui est la chose qui manque le plus cruellement actuellement dans la politique agricole commune provisoire. Bien que mon pays, la Lettonie, soit désormais un État membre de l’Union européenne depuis longtemps, nos agriculteurs perçoivent approximativement 90 euros par hectare en subventions, tandis que les agriculteurs grecs reçoivent environ 550 euros, et les agriculteurs allemands et français plus de 300 euros par hectare. Ces différences destructrices faussent la concurrence et l’ensemble du marché de l’Union européenne. De plus, elles élargissent le fossé entre les nouveaux et les anciens États membres, ne tiennent aucun compte des principes de cohésion, retardent leur application et entravent le développement économique des pays. La nouvelle politique doit être élaborée de façon juste, en soutenant les valeurs de l’égalité, afin d’éliminer les écarts et garantir une concurrence loyale dans l’ensemble de l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 

  Hannu Takkula (ALDE). - (FI) Monsieur le Président, je dois dire que j’ai voté en faveur du rapport Lyon. Sur quelques points, j’ai ce que je pourrais appeler des réserves nationales, et j’ai voté un peu différemment. Nous devons réaliser que, bien que cette proposition de M. Lyon soit excellente et complète pour l’agriculture et sa réforme dans l’Union européenne, la politique agricole commune n’est pas à tous égards adaptée à toutes les situations – je m’exprime en qualité de membre d’une petite nation, la Finlande, où les conditions pour s’engager dans l’agriculture sont très différentes de celles des grands États membres, tels que la France et l’Allemagne. C’est pourquoi j’ai introduit quelques dérogations lors de mon vote.

J’espère qu’à l’avenir le Parlement européen et l’Union accorderont plus d’attention également à l’agriculture à petite échelle, aux petits pays et à l’agriculture pratiquée ici, car l’agriculture, d’une certaine façon, est une politique d’assurance vie nationale. Chaque État membre a besoin de sa propre agriculture et doit s’assurer qu’elle est préservée.

 
  
MPphoto
 

  David Martin (S&D). - (EN) Monsieur le Président, j’ai voté contre le rapport Lyon, car dans l’ensemble de l’Europe les gouvernements diminuent leurs budgets. Au Royaume-Uni, les infirmières et les enseignants font face à des baisses de salaires et des retraites. Les effectifs de police diminuent et des prisonniers sont relâchés faute de moyens pour les garder en prison. Cependant ici au Parlement européen, les représentants des partis conservateurs et libéraux qui composent d’une manière ou d’une autre le gouvernement du Royaume-Uni s’y retrouvent pour voter le maintien des dépenses agricoles jusqu’en 2013 et au-delà de 2013 aux niveaux de 2013.

Je trouve cela absolument inacceptable. Je déplore que la communauté agricole soit isolée d’une façon qui est sans commune mesure avec les autres parties de la société. S’il est juste que les fonctionnaires connaissent des réductions de revenus, alors il est juste que d’autres dans notre société aient à faire face aux mêmes baisses. Le gouvernement du Royaume-Uni et les gouvernements en Europe disent que nous sommes tous dans cette situation. Si tel est le cas, nous devons tous ressentir la souffrance ensemble.

 
  
MPphoto
 

  Syed Kamall (ECR). - (EN) Monsieur le Président, je pense que l’on peut comprendre pourquoi, lorsque les dirigeants politiques ont vu leurs pays ravagés par la guerre à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils voulaient promouvoir l’idée de la sécurité alimentaire et de la politique agricole commune.

Toutefois, si l’on regarde la politique en place 60 ans plus tard , penchons-nous sur le coût pour les citoyens de l’UE. Remarquons que les citoyens paient trois fois: une fois en impôt pour payer pour la bureaucratie, une fois en impôt pour les subventions, et ensuite les prix plus élevés qu’ils doivent payer dans leurs magasins. À l’évidence, plutôt que de parler de la réforme de la politique agricole commune, nous devrions chercher à l’abolir. Renoncer à la PAC permettrait aux agriculteurs qui ont un bon rendement de prospérer. Cela permettrait aux contribuables de conserver une plus grande partie de leur argent et de l’employer plus utilement, et cela permettrait de proposer aux consommateurs des prix plus bas.

Réformer n’est pas suffisant – l’heure est venue de mettre la PAC au rancart.

 
  
MPphoto
 
 

  Anneli Jäätteenmäki (ALDE). - (FI) Monsieur le Président, j’ai voté en faveur du rapport Lyon. Il est équilibré, et il garantit que dans l’ensemble de l’Europe les gens peuvent s’engager dans l’agriculture et produire de la nourriture, assurant ainsi un approvisionnement alimentaire pour ses citoyens.

Sur quelques points j’ai voté différemment de mon groupe, car je pense que dans certaines situations nous avons besoin de régulation du marché et d’intervention. Elles sont requises pour garantir l’approvisionnement alimentaire ainsi qu’un développement durable.

 
  
  

- Rapport: Alain Cadec (A7-0207/2010)

 
  
MPphoto
 

  Peter Jahr (PPE).(DE) Monsieur le Président, j’ai voté en faveur du rapport, et à ce sujet, il y avait deux choses particulièrement importantes pour moi. La première est de nature environnementale, sociale et qualitative. À cet égard, il est important que les produits importés répondent aux mêmes exigences que les produits fabriqués au sein de l’Union européenne, car à quoi bon gérer nos stocks de poissons de manière durable si en même temps d’autres partenaires commerciaux éliminent presque les stocks dans les océans à travers le monde?

Le second volet est économique. Si l’autosuffisance au sein de l’UE est uniquement de 40 % et que les stocks de poissons sur les marchés mondiaux sont menacés, alors il est clair qu’ici, aussi, il existe une occasion particulièrement propice pour l’aquaculture. Nous devrions développer ce secteur économique, lui apporter un soutien scientifique et, avant tout, le structurer de façon durable, car il existe des emplois dans l’aquaculture, également, ainsi qu’ une valeur ajoutée pour notre Union européenne.

 
  
MPphoto
 

  Inese Vaidere (PPE).(LV) Merci. Ce rapport souligne le fait que la viabilité écologique et économique des zones de pêche de l’Union européenne doit être conservée, notamment la pêche artisanale d’un volume constant dans les eaux côtières, et d’un type qui aiderait à préserver l’identité culturelle de la région concernée, à protéger les emplois à tous les stades de la production et l’approvisionnement de produits sûrs et de premier choix. Malheureusement, en réalité les pêcheurs lettons reçoivent des quotas si maigres et un soutien si faible de l’Union européenne qu’il nous est plus économique de mettre les bateaux au rebut et d’arrêter la pêche. C’est une situation véritablement tragique, dans laquelle un secteur traditionnel de l’économie est en cours de destruction dans un pays doté de 550 km de côtes. L’ensemble de la pêche à petite échelle est touché, avec une politique de l’Union européenne qui soutient les producteurs industriels aux pratiques de pêche souvent préjudiciables à l’environnement. C’est pour cette raison que j’ai soutenu ce rapport, car il invite à changer la situation actuelle.

 
  
MPphoto
 

  Seán Kelly (PPE).(GA) Monsieur le Président, j’ai voté en faveur de cet excellent rapport d’Alain Cadec et j’ai suivi le débat au Parlement auparavant, mais le temps a manqué pour «accrocher le regard», donc je saisis cette occasion pour dire quelques mots.

Tout d’abord, l’obligation première de l’Union européenne est de prendre soin de ses citoyens, en particulier lorsqu’il s’agit du secteur de la pêche, car ils y sont engagés depuis des années, et leurs ancêtres depuis des centaines et des milliers d’années, et ils doivent être protégés.

Deuxièmement, les produits qui entrent dans l’Union européenne devraient être aux mêmes normes – ou peut-être à une norme plus élevée – que les produits originaires de l’Union européenne.

Et pour finir, nous devons faire bien plus pour promouvoir l’aquaculture. Cela contribuerait grandement à résoudre ce problème.

 
  
MPphoto
 

  Syed Kamall (ECR). - (EN) Monsieur le Président, je souhaiterais vous remercier, ainsi que l’ensemble de vos députés, de votre patience. Je dois dire que lorsque l’idée de la PCP m’a traversé l’esprit la première fois, j’ai pensé que le C signifiait communiste plutôt que commune, politique de la pêche. Ici, nous voyons en fait l’idée de planification centrale, où les planificateurs centraux décident quelles quantités de poissons les pêcheurs de chaque nation sont autorisés à attraper et, comme le communisme, cela a été un désastre. Cela a conduit à une réduction des stocks de pêche et un nombre toujours croissant de pêcheurs se plaignent des quotas trop bas qui leur ont été accordés.

Il est certainement temps de tirer les leçons de la préservation et de la conservation réussie de la pêche. Penchons-nous sur les systèmes basés sur les droits de la propriété en Islande et en Nouvelle-Zélande où, comme l’orateur précédent l’a dit, il est pris soin des communautés côtières. Leurs droits leur sont octroyés à perpétuité, ils peuvent les revendre, les négocier, ou les laisser aux générations suivantes. Cela constitue certainement la meilleure réponse, car ce fut une réussite et cela a permis de conserver la pêche, à l’inverse du système de la PCP qui a été un échec spectaculaire en Europe.

 
  
  

Explications de vote écrites

 
  
  

- Rapport: Alexander Alvaro (A7-0224/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Charalampos Angourakis (GUE/NGL), par écrit. (EL) Nous avons voté contre cet honteux accord terroriste, qui fournit des données à caractère personnel sur chaque citoyen de l’UE aux services secrets américains dans le cadre de la «collaboration antiterrorisme». Les représentants du capital au Parlement européen qui ont voté pour «l’accord SWIFT» ignorent son contenu, étant donné que seuls les députés «dignes de confiance» sont autorisés à lire le texte «confidentiel», alors que le Parlement européen l’a rejeté à deux reprises au cours des six derniers mois. Ils étaient persuadés que les États-Unis avaient assuré que «les services secrets garantiraient que les données à caractère personnel sont protégées».

L’approbation de «l’accord terroriste» confirme que le Parlement européen légitimerait de façon soi-disant démocratique ces politiques profondément réactionnaires, antipopulaires et unificatrices de l’Europe. De plus, il joue une part majeure dans l’institutionnalisation d’un cadre législatif de terrorisme d’État et de répression qui étrangle les droits démocratiques et les libertés individuelles. Aucun «accord terroriste» ne respecte ces libertés. Ces mesures ciblent la lutte et la résistance des peuples, leur direction, le mouvement communiste, et les pouvoirs radicaux qui refusent de se plier à la barbarie du système d’exploitation capitaliste. Tant que le capital et sa politique accélèrent les mesures pour réprimer et étrangler les droits des travailleurs et consolider et sauvegarder sa souveraineté, plus grandes seront la résistance, la désobéissance et l’inévitable lutte pour renverser le pouvoir des monopoles et leurs unions réactionnaires.

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – Le Parlement européen a refusé en février 2010 de signer un accord UE/États-Unis d’Amérique sur le transfert de données financières et a demandé la reprise de négociations. Aujourd’hui, les termes de cet accord ont été considérablement améliorés, dans l’intérêt du citoyen européen. Cette fois-ci, j’ai donc voté en faveur de cet accord, d’autant qu’il prévoit à long terme l’établissement d’un système d’extraction de données entièrement européen. Cet accord est donc une solution provisoire, permettant à l’Union européenne et aux États-Unis de lutter contre le terrorisme, mais qui ne saurait être définitive.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Bennahmias (ALDE), par écrit. – J’ai décidé de m’abstenir sur l’accord UE/États-Unis portant sur le transfert de données bancaires par la société SWIFT dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. L’accord est un net progrès par rapport à la précédente version. Le Parlement européen, après avoir haussé la voix, a pu obtenir un certain nombre de garanties qui renforcent la protection des données et les droits des personnes concernées.

Pour autant, le choix d’Europol comme autorité chargée de la transmission des données n’est, selon moi, pas adéquat. Europol n’est pas une autorité indépendante, mais une agence de nature policière dont je doute qu’elle soit en mesure d’exercer un contrôle neutre sur la conformité des demandes de transmission par les autorités américaines. Du fait du caractère hautement sensible des données personnelles transférées, je ne pouvais donc pas voter cet accord.

 
  
MPphoto
 
 

  Mara Bizzotto (EFD), par écrit. (IT) C’est un fait que, dans le sillage du 11 septembre 2001, aucun être humain ne considère que sa sécurité ou son intégrité physique est garantie. La protection des informations à caractère personnel représente donc le point central de toute mesure destinée à restaurer la confiance parmi les Européens. Il est essentiel de s’assurer que ces informations restent privées, mais leur traitement – en particulier s’il s’agit d’informations financières – est un moyen significatif de combattre le terrorisme international. J’ai par conséquent voté en faveur du rapport de M. Alvaro sur l’accord qui définit les conditions sous lesquelles le Trésor américain pourra, à partir du 1er août, ‘accéder aux données financières d’environ 8 000 institutions et banques dans 200 pays, gérées par la société pour les communications financières interbancaires (SWIFT). La coopération entre l’Europe et les États-Unis est un véritable hommage aux effets négatifs de la mondialisation compte tenu des protections nécessaires telles que le droit des citoyens européens de faire un recours administratif et de recevoir le même traitement que les citoyens américains, et des mesures énergétiques sur la durée de stockage des informations.

 
  
MPphoto
 
 

  Emine Bozkurt (S&D), par écrit. − (NL) La délégation du PvdA (Parti travailliste néerlandais) au Parlement européen approuve cet accord, dans l’espoir que dans le futur proche, nous serons capables de voir une fin au transfert massif des données relatives aux citoyens européens. L’accord spécifie que l’Europe développera son propre système de collecte et de tri des informations bancaires. Cela offrira la possibilité d’individualiser les transferts. En conservant les données sous notre propre supervision, nous serons mieux placés pour protéger les droits de nos concitoyens. La Commission européenne soumettra une proposition à cet effet dans un délai d’un an et nous devrions être capables d’implanter notre propre système d’ici trois ans. À compter de cette date, la question de la réciprocité se posera. Nos superviseurs européens aux États-Unis seront en mesure de vérifier quotidiennement ce qu’il advient de toutes les informations bancaires européennes. Europol sera chargé de vérifier et d’approuver les requêtes américaines. Sous la pression du Parlement européen, l’accord que nous avons déjà conclu passe actuellement en révision. Tous nos vœux n’ont pas été exaucés, mais nous avons obtenu une garantie que les États-Unis ne seront pas en mesure de fouiner dans nos données comme il leur chante. Le nouvel accord permet un équilibre entre la protection de la vie privée et la garantie de la sécurité. Dans l’intervalle, la lutte contre le terrorisme restera notre préoccupation première.

 
  
MPphoto
 
 

  Françoise Castex (S&D), par écrit. – J’ai voté pour le rapport Alvaro concernant le nouvel accord SWIFT qui détaille les conditions du transfert de certaines données bancaires stockées par l’entreprise SWIFT au Département du Trésor américain dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Usant des nouveaux pouvoirs qui lui sont conférés depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, nous avons contraint la Commission à renégocier avec les États-Unis un accord plus équilibré. Si cet accord est satisfaisant, certains points auraient encore pu être améliorés. Le vote positif d’aujourd’hui n’est pas un chèque en blanc aux Américains: le Parlement saura rester extrêmement vigilant dans les mois qui viennent, notamment dans la procédure de modification des compétences d’Europol, dans la désignation de l’autorité indépendante présente à Washington, ainsi que dans l’établissement d’un TFTP européen.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. (PT) J’ai voté en faveur du nouveau rapport SWIFT, car des protections ont été négociées avec le Conseil européen et avec les États-Unis. Elles ne figuraient pas dans l’accord présenté au Parlement européen il y a quatre mois. Cet accord sur le transfert de données bancaires aux États-Unis prévoit que l’UE doit développer un système permettant d’éviter tout transfert de données en vrac, ce qui n’était pas précisé dans l’accord précédent.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Chountis (GUE/NGL), par écrit. (EL) J’ai voté contre le rapport sur le transfert des informations bancaires par l’Union européenne à l’Amérique, pour les mêmes raisons que mon groupe et moi-même sommes opposés à la précédente tentative d’imposer cet accord, en dépit de toutes améliorations «techniques» apportées par le rapport. Le Parlement européen ne devrait pas approuver l’accord de la Commission européenne de remettre des données à caractère personnel au gouvernement et aux services secrets américains sous le prétexte de la «lutte contre le terrorisme». Je m’oppose à l’insistance de la Commission sur la transmission d’informations en général sur les transactions financières aux USA, car cela viole le respect des données à caractère personnel et il s’agit d’informations et de supports qui peuvent être utilisés, sans contrôle fondamental, par les services secrets américains à leurs propres fins.

 
  
MPphoto
 
 

  Derek Roland Clark (EFD), par écrit. − (EN) Le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni a voté contre le rapport Alvaro aujourd’hui, car nous ne voulons pas donner à l’UE de plus grands pouvoirs sur les données à caractère personnel. Cette mesure conduira à une violation grave du respect de la vie privée individuelle. Les données financières confidentielles et privées appartiennent aux individus et non à l’UE ou au Parlement européen.

Nous sommes résolument opposés à la propagation du terrorisme, mais la confidentialité personnelle doit être protégée lorsqu’il n’existe pas de soupçon préalable d’acte répréhensible. Si le Royaume-Uni doit conclure un accord avec les États-Unis, il doit s’agir d’un arrangement pleinement réciproque et non de l’accord presque à sens unique que les États-Unis ont signé jusqu’à présent. Il incombe aux gouvernements nationaux d’en décider, et non au Parlement européen.

 
  
MPphoto
 
 

  Carlos Coelho (PPE), par écrit. – (PT) En février j’ai voté contre l’accord, car il violait les principes de nécessité et de proportionnalité, ainsi que l’intégrité et la sécurité des données financières européennes. Ce nouvel accord est préférable au précédent. Des améliorations y ont été apportées, telles qu’une définition plus précise du terrorisme, l’exclusion des données de l’espace unique de paiement en euros (SEPA), le mécanisme de contrôle et de reconnaissance des droits du public européen. Cet accord, toutefois, continue de permettre le transfert massif de données (données en vrac). Le choix d’Europol est mauvais. Europol n’est ni une autorité judiciaire ni une autorité de protection des données. Investir Europol de nouvelles fonctions ne serait possible qu’en changeant le fondement juridique, avec une participation du Parlement européen. Le libellé de l’article 20 de l’accord affaiblit l’efficacité de la reconnaissance de divers droits qui viennent d’être examinés à la demande du Parlement. Il me tarde que la Commission soumette une initiative de création d’un programme européen de surveillance du financement du terrorisme (TFTP), et j’espère que cela fournira une solution plus solide, permettant que la «fouille» des données ne se déroule qu’au sein de l’UE. Pour toutes ces raisons, j’ai décidé de m’abstenir de voter, étant donné que je ne peux toujours pas consciencieusement convenir que cet accord ait atteint un niveau acceptable.

 
  
MPphoto
 
 

  Mário David (PPE), par écrit. (PT) La lutte contre le terrorisme doit être une priorité pour l’Union européenne. La coopération proactive avec les États-Unis dans ce contexte, à savoir en termes de partage d’informations et de données, est centrale pour augmenter l’efficacité dans la lutte contre le terrorisme, pour prévenir les futures attaques et garantir la sécurité du public européen. Je vote par conséquent en faveur des mesures proposées dans ce rapport. Les amendements apportés à cet accord non seulement reflètent la majorité des préoccupations exprimées par le Parlement européen au moment de son rejet le 11 février, mais ils expriment également le besoin de proportionnalité dans l’exploitation de ces données, à savoir en ce qui concerne leur traitement, leur stockage et leur suppression ultérieure. Je souligne également le renforcement des garanties que le nouvel accord offre aux citoyens européens en termes de protection des données, à savoir le droit d’interjeter appel contre des décisions judiciaires et administratives, le droit à la transparence et à la communication d’informations aux citoyens en question et la définition de la sphère de l’application des données, restreinte à l’activité directement liée au terrorisme ou à son financement.

 
  
MPphoto
 
 

  Marielle De Sarnez (ALDE), par écrit. – Il y a six mois, le Parlement européen se posait en défenseur des droits fondamentaux en rejetant l’accord entre l’UE et les États-Unis sur le transfert et le traitement de données bancaires - dit accord «Swift». Grâce à l’action des parlementaires et notamment de notre groupe, une nouvelle mouture a été élaborée. Elle comporte des améliorations significatives sur le fond, telle que l’élimination des transferts de données «en vrac». Les droits des individus seront donc mieux protégés tout en reconnaissant l’importance du suivi des données financières dans la lutte contre le terrorisme. C’est pourquoi j’ai choisi de voter en faveur du nouvel accord. Mais je continuerai à être particulièrement attentive aux points suivants: les prérogatives des autorités européennes de protection des données et le choix d’Europol comme autorité de filtrage; l’effectivité du «droit à réparation» des personnes dont les droits à la vie privée ont été bafoués; le contrôle et l’évaluation de la pertinence des données transmises aux autorités américaines.

 
  
MPphoto
 
 

  Anne Delvaux (PPE), par écrit. – J’ai voté en faveur de la conclusion du nouvel accord entre l’UE et les États-Unis sur le traitement et le transfert des données financières aux fins du programme de surveillance du financement du terrorisme, car j’ai estimé que la nouvelle proposition mise sur la table par la Commission offrait des garanties accrues aux citoyens européens, notamment en matière de protection des données. Je considère en effet que tout transfert de données européennes à caractère personnel à un pays tiers à des fins de sécurité doit aussi bien respecter les garanties procédurales et les droits de la défense que se conformer aux droits national et européen applicables en matière de protection des données.

