Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2011/2656(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

B7-0256/2011

Débats :

PV 06/04/2011 - 17
CRE 06/04/2011 - 17

Votes :

PV 07/04/2011 - 6.7
Explications de votes

Textes adoptés :

P7_TA(2011)0152

Débats
Jeudi 7 avril 2011 - Strasbourg Edition JO

7. Explications de vote
Vidéo des interventions
PV
  

Explications de vote orales

 
  
  

- Rapport: Janusz Wojciechowski (A7-0121/2011)

 
  
MPphoto
 

  Ville Itälä (PPE).(FI) Madame la Présidente, il est très important, selon moi, d'avoir voté en faveur de ce rapport à une large majorité. C'est exactement ce que doit faire le Parlement européen pour préserver la confiance des citoyens dans ce système.

Mais pourquoi donc soulever à nouveau ce thème alors que le vote est terminé? À l'instar du rapporteur, je voudrais insister sur l'importance de ce problème, principalement entre les institutions, et ces tableaux de correspondance constituent un début important. J'espère que cela fonctionnera jusqu'au bout, sans querelles interinstitutionnelles, afin que la résolution puisse être mise en œuvre le plus rapidement possible.

 
  
MPphoto
 
 

  Giommaria Uggias (ALDE).(IT) Madame la Présidente, chers collègues, voilà une mesure importante pour le monde agricole. Toutefois, elle doit dès que possible être suivie d'un engagement de la part du Conseil et des gouvernements nationaux de l'adopter sur-le-champ, avant la fin de la saison, pour que puisse être résolu ce problème qui n'affecte pas seulement la partie méridionale de l'Europe, mais, comme l'a montré le vote d'aujourd'hui, l'ensemble de l'Europe.

La fièvre catarrhale touche les moutons et le bétail de nos exploitations. C'est pourquoi prendre des mesures pour l'éradiquer totalement représente un objectif de politique sanitaire auquel les gouvernements nationaux peuvent le mieux contribuer en faisant preuve de flexibilité. Cette mesure doit également être adoptée immédiatement en transposant la directive.

 
  
  

- Proposition de résolution RC-B7-0236/2011 (Leçons à tirer de l'accident nucléaire au Japon pour la sécurité nucléaire en Europe)

 
  
MPphoto
 

  Ville Itälä (PPE).(FI) Madame la Présidente, ce sujet de discussion était extrêmement important, et je pense qu’il aurait été très utile que le Parlement envoie un message clair faisant part de notre vive inquiétude à propos de ce qui s'est passé. Nous voulons montrer aux citoyens que nous faisons tout ce que nous pouvons pour rendre les centrales nucléaires en Europe et dans le monde en général aussi sûres que possible. Cependant, nous devons aussi montrer que nous pourrons continuer à utiliser l'énergie nucléaire lorsque nous aurons plus de certitudes concernant ce problème. Il est toutefois dommage que la majorité des députés aient voté contre, de sorte que ce message clair n'a pas pu être envoyé aujourd'hui.

 
  
MPphoto
 

  Bernd Lange (S&D).(DE) Madame la Présidente, je suis quelque peu déçu que le Parlement n'ait pas pu faire approuver la proposition par une majorité aujourd'hui afin de tirer les bonnes leçons de la catastrophe du réacteur au Japon. Je considère qu'il est impérativement nécessaire de donner une nouvelle orientation à notre politique énergétique, c'est-à-dire éliminer progressivement l'énergie nucléaire au niveau européen. En deuxième lieu, il est également évident que si nous effectuons des tests de résistance, toute centrale nucléaire qui rate ces tests devra être retirée du réseau.

Aucune de ces propositions n'a obtenu une majorité lors du vote. C'est pourquoi je n'ai pas été en mesure de soutenir la résolution. J'espère que nous parviendrons prochainement à élaborer une politique énergétique homogène, qui fournira à l'avenir une énergie sûre et convenable, signe d’une évolution vers l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

 
  
MPphoto
 

  Sergej Kozlík (ALDE). (SK) Madame la Présidente, personne ne doute que l'accident de Fukushima a montré la nécessité de renforcer les évaluations de l’exploitation actuelle des centrales nucléaires et de la construction de nouvelles centrales. Il faudra revoir et adapter la législation, ainsi que les paramètres des tests de résistances pour les centrales nucléaires européennes sur la base de critères communs appliqués dans l'ensemble de l'UE. Compte tenu du fait qu'il s'agit d'un problème mondial qui ne connaît pas de frontières, il pourrait même y avoir un accord intercontinental couvert par des organismes internationaux.

Il n'y a toutefois pas lieu de nous précipiter à ce propos, car nous pourrions jeter le bébé avec l'eau du bain. Il faut résoudre les problèmes purement professionnels, dont la politisation ne ferait que nuire. Nous sommes tous les jours témoins de nombreuses affirmations démagogiques qui ne reposent sur aucune base professionnelle dans les médias mais aussi au sein du Parlement européen.

Étant donné que les conclusions du débat du Parlement européen reflètent tout à fait ces opinions divergentes, je me suis abstenu lors du vote final sur la position du Parlement.

 
  
MPphoto
 

  Mitro Repo (S&D).(FI) Madame la Présidente, je n'ai moi non plus pas pu voter en faveur de cette résolution, du moins pas sous sa forme actuelle, lorsque nous avons été amenés à nous prononcer à ce sujet.

Les citoyens européens craignent pour leur sécurité, et à juste titre. Elle doit désormais être une priorité pour nous. Nous devons prendre des mesures concrètes en vue d'accroître le sentiment de sécurité des gens.

La présente résolution a divisé l'Assemblée. La question n'est pas de savoir si nous sommes pour ou contre l'énergie nucléaire: nous insistons sur des normes minimales de sécurité pour l'Europe dans son ensemble. Les tests de résistance proposés par la Commission ne suffiront pas à eux seuls à pacifier les citoyens. La Commission doit étudier des solutions énergétiques alternatives pour l'avenir et elle doit simultanément tenir compte des différents besoins énergétiques des États membres de l'UE. Pour moi, investir dans l'énergie nucléaire ne doit pas entraîner une diminution de la recherche ou du développement de produits dans le domaine des sources d'énergies renouvelables.

 
  
MPphoto
 

  Miroslav Mikolášik (PPE). (SK) Madame la Présidente, la catastrophe de Fukushima a suscité des craintes légitimes dans l'opinion publique à l'égard de l'utilisation de l'énergie nucléaire, et il convient par conséquent de se pencher sur la situation actuelle au sein de l'UE et de prendre des mesures énergiques en vue d'améliorer la sécurité – et j'y suis favorable – ainsi que la transparence au niveau du fonctionnement des centrales nucléaires et de la protection de la santé publique. Dans l'état actuel des choses, il est impensable, avec la meilleure volonté du monde, d'imaginer un marché de l'électricité opérationnel et compétitif sans l'apport de l'énergie nucléaire dans le cadre d'un bouquet énergétique, que cela nous plaise ou non.

L'UE et les États membres ont le devoir d'élaborer une politique énergétique qui garantira la souveraineté, l'indépendance politique et la sécurité économique de chaque État. Les instruments permettant d'atteindre cet objectif comprennent un bouquet énergétique approprié, un niveau adéquat de capacité de production, un équilibre entre l'offre et la demande, des réductions de l'intensité énergétique de l'économie, etc.

Je ne crains pas d'insister sur l'importance de l'énergie nucléaire pour la production d'électricité, car elle contribue à accroître la sécurité énergétique, en particulier pour les États dont les réserves en combustibles solides sont limitées. Je me suis abstenu lors du vote final, parce que le texte propose l'instauration d'un moratoire pour de nouveaux réacteurs. Je suis clairement opposé à cette proposition.

 
  
MPphoto
 

  Paul Murphy (GUE/NGL).(EN) Madame la Présidente, j'ai voté en faveur de l'amendement qui met l'accent sur un avenir sans énergie nucléaire pour l'Europe. La tragédie de Fukushima confirme le danger énorme que représente l'énergie nucléaire pour l'humanité et pour l'environnement. Compte tenu de son potentiel d’engendrer des catastrophes majeures et de l'absence de procédés permettant d'éliminer d'une façon sûre le combustible nucléaire utilisé, l'énergie nucléaire ne constitue pas un moyen sûr pour développer la production énergétique.

La tragédie met également en évidence le fait qu'on ne peut pas faire confiance à des personnes privées qui réalisent de plantureux bénéfices et qui sont chargées de la mission vitale de produire et de distribuer l'énergie. En fin de compte, c'est la recherche capitaliste du profit qui, en négligeant la vie humaine, la sécurité publique et l'environnement, est responsable de cette crise.

Je demande la nationalisation du secteur énergétique sous le contrôle et la gestion démocratique des travailleurs. C'est sur cette base que nous pourrions mettre en œuvre un plan rationnel et durable pour la production, la distribution et l'utilisation de l'énergie afin de fournir une énergie à bon marché et sûre pour tous, tout en protégeant l'environnement. Au centre de ce plan doit figurer un programme à long terme d'investissement dans les sources d'énergie renouvelables afin de remplacer progressivement le pétrole, le gaz, le charbon et les centrales nucléaires.

 
  
MPphoto
 

  Francesco De Angelis (S&D).(IT) Madame la Présidente, chers collègues, après la tragédie de Fukushima, nous devons tous prendre le temps de la réflexion. L'énergie nucléaire est une nouvelle fois sous le feu des projecteurs et nous devons, selon moi, penser avant tout à l'avenir, à l'avenir de nos enfants. C'est vrai que nous avons besoin d'énergie, mais ce qu'il nous faut, c'est une énergie propre et sûre. La sécurité est une très bonne chose, mais elle n'est pas suffisante. Un moratoire n'est pas suffisant; nous devons aller plus loin.

La tragédie de Fukushima nous prouve que le risque zéro n'existe pas pour les centrales nucléaires. Elle nous prouve surtout que nous devons organiser une rapide sortie du nucléaire et nous concentrer sur des sources énergétiques alternatives et renouvelables. L'Europe a besoin d'une nouvelle politique énergétique afin de mettre fin à la construction de nouvelles centrales nucléaires, compte tenu des conséquences terribles que ces centrales peuvent avoir pour la sécurité, l'environnement, le climat et les générations futures. Un changement radical d'orientation s'impose pour garantir un avenir sûr, basé sur les économies d'énergie et le recours à des sources renouvelables.

 
  
MPphoto
 

  Filip Kaczmarek (PPE). (PL) Madame la Présidente, j'ai voté en faveur de l'adoption de la résolution. Cette résolution se devait d'être l'expression de notre solidarité envers les victimes de la catastrophe naturelle et de l'accident nucléaire qui a suivi, ainsi que l'expression de notre gratitude et de notre reconnaissance envers toutes les personnes qui risquent leur propre vie pour prévenir une catastrophe encore plus grave. Moi aussi, je suis plein d'admiration à l'égard de la solidarité, du courage et de la détermination de la population japonaise face à cette catastrophe.

Je partage la conclusion selon laquelle l'Union européenne doit réévaluer l'ensemble de son approche nucléaire, mais nous ne pouvons pas forcer les États membres à abandonner des activités censées garantir leur propre sécurité énergétique. C'est pourquoi je suis satisfait du rejet des mesures irréalistes et dangereuses de notre résolution.

 
  
MPphoto
 

  Giommaria Uggias (ALDE). (IT) Madame la Présidente, chers collègues, la délégation italienne d'Italia dei Valori a voté contre le texte de la résolution sur l'énergie nucléaire, car il n'indique pas avec suffisamment de clarté son rejet de l'énergie nucléaire.

Malheureusement, tous les amendements qui auraient pu améliorer le texte et libérer l'Europe de l'énergie nucléaire, la libérer immédiatement des centrales nucléaires existantes et refuser la construction de nouvelles centrales nucléaires ont été rejetés. Une Europe sans énergie nucléaire est la seule voie possible si nous voulons garantir à nos enfants et aux générations futures un avenir où ne se répèteront pas des catastrophes comme celle de Fukushima ou celle de Tchernobyl.

Ces leçons nous montrent que la sécurité théorique n'existe pas. C'est la raison pour laquelle nous devons dire clairement «non» à l'option nucléaire et investir dans la recherche et l'innovation pour trouver d'autres sources, qui soient réellement vertes, renouvelables et propres.

 
  
MPphoto
 

  Peter Jahr (PPE).(DE) Madame la Présidente, j'ai voté en faveur de la proposition de résolution et je trouve profondément regrettable que le Parlement ne soit pas parvenu à adopter aujourd'hui une position homogène. J'adresse principalement cette remarque aux députés qui exigeaient davantage. Je crois qu'il aurait été préférable de voter pour le compromis, car je sais bien que les avis sont très divergents au sein de l'Union européenne à propos de l'énergie nucléaire.

C'est précisément parce que les conséquences environnementales et les répercussions des catastrophes ne connaissent pas les frontières nationales que je considère qu'il est important d'adopter et d'accepter des exigences minimales. Il nous faut, en premier lieu, une norme de sécurité homogène au sein de l'Union européenne. Deuxièmement, nous devons prévoir tout incident ou catastrophe futur; autrement dit, il nous faut un plan européen de redressement en cas de catastrophe. Troisièmement, nous ne pouvons pas continuer à négliger la recherche dans le domaine des énergies renouvelables, ni dans celui de la fusion nucléaire, ni en ce qui concerne la création d'installations de stockage et le recyclage des combustibles au carbone.

 
  
MPphoto
 

  Eija-Riitta Korhola (PPE).(EN) Madame la Présidente, je suis moi aussi déçue de constater que cette Assemblée ne soit pas parvenue à envoyer un message équilibré et raisonnable. Il ne fait aucun doute que les dégâts occasionnés à la centrale de Fukushima constituent une catastrophe, mais le nombre définitif des morts ne se comptera pas en milliers ou en centaines, peut-être même pas en dizaines.

À la suite du plus grave séisme enregistré dans cette région, il devrait y avoir entre 30 000 et 40 000 morts à cause de la destruction de routes, de ponts, de voies de chemin de fer et de bâtiments. Est-ce pour cela que nous devrions démolir toutes les structures similaires au sein de l'UE, juste au cas où? Voilà ma question.

Ce n'est pas la technologie nucléaire qui est en cause au Japon; c'est l'emplacement. C'est pourquoi une réaction de panique en Europe est non seulement ridicule, mais elle pourrait également nuire à l'environnement, car il n'existe pas d'alternative crédible à l'énergie nucléaire en matière d'approvisionnement à faible taux de carbone; les combustibles fossiles vont donc se développer. Est-ce vraiment cela que nous voulons?

 
  
MPphoto
 

  Hannu Takkula (ALDE).(FI) Madame la Présidente, il est normal que chaque Européen se préoccupe de la sécurité, et c'est important. Nous devons construire des systèmes qui soient sûrs.

On doit bien sûr admettre que les réactions ont été un peu excessives après Fukushima. Par ailleurs, ce n'est que naturel. Je me rappelle le naufrage de l'Estonia: certains estimaient que tous les bateaux devaient être interdits, car ils sont dangereux. Bon, chacun peut avoir de telles idées, mais rappelons-nous qu'une seule des 54 centrales nucléaires n'a pas réussi le test auquel le tsunami et le séisme les ont soumises.

Nous devons malgré tout examiner les choses calmement et ne pas généraliser sur la base d'un seul cas. En réalité, 300 000 Européens meurent chaque année à cause des émissions de combustibles fossiles, et c'est un problème que nous devons examiner en priorité. Il est très important de garantir la sécurité de la technologie nucléaire et je sais qu'en Europe, nous construirons aussi des centrales sûres; il ne faut pas l'oublier. Quoi qu'il en soit, tant d'hystérie, c’est déplacé.

 
  
MPphoto
 
 

  Gay Mitchell (PPE).(EN) Madame la Présidente, permettez-moi de dire que je me suis abstenu tout au long du processus de vote. Ce n'est pas que je ne sois pas intéressé par ce problème, mais j'estime qu'il faut y apporter des nuances et que les réponses ne sont pas faciles.

Je vis en Irlande et je représente Dublin, qui est situé sur la côte orientale de l'Irlande. Il y a, le long de la côte occidentale de la Grande-Bretagne, cinq centrales nucléaires en activité et je n'ai aucune objection à leur présence. Je pense cependant qu'en matière de sécurité nucléaire et dans l'intérêt de conserver des relations de bon voisinage, il serait utile de disposer d'une vue d'ensemble commune à la Grande-Bretagne et à l'Irlande – et quand je dis l'Irlande, cela signifie l'Irlande du Nord et du Sud – du fonctionnement de ces centrales afin d'être informés de risques éventuels. Par ailleurs, en cas d'accident, nous pourrions participer à d'éventuelles opérations d'évacuation au pays de Galles ou en Angleterre et ainsi jouer notre rôle de bon voisin.

Parmi les États membres, ceux qui ont des voisins qui ont mis en place des installations de ce type doivent veiller à une bonne coopération de voisinage. Voilà la raison de cette explication de vote.

 
  
  

- Proposition de résolution RC-B7-0249/2011 (Situation en Syrie, à Bahreïn et au Yémen)

 
  
MPphoto
 

  Mitro Repo (S&D).(FI) Madame la Présidente, en Syrie, à Bahreïn et au Yémen, la population a essayé de défendre la dignité humaine, la transparence, les droits fondamentaux et le droit à la démocratie.

L’Union européenne a témoigné de sa volonté et de sa capacité à protéger la population civile libyenne et à soutenir la révolution démocratique. Nous devons éviter d’appliquer «deux poids, deux mesures» et montrer que nous respectons nos valeurs dans la politique étrangère de l’Union européenne.

La situation en Afrique du Nord et au Moyen-Orient est une véritable épreuve de vérité pour le nouveau service européen pour l’action extérieure. Une société juste et viable passe par un dialogue et une interaction réels entre la société civile et les décideurs politiques. Il faut être à l’écoute des populations, et c’est ce que nous souhaitons rappeler à la Syrie, à Bahreïn et au Yémen. Nous ne cherchons pas à déclencher une révolution.

La satisfaction, la sécurité et le bien-être de la population sont les priorités d’un État respectueux de la justice. Cette résolution nous permet de montrer que l’Europe, dans sa politique étrangère, défend les valeurs pour lesquelles elle a été mise en place.