Il y a quelques mois, la première mouture de l’accord était trop vague et n’offrait pas pareilles garanties. C’est pourquoi nous avions dit non. Aujourd’hui, je me réjouis que nos propositions d’amélioration aient été prises en compte, à savoir, entre autres, l’instauration d’un système d’échange similaire au niveau européen et la garantie que le contrôle de suivi soit confié à des fonctionnaires européens qui doivent pouvoir s’opposer à l’extraction de données sur le sol américain.

 
  
MPphoto
 
 

  Ioan Enciu (S&D), par écrit. − (EN) J’ai soutenu l’accord entre l’UE et les États-Unis sur le traitement et le transfert des données de messagerie financière de l’UE vers les États-Unis aux fins du programme de surveillance du financement du terrorisme. Grâce aux efforts considérables du rapporteur et des membres de la commission LIBE, le texte actuel de l’accord contient des améliorations considérables par rapport à sa version précédente. L’article 2 relatif à la préparation d’un cadre de travail juridique et technique pour une capacité d’extraction de données de l’UE est d’une importance particulière pour l’avenir du combat contre le terrorisme tout en protégeant les droits fondamentaux des citoyens à disposer d’une protection de leurs données personnelles. La Commission devrait exécuter cette tâche de façon assidue et opportune. L’ajout à l’accord de l’article 2 peut potentiellement réduire considérablement la quantité de données en vrac envoyées pour analyse au-delà des frontières de l’UE. Les articles 15 et 16 garantissent l’accès renforcé des citoyens à des recours et une transparence accrue.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. – (PT) J’ai voté en faveur du rapport sur l’accord SWIFT sur le transfert de données bancaires aux États-Unis, car je pense que l’accord négocié avec le Conseil et les États-Unis comporte désormais des garanties sur la protection des données des citoyens, éliminant la possibilité de transférer les données brutes à des pays tiers. Cela constitue un accord important dans la lutte contre le terrorisme, et garantira la protection des libertés fondamentales des citoyens européens.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. – (PT) Le phénomène du terrorisme et les effets croissants qu’il a fini par avoir sur la société européenne placent sous pression les valeurs essentielles telles que le respect de la vie privée des individus et le besoin de sauvegarder la sécurité collective.

Dans ce contexte, l’accord entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique sur le traitement des données a été précédemment condamné par cette Assemblée, qui ne l’a pas considéré efficace. La nouvelle version est une amélioration de la précédente. J’espère que cet accord justifie les raisons de sa conclusion et que les parties savent comment interpréter adéquatement ses dispositions, afin d’entraver et de combattre les activités financières des terroristes.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Les avancées de ce processus sont une démonstration positive des bienfaits et des avantages de la coopération institutionnelle dans la réussite de la consolidation de l’intégration européenne. Après les préoccupations et les recommandations exprimées par le Parlement européen, un accord équilibré a été trouvé avec les États-Unis quant au transfert et à l’exploitation des messages de données de paiement financier, en gardant avant tout à l’esprit qu’il s’agit d’un processus dans le programme de surveillance du financement du terrorisme. Je soulignerais que les garanties ont été ajoutées pour protéger les droits des citoyens, les conditions de tout transfert ultérieur à des pays tiers et les risques d’utilisation abusive d’informations et d’espionnage économique. La possibilité de corriger les situations de transmission de données qui peuvent ultérieurement être estimées abusives a également été garantie. Cet accord assure une meilleure réglementation des procédures et une meilleure coopération, utile et saine pour les relations institutionnelles avec les États-Unis.

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit. – (PT) Il est inacceptable que quatre mois après que le Parlement eut rejeté l’accord SWIFT, le Parlement et le Conseil soient parvenus à un accord avec les autorités américaines pour conclure un accord qui ne garantit ni la sécurité ni la protection de la vie privée, sous prétexte de combattre le terrorisme. Il est regrettable que la majorité du Parlement ait désormais voté en faveur de cet accord.

Il existe une grande incertitude autour de l’échange et de l’accès aux bases de données, qu’il s’agisse des autorités américaines ou des agences de l’UE, ce qui pourrait conduire à des dangers incontrôlables. Qu’il s’agisse de criminels et d’innocents, de suspects et de non-suspects, ils seront pris dans un processus qui ne fournit aucune garantie de son efficacité, comme on le constate actuellement.

La mise en œuvre de cet accord, comme nous l’avons dit précédemment, signifie le maintien de mesures imparfaites prises dans le cadre de la prétendue lutte contre le terrorisme en vue de la suppression des droits.

Nous soutenons le besoin de lutter contre toutes les formes de criminalité, mais cela doit être fait avant tout en se concentrant sur l’origine et la prévention de ces phénomènes et non en mettant l’accent sur de vagues mesures de sécurité qui violent les libertés civiles et les droits fondamentaux et les garanties des citoyens, affaiblissant davantage la démocratie dans laquelle nous vivons.

Nous n’acceptons pas de troquer la liberté pour plus de sécurité, car, en fin de compte, nous perdrons sur les deux tableaux. Nous soutenons en revanche une société plus sûre avec des droits démocratiques et des libertés à une grande échelle.

 
  
MPphoto
 
 

  Evelyne Gebhardt (S&D), par écrit. (DE) La lutte contre le terrorisme requiert une coopération internationale régie par des accords. Toutefois, ces derniers ne sauraient grignoter les droits fondamentaux des citoyens exposés dans la charte européenne des droits fondamentaux. À l’époque moderne notamment, ces droits incluent également la protection de données, ce qui n’est pas suffisamment garanti par l’accord SWIFT négocié avec les États-Unis. Le combat contre le terrorisme ne doit pas devenir une excuse pour une protection inadéquate des données. D’autres défauts graves dans cet accord incluent, par exemple, l’inspection de données bancaires sans approbation judiciaire, la longue durée de rétention de données, ce qui est interdit dans le droit constitutionnel allemand, ainsi que la difficulté pour les citoyens de se défendre au tribunal contre l’utilisation déloyale de données. Il existe de graves violations des droits fondamentaux. Toutefois, l’Union européenne n’est pas autorisée à restreindre abusivement les droits fondamentaux existants. Par conséquent, je persiste dans le rejet de cet accord SWIFT.

 
  
MPphoto
 
 

  Sylvie Goulard (ALDE), par écrit. – Aujourd’hui, après mûre réflexion, j’ai voté en faveur de l’accord SWIFT remanié. Le compromis n’est certes pas parfait, mais nous devons combiner les exigences de la lutte contre le terrorisme et le respect des libertés publiques. Ensuite, cette nouvelle version comporte des améliorations, notamment sur la finalité de la transmission de données.

S’agissant d’un sujet aussi sensible que la protection des données personnelles, j’aurais souhaité plus de rigueur encore, notamment sur les points suivants: l’octroi à une autorité indépendante – et non à Europol – de la responsabilité de vérifier la conformité des demandes ou l’effectivité du droit à la réparation des personnes dont les droits auraient été violés.

Par solidarité avec mon groupe politique, à qui l’on doit la bataille de février dernier, et donc la plupart des avancées, j’ai décidé de soutenir cet accord. Aux côtés de mes collègues, je serai très attentive à la mise en œuvre des conditions de cet accord par les États-Unis, mais aussi très vigilante sur les engagements du Conseil et de la Commission. Dans le cas où les promesses seraient violées, je me prononcerais en faveur de la résiliation de l’accord, une fois le moment de son réexamen venu.

 
  
MPphoto
 
 

  Nathalie Griesbeck (ALDE), par écrit. – C’est avec une attention particulière que j’ai suivi les négociations entre l’UE et les USA sur l’accord SWIFT depuis le premier rejet, grâce à l’action menée par le groupe ALDE. Et depuis février, le Parlement européen, usant avec fermeté de ses nouveaux pouvoirs, a pu obtenir de nombreux progrès et des garanties supplémentaires: la «twin-track» approche défendue par notre groupe, des examens réguliers de l’accord, une première évaluation dans 6 mois, un rapport d’étape après 3 ans, un droit d’accès et de rectification, la possibilité de verrouiller le transfert de certaines données, le contrôle par une autorité européenne aux USA de l’extraction des données... Mais s’il y a beaucoup de progrès, cet accord n’est pas parfait et il a aussi beaucoup de faiblesses; aussi, c’est après mûre réflexion que j’ai décidé de voter en faveur de ce nouvel accord, car un cadre juridique pour la lutte contre le terrorisme est nécessaire, et car nous nous dirigeons à terme vers un futur système européen de contrôle de transfert de données permettant l’extraction des données sur le sol européen. Désormais, il appartient aux institutions européennes de s’employer à un contrôle étroit et vigilant de la mise en œuvre des conditions de l’accord.

 
  
MPphoto
 
 

  Matthias Groote and Bernhard Rapkay (S&D), par écrit. (DE) La délégation du Parti social-démocrate allemand (SPD) au Parlement européen est en faveur de la lutte contre le terrorisme international et d’une garantie de protection permanente des données à caractère personnel présentant le plus haut degré de détermination et d’efficacité. Étant donné l’importance de la protection des données, la délégation du SPD n’a pas pris sa décision à la légère. Après un examen long et minutieux, toutefois, nous sommes en mesure de voter en faveur de l’accord: les sociaux-démocrates ont réussi à mettre en place un contrôle européen permanent de l’extraction des données directement sur le terrain au département du Trésor américain - y compris la possibilité d’arrêter l’extraction de données. Pour nous, la priorité numéro un était de limiter le transfert des données en vrac. Les données du SEPA ne sont pas couvertes par l’accord; la plupart des transferts ne sont aucunement touchés. La durée de cinq ans de conservation des données devrait être revue annuellement, et toutes les données non requises doivent être détruites préalablement. De plus, il est prévu une révision annuelle de conformité avec toutes les normes de protection des données, avec l’implication de superviseurs de protection des données. Même si nous aurions préféré que le rôle de contrôle et le transfert de données soient confiés à une autorité judiciaire, Europol doit exécuter son mandat concernant l’approbation de transfert de données prévu dans l’accord, sous le contrôle strict de l’UE. Bien qu’Europol dispose d’un système fiable de protection des données, il doit mis en conformité avec le traité de Lisbonne afin de remplir ses fonctions sous le strict contrôle démocratique.

 
  
MPphoto
 
 

  Sylvie Guillaume (S&D), par écrit. – J’ai voté pour le rapport Alvaro concernant l’accord UE / États Unis sur le transfert et le traitement des données de messagerie financière dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, car je considère que cet accord parvient désormais à un équilibre entre les objectifs de sécurité, dans la lutte contre le terrorisme, et les objectifs de liberté, dans la protection de la vie privée des citoyens.

À la différence de l’accord SWIFT, présenté en février, contre lequel j’avais voté, cet accord est plus protecteur pour les données personnelles: les citoyens auront un droit d’accès et de rectification sur les données les concernant, leur droit au recours administratif et judiciaire est garanti, et plusieurs limitations et restrictions ont été apportées au transfert des données.

Le Parlement devra néanmoins rester vigilant quant à la modification des compétences d’Europol, chargé du contrôle des transferts, ainsi que dans la future mise en place d’un TFTP européen.

 
  
MPphoto
 
 

  Olle Ludvigsson and Marita Ulvskog (S&D), par écrit. (SV) Le groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen a réussi, avec la Présidence espagnole, à négocier des améliorations à l’accord sur l’échange de données bancaires avec les États-Unis. Le volume de données bancaires transféré a été limité (il n’y aura pas de transfert de données pour les transactions au sein de l’UE) et le personnel nommé par l’UE examinera et approuvera les transferts en temps réel.

Même si l’on note certaines avancées dans les négociations, le problème fondamental du transfert en vrac de données bancaires demeure . Cela signifie que les données des citoyens innocents continueront d’être transférées aux autorités américaines, ce que nous, les sociaux-démocrates suédois, trouvons inacceptable. De plus, nous voyons de graves défauts, d’un point de vue juridique et pratique, en permettant à Europol d’être l’autorité chargée de contrôler les transferts.

Pour ces raisons, nous avons choisi de nous abstenir de voter pour l’accord avec les États-Unis sur le transfert des données bancaires.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. − (EN) Étant donné les concessions et les dispositions garanties par l’UE concernant l’accord SWIFT sur le partage des données financières, j’ai désormais le plaisir de soutenir cet accord. Je me réjouis notamment que notre groupe ait contribué à obtenir des garanties sur l’interdiction de recherches aléatoires, la surveillance directe du programme par un fonctionnaire de l’UE et des évaluations annuelles des durées de conservation des données. Le contrôle ininterrompu de cet accord sera crucial, toutefois, pour s’assurer que les termes restent acceptables pour ce Parlement et les citoyens européens.

 
  
MPphoto
 
 

  Clemente Mastella (PPE), par écrit. (IT) J’ai voté pour, car je pense que le fait de soutenir l’accord négocié entre la Commission européenne et les États-Unis est la bonne action à engager et le signe d’un grand sens des responsabilités.

Le transfert des données à caractère personnel est une question extrêmement sensible en Europe, avec ses expériences douloureuses des régimes totalitaires qui en feraient un usage abusif et détourné. Aux termes du nouvel accord, il sera possible de transférer une certaine quantité de données bancaires aux autorités américaines, sous réserve que le transfert respecte les règles strictes relatives à la protection des données à caractère personnel, que nous, les membres du Parlement européen, nous engageons à surveiller. Ces informations sont consultables uniquement si elles sont jugées importantes pour mener des enquêtes antiterroristes: leur accès est conditionné par la présentation par les autorités américaines de preuves suffisantes.

Le nouvel accord est une victoire pour toutes les institutions européennes, et pour notre Parlement européen en particulier. En effet, nos demandes de protection accrue de la vie privée des citoyens européens ont été satisfaites, les Européens obtenant une double garantie: tout d’abord, une transparence complète quant à la façon d’accéder à leurs données et de les utiliser et, deuxièmement, des procédures d’appel appropriées pour s’assurer que leur vie privée est protégée. Il s’agit de garanties suffisantes qui assureront que ces deux exigences - sécurité et protection de la vie privée - peuvent être remplies et sauvegardées.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – Je vote contre ce rapport. Il vaut approbation des ingérences états-uniennes perpétrées en Europe avec la complicité d’organismes comme SWIFT. Il entérine la possibilité de transférer vers les États-Unis les données personnelles de chaque citoyen tant le champ d’application stipulé dans l’accord entre le Conseil et les États-Unis est vaste. Il ne demande aucune garantie véritable de la protection de ces données et des possibilités de recours. Ce rapport et l’accord qu’il valide sont un symbole de l’asservissement de cette Europe à l’impérialisme américain.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) La lutte contre le terrorisme est une question qui préoccupe l’UE, de même que l’ensemble du monde démocratique. Tous les mécanismes qui contribuent à découvrir d’éventuelles attaques sont fondamentaux pour la réussite dans cette lutte. L’accord SWIFT est une arme très puissante dans la lutte contre le terrorisme, car il donne accès à des informations financières privilégiées concernant des transferts financiers entre les pays. La renégociation de cet accord avec les États-Unis est une occasion pour l’UE de contribuer efficacement à la découverte de nouveaux terroristes et d’attaques potentielles. Un fort souhait de coopération anime actuellement les États-Unis, ce qui facilite un accord qui protège efficacement les données transmises et fournit une réciprocité potentielle maximale. Le projet de solution approuvé aujourd’hui constitue un bon point de départ pour les futures et âpres négociations avec les États-Unis.

 
  
MPphoto
 
 

  Willy Meyer (GUE/NGL), par écrit. (ES) J’ai à nouveau voté contre l’accord SWIFT sur le traitement des données bancaires européennes et leur transfert vers les États-Unis sous prétexte de lutter contre le terrorisme, car j’estime que la demande des États-Unis est inacceptable et qu’elle constitue une menace pour les libertés et les droits des citoyens européens. À travers cette proposition, les forces les plus conservatrices ont essayé de nous assujettir aux intérêts des États-Unis sans songer une seconde à la sécurité ou à la protection de la vie privée des citoyens. Le Parlement européen ne saurait permettre que les droits civils et les libertés des Européens soient lésés sous prétexte de lutter contre le terrorisme.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. − (DE) La protection des données avec l’accord SWIFT n’est qu’une imposture. Stocker des paquets de données illimitées pendant une longe durée en l’absence de toute intervention judiciaire va à l’encontre de notre approche d’un État moderne fondé sur l’état de droit. Le fait qu’il appartienne à Europol, autorité policière européenne - qui a un intérêt dans les données pour combattre le terrorisme - de contrôler le respect des règles de protection des données et l’existence réelle de suspicion de terrorisme, revient à laisser entrer le loup dans la bergerie. De plus, l’idée que les commissaires chargés de la protection des données, qui se sont eux-mêmes souvent révélés dénués de pouvoir, puissent obtenir un blocage ou une suppression aux États-Unis est carrément risible. Un renforcement de la protection des données est ainsi loin d’être en vue, et par conséquent l’accord SWIFT a clairement reçu un «non» de ma part.

 
  
MPphoto
 
 

  Claudio Morganti (EFD), par écrit. (IT) J’ai voté en faveur de l’accord Alvaro, car je considère qu’il est important de combattre le terrorisme. Le terrorisme est une menace et en tant que telle il doit être combattu. Les États-Unis sont un partenaire clé dans la lutte contre le terrorisme; nous devons coopérer avec eux afin d’identifier et d’enrayer tout financement éventuel, ce qui réellement assure la subsistance des terroristes.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit. (DE) Sous l’apparence du combat contre le terrorisme, les données de comptes d’honnêtes citoyens européens sont transférés en vrac aux États-Unis. L’accord SWIFT remanié ne change pas beaucoup cette situation. Nous ne pouvons promettre à nos concitoyens une protection suffisante des données, car: - Les données sensibles sont stockées en vrac, au lieu de l’être selon des cas individuels pour lesquels il existe des motifs de suspicion. - Les données seront arbitrairement stockées pendant une période de cinq ans. - Il est prévu que le respect de la protection des données soit garanti par Europol, même si cette agence a un intérêt dans les données elles-mêmes. Le pouvoir exécutif par conséquent se surveille lui-même - est-il sérieusement censé être un organisme de contrôle indépendant? - Les citoyens européens dont les droits ont été violés n’ont de facto aucune chance d’engager avec succès des actions en justice. Les citoyens devraient d’abord faire face aux frais de procédures judiciaires aux États-Unis! Ce qui a en premier lieu été célébré comme un succès pour le Parlement européen en février a désormais tourné en fiasco. Même le rapporteur admet qu’il n’est pas totalement satisfait. Cet accord ne procure aucune protection réelle et efficace des données et devrait par conséquent être rejeté.

 
  
MPphoto
 
 

  Alfredo Pallone (PPE), par écrit. (IT) L’accord final satisfait la majorité des requêtes du Parlement, en protégeant la sécurité et la vie privée des citoyens de l’UE tout en garantissant des solutions juridiquement contraignantes pour les problèmes en cours d’examen. L’accord marque également une nouvelle phase dans les pouvoirs du Parlement, en garantissant une surveillance démocratique européenne des accords internationaux. Outre les améliorations apportées à l’accord lui-même, le Conseil et la Commission ont pris l’engagement juridiquement contraignant de fixer le cadre de travail juridique et technique permettant l’extraction des données sur le sol américain. Cet engagement garantira à moyen terme la fin des transferts de données en vrac aux autorités américaines. L’établissement d’un système d’extraction européen représente une amélioration très importante, étant donné que le transfert ininterrompu de données en vrac est une entorse aux principes qui sous-tendent la législation et les pratiques de l’UE.

 
  
MPphoto
 
 

  Georgios Papanikolaou (PPE), par écrit. (EL) J’ai voté en faveur du nouvel accord SWIFT lors de la séance plénière du Parlement européen aujourd’hui. Il s’agit d’un accord très important qui vise à éradiquer le terrorisme et le crime organisé en combattant les financements illégaux. Il est important que ce nouvel accord protège également le respect des données à caractère personnel des citoyens européens. Ce nouvel accord mentionne la nécessité de créer un TFTP (programme de surveillance du financement du terrorisme) européen. Il s’agit d’un engagement qui doit être mis en pratique dans un délai de cinq ans. Le Parlement européen, la Commission et le Conseil ont par conséquent le devoir de procéder immédiatement à l’exécution de cet engagement, afin que l’Europe ait encore de meilleurs outils pour protéger la sécurité de ses citoyens dans un proche futur.

 
  
MPphoto
 
 

  Paulo Rangel (PPE), par écrit. (PT) J’ai voté pour, car j’approuve l’accord conclu et je souhaite remplir mon rôle et assumer mes responsabilités en soutenant l’accord négocié entre l’UE et les États-Unis. Nous avons conscience du besoin d’équilibre entre le respect de la vie privée individuelle et le besoin de protéger la sécurité collective, mais le phénomène du terrorisme, avec lequel nombre d’européens vivent quotidiennement, nécessite des mesures qui sortent de l’ordinaire. J’estime que je dois mentionner que, en raison d’une implication dans le processus électoral interne de mon parti national, le Partido Social Democrata, j’ai été dans l’incapacité de voter en faveur du précédent accord, comme j’avais eu l’intention de le faire. Je suis conscient de la nature sensible de cette question en Europe, en raison d’expériences qui ont marquées les populations alors sous régimes totalitaires qui, sans aucune légitimité, ont envahi la sphère privée des citoyens. Tel n’est pas le cas ici. Nous sommes légitimement en lutte contre le terrorisme sous des formes nouvelles, encore plus innovantes, car c’est la seule façon de garantir la protection des libertés fondamentales des citoyens européens. Le présent accord permet le transfert de données bancaires, mais introduit des protections suffisantes de sécurité et de la vie privée. Des règles strictes sont prévues concernant la protection des données à caractère personnel, permettant leur accès sur présentation d’une preuve que les autorités compétentes mènent une enquête antiterroriste.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. − (EN) L’adoption à la majorité du nouvel accord SWIFT au Parlement est un coup dur pour les négociations sur une protection obligatoire des droits fondamentaux dans la coopération internationale sur la sécurité. Des améliorations ont été apportées au premier avant-projet, mais des critiques fondamentales subsistent sur les transferts de données en vrac sans soupçon préalable et la conservation des données sur une période trop longue. La grande coalition de conservateurs, sociaux-démocrates et libéraux a par conséquent accepté des normes moins contraignantes que les principes existants de l’état de droit et risque actuellement une réglementation en violation du droit de l’UE. Nous, les Verts, sommes par conséquent opposés au nouvel accord et, en tant que force progressiste, nous visons une protection renforcée de la vie privée et au respect du principe de l’état de droit dans le cadre d’une coopération transatlantique.