 
  
MPphoto
 

  Paul Murphy (GUE/NGL).(EN) Madame la Présidente, je me suis abstenu lors du vote sur la situation en Syrie, à Bahreïn et au Yémen. Les mouvements révolutionnaires qui ont débuté en Tunisie ont inspiré des millions de personnes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient et les ont encouragées à participer à des soulèvements populaires contre les régimes brutaux qui dirigent ces pays de manière dictatoriale depuis des décennies.

Ces soulèvements ont une fois encore montré le pouvoir potentiel de la classe ouvrière et des plus démunis de résister et de vaincre leurs oppresseurs. Je dénonce l’hypocrisie des responsables de l’UE et d’autres pays occidentaux qui condamnent aujourd’hui la répression brutale à laquelle ces dictateurs ont recours, mais qui, hier encore, soutenaient leurs régimes et en assuraient le maintien.

Il est à présent vital que les peuples dépassent les lignes ethniques et religieuses et s’unissent pour se débarrasser des élites corrompues et mettre en place de véritables sociétés démocratiques capables d'offrir des emplois et un enseignement décents et de mettre un terme à la pauvreté. À cette fin, la classe ouvrière et les plus démunis doivent prendre le contrôle de l’économie et des richesses qui existent dans la région, et s’en servir dans l’intérêt du plus grand nombre.

 
  
MPphoto
 

  Adam Bielan (ECR). (PL) Madame la Présidente, nous avons récemment assisté à des manifestations de masse en Syrie, à Bahreïn et au Yémen notamment. Les protestataires exigent la démocratie dans la vie publique, la démission des dictateurs et également, en particulier en Syrie, la levée de l’état d’urgence. Toutefois, dans ces pays les pouvoirs publics ont recours à la brutalité contre les manifestants, et tuent de nombreuses personnes. Il est particulièrement inquiétant que la région tout entière soit menacée. Le recours à la force d’un État contre ses propres citoyens est une violation de toute loi. L'utilisation de balles réelles est indéfendable et appelle une condamnation catégorique. J’appelle les gouvernements de ces pays à mettre un terme à la répression, au nom des droits de l'homme, y compris le droit de manifester pacifiquement et la liberté d'expression. J’invite les institutions européennes et les organisations internationales concernées à mettre en place des mesures diplomatiques pour protéger les manifestants. J’espère qu'en adoptant la présente résolution, nous œuvrerons également en faveur de la protection des droits de l’homme fondamentaux dans ces pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Hannu Takkula (ALDE).(FI) Madame la Présidente, il est évident que l’Union européenne sait qu’elle doit mettre en œuvre ses propres valeurs fondamentales dans sa politique. Les droits de l’homme sont un domaine clé; ils doivent être exportés au Moyen-Orient. Il importe réellement que nous présentions une définition et une vision de ce que sont les droits de l’homme, ce qui n’est pas facile, étant donné que la culture moyen-orientale repose sur des valeurs différentes. En Europe, nous avons été élevés dans un monde de valeurs judéo-chrétiennes, alors que les leurs sont issues de la pensée islamique. Dans ces deux modes de pensée, les personnes sont traitées différemment et la notion d’être humain diverge.

En tout état de cause, la Syrie est sous le coup d’une loi d’urgence depuis 1963, une loi qui autorise l'exécution de personnes sans procès. À présent, ce soulèvement nous montre qu’en Europe nous devons vraiment ouvrir les yeux et constater que la seule réussite du Moyen-Orient est son unique État démocratique, à savoir Israël, où les droits de l’homme, la liberté d’opinion et la démocratie sont une réalité.

Il importe que nous exercions à présent une plus grande influence sur la Syrie, le Bahreïn et le Yémen, de sorte qu’ils puissent accepter les droits de l’homme pour tous, et, en outre, les droits des femmes et des enfants, trouvant peut-être ainsi le chemin de la démocratie. Je ne suis toutefois pas naïf et je sais que dans le monde islamique il est difficile de faire progresser ces valeurs. En tant qu’Européens, nous devons néanmoins tenter de les exporter et de les promouvoir.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0226/2011 (rapport de suivi 2010 concernant l'Islande)

 
  
MPphoto
 

  Paul Murphy (GUE/NGL).(EN) Madame la Présidente, je me suis abstenu lors du vote sur le rapport de suivi 2010 concernant l’Islande. À la suite de la crise économique et financière, l’Islande est passée du statut de cinquième nation la plus riche au monde à celui de pays dévasté par la crise, avec l’effondrement de son système bancaire, où 40 % des foyers ne peuvent plus s'acquitter de leurs factures et où les retraités ont perdu toutes leurs économies.

L’année dernière, 93 % de la population islandaise a, lors d’un référendum, rejeté l’idée de payer plus de 3,5 milliards d’euros aux gouvernements britannique et néerlandais. En dépit de certaines modifications, les Islandais sont, pour l’essentiel, appelés à se prononcer sur cette même proposition lors du vote qui aura lieu le 9 avril prochain. Il ne faut pas les forcer à l’accepter et il convient de la rejeter. Ce n’est pas à la population islandaise de payer pour la crise. Les travailleurs, les retraités et les plus démunis ne sont pas à l’origine de la crise et ils ne doivent donc pas en payer les conséquences, ni en Islande, ni en Grèce, ni au Portugal, ni en Espagne, ni en Irlande, ni ailleurs. C’est aux spéculateurs internationaux qui ont considérablement profité de la déréglementation des marchés financiers de payer.

 
  
MPphoto
 
 

  Peter Jahr (PPE).(DE) Madame la Présidente, je me réjouis toujours lorsque de nouveaux membres rejoignent l’Union européenne. C'est la raison pour laquelle j'ai voté en faveur de ce projet. Je souhaiterais toutefois, lors des négociations d’adhésion, voir l’ensemble des questions mises sur la table, examinées et réglées d’emblée. Les problèmes qui ne sont pas abordés, par un inopportun souci d’amabilité, ne disparaissent pas. Il est souvent plus difficile et plus long de les résoudre par la suite, ce qui débouche sur une déception mutuelle. Permettez-moi de le répéter: je me réjouis toujours lorsqu’un nouveau membre adhère à l’UE, mais un membre, quel qu’il soit, n’a pas seulement des droits, il a aussi des responsabilités.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0225/2011 (sur le rapport de suivi 2010 concernant l'ex-République yougoslave de Macédoine)

 
  
MPphoto
 

  Mitro Repo (S&D).(FI) Madame la Présidente, je vous demande d’excuser l’incident qui a eu lieu avant le vote. Vous aviez tout à fait raison.

L’Union européenne a promis aux pays des Balkans une perspective d’élargissement. J’estime qu’il s’agit de la seule garantie de paix dans cette région, comme l’a souligné Martti Ahtisaari avant moi.

Pour la deuxième année consécutive, la Commission recommande d’entamer des négociations d’adhésion en ce qui concerne la Macédoine. L’Union européenne ne peut se réfugier derrière le différend au sujet du nom de la Macédoine lors du processus d'adhésion. Il est évident que les exigences officielles relatives à l’adhésion doivent être respectées; il importe également que des réformes soient engagées.

Le différend au sujet du nom de la Macédoine ne serait pas le premier qu’un nouvel État membre apporterait, avec d’autres problèmes insolubles. Nous devrions tous jeter un œil dans le rétroviseur. Pourquoi faudrait-il traiter la Macédoine différemment? Les progrès de la Macédoine dépendent certes avant tout de la Macédoine elle-même, mais l’UE ne doit pas lui fermer la porte au nez pour des raisons politiques telles qu’un différend au sujet de son nom.

 
  
MPphoto
 
 

  Martin Kastler (PPE).(DE) Madame la Présidente, j’ai également voté en faveur de ce rapport et de cette résolution, en faveur de la Macédoine. Toutefois, si l'on veut être honnête, il faut mentionner un détail. Nous ne pouvons pas demander aux peuples et aux groupes ethniques des autres pays de modifier leur langue au motif que d'autres pays n'aiment pas la façon dont ils l’appellent. Ce principe est établi dans le droit international et, en tant qu’Européens, nous devons nous rester intègres à cet égard.

Par conséquent, j’ai été très ennuyé par l’adoption malheureuse d’un amendement, contre lequel j’ai voté, qui précisait que les Macédoniens ne devaient pas être autorisés à s’appeler Macédoniens. La Macédoine est un pays ayant de grandes perspectives en Europe, principalement du fait qu'elle a également de grandes perspectives économiques dans les Balkans, une région connaissant de véritables difficultés, qu’elle prospère sur le plan économique et qu’elle mène les négociations avec élan, ce qui est très positif.

Au vu de cette attitude positive, je souhaiterais remercier tous les membres qui ont voté en faveur de cette résolution, ainsi que toutes les personnes qui ont collaboré avec le parlement en Macédoine dans le cadre de la délégation du Parlement européen. Nous devons expliquer ces perspectives aux gens qui, là-bas, veulent faire partie de l’Europe. Œuvrons ensemble en ce sens.

 
  
  

- Proposition de résolution RC-B7-0256/2011 (Situation en Côte d’Ivoire)

 
  
MPphoto
 
 

  Adam Bielan (ECR). (PL) Madame la Présidente, la lutte brutale pour le pouvoir entre le président sortant et le président nouvellement élu de Côte d’Ivoire, qui fait rage depuis plus de quatre mois, est en contradiction avec chacun des principes sur lesquels se fonde le monde moderne. Les luttes sanglantes ont entraîné la mort de plusieurs centaines de personnes vivant dans le pays. Plus d’un million d’habitants de Côte d’Ivoire ont dû quitter leur logement, et de nombreux réfugiés cherchent encore un abri dans les pays voisins. Il faut tout mettre en place pour que les criminels soient jugés. Il faut avant tout enquêter pour déterminer si un génocide et des crimes contre l’humanité ont été commis. Il devient également absolument nécessaire d’assurer l’ordre et la sécurité des citoyens en mettant un terme à toute forme de violence. On ne peut pas tolérer l’intimidation de la population locale et des observateurs étrangers. Les résultats des élections démocratiques doivent être entièrement respectés. Par conséquent, les mesures prises par l’ancien président, qui sont contraires à la volonté de la nation, doivent être condamnées. L’usurpation du pouvoir, l’incitation à la violence et la violation des droits de l’homme doivent être jugées par les autorités internationales compétentes.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0198/2011 (révision de la politique européenne de voisinage – dimension orientale)

 
  
MPphoto
 

  Ville Itälä (PPE).(FI) Madame la Présidente, c’est volontiers que j’ai voté en faveur de cette résolution. Je pense notamment qu’il est très important que nous adoptions une position claire et ferme à propos de la Biélorussie, qui est une tache évidente sur la carte de l'Europe. Nous devons mettre en œuvre des mesures permettant à la Biélorussie de trouver une voie vers la démocratie.

Plus particulièrement, toutefois, et en ce qui concerne le vote, je souhaiterais revenir sur l’amendement 1 du point 10, déposé par le groupe de l'Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, dans lequel ils indiquent que les partenaires orientaux de l’UE ont la possibilité à terme d'y adhérer. J’ai voté contre, car je ne pense pas que nous devions automatiquement accepter ou laisser entendre que tout État peut adhérer à partir du moment où il est partenaire. Nous savons ce que les citoyens pensent des élargissements précipités, et c’est pourquoi des propositions en ce sens ne doivent pas être adoptées. C’est la raison pour laquelle j’ai voté contre.

 
  
MPphoto
 
 

  Adam Bielan (ECR). (PL) Madame la Présidente, la dimension orientale de la politique européenne de voisinage est un élément stratégique des relations internationales de l’Union européenne. L’expansion dans cette direction se poursuivra. Par conséquent, il est essentiel d’augmenter les dépenses qui permettent de développer les structures démocratiques de ces pays. Le soutien à une initiative telle que Bielsat a une importance non négligeable pour l’indépendance des médias en Biélorussie, de même que le retrait de l’aide aux médias d’État. J’appellerais à un soutien actif aux autorités démocratiques locales dans ces pays grâce à des programmes de partenariat. Les accords d’association restent des outils importants pour encourager les réformes, et plus ils peuvent fournir un financement et un soutien technique importants, plus leurs résultats seront bons. L’élargissement de la base intellectuelle grâce à des programmes de bourses d’études nécessite également des fonds supplémentaires. J’appelle à une augmentation du financement pour soutenir les droits de l’homme et le développement des sociétés civiles. Le renforcement de l’intégration sociale permettra d’influencer le changement social et politique; il s’agit d’un investissement vital pour l’avenir. Par conséquent, je soutiens la résolution.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0199/2011 (révision de la politique européenne de voisinage – dimension méridionale)

 
  
MPphoto
 

  Cristiana Muscardini (PPE). - (IT) Madame la Présidente, chers collègues, 21 références documentaires, 21 commentaires explicatifs et 63 points résumant les demandes du Parlement dans la proposition de résolution, soit 105 points au total. C’est beaucoup trop pour être efficace. Toutefois, sur cette question, aucune proposition n’a été formulée quant à la manière dont le développement du commerce international permettrait d’assurer la stabilité, et, avec elle, la tranquillité et la paix dans les régions du sud de la Méditerranée.

Le commerce international est devenu une forme de nouvelle politique étrangère et pourrait améliorer les conditions de vie dans toute la région. L’Union européenne ne doit rien négliger qui pourrait favoriser le développement de relations commerciales correctes, stimulant la production dans les différents pays concernés. Tout progrès dans ce domaine permettrait de promouvoir la démocratie et les droits de l’homme, et, par-là, de préserver la dignité des femmes, d’augmenter la sécurité, la stabilité, la prospérité et la répartition équitable des revenus et des richesses, et d’éviter la tragédie pour des milliers de personnes obligées de fuir la faim et d’émigrer sans réel espoir.

 
  
  

Explications de vote écrites

 
  
  

- Rapport: Janusz Wojciechowski (A7-0121/2011)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit. (PT) Je me prononce en faveur de ce rapport, qui modifie la directive 2000/75/CE. Tant le Conseil que le Parlement conviennent qu’il importe de modifier la base juridique, étant donné que la proposition de la Commission a été formulée avant l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne. Je suis d’avis que ces modifications sont justifiées compte tenu de la propagation de la maladie, et du fait que la découverte scientifique d’un vaccin ne présente pas les risques que comportait le précédent.

 
  
MPphoto
 
 

  Mara Bizzotto (EFD), par écrit.(IT) J’ai voté en faveur du rapport de M. Wojciechowski qui, au moyen d’une série d’amendements intéressants au texte de la Commission, veut actualiser et assouplir un acte législatif dépassé qui n'est plus en accord avec les besoins actuels. Cela permettrait aux États membres d’utiliser plus efficacement la vaccination contre la fièvre catarrhale, réduisant ainsi l’incidence de la maladie sur le secteur agricole.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. (PT) Je me réjouis des amendements figurant dans cette directive, qui assouplissent les règles relatives à la vaccination. Grâce aux nouvelles technologies, des «vaccins inactivés» contre la fièvre catarrhale sont disponibles et ne présentent aucun risque pour les animaux non vaccinés. Il est désormais admis que la vaccination avec des vaccins inactivés est le meilleur outil pour maîtriser la fièvre catarrhale et empêcher la propagation de la maladie clinique dans l’UE. Le recours massif à ces vaccins lors des campagnes de vaccination de 2008 et 2009 s'est traduit par une amélioration importante de la situation sanitaire. Je souhaiterais demander la modification des règles existantes relatives à la vaccination énoncées dans la directive 2000/75/CE de manière à ce qu’elles tiennent compte des avancées technologiques récentes dans la production des vaccins, veillent à ce que la propagation du virus de la fièvre catarrhale soit mieux contrôlée et réduisent les charges pesant sur le secteur agricole du fait de la maladie.

 
  
MPphoto
 
 

  Diane Dodds (NI), par écrit. (EN) J’ai voté en faveur de ce rapport. Toutefois, si je crois au principe qui autorise l’autorité compétente, à savoir l’État membre, à vacciner contre la fièvre catarrhale, je suis opposée au principe d’inclure dans la législation l'obligation de fournir des tableaux concernant la transposition dans le droit national.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) Auparavant, la vaccination contre la fièvre catarrhale s’effectuait au moyen de vaccins vivants atténués, ce qui rendait nécessaires une série de restrictions en matière de vaccination, pour éviter la propagation du virus aux animaux non vaccinés. Toutefois, les avancées scientifiques ont permis la mise au point de nouveaux vaccins inactivés. Contrairement aux «vaccins vivants atténués», ces derniers peuvent être utilisés en toute sécurité et sans restriction, puisqu’ils ne présentent pas le risque de faire circuler un virus actif. Compte tenu des graves conséquences de la fièvre catarrhale pour l’élevage, toutes les mesures facilitant la vaccination et améliorant son efficacité doivent être prises pour protéger les éleveurs de la perte d’animaux et, au final, pour protéger la sécurité alimentaire.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) La fièvre catarrhale est une maladie qui touche principalement des ruminants tels que les moutons, les chèvres et les vaches, et qui peut prendre la forme d’une épidémie si les conditions environnementales et climatiques sont propices, notamment à la fin de l’été et au début de l’automne. Bien qu’aucun cas d’infection humaine n’ait été enregistré, il est essentiel de reconnaître cette maladie et de s’efforcer de mettre en œuvre des mesures en vue de son éradication. Au niveau de l’UE, cette maladie a été observée pour la première fois dans le sud, puis dans le centre et dans le nord de l’Europe. En raison de des campagnes successives de vaccination cofinancées par l’UE, le recours à certains vaccins permet à la maladie de se répandre alors que le but est de l'éradiquer. Par conséquent, un type de vaccin a été mis au point, qui garantit le contrôle et la prévention de cette maladie dans l’UE; son recours est néanmoins limité, conformément aux règles en vigueur. Dès lors, des modifications à la directive actuelle s’imposent. Étant donné que cette proposition de modification de la directive 2000/75/CE du Parlement et du Conseil est conforme à la stratégie en matière de santé animale (2007-2013) et qu’elle met l'accent sur une approche plus souple du système de vaccination, permettant ainsi d’améliorer le contrôle des principales maladies animales, je vote en sa faveur.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit. (PT) L'objectif de ce rapport est d'actualiser la directive 2000/75/CE, qui adopte certaines dispositions concernant les mesures de lutte et d’éradication de la fièvre catarrhale. Au cours des dernières années, des progrès ont été réalisés dans le domaine de la vaccination animale. Les risques que comportent ce que l’on appelle les «vaccins vivants atténués» ne constituent plus une menace, étant donné que de nouveaux vaccins inactivés sont désormais disponibles. Contrairement aux «vaccins vivants atténués», ces derniers ne présentent pas de risque de propagation indésirable du virus à partir du vaccin et peuvent donc être utilisés en toute sécurité en dehors des régions soumises à des restrictions. Ce point figure dans le rapport.

Nous estimons que davantage de souplesse pour la vaccination contre la fièvre catarrhale, en tenant compte des avancées technologiques dans la production de vaccins, permettra un meilleur contrôle de la maladie et réduira les charges y afférentes pour le secteur agricole. Nous sommes également convaincus que, pour le bien du secteur agricole, il importe de mettre en œuvre dès que possible les modifications de cette directive.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit. (LT) J’ai voté en faveur de ce rapport, étant donné que la fièvre catarrhale est une maladie qui touche des ruminants (comme les bovins, les ovins et les caprins). Depuis le début des années 2000, plusieurs vagues d’épidémie de la maladie se sont produites dans de nombreux États membres, notamment dans le centre et le nord de l’Europe, causant des pertes considérables en raison de la morbidité, de la mortalité et des perturbations du commerce d’animaux vivants. Jusqu’ici, les dispositions relatives au contrôle et à l’éradication de la fièvre catarrhale se sont fondées sur l’expérience en matière de recours aux vaccins vivants atténués, qui étaient les seuls disponibles. Ces vaccins peuvent provoquer une propagation indésirable du virus qu’ils contiennent à des animaux non vaccinés. Au cours des dernières années, de nouveaux vaccins inactivés ont toutefois été mis sur le marché. Contrairement aux «vaccins vivants atténués», ces vaccins inactivés ne présentent pas de risque de propagation indésirable et peuvent donc être utilisés avec succès hors des régions faisant l’objet de restrictions en matière de déplacement des animaux. Cette proposition assouplirait certaines restrictions, qui sont devenues superflues au vu des récentes avancées dans le domaine de la production de vaccins. Les nouvelles règles permettraient aux États membres d’utiliser plus efficacement la vaccination pour contrôler la fièvre catarrhale et réduire les charges qu’elle représente pour le secteur agricole.

 
  
MPphoto
 
 

  Jarosław Kalinowski (PPE), par écrit.(PL) Grâce aux innovations technologiques, de nouveaux vaccins, non encore disponibles lorsque la Commission a élaboré sa directive, ont été mis sur le marché pour lutter contre la fièvre catarrhale. C’est pourquoi je soutiens le rapporteur lorsqu’il recommande l’actualisation des règlements qui régissent la vaccination, afin qu’il soit plus facile pour les éleveurs de produire des animaux en bonne santé. L’assouplissement et la libéralisation de la règlementation amélioreront l’efficacité de l’élevage et, surtout, renforceront la protection des animaux contre les maladies indésirables et dangereuses. Je soutiens également pleinement cette initiative du point de vue de sa nature, car pour améliorer l'efficacité du système juridique nous devons le simplifier autant que possible et l'assouplir, ce qui est le but du rapport en question.

 
  
MPphoto
 
 

  Elisabeth Köstinger (PPE), par écrit. (DE) La fièvre catarrhale est une maladie animale épidémique commune touchant les ruminants, et qui a causé des dégâts considérables dans le secteur de l'élevage. Les dommages économiques et les pertes liées à l’arrêt des échanges commerciaux frappent durement le secteur agricole. En Autriche également, où l’élevage se pratique depuis longtemps, les revenus de nombreux agriculteurs se sont trouvés menacés. Il importe à présent de mettre en œuvre des mesures de soutien, et de revoir l’ancienne réglementation avant l’apparition de la prochaine épidémie. Les règles relatives à la vaccination, qui étaient applicables à l’époque, doivent être adaptées aux évolutions technologiques pour permettre une lutte plus efficace contre la fièvre catarrhale et une réduction de la charge pesant sur les agriculteurs. Je me réjouis de l’action rapide au niveau de l’UE et recommande une mise en œuvre sans délai de la nouvelle directive. En tant que représentante de la communauté agricole, je sais combien il est important de raisonner en termes de cycles annuels. Une prise de décision rapide nous permettra d’avoir des règles utilisables et uniformes d’ici l’automne, ce qui est dans l’intérêt des États membres et, surtout, des éleveurs.

 
  
MPphoto
 
 

  Giovanni La Via (PPE), par écrit. (IT) La fièvre catarrhale est une maladie qui touche les ruminants. Depuis le début des années 2000, elle cause des pertes considérables d’animaux infectés par la maladie. L’Europe est intervenue au moyen de la directive 2000/75/CE du Conseil pour régler le problème en recourant à des dispositions réglementant l'utilisation de «vaccins atténués», afin de lutter efficacement contre les conséquences du phénomène. Les vaccins employés jusqu’ici, qui étaient ceux auxquels s’appliquait la directive susmentionnée, comportaient un risque de transmission du virus aux animaux non vaccinés, raison pour laquelle la vaccination n'était autorisée que dans des régions spécialement désignées. Contrairement à ceux qui étaient sur le marché lors de l'introduction de la directive 2000/75/CE du Conseil, les nouveaux vaccins commercialisés sont des «vaccins inactivés», qui ne présentent pas ce genre de risques. J’ai voté en faveur de ce rapport, car les nouvelles dispositions permettront aux États membres de contrôler le phénomène, réduisant ainsi l’incidence négative de cette maladie sur un grand nombre d’éleveurs européens. J’espère que cela permettra d’adopter, dès que possible, les mesures urgentes, déjà dans les prochains mois.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J’ai voté en faveur de cette résolution. Je soutiens le contenu de la proposition de la Commission, qui assouplirait certaines restrictions, devenues superflues au vu des récentes avancées dans le domaine de la production de vaccins. Les nouvelles règles permettraient aux États membres d’utiliser plus efficacement la vaccination pour contrôler la fièvre catarrhale et réduire les charges qu’elle représente pour le secteur agricole.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) La vaccination contre la fièvre catarrhale s’effectuait au moyen de vaccins vivants atténués, ce qui rendait nécessaires une série de restrictions en matière de vaccination, pour éviter la propagation du virus aux animaux non vaccinés. Toutefois, les récents progrès technologiques ont permis la découverte de nouveaux vaccins, qui ne contiennent pas de virus vivant. Ces nouveaux vaccins peuvent être utilisés avec davantage de sécurité et sans restriction, puisqu’ils ne présentent plus de risque de transmission d’un virus actif. Compte tenu des conséquences graves de la fièvre catarrhale pour les fermes d’élevage, il y a lieu d'adopter toutes les mesures facilitant les bonnes pratiques en matière de vaccination, de façon à protéger les agriculteurs de la perte d'animaux, qui peut provoquer des dommages se révélant souvent fatals pour ce type d’exploitation.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. (DE) Des maladies animales peuvent encore ruiner la vie des agriculteurs. Parmi ces maladies figure la fièvre catarrhale, qui a connu des vagues d’épidémies répétées dans le nord de l’Europe depuis 2000 et qui peut causer des dégâts particulièrement importants. Les bovins et les ovins sont tout particulièrement touchés par la maladie, qui est causée par un virus transmis par un moucheron, un type de cécidomyie. Une forme de la maladie a également été observée chez les caprins, mais son évolution est bien moins dramatique chez ces animaux que chez les autres espèces. La vaccination a été autorisée pour la première fois en 2000, mais elle était soumise à des règles strictes parce que les animaux non traités auraient pu également être infectés par les virus contenus dans les vaccins.

À présent toutefois, il existe une nouvelle méthode de vaccination, qui ne comporte plus ce risque; elle permet de pratiquer des formes de vaccination assouplies. J’ai voté en faveur du rapport, car j’estime qu’il est juste et approprié de protéger notre bétail des maladies épidémiques. La souplesse demandée permettra aux agriculteurs de protéger leurs animaux.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit. (DE) Depuis un certain nombre d'années, les cas de fièvre catarrhale se répètent, notamment dans le nord de l'Europe. Il s’agit d’une épidémie animale qui touche des ruminants comme les bovins, les ovins et les caprins. Les conséquences sont graves, tant pour le bétail que pour les agriculteurs. J’ai voté en faveur de ce rapport, car il prône l’introduction d'un vaccin innovant qui, contrairement à son prédécesseur, ne comporte pas de risque de contamination par la vaccination pour les animaux sains.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit. (PT) La proposition de la Commission, relative à la vaccination contre la fièvre catarrhale, à laquelle le présent rapport apporte des améliorations, a pour but d’assouplir les règles concernant la vaccination contre la maladie, en autorisant, notamment, le recours aux vaccins inactivés en dehors des régions soumises à des restrictions en matière de déplacement des animaux. Les nouvelles règles permettront aux États membres d’utiliser plus efficacement la vaccination pour contrôler la fièvre catarrhale et réduire les charges qu’elle représente pour le secteur agricole. En effet, depuis 2004, les mesures limitant la mobilité et la commercialisation font peser d'énormes contraintes sur les produits concernés, perturbant les canaux commerciaux normaux dans les régions soumises aux restrictions et entraînant des coûts supplémentaires pour les producteurs. C’est pourquoi j’ai voté en faveur du rapport sur la vaccination contre la fièvre catarrhale.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) J’ai voté en faveur du rapport. La fièvre catarrhale est une maladie qui touche des ruminants tels que les bovins, les ovins et les caprins. Depuis le début des années 2000, plusieurs vagues d’épidémie de la maladie se sont produites dans de nombreux États membres, notamment dans le centre et le nord de l’Europe, causant des pertes considérables en raison de la morbidité, de la mortalité et des perturbations du commerce d’animaux vivants. La directive 2000/75/CE du Conseil du 20 novembre 2000 prévoit des dispositions particulières pour le contrôle et l’éradication de la maladie, y compris des règles en matière de vaccination. Ces règles ont été conçues pour l’utilisation des «vaccins vivants atténués», qui étaient les seuls vaccins commercialisés lorsque la directive a été adoptée il y a dix ans. Ces vaccins peuvent provoquer une transmission indésirable du virus qu’ils contiennent à des animaux non vaccinés. C’est pourquoi, la directive 2000/75/CE autorise la vaccination uniquement dans des régions spécialement désignées, où la maladie a été observée et qui sont soumises à des restrictions en matière de déplacement des animaux. Au cours des dernières années, de nouveaux vaccins inactivés ont toutefois été mis sur le marché. Contrairement aux «vaccins vivants atténués», ces vaccins inactivés ne présentent pas de risque de transmission indésirable du virus et peuvent donc être utilisés avec succès hors des régions faisant l’objet de restrictions en matière de déplacement des animaux.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) Pour garantir une lutte plus efficace contre la fièvre catarrhale et réduire la charge qu'elle représente pour le secteur agricole, il faut actualiser les règles actuelles en matière de vaccination. Le rapport approuvé aujourd’hui a pour objectif d’assouplir les règles en vigueur, puisque des vaccins inactivés sont désormais commercialisés. Ils peuvent être utilisés avec succès en dehors des zones soumises aux restrictions en matière de déplacement des animaux. La proposition est conforme à la stratégie en matière de santé animale de l’Union européenne (2007-2013) intitulée «Mieux vaut prévenir que guérir», puisqu’elle implique à la fois une approche plus souple de la vaccination et une amélioration des mesures actuelles de lutte contre les principales maladies animales.

 
  
MPphoto
 
 

  Brian Simpson (S&D), par écrit. (EN) Le groupe EPLP soutient sans réserve le rapport qui vise à modifier la directive 2000/75/CE dans le but d'autoriser le recours aux vaccins inactivés contre la fièvre catarrhale en dehors des régions soumises à des restrictions en matière de déplacement des animaux. La nouvelle législation prévoit pour la première fois le recours à un nouveau vaccin contre la fièvre catarrhale; celui-ci met à profit les avancées scientifiques réalisées depuis l’entrée en vigueur des règles précédentes. Le nouveau vaccin sera administré par une injection de produit «inactivé» et apaisera les craintes des agriculteurs concernant les vaccins «vivants» classiques. L’EPLP se réjouit que l’UE ait présenté cette nouvelle législation, qui représente de réels bénéfices pour les agriculteurs du Royaume-Uni. Elle rassure ceux qui sont préoccupés par cette maladie mortelle et la vaccination existante, car la saison de la fièvre catarrhale approche avec les beaux jours. Les agriculteurs disposeront désormais d’un nouveau vaccin, plus sûr, et seront plus libres de décider de leurs propres programmes de vaccination. Jusqu’ici, ils auraient perdu leur droit de vacciner leurs animaux si le Royaume-Uni était déclaré totalement exempt de cas de fièvre catarrhale. En vertu de la nouvelle législation, les agriculteurs auront le droit de vacciner pour leur propre tranquillité d'esprit, tout en profitant d’un système d'exportations facilité.

 
  
MPphoto
 
 

  Catherine Stihler (S&D), par écrit. (EN) J’ai voté en faveur de ce rapport qui permettra de lutter contre la fièvre catarrhale au sein de l’UE.

 
  
MPphoto
 
 

  Derek Vaughan (S&D), par écrit. (EN) J'ai voté en faveur d'une modification des règles en matière de vaccination contre la fièvre catarrhale pour permettre une utilisation plus efficace des vaccins et réduire les formalités administratives pour les agriculteurs. La nouvelle législation sera réellement bénéfique aux agriculteurs européens, et en particulier gallois. Le Royaume-Uni recevra le statut de pays indemne de fièvre catarrhale, mais les agriculteurs pourront toujours vacciner leurs animaux contre cette maladie mortelle. Conférer plus de pouvoirs aux agriculteurs afin qu’ils puissent prendre leurs propres décisions en matière de vaccination est un coup de pouce bienvenu pour le secteur agricole du pays de Galles, qui permettra que le bétail soit exporté sans les restrictions actuelles.

 
  
  

- Proposition de résolution RC-B7-0236/2011 (Leçons à tirer de l'accident nucléaire au Japon pour la sûreté nucléaire en Europe)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit. (PT) Je suis favorable à cette résolution car son objectif principal est de garantir le plus haut niveau de sûreté pour les populations, à la suite de catastrophes comme celle qui a récemment frappé le Japon. Les aspects techniques de la sûreté de la capture d'énergie doivent faire l'objet d'une réflexion minutieuse, car une situation comme celle que nous vivons actuellement peut avoir des conséquences encore plus graves sur la santé humaine et l'environnement, outre les dégâts matériels.

 
  
MPphoto
 
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE), par écrit. (LT) J'ai voté contre la résolution sur les leçons à tirer de l'accident nucléaire au Japon pour la sûreté nucléaire en Europe. J'ai voté contre la résolution parce qu'en votant le cinquième alinéa, la majorité du Parlement européen a approuvé sa deuxième partie, qui invite à imposer un moratoire sur le développement de l'énergie nucléaire et sur la construction de nouvelles centrales nucléaires dans l'Union européenne.

Cette disposition a été adoptée, bien que mon groupe – le groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens) – ait voté contre. Comme nous avons perdu le vote sur cette question importante, je ne pouvais pas voter en faveur de cette résolution. Par conséquent, j'ai voté contre, sinon j'aurais voté contre la stratégie énergétique de mon propre pays, la Lituanie, dont l'objectif principal est l'indépendance énergétique. Depuis plusieurs années, la Lituanie se prépare à la construction d'une nouvelle centrale nucléaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Roberta Angelilli (PPE), par écrit. (IT) La catastrophe nucléaire de Fukushima a eu de nombreuses répercussions sur la vie politique européenne. La première leçon que l'Union a tirée de la catastrophe japonaise a consisté à prendre des mesures rapides pour renforcer les contrôles de sécurité des centrales nucléaires au moyen de tests de résistance. Chaque centrale nucléaire, qu’elle se trouve à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Europe, est une arme de destruction potentielle. Je crois qu'aucun d'entre nous ne souhaite revivre la catastrophe de Tchernobyl du 26 avril 1986.

La deuxième leçon est que la science et la technologie peuvent avancer à pas de géant dans tous les domaines, mais elles doivent toujours tenir compte d’une contrainte majeure, qui est la nature et son caractère imprévisible. C'est précisément à cause des événements qui échappent au contrôle des humains que nous devons diversifier nos sources d'énergie, et notamment en multipliant les sources d'énergies renouvelables à notre disposition.

Toutefois, si l'énergie nucléaire devait être choisie comme source d'énergie, la population devrait tout d'abord être informée des inconvénients, des avantages et des conséquences d'un tel choix. N’oublions pas que ce choix de technologie doit être appuyé par un consensus populaire, et que l'opinion du peuple doit être entendue et respectée.

 
  
MPphoto
 
 

  Pino Arlacchi (S&D), par écrit. (EN) J'ai voté contre ce rapport, en raison des nombreuses lacunes qu'il présente, à commencer par son approche de la question nucléaire. Après la tragédie japonaise, il n'est plus possible d'aborder la question nucléaire uniquement en termes de sûreté. Le titre du rapport est «sur les leçons à tirer de l’accident nucléaire au Japon pour la sûreté nucléaire en Europe», mais il n'y a pas de leçon particulière à tirer sinon celle qui confirme l'impossibilité pratique de contrôler tant les risques que les conséquences d'un accident nucléaire majeur. Une résolution à ce sujet ne peut pas se focaliser sur la question de la sûreté nucléaire sans aborder la sauvegarde la plus importante face au nucléaire, celle d’une stratégie de sortie de cette même énergie nucléaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – L'accident nucléaire au Japon doit nous faire réagir. Ce qui ne veut pas dire que nous devons en tirer des conclusions hâtives. Il s'agit de mener une réflexion calme et sans parti pris sur l'état du nucléaire en Europe et sur les moyens de garantir une sécurité maximale. Je soutiens à ce titre la volonté de soumettre les centrales européennes à des tests de résistance poussés, inclus dans la résolution commune. Concernant l'enjeu plus large des sources d'énergie en Europe, je rappelle que nous devons prendre en compte l'objectif de réduction des émissions de CO2 de 20 % d'ici 2020 ainsi que la protection de l'indépendance énergétique de l'UE.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. (LT) J'ai voté en faveur de cette résolution, bien que tous les amendements proposés par le groupe de l'Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates n’aient pas été adoptés au cours du vote. Le texte de la résolution comporte des dispositions particulièrement importantes concernant les centrales nucléaires prévues dans la région de Kaliningrad et en Biélorussie. La résolution souligne que les constructions mentionnées soulèvent de graves préoccupations en ce qui concerne les normes de sûreté nucléaire et le respect des obligations en la matière prévues par les conventions internationales. Ces préoccupations ne concernent pas uniquement la Lituanie, qui partage ses frontières avec la Biélorussie et la région de Kaliningrad, mais aussi l'Europe dans son ensemble. Le document présente également des propositions essentielles visant à garantir le respect des plus hautes exigences en matière de sûreté nucléaire et à mener des tests minutieux dans les centrales nucléaires déjà en activité dans l'Union, afin d’être en mesure d'évaluer le véritable degré de sûreté de ces centrales.