En qualité de rapporteur du Parlement concernant l’accord global de protection des données prévu par la commissaire à la justice, Viviane Reding, je travaillerai personnellement avec l’administration américaine et le Congrès américain sur des règles contraignantes dans ce domaine. Il est par conséquent vraiment triste de constater que le Parlement européen a réduit son influence sur les États-Unis en acceptant aujourd’hui l’accord SWIFT. Un véritable changement vers une protection contraignante des droits fondamentaux dans la lutte contre le terrorisme exige plus de courage et d’efforts.

 
  
MPphoto
 
 

  Angelika Werthmann (NI), par écrit. (DE) Je ne veux pas que mon vote contre le nouvel accord soit considéré en aucune manière comme un «non» à la lutte contre le terrorisme. Il faut barrer la route aux actes terroristes et tous les actes terroristes doivent être condamnés dans les termes les plus sévères. En revanche, il existe la protection des droits des citoyens. Les droits des citoyens ne sont pas joués d’avance - nous nous sommes battus pour eux. Je suis convaincue qu’une discussion plus longue concernant cet accord aurait abouti à un résultat pleinement satisfaisant pour les deux côtés – États-Unis et Europe –.

 
  
  

Rapport: Elmar Brok (A7-0228/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Charalampos Angourakis (GUE/NGL), par écrit. (EL) Les députés au Parlement européen du Parti communiste grec ont voté contre la motion de résolution commune des conservateurs, libéraux et sociaux-démocrates pour la création d’un service européen pour l’action extérieure, car elle est basée sur le réactionnaire «traité de Lisbonne». Elle applique les dispositions pour la militarisation de l’UE (commission civilo-militaire, centre de gestion de crise, centre satellite, commission militaire, armée européenne, EULEX, etc.) afin d’appliquer la doctrine américaine de guerre préventive. Il s’agit d’un outil de stratégie de l’OTAN et de guerres. Elle autorise l’UE à s’engager dans une intervention militaire et civile sous prétexte de lutter contre le terrorisme, même au sein des États membres. Le SEAE limite encore plus les droits ethnocratiques souverains des États membres, en accordant des responsabilités à l’UE dans presque tous les secteurs politiques d’un État. Il s’agira d’un outil d’application de la primauté du droit communautaire sur les droits nationaux des États. Cela renforce le mécanisme d’intervention impérialiste et les mécanismes répressifs de l’UE (Frontex, etc.) et en crée de nouveaux (tels que le service européen de poursuite judiciaire). Nous condamnons la procédure inacceptable et sournoise de dissimulation de l’aggravation de l’antagonisme et l’opposition entre les principaux pouvoirs impérialistes suivie par les représentants du Parlement européen, de la Commission, de la Présidence et de la haute représentante et vice-présidente de la Commission.

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – J’ai soutenu le compromis négocié par mes collègues Elmar Brok et Guy Verhofstadt avec la haute représentante, le Conseil et la Commission européenne, et donc l’établissement du service européen pour l’action extérieure. Ce compromis a fait l’objet de très longues négociations et il me semble aujourd’hui satisfaisant et équilibré. Il permet au Parlement européen de renforcer ses prérogatives et de préserver la méthode communautaire. Surtout, il fallait aujourd’hui garantir la mise en place rapide de ce SEAE, afin de laisser place aux nominations et de sortir du système insatisfaisant mis en œuvre ces derniers mois.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. – (LT) Les négociations sur la création d’un organisme indépendant et unique de l’UE, comme prévu par le traité de Lisbonne, s’achèvent. J’espère que le Conseil respectera l’accord et que la décision sur le service européen pour l’action extérieure sera adoptée fin juillet. Nous devons nous assurer que le SEAE commence à travailler dès que possible. Son fonctionnement doit contribuer à la formation d’une politique étrangère et de sécurité européenne de haut niveau, garantissant la cohérence des actions externes de l’UE et le renforcement du rôle de l’Union européenne sur la scène internationale. Le Parlement européen doit s’efforcer de renforcer le contrôle parlementaire, en mettant en œuvre une politique étrangère et de sécurité commune et en exerçant activement des fonctions législatives, budgétaires et de décharge. Nous devons nous assurer que le travail du SEAE est basé sur le principe de neutralité budgétaire et que nous évitons la duplication des tâches, fonctions et ressources du SEAE avec d’autres institutions. De plus, nous devons résoudre le problème de la responsabilité et de l’obligation de rendre compte pour des questions portant sur l’utilisation des fonds budgétaires de l’UE et la répartition des compétences.

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Băsescu (PPE), par écrit. – (RO) J’ai voté en faveur de l’adoption du rapport rédigé par M. Brok, car il marque un pas important vers la création du service européen pour l’action extérieure.

Le Parlement européen jouera un rôle important dans le fonctionnement du service européen pour l’action extérieure, car il sera consulté préalablement au lancement de toute mission de l’UE dans les pays tiers. De plus, ce dernier budget sera soumis à un contrôle politique par le Parlement.

La Roumanie est prête à offrir les services d’un personnel compétent nécessaire pour travailler au sein du service européen pour l’action extérieure, dès qu’il sera créé. Mon pays a montré son engagement dans les missions européennes de gestion de crise. Nous avons dépêché plus de 200 experts, policiers, policiers militaires, diplomates, magistrats et soldats pour la plupart des missions civiles et militaires de l’Union européenne.

Je souhaite terminer en soulignant le fait que les principes de compétence et d’équilibre géographique doivent être respectés dans le cadre de la politique de recrutement du personnel.

 
  
MPphoto
 
 

  Dominique Baudis (PPE), par écrit. – Avec les nouvelles compétences dont elle est dotée depuis l’adoption du traité de Lisbonne, l’Union européenne a besoin de s’appuyer sur une diplomatie forte. Le service européen pour l’action extérieure (SEAE) représente une avancée considérable en ce sens.

Je me suis exprimé en faveur de la résolution du Parlement européen sur le SEAE car la haute représente a besoin, pour mener à bien sa mission, de se doter rapidement d’un bras diplomatique compétent. Ma décision s’appuie sur les conclusions de la conférence de Madrid du 21 juin dernier, pendant laquelle un équilibre institutionnel a été trouvé.

L’intérêt européen du projet initial a été préservé. La Commission, le Conseil et le Parlement vont maintenant pouvoir travailler ensemble pour mettre sur pied un service diplomatique européen efficace et fonctionnel. Je suis confiant que les négociations ultérieures sur la mise en place du SEAE respecteront cet équilibre.

 
  
MPphoto
 
 

  Mara Bizzotto (EFD), par écrit. (IT) Depuis le début, certains aspects de la création du service européen pour l’action extérieure sont obscurs et controversés. Nous devrions examiner avec une certaine inquiétude les éventuelles contradictions qui peuvent émerger entre l’activité du futur service diplomatique de l’UE et celle traditionnellement menée par les États membres. Les États membres ne seront-ils plus libres de définir leur propre politique étrangère? J’exprime une préoccupation concernant une situation qui n’est certes peut-être pas imminente, mais il vaut toujours la peine de se demander quel sera l’impact à moyen et long terme de la création d’un service européen tel que celui-ci. En d’autres termes: si l’idée est au fond d’imiter le modèle américain, où la politique étrangère est gérée directement et exclusivement par le gouvernement fédéral sur les dirigeants des 50 États, alors on devrait se souvenir que le gouvernement américain est élu par le peuple, et tous les quatre ans une légitimité démocratique est accordée à sa politique étrangère, ce que n’ont pas la Commission européenne et le Conseil européen - ni même le futur service européen pour l’action extérieure. Par conséquent, en votant contre le rapport Brok, j’exprime ma préférence pour une politique étrangère européenne intergouvernementale, étant donné que le fait de se reposer sur la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) au niveau européen ne garantirait pas la supranationalité des décisions prises dans un domaine aussi délicat.

 
  
MPphoto
 
 

  Sebastian Valentin Bodu (PPE), par écrit. (RO) Les contribuables européens vont avoir un plus grand contrôle sur la façon dont les ressources financières de l’UE sont dépensées par le service européen pour l’action extérieure. Il est louable que des pouvoirs budgétaires accrus aient été octroyés au Parlement européen dans ce domaine à un moment où le budget du service sera soumis à l’examen du pouvoir législatif. L’Union européenne emploie actuellement environ 7 000 diplomates et fonctionnaires qui s’assureront que les objectifs de l’UE seront prioritaires sur les objectifs nationaux et même intergouvernementaux. Tous les employés du service européen pour l’action extérieure seront politiquement responsables devant le Parlement européen, dont l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne a élargi les pouvoirs . Le Parlement a remporté une victoire dans la mesure où il a réussi à imposer la notion selon laquelle une grande partie du travail du service européen pour l’action extérieure doit concerner la promotion des droits de l’homme et la sauvegarde de la paix dans le monde. Cela démontre que l’Union européenne est consciente d’assumer son rôle extrêmement important d’exportateur des droits de l’homme fondamentaux qui, malheureusement, sont délibérément violés actuellement dans de nombreux pays à travers le monde.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. (PT) J’ai voté en faveur du rapport sur l’organisation et le fonctionnement du service européen pour l’action extérieure. Cela constitue un pas important dans le renforcement du rôle de l’Europe dans le monde et pour la coordination des politiques des 27 États membres en matière de relations extérieures. Dans les négociations avec le Conseil et la Commission, le Parlement européen a vu la dimension européenne du service européen pour l’action extérieure renforcée, conduisant ainsi à un rôle accru du Parlement lui-même dans les domaines politiques et budgétaires de cette nouvelle entité.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Chountis (GUE/NGL), par écrit. (EL) J’ai voté contre le rapport sur le service européen pour l’action extérieure, car il est actuellement constitué en utilisant des procédures obscures, avec des compétences vagues et un rôle très clairement limité exclusivement aux aspects budgétaires pour le Parlement européen, seule institution élue de l’UE. De plus, j’ai voté contre le SEAE, car il se veut un outil pour le renforcement de la militarisation de l’Union européenne, étant donné qu’il inclut également l’action militaire, même dans des cas d’assistance et d’intervention humanitaires. L’Union européenne ne devrait pas lier sa politique étrangère ou sa politique de solidarité en cas de crise à une action militaire et à des structures et mécanismes militarisés. Elle devrait concevoir des politiques et des organismes qui préserveront un rôle autonome et pacifique dans les relations internationales, bien loin de l’opportunisme et de l’intervention militaire américaine. Elle devrait agir avec respect pour le droit international et la Charte des Nations unies pour un monde de paix et de solidarité.

 
  
MPphoto
 
 

  Derek Roland Clark (EFD), par écrit. − (EN) Je me suis abstenu sur le vote concernant l’amendement 80, car, tandis que la surveillance du contrôle du SEAE par les gouvernements nationaux doit être assurée, cet amendement a également garanti le même droit au Parlement européen. Il n’est pas acceptable pour une nation souveraine qu’une organisation européenne surveille son service extérieur. Il n’appartient pas au PE de le faire.

 
  
MPphoto
 
 

  Mário David (PPE), par écrit. (PT) C’est avec une immense satisfaction que j’ai voté en faveur du rapport Brok. Après plusieurs mois de débats au Parlement, avec le Conseil et avec la Commission, de la fumée blanche est finalement sortie des négociations. J’espère que désormais le service européen pour l’action extérieure appliquera la charte des droits fondamentaux, conformément à l’esprit et à l’objectif du traité de Lisbonne, afin que la méthode communautaire soit prioritaire dans la politique de développement et dans le mode de répartition de l’aide étrangère de l’UE. J’espère que les États membres, (et plus précisément, certains ministères des affaires étrangères de certains États membres) prendront à cœur la création de cette nouvelle entité, ainsi que les nouvelles prérogatives et attributs qui ont été conférés à sa haute représentante, à la suite de l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne. J’espère également que ce que certains États membres ou leurs responsables gouvernementaux considèrent comme une ingérence dans leur sphère de compétences, en tant que nation ou gouvernement, ne persistera pas. Et que le gouvernement portugais luttera pour la représentation qui nous confèrera du prestige pour la qualité, les compétences, les attributs et le nombre proportionnel des agents nationaux concernés. En tant que députés de cette Assemblée, nous ne voulons pas d’un service qui résulte de contrôles et contrepoids intergouvernementaux, mais d’un service qui appartienne à l’Union.

 
  
MPphoto
 
 

  Luigi Ciriaco De Mita (PPE), par écrit. (IT) Une politique étrangère commune et une politique économique commune sont les objectifs nécessaires au processus d’intégration européenne. Il faut se souvenir que la monnaie unique a été également choisie pour accélérer le processus d’intégration, qui était arrivé à une impasse à Nice. Étant donné la façon dont il est actuellement organisé, le service européen pour l’action extérieure court le risque d’adopter une approche paralysante du «ne rien faire», plutôt que d’être le début d’un processus vertueux d’unification.

 
  
MPphoto
 
 

  Proinsias De Rossa (S&D), par écrit. (EN) Je salue le rapport tel qu’il a été amendé. Il était essentiel de résister à la proposition de reconnaître la politique de développement comme partie intégrante de notre politique étrangère. Nous avons besoin d’un service de développement autonome qui rende compte à un commissaire autonome chargé du développement et de l’aide humanitaire. Désormais, selon ce rapport, le commissaire chargé du développement est responsable de l’ensemble du cycle de programmation, de planification et d’implantation de l’instrument pour la coopération au développement (ICD) et du Fond européen de développement (FED). Nous devons garantir que la mise en œuvre est menée conformément à l’esprit et la lettre de l’accord. Il demeure des éléments de la proposition qui pourraient donner naissance à différentes interprétations. Toutefois, les amendements introduits par le Parlement européen renforcent le pouvoir de la Commission sur le budget opérationnel et, par conséquent, garantissent la surveillance parlementaire et une ligne claire de la responsabilité démocratique .

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. – (PT) J’ai voté en faveur du rapport sur l’organisation et le fonctionnement du service européen pour l’action extérieure (SEAE), car l’accord conclu renforce la spécificité du SEAE ainsi que sa responsabilité politique et budgétaire devant le Parlement.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. – (PT) En novembre 2006, le Parlement a adopté une résolution qui reconnaît l’importance stratégique des langues européennes de communication universelle – l’anglais, l’espagnol, le portugais et le français, dans l’ordre du nombre de locuteurs - comme véhicule de communication et moyen de mise en œuvre de la solidarité, la coopération et d’investissements économiques. En 2008, la Commission européenne a reconnu que ces langues constituaient un pont important entre les peuples et les pays dans différentes régions du monde.

À une époque où l’organisation et le fonctionnement du SEAE sont en cours de création, je pense qu’il est crucial qu’il tire pleinement profit de la capacité de communication des langues européennes mondiales que j’ai mentionnées, et les adopte en tant que langues de travail. Les règles et la pratique qui régissent les langues dans ce service révèleront la portée de son engagement dans la communication externe.

Ceci étant dit, je ne peux que me réjouir de la création du SEAE, et j’espère qu’il produira les résultats escomptés. L’Union européenne a beaucoup à gagner d’un SEAE compétent et efficace, capable d’être la voix de l’UE sur la scène internationale et de coopérer activement avec les services diplomatiques des États membres.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) L’objectif de la présente décision est d’établir l’organisation et le fonctionnement du service européen pour l’action extérieure (SEAE), organe fonctionnellement indépendant de l’Union sous l’autorité de la haute représentante, créé par l’article 27, paragraphe 3, du traité de l’Union européenne (TUE), tel qu’il a été amendé par le traité de Lisbonne. Le Parlement européen a également un rôle à jouer dans la politique étrangère de l’Union, notamment par ses fonctions de contrôle politique (exposé à l’article 14, paragraphe 1, du TUE), ainsi que par ses fonctions législatives et budgétaires assignées dans les traités. La haute représentante doit également régulièrement consulter le Parlement européen sur les principaux aspects et décisions fondamentales de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et s’assurer que les positions du Parlement sont dûment prises en compte; le SEAE assiste la haute représentante dans cette tâche. Ils devraient prendre des dispositions spécifiques concernant l’accès des députés au Parlement européen aux informations confidentielles dans la sphère du PESC. N’ayant pas d’objections à formuler, j’ai voté en faveur de l’approbation de cette décision.

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit. (PT) Nous avons voté contre ce rapport, qui est le résultat de négociations entre le Conseil et la majorité au Parlement sur l’un des points cruciaux dans le traité de Lisbonne et un point clé du fédéralisme dans l’Union européenne, qui revêt désormais un caractère juridique, comme le préconise la Constitution européenne. Il est à noter que ce service impliquera plus de 5 000 personnes dans les ambassades de l’UE dans divers pays à travers le monde.

Pour aggraver la situation, nous remarquons que les propositions faites par notre groupe n’ont pas été adoptées, notamment celles qui soutiennent que les structures militaires de l’UE ne devraient pas faire partie du service européen pour l’action extérieure, et qu’il ne devrait même pas y avoir de lien institutionnel entre elles. La même chose s’est produite avec les structures de renseignements de l’UE.

Il est particulièrement préoccupant de constater le rejet de la proposition que nous avons présentée pour que le Conseil cesse le développement et abolisse les structures militaires et civilo-militaires sous sa juridiction, et qu’il stoppe également le financement d’activités militaires et civilo-militaires. Il existe par conséquent de nombreux motifs de préoccupation quant à l’avenir de l’Union européenne et à la voie qu’elle suit.

 
  
MPphoto
 
 

  Lidia Joanna Geringer de Oedenberg (S&D), par écrit.(PL) À Laeken, il y a neuf ans, au cours de la précédente Présidence belge, le travail débuta sur le traité constitutionnel, qui visait à renforcer la politique étrangère de l’Union européenne, la rendant cohérente et visible dans l’arène internationale. En dépit de nombreuses complications liées à la réforme des traités de l’UE, les Belges ont aujourd’hui l’occasion de finaliser leurs efforts et de lancer le service européen pour l’action extérieure – à l’occasion du premier anniversaire de l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne le 1er décembre 2009. En qualité de députés d’un Parlement européen renforcé par le traité, nous pouvons y contribuer. À l’issue de nombreux mois de négociations conduites par la délégation du Parlement européen avec Mme Ashton, la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, le SEAE est en train de se développer de la façon préconisée par le Parlement. Le rapport de MM. Brok et Verhofstadt est un document important qui résume l’ensemble du travail et mérite d’être soutenu. Qu’est-ce que le Parlement est parvenu à gagner dans les négociations avec la haute représentante? Tout d’abord, un service diplomatique de l’Union européenne, pas un service intergouvernemental, et cela signifie l’assurance que 60 % des postes seront désignés par l’Union européenne. Deuxièmement, la supervision politique et budgétaire du SEAE par le Parlement, ce qui signifie l’aptitude à faire passer un entretien aux candidats aux postes de chefs de délégation et à inspecter les finances de l’institution, comme nous le faisons pour la Commission et le Conseil. Troisièmement, une répartition égale des postes en termes de nationalité et de sexe, et également un examen de la composition du service en 2013 afin de corriger tous déséquilibres.

 
  
MPphoto
 
 

  Sylvie Guillaume (S&D), par écrit. – Je me félicite de l’accord trouvé entre les trois institutions européennes et Catherine Ashton sur la mise en place du service européen pour l’action extérieure. C’est un service équilibré dans son organisation et sa composition qui va être créé pour assister Mme Ashton dans son travail de haute représentante de l’Union européenne. De plus, les pouvoirs de contrôle politique et budgétaire du Parlement européen en sortent renforcés. J’espère vivement que ce service sera utilisé au mieux et dans l’intérêt de l’Union. Ainsi cette dernière fera preuve d’une véritable cohérence politique et parlera donc d’une seule voix sur la scène internationale. Elle n’en ressortira que grandie et son action sera plus légitime et efficace.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – La proposition faite par Mme Ashton est inacceptable. Elle suppose une uniformisation de la diplomatie européenne sous sa coupole et celle de la Commission, et la négation des pouvoirs des États en la matière. Ce rapport a le faible mérite de demander que tous les États membres soient représentés parmi le personnel diplomatique européen aux ordres de Mme Ashton et de la Commission. Voilà à quoi on en est réduit dans cette Europe! Quémander le droit de se taire, mais équitablement! Je vote contre ce texte.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) L’adoption du traité de Lisbonne a apporté le service européen pour l’action extérieure (SEAE), jetant ainsi les fondations d’un service diplomatique européen fort. La création du SEAE vise à assurer la cohérence d’une action européenne externe et la conduite d’une politique étrangère et de sécurité commune.