 
  
MPphoto
 
 

  Ivo Belet (PPE), par écrit. (NL) La réponse de l'Union après la catastrophe au Japon était la bonne: nous avons réagi rapidement, sans paniquer. Nous avons immédiatement ouvert la voie à une enquête minutieuse, sous la surveillance de l’Union. Il est crucial que, primo, les tests de résistance soient menés par des experts indépendants et que, secundo, les résultats de ces tests soient rigoureusement concrétisés. Cela signifie que les centrales nucléaires qui ne sont pas conformes aux normes, qui continuent d’échouer aux tests, devront être fermées. Bien entendu, les centrales situées ailleurs en Europe, en dehors de l'Union, doivent être soumises aux mêmes tests indépendants, sous l'égide de l'Agence internationale de l'énergie atomique. Tout État qui refuse de participer à ces tests se mettra lui-même au ban de la scène internationale, y compris en matière de commerce international. L'énergie nucléaire a été, et reste, une technologie de transition, une technologie dont nous devrons malheureusement dépendre pour les décennies à venir. Nous devrons même procéder à de nouveaux investissements pour subvenir à nos besoins énergétiques et, en même temps, renforcer nos ambitions en matière de climat. Parallèlement, nous devons faire tout ce qui est possible pour réduire les risques d'accident à un niveau proche de zéro.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Bennahmias (ALDE), par écrit. – Les lobbies pro-nucléaire ont encore de beaux jours devant eux! Inutile de revenir sur le contexte de cette résolution, il était plus qu’évident. Et pourtant, le Parlement européen n’a pas de position sur le nucléaire. C’est bien regrettable. Plusieurs enjeux clairement identifiés étaient sur la table: celui d’un moratoire sur la construction de nouvelles centrales, la réalisation de stress tests indépendants, la relance des énergies renouvelables ou encore les efforts sur le chantier incontournable de l’efficacité énergétique. Cependant, les belles intentions initiales d’une résolution commune ont vite volé en éclats: chacun des groupes parlementaires assumant le pour et le contraire, il devenait in fine impossible de voter une telle mouture dépourvue de message politique. Soyons clairs: le Parlement européen m’avait habitué à beaucoup mieux! On s’aperçoit que les lobbys pro-nucléaires ont encore de beaux jours devant eux. Et par la même occasion que de nombreux eurodéputés n’ont pas encore perçu l’opinion publique et le sentiment des citoyens sur cette question.

 
  
MPphoto
 
 

  Jan Březina (PPE), par écrit. (CS) Je m'inquiète du fait que le Parlement européen ne soit pas parvenu, aujourd'hui, à approuver le compromis que représentait la résolution sur la sûreté nucléaire en Europe, à la suite de l'accident nucléaire au Japon. Il est, selon moi, scandaleux que le Parlement européen soit incapable de donner au public son opinion sur l'énergie nucléaire. En conséquence de cette désunion, il est possible que l’avis du Parlement européen soit ignoré lors des prochains pourparlers entre les instances européennes sur la forme des tests de résistance pour les centrales. Les verts et les socialistes ne pouvaient bien entendus pas accepter que leurs propositions de mettre un terme à l’utilisation de l'énergie nucléaire, ou de fermer les centrales nucléaires construites avant 1980, ne soient pas passées.

 
  
MPphoto
 
 

  Françoise Castex (S&D), par écrit. – J'ai voté contre cette proposition de résolution commune. La résolution de compromis était une bonne base et j'ai soutenu les amendements favorables à une sortie du nucléaire pensée et préparée, tenant compte de la lutte contre le réchauffement climatique. J'ai également voté en faveur des amendements demandant à investir dans la recherche et l'innovation, pour développer les économies d'énergie et accroitre massivement les énergies renouvelables. Mais le résultat des votes, incohérents, m'a obligée à voter contre la résolution telle qu'amendée. Il est maintenant primordial de mener un débat approfondi sur l'ensemble de ces sujets et de mettre en œuvre une transition énergétique dans la solidarité, tenant compte de la situation dans l'ensemble des États membres.

 
  
MPphoto
 
 

  Nessa Childers (S&D), par écrit. (EN) Je suis déçue par le vote de cette résolution. Nous débattons des leçons à tirer de la crise au Japon pour la sûreté nucléaire en Europe. Cependant, je suis fermement convaincue que la sûreté nucléaire n'existe pas et que les tests de résistance qui auront lieu cette année nous éloignent du véritable problème – la transition vers une Europe qui fonctionne grâce à des énergies renouvelables. Étant donné les études les plus récentes, il est évident qu'il est techniquement faisable que 95 % de notre approvisionnement énergétique proviennent d’énergies renouvelables comme le vent, la marée, la houle, le soleil et la biomasse d'ici à 2050. Si l'on garde cet objectif à l'esprit, et puisque nous faisons maintenant des choix énergétiques à long terme, nous devons fermer les centrales nucléaires au cours des prochaines années dans toute l'Europe.

 
  
MPphoto
 
 

  Carlos Coelho (PPE), par écrit. (PT) Je regrette que le Parlement n'ait pas tiré de leçons de ce qui s'est passé au Japon. Continuer à nier les risques élevés de l'utilisation de l'énergie nucléaire n'est pas la meilleure façon de servir le public. La plénière au Parlement n'a pas pu adopter de résolution, et l’on a pu assister au spectacle peu édifiant de groupes se neutralisant mutuellement, les uns rejetant les propositions faites par les autres, sans être capables d'adopter quoi que ce soit en commun. Il aurait fallu faire davantage cas de la nature transnationale des risques et des conséquences de ces catastrophes, et de la sécurité des personnes. Les conclusions évidentes auraient dû être qu’il fallait renforcer la sûreté nucléaire, tester les faiblesses, geler les projets d'expansion nucléaire dans l'Union et investir plus efficacement dans une énergie propre et dans la conservation de l'énergie. Fermer les yeux sur ce qui a eu lieu au Japon et faire semblant que rien ne s’est passé est insensible et dangereux. Tchernobyl et Fukushima n'ont fait que renforcer la nécessité d’accroître la transparence et l’échange d'informations sur les risques et les catastrophes.

 
  
MPphoto
 
 

  Brian Crowley (ALDE), par écrit. (EN) Je tiens à signaler que je n'ai pas participé au vote sur les paragraphes individuels et sur les amendements de la résolution commune. Même si je me suis toujours opposé à l'énergie nucléaire, j’ai l’impression que la discussion a été utilisée par les opinions extrêmes de chaque camp du débat sur le nucléaire de sorte qu'aucun terrain d'entente n'a dès lors pu être trouvé au sein du Parlement. Je crois que nous devons exiger que toutes les infrastructures soient contrôlées pour permettre leur protection maximale, mais surtout pour la sûreté et la sécurité des populations dans les régions où elles se trouvent. Bien entendu, nous devons garantir la sécurité de l'approvisionnement énergétique de manière durable et nous avons l'occasion d'examiner des sources d'énergies de remplacement que nous pouvons exploiter, tout en sauvegardant l'environnement. Ce débat idéologique ne doit toutefois rien enlever aux préoccupations immédiates qui visent à aider de toutes les manières possibles le peuple japonais à se rétablir de cette catastrophe. C'est la raison pour laquelle je me suis abstenu du vote final.

 
  
MPphoto
 
 

  Christine De Veyrac (PPE), par écrit. – Je regrette profondément l'instrumentalisation à des fins partisanes de la catastrophe qui a touché le Japon. Le Parlement européen a manqué l'occasion d'envoyer un message fort aux États Membres et à la Commission européenne pour renforcer la sûreté des installations nucléaires en Europe et dans les pays voisins, notamment par le biais de tests de résistance. Car c'est là que doit se concentrer le débat aujourd'hui pour garantir à nos citoyens une sécurité maximale vis-à-vis d'une énergie qui reste le pilier principal du mix énergétique de la plupart des pays européens; et qui le restera certainement pour les années à venir, avant qu'une source d'énergie durable et renouvelable non-émettrice de CO2 puisse la remplacer et satisfaire les besoins en électricité de notre société.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit.(PT) Le 11 mars dernier, le Japon a été frappé par un gigantesque tremblement de terre, suivi d’un tsunami, qui a provoqué la plus grande crise nucléaire de l'histoire du pays, et au cours de laquelle la centrale nucléaire de Fukushima a subi de graves dégâts structurels et est depuis lors en situation de risque imminent de déclencher une catastrophe nucléaire aux proportions majeures. Ces événements ont entraîné une vague de réactions en Europe, et le commissaire Oettinger a demandé la convocation d'une session extraordinaire de l'Agence internationale de l'énergie atomique, la chancelière allemande a décidé de reporter de trois mois la décision d’allonger la durée de vie des centrales nucléaires dans son pays, et le ministre autrichien de l'environnement, M. Berlakivich, a demandé que des tests soient menés dans les centrales européennes. Il est vital de tirer toutes les leçons possibles de la catastrophe de Fukushima, en particulier concernant les règles de sécurité imposées aux centrales nucléaires de l'Union, afin de garantir leur sécurité et, en fin de compte, celle du public européen. Une fois encore, en cet instant difficile, je tiens à profiter de l'occasion qui m'est donnée pour adresser mes sincères condoléances et exprimer ma solidarité avec ceux qui ont été touchés par la catastrophe au Japon.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Les problèmes qu’a connus la centrale nucléaire de Fukushima ont mis à l'ordre du jour la discussion sur l'énergie issue de la fusion nucléaire, étant donné que 30 % de l'énergie consommée dans l'Union provient de cette source, et il existe des pays où la production nationale est de 80 %, comme en France, et également des pays qui ne disposent d'aucune centrale nucléaire, comme le Portugal et l'Autriche. Il est dès lors impératif que l'Union encourage la mise en place d'un programme de contrôle de la sécurité de ses centrales nucléaires, en particulier en effectuant ce qu'on appelle des «tests de résistance». Ces évaluations doivent être basées sur un modèle rigoureux et harmonisé, qui couvre tous les types de risques possibles dans un scénario réaliste au niveau européen, et ils doivent être menés avant la fin de cette année, d'une manière indépendante et coordonnée, et porter sur l’ensemble des installations nucléaires existantes et planifiées dans l'Union. Actuellement, l'énergie nucléaire est vitale pour garantir un approvisionnement en énergie sobre en carbone en Europe. Toutefois, nous devons progresser vers une meilleure efficacité énergétique et une augmentation du recours à des énergies renouvelables. La Commission et les États membres doivent investir dans la modernisation et l'expansion des infrastructures énergétiques européennes, ainsi que dans les interconnexions de réseaux, afin de garantir un approvisionnement énergétique fiable.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit. (PT) Garantir la sûreté des installations nucléaires et éviter le risque d'accident de toutes les manières possibles sont des problèmes importants abordés dans cette résolution, qui invite également les États membres à imposer un «moratoire sur la construction et la mise en service de nouveaux réacteurs nucléaires, du moins pendant la période au cours de laquelle les tests de résistance seront réalisés et évalués». Cependant, nous devons nous assurer que la tragédie qui a eu lieu au Japon ne permettra pas aux groupes de pression de renforcer leur position, et que les progrès qui seront réalisés aujourd'hui ne seront pas défaits plus tard. Les leçons doivent être prises au sérieux et nous devons apprendre de cette expérience afin de diagnostiquer les défauts et les lacunes, en termes de conception et d'exploitation, qui pourraient mener à des accidents dans d'autres installations. Cette expérience doit également être prise en considération dans le cadre des prochaines évolutions en matière d'énergie.

Des experts issus d'organismes spécialisés au sein des États membres et également de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) doivent participer à cette évaluation, tout en conservant leur rôle, leur autorité, leur autonomie et leur indépendance. En tant qu'organe technique, autonome et indépendant, c’est l’AIEA qui doit proposer des recommandations à ce sujet, avec un soutien approprié de l'Union, et non l’inverse. Il est regrettable que cette résolution serve de prétexte pour sauvegarder la prétendue politique énergétique commune et ses objectifs de libéralisation du secteur énergétique.

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit.(PT) Cette proposition de résolution n'était pas la meilleure. C'est pourquoi elle a été rejetée, bien qu'elle contienne quelques aspects positifs, raison pour laquelle je me suis abstenue.

Garantir la sûreté des installations nucléaires et éviter le risque d'accident de toutes les manières possibles sont des problèmes importants abordés dans cette résolution, qui invite également les États membres à imposer un «moratoire sur la construction et la mise en service de nouveaux réacteurs nucléaires, du moins pendant la période au cours de laquelle les tests de résistance seront réalisés et évalués».

Toutefois, nous devons veiller à ce que la tragédie qui est survenue au Japon ne serve pas de tremplin à l’ouverture de nouveaux boulevards pour les groupes d'intérêts économiques, au détriment des intérêts et de la sécurité du public.

Par contre, il est important de diagnostiquer les défauts et les lacunes en termes de conception et d'exploitation, et qui pourraient mener à des accidents dans d'autres installations. Des experts issus d'organismes spécialisés au sein des États membres et également de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) doivent participer à cette évaluation, tout en conservant leur rôle, leur autorité, leur autonomie et leur indépendance. Les leçons doivent être prises au sérieux, et les résultats d'une analyse de cette expérience doivent être intégrés aux futures évolutions dans le domaine de l'énergie. Nous nous opposons à l’ingérence dans les politiques énergétiques des États membres ou des pays tiers: en tant qu'organe technique, autonome et indépendant, l’AIEA doit proposer des recommandations à ce sujet, avec un soutien approprié de l'Union.

 
  
MPphoto
 
 

  Monika Flašíková Beňová (S&D), par écrit. (SK) Le Japon connaît sa plus grande catastrophe de l'après-guerre. Les dirigeants du pays ont décrit le tremblement de terre destructeur, combiné aux vagues géantes du tsunami et à la menace nucléaire qui a suivi, comme la pire crise depuis que des soldats américains ont lâché des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. La nature a subi des pertes énormes et irremplaçables, en particulier en termes de vies humaines et de biens. Toutefois, la situation dans la centrale nucléaire de Fukushima demeure une menace. Pour tenter d'éviter des menaces similaires à l'avenir, il convient d'envisager la mise en œuvre de tests de résistance des centrales nucléaires dans les États membres de l'Union. Ces tests doivent montrer dans quelle mesure les centrales énergétiques sont capables de résister à des catastrophes similaires. Une situation analogue à celle du Japon pourrait se produire n'importe où en Europe. Il est par conséquent également souhaitable d'effectuer un contrôle plus strict des systèmes de sécurité des centrales nucléaires, en remédiant à leurs points faibles et en éliminant leurs défauts. La coopération au niveau européen est toutefois essentielle. Bien que l'Europe ne soit pas menacée par des vagues géantes de tsunami, il y a, en ce XXIe siècle, la menace d'attaques terroristes, par exemple d'attaques par des pirates informatiques de systèmes des centrales nucléaires, etc. Du point de vue de la sécurité, la capacité des centrales à contrer de telles menaces potentielles est fortement remise en question.

 
  
MPphoto
 
 

  Adam Gierek (S&D), par écrit.(PL) Je n'ai pas soutenu la résolution, premièrement parce qu'elle n'apportait rien de positif en plus des interdictions, des restrictions et d'une aversion générale pour la technologie nucléaire. Deuxièmement, elle n'indique aucune voie de sortie d'une situation complètement nouvelle pour la politique énergétique dans son ensemble. À titre d'exemple, les points 19, 20 et 21 auraient pu introduire de nouvelles idées et orientations en termes de réflexion intégrée au sujet de l'efficacité énergétique, en particulier de l'efficacité de l'énergie provenant de sources primaires, dont nous avons les plus grandes réserves, surtout en carburants fossiles. Troisièmement, les suggestions radicales qu'elle contient requièrent un référendum national qui, dans mon pays, doit se dérouler à l'initiative des partis de gauche. Peut-être qu'un tel référendum devrait être mené au niveau de l'Union. Quatrièmement, en conséquence des règlements malavisés de l'Union jusqu'à présent, mon pays a été forcé de mettre fin à des investissements essentiels dans des centrales à charbon et, à présent, le même groupe de pression veut que nous interrompions les investissements dans la technologie nucléaire. Alors, que reste-t-il? La résolution mentionne uniquement des énergies issues de sources renouvelables. Dans mon pays, la capacité totale de ces ressources couvrirait 13 %, au maximum 20 %, des besoins essentiels. Peut-être en Suède la situation est-elle différente, car ce pays dispose de larges réserves hydroélectriques, mais pas la Pologne. Le cas de Fukushima exige une révision de l’ensemble de la politique énergétique actuelle de l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Bruno Gollnisch (NI), par écrit. – L'excitation qui s'est emparée de certaines formations politiques après l'accident nucléaire de Fukushima, qui espèrent en tirer des bénéfices politiciens, est insupportable. Je ne me souviens pas que les communistes, en 1986, aient été aussi virulents après la catastrophe de Tchernobyl. Alors c'est vrai, il n'y a pas de «risque zéro» dans le nucléaire. Il n'y a pas de risque zéro dans la vie tout court. Et il faut tout faire pour minimiser ce risque. Mais nous n'avons, pour l'instant, pas d'alternatives crédibles. Imposer aux États membres de renoncer de manière urgente à cette énergie, d'arrêter la construction de nouvelles centrales et de fermer les autres, est parfaitement incompatible avec le refus catégorique des énergies fossiles, sous le prétexte que leur usage contribuerait au réchauffement climatique.

Énergie nucléaire ou énergie fossile: vous pouvez privilégier l'une ou l'autre; vous ne pouvez exclure les deux. Ni l'énergie hydraulique, ni les énergies alternatives actuelles ne sont capables d'assurer nos approvisionnements. Les pays qui ont renoncé au nucléaire, mais pas à donner des leçons aux autres, sont d'ailleurs bien contents que leurs voisins, qui les approvisionnent, n'aient pas pris la même option qu'eux! Arrêtez l'hypocrisie.

 
  
MPphoto
 
 

  Estelle Grelier (S&D), par écrit. – La résolution parlementaire envisagée pour tirer les leçons de l'accident nucléaire au Japon contenait des éléments très positifs en matière de sûreté des centrales, préconisant par exemple des «stress tests» menés de manière coordonnée au niveau européen par des entités indépendantes travaillant selon les normes les plus exigeantes et dans la plus grande transparence. De même, comme l'ensemble de la délégation socialiste française, j'ai soutenu les amendements favorables à une sortie du nucléaire pensée et préparée, tenant compte de la lutte contre le réchauffement climatique. Cette sortie du nucléaire devra aller de pair avec un investissement accru dans la recherche et l’innovation, pour réduire la dépendance énergétique et accroitre les énergies renouvelables dans le mix énergétique des États de l'Union européenne. J'ai cependant voté contre la proposition dans son ensemble car elle n'était qu'une juxtaposition de points de vue formant une proposition incohérente. La question de l'avenir d'un secteur aussi sensible que le nucléaire nécessite plus qu'une résolution «bricolée» suite à un événement catastrophique tel que celui de Fukushima. Il va maintenant falloir prendre le temps nécessaire pour organiser un débat réellement constructif, abordant l'ensemble des enjeux afférents tout en permettant à tous les avis d'être exprimés.

 
  
MPphoto
 
 

  Mathieu Grosch (PPE), par écrit. (DE) Cette résolution ne peut pas couvrir en détail tous les aspects du débat sur l’énergie nucléaire.

Cependant, je reste convaincu que nous devons viser à l’élimination progressive de cette source d’énergie et à l’utilisation d’énergies renouvelables dans une plus grande mesure.

L’amendement 10 proposait également que, dans le cas de centrales nucléaires situées dans des zones frontalières, les organes locaux et régionaux soient obligatoirement impliqués dans les décisions de part et d’autre de la frontière.

Cet amendement n’a pas été adopté. Alors que certains aspects de la résolution sont en effet positifs, l’amendement 10 a été décisif pour moi. C’est pourquoi j’ai décidé de ne plus soutenir cette résolution et de m’abstenir.

 
  
MPphoto
 
 

  Françoise Grossetête (PPE), par écrit. – Je salue le rejet de cette résolution par le Parlement européen.

Les leçons que nous devons tirer de l'après-Fukushima, c'est de préconiser la mise en place de tests de résistance, d'établir de nouvelles normes de sûreté communes dans l'UE et de nous prémunir contre tous les scénarios imaginables.

Cependant, la mise en place d'un moratoire sur les nouvelles centrales nucléaires pendant la période des tests de résistance dans l'UE n'est pas acceptable. Il constituera un frein au développement des installations de nouvelle génération beaucoup plus sûres.

La question n'est pas ici de savoir s'il faut remettre en cause le bien-fondé de cette énergie. Il ne s'agit pas ici de succomber aux valeurs idéalistes et obscurantistes de ceux qui voudraient bannir cette énergie.

Sortir du nucléaire, c'est garantir la promotion des centrales à charbon très polluantes, c'est retomber dans les mains des pétroliers, avec les aléas des cours du baril et l'énorme risque d'affaiblissement économique, c'est donc signer la fin de notre indépendance énergétique!

 
  
MPphoto
 
 

  Roberto Gaultieri (S&D), par écrit. (IT) J'ai voté contre la résolution commune en raison du rejet par cette Assemblée de deux amendements clés présentés par le groupe de l'Alliance progressiste des Socialistes et des Démocrates au Parlement européen sur l’élaboration de stratégies à moyen et à long terme pour l’abandon progressif de l'énergie nucléaire et la définition d'objectifs contraignants en matière d'énergie renouvelable.

Le vote contre la résolution entière par cette Assemblée met en lumière le fait que le problème nucléaire ne concerne plus simplement une amélioration de la sûreté. Il est à présent vital que nous commencions à réfléchir sérieusement à la question énergétique et à des investissements dans des énergies renouvelables. L’expérience tragique du Japon nous montre à quel point il est nécessaire de discuter en profondeur de l'énergie nucléaire. Dans cette optique, le vote du Parlement européen est le premier pas vers une réorientation des choix en matière de politique énergétique, tant à l'échelle européenne qu’à l’échelle internationale.

 
  
MPphoto
 
 

  Carl Haglund, Marit Paulsen, Olle Schmidt et Cecilia Wikström (ALDE), par écrit. (SV) La catastrophe qui a eu lieu au Japon a ravivé les préoccupations de la population concernant la sûreté nucléaire. Dans la résolution du groupe de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, nous avons insisté sur le fait que nous voulions rendre les tests de résistance proposés obligatoires pour les États membres, permettre à des experts indépendants de gérer la mise en œuvre des tests, et que ces tests soient transparents.

Nous nous sommes abstenus du vote sur la résolution commune, car elle contenait également une proposition de moratoire sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires pendant que les tests de résistance seront réalisés.

Tous les problèmes sont principalement liés aux réacteurs anciens basés sur des technologies anciennes, et non aux nouveaux réacteurs nucléaires basés sur des technologies nouvelles. Nous ne souhaitons pas interdire le développement de nouvelles technologies qui contribueront à l'objectif de l'Union de réduire ses émissions de dioxyde de carbone.

Nous sommes opposés à une interdiction du concept entier de l'énergie nucléaire. Après la catastrophe de Tchernobyl en 1986, la Suède a mis en place des règles qui ont rendue illégale la préparation à la construction de centrales nucléaires.

Nous pensons également que la Finlande et la Suède devraient investir dans la recherche sur l'énergie nucléaire et endosser un rôle prépondérant dans le développement de réacteurs nucléaires de nouvelle génération.

La conclusion qui peut être tirée de la catastrophe au Japon est que nous ne devons pas utiliser les centrales nucléaires pendant autant d'années. Cette catastrophe peut encourager à construire de nouveaux réacteurs nucléaires.

 
  
MPphoto
 
 

  Sandra Kalniete (PPE), par écrit. (LV) J’ai voté pour l’adoption de cette résolution et je déplore que le Parlement n’ait pas été capable de s’accorder sur une proposition de résolution unique concernant ce sujet d’actualité. Je considère que l’énergie nucléaire doit rester une source d’énergie européenne importante et sûre. J’appuie l’exigence de tests de résistance exhaustifs à mener dans toutes les centrales nucléaires tant existantes que planifiées, et de résultats satisfaisants qui constituent une condition préalable au maintien de leur exploitation. Je partage les inquiétudes exprimées dans cette proposition de résolution, à l’égard du développement de nouveaux projets nucléaires en Biélorussie et en Russie (l’oblast de Kaliningrad) considéré comme très préoccupants en matière de normes de sûreté nucléaire et de respect des obligations prévues par les conventions internationales, inquiétudes auxquelles les Européens, les États membres et la Commission européenne doivent répondre dans un esprit de solidarité. C’est la raison pour laquelle notre Union doit veiller à ce que ces tests de résistance et les normes de sécurité nucléaire qui seront définies en conséquence soient appliqués non seulement dans l’Union mais également dans les centrales nucléaires déjà construites ou encore à l’état de projet dans les pays voisins de l’Europe.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit. (LT) J’ai voté en faveur de cette résolution. À la suite de l’accident nucléaire au Japon, des milliers de personnes sont mortes ou ont disparu sans laisser de traces. Des dégâts matériels substantiels ont également été causés, et les conséquences auront des implications à long terme pour la santé de la population. Même maintenant, nous ressentons encore les conséquences de Tchernobyl et donc, aujourd’hui, nous devons réévaluer notre approche de la sûreté nucléaire dans l’Union et dans le reste du monde. Quant à l’amélioration des projets nucléaires, en Biélorussie et à Kaliningrad, les normes de sûreté nucléaire soulèvent de grandes préoccupations, tout comme le respect des obligations en la matière prévues par les conventions internationales, car ces problèmes ne concernent pas uniquement les États membres qui partagent des frontières avec ces régions, mais bien l’Europe dans son ensemble, et les entités de l’Union et la Commission européenne doivent agir de concert, selon le principe de subsidiarité. La résolution sur la stratégie de l’Union européenne pour la région de la mer Baltique et le rôle des macrorégions dans la future politique de cohésion soulignent qu’en raison du développement nucléaire prévu dans la région de la mer Baltique, les États membres de l'Union doivent respecter les normes environnementales et de sécurité les plus strictes, et que la Commission doit contrôler que la même approche et les mêmes conventions internationales sont suivies dans les pays voisins aux frontières extérieures de l'Union. Les centrales nucléaires en construction à proximité des frontières extérieures de l'Union doivent respecter les normes internationales de sûreté nucléaire et de protection de l'environnement. Aujourd'hui, l'efficacité énergétique et les économies d'énergie, les énergies renouvelables et durables, ainsi que la création de réseaux électriques d’ampleur européenne, ont pris une importance toute particulière. En outre, il est capital de disposer d'un réseau de distribution d’électricité intelligent permettant les apports d’installations décentralisées de production d’énergie.

 
  
MPphoto
 
 

  Giovanni La Via (PPE), par écrit. (IT) Le grave accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi le 11 mars 2011, conséquence du tremblement de terre et du tsunami qui a suivi, a causé des dégâts et des conséquences à long terme pour la santé par la contamination de l'environnement. Pour donner suite aux avertissements de l'Agence internationale de l'énergie atomique concernant l'état d'installations nucléaires à présent obsolètes, il semblerait nécessaire de définir des mesures permettant d'évaluer le niveau de sûreté des installations. La collaboration et la coordination entre les États membres sont cruciales, car les crises de ce type ont des répercussions non seulement pour les pays dans lesquels les centrales sont construites, mais également à une échelle plus grande. Les événements qui ont eu lieu montrent que, pour éviter des catastrophes de cette ampleur, l'Europe doit appliquer une série de mesures très strictes en vue d'évaluer les niveaux de sûreté actuels. La construction de nouvelles installations nucléaires en Biélorussie et en Russie exige que la Commission prenne des mesures et ouvre un dialogue avec ces pays, afin de garantir la sécurité non seulement de leurs pays voisins, mais de l'Europe dans son ensemble.

 
  
MPphoto
 
 

  Jörg Leichtfried (S&D), par écrit. (DE) En principe, je soutiens cette résolution parce qu'elle demande que l'on fasse un premier pas vers la suppression de l'énergie nucléaire dans toute l'Union européenne. Concernant la substance de cette résolution, toutefois, je dirais que – comme c’est le cas bien souvent avec des résolutions de ce type – il y en a trop peu et qu’on va trop lentement. En fin de compte, c’est le principe du plus petit dénominateur commun qui prévaut, ce qui ne peut certainement pas être satisfaisant à long terme. La seule solution correcte serait de renoncer complètement à l'énergie nucléaire dans toute l'Union européenne, et de le faire aussi rapidement que possible. Tous mes efforts iront dans ce sens.

 
  
MPphoto
 
 

  Bogusław Liberadzki (S&D), par écrit.(PL) En avril, nous avons voté la résolution commune sur les leçons à tirer de l'accident nucléaire au Japon pour la sûreté nucléaire en Europe. J'ai voté contre cette résolution car, outre les interdictions et le moratoire sur le développement de l'énergie nucléaire et la suggestion d'un retrait progressif de l'énergie nucléaire (qui est irréaliste), elle n'ajoute rien de positif, et elle ne donne aucune solution pour l'avenir de l'industrie énergétique en général. La situation après la tragédie de Fukushima a complètement changé la philosophie de l'approche de l'avenir de la production énergétique en Europe et en Pologne. Dans notre pays, l'industrie électrique, dont 95 % sont basés sur le charbon, a déjà souffert en conséquence de l'adoption du paquet législatif sur l'énergie et le changement climatique. Les investissements entrepris en vue de construire des centrales nucléaires ont également cessé. La résolution souligne uniquement l'importance d’énergies générées à partir de sources renouvelables qui, en Pologne, ne couvriraient que 13 %, tout au plus 20 %, de nos besoins. Par ailleurs, un référendum sur l'industrie nucléaire, suggéré par la gauche, doit encore se tenir en Pologne, et par conséquent, les conclusions tirées de cette résolution sont prématurées. Je me réjouis que la majorité ait voté contre la résolution.

 
  
MPphoto
 
 

  Petru Constantin Luhan (PPE), par écrit. (RO) Je pense que nous devons éviter de prendre des décisions politiques ambitieuses immédiates sur le rôle de l'énergie nucléaire dans la palette énergétique à moyen et à long terme. Il est important que nous dressions un tableau clair, fondé sur des données précises sur ce qui s'est passé à la centrale nucléaire de Fukushima. Nous ne devons pas perdre de vue les bénéfices de l'énergie nucléaire, dont les émissions de dioxyde de carbone sont faibles, qui implique des coûts relativement moins élevés, et qui garantit l'indépendance énergétique. Jusqu'à présent, l'énergie nucléaire a été la forme d'énergie la plus sûre, statistiquement parlant, avec le plus faible nombre de victimes d'accidents, si on la compare aux autres sources d'énergie (par exemple, le gaz et le pétrole). Il est également vital de respecter les décisions des États membres concernant la définition de la composition de leur propre palette énergétique. L'énergie nucléaire a un rôle important à jouer dans les objectifs que l'Union européenne s’est fixés pour sa stratégie Europe 2020 et la stratégie énergétique de la décennie en cours.

 
  
MPphoto
 
 

  Marian-Jean Marinescu (PPE), par écrit. (RO) J'ai voté contre la résolution sur la sûreté nucléaire en Europe à la suite de l'accident nucléaire au Japon. La raison de mon rejet est l'appel de la résolution à un moratoire sur le développement de nouvelles centrales nucléaires. Je pense que la production d'énergie nucléaire dans des conditions sûres est d'une importance primordiale. Je suis d'accord avec la réalisation de tests de résistance. Toutefois, je crois qu'imposer un moratoire pour une période indéfinie n'est pas approprié. Cette période peut se révéler extrêmement importante pour les centrales actuellement en développement, particulièrement du point de vue du financement. La structure de la palette énergétique relève de la responsabilité des États membres. C'est la raison pour laquelle je ne crois pas qu'une telle décision puisse être imposée au niveau européen.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J'ai voté contre cette résolution parce que les amendements adoptés nous ont laissé un texte qui accorde une attention insuffisante aux questions de la sûreté nucléaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Marisa Matias (GUE/NGL), par écrit. (PT) La catastrophe de Fukushima a rappelé à la planète que le risque zéro n'existe pas en matière d'énergie nucléaire. Le danger que fait peser l'énergie nucléaire sur l'humanité est absolument insoutenable, tout comme le sont les hauts niveaux du risque posé par les déchets produits. Par conséquent, nous devons aller plus loin pour garantir la sécurité et améliorer les tests de sûreté. Ces deux critères constitueraient une condition minimale pour obtenir un accord.

Aucune stratégie de sortie n'a encore été garantie en vue de changements réels dans la politique énergétique européenne, qui doit se préparer à des solutions de remplacement, et un abandon progressif permettra que l'industrie nucléaire en Europe soit peu à peu laissée de côté. J'ai voté contre cette résolution car je crois qu'aucune des hypothèses précitées n’est garantie.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – La catastrophe de Fukushima rappelle au monde qu'en matière de nucléaire, il n'y a pas de risque zéro. Le danger que l'énergie nucléaire fait peser sur l'humanité n'est pas soutenable. Il faut donc aller plus loin qu'une sûreté améliorée et des tests de sécurité. Il faut préparer tout de suite un plan européen de sortie du nucléaire. Sortir du nucléaire prend du temps. Ne pas commencer dès maintenant à organiser cette sortie est un crime contre l'humanité. Je ne soutiendrai pas cette résolution si les amendements prônant la sortie du nucléaire sont rejetés.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. (DE) Cette proposition de résolution sur la sûreté nucléaire en Europe était plus que nécessaire. Elle aborde tous les dangers posés par l'énergie nucléaire et j'espère qu'elle donnera l'élan nécessaire pour une refonte complète de l'utilisation de l'énergie nucléaire en Europe. Les nombreux amendements déposés par le groupe Verts/Alliance libre européenne étaient nécessaires pour aborder directement le large éventail de risques qui existent et pour appeler à un abandon rapide de l'utilisation de l'énergie nucléaire.

Étant donné ma conviction que l'homme ne réussira jamais à garder entièrement sous son contrôle les risques posés par les centrales nucléaires, je plaide en faveur de cet abandon rapide et j'ai soutenu les amendements dans ce sens. Vu que la proposition de résolution constitue finalement un pas dans cette direction, j'ai voté pour son adoption.

 
  
MPphoto
 
 

  Vital Moreira (S&D), par écrit. (PT) Lors du vote sur la résolution concernant la sûreté de l'énergie nucléaire à la suite de l'accident de Fukushima, j'ai voté contre le projet d'amendement relatif aux objectifs de réduction de CO2, et ce pour trois raisons: a) le problème n'est pas lié à la sûreté nucléaire; b) les objectifs fixés donnent une importance disproportionnée au rôle de l'Union dans la réduction unilatérale du CO2; c) une réduction de CO2 aussi ambitieuse – et en vérité, irréaliste – ne serait acceptable que si elle était combinée à une taxe CO2 sur les importations, ce qui pourrait gravement affecter la compétitivité de l'industrie européenne, et également pousser des sociétés européennes à délocaliser leur production dans des pays sans restrictions de CO2, avec des retombées graves sur l'économie et l'emploi de l'Union.