 
  
MPphoto
 
 

  Willy Meyer (GUE/NGL), par écrit. (ES) J’ai voté contre le rapport sur le service européen pour l’action extérieure (SEAE), car je pense que cet organe institutionnalisera la militarisation de l’Union européenne. Je voulais exprimer, à travers mon vote, mon rejet total du processus de négociation relatif à la création du SEAE, comme les rapporteurs et Mme Ashton ont cédé à la pression de certains États membres jusqu’à en oublier totalement les règles démocratiques. Le SEAE se transformera en institution sui generis fonctionnant hors des mécanismes de base de contrôle de tout système démocratique. Je pense qu’il est nécessaire de s’assurer que le Parlement européen, seule institution de l’UE démocratiquement élue, et les parlements nationaux, outre le contrôle budgétaire, détiennent également le contrôle politique sur le SEAE. Mon groupe est notamment préoccupé par l’importante orientation militaire du SEAE et le fait que la majeure partie de l’élément civil de la politique étrangère européenne relèverait de la politique européenne de sécurité et de défense - plus spécifiquement, tout ce qui se rapporte à la coopération au développement et à la résolution de conflit. C’est pour ces raisons que le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, qui s’est engagé à respecter les valeurs de paix et la démilitarisation de l’UE, ne soutient pas la création du SEAE.

 
  
MPphoto
 
 

  Elisabeth Morin-Chartier (PPE), par écrit. – Suite aux débats difficiles menés ces dernières semaines sur le service européen pour l’action extérieure au sein des commissions parlementaires compétentes et des différents groupes politiques, je souhaite remercier notre collègue Elmar Brok pour son implication forte dans ce dossier. Le vote de ce jour jette les bases d’un service diplomatique fort au niveau de l’Union européenne. Ainsi, l’identité communautaire du service sera renforcée et sa responsabilité politique et budgétaire devant le Parlement européen sera garantie. Par ailleurs, le personnel de ce nouveau service comptera au minimum 60 % de fonctionnaires de l’UE. Je regrette néanmoins que les auditions, au Parlement européen, des représentants spéciaux pour la politique étrangère restent «informelles»; j’espère que cette question sera réglée d’ici quelques années. Malgré tout, le pouvoir de contrôle du Parlement européen est renforcé, en particulier sur les missions de politique étrangère et de sécurité commune (PESC) financées sur le budget de l’UE.

 
  
MPphoto
 
 

  Justas Vincas Paleckis (S&D), par écrit. − (EN) J’ai décidé de voter en faveur du rapport sur le service européen pour l’action extérieure (SEAE) et de pleinement soutenir la mise en œuvre de ce qui constitue une innovation clé du traité de Lisbonne et une décision historique pour l’avenir de l’Europe. Sept mois seulement après l’entrée en vigueur du nouveau traité, nous sommes parvenus ensemble à un consensus, garantissant la responsabilité politique et budgétaire du nouveau service au Parlement européen. Ce rôle de supervision accréditera un contrôle véritablement démocratique du service, qui est pour moi essentiel.

Ce rapport garantira un équilibre géographique ainsi qu’une meilleure cohérence entre les différents aspects du SEAE. Il ne s’agit pas de doubler les services diplomatiques au sein de l’UE, mais bien de les renforcer. Un tel accord est une preuve tangible de l’engagement de l’Union européenne à rassembler ses forces et à promouvoir ses valeurs de façon plus efficace. Il permettra à l’UE d’exercer une influence réelle dans l’arène internationale. Il représente une chance pour l’Union européenne, mais également pour ses États membres.

 
  
MPphoto
 
 

  Alfredo Pallone (PPE), par écrit. (IT) Une coordination opportune des différents domaines de la politique extérieure de l’UE par la Commission est clairement importante. La création du service européen pour l’action extérieure sous l’autorité de la haute représentante pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission est potentiellement en mesure de renforcer l’efficacité de l’action extérieure de l’UE sur la scène internationale. Ce service évitera surtout les incohérences et le dédoublement des tâches, et garantira une cohérence à long terme dans la promotion des intérêts stratégiques et des valeurs fondamentales de l’UE à l’étranger.

 
  
MPphoto
 
 

  Paulo Rangel (PPE), par écrit. (PT) J’apporte mon soutien et mon vote en faveur du présent rapport , en tant que membre de la commission des affaires constitutionnelles, au sein de laquelle le service européen pour l’action extérieure (SEAE) a été largement discuté et où j’ai pu exprimer mon opinion, et également en tant que membre du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens). Le Parlement européen a présenté une position unie entre les groupes politiques, qui avaient pour intérêt commun de faire un usage maximum des nouvelles compétences au titre du traité de Lisbonne, notamment à cette Assemblée, en termes de contrôle politique et financier du SEAE. Je réitère invariablement l’expression de ma préoccupation initiale, notamment au moyen de propositions visant à modifier les projets du rapport, qui peut être résumée comme le besoin de garantir l’équilibre géopolitique du SEAE sur le point d’être instauré. J’insisterais sur l’engagement de la haute représentante à constituer une équipe basée sur un équilibre géographique, avec des représentants issus de l’ensemble des 27 États membres, bannissant toute sorte de discrimination et favorisant la parité.

 
  
MPphoto
 
 

  Bernhard Rapkay (S&D), par écrit. (DE) En qualité de rapporteur de la commission des affaires juridiques pour le service européen pour l’action extérieure, je souhaite souligner que, notamment à la suite de ces amendements à l’article 6 de la proposition de la haute représentante, le rapport adopté ce jour n’a absolument pas d’effet contraignant pour moi en tant que rapporteur ou pour le Parlement européen dans son ensemble dans les discussions sur l’adaptation du statut des fonctionnaires. Cela inclut, entre autres, les notes adoptées dans le texte aujourd’hui. Un rapport sur une proposition législative, sur lequel le Parlement européen n’a pu émettre qu’un avis consultatif, ne saurait avoir d’effet contraignant sur les domaines dans lesquels le Parlement européen, en vertu d’une base juridique différente, a le pouvoir de codécision.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. − (EN) L’approbation du Parlement pose les premiers jalons d’une politique étrangère européenne plus cohérente et efficace qui répond mieux aux attentes des citoyens. Un meilleur service aurait, néanmoins, été possible.

Nous regrettons que Mme Ashton, la Commission et certains gouvernements nationaux n’aient pas eu le cran d’opter pour une solution plus ambitieuse. Nous soutenons le compromis, car le Parlement a réussi à considérablement améliorer la proposition initiale de Mme Ashton. Une puissante structure des droits de l’homme, des protections pour une politique de développement et contre la renationalisation de politiques communautaires, un contrôle démocratique renforcé, un budget des affaires étrangères plus transparent et la parité hommes/femmes dans le recrutement constituent de bons exemples.

L’opération n’est toutefois pas sans défaut. Ses points faibles incluent les structures de gestion de crise vaguement définies, l’absence de délégués permanents pour Mme Ashton et la portée limitée des services consulaires du SEAE aux citoyens. Tout dépendra désormais de la manière dont le compromis est appliqué - la balle est par conséquent à nouveau dans le camp de Mme Ashton, des États membres et de la Commission. Ils doivent travailler ensemble, créer un esprit de corps commun et surmonter la concurrence, source de discorde.

 
  
MPphoto
 
 

  Angelika Werthmann (NI), par écrit. (DE) Comme toujours, il est difficile de satisfaire et d’équilibrer les intérêts et positions divers et variés. Toutefois, dans la lutte acharnée qui se livre actuellement, nous ne devrions surtout pas perdre de vue l’objectif primordial de parvenir à une politique externe de l’UE qui soit efficace et cohérence. Les facteurs suivants doivent néanmoins être clarifiés: • Personnel - qui et combien? • Égalité - le personnel devrait être sélectionné sur la base des principes de la parité hommes-femmes. • Quels pouvoirs détiendra le SEAE? • La supervision budgétaire doit s’inscrire dans les compétences du Parlement européen. • Un aspect très important pour les contribuables: à combien s’élèvent les coûts? Dans tous les cas, ces coûts devraient rester dans des limites raisonnables et transparentes. À cet égard, nous devons utiliser des synergies afin d’atteindre une qualité maximale et de réaliser des économies.

 
  
  

- Proposition de résolution: Kosovo (B7-0409/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Charalampos Angourakis (GUE/NGL), par écrit. (EL) Le groupe parlementaire du parti communiste grec a voté contre cette proposition de résolution, qui tente de conforter l’indépendance illégale du Kosovo, imposée par la force et les armes de l’OTAN et sous la contrainte de l’UE et d’autres forces impérialistes. La résolution décharge l’OTAN de sa responsabilité dans la guerre et dans le démantèlement de la Serbie et soutient la présence à long terme de ses troupes et de ses bases au Kosovo ainsi que dans l’ensemble de la région. Elle préconise en outre des interventions unificatrices par le déploiement de forces européennes par l’intermédiaire de la mission EULEX. Cette résolution vise à porter atteinte à la décision de la Cour internationale de La Haye sur la légalité de l’indépendance du Kosovo. La politique impérialiste de l’UE, sur laquelle s’appuie cette résolution, augmente les problèmes rencontrés par les travailleurs au Kosovo, l’exploitation, la corruption, la criminalité et le nombre de restructurations capitalistes, faisant de l’immigration la seule solution pour ces travailleurs. Elle renforce l’instabilité dans la région, l’oppression des Serbes et des habitants du Kosovo dans leur ensemble, ainsi que les problèmes causés par la présence de l’EULEX et de l’OTAN.

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – Le Kosovo fait partie d’une zone géographique très sensible, pour laquelle l’UE doit avoir une attention de tous les instants. Je tiens d’abord à souligner le manque déplorable de cohérence au sein de l’UE quant à la ligne politique à adopter vis-à-vis de ce pays, dénoncé par cette résolution. En effet, cinq pays membres de l’Union européenne n’ont pas encore reconnu l’indépendance du Kosovo, pourtant demandée en 2008. Nous avons donc besoin, pour la cohérence interne de l’Union européenne, mais également pour sa crédibilité aux yeux du monde extérieur, d’une ligne politique commune, notamment sur des points aussi matériels que la délivrance de visas. Il me semble par ailleurs que le processus d’intégration européenne de tous les pays de cette région est un élément important de la stabilisation de la région, stabilisation qui est dans l’intérêt de l’ensemble de notre communauté. Concernant le Kosovo, la perspective d’adhésion à l’Union européenne est un puissant catalyseur pour la mise en place des réformes nécessaires, notamment les réformes relatives aux droits de l’Homme qui ont déjà été entamées et qu’il nous faut encourager. J’ai soutenu sans hésitation cette résolution qui reprend ces points importants.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Chountis (GUE/NGL), par écrit. (EL) J’ai voté contre la proposition de résolution sur les perspectives européennes du Kosovo, qui considère et traite ce dernier comme un État indépendant. Cette proposition va à l’encontre de la résolution 1244/99 du Conseil de sécurité des Nations unies et va même jusqu’à inviter les cinq États membres de l’UE - parmi lesquels la Grèce - n’ayant pas reconnu la déclaration d’indépendance unilatérale du Kosovo, à le faire et, autrement dit, à violer la résolution des Nations unies. Par conséquent, cette résolution ne contribue ni à résoudre le problème, ni à consolider la stabilité et la paix dans la région. Elle appelle en outre à un renforcement de la présence de l’EULEX au Kosovo.

 
  
MPphoto
 
 

  Mário David (PPE), par écrit. (PT) J’ai voté contre cette résolution. Ce document, sa manière d’analyse la situation et les solutions qu’il propose ne font que donner raison à ceux qui s’opposaient à la l’indépendance du Kosovo.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. – (PT) Le Kosovo n’a pas encore été reconnu par l’ensemble des États membres. La prudence adoptée par certains à l’égard de ce nouveau pays s’explique sans doute par des motifs politiques et stratégiques, mais aussi par des considérations plus pratiques découlant essentiellement de la préoccupation que suscite l’omniprésence de la corruption et du crime organisé sur ce territoire, qui empêchent le Kosovo de s’affirmer en tant qu’État de droit.

À l’instar d’autres pays de la région des Balkans, il serait bien que le Kosovo prouve qu’il s’est définitivement engagé sur la bonne voie en adoptant des politiques et des réformes qui, d’un côté, confirment son choix européen et, de l’autre, renforce ses organes politiques, en incitant ses citoyens à opter pour la démocratie et à rejeter la violence - en particulier la violence ethnique - comme moyen de résoudre les conflits. Le Kosovo a encore un long chemin à parcourir.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Cette résolution prend acte de la déclaration d’indépendance du Kosovo du 17 février 2008, reconnue par 69 pays, et encourage les États membres à intensifier leur approche commune à l’égard du Kosovo en vue d’une adhésion de ce dernier à l’Union européenne. Je pense qu’en dépit des marques profondes laissées par le conflit armé, la perspective d’adhésion à l’Union européenne constitue un puissant stimulant pour entreprendre les réformes nécessaires au Kosovo et j’appelle à prendre des mesures concrètes pour rendre cette perspective plus visible pour les citoyens, en favorisant le respect des droits de l’homme et le renforcement de l’état de droit.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit. – (PT) Le simple fait que plusieurs États membres de l’UE n’aient pas encore reconnu l’indépendance du Kosovo suffit à comprendre que le contenu de cette résolution est inacceptable. Malheureusement, une fois encore, la majorité de ce Parlement essaie de couvrir un acte qui est illégal en vertu du droit international. Comme cela a été souligné dans l’amendement déposé par le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique et rejeté par la majorité, la reprise du dialogue et des négociations conformément au droit international est la seule manière de rétablir la stabilité et la paix durable dans la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Lorenzo Fontana (EFD), par écrit. (IT) La proposition de résolution déposée par Mme Lunacek met clairement en relief les progrès limités accomplis par le pays. Je crois que les problèmes soulignés rendent encore moins plausible l’éventualité d’une adhésion à l’UE, dans la mesure où celle-ci accentuerait encore le caractère hétérogène de l’Union, déjà renforcé par les dernières adhésions. Par analogie à ce que j’ai dit à propos de l’intégration de l’Albanie dans l’UE, je crois que nous nous trouvons aujourd’hui à la croisée des chemins: l’Europe doit se demander si elle veut se borner à être une entité fondée sur de simples critères géographiques ou si elle souhaite devenir un ensemble plus homogène et cohérent composé d’États qui, malgré leur diversité, présentent tous des caractéristiques communes cohérentes avec l’idéal européen. Le fait que cinq États membres n’aient pas reconnu la souveraineté du Kosovo reste un obstacle qui rend, pour le moment, l’adhésion de ce pays à l’Union européenne paradoxale. Pour ces raisons, je ne peux soutenir la proposition de résolution déposée par Mme Lunacek.

 
  
MPphoto
 
 

  Jaromír Kohlíček (GUE/NGL), par écrit. (CS) L’auteur de ce projet de résolution sur le processus d’intégration européenne du Kosovo ne vit manifestement pas dans le monde réel et ne semble pas avoir réalisé que le Kosovo n’était pas reconnu en tant que membre de la communauté internationale. Des efforts visant à remplacer la pression par une amélioration de la situation économique interne, à favoriser la coexistence des autochtones, autrement dit les Serbes, les Gorani, les Roms et d’autres groupes ethniques actuels, avec les Albanais majoritaires, à empêcher la persécution des minorités et à adopter une approche ferme vis-à-vis des clans qui participent au trafic de stupéfiants en Europe: voilà les principales actions qui pourraient contribuer à améliorer la situation dans la région et à renforcer la coopération transfrontalière. Il n’est pas encore possible de restaurer le registre de l’état civil et le pays dépend encore entièrement de l’aide économique extérieure. Il y a un manque de volonté politique en vue d’assurer au moins des élections locales équitables et l’établissement des conditions nécessaires au bon fonctionnement des autorités locales. La lutte contre la corruption et le crime organisé reste purement théorique sur ce territoire, tout comme la décentralisation et la réforme de la fonction publique. Ces deux politiques n’ont donc eu, pour l’heure, aucun effet réel sur la situation dans le pays. La corruption insidieuse et omniprésente, ainsi que la contrebande d’armes et de stupéfiants sèment le trouble dans la région. Il est étrange que la monnaie utilisée sur ce territoire soit l’euro. D’autant plus que les conditions fondamentales préalables à l’utilisation de la monnaie européenne sont bien loin d’être satisfaites. Il est évident que le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique ne peut soutenir ce document.

 
  
MPphoto
 
 

  Marian-Jean Marinescu (PPE), par écrit. (RO) J’ai été très choqué de lire dans les journaux, au début de cette semaine, qu’un homme armé avait tiré à quatre reprises sur un député serbe au parlement kosovar. Cette attaque s’est produite quatre jours après l’explosion qui est survenue à Mitrovica pendant une manifestation serbe. La première préoccupation de l’UE devrait être de soutenir l’établissement de la démocratie et le renforcement de la stabilité au Kosovo. C’est pourquoi le projet de résolution aurait d’abord dû tenir compte des réalités de cette province, telles que la fastidieuse réforme de la justice et les difficultés rencontrées par les missions européennes pour communiquer avec les autorités locales à Pristina. La coopération régionale entre les pays des Balkans occidentaux est indispensable à leur développement économique, mais permettrait en outre de renforcer le respect mutuel et le respect de l’état de droit. En particulier, la coopération entre Belgrade et Pristina, surtout au niveau local, revêt une importance fondamentale pour les citoyens, surtout dans les secteurs les plus touchés tels que l’environnement, les infrastructures et le commerce. Enfin, en ce qui concerne la reconnaissance du statut du Kosovo, la résolution dont nous discutons aujourd’hui aurait dû préciser très clairement qu’elle ne reflétait pas la position de l’ensemble des États membres de l’UE.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – Cinq États membres de l’UE, dont la France, n’ont pas reconnu l’indépendance du Kosovo. Il est par conséquent inadmissible de se voir proposer aujourd’hui un rapport prônant l’intégration du Kosovo à l’UE. De plus, j’ai trop de respect pour les habitants de cette province pour leur souhaiter d’avoir à appliquer les critères de Copenhague en plus de supporter les conséquences des conflits récents. Je vote contre ce texte inadmissible et provocateur.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) La stabilité régionale et l’intégration dans l’UE des pays de la région des Balkans occidentaux ont toujours fait partie des priorités de l’Union. Dans ce processus difficile, certains pays de la région se sont rapprochés de l’UE plus rapidement que d’autres. C’est notamment le cas de la Serbie, de l’ancienne République yougoslave de Macédoine et du Monténégro. Pour diverses raisons, ce processus a été plus lent pour le Kosovo et ses citoyens ne sont toujours pas autorisés à voyager dans les pays de l’UE sans visa. Cette situation doit être résolue de toute urgence et cet effort dépend entièrement et exclusivement du Kosovo et de sa capacité à mettre en œuvre les réformes nécessaires à cette fin.

 
  
MPphoto
 
 

  Willy Meyer (GUE/NGL), par écrit. (ES) J’ai voté contre cette résolution sur le Kosovo, qui encourage les cinq États membres qui n’ont pas reconnu la déclaration d’indépendance unilatérale du Kosovo à le faire. Le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique s’est toujours opposé à la déclaration d’indépendance unilatérale du Kosovo, qui va à l’encontre du droit international. En revanche, nous restons déterminés à faire en sorte que le dialogue reprenne d’une manière qui soit satisfaisante pour les deux parties, sur la base de la résolution 1244/99 du Conseil de sécurité des Nations unies, conformément au droit international. C’est la seule manière possible de rétablir la paix et la stabilité dans la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Francisco José Millán Mon et José Ignacio Salafranca Sánchez-Neyra (PPE), par écrit. (ES) Au nom de la délégation espagnole du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens), nous voudrions préciser que notre vote sur la résolution relative au processus d’intégration européenne du Kosovo s’explique par le fait que cette résolution traite le Kosovo comme s’il s’agissait d’un État indépendant dans une situation tout à fait normale, sans tenir compte du fait que le statut de ce territoire reste très controversé au sein de la communauté internationale - un avis consultatif de la Cour internationale de justice est également attendu - et que le Kosovo n’a pas été reconnu par cinq États membres de l’Union européenne, parmi lesquels l’Espagne.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) Aujourd’hui, le Parlement européen a clairement affirmé que l’avenir du Kosovo indépendant résidait dans l’intégration européenne. Il s’agit d’un signal encourageant pour le gouvernement et les citoyens du Kosovo. Par ailleurs, il est explicitement demandé aux cinq États membres de l’Union européenne qui n’ont toujours pas reconnu le Kosovo en tant qu’État indépendant de le faire rapidement afin d’améliorer l’efficacité de notre assistance. Une nette majorité de députés européens a refusé de discuter plus avant de la question du statut du Kosovo, la Cour internationale de justice (CIJ) étant censée rendre son avis en juillet. Par cette résolution, le Parlement appelle à ce que les négociations relatives à la libéralisation des visas puissent être entamées aussi rapidement que possible. Il n’est pas normal que les citoyens du Kosovo ne puissent pas jouir de la même liberté de circulation que celle que l’UE aura probablement accordée aux autres États de la région d’ici la fin l’année. Ma résolution appelle à ce que cette étape nécessaire soit entreprise de toute urgence afin de libérer les Kosovars de leur isolation régionale, mais aussi internationale.

 
  
  

- Proposition de résolution: Albanie (B7-0408/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Charalampos Angourakis (GUE/NGL), par écrit. (EL) Le parti communiste grec a voté contre la proposition de résolution, car il est opposé à l’adhésion de l’Albanie à l’UE, pour les mêmes raisons qu’il est opposé à l’adhésion et à la participation de la Grèce à cette union internationale impérialiste. Cette adhésion profiterait au capital euro-unificateur et albanais, notamment dans les secteurs de l’énergie, de l’extraction minière et du transport, ainsi qu’aux projets impérialistes agressifs de l’UE et de l’OTAN. Elle se ferait au détriment des travailleurs, des pauvres agriculteurs et des petites et moyennes entreprises.

Cette proposition de résolution encourage une intensification des restructurations capitalistes imposées par le système politique antipopulaire peu recommandable des partis bourgeois du pays, en collaboration avec l’UE. Cette attaque antipopulaire, qui a causé des soulèvements de population dans les années 90, entraîne des privatisations, un chômage massif, une migration, un exode des zones rurales, ainsi qu’une hausse de l’exploitation, de la criminalité et de la corruption. Elle constitue une tentative sans précédent d’intervention ouverte dans les affaires intérieures de ce pays et dans le système d’opposition politique, et appelle à des règlements antidémocratiques dans le fonctionnement des partis politiques et du parlement. La politique de l’UE et des pouvoirs bourgeois en Albanie en faveur d’une adhésion ne fait qu’empirer les problèmes de développement du pays, la situation des travailleurs, les fuites de capitaux et les flux migratoires et entraîne de sérieux risques en termes de sécurité dans la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – En votant pour ce projet de résolution sur le processus d’adhésion de l’Albanie à l’UE, j’ai voulu appuyer ses deux idées principales. D’un côté, j’apporte mon soutien à l’idée d’une adhésion à long terme de ce pays qui se justifie notamment par le nombre important d’efforts et de progrès réalisés. En effet, de bonnes mesures ont été prises pour lutter contre la corruption ainsi que pour renforcer le cadre démocratique de l’Albanie. D’un autre côté, il reste de nombreux progrès à faire pour consolider la démocratie ou même pour le développement durable du pays. La crise politique qui a suivi les élections législatives de juin 2009 en Albanie nous a montré à tous que ce pays était encore en proie à de graves difficultés. C’est la raison pour laquelle il a besoin de tout notre soutien.

 
  
MPphoto
 
 

  Mara Bizzotto (EFD), par écrit. (IT) Ce rapport démontre ce que la propagande européenne peut produire lorsqu’elle s’efforce d’ignorer les erreurs du passé. Il est vrai que le rapport de M. Chountis insiste sur les problèmes qui subsistent en Albanie, mais dans le même temps, il semble presque dire que nous sommes obligés d’accueillir les pays des Balkans dans l’Union, comme si cela était écrit dans les astres et que personne ne pouvait s’y opposer. Je ne suis pas du tout d’accord avec cette position: l’Albanie est aujourd’hui confrontée à des problèmes plus qu’évidents en termes de stabilité politique interne et à un niveau très élevé de corruption. Son adhésion ne ferait que causer de nouveaux problèmes, venant s’ajouter à ceux auxquels l’Union est déjà confrontée et doit continuer à faire face aujourd’hui après l’élargissement important qui a pratiquement doublé le nombre d’États membres. Il n’y a aucune raison, à part la soif de pouvoir et le centralisme des bureaucrates européens, de persister à vouloir faire entrer l’Albanie dans l’UE. Compte tenu de la situation qui prévaut actuellement dans cette république des Balkans, je ne vois pas en quoi son adhésion pourrait constituer une contribution positive à la cause de l’intégration européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Mário David (PPE), par écrit. (PT) J’ai voté en faveur de cette résolution, car je pense que l’Albanie devrait continuer son chemin vers une possible adhésion à l’UE. L’Union devrait poursuivre sa stratégie d’élargissement d’une manière graduelle et rigoureuse. Elle devrait également jouer un rôle moteur dans la mise en œuvre de réformes importantes dans les pays candidats ou potentiellement candidats à une adhésion. Néanmoins, chacun sait que la route qui mène à l’adhésion est très exigeante. Les conditions auxquelles il faut satisfaire pour pouvoir entrer dans l’Union sont claires et connues de tous, et pas toujours faciles à remplir. Dans le cas de l’Albanie, le chemin est encore long, comme le souligne très clairement le rapport. Pour commencer, l’Albanie doit se conformer aux critères de Copenhague, y compris en ce qui concerne le processus de stabilisation des institutions démocratiques. En ce sens, je voudrais souligner et soutenir les efforts déployés par le premier ministre Sali Berisha en vue de trouver une solution efficace à la crise politique actuelle et, dans le même temps, dénoncer le comportement inadmissible de l’opposition socialiste. La cadence à laquelle chaque pays progresse sur ce chemin vers l’Union européen est dès lors déterminée par le pays candidat ou candidat potentiel lui-même. J’espère que l’Albanie poursuivra son chemin vers l’adhésion de manière déterminée et sans hésitations.

 
  
MPphoto
 
 

  Bairbre de Brún (GUE/NGL), par écrit.(GA) Bien que j’aie voté en faveur de ce rapport, je pense qu’il revient aux citoyens d’Albanie de décider s’ils souhaitent faire partie de l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. – (PT) La région des Balkans occidentaux est confrontée à une situation d’instabilité et l’Albanie ne fait pas exception. Elle sait que cette crise menace de compromettre les réformes qui ont été mises en œuvre et qui visaient essentiellement à favoriser un rapprochement avec l’Union européenne. Si vous vous rappelez l’époque de la dictature de Enver Hodja, il est clair que l’Albanie n’offre que peu de garanties quant à sa capacité à persévérer sur le chemin qu’elle a emprunté et à porter son niveau de développement et le respect de l’état de droit et des libertés individuelles à un niveau qui soit acceptable à la lumière des normes européennes. Le pays a peut-être franchi une étape importante grâce à son adhésion à l’OTAN, mais cela ne suffit pas pour que l’UE puisse réellement la considérer comme un candidat à l’adhésion.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Bien que la résolution reconnaisse les progrès effectués par l’Albanie dans le cadre du processus de réforme, elle souligne que des efforts considérables doivent encore être entrepris afin de consolider la démocratie et l’état de droit et d’assurer le développement économique durable du pays. Je pense que la perspective d’adhésion à l’Union européenne donnera un nouvel élan à plusieurs réformes entreprises dans les Balkans occidentaux et jouera un rôle constructif pour renforcer la paix, la stabilité et la prévention des conflits dans la région, pour favoriser l’instauration de bonnes relations de voisinage et pour répondre à certains besoins économiques et sociaux au moyen d’un développement durable. La progression de chaque pays sur le chemin de l’adhésion à l’Union européenne dépend cependant des efforts qu’il déploie pour satisfaire aux critères de Copenhague et aux conditions attachées au processus de stabilisation et d’association, et j’espère que ce pays parviendra à remplir toutes ces conditions.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – C’est par amitié pour les Albanais que je vote contre ce texte. Comment peut-on leur souhaiter d’entrer dans une Union européenne qui ne poursuit rien d’autre que les intérêts de ses élites financières? Aucun élargissement n’est envisageable tant que l’UE prônera la mise en concurrence des peuples et la défense des intérêts des privilégiés. De plus, l’État postcommuniste d’Albanie n’a manifesté que peu d’aptitude à la lutte contre le crime organisé dont le pays est une plateforme active. Je vote contre ce texte.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) La stabilité régionale et l’intégration dans l’UE des pays de la région des Balkans occidentaux ont toujours fait partie des priorités de l’Union. La perspective d’une adhésion incite les pays de cette région à déployer des efforts supplémentaires afin de mettre en œuvre les réformes nécessaires pour atteindre les objectifs fixés en vue de devenir membre à part entière de l’UE. Il convient de saluer les efforts réalisés par ces pays afin de renforcer la paix, la stabilité et la prévention des conflits dans la région, mais aussi afin d’améliorer leurs relations de voisinage. L’Albanie se trouve à un stade avancé du processus d’intégration et a déjà répondu au questionnaire de la Commission qui vise à élaborer un avis concernant sa demande d’adhésion à l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Willy Meyer (GUE/NGL), par écrit. (EN) J’ai voté en faveur de cette résolution sur l’Albanie, car elle confirme le soutien du Parlement aux perspectives européennes de ce pays, une fois qu’il aura atteint un niveau satisfaisant de stabilité et de fiabilité politiques et rempli les critères de Copenhague. Elle reconnait les progrès accomplis dans le cadre du processus de réforme, mais souligne que des efforts considérables sont encore nécessaires pour consolider la démocratie et l’état de droit ainsi que pour assurer le développement durable du pays. La résolution se félicite de l’adoption de la proposition relative à la libéralisation des visas et demande l’introduction de l’exemption de visa pour les ressortissants albanais d’ici la fin de l’année. Elle insiste sur l’importance de la séparation des pouvoirs et d’un appareil judiciaire indépendant, et demande que des progrès particuliers soient accomplis dans ce domaine. La résolution souligne que la corruption, la criminalité organisée et la traite des êtres humains demeurent des questions particulièrement préoccupantes. Le rapport aborde également la question des droits des minorités, des Roms, des droits syndicaux et de la situation sociale, des droits de la femme et de la concertation du gouvernement avec la société civile en ce qui concerne les projets de loi et les réformes entreprises. Il encourage également le développement et l’utilisation des énergies renouvelables, des transports publics et de la législation environnementale.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) Je me félicite de l’adoption de cette résolution, qui salue les progrès réalisés au sein du système judiciaire, mais souligne que la mise en œuvre des réformes en est toujours à un stade précoce et elle ajoute que la réforme de ce système, notamment l’application des décisions des tribunaux, est une condition indispensable dans le cadre de la demande d’adhésion de l’Albanie à l’Union européenne et insiste sur l’importance de la séparation des pouvoirs dans une société démocratique. Elle souligne aussi la nécessité fondamentale, dans un État de droit, d’un appareil judiciaire transparent, impartial et efficace, à l’abri de toute pression ou mainmise, politique ou autre, et appelle de ses vœux l’adoption d’urgence d’une stratégie globale et à long terme dans ce domaine, comportant une feuille de route pour l’adoption de la législation appropriée et de ses modalités d’application. L’l’opposition est invitée à participer à l’élaboration de cette feuille de route et à soutenir sans réserve la réforme judiciaire. Cette résolution souligne en outre que l’appareil judiciaire devra bénéficier d’un financement suffisant afin de fonctionner efficacement dans l’ensemble du pays et attend donc de la Commission européenne de nouvelles initiatives d’aide. Elle se félicite à cet égard de l’inauguration, à Tirana, d’un tribunal chargé de statuer sur les infractions pénales graves.

 
  
MPphoto
 
 

  Søren Bo Søndergaard (GUE/NGL), par écrit. (DA) J’ai voté en faveur de cette résolution, qui invite l’Albanie à apporter un certain nombre d’améliorations dans des domaines qui me semblent essentiels. Cependant, mon «oui» ne devrait en aucun cas être considéré comme un appel direct ou indirect invitant les citoyens albanais à rejoindre l’UE. C’est à eux qu’il revient de prendre cette décision.

 
  
MPphoto
 
 

  Eva-Britt Svensson (GUE/NGL), par écrit. (EN) Bien que j’aie voté en faveur de ce rapport, je pense qu’il revient aux citoyens d’Albanie de décider s’ils souhaitent faire partie de l’Union européenne.

 
  
  

- Propositions de résolutions: Kosovo (B7-0409/2010) et Albanie (B7-0408/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Justas Vincas Paleckis (S&D), par écrit. (LT) Aussi bien l’Albanie que le Kosovo ont progressé dans la mise en œuvre de réformes démocratiques visant à renforcer l’état de droit et à assurer le développement durable du pays. Cependant nous devons poursuivre les efforts en vue d’atteindre les objectifs fixés, notamment en ce qui concerne la lutte contre la corruption et la criminalité organisée, le renforcement de la capacité administrative des institutions nationales et l’application du principe de la primauté du droit. En Albanie, la tension politique qui règne depuis déjà plus d’un an au sujet des résultats des élections parlementaires compromet les efforts déployés par le pays en vue de sa possible adhésion à l’Union européenne. Les forces politiques albanaises doivent entamer un dialogue constructif pour trouver un accord sur les résultats et sur une nouvelle loi électorale assurant un processus électoral transparent. J’ai voté en faveur de ces résolutions, car elles appellent également les États membres de l’UE à chercher de nouveaux moyens d’interagir avec ces pays des Balkans. L’une des mesures proposées consiste à promouvoir les contacts personnels au moyen d’échanges académiques entre élèves, étudiants et scientifiques.

 
  
MPphoto
 
 

  Ernst Strasser (PPE), par écrit. (DE) Nous souhaitons formuler les observations suivantes concernant la libéralisation des visas proposée dans la résolution. Nous devrions, en principe, soutenir l’exemption de visa pour les pays des Balkans occidentaux. Cependant, il faut pour cela que toutes les conditions fixées soient remplies.

 
  
  

- Proposition de résolution: Situation au Kirghizstan (B7-0419/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – J’ai voté en faveur de la proposition de résolution commune, établie par différents groupes politiques. Cette résolution affirme la nécessité de débloquer une somme plus conséquente que celle déjà versée au Kirghizstan, dans le but notamment de répondre à l’appel éclair lancé par les Nations Unies, qui ambitionne de récolter les 71 millions de dollars nécessaires à l’aide d’urgence. En outre, je pense qu’il est nécessaire de fournir à ce pays non seulement une aide d’urgence mais également les outils nécessaires à la stabilisation de sa situation et à la non-reproduction de ce genre d’évènements. Des instruments doivent donc être mis en place pour le rétablissement assisté de la sécurité au Kirghizstan.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. – (PT) Malgré les succès obtenus au niveau politique officiel, le Kirghizstan reste empêtré dans une situation d’instabilité et de conflit et rien ne permet de penser que cette situation se stabilisera à court terme. Ce pays, qui a acquis l’indépendance après la chute de l’empire soviétique, a montré qu’il était incapable d’adopter des normes plus élevées en ce qui concerne les droits de l’homme et le respect des libertés individuelles.

Je pense que l’Union européenne peut jouer un rôle de stabilisateur et de médiateur et que, dans ce qui est en réalité une situation postconflit, elle pourrait activement contribuer aux processus difficiles que constituent la pacification effective et la démocratisation dans un pays qui compte la Russie et la Chine parmi ses voisins.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Cette résolution exprime une profonde inquiétude quant aux affrontements dramatiques et violents qui ont éclaté dans le sud du Kirghizstan et présente ses condoléances aux familles de toutes les victimes. Je voudrais souligner que cette résolution appelle les autorités à déployer tous les efforts pour ramener la situation à la normale et à instaurer toutes les conditions nécessaires pour que les réfugiés et les personnes déplacées internes (PDI) soient en mesure de retourner dans leurs foyers sur une base volontaire, en toute sécurité et dans la dignité. Elle invite également la Commission à déployer l’aide humanitaire en coopération avec les organisations internationales et à initier des programmes de reconstruction à court et à moyen terme des habitations détruites et de remplacement des biens perdus ainsi que des projets de réhabilitation en liaison avec les autorités kirghizes et les autres donateurs afin de créer des conditions favorables au retour des réfugiés ainsi que des déplacés internes.

 
  
MPphoto
 
 

  Bogdan Kazimierz Marcinkiewicz (PPE), par écrit.(PL) En relation avec les désordres et les affrontements qui se sont produits le 11 juin dans le sud du Kirghizstan, et plus particulièrement dans les villes d’Och et de Jalalabad, et qui se sont soldés par au moins 300 morts et plus de 2 000 blessés, je pense que le Parlement européen, en tant que gardien de la démocratie, de l’ordre public et du respect des droits de l’homme, devrait réagir très fermement face à de tels événements, afin de parer aux tentatives de déstabilisation telles que celles actuellement menées au Kirghizstan. Par conséquent, je voudrais exprimer ma solidarité et mon soutien au Kirghizstan en soutenant cette résolution et en votant en faveur de son adoption.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) C’est avec une grande inquiétude que j’ai constaté les violents affrontements qui se sont produits récemment dans le sud du Kirghizstan, dans les villes d’Och et de Jalalabad L’UE étant fortement engagée dans la région, notamment grâce à sa stratégie pour l’Asie centrale, nous nous devons d’apporter une aide conséquente au Kirghizstan. La gravité de la situation nécessite une augmentation notable de l’aide humanitaire fournie par l’UE aux victimes de ces terribles conflits.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) Je me félicite de l’adoption de cette résolution, qui demande une augmentation notable de l’aide humanitaire européenne en faveur des victimes des récents actes de violence dans le sud du Kirghizstan, ainsi qu’un recours généralisé à l’instrument de stabilité. Elle confirme notre conviction que l’Union européenne doit renforcer son engagement à long terme dans le sud du Kirghizstan. De plus, elle renouvelle l’appel du Parlement à la Commission pour qu’elle élabore des propositions de réallocation des fonds de l’instrument de la coopération au développement afin que l’Union européenne soit mieux en mesure de réagir à long terme à la nouvelle situation du Kirghizstan et réaffirme qu’il est essentiel de mettre l’accent sur la sécurité des personnes dans le cadre de la politique de l’Union pour l’Asie centrale.

 
  
  

- Proposition de résolution: Le sida/VIH en vue de la XVIIIe conférence internationale sur le sida (Vienne, 18-23 juillet 2010) (RC-B7-0412/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  John Attard-Montalto, Louis Grech et Edward Scicluna (S&D), par écrit. (EN) La délégation travailliste maltaise a voté en faveur de la proposition de résolution commune sur la réponse de l’UE face au problème du VIH/sida. Celle-ci aborde notamment des questions fondamentales et dresse une liste de priorités pour lutter contre ce problème tragique de dimension mondiale qui affecte - dans une large mesure - la vie de nombreuses personnes, en particulier des femmes et des enfants vivant dans des régions pauvres telles que l’Afrique subsaharienne, où 22,4 millions de personnes vivent avec le VIH/sida. Bien que, de prime abord, il semble que la résolution ne contienne pas de référence directe pouvant être apparentée à un encouragement à l’avortement, ma délégation ne peut soutenir des clauses qui pourraient autoriser ou tolérer cette pratique.

 
  
MPphoto
 
 

  Carlo Casini (PPE), par écrit. (IT) Nous nous retrouvons encore une fois dans une situation regrettable où des arguments proposant des situations injustes quant à la question du droit à la vie sont appliqués à une discussion concernant un problème réel et sérieux (dans le cas présent, la lutte contre le VIH), ne nous permettant pas de voter en faveur du document en question. L’utilisation des termes «santé sexuelle et génésique» est maintenant le moyen à la mode pour convaincre les parlements d’encourager l’avortement. Ne nous laissons pas avoir.

Nous sommes tous, et moi le premier, déterminés à promouvoir la santé sexuelle et génésique, mais lorsque ces mots revêtent un sens totalement différent et, je dirais même, opposé à leur sens initial (c’est-à-dire lorsque le meurtre d’un être humain est considéré comme une liberté des femmes), il devient nécessaire de dénoncer la supercherie. L’avortement est une véritable tragédie dans le monde, mais aussi dans notre Europe! J’ai donc l’intention de voter contre cette résolution, non pas pour entraver les divers efforts déployés en vue de lutter contre le sida, mais pour dénoncer la méthode et le contenu que je viens de mentionner.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. – (PT) J’ai voté en faveur de la résolution sur le VIH/sida en vue de la XVIIIe conférence internationale sur le sida, car il convient d’intensifier nos efforts pour traiter le problème du VIH/sida comme une priorité de santé publique mondiale et pour faciliter l’accès universel aux soins de santé, à l’éducation et à l’emploi pour les personnes atteintes par ce virus. Il est essentiel de combattre la stigmatisation et la discrimination à l’encontre des personnes vivant avec le VIH/sida et de veiller à ce que leurs droits soient protégés.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. – (PT) Un thème comme celui-ci devrait faire l’objet d’un large consensus entre les groupes politiques, qui devraient s’abstenir de l’utiliser en faveur de tel ou tel programme. La proposition de résolution commune n’ayant été signée que par les partis de gauche et d’extrême-gauche du Parlement européen, il n’est pas difficile de s’apercevoir que cet objectif n’a malheureusement pas été atteint. Nous devrions nous soucier des personnes, de leur maladie et de la souffrance que celle-ci leur cause, ainsi que de l’incidence de ce problème sur la société, notamment dans les pays moins développés. C’est pour toutes ces personnes que nous devons nous efforcer de trouver de meilleures solutions pour combattre ce fléau et en réduire les effets.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Le fléau du sida demeure un grave problème humanitaire de dimension mondiale et requiert dès lors une réponse intégrée au niveau international, qui mobilise les États, les institutions et les sociétés de toutes les régions de tous les continents. La stigmatisation sociale qui continue à prévaloir dans ce domaine et la propagation incessante de cette maladie, aux taux de mortalité élevés et aux effets particulièrement dévastateurs sur les pays moins développés et ceux connaissant une situation humanitaire difficile, doivent être au cœur des préoccupations des institutions de l’UE et des États membres. Celles-ci doivent débloquer des ressources suffisantes pour apporter une réponse efficace, capable de garantir l’harmonisation nécessaire des politiques de prévention et de promotion d’un traitement adéquat de la maladie. Néanmoins, je trouve inacceptable d’associer la lutte contre le sida à une question aussi délicate que l’avortement.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit. – (PT) La résolution aborde le problème du sida/VIH en adoptant une large approche, soutenue par des données actuelles. Elle insiste sur certaines questions essentielles - que, naturellement, nous soutenons - telles que la préconisation d’un accès universel aux soins de santé ainsi que l’obligation pour les gouvernements de se conformer à cette exigence et de mettre un service de santé publique à la disposition de tous; la nécessité de promouvoir, de protéger et de respecter les droits de l’homme, en particulier le droit à la santé sexuelle et génésique des personnes porteuses du VIH; la nécessité d’attirer l’attention sur les obstacles économiques, juridiques, sociaux et techniques, ainsi que sur les lois et les pratiques pénalisantes, qui empêchent de réagir avec efficacité face au VIH; la nécessité d’accorder un financement équitable et souple à la recherche de nouvelles technologies de prévention, notamment des vaccins et des microbicides; ainsi que l’appel lancé aux États membres et à la Commission afin qu’ils inversent l’inquiétante tendance à la baisse du financement de la santé et des droits sexuels et génésiques dans les pays en développement.