 
  
MPphoto
 
 

  Rareş-Lucian Niculescu (PPE), par écrit. (RO) J'ai voté contre la proposition commune de résolution sur les leçons à tirer de l'accident nucléaire au Japon pour la sûreté nucléaire en Europe, pour les raisons suivantes: au moins sept des amendements déposés sont irréalistes d'un point de vue scientifique; de nombreuses sections du texte ne sont que des effets de manche sans réelle substance, et ceux qui s'expriment contre l'énergie nucléaire ne présentent pas non plus de solutions de remplacement à son utilisation. Dernier point mais non des moindres, je me dois de souligner que je déplore le fait que le Parlement européen n'ait pas adopté de position à ce sujet. Toutefois, le type de position à adopter doit être équilibré, pragmatique et fondé sur des vérités scientifiquement documentées et des solutions réalistes.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit. (DE) Il est grand temps de repenser l'utilisation de l'énergie nucléaire en Europe. Nous devons maintenant commencer à prendre des mesures, à fermer les réacteurs dangereux et, à moyen terme, à trouver le moyen d'abandonner complètement l'énergie nucléaire. Nous devons rejeter une fois pour toutes la croyance déplacée que l'homme garde sous contrôle les dangers posés par l'énergie nucléaire. Par conséquent, j'ai voté en faveur de cette proposition de résolution.

 
  
MPphoto
 
 

  Alfredo Pallone (PPE), par écrit. (IT) J'ai voté en faveur de la résolution sur la sûreté nucléaire car, à la suite des récents événements au Japon, nous ne pouvons nous permettre de ne pas aborder la question de manière responsable et avec des critères objectifs. Je crois qu'il est important pour l'Europe de réexaminer ses règles de sécurité dans les installations nucléaires, afin de garantir des niveaux de sûreté absolus, pouvant être identifiés par des tests de résistance, qui mettront en évidence tous les risques et toutes les limites inhérents à l'utilisation de l'énergie nucléaire. La résolution en elle-même a pour objectif de montrer que, malgré tout, il est possible de tirer des leçons des catastrophes, et de réagir clairement et efficacement afin de garantir qu'elles ne surviennent plus à nouveau. Elle souligne également la nécessité de chercher des sources d'énergies alternatives, comme des énergies renouvelables, alors que l'énergie nucléaire demeure une source indispensable d'énergie à faible émission de carbone.

 
  
MPphoto
 
 

  Vincent Peillon (S&D), par écrit. – J’ai voté contre la résolution portant sur les leçons à tirer de l’accident nucléaire au Japon pour la sécurité nucléaire en Europe car il est de mon avis que la question de l’avenir du nucléaire, primordiale pour nos concitoyens, ne saurait être tranchée par notre assemblée en quelques heures sous le coup d'amendements adoptés sans véritable débat. Toutes les questions doivent être mises sur la table, aucune option ne doit être écartée, mais c'est justement pour cela que nous avons besoin de temps. Il en va de la crédibilité de notre assemblée comme du bien-être de nos concitoyens qui ne comprendraient pas - à raison - que nous les engagions sur des voies de long terme qui n'ont pas fait l'objet au préalable d'une discussion sereine et exhaustive, tenant compte des différentes situations nationales et des contraintes de notre combat commun contre le changement climatique. Je tiens enfin à déplorer que, à cause des extrémistes de tous bords, le Parlement n'ait pu se prononcer dès maintenant en faveur du renforcement immédiat de la sécurité des centrales, alors même qu'un consensus exigeant un maximum de sérieux, de transparence et d'indépendance dans les contrôles s'était dégagé dans nos rangs.

 
  
MPphoto
 
 

  Frédérique Ries (ALDE), par écrit. – Je suis fâchée que le Parlement européen ait rejeté, ce midi, la résolution sur une question aussi essentielle que les leçons à tirer de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Pour notre institution, il n'y aurait donc pas un avant et un après 11 mars 2011. Pourtant les signaux forts étaient là! Il n'était pourtant pas trop difficile de se mettre d'accord autour de principes simples:

– Un soutien à la Commission pour mener avec les États membres ces «tests de résistance» dans les 143 réacteurs nucléaires en activité en Europe;

– Un calendrier précis pour le 15 avril sur les critères retenus: indépendance de l'expertise, priorité donnée à la sécurité des sites nucléaires intrinsèquement plus dangereux car situés en zones sismique ou côtière, et communication au public des rapports de sécurité;

– Une fermeture immédiate des centrales qui ne réussiraient pas les «stress tests».

Les citoyens européens attendent de notre institution responsabilité et bon sens, surtout sur des sujets aussi polémiques que l'énergie atomique. Ce n'est peut-être finalement pas une mauvaise chose que le choix énergétique, et donc celui de la sortie ou non du nucléaire, reste une compétence exclusivement nationale.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) J'ai voté contre. Je suis extrêmement content que, finalement, le lobby pro-nucléaire ait échoué. Il est complètement incompréhensible que le groupe PPE et les autres aient voté contre en disant que le risque zéro n'existe pas, contre un abandon progressif à partir d’aujourd'hui, contre une évolution vers une économie basée sur des énergies renouvelables et efficace à pratiquement 100 % d'ici à 2050, contre un avenir sans nucléaire pour l'Europe, etc. Le texte final était absolument inacceptable, et je suis heureux que la majorité de cette Assemblée nous ait soutenus, nous les Verts, pour le rejet de la résolution commune.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit. (IT) Le grave accident nucléaire à la centrale de Fukushima-Daiichi le 11 mars dernier a causé la mort de milliers de personnes, ainsi que des dégâts matériels inimaginables à l'économie japonaise tout entière.

Ce carnage pousse chaque pays du monde à réexaminer sa position quant au recours à des technologies liées à l'énergie atomique. Malheureusement, dans de nombreux cas, ces choix sont accélérés en raison des événements tragiques récents, et des appels au démantèlement total et immédiat des installations nucléaires se font entendre de toutes parts.

L'Union reconsidère depuis quelque temps son approche de la sûreté nucléaire dans son ensemble, mais il est important de tenir compte du fait que cette technologie continuera à faire partie de la palette énergétique de plusieurs États membres pendant encore de nombreuses années. À l’avenir, il nous sera possible de subvenir à nos besoins énergétiques en nous approvisionnant à des sources d'énergies renouvelables, mais ce n'est pas encore le cas, et ce ne le sera pas avant longtemps.

Pour les installations nucléaires, je suis favorable à des mesures de sécurité plus restrictives, analogues aux règles applicables pour les installations de dernière génération. Toutefois, je crois que l'option d’arrêter la production d'énergie nucléaire du jour au lendemain est à la fois irréfléchie et absurde. Ce choix est davantage dicté par l'émotion que par le réel besoin, et il pourrait mettre à genoux les économies des plus grandes nations industrialisées du monde.

 
  
MPphoto
 
 

  Oreste Rossi (EFD), par écrit.(IT) Après la catastrophe nucléaire qui a frappé le Japon, nous n'avons pas d'autre option que de réexaminer le plan énergétique européen. Nous devons accorder une attention particulière aussi bien aux centrales nucléaires déjà en activité qu’à celles qui sont en projet. L'Union européenne a déjà prévu de mener des tests de résistance sur toutes les centrales, y compris celles des pays voisins qui entretiennent des relations avec l'Union.

Cette résolution prévoit également un moratoire sur la construction de nouvelles centrales pour permettre une évaluation appropriée des risques associés. Nous devons être conscients que dans les décennies à venir, de nombreux pays dépendront encore de l'énergie nucléaire mais, en même temps, nous ne pouvons pas permettre que les centrales en Europe posent un risque pour la population. Les centrales qui ont été construites avant 1980 doivent être mises hors service.

Dans certains pays, en Italie par exemple, des évaluations sont réalisées afin de décider s'il convient ou non de renoncer à l'énergie nucléaire, et il est essentiel de mettre en œuvre des décisions communes, également, au niveau européen. Ce qui est incroyable, c'est que le Parlement européen n'ait pas été capable de se prononcer sur une question telle que celle dont nous débattons aujourd'hui: une question importante et qui préoccupe profondément nos concitoyens. En fait, toutes les résolutions ont été rejetées, y compris la résolution commune, que nous avons appuyée.

 
  
MPphoto
 
 

  Marco Scurria (PPE), par écrit.(IT) Lors d'une discussion, il y a quelques jours, au cours d'une réunion d'industriels, le ministre italien des finances, M. Tremonti, a trouvé une nouvelle expression: la «dette nucléaire». Les États membres qui ont investi dans l'énergie nucléaire sont ceux où le niveau de la dette publique est le plus élevé. Combien cela coûte-t-il de fermer les centrales de première et de deuxième générations? Combien coûtent les tests de résistance dont nous discutons longuement aujourd'hui? Quand on observe qu'une centrale ne résiste pas, combien cela coûte-t-il de la rendre résistante? En outre, combien cela coûte-t-il de se débarrasser des déchets radioactifs? Personne ne nous l’a encore dit

En tant qu'Union européenne, nous pourrions commencer à réfléchir à différentes options à présenter aux États membres. En outre, vu que la Commission devra nous fournir une feuille de route, pourquoi ne pas commencer à penser aux investissements réels dans l'énergie nucléaire de quatrième génération – nucléaire propre ou fusion – ou même commencer à envisager un plan énergétique global? Nous attendons de la communication de la Commission qu'elle esquisse une feuille de route à ce sujet et qu'elle tente enfin de donner à l'Union européenne une orientation claire dans ce secteur.

 
  
MPphoto
 
 

  Debora Serracchiani (S&D), par écrit.(IT) L'accident nucléaire de la centrale de Fukushima a provoqué une énorme catastrophe, et la contamination radioactive affecte également beaucoup de gens qui ne se trouvaient pas à proximité de la centrale et qui ont été blessés. Beaucoup d'hôpitaux refusent de les admettre et de les traiter à cause du risque de contamination.

Bien que le Premier ministre japonais ait annoncé que la centrale de Fukushima sera mise hors service, la situation reste sans solution: le système de refroidissement de l'un des réacteurs est hors d'usage et une quantité considérable de radioactivité est relâchée dans l'environnement. Dans ce contexte, il est important de garantir que toute l'aide humanitaire et financière nécessaire sera bien apportée, et de fixer des règles de sécurité internationales aussi fiables que possible, afin d'éviter à l'avenir d'autres catastrophes comme celle du Japon.

J’ai donc voté contre la résolution, car elle omettait les amendements invitant les États membres à élaborer des stratégies possibles d'abandon du nucléaire et à informer immédiatement les autorités transfrontalières régionales et locales de leurs programmes nationaux si la mise en œuvre de ceux-ci pouvait avoir un effet transfrontalier.

 
  
MPphoto
 
 

  Peter Skinner (S&D), par écrit. (EN) Bien que cette période soit difficile, juste après les énormes problèmes de sûreté nucléaire au Japon, l’énergie nucléaire contribue toujours de manière prépondérante à l’approvisionnement énergétique dans l’Union et dans le monde. Les opinions formulées par les membres de cette Assemblée qui cherchent à forcer à une fermeture rapide et à un abandon de la politique en la matière, ont rendu très difficile pour des raisons pragmatiques le vote des éléments de ce rapport au lieu de permettre une approche pro- ou anti-nucléaire en particulier. Je ne pouvais pas soutenir les amendements «agressifs» qui auraient pu mettre en péril la politique d’approvisionnement énergétique en faveur d’une approche «mixte» menant à une réduction des émissions de CO2 et à une éventuelle croissance des énergies renouvelables.

 
  
MPphoto
 
 

  Bart Staes (Verts/ALE), par écrit. (NL) Nous n’avons pas obtenu d’accord, aujourd’hui, sur cette résolution dont l’objectif était de tirer les leçons de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Depuis des années, le groupe Verts/Alliance libre européenne plaide pour l’abandon de l’énergie nucléaire, parce que les risques élevés pour l’humain et pour l’environnement sont inacceptables et parce qu’il existe plus de solutions de remplacement qu’il n’en faut. Fukushima l’a particulièrement démontré. Il est à déplorer que le groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens) et le groupe de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe persistent à croire au rêve nucléaire, même si, comme l'ont à présent montré clairement le Japon et Tchernobyl, il finira par tourner au cauchemar. Malgré cela, beaucoup de gens ne veulent toujours pas se réveiller et sortir de leur mauvais rêve nucléaire.

La seule véritable manière de garantir une énergie nucléaire sûre est de renoncer à l’énergie nucléaire. L'amendement qui appelait à l'abandon progressif de l'énergie nucléaire a été rejeté. Une majorité au sein de cette Assemblée semble ne pas comprendre qu’il est parfaitement faisable du point de vue technique et économique, sur une période de 40 ans, de générer notre électricité de manière complètement durable grâce à des mesures telles que l'efficacité énergétique et l’exploitation du soleil, du vent, de l'énergie géothermique, de l’eau et de la biomasse. Pour l'instant, le lobby du nucléaire semble gagner du terrain. Par conséquent, j'ai voté «non» lors du vote final.

 
  
MPphoto
 
 

  Catherine Stihler (S&D), par écrit. (EN) J'ai voté contre la résolution lors du vote final car je crois que nous devons mener un débat sur ce sujet dans le contexte de la stratégie énergétique globale de l'Union, et non dans le contexte de la tragédie nucléaire japonaise.

 
  
MPphoto
 
 

  Michèle Striffler (PPE), par écrit. – L'accident nucléaire en cours au Japon doit nécessairement conduire à une réflexion approfondie sur les centrales présentes en France et en Europe. Il est nécessaire de procéder à des tests de résistance («stress tests») sur toutes les centrales nucléaires en activité, en particulier lorsqu'elles se situent dans des zones d'activités sismiques. Je pense notamment à la centrale de FESSENHEIM dans le Haut Rhin. Par ailleurs, je considère qu'imposer un moratoire non limité dans le temps sur la construction et la mise en service de nouveaux réacteurs nucléaires, n'est pas une solution viable économiquement et mettrait en péril de nombreux emplois tout en affaiblissant dangereusement notre production d'énergie.

 
  
MPphoto
 
 

  Silvia-Adriana Ţicău (S&D), par écrit. (RO)J'ai voté pour cette résolution du Parlement européen sur les leçons à tirer de l'accident nucléaire au Japon pour la sécurité nucléaire en Europe, car son objectif est de renforcer la sûreté nucléaire dans l'Union et non d'interdire la production et l'utilisation de l'énergie nucléaire. C'est la raison pour laquelle j'ai voté contre tous les amendements visant à supprimer l'énergie nucléaire de la palette énergétique de l'Europe. Bien que je n'aie pas voté pour l'imposition d'un moratoire sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, j'ai eu le sentiment que, si un tel moratoire était imposé, il devrait se limiter uniquement à la période des «tests de résistance» que vont subir les réacteurs nucléaires dans l'Union. Cela permettrait que la construction de nouveaux réacteurs bénéficie des conclusions des tests de résistance, en garantissant que la sûreté nucléaire sera renforcée.

Actuellement, l'énergie nucléaire représente 30 % de la palette énergétique de l'Europe. L'Union européenne dépend dans une large mesure de la palette énergétique des États membres pour atteindre son objectif des «20-20-20». Nous ne pouvons pas décider d'abandonner l'énergie nucléaire sans décider quelles sources d'énergies renouvelables seront disponibles et pourront satisfaire à la demande énergétique de l'Union dans les années qui viennent, à des prix abordables pour les citoyens. L'Union européenne doit investir dans les mesures d'efficacité énergétique, en particulier dans les bâtiments et les transports, ainsi que dans le recours à des sources d'énergies renouvelables.

 
  
MPphoto
 
 

  Traian Ungureanu (PPE), par écrit. (EN) La crise nucléaire au Japon a donné lieu à un certain nombre d'idées qui équivalent à un tsunami d’irrationalité. L'énergie nucléaire est à présent diabolisée et la pression augmente pour exiger un passage complet du nucléaire à des sources d'énergies prétendument alternatives. Mais ce courant de pensée est proche de la superstition pure et simple. Le réacteur nucléaire de Fukushima a été frappé par une combinaison sans précédent de catastrophes. Cela prouve que la nature est imprévisible et que les tsunamis ne peuvent pas être exclus, mais cela ne prouve pas que l'énergie nucléaire soit en faute. L'énergie nucléaire est traditionnellement plus sûre que toute autre source d'énergie. Alors que le pétrole peut générer exploitation, dépendance, guerres et dictatures, l'énergie nucléaire est historiquement bien plus sûre. Notre préoccupation principale en matière d'énergie nucléaire devrait en fait concerner les procédures d'analyse de risque et de sûreté unitaire au niveau européen. Si ces critères sont suivis et respectés, l'énergie nucléaire pourrait mettre un terme ou sérieusement limiter les politiques de dépendance énergétique. Et bien que les catastrophes naturelles ne puissent pas être évitées, l'énergie nucléaire ne représente pas un risque important en soi. Le réel danger ne vient pas de réacteurs nucléaires bien entretenus, mais de réacteurs nucléaires soumis au mauvais contrôle politique. Autrement dit, regardez du côté de l'Iran et pas du Japon.

 
  
MPphoto
 
 

  Derek Vaughan (S&D), par écrit. (EN) Je pense que cette résolution était une réaction impulsive face à la situation tragique au Japon, et elle n'a pas donné assez de temps aux débats sur les questions relatives à la sûreté des centrales nucléaires dans l'Union. L'énergie nucléaire est une source vitale d'énergie dans toute l'Europe: certains États membres tirent au moins 75 % de leur électricité de l'énergie nucléaire, et un contrôle de la sûreté des centrales nucléaires devrait être une priorité, notamment par des tests de résistance effectués sur les centrales existantes. La situation au Japon ne doit pas entraîner la fermeture de centrales en activité là où aucun problème de sûreté ne se pose, ni empêcher l'ouverture de nouvelles installations nucléaires pour remplacer les centrales obsolètes. Il nous faut un débat responsable sur ces questions, un débat qui permette de veiller à l'équilibre de la palette des énergies renouvelables et des autres sources d'énergies sobres en carbone, et à ce que les lumières restent allumées dans toute l'Europe.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0237/2011 (Leçons à tirer de l’accident nucléaire au Japon pour la sûreté nucléaire en Europe)

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) Après le rejet de la proposition de résolution commune, j'ai voté en faveur de ce texte qui, bien qu’imparfait, a trouvé un bon équilibre entre la sûreté nucléaire et une approche pragmatique de la question.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0242/2011 (Leçons à tirer de l’accident nucléaire au Japon pour la sûreté nucléaire en Europe)

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J’ai voté pour cette résolution du groupe Verts/ALE parce que toutes les autres résolutions sur le sujet avaient été rejetées. Je l’ai soutenue pour appuyer les recommandations sur la sûreté mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec les sentiments anti-nucléaires plus extrêmes qu’elle formule.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0243/2011 (Leçons à tirer de l’accident nucléaire au Japon pour la sûreté nucléaire en Europe)

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J’ai voté contre cette résolution que j’estime presque naïvement pro-nucléaire.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0249/2011 (Situation en Syrie, à Bahreïn et au Yémen)

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. (LT) J'ai voté en faveur de cette résolution. Des manifestants à Bahreïn, en Syrie et au Yémen ont exprimé des aspirations démocratiques légitimes et une forte demande populaire de réformes politiques, économiques et sociales visant à réaliser une véritable démocratie, à lutter contre la corruption, à garantir le respect de l'état de droit, des droits de l'homme et des libertés fondamentales, à réduire les inégalités sociales et à créer de meilleures conditions économiques et sociales. Les gouvernements de ces pays ont répondu aux aspirations légitimes du peuple par une répression violente, des arrestations arbitraires et de la torture, avec pour conséquence de nombreux morts, blessés et personnes emprisonnées. La violence employée par les gouvernements de ces pays contre leur propre population doit avoir des répercussions directes sur les relations bilatérales avec l'Union européenne. L'Union peut, et doit, utiliser de nombreux instruments pour décourager de tels actes, comme le gel d’avoirs, l'interdiction de voyager, etc. L'Union doit réexaminer sa politique vis-à-vis de ces pays, et faire un usage complet et efficace du soutien actuel accordé par l'instrument européen de voisinage de partenariat, l'instrument européen pour la démocratie et les droits de l'homme et l'instrument de stabilité, afin d'assister d'urgence les pays et les sociétés civiles au Moyen-Orient et dans le Golfe, dans leur transition vers la démocratie et le respect des droits de l'homme.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Bennahmias (ALDE), par écrit. – La Tunisie, l'Égypte et la Libye ont été au cœur de l'actualité en ce début d'année 2011. Il reste que les aspirations à la démocratie ne sont pas l'apanage de ces seuls États. Des mouvements massifs ont également vu le jour au Bahreïn, au Yémen comme en Syrie. Bien malheureusement, là aussi, les autorités en place ont répondu sous le prisme de la répression et de la violence. C'est intolérable. Or l'usage de la violence par un État contre sa propre population ne peut rester sans conséquence pour l'Union européenne dans le cadre de ses relations bilatérales. Par cette résolution, l'Union européenne soutient le peuple syrien dans son aspiration à lever véritablement l'état d'urgence en place depuis 1963, exprime sa solidarité avec l'ensemble des peuples de ces pays et invite l'Union européenne à redéfinir ses relations en fonction de l'évolution des réformes.

 
  
MPphoto
 
 

  Cristian Silviu Buşoi (ALDE), par écrit. (RO) Je pense que l'Union européenne doit plus que jamais encourager les valeurs démocratiques et montrer sa solidarité avec les peuples des pays du sud de la Méditerranée dans leur aspiration à une société démocratique.

La situation dans les pays arabes me rappelle la chute des régimes communistes en Europe centrale et orientale. Nous aussi nous avons traversé des événements similaires et nous pouvons comprendre les exigences de ces peuples, et il est donc de notre devoir moral de montrer notre solidarité avec eux.

Les manifestations qui ont eu lieu dans ces pays ces dernières semaines prouvent clairement que les régimes non démocratiques ne répondent pas aux attentes de la population et qu'ils ne peuvent offrir à ces sociétés la stabilité politique et la prospérité.

La haute représentante et la Commission doivent s'opposer fermement à l'usage de la violence à l’encontre des manifestants et faire pression sur les autorités en Syrie, au Yémen et à Bahreïn pour qu'elles s'engagent dans la voie d'un dialogue politique constructif, avec pour objectif de résoudre la situation.

En outre, je pense que la conclusion de l'accord d'association entre l'UE et la Syrie doit être subordonnée au désir des autorités syriennes d'entreprendre des réformes visant à établir la démocratie. L'Union dispose de cet instrument et je crois qu'elle doit l’employer autant que possible pour soutenir la mise en place de la démocratie dans les pays arabes.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. (PT) Les récentes manifestations dans plusieurs pays arabes montrent que les régimes non démocratiques et autoritaires ne peuvent pas garantir une stabilité crédible, et que les valeurs démocratiques jouent un rôle essentiel dans les partenariats économiques et politiques. J'appelle les autorités à Bahreïn, en Syrie et au Yémen à respecter le droit international en matière de droits de l'homme et de libertés fondamentales. Il est vital qu'elles entament dès que possible un processus ouvert et significatif de dialogue politique impliquant toutes les forces politiques démocratiques et la société civile, avec pour objectif de préparer la voie à une véritable démocratie, à la levée des états d'urgence, et à la mise en œuvre de véritables réformes ambitieuses et significatives aux niveaux politique, économique et social, qui sont essentielles pour la stabilité et le développement à long terme.

 
  
MPphoto
 
 

  Corina Creţu (S&D), par écrit. (RO) Le Bahreïn risque de devenir le théâtre d'une confrontation entre l'Iran et l'Arabie Saoudite. Dans une telle situation, nous ne pouvons pas négliger l'aspect religieux des développements dans la région, à une époque où l'opposition chiite est soutenue par l'Iran, alors que la dynastie sunnite bénéficie du soutien des monarchies de la région. En outre, les liens étroits entre l'Iran, la Syrie, le Hamas et le Hezbollah, ainsi que les tensions religieuses entre les Sunnites et les Alaouites en Syrie, devraient nous inciter à la prudence, car le risque est élevé que l'escalade de la violence pousse également la Syrie vers une guerre civile, avec des interférences extérieures. Le massacre de Hama en 1982, qui a fait 20 000 victimes syriennes, constitue un avertissement tragique à cet égard, tout comme les échecs en Somalie, en Afghanistan et en Irak concernant la façon dont l'Occident doit agir dans une région dont les caractéristiques distinctives ne peuvent pas être ignorées. Je crois que nous devons renforcer la diplomatie et réduire les forces armées, nous inquiéter davantage de la défense des droits de l'homme et de la protection des civils et moins du potentiel électoral des interventions extérieures, ainsi que porter davantage d’attention à la pauvreté et à la corruption dont ces sociétés sont victimes, en particulier au Yémen.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. (PT) J'ai voté en faveur de cette résolution car je condamne la répression violente des manifestants pacifiques, exercée par les forces de sécurité à Bahreïn, en Syrie et au Yémen. Je tiens à exprimer mon soutien et ma solidarité avec les peuples de ces pays qui, motivés par des aspirations démocratiques légitimes, font preuve d'un grand courage et d'une puissante détermination.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) La Syrie, le Bahreïn et le Yémen ont été ébranlés par des manifestations, qui ont été sauvagement réprimées. J’appelle ces gouvernements à entamer un dialogue fructueux avec les manifestants. La violence infligée à ces peuples ne les empêchera pas indéfiniment de réclamer ce qu’ils estiment leur appartenir de plein droit. Elle ne fera que retarder le moment où ils exerceront ces droits, rendre les positions plus extrêmes et encourager à des réactions plus exigeantes à l’avenir. Machiavel lui-même, qui a conclu qu’il préférable d’être craint qu’aimé, a averti les princes du monde qu’il était inutile et dommageable de se faire haïr. Il vaudrait mieux que les autorités des ces États entreprennent les réformes appropriées et permettent à leurs ressortissants de bénéficier des normes de démocratie, de liberté et de justice les plus élevées dans le monde.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) L’exemple montré à travers son existence confère à l’Union européenne la mission historique de s’exprimer contre toutes les violations des droits de l’homme et de lutter pour le droit des peuples à l’autodétermination, tant par la dénonciation que par l’aide au développement. La situation actuelle à Bahreïn – qui revêt une importance stratégique pour l’équilibre dans le Golfe – et qui, sous une apparente normalité, est très tendue, notamment par la détention continuelle de personnes uniquement accusées de violer le droit à la liberté d’expression. En Syrie, des manifestations dans plusieurs villes ont été brutalement réprimées malgré les appels de l'Union au respect des droits à la liberté d'expression et de se réunir librement. Enfin, au Yémen la situation est extrêmement inquiétante et a déjà fait l'objet d'une condamnation par l'UE en raison de la répression de manifestants, à laquelle nous ne pouvons rester indifférents. Par conséquent, je suis d'accord avec les mesures proposées dans cette résolution, notamment avec la condamnation des responsables des massacres dans ce pays, et j'espère qu'elles auront un effet aussi rapide que possible afin que l'humiliation de leurs populations puisse prendre fin. Je me réjouis également de l'initiative d'appeler la commission des droits de l'homme des Nations unies à condamner ces violations des droits fondamentaux.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit. (PT) Nous sommes face à un autre exemple de l'hypocrisie de la majorité de ce Parlement. Tout d'abord, parce qu'elle regroupe des situations différentes et des pays différents au sein de la même résolution. Elle le fait intentionnellement, en proposant un «dialogue» de transition pour aider les alliés (Bahreïn et Yémen), et mettre sous pression ceux qui ne défendent pas ses intérêts (Syrie). En Libye la situation est très différente: le dialogue y a été remplacé par l'agression militaire, ce qui a ruiné toute chance de solution pacifique au conflit. Les objectifs sont clairs: camoufler les mouvements de troupes venant d'Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis vers le Bahreïn afin d'y assister le régime oligarchique, avec le soutien des États-Unis – un pays dont la 5e flotte, celle qui inclut le golfe Persique, a son QG à Bahreïn – et de réprimer la lutte pour le changement social et la démocratie du peuple bahreïnien. La même chose se passe au Yémen, où on part à la rescousse d'un régime qui réprime violemment son peuple et sa lutte pour le changement démocratique et de meilleures conditions de vie, afin de protéger un allié dans la prétendue «guerre contre le terrorisme».

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit. (PT) Cette résolution est un autre exemple de l'hypocrisie de la majorité du Parlement. Pour commencer, parce qu'elle regroupe des situations différentes et des pays différents au sein de la même résolution. Elle fait cela intentionnellement, en proposant un «dialogue» de transition pour aider les alliés (Bahreïn et Yémen), et mettre sous pression ceux qui ne défendent pas leurs intérêts (Syrie). Pourrait-on se demander pourquoi ce n’est pas le «dialogue» qui a été défendu en Libye, au lieu de bombardements?

Les objectifs sont clairs: camoufler les mouvements de troupes venant d'Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis vers le Bahreïn afin d'y assister le régime oligarchique, avec le soutien des États-Unis – un pays dont la 5e flotte, celle qui inclut le golfe Persique, a son QG au Bahreïn – et pour réprimer la lutte pour le changement social et la démocratie du peuple bahreïnien.

La même chose se passe au Yémen, où on part à la rescousse d'un régime qui réprime violemment son peuple, et sa lutte pour le changement démocratique et de meilleures conditions de vie, afin de protéger un allié dans la prétendue «guerre contre le terrorisme».

On peut à présent observer une tentative de dissimulation des interférences extérieures en Syrie, par le financement et l'armement de ce que l'on appelle des «manifestations pacifiques» dans un pays qui a adopté une attitude anti-impérialiste en condamnant la politique d'Israël et des États-Unis dans la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit. (LT) J'ai voté en faveur de ce document, parce qu’à la suite d’événements similaires dans d’autres pays arabes, les manifestants à Bahreïn, en Syrie et au Yémen ont exprimé des aspirations démocratiques légitimes et de fortes demandes populaires de réformes politiques, économiques et sociales visant à réaliser une véritable démocratie, à lutter contre la corruption et le népotisme, à garantir le respect de l'état de droit, des droits de l'homme et des libertés fondamentales, à réduire les inégalités sociales et à créer de meilleures conditions économiques et sociales. Par conséquent, l'Union européenne et ses États membres doivent soutenir les aspirations démocratiques pacifiques du peuple à Bahreïn, en Syrie et au Yémen, et les gouvernements de ces pays ne doivent pas réagir en intensifiant une répression violente. Il est impossible de justifier des crimes aussi graves que les exécutions extrajudiciaires, les enlèvements et les disparitions, les arrestations arbitraires, la torture et les jugements inéquitables.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J’ai voté en faveur de cette résolution. Je crois que l'Union doit réévaluer ses relations bilatérales avec la Syrie, le Bahreïn et le Yémen, à la lumière de leur répression violente des manifestants, et les pourparlers sur le futur accord d'association avec la Syrie doivent être suspendus. Je m'inquiète également de la présence de troupes internationales à Bahreïn et je demande une enquête sur le décès de 54 manifestants au Yémen.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – Le deux poids deux mesures continue de régner sur la politique extérieure de la majorité qui gouverne l'UE. Cette résolution en est le parfait exemple. Elle met en cause très justement Ali Asbullah Saleh et Bashar al Assad, mais ne fait pas de même pour le souverain du Bahreïn. Les morts et les blessés victimes de la répression des gouvernements du Yémen et de Syrie sont rappelés, pas ceux du Bahreïn. Rien ne justifie de tels égards. Je refuse de soutenir ce texte hypocrite qui, sous prétexte de condamner les uns, amnistie les autres.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) La Syrie, le Bahreïn et le Yémen se sont trouvés aux prises avec une série de révoltes populaires qui sont réprimées par la force. Selon moi, ce n'est pas la meilleure manière d'aborder la situation, car la violence n'engendre que plus de violence. Les gouvernements de ces pays doivent chercher des moyens d'engager le dialogue avec les meneurs des manifestations pour être en mesure de progresser vers des niveaux de compréhension qui éviteront des morts et des bains de sang. Les autorités de ces États devraient se soucier d'entreprendre des réformes concrètes qui permettront à leurs concitoyens d'accéder à la démocratie, à la liberté et à la justice, à l'instar de ce qui existe dans la plupart des pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit. (PT) J'ai voté en faveur de cette résolution car je crois que l'Union européenne se trouve dans une position qui lui permet, grâce à la diplomatie, d'encourager un processus de changement démocratique et pacifique à Bahreïn, au Yémen et en Syrie. Je suis dans le même camp que les peuples de ces pays qui réclament, comme nous tous, de meilleures conditions économiques, la réduction des d'inégalités sociales, la lutte contre la corruption et le népotisme, la mise en œuvre des réformes démocratiques et la garantie des droits de l'homme fondamentaux.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) Je vote pour. Je soutiens cette demande du Parlement européen qui condamne fermement la répression violente par les forces de sécurité des manifestants pacifiques à Bahreïn, en Syrie et au Yémen, et adresse ses condoléances aux familles des victimes; qui exprime sa solidarité avec les populations de ces pays, salue leur courage et leur détermination, et soutient fermement leurs aspirations démocratiques légitimes. Elle invite également les autorités de Bahreïn, de Syrie et du Yémen à ne pas faire usage de la violence contre les manifestants et à respecter leurs droits à la liberté d'expression et de se réunir librement; condamne l'ingérence des autorités à Bahreïn et au Yémen dans la fourniture de traitements médicaux ainsi que le refus et la restriction d'accès aux établissements de santé; souligne que les personnes responsables des décès et des blessures causés devraient être tenues de rendre des comptes et être traduites en justice; et demande aux autorités de libérer immédiatement tous les prisonniers politiques et toutes les personnes détenues du fait des actes pacifiques auxquels elles se sont livrées dans le cadre des manifestations.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) L'état actuel de la situation dans plusieurs pays africains, et également à Bahreïn, en Syrie et au Yémen, est le résultat de l'aspiration légitime des peuples à des réformes politiques, économiques et sociales visant à réaliser une véritable démocratie. Il est bien connu que des lois répressives qui limitent les citoyens dans l'exercice de leurs droits civils et politiques ont toujours été en vigueur dans ces pays. En conséquence, nous pouvons observer un désir fort de réformes politiques et sociales au sein du peuple.

Malheureusement, les gouvernements réagissent à ces demandes légitimes par la répression violente et l'application de lois antiterroristes ayant pour but de justifier l’exécution extrajudiciaire, la torture, l’enlèvement et la disparition de nombreux manifestants. Aujourd'hui, le nombre de décès, de victimes et d'arrestations en Syrie, à Bahreïn et au Yémen est extrêmement élevé. L'usage excessif de la force par les gouvernements contre les manifestants a violé chacune des conventions internationales sur les droits civils et politiques.

Je m'associe au rapporteur pour condamner la répression violente des manifestants pacifiques par les forces de sécurité dans ces pays, qui ont écrasé leurs aspirations démocratiques légitimes. Nous devons exprimer notre complète solidarité et soutenir le courage et la détermination dont ces peuples font preuve devant le monde entier.

 
  
MPphoto
 
 

  Traian Ungureanu (PPE), par écrit. (EN) La situation en Syrie, à Bahreïn et au Yémen est un processus dont le cours est imprévisible et non une marche sanglante mais inéluctable vers la démocratie. Le contexte politique en Syrie et au Yémen est depuis longtemps autoritaire ou purement et simplement dictatorial. Cependant, cela ne fait pas de l'opposition une solution de remplacement complètement démocratique. En particulier au Yémen, régime fragmenté et désordonné, les forces qui se réunissent sous la bannière de l'opposition accueillent ou laissent le champ libre aux forces terroristes ou antidémocratiques radicales. Par le passé, la «stabilité» dans la politique étrangère pour le Moyen-Orient ressemblait à s'y méprendre à de l'inaction ou à un statu quo. Ce n'était certainement pas un concept surévalué. À présent il pourrait être sous-évalué. L'intérêt européen et plus largement l'intérêt démocratique seraient mieux servis par une approche rationnelle dépourvue d'émotion. Le besoin de démocratie dans les pays qui ont une longue histoire d’oppression politique ne devrait pas mettre en péril le futur processus démocratique. Cela ne signifie pas que les régimes d’Assad et de Saleh doivent être soutenus, mais que la solution réside dans une stratégie de sortie négociée plutôt que dans un changement de régime violent et incontrôlé. La prudence et des politiques lucides sont beaucoup plus appropriées dans des pays et des régions qui pourraient passer d'un système d'oppression à un autre.