 
  
MPphoto
 
 

  Nathalie Griesbeck (ALDE), par écrit. – C’est avec force et conviction que j’ai voté en faveur de cette résolution qui demande aux États membres de l’Union Européenne, à la veille de la prochaine conférence internationale sur le Sida à Vienne, de nouvelles lois pour fournir des médicaments anti-VIH abordables et efficaces, pour encourager davantage les campagnes de sensibilisation dans les pays en développement, pour augmenter le financement de la recherche de nouveaux vaccins et microbicides et pour lutter contre la discrimination des patients. Plus de 33 millions de personnes vivent avec le Sida dans le monde, avec un accès très limité aux traitements antirétroviraux, et j’espère que ces quelques recommandations sauront être suivies lors de la conférence internationale de la semaine prochaine.

 
  
MPphoto
 
 

  Sylvie Guillaume (S&D), par écrit. – Avant la prochaine conférence internationale sur le sida à Vienne en juillet prochain, il me semblait indispensable que nous, députés, lancions un message fort aux gouvernements. J’ai par conséquent voté pour cette résolution qui appelle la Commission et le Conseil à intensifier leurs efforts pour traiter le problème du VIH/sida comme une priorité de santé publique mondiale, en plaçant les droits de l’homme au cœur de la prévention, du traitement et de l’aide.

La part des personnes atteintes bénéficiant d’un traitement est aujourd’hui encore trop faible, des lois sont nécessaires pour fournir des médicaments anti-VIH abordables et efficaces. Je condamne fortement les accords bilatéraux commerciaux qui, au mépris d’un accord signé avec l’Organisation mondiale du commerce, continuent de faire primer les intérêts commerciaux sur la santé. Aussi, comme la résolution le souligne, il faut combattre toute législation qui pénalise la transmission du VIH et alimente la stigmatisation et la discrimination à l’encontre des personnes concernées.

Enfin, les statistiques sur la part des femmes et des jeunes filles touchées ont démontré l’échec des politiques actuelles en matière de prévention, c’est pourquoi il est pour moi indispensable d’adopter une approche enfin réaliste, augmentant le financement de la recherche de nouveaux vaccins et microbicides.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) Le VIH/sida demeure l’une des principales causes de décès à l’échelle mondiale, puisqu’il est à l’origine de deux millions de décès en 2008, et devrait représenter une cause significative de mortalité prématurée dans le monde au cours des décennies à venir. Le nombre de nouvelles contaminations continue à devancer la diffusion du traitement et, en 2009, les deux tiers des personnes nécessitant un traitement n’y avaient toujours pas accès, ce qui portait à 10 millions le nombre de personnes en manque de traitement efficace nécessaire. C’est pourquoi j’estime que l’UE devrait faire tout ce qui est en son pouvoir pour accroître les investissements dans les domaines de la recherche, du traitement et de l’éducation, de manière à améliorer la situation. Il convient également de combattre la stigmatisation et la discrimination à l’encontre des personnes vivant avec le VIH/sida. Je voudrais également ajouter que l’UE devrait être particulièrement sensible au problème de l’Afrique subsaharienne, qui, avec 22,4 millions de personnes atteintes du VIH/sida, demeure la région la plus touchée.

 
  
MPphoto
 
 

  Willy Meyer (GUE/NGL), par écrit. (ES) J’ai voté en faveur de la résolution commune sur le VIH/sida, signée par l’ensemble des groupes du Parlement, car celle-ci aborde des aspects importants de ce problème, notamment la défense du caractère universel de l’accès aux services de santé publique pour tous les citoyens. Par ailleurs, cette résolution exige des gouvernements qu’ils remplissent leur obligation de permettre à tous les citoyens d’accéder à des services de santé publique. La résolution protège également les droits à la santé sexuelle et génésique des personnes séropositives. Elle souligne également la nécessité d’accorder un financement suffisant à la recherche de nouvelles technologies de prévention, y compris des vaccins.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. − (DE) Le VIH/sida demeure aujourd’hui encore un fléau de dimension mondiale quasiment impossible à éradiquer. Les pays en développement, en particulier, continuent d’enregistrer un taux élevé de nouvelles infections et, par conséquent, de mortalité. Cependant, au sein de l’Union européenne également, on enregistre un nombre de plus en plus élevé de personnes nouvellement infectées et le nombre de cas non signalés pourrait encore être plus élevé. La peur de savoir et la crainte d’être stigmatisé sont encore bien présentes. De nombreuses recherches sont en cours, dans l’UE également, en vue de venir à bout de cette maladie. La recherche dans ce domaine étant essentielle, j’ai voté en faveur de cette résolution.

 
  
MPphoto
 
 

  Elisabeth Morin-Chartier (PPE), par écrit. – À l’aube de la prochaine conférence internationale sur le sida qui se tiendra à Vienne du 18 au 23 juillet 2010, je tiens à m’associer à la résolution votée ce jour en lançant un message fort aux gouvernements nationaux. De fait, il est impératif de mettre en place de nouvelles lois pour fournir des médicaments anti-VIH abordables et efficaces, y compris des antirétroviraux et d’autres médicaments sûrs et efficaces. Je tiens à rappeler que seuls 23 % des patients atteints du VIH sont informés des traitements antirétroviraux en Europe et en Asie centrale. Par exemple, les États baltes sont les pays de l’Union européenne qui ont le plus besoin de mettre en œuvre des politiques visant à lutter contre le sida. Ainsi, j’en appelle à l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne pour qu’elle rassemble davantage d’éléments concernant la situation des personnes atteintes par le VIH/sida et qu’elle s’assure que ces personnes atteintes ont toujours le droit d’avoir une vie sociale, sexuelle et génésique complète.

 
  
MPphoto
 
 

  Paulo Rangel (PPE), par écrit. (PT) Monsieur le Président, chers collègues, je soumets cette explication de vote, car, bien que j’aie voté en faveur de la plupart des paragraphes, je tiens à souligner mon abstention sur le paragraphe 17. Je me suis abstenu, car la version française - à l’inverse de la version portugaise - laisse sous-entendre que la légalisation de l’avortement pourrait être considérée comme un moyen de promouvoir la santé sexuelle et génésique. En tant que défenseur du droit à la vie, ma conscience m’interdisait de voter en faveur de ce paragraphe. Je voudrais souligner que l’expression «santé sexuelle et génésique» ne devrait pas être utilisée de manière à persuader les parlements d’encourager l’avortement. Néanmoins, je voudrais réaffirmer mon engagement total en faveur de la lutte contre le VIH/sida.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) La résolution commune a été adoptée telle qu’elle avait été négociée, avec 400 votes en faveur et 166 votes contre, et ce bien que le groupe PPE ait déposé une demande de vote séparé sur les droits sexuels et génésiques, comme il le fait à chaque fois. Cela montre également que le groupe PPE est divisé sur cette question. Je suis heureux du résultat, notamment parce que toutes nos considérations relatives aux droits sexuels et génésiques sont incluses dans cette résolution.

 
  
MPphoto
 
 

  Joanna Senyszyn (S&D), par écrit.(PL) La propagation du VIH/sida est un phénomène de dimension mondiale et ne se limite pas à ce que l’on appelle les «groupes à risques» ou à des régions spécifiques. Aujourd’hui, ce problème ne concerne plus uniquement les toxicomanes ou les homosexuels; il s’agit d’un problème qui touche tout le monde. Les personnes les plus exposées sont les jeunes, les personnes instruites, les blancs et les personnes travaillant pour de grandes sociétés.

Près de la moitié des personnes vivant avec le VIH sont des femmes. Celles-ci sont davantage exposées à l’infection, car le virus se transmet beaucoup plus facilement d’un homme à une femme que l’inverse. La XVIIIe conférence internationale sur le sida, qui se tiendra à Vienne du 18 au 23 juillet 2010, insistera sur la nécessité d’intensifier les campagnes d’information à l’intention des femmes et des jeunes. Les femmes doivent avoir un accès aisé et universel à des informations concernant la santé sexuelle et reproductive et les services médicaux disponibles. Il est également essentiel de distribuer gratuitement des médicaments anti-VIH aux femmes enceintes, afin d’empêcher la transmission de la mère à l’enfant. Les programmes éducatifs sur les droits sexuels et génésiques jouent un rôle essentiel dans la prévention du VIH/sida.

L’absence de cours d’éducation sexuelle dans les écoles a pour effets visibles une hausse du nombre de cas d’infections au VIH et à d’autres maladies sexuellement transmissibles chez les jeunes, ainsi qu’une augmentation du nombre de grossesses non planifiées chez les jeunes filles. L’épidémie du VIH/sida, compte tenu de son ampleur, de son taux de mortalité et du grand pourcentage de cas enregistrés chez les jeunes, devrait être une raison suffisante d’introduire des cours d’éducation sexuelle dignes de ce nom dans les écoles. C’est pourquoi j’ai voté en faveur de cette résolution sur le VIH/sida en vue de la XVIIIe conférence internationale sur le sida.

 
  
MPphoto
 
 

  Charles Tannock (ECR), par écrit. (EN) Le groupe ECR est de tout cœur en faveur d’une meilleure protection des droits de l’homme pour tous, indépendamment de la race, du sexe ou de l’orientation sexuelle. Nous sommes fermement en faveur d’une amélioration du traitement, de la prévention et de l’accès aux soins de santé pour tous et nous reconnaissons le rôle fondamental de la sensibilisation et de l’éducation dans la lutte contre le VIH et le sida.

Cependant, nous pensons que les droits reproductifs, dont l’avortement fait partie, sont des questions qui relèvent de la conscience de chacun et que les propositions contenues dans cette résolution empiètent de manière excessive sur le droit de chaque État souverain à fixer son propre programme en matière de soins de santé et sa propre politique en matière d’avortement.

C’est pourquoi le groupe ECR a décidé de s’abstenir lors du vote sur cette résolution.

 
  
  

- Proposition de résolution: entrée en vigueur de la Convention sur les armes à sous-munitions le 1er août 2010 et le rôle de l’UE (RC-B7-0413/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – La Convention sur les armes à sous-munitions vise à interdire l’emploi, la production, le stockage et le transfert de cette catégorie d’armes et prévoit leur enlèvement et leur destruction. J’ai soutenu la proposition de résolution commune, qui invite l’ensemble des États membres à ratifier cette convention pour ainsi permettre l’adhésion de l’Union à cette convention. Il est donc primordial de prendre les mesures nécessaires pour que les pays qui n’ont pas encore ratifié la convention le fassent. Concernant les États membres déjà signataires, l’entrée en vigueur est l’occasion de prendre les mesures indispensables pour mettre en œuvre la convention, en détruisant les stocks, en enlevant les restes d’armes ainsi qu’en fournissant une aide aux victimes, etc.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Chountis (GUE/NGL), par écrit. (EL) J’ai signé et voté en faveur de la proposition de résolution sur l’entrée en vigueur de la Convention sur les armes à sous-munitions et le rôle de l’UE, non seulement parce qu’il s’agit d’un sujet de la plus haute importance, mais aussi parce que la Grèce compte hélas parmi les pays qui n’ont même pas encore signé cette Convention. Cette Convention doit être mise en œuvre immédiatement dans tous les pays. Les armes à sous-munitions provoquent un taux de mortalité élevé et constituent une menace grave pour les citoyens, notamment lorsqu’elles sont employées à proximité de zones d’habitation. Elles continuent de produire des conséquences tragiques même après que la fin du conflit, l’usage de ces armes entraînant un grand nombre de lésions et de décès parmi les civils, dès lors que les mines qui n’ont pas explosé et restent enfouies dans le sol sont souvent découvertes par des enfants sans méfiance ou d’autres victimes innocentes.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) Tous les pays qui se rappellent leur participation à des guerres connaissent les effets dévastateurs des armes à sous-munitions. Le soutien du Parlement à leur interdiction et à leur éradication est pleinement justifié. Je crains toutefois que les bonnes intentions des responsables politiques et la ratification de la convention par plusieurs États ne suffisent pas à engranger si facilement les résultats souhaités.

Cela dit, il s’agit sans conteste d’un pas important dans la bonne direction, et l’Union européenne et ses États membres se doivent de lui accorder leur soutien.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Étant donné le rôle inaliénable de l’Union européenne dans la défense de la paix, de la sécurité et du respect de la liberté, de la vie, des droits de l’homme et de la qualité de vie des peuples, je soutiens cette résolution et je souligne la nécessité d’une réaction positive et rapide à l’appel lancé à tous les États membres pour qu’ils signent et qu’ils ratifient «au plus vite» la Convention sur les armes à sous-munitions. Je souhaiterais mettre en exergue que les armes à sous-munitions sont extrêmement meurtrières et font peser un danger considérable sur la population civile, y compris dans les périodes postérieures à un conflit. Les enfants sont malheureusement les principales victimes de ce type d’engins explosifs. Je salue l’engagement de l’Europe dans la lutte contre la prolifération d’armes qui tuent sans discernement et j’espère que les États membres et les institutions de l’Union européenne prendront des mesures cohérentes et fermes à ce sujet à l’égard des pays tiers.

 
  
MPphoto
 
 

  Paweł Robert Kowal (ECR), par écrit. (PL) Notre proposition de résolution est équilibrée. Elle approuve l’attitude des États membres qui ont signé et ratifié la Convention sur les armes à sous-munitions, mais elle reconnaît en même temps que certains États membres, compte tenu de leur situation, ne sont pas en mesure de signer cette Convention à l’heure actuelle. Notre texte appelle ces pays (dont la Pologne, par exemple) à prendre des mesures pour se conformer aux exigences (notamment une réduction sensible du nombre d’armes non explosées et un plus petit rayon de dispersion), qui ont pour effet de diminuer les pertes potentielles parmi les populations civiles, au titre d’un protocole additionnel à la Convention de Genève sur les armes conventionnelles. Cette solution a été choisie par la Pologne et d’autres États membres de l’Union, comme la Finlande, la Lettonie, l’Estonie, la Roumanie et la Slovaquie, ainsi que par les États-Unis.

 
  
MPphoto
 
 

  Sabine Lösing et Sabine Wils (GUE/NGL), par écrit. − (EN) Les considérants de la résolution commune contiennent malheureusement une référence positive à la stratégie européenne de sécurité et à la politique de sécurité et de défense commune, auxquelles mon groupe et moi-même nous opposons. En raison toutefois de l’importance fondamentale de la Convention sur les armes à sous-munitions adoptée par 107 pays, j’ai signé, de même que le groupe GUE/NGL, la résolution commune sur l’entrée en vigueur de cette Convention et le rôle de l’UE, dans la conviction que cette résolution commune doit être perçue comme une réussite importante dans la perspective de l’interdiction des armes à sous-munitions.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) La signature de la Convention sur les armes à sous-munitions par 20 États membres démontre bien la détermination de l’Union européenne à combattre la prolifération des armes qui tuent sans discernement. N’oublions pas que les armes de ce type sont à l’origine de la mort de milliers de civils, qu’elles massacrent aveuglément, en particulier, des enfants et d’autres personnes innocentes et inconscientes du danger.

 
  
MPphoto
 
 

  Willy Meyer (GUE/NGL), par écrit. (ES) La résolution commune contient malheureusement des références positives à la stratégie européenne de sécurité et à la politique de sécurité et de défense commune, auxquelles mon groupe et moi-même nous opposons. Eu égard toutefois à l’importance essentielle de la Convention sur les armes à sous-munitions, qui a été approuvée par 107 pays, mon groupe - le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique - et moi sommes également favorables à la résolution commune sur l’entrée en vigueur de cette Convention et le rôle de l’Union européenne. Je pense que cette résolution commune peut être perçue comme un progrès en direction de l’interdiction des bombes à fragmentation et j’ai donc voté pour.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. − (DE) Les armes à sous-munitions appartiennent aux armes les plus insidieuses en ce qu’elles tuent principalement des personnes innocentes lorsqu’elles sont utilisées. Les enfants, en particulier, courent le risque de déclencher accidentellement des dispositifs non explosés et ils peuvent ainsi subir de graves lésions. La Convention sur les armes à sous-munitions, qui a été signée par 20 États membres, interdit l’usage de ces armes et enjoint les pays qui en possèdent dans leur arsenal à les détruire. J’adhérais à la résolution parce que cette Convention représente la première étape sur le bon chemin vers une interdiction totale de ces armes mortelles. J’ai néanmoins voté contre la résolution parce que je ne pense pas que l’adhésion puisse contraindre des pays à interdire les armes à sous-munitions.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. − (EN) À une majorité écrasante, le Parlement européen a émis un signal fort contre cette menace perfide pour les citoyens dans les régions en guerre et en crise. Les armes à sous-munitions frappent encore à ce jour plusieurs milliers de personnes, qui appartiennent presque exclusivement à la population civile et comptent notamment de nombreux enfants, qui confondent fréquemment les petites bombes avec des ballons ou des jouets. Le Parlement européen a donc adopté la seule position possible sur cette arme aveugle et inhumaine: un «non» adressé à l’unisson aux armes à sous-munitions en Europe et dans le monde. Le Parlement européen appelle tous les États membres et les pays candidats qui n’ont pas encore signé ou ratifié le traité international sur l’interdiction des armes à sous-munitions à le faire dans les plus brefs délais, et de préférence d’ici à la fin de l’année. Au sein des Verts, nous avons été entendus dans notre demande tendant à ce que les pays qui ne l’avaient pas encore été expressément soient désignés, de manière à permettre à la société civile d’exercer une pression là où elle est le plus nécessaire. L’Estonie, la Finlande, la Grèce, la Lettonie, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie et la Turquie n’ont encore ni signé, ni ratifié ce traité. La Bulgarie, Chypre, la République tchèque, la Hongrie, l’Italie, la Lituanie, les Pays-Bas, le Portugal et la Suède l’ont signé, mais doivent encore le ratifier dans leurs parlements nationaux.

 
  
MPphoto
 
 

  Geoffrey Van Orden (ECR), par écrit. − (EN) Le groupe ECR est un fervent partisan de tous les efforts destinés à diminuer les souffrances des combattants et des civils et nous avons donc voté en faveur de cette résolution. Nous sommes toutefois d’avis que l’efficacité et la sécurité de nos forces armées dans leurs opérations ne peuvent absolument pas être mises en péril. Il doit par conséquent être clairement établi que les «armes à sous-munitions» telles qu’elles sont définies dans la Convention sur les armes à sous-munitions n’incluent pas les armes qui se détruisent ou se désactivent automatiquement, ou en d’autres termes, les types d’armes qu’utilisent les forces armées responsables de nos nations.

Je désapprouve personnellement la formulation du paragraphe 10, qui invite la haute représentante à déployer tous les efforts pour «assurer l’adhésion de l’Union à la convention sur les armes à sous-munitions». L’une des nombreuses répercussions regrettables du traité de Lisbonne est que l’Union européenne a désormais la capacité en tant que telle d’adhérer à des conventions internationales. Cette décision devrait être une prérogative de nations souveraines, et non d’une organisation telle que l’Union européenne, même si force est de constater qu’il en est hélas qui tentent de faire de l’Union européenne un État souverain.

 
  
  

- Rapport: George Lyon (A7-0204/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Roberta Angelilli (PPE), par écrit. (IT) La politique agricole commune (PAC) fait partie des politiques les plus importantes de l’Union européenne, et depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, la réforme de la PAC, à l’instar de tout nouvel acte législatif sur l’agriculture, ne peut plus être approuvée sans l’aval du Parlement.

Les agriculteurs produisent des marchandises destinées à la consommation de la société dans son ensemble, mais ils ne sont pas les seuls acteurs concernés par la PAC. Il existe en effet un lien entre l’agriculture, l’environnement, la biodiversité, le changement climatique et la gestion durable des ressources naturelles comme l’eau et les terres, et de même, l’agriculture et le bon développement économique et social des immenses régions rurales de l’Union européenne sont à l’évidence corrélés. Les agriculteurs nous fournissent en outre les aliments dont nous avons besoin pour vivre.

Cette première résolution sur l’avenir de la PAC représente la contribution que nous apportons, en tant que députés européens, au débat sur la manière de réformer la PAC en liaison avec l’adoption du nouveau budget pluriannuel en 2013 et sur la manière de définir les principes fondamentaux qui doivent présider à la formulation d’une nouvelle politique agricole commune. À travers ce vote, le Parlement a mis l’accent sur la manière de faire face aux nouveaux défis qui se posent, comme la lutte contre le changement climatique, la sécurité alimentaire, la qualité des aliments, la compétitivité des entreprises et les revenus des agriculteurs.

 
  
MPphoto
 
 

  Charalampos Angourakis (GUE/NGL), par écrit. (EL) Le rapport sur l’avenir de la PAC après 2013 fait l’éloge de la politique d’unification européenne qui consiste à chasser les pauvres agriculteurs des exploitations de taille moyenne et à renforcer la production agricole capitaliste à grande échelle. La PAC, les réformes du «bilan de santé» et les décisions de l’OMC ont eu un effet tragique sur les pauvres exploitations agricoles moyennes. Avant son adhésion à la CEE/l’UE, la Grèce exportait des produits agricoles, alors qu’aujourd’hui, elle dépense 2,5 milliards d’euros pour importer des marchandises qu’elle pourrait produire elle-même. Chaque année, 20 000 emplois sont perdus dans le secteur agricole, la production baisse, les revenus agricoles ont diminué de 20 % entre 2000 et 2008 et 75 % des exploitations agricoles enregistrent des bénéfices annuels bruts compris entre 1 200 et 9 600 euros.

Le rapport affirme que les conséquences douloureuses pour les petites et moyennes exploitations agricoles constituent une réussite. Ce rapport a pour objectif d’adapter la PAC à la stratégie de capitalisme monopolistique pour l’économie agricole, soit comme l’exprime la stratégie de l’Union pour 2020, une «agriculture compétitive», dans laquelle de grandes propriétés commerciales dans l’économie agricole concentrent les subventions nationales et communautaires au détriment de l’agriculture fragile de taille moyenne, dans une âpre concurrence pour l’accès à une parcelle des marchés européens unifiés et mondiaux. La décision de la Commission de suspendre ou d’abolir les subventions et les aides communautaires à l’agriculture dans les États membres qui ne satisfont pas aux exigences de discipline financière du pacte de stabilité s’inscrit dans un ordre d’idées similaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Oana Antonescu (PPE), par écrit. (RO) L’on dénombre actuellement 13,6 millions de citoyens dans les États membres de l’Union européenne qui sont employés directement dans les secteurs de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche, et 5 millions de personnes supplémentaires qui travaillent dans l’industrie agroalimentaire. Ces travailleurs totalisent une production annuelle représentant plus de 337 milliards d’euros à l’échelle de l’Union européenne.

Dès lors que l’Union européenne doit garantir la sécurité alimentaire de ses citoyens et le développement à long terme du secteur agricole, l’agriculture doit se soumettre à une transformation en profondeur pour maintenir la productivité, en même temps qu’elle doit s’adapter aux restrictions environnementales plus rigoureuses qu’auparavant

Les politiques tendant à la réduction de l’exploitation des terres dans l’optique de lutter contre le changement climatique sont appelées à réduire les superficies cultivées et à imposer des conditions supplémentaires à la production agricole pour atténuer son incidence sur l’environnement et le climat. La politique agricole commune de l’Union européenne devra en outre être adaptée à de nouveaux paramètres économiques et sociaux à l’échelle locale et régionale, qui prendront en considération la hausse des coûts de l’énergie.

Ce rapport a bien cerné les problèmes essentiels que la politique agricole commune devra résoudre à partir de 2013, et c’est la raison pour laquelle j’ai émis un vote positif.

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – Le rapport Lyon vise à assurer et à améliorer l’avenir de la PAC après 2013, en cohérence avec le contexte de la crise économique et des graves difficultés financières rencontrées par les États membres, les contribuables, les agriculteurs et les consommateurs. Ainsi, l’Union européenne va devoir répondre à une pression démographique accrue ainsi qu’à une croissance de la demande du marché intérieur. Mais comme le précise ce rapport, pour lequel j’ai voté, il ne s’agit pas là d’une simple intensification de la production. Le défi pour la PAC et pour nos agriculteurs va en effet être de produire plus de denrées alimentaires avec moins de terres, moins d’eau et moins d’énergie. Plusieurs amendements avaient été déposés en session plénière. J’ai notamment voté en faveur de l’amendement 1, qui insiste sur la haute valeur nutritionnelle des produits agricoles. J’ai cependant voté contre l’amendement 2 qui appelait à la suppression de la structure à deux piliers de la PAC.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. (LT) J’ai voté pour ce rapport. Le contexte de la réforme de la politique agricole commune est marqué par la crise économique et les difficultés financières aiguës auxquelles sont confrontés les États membres, les contribuables, les agriculteurs et les consommateurs. La nouvelle PAC devra s’adapter à un paysage européen et mondial en mutation et résister à de nombreux défis. L’agriculture européenne doit assurer la sécurité alimentaire à ses propres consommateurs et contribuer à nourrir une population mondiale en augmentation constante. Cette mission sera extrêmement complexe dès lors que la crise énergétique, le coût croissant de l’énergie et la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre constitueront des obstacles à l’augmentation de la production. Les effets du changement climatique excluront en outre l’option de mettre en culture de grandes surfaces de terres supplémentaires, et en conséquence, l’agriculture européenne et mondiale devra produire davantage de nourriture avec moins de terres, moins d’eau et moins d’énergie. J’estime que la PAC doit garder comme pierre angulaire le souci d’assurer que l’agriculture européenne soit concurrentielle au regard de partenaires commerciaux où les subventions sont généreuses, comme les États-Unis, le Japon, la Suisse ou la Norvège, en mettant en place des conditions commerciales équitables pour les agriculteurs européens. Elle doit par ailleurs continuer de soutenir l’activité agricole à travers l’Europe dans le but d’assurer la production locale d’aliments et un développement territorial équilibré.

 
  
MPphoto
 
 

  Bastiaan Belder (EFD), par écrit. − (NL) Le rapport d’initiative de mon collègue Lyon est essentiel. La Commission européenne connaît à présent la position du Parlement européen dans ce dossier et elle devra la prendre dûment en considération lorsqu’elle rédigera de nouvelles propositions. Si cela ne tient qu’à mon parti, la politique agricole commune (PAC) continuera d’exister après 2013. L’agriculture est importante pour nos concitoyens. La sécurité alimentaire, le paysage, l’environnement, le bien-être animal, le climat, etc. représentent autant de domaines auxquels l’agriculture peut apporter une grande contribution. Une politique ferme devra toutefois être appuyée par des moyens financiers suffisants. Il y a certains défis que nous avons déjà évoqués et il y en aura d’autres qui devront être relevés. L’Union se compose aujourd’hui d’un grand nombre d’États membres. J’approuve ce rapport parce qu’il appelle à ce que des fonds comparables soient alloués à l’agriculture dans le budget d’après-2013. Un remaniement sera néanmoins nécessaire sur certains points. D’abord, les modalités d’application devront être simplifiées et la bureaucratie devra être allégée. Ensuite, nous devrons passer progressivement d’un modèle dans lequel tous les agriculteurs ne bénéficient pas d’aides à un modèle dans lequel les aides dépendent des superficies. Une période de transition, durant laquelle nous exercerons la plus grande prudence, revêtira à cet égard une importance majeure.

 
  
MPphoto
 
 

  Mara Bizzotto (EFD), par écrit. (IT) La période de programmation 2007-2013 étant terminée, la nouvelle politique agricole commune doit à présent se montrer à la hauteur d’un défi extrêmement important au nom de nos agriculteurs: garantir au moins le même niveau de ressources financières que par le passé et les répartir uniformément entre les anciens et les nouveaux États membres, sur la base non seulement du nombre d’hectares, mais aussi d’autres critères objectifs d’évaluation. J’ai voté en faveur du rapport Lyon parce que je soutiens pleinement ses objectifs sur la régionalisation et le maintien des aides sous la forme de paiements couplés pour les secteurs et les territoires agricoles vulnérables. Je crois également dans l’importance de la politique de promotion des indications géographiques, dans la simplification, conformément aux normes européennes sur les importations en provenance de pays tiers, et dans le renforcement de la position des différents acteurs de la chaîne alimentaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. (PT) Ce rapport attribue un rôle stratégique à la politique agricole en termes de sécurité alimentaire et de développement durable. L’extension de technologies écologiques dans le domaine agricole renferme un grand potentiel de création d’emplois et ces technologies apporteront une contribution déterminante aux objectifs de la stratégie Europe 2020. Le Parlement européen a exprimé dans ce rapport sa position sur la réforme et le financement de la politique agricole commune après 2013. Ce rapport expose également les liens entre la politique agricole et la lutte contre le changement climatique.

 
  
MPphoto
 
 

  Ole Christensen, Dan Jørgensen, Christel Schaldemose et Britta Thomsen (S&D), par écrit. (DA) À propos du rapport dans son ensemble: «Au sein des sociaux-démocrates danois, nous avons décidé de voter contre le rapport sur la politique agricole de l’Union européenne après 2013 parce que ne pensons pas qu’il exprime correctement le souhait d’une réforme du reste grandement nécessaire. Nous aurions aimé que l’Union assume un rôle de pionnier et mette un terme à tous les paiements de subventions à l’exportation pour 2013 au plus tard, quels que soient les choix des autres partenaires commerciaux de l’OMC. Cet élément est absent du rapport. Dans le cadre du paiement des subventions, nous aurions aimé que des prescriptions plus rigoureuses soient fixées sur l’environnement, le climat et la durabilité au lieu des exigences dépourvues d’ambition qui s’appliquent à ce jour. Cet élément est également absent du rapport. Nous aurions en outre aimé que la proportion du budget européen allouée aux aides agricoles soit sensiblement réduite. Cet élément est lui aussi absent du rapport. À la lumière de ces facteurs, nous ne pouvons, dans les rangs des sociaux-démocrates danois, soutenir le rapport final sur les aides de l’Union européenne à l’agriculture après 2013.»

À propos de l’amendement 3: «Nous pensons, nous les sociaux-démocrates danois, que les subventions de l’Union européenne doivent être éliminées de la politique agricole commune. Un commerce libre et équitable doit constituer le principe directeur d’un secteur agricole fondé sur la durabilité. Nous avons voté contre cet amendement parce qu’il nous paraît contradictoire en soi en ce qu’il appelle à ce que l’Union européenne accorde des aides sans fausser les conditions libres et équitables des échanges. La distorsion du commerce libre et équitable est toutefois précisément l’effet que produisent aujourd’hui les programmes de subventions de l’Union européenne.»

 
  
MPphoto
 
 

  Vasilica Viorica Dăncilă (S&D), par écrit. − (RO) J’ai prononcé un «oui» déterminé pour le maintien d’une juste répartition des paiements dans la politique agricole commune à partir de 2013 pour les agriculteurs tant des nouveaux que des anciens États membres, ce qui contribuerait à dissiper une injustice pour les États membres qui ont adhéré récemment à l’Union, dont la Roumanie.

 
  
MPphoto
 
 

  Marielle De Sarnez (ALDE), par écrit. – Nous sommes à un moment charnière pour définir ce que devra être la future réforme de la politique agricole commune. C’est une question qui concerne bien entendu les Européens, mais aussi les citoyens du monde. C’est pourquoi cette réforme ne doit pas être l’affaire des experts, mais celle des agriculteurs et des consommateurs. Il faut repenser les objectifs généraux d’une nouvelle politique agricole commune. Les Européens ont des attentes nouvelles en matière d’alimentation. Ils veulent une agriculture respectueuse de l’environnement, soucieuse de la qualité, de la traçabilité, de la sécurité alimentaire des produits, de l’empreinte carbone. Cette nouvelle politique devra aussi s’inscrire dans une vision mondiale. Avec un défi majeur: pouvoir répondre au doublement des besoins en alimentation d’ici 2050, dans un contexte marqué par une pénurie en eau, une diminution des terres arables ainsi que par une nouvelle donne énergétique dictée par la lutte contre le changement climatique. L’organisation mondiale des marchés agricoles doit être repensée en prenant en compte les deux inspirations premières de la politique agricole commune: garantir la sécurité alimentaire et sauver le tissu vivant des paysans et de leurs familles, chez nous aussi bien que dans les pays les plus pauvres.

 
  
MPphoto
 
 

  Diane Dodds (NI), par écrit. − (EN) J’ai voté pour ce rapport, mais je dois souligner que la poursuite de mon soutien dépend de la manière dont la Commission va prendre en considération et assurer à présent une série d’objectifs:

1. nous devons disposer pour la PAC d’un budget qui assure à nos agriculteurs un revenu stable et sûr, et aux consommateurs, la sécurité alimentaire;

2. nous devons maintenir les paiements du premier pilier, de façon à récompenser les agriculteurs pour leur travail et à stabiliser le secteur par des paiements directs;

3. nous devons définir ce que nous entendons par une répartition équitable de la PAC et examiner les coûts de production. Un paiement à la surface qui rétribue moins l’Irlande du Nord que les taux actuels anéantirait une industrie déjà à la limite de la viabilité. Les fluctuations régionales sont essentielles;

4. nous devons maintenir des mesures de contrôle du marché qui limitent la volatilité des prix et garantissent la rentabilité.

 
  
MPphoto
 
 

  Leonidas Donskis (ALDE), par écrit. (LT) La résolution du Parlement européen sur la politique agricole commune est une réforme ambitieuse et ciblée. Elle bénéficie de mon vote et de celui du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe. Son élément le plus important tient à ce qu’elle reconnaît l’injustice faite aux agriculteurs des nouveaux États membres. Cette résolution nous appelle à répondre aux attentes des 12 nouveaux États membres qui ont adhéré à l’Union après 2004 et à les traiter de façon équitable dans la répartition des ressources de l’Union européenne. Dès lors que les pouvoirs du Parlement européen dans cette matière sont renforcés depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, j’espère que le Conseil ne retournera pas à un système inégal de paiements directs pour les agriculteurs des anciens et des nouveaux États membres et je n’approuverai aucun financement général supplémentaire, qui pourrait nuire à une concurrence équitable au sein du marché unique européen. La nouvelle PAC doit garantir que les agriculteurs jouissent d’un soutien efficace et ciblé, qui doit profiter à la société dans un sens plus large, et notamment aux consommateurs. Elle attire l’attention sur la sécurité alimentaire et la fourniture de produits de haute qualité à un prix raisonnable. En tant que libéral, je peux uniquement justifier le budget actuel de la PAC si la nouvelle politique agricole commune est une politique qui engendre une valeur ajoutée, et non qui fausse le marché, si elle accroît la compétitivité de l’Union européenne face à ses partenaires commerciaux, si elle crée des emplois et si elle stimule un développement équilibré de l’agriculture et des campagnes, tout en préservant l’environnement et les paysages. Les réformes proposées par le Parlement européen constituent une étape positive, dont la famille des libéraux européens, dont je fais partie, se réjouit et attend impatiemment les effets.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. (PT) J’ai voté pour le rapport sur l’avenir de la PAC après 2013 parce qu’il est indispensable de renforcer les politiques de la PAC et d’assurer un budget adéquat afin de relever les défis auxquels l’agriculture européenne est confrontée, tels que le changement climatique, la sécurité alimentaire, ainsi que la qualité et la compétitivité du secteur.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) J’ai voté contre l’amendement 69 à cette proposition parce qu’il met en péril l’architecture globale de la politique agricole commune (PAC) et qu’il compromet les intérêts de l’agriculture portugaise en ce qu’il propose de supprimer le financement de mesures structurelles sans garantir son remplacement par des changements apportés au premier pilier. Une telle proposition implique en outre des difficultés d’ordre procédural dans la future répartition des fonds européens entre les agriculteurs, alors que le système actuel tel qu’il existe doit en fait être simplifié, et non rendu plus complexe. Je souhaiterais également souligner que l’État portugais a gaspillé des centaines de millions d’euros dans les fonds du premier pilier. Avec la suppression du deuxième pilier et le transfert de certaines mesures du deuxième au premier pilier, de nombreuses mesures qui jouissent actuellement d’un soutien n’en jouiront plus, en raison notamment de l’impossibilité budgétaire manifeste, et il en résultera un affaiblissement de la PAC. En réalité, nous ne comprenons pas l’avantage que pourrait procurer l’éventuel transfert de fonds de la PAC à d’autres politiques. Nous plaidons plutôt pour des mesures qui seraient aptes à pérenniser la seule véritable politique commune qui prévaut dans l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) La PAC a augmenté la productivité, assuré la sécurité d’approvisionnement et fourni aux consommateurs des aliments de qualité à des prix raisonnables. La nouvelle PAC devra s’atteler à des défis nouveaux et urgents, et pour l’avenir, elle devrait mettre en place un cadre fondé sur la stabilité, la prévisibilité et la flexibilité dans une période de crise.

La réforme de la PAC doit être examinée dans le contexte de la crise économique et de la lutte contre le changement climatique, sans oublier la sauvegarde de sa compétitivité à l’échelle mondiale. Il est prévu que le secteur agricole puisse apporter une contribution importante pour accomplir les priorités de la nouvelle stratégie Europe 2020 en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique, l’innovation et la création de nouveaux emplois grâce à la croissance verte et pour continuer d’assurer la sécurité de l’approvisionnement alimentaire des consommateurs européens en produisant des aliments sûrs et de haute qualité.

Je pense toutefois que la PAC devrait adopter pour priorité la production de ce que l’on appelle la première génération de biens d’intérêt général, et pour principe directeur, la souveraineté alimentaire, de façon à ce que les États membres puissent être autosuffisants. Je souhaiterais également plaider pour la régulation du marché dans le secteur laitier, depuis la production jusqu’à la commercialisation. À cet égard, je suis persuadé que le maintien des quotas laitiers est primordial.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit. (PT) Au nombre des transformations profondes qui doivent être apportées à la politique agricole commune (PAC) devraient figurer, entre autres aspects, l’établissement du principe du droit à la nourriture et à la souveraineté alimentaire, l’attribution de la priorité à l’autosuffisance alimentaire et à la capacité des pays et des régions à adapter la production pour satisfaire à leurs besoins alimentaires nationaux ou régionaux, et le soutien aux activités qui favorisent la production locale et respectent l’environnement local, qui protègent les eaux et les sols, qui augmentent la production d’aliments sans OGM et qui encouragent la biodiversité des semences pour les agriculteurs et la diversité des espèces pour le bétail domestique. Telle était le sens de l’un des multiples amendements que nous avons déposés au rapport soumis au débat.

Le refus de cet amendement et des principes qu’il exprimait par les principaux groupes politiques du Parlement met purement et simplement en exergue le chemin qu’ils se préparent à emprunter. Ce chemin est également tracé dans le rapport. Bien qu’il défende certains aspects importants, comme le refus de la renationalisation de la PAC et le refus d’une baisse du budget global, et qu’il plaide pour une répartition plus juste des aides entre les pays et les producteurs, le rapport conserve la philosophie qui a présidé aux réformes précédentes de la PAC, c’est-à-dire la libéralisation totale des marchés agricoles et la subordination de la PAC aux intérêts des négociations de l’Union européenne au sein de l’OMC. Cette philosophie est à nos yeux inacceptable.

 
  
MPphoto
 
 

  Anne E. Jensen (ALDE), par écrit. (DA) Les trois membres du Parti libéral danois ont voté aujourd’hui pour le rapport sur la politique agricole de l’Union européenne après 2013. Ce rapport met l’accent sur la modernisation de l’agriculture et l’augmentation de son efficacité, en faisant en sorte que des améliorations soient introduites en ce qui concerne l’environnement et le bien-être animal, la contribution de l’agriculture à la politique sur l’énergie et le climat, et la simplification des règles applicables au secteur agricole. Il contient quelques déclarations sur le budget agricole de l’Union européenne avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord, et le Parti libéral danois continuera d’œuvrer pour parvenir à un démantèlement progressif des aides de l’Union à l’agriculture. Sur un plan général, ce rapport représente toutefois la consolidation et l’approfondissement des réformes qui ont été réalisées au cours des dernières années dans la politique agricole de l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Elisabeth Köstinger (PPE), par écrit. (DE) Il est prévu que la nouvelle politique agricole commune (PAC) entre en vigueur pour l’agriculture européenne à partir de 2014. Le rapport Lyon représente le prélude aux intenses négociations qui s’annoncent pour les trois prochaines années sur l’avenir de la PAC après 2013. Pour la première fois dans l’histoire des réformes agricoles de l’Union européenne, le Parlement européen possède un plein pouvoir de codécision et il s’apprête à jouer un rôle de négociateur important parmi les États membres, le Conseil et la Commission européenne. Avec les premières propositions du rapport Lyon, le Parlement définit une orientation tout à fait claire: un engagement clair pour la politique agricole commune constituée de deux piliers, les paiements directs et le développement rural, qui méritent également d’être préservés dans le modèle agricole après 2013. Seule la PAC, dont le financement au cours de la prochaine période de planification financière sera maintenu au moins au niveau du budget 2013, peut garantir une agriculture multifonctionnelle à travers l’Europe et, ainsi fournir des denrées alimentaires de bonne qualité. Un modèle approprié doit notamment être élaboré pour mon pays, l’Autriche - un modèle qui sauvegarde les petites structures et assure un équilibre durable pour les régions montagneuses. En complément à la production alimentaire, l’agriculture apporte en outre une précieuse contribution à la préservation du paysage culturel. Je soutiens le rapport Lyon dès lors que mon amendement destiné à préserver l’agriculture à travers l’Union européenne et les régions montagneuses a été intégré et assurera une perspective stable pour l’avenir des jeunes agriculteurs.

 
  
MPphoto
 
 

  Giovanni La Via (PPE), par écrit. (IT) Je pense que l’agriculture européenne a besoin d’une politique commune qui reste telle qu’elle est afin d’empêcher des disparités inévitables entre les États membres et d’assurer que la politique agricole commune (PAC) soit financée dans son intégralité, et sur une base équitable, par le budget européen. C’est pourquoi j’ai voté contre la renationalisation de la PAC, dès lors que la nouvelle politique nécessitera un financement suffisant si l’on souhaite qu’elle soit mieux soutenue à la lumière des enjeux substantiels auxquels sera confronté ce secteur, qui est fondamental pour la sécurité alimentaire de l’Union européenne, au cours des prochaines années. La sécurité alimentaire est en effet un droit des consommateurs qui doit être sauvegardé au même titre que la garantie de biens d’intérêt général de «deuxième génération» comme l’environnement, le développement régional et le bien-être animal.

 
  
MPphoto
 
 

  Marine Le Pen (NI), par écrit. – Si je me félicite de ce rapport qui s’inquiète de l’avenir de l’agriculture, par contre je ne partage pas l’idée selon laquelle la PAC aurait réussi à atteindre les objectifs visant à assurer un niveau de vie équitable, à stabiliser les marchés, à produire des denrées alimentaires de qualité à des prix raisonnables, à développer l’activité en milieu rural, à garantir notre sécurité sanitaire et notre souveraineté alimentaire. La réalité est tout autre. Il suffit de voir l’état d’une grande nation agricole telle que la France, qui fait apparaître dans ses comptes une baisse des revenus de 34 %.

À l’image du passé, la PAC d’après 2013 sera incapable de protéger nos agriculteurs des spéculateurs et de la concurrence mondiale sauvage, ni de pallier les dérives des multinationales de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution. La PAC d’après 2013 restera coincée entre une logique de marché ultralibérale et mondialiste de la Commission européenne, et une future PAC «verte», en réalité au service des néocapitalistes de l’écolo-business. Il s’agit d’une logique qui sacrifie notre ruralité non pas pour le bien des pays pauvres ou des régions défavorisées ou désertifiées en Europe et qui justifie que l’on renationalise la PAC au plus vite.

 
  
MPphoto
 
 

  Petru Constantin Luhan (PPE), par écrit. − (RO) L’agriculture est et restera un secteur stratégique pour l’économie de l’Union européenne, qui devra se montrer à la hauteur des futurs défis qui l’attendent et garantir l’indépendance et la sécurité alimentaire des Européens grâce à sa politique commune. J’ai voté pour ce rapport particulièrement important parce que je pense qu’au cours de la prochaine période de programmation, la politique agricole commune nécessitera le soutien d’un budget consolidé, bien structuré, proportionnel aux défis qui nous attendent. Nous devons d’après moi nouer des liens étroits entre la politique de développement rural et la politique régionale afin d’assurer une certaine cohérence avec les interventions du même type menées dans une région spécifique, de façon à stimuler également la cohésion territoriale à l’intérieur de l’Union européenne. Je crois par ailleurs qu’il est fondamental de prendre en considération les caractéristiques territoriales et les priorités des régions. Nous devons favoriser des normes et des objectifs communs, en tant compte de la nature spécifique de chaque région. Cela nous permettra de réaliser une agriculture dynamique, multifonctionnelle et durable en Europe.

 
  
MPphoto
 
 

  Astrid Lulling (PPE), par écrit. – J’ai voté pour le rapport sur l’avenir de la politique agricole après 2013, car j’estime que, par cet excellent rapport, le Parlement européen, doté de nouvelles compétences depuis que le traité de Lisbonne est en vigueur, démontre clairement qu’il assume ses nouvelles responsabilités.

Le Parlement est pour le maintien d’une politique agricole commune qui mérite ce nom, aussi après 2013, avec un budget au moins égal au budget actuel, afin d’assurer une production de haute qualité et la sécurité d’approvisionnement dans les 27 États membres. Je me réjouis que mes amendements allant dans ce sens aient trouvé leur place dans ce texte.

Ma demande pour le maintien de certaines mesures de marché agissant comme un filet de sécurité pour les agriculteurs et les prix de leurs produits a également été largement soutenue. Il faut pouvoir éviter des crises de surproduction, entre autres, pour assurer une activité agricole dans toutes les régions européennes. Il convient aussi de maintenir des outils spécifiques d’encadrement du potentiel de production dont bénéficient certains secteurs.

 
  
MPphoto
 
 

  Véronique Mathieu (PPE), par écrit. – J’ai voté en faveur du rapport Lyon sur l’avenir de la PAC, et en particulier pour le maintien des deux piliers. Le vote, aujourd’hui en plénière, du rapport Lyon est très important et symbolique, puisque les élus européens sont les premiers à se positionner et à présenter leur proposition pour la PAC après 2013. J’ai toute confiance dans le commissaire Cioloş pour tenir compte des résultats de ce vote dans les propositions qui seront présentées en novembre par la Commission européenne.

Les grandes priorités de l’agriculture européenne, comme la sécurité alimentaire, la régulation des marchés, l’aménagement du territoire, sont clairement réaffirmées, ainsi que les conséquences en termes budgétaires qui doivent s’accorder avec les ambitions de la PAC. Les mesures de soutien à la biodiversité ne devront pas être oubliées. La biodiversité doit être au cœur du dispositif de la PAC, car sa protection n’est plus un luxe pour la conservation des espèces et des milieux.

 
  
MPphoto
 
 

  Erminia Mazzoni (PPE), par écrit. (IT) La crise de 2009 a montré les faiblesses du système de mesures de soutien à l’agriculture. Ses retombées se sont fait ressentir dans les revenus des agriculteurs, qui ont souffert d’une diminution de 12 % de leurs revenus, qui sont déjà quelque 50 % plus bas que la moyenne de l’Union européenne. Le plan stratégique pour la période d’après-2013 doit être proportionnel à l’importance du secteur, qui emploie environ 30 millions de travailleurs. Il doit inclure le renforcement de la politique agricole commune, une politique fiscale appropriée et le maintien de son budget, dans la conscience des nombreux effets bénéfiques de l’agriculture sur l’environnement, la santé et le changement climatique. Il est fondamental de garantir des prix raisonnables aux consommateurs et un revenu équitable pour les agriculteurs au moyen d’aides ciblées. L’agriculture doit jouer un plus grand rôle dans la stratégie «UE 2020» et des plans doivent être formulés pour une croissance intelligente, durable et inclusive. L’instabilité des marchés croît avec l’augmentation de mesures destinées à garantir la sécurité et la durabilité des produits parce que cette situation fait peser un fardeau compétitif sur les producteurs européens par rapport aux importations. Il sera difficile d’assurer des prix à la consommation raisonnables et une rémunération équitable si des règles plus strictes ne sont pas instaurées pour garantir le respect du principe de préférence européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Mairead McGuinness (PPE), par écrit. − (EN) Conformément au traité de Lisbonne, le Parlement européen jouit de pouvoirs élargis, notamment dans le domaine de la politique agricole. Ces nouveaux pouvoirs s’accompagnent d’une responsabilité, et l’adoption du rapport Lyon sur l’avenir de la politique agricole commune (PAC) après 2013 montre que le Parlement assume sérieusement cette responsabilité. Nous admettons que la PAC doit être maintenue, qu’un budget adéquat doit lui être alloué et que la production alimentaire appartient au paquet «biens d’intérêt général» que les agriculteurs produisent et pour lesquels ils doivent être récompensés. Nous avons voté pour que la structure à deux piliers soit conservée. Il est reconnu que les mesures de soutien du marché forment un axe important de la PAC. Nous avons rejeté toute tentative de renationaliser cette politique. Le rapport appelle au retrait du système de paiement historique d’ici à 2020, le régime actuel étant remplacé par un calcul fondé sur les surfaces et d’autres critères objectifs. La Commission doit présenter des idées à ce sujet, mais la prudence est de mise. Le rapport Lyon autorise une certaine flexibilité nationale dans l’exécution de la PAC afin de satisfaire aux exigences locales, régionales et nationales, y compris la nécessité de la possibilité de restaurer le couplage pour des raisons précises. Notre priorité absolue réside dans la sauvegarde du budget. Une fois cet élément acquis, nous pourrons commencer à discuter réellement des détails.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – Ce texte a le mérite de reconnaître les défaillances du marché et de plaider pour la lutte contre le changement climatique. Son mérite s’arrête là. Malgré les défaillances reconnues, le texte promeut la libéralisation des marchés, la réactivité des agriculteurs aux signaux du marché, la compétitivité de l’agriculture européenne sur les marchés mondiaux et régionaux, et le capitalisme vert. Ce cadre ne permet en aucun cas de lutter contre le réchauffement climatique, pas plus que le marché du carbone, les agrocarburants et les OGM dont ce texte se prévaut. Il soutient au contraire le productivisme et la dévastation des agricultures vivrières locales ici et dans le monde.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) J’ai voté contre l’amendement 69 à cette proposition parce qu’il met en péril l’architecture globale de la politique agricole commune (PAC) et qu’il compromet les intérêts de l’agriculture portugaise en proposant de supprimer le financement de mesures structurelles sans garantir qu’elles seront remplacées par les changements apportés au premier pilier. Une telle proposition implique en outre des difficultés d’ordre procédural dans la future répartition des fonds européens entre les agriculteurs, alors que le système actuel tel qu’il existe doit en fait être simplifié, et non complexifié. Je souhaiterais également souligner que l’État portugais a gaspillé des centaines de millions d’euros dans les fonds du premier pilier. Avec la suppression du deuxième pilier et le transfert de certaines mesures du deuxième au premier pilier, de nombreuses mesures qui jouissent actuellement d’un soutien n’en jouiront plus, en raison notamment de l’impossibilité budgétaire manifeste, et il en résultera un affaiblissement de la PAC. En réalité, nous ne comprenons pas l’avantage que pourrait procurer l’éventuel transfert de fonds de la PAC à d’autres politiques. Nous plaidons plutôt pour des mesures qui seraient aptes à pérenniser la seule véritable politique commune qui prévaut dans l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Willy Meyer (GUE/NGL), par écrit. (ES) L’actuelle politique agricole commune (PAC) fournit une aide à un système industriel de production délocalisé et spéculatif, ce qui profite aux grandes entreprises agricoles et non aux petits producteurs. Le découplage de l’aide favorise les grands propriétaires terriens et menace les exploitations modestes et les exploitations agricoles familiales. Malgré l’échec de la stratégie de Lisbonne, l’Union européenne n’a pas modifié sa politique économique. Elle n’aspire pas à la sécurité alimentaire, mais à la compétitivité, ce qui avantage exclusivement les grandes multinationales. Il faut selon moi considérer que le secteur agricole est stratégique au sein de l’Union européenne. Je pense donc qu’une réforme fondamentale de la PAC est indispensable afin de garantir l’accès des petits producteurs aux aides, aux terres, aux semences et à l’eau et de soutenir ainsi un modèle agricole social, productif et durable.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. − (DE) Un déclin massif de l’agriculture s’est produit au cours des dernières décennies dans l’ensemble de l’Union européenne. La politique agricole commune a fait l’objet d’innombrables remodelages, et à chaque fois, les règles sur les aides agricoles sont devenues plus complexes et les dépenses administratives plus lourdes. Il est également problématique dans ce cadre que l’Union européenne impose des normes élevées pour la qualité et la protection des animaux et de l’environnement, mais autorise ensuite les importations en provenance de pays dans lesquels ces règles ne s’appliquent pas, et bien entendu, la production est sensiblement meilleur marché. Afin de maintenir la sécurité et l’autosuffisance alimentaire dans l’Union européenne, au moins en partie, il est fondamental que les petites structures agricoles et les activités agricoles dans les régions périphériques puissent être soutenues. Une simplification de la PAC n’est pertinente qu’à la condition qu’elle ne soit pas accompagnée d’une restructuration qui pousserait davantage d’agriculteurs dans une agriculture marginale, voire à l’arrêt de leurs activités, et qui précipiterait la mort de l’agriculture. Les simplifications décrites dans le rapport faciliteront sans conteste le quotidien des agriculteurs, et c’est la raison pour laquelle je l’ai approuvé.

 
  
MPphoto
 
 

  Alfredo Pallone (PPE), par écrit. (IT) Je soutiens la structure et l’approche du rapport Lyon. Ce rapport d’initiative pose les fondations essentielles à la définition des principes que le Parlement européen a l’intention de suivre en ce qui concerne la future politique agricole, dans l’attente de la publication de la communication de la Commission à la fin de l’année. Pour la première fois, le Parlement désigne ainsi à l’unisson les moyens par lesquels un dialogue constructif doit être lancé sur le contenu et les priorités à attribuer afin d’assurer une production agroalimentaire compétitive et un développement durable des régions rurales. Un grand nombre de défis se dressent pour l’agriculture européenne et ils exercent une influence considérable sur les économies de nombreux États membres. Ils sont toutefois également concernés par les débats sur le budget à allouer à l’Union européenne, dès lors que l’ambition consiste à transformer ces défis en une opportunité permettant au secteur agricole de fructifier et à de nombreux d’agriculteurs européens de prospérer.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit. (PT) Je me réjouis que le Parlement européen ait adopté le rapport Lyon, fruit de l’excellent travail de son rapporteur et des rapporteurs fictifs, ainsi que des contributions de l’ensemble des députés qui ont présenté des amendements, pris part au débat, et œuvré à un consensus. Le texte reflète parfaitement le consensus réalisable entre les députés des 27 États membres et des différentes familles politiques – fait déjà significatif en soi, et d’autant plus encore dans le contexte des nouveaux pouvoirs de codécision conférés au Parlement. Ce rapport, résultat de plusieurs cycles de négociations, fait état de positions qui détermineront la structure de la politique agricole commune (PAC) et qui nous apparaissent fondamentales: maintien du budget, non renationalisation de la PAC, maintien des deux piliers de cette politique, mise en œuvre d’un nouveau système de répartition des subventions, distinction entre biens publics de première et de deuxième génération, maintien de la possibilité, pour le Conseil, de révoquer la décision d’abolition des quotas laitiers, nécessité d’un filet de sécurité, plus grande transparence de la chaîne alimentaire, et exigence de simplification de la PAC. Il importe à présent d’assurer le suivi du travail accompli en interne au sein de la Commission européenne jusqu’à la publication de la communication finale, en novembre.

 
  
MPphoto
 
 

  Paulo Rangel (PPE), par écrit. (PT) Ayant voté en faveur de ce rapport, je soumets cependant la présente explication de vote afin de souligner que, en ce qui concerne le paragraphe 44 relatif à la gestion du marché, j’ai voté contre la première partie du paragraphe proposé par le rapporteur et pour la seconde partie de ce paragraphe, qui renferme au final des dispositions favorables aux intérêts stratégiques du Portugal. En fait, la version proposée par le rapporteur ouvrait la voie – moyennant une interprétation large du texte – à l’abolition des quotas laitiers. Or, je soutiens la position du secteur agricole portugais, qui s’est dit à maintes reprises convaincu que l’abolition du système des quotas laitiers pourrait gravement nuire aux producteurs portugais. En effet, 93 % du lait produit dans l’UE sont vendus sur le marché européen et génèrent une part significative des revenus des compagnies laitières de l’Union. Les quotas laitiers permettent le maintien et, même, la croissance durable de la production laitière dans les 27 États membres, et contribuent à adapter l’offre à la demande (européenne et internationale) dans le secteur laitier et à stabiliser les prix, tout en ouvrant la possibilité aux exploitants d’en retirer des revenus pérennes. À l’inverse, abolir le système sans avancer d’alternative conduirait à l’abandon de la production dans les pays moins compétitifs, au rang desquels figure le Portugal.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. − (EN) Les membres du groupe Verts/ALE ont été en mesure d’intégrer un nombre important d’amendements qui mettent l’accent sur la conditionnalité environnementale et sociale des aides directes, et sur les mesures à prendre contre le changement climatique, et avancent une approche plus large et plus globale des questions liées au développement territorial des zones rurales et à la juste rémunération des agriculteurs. Nous sommes également parvenus à introduire une distinction claire entre les différents niveaux de concurrence en matière de culture et de commercialisation des produits alimentaires, et avons soutenu une déclaration qui plaide clairement pour que le mode de calcul des aides directes ne repose plus sur la base historique de rendement et de revenu des agriculteurs, mais bien sur le principe des «biens publics». L’adoption de ce rapport est dès lors très satisfaisante.

 
  
MPphoto
 
 

  Olga Sehnalová (S&D), par écrit. – (CS) J’ai soutenu ce rapport parce que j’estime que la politique agricole commune de l’Union européenne doit demeurer une politique agricole commune, et qu’il faut éviter toute renationalisation future dans ce domaine. La PAC doit notamment avoir pour objectif de veiller à l’équité des conditions faites aux agriculteurs de l’Union européenne, en particulier en ce qui concerne les aides directes.

 
  
MPphoto
 
 

  Brian Simpson (S&D), par écrit. − (EN) Une fois de plus, le Parlement européen s’est dérobé à ses responsabilités en ne parvenant pas à réformer la PAC. Je pense qu’il faudrait débaptiser ce rapport et l’intituler «rapport sur l’augmentation des subventions en faveur des agriculteurs inefficaces». Pourquoi donc l’argent des contribuables devrait-il être utilisé pour stabiliser des marchés, maintenir des prix artificiellement élevés, et soutenir l’agriculture en cas de conjoncture difficile, alors que les agriculteurs bénéficient déjà d’autres subventions supportées par le contribuable? M’exprimant au nom de l’EPLP, je ne crois pas que ce rapport pousse en aucune façon à un changement ambitieux. Il pénalise le fermier efficace et soutient l’inefficace. Il pénalise les pays en développement en appelant – dans une manifestation patente de protectionnisme de la pire espèce – à postposer l’élimination progressive des restitutions à l’exportation. Il ne s’attaque pas au problème majeur de la viabilité des zones rurales et s’accroche obstinément à un système d’aides directes qui agit comme un frein sur la promotion de la diversité et la protection de l’espace rural. Nous voterons contre cette parodie de rapport, dans l’espoir qu’un jour l’agriculture efficace se verra récompensée, que la gestion des campagnes se verra accorder l’importance qui lui revient, que les consommateurs ne seront plus saignés à blanc par des prix artificiellement élevés, et que les pays en développement auront leur juste part du marché. Telle devrait être l’ambition de la réforme de la PAC.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Teixeira (PPE), par écrit. – (PT) J’ai soutenu ce rapport, car il revêt une importance stratégique pour des pays comme le Portugal, ainsi que pour les régions ultrapériphériques de l’Europe, et que le Parlement a tout fait pour voter en sa faveur durant sa première année de législature.

La politique agricole commune est un élément essentiel du cadre financier et budgétaire de l’UE pour la période post-2013 et mérite donc qu’on lui consacre une analyse détaillée. La production agricole intérieure, qui peut grandement contribuer à la sécurité alimentaire et aux échanges avec les pays tiers, mais aussi réduire les déficits commerciaux des États membres, constitue un volet fondamental de cette politique.

Les agriculteurs européens, respectueux des normes les plus strictes en matière de protection de l’environnement et du bien-être animal, assurent une production alimentaire de haut niveau en termes de qualité et de sécurité, et doivent en être non pas pénalisés, mais récompensés. Pour ce faire, il faut imposer aux pays tiers qui ont conclu des accords commerciaux avec l’Union européenne des conditions comparables aux normes imposées aux producteurs sur le marché intérieur européen.

À mes yeux, il demeure nécessaire d’élaborer un budget agricole qui répartisse équitablement les fonds disponibles et accorde une attention particulière à des régions telles que Madère et les Açores, confrontées à des contraintes constantes en raison de leur éloignement, de leur insularité, de leur petite superficie, ainsi que de leurs particularités climatiques et géographiques. Autant de raisons qui justifient qu’elles bénéficient d’un soutien constant.

 
  
MPphoto
 
 

  Anna Záborská (PPE), par écrit. (SK) Une politique agricole digne de ce nom est une politique fondée sur les besoins du consommateur, et non sur la volonté du producteur. Si seuls 5 % des habitants de l’UE – y compris en Slovaquie – travaillent dans l’agriculture, nous tous – 100 % des citoyens européens – sommes consommateurs de produits agricoles. Ce dont se préoccupe le consommateur c’est la qualité et le prix. Cela vaut non seulement pour les voitures et les téléviseurs, mais aussi pour le pain, les légumes, la viande, et le lait. Et pourtant, la politique agricole commune renverse entièrement les termes de l’équation, parce qu’elle se fonde sur les besoins des agriculteurs. Fidèle à l’approche retenue jusqu’ici par l’UE, le rapport soumis s’attarde trop sur les effets et en ignore les causes. Un seul exemple suffira: le rapport entend stimuler, à coups d’incitants et de subsides, l’intérêt des jeunes générations pour le travail agricole et la vie rurale, alors qu’un marché efficace et un environnement compétitif pourraient apporter une solution naturelle à ce problème. Le seul élément au moins partiellement positif de ce rapport est son appel à l’équité, qui revêt une importance particulière pour la Slovaquie et les nouveaux États membres. Si l’UE décide de maintenir même après 2013 la politique coûteuse et inefficace d’aide aux agriculteurs qu’elle a menée jusqu’ici, elle devrait au moins appliquer les mêmes règles à tout le monde.

 
  
  

- Rapport: Alain Cadec (A7-0207/2010)

 
  
MPphoto
 
 

  Roberta Angelilli (PPE), par écrit. (IT) Le secteur de la pêche, représente une ressource stratégique au sein de l’UE pour ce qui est de l’approvisionnement de la population, et il apporte une contribution notable au développement local, à l’emploi, et à la préservation des traditions culturelles des communautés côtières. Malheureusement, nous assistons depuis quelques années au déclin graduel de la production, entraîné pour une bonne part par certaines dispositions européennes visant à préserver l’écosystème marin. Je pense notamment à la réglementation relative à la Méditerranée, qui vise à promouvoir une pêche plus durable mais qui, dans les faits, a mis à genoux un secteur tout entier. Alors que nos pêcheurs sont contraints de réduire leurs captures, la demande ne cesse d’augmenter, au bénéfice d’importations en provenance de pays tiers. Pour éviter toute concurrence déloyale et protéger nos consommateurs, nous devons imposer aux produits importés les mêmes règles qu’aux produits de l’UE. Car, si les produits importés sont souvent meilleur marché, ils sont également de qualité inférieure, et ne présentent pas toujours les garanties suffisantes de qualité. Il faut donc renforcer les règles d’équité, de transparence, et de durabilité des échanges dans le secteur, ce qui implique notamment de mettre en place des critères rigoureux de certification et d’étiquetage en matière de qualité et de traçabilité des produits de la pêche et de l’aquaculture.

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – Ce rapport d’initiative, qui porte sur le régime d’importation dans l’UE des produits de la pêche et de l’aquaculture (PPA), vise à défendre le maintien au sein de l’Union européenne de secteurs de la pêche et de l’aquaculture respectueux de l’environnement sur le long terme et économiquement viables. En effet, on assiste à une augmentation des importations des produits issus de la pêche et de l’aquaculture, aux dépens de notre production communautaire. Or, comme le rapporteur, il me semble primordial de réhabiliter notre production communautaire. Toutefois, nous avons conscience, notre rapporteur en tête, que cela doit être effectué en cohérence avec une gestion durable; par exemple la quantité de poissons pêchés doit être limitée dans le but de gérer nos ressources naturelles. De plus, il semble nécessaire de promouvoir une consommation responsable dans laquelle primeraient la qualité et la viabilité de la production.