 
  
MPphoto
 
 

  Marie-Christine Vergiat (GUE/NGL), par écrit. – Le Parlement européen a voté le 7 avril une résolution demandant la réévaluation des relations de l'UE avec la Syrie, le Bahreïn et le Yémen pour tenir compte des soulèvements populaires dans ces pays. Je ne pourrai qu'applaudir des deux mains si je pensais que telle était réellement l'intention des institutions européennes. L'élément fort de cette résolution consiste à demander «la suspension des négociations sur la signature de l'accord d'association entre l'Union européenne et la Syrie, qui n'est pas encore conclu» et que «la conclusion d'un tel accord dépendent de la capacité des autorités syriennes de mener à bien, de façon tangible, les réformes démocratiques attendues». Dont acte. Mais je ne peux m'empêcher de remarquer, et la résolution elle-même l'admet, que «la signature de cet accord est reportée depuis octobre 2009 à la demande de la Syrie». On ne peut donc que s'interroger sur la force pratique de cette déclaration. Je me suis donc abstenue sur ce texte.

 
  
MPphoto
 
 

  Dominique Vlasto (PPE), par écrit. – Ce vote de notre Assemblée, qui fait suite à plusieurs résolutions depuis la révolution du jasmin en Tunisie, est la preuve que les événements dans le monde arabe constituent une vague dont personne ne peut prédire l'ampleur ni la durée. Certes, la situation est différente pour chacun des pays, mais sur le fond, ces mouvements populaires sont la manifestation d'un désir inébranlable de démocratie, de liberté et de justice. L'Union ne peut tolérer que les revendications populaires légitimes, qui s'expriment pacifiquement, soient réprimées dans la violence, qui apparaît malheureusement comme l'unique réponse de régimes aux abois. La voix de l'Europe, notamment à travers la haute représentante/vice-présidente de la Commission, doit se faire entendre fermement pour affirmer son soutien aux manifestations citoyennes, qui demandent que les valeurs fondamentales promues et défendues par l'Union soient respectées dans ces pays. Notre Parlement, considéré comme un temple de la démocratie doit rappeler sa solidarité envers ces peuples et les soutenir sur le chemin de la transition démocratique. Une révision de nos relations avec les pays du Maghreb, du Proche et du Moyen Orient s'avère par conséquent indispensable pour qu'ensemble, nous parvenions à construire un espace de stabilité, de paix et de prospérité.

 
  
  

- Proposition de résolution RC-B7-0228/2011 (quatrième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit.(PT) Je vote en faveur de cette proposition de résolution. Il m’apparaît important d’améliorer l’efficacité de l’aide au développement et nécessaire de mener une politique de soutien cohérente dans des domaines tels que la coopération en matière de commerce et de développement, le changement climatique, l’agriculture, etc. L’Union doit adopter une position commune à l’égard des pays les moins avancés (PMA), et ne devrait pas laisser des crises économiques et financières compromettre le développement de partenariats avec les PMA. Il est essentiel que soit réaffirmé, au cours de cette conférence, l’engagement international à répondre aux besoins spécifiques des PMA, s’agissant de la viabilité du développement dans l’ensemble de ses aspects économiques, sociaux et environnementaux, et à accompagner ces pays dans leurs efforts d’éradication de la pauvreté.

 
  
MPphoto
 
 

  Roberta Angelilli (PPE), par écrit.(IT) Avant la conférence d’Istanbul de mai, l’Union a réaffirmé son soutien à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans les pays en développement, et a confirmé, une nouvelle fois, son engagement à fournir des programmes d’aide spécifiques. En dépit de progrès notables dans certains pays et régions, l’objectif de réduire de moitié le niveau de pauvreté dans le monde est encore loin d’être atteint. Onze millions d’enfants meurent encore chaque année, pour la plupart avant l’âge de cinq ans, de maladies pouvant être traitées, une personne sur quatre n’a pas accès à l’eau potable, 114 millions d’enfants ne bénéficient toujours pas de l’enseignement primaire, environ 600 millions de femmes sont encore analphabètes et le même nombre de personnes n’a pas accès au progrès.

L’incapacité à atteindre les objectifs établis en 2001 ne découragera pas les pays industrialisés, qui, au contraire, continueront à veiller à ce que les pays ayant besoin d’une aide soient placés en tête des priorités internationales et à promouvoir la fourniture de nouvelles sources de financement ciblées et la création de programmes de coopération. Soutenir ces pays et donner un avenir à des milliers de personnes exigent un fort engagement, une grande détermination politique et une mobilisation cohérente des ressources financières. L’Union satisfait à l’ensemble de ces conditions.

 
  
MPphoto
 
 

  Pino Arlacchi (S&D), par écrit.(EN) J’ai voté contre la proposition de résolution commune sur la quatrième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés car elle ne met pas suffisamment l’accent sur le problème de l’inefficacité de l’aide internationale. La proposition et la déclaration de la Commission, lors du débat parlementaire, ignorent tant le débat critique en cours sur les 50 dernières années d’aide internationale aux pays de l’hémisphère Sud que les leçons qu’il y a lieu de tirer des réussites et des échecs passés. Pourquoi cet échec monumental de l’aide à l’Afrique? Pourquoi cet échec monumental des politiques de la Banque mondiale relatives à la réduction de la pauvreté et au développement? Pourquoi cet énorme scandale de la fourniture d’aide étrangère à l’Afghanistan pendant ces 10 dernières années? Pourquoi cet immense succès des politiques d’éradication de la pauvreté en Chine, au Vietnam et au Brésil? Si nous ne sommes pas à même de répondre à ces questions difficiles, nous ne serons jamais en mesure d’utiliser les 60 milliards d’euros d’aide au développement au profit des pays les moins avancés.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit.(LT) Je me suis prononcé en faveur de cette résolution. La quatrième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés devrait se concentrer sur la cohérence de la politique de développement, un facteur important de réduction de la pauvreté. Outre les défis structurels préexistants, la situation dans les PMA a encore empiré sous l’effet des récentes crises mondiales concernant le système financier, l’alimentation, le changement climatique et l’énergie. En conséquence, cette conférence des Nations unies devrait être animée par la volonté d’obtenir des résultats tangibles par référence à des indicateurs précis et à l’objectif de réduire de moitié le nombre des PMA d’ici à 2020, en mettant en œuvre des mécanismes de surveillance et de suivi rigoureux et transparents.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit.(PT) Il est déplorable que 48 pays soient aujourd’hui classés parmi les pays les moins avancés (PMA) et que 75 % des 800 millions d’habitants de ces pays vivent avec moins de 2 dollars par jour. L’objectif à long terme de la coopération au développement devrait être de créer les conditions d’un développement économique durable et une redistribution équitable des richesses. La paix et la sécurité sont essentielles pour garantir l’efficacité des politiques de développement et l’Union européenne devrait mieux coordonner ses actions à l’égard des problèmes de stabilité dans les PMA et soutenir les efforts déployés pour acquérir les capacités nécessaires pour construire des États pacifiques, démocratiques et solidaires. Il est également fondamental de donner la priorité à la sécurité alimentaire, à l’agriculture, aux infrastructures, au développement des capacités, et, en particulier, à la croissance économique, à l’accès aux technologies ainsi qu’au développement humain et social dans les PMA.

 
  
MPphoto
 
 

  Corina Creţu (S&D), par écrit. (RO) Les précédentes conférences s’étant concentrées sur les principes, j’espère que la quatrième conférence des Nations unies sera animée par la volonté d’obtenir des résultats tangibles par référence à des indicateurs précis et à l’objectif de réduire de moitié le nombre des pays les moins avancés d’ici à 2020. Seuls trois des 51 pays sous-développés, dont 78 % de la population vivent avec moins de 1,25 dollar par jour, ont quitté cette catégorie ces dernières années. La situation est préoccupante car ces pays sont les plus vulnérables à des épreuves telles que les crises financières et alimentaires et le changement climatique et souffrent également d’une pauvreté extrême, d’un manque d’infrastructures et d’une hausse du chômage.

Cette réalité met en lumière le fait que, malheureusement, la communauté internationale n’a pas rempli les engagements énoncés dans le Programme d’action de Bruxelles. J’espère que, lors de la conférence, à laquelle je représenterai le groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, nous nous attacherons à assurer la cohérence des politiques de développement et des méthodes de mise en œuvre de mécanismes de financement innovants en vue de fournir une aide plus efficace aux pays qui ont besoin d’encouragements pour mettre en œuvre les politiques appropriées.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit.(PT) J’ai voté en faveur de cette résolution car je crois que la quatrième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés doit proposer des mesures pour permettre l’intégration de ces pays dans l’économie mondiale et améliorer leur accès aux marchés de l’Union européenne. La Commission européenne devrait envisager d’augmenter l’aide à ces pays afin de réduire les coûts résultant de la libéralisation de leurs marchés.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit.(PT) Il est fondamental de reconnaître qu’en dépit de l’assistance technique et financière fournie aux pays les moins avancés (PMA) au fil des années, ceux-ci n’ont pas réussi à s’extraire de cette catégorie et présentent encore des faiblesses et des besoins permanents. Il est juste de mentionner la situation exceptionnelle du Cap-Vert, comme le fait la résolution, puisque le pays a réussi, malgré le manque de ressources, à surmonter certaines de ses difficultés et à améliorer les conditions de vie de sa population. Je voudrais donc féliciter la population capverdienne, son gouvernement et ses partis, à cet égard, car ils ont su prendre des mesures de manière responsable et respectable. Ce pays lusophone est aujourd’hui un exemple à suivre pour les PMA. En dépit des limitations commerciales et des problèmes liés à l’éducation et à l’accès à l’information, aux ressources et aux unités de production, on ne soulignera jamais assez que la cause principale du sous-développement des PMA réside dans le manque de compétences de leurs décideurs politiques et l’inefficacité de leurs institutions, car leur population présente par ailleurs des capacités considérables.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit.(PT) La quatrième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés (PMA IV) se tiendra à Istanbul, en Turquie, du 9 au 13 mai prochains. L’Union, qui a toujours montré la voie en soutenant les pays en développement par l’intermédiaire de programmes d’éradication de la pauvreté, dont les allocations financières ont triplé au cours des dernières années participe activement à l’organisation de cette réunion. Le Parlement sera également représenté par une délégation qui formulera des propositions abouties, bien qu’il ne bénéficie pas d’une grande visibilité du fait de son statut d’observateur, et j’espère que cela constituera une avancée vers la victoire dans la «bataille» du développement durable et de la croissance équitable pour ces pays. Étant donné qu’il incombe à tous les pays d’apporter un soutien aux pays les moins avancés (PMA), dans la poursuite des objectifs du Millénaire pour le développement, je suis d’accord avec les propositions formulées dans cette proposition de résolution commune et j’appelle de mes vœux la réalisation de l’objectif de réduire de moitié le nombre de PMA d’ici à 2020. La conférence PMA IV doit apporter son soutien à des mesures concrètes qui aideront à trouver des solutions aux besoins de développement des PMA, à lutter contre la pauvreté et à garantir des revenus et des moyens d’existence décents.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit.(PT) Dans le cadre de la quatrième Conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés, il convient d’examiner les objectifs du Millénaire pour le développement adoptés par l’Assemblée générale des Nations unies en 2000 et d’évaluer leur mise en œuvre, s’agissant tout particulièrement de l’éradication de la pauvreté et de la faim, de la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes, de l’augmentation et de l’amélioration des soins de santé maternelle et infantile, de la lutte contre le VIH/sida, du développement de la viabilité environnementale et de l’assurance d’une éducation primaire pour tous. En ce qui concerne la politique de développement, la disparité entre les discours de l’Union et ses actions est évidente. Nous disposons des ressources nécessaires pour éradiquer la pauvreté. Ces capacités ont même progressé grâce aux évolutions scientifiques et technologiques. Néanmoins, nous observons une augmentation de la pauvreté au niveau mondial. Il s’agit là des conséquences du système qui domine le monde: le capitalisme, intrinsèquement injuste et inégalitaire. Nous voudrions souligner l’importance de la résolution de remplacement déposée par le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, et les amendements déposés au texte de la résolution commune – malheureusement rejetés par la majorité – qui mettent l’accent, entre autres, sur des questions telles que la souveraineté alimentaire, le développement agricole et la nécessité de mettre un terme au chantage de l’Union à l’égard de plusieurs pays en développement sur la base d’«accords de partenariat économique».

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit.(PT) Il est fondamental de soutenir les pays les plus pauvres et les plus fragiles de la planète, une catégorie qui inclut près de 50 États, dont la population subit les effets des échecs successifs à mettre en œuvre les conclusions des différentes conférences des Nations unies.

Dans la plupart des cas, cette situation découle du colonialisme et de l’exploitation de leurs richesses et de leur population. Ces pays ne sont pas pauvres du fait de la fatalité du destin ou de limites ou de contraintes naturelles inéluctables. Bien au contraire: plusieurs d’entre eux sont riches, et même très riches, en ressources naturelles.

Dans d’autres cas, c’est la poursuite de l’exploitation capitaliste, avec toute l’injustice et l’inhumanité d’un système, qui est le mode dominant d’organisation économique et sociale à un niveau mondial, soutenu par des relations asymétriques, qui crée et maintient les inégalités.

Il s’agit là des conséquences du libre-échange, de la déréglementation financière, de la fuite illicite mais autorisée de capitaux vers les paradis fiscaux et des guerres et conflits nourris par des litiges sur les ressources naturelles.

La possibilité d’émancipation de ces populations et de développement de ces pays réside dans une rupture avec les fondements de ce système et dans une véritable politique de coopération et d’aide au développement fondée sur la solidarité.

 
  
MPphoto
 
 

  Monika Flašíková Beňová (S&D), par écrit. – (SK) Plus de 40 pays dans le monde entrent dans la catégorie des pays les moins avancés. Je salue la tentative de l’Union de participer activement à cette conférence de haut niveau des Nations unies, que j’espère voir déboucher sur des engagements concrets. Au cours des dix dernières années, les pays les plus pauvres ont accompli des progrès plus importants qu’au cours de la décennie précédente. Cependant, en dépit de ces avancées, de nombreux problèmes subsistent: la dépendance croissante envers les produits importés, un manque de capital humain et la vulnérabilité face au changement climatique et aux catastrophes naturelles. Ces problèmes doivent être résolus en s’attaquant à toutes leurs facettes, mais deux points sont particulièrement importants. En premier lieu, ces pays ont besoin de l’injection d’investissements dans les secteurs productifs de l’économie. En second lieu, il est nécessaire d’apporter une aide à la mise en place de structures démocratiques dans ces pays afin qu’ils puissent décider, en toute indépendance, des priorités stratégiques sans ingérence étrangère. Les fluctuations du marché des produits de base et leurs conséquences représentent un problème spécifique auquel il faut apporter une solution. À long terme, la réponse est de diversifier l’économie. À court et moyen termes, il est important de contrôler les flambées des prix, en particulier dans le domaine des denrées alimentaires. En ce qui concerne la position de l’Union, il importe de se concentrer sur des politiques externes cohérentes. Si le document de la Commission du 16 février est exhaustif, celle-ci doit néanmoins traduire une position plus critique. Nous devons reconnaître que toutes les activités de l’Union, dans le domaine commercial ou des investissements étrangers directs, ne sont pas en adéquation avec la politique de développement. À mon avis, elles devraient lui être subordonnées.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit. (LT) J’ai voté en faveur de ce document car, depuis la troisième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés (PMA III) et l’adoption du programme d’action de Bruxelles, des mesures positives ont été prises, par exemple l’initiative «Tout sauf les armes», l’augmentation de l’aide publique au développement – qui a doublé entre 2000 et 2008 – et l’investissement étranger direct, qui est passé de 6 milliards à 33 milliards de dollars, permettant à 19 pays de bénéficier d’un taux de croissance de 3 %. La conférence PMA IV devrait être animée par la volonté d’obtenir des résultats tangibles par référence à des indicateurs précis et à l’objectif de réduire de moitié le nombre des PMA d’ici à 2020, en mettant en œuvre des mécanismes de surveillance et de suivi rigoureux et transparents. Je souhaite souligner la nécessité de donner la priorité à la sécurité alimentaire, à l’agriculture, aux infrastructures, au développement des capacités, à une croissance économique profitant à tous, à l’accès aux technologies ainsi qu’au développement humain et social dans les PMA.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit.(EN) J’ai voté pour cette résolution. Je crois que la conférence PMA IV doit se concentrer sur la cohérence des politiques en faveur du développement, facteur important de la réorientation stratégique, à l’échelle nationale et internationale; demande dès lors que tous les domaines d’intervention – comme les échanges commerciaux, la pêche, l’environnement, l’agriculture, le changement climatique, l’énergie, les investissements et le système financier – soient conçus pour soutenir les besoins de développement des PMA en vue de combattre la pauvreté et de garantir des revenus et des moyens d’existence décents. Je demande instamment à l’Union européenne de remplir ses engagements quant à l’accès aux marchés et à l’allégement de la dette et de réaffirmer combien il importe d’atteindre l’objectif de 0,15 % à 0,20 % du RNB consacrés à l’APD en faveur des PMA, en mobilisant à cet effet les ressources nationales et, à titre de mesure complémentaire, des mécanismes de financement innovants.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit.(PT) Je crois que la quatrième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés doit proposer les mesures nécessaires pour permettre l’intégration de ces pays dans l’économie mondiale et améliorer leur accès aux marchés de l’Union européenne. Cependant, malgré les efforts de chacun, les objectifs n’ont pas été atteints, bien que le Cap-Vert se distingue en ce qu’il a remporté des victoires et porté la qualité de vie de ses citoyens à des niveaux supérieurs à ceux des autres pays les moins avancés.

 
  
MPphoto
 
 

  Georgios Papanikolaou (PPE), par écrit.(EL) La crise économique qui a frappé les pays développés a entraîné des restrictions commerciales qui se traduisent à leur tour, par un étranglement économique des pays les moins avancés. Des familles au bord de la pauvreté absolue ont assisté, au cours de six derniers mois, à une hausse de 15 % des prix des denrées alimentaires qui, selon les données de la Banque mondiale, ont augmenté de 29 % par rapport à 2009. Par conséquent, la récente demande officielle des pays pauvres tendant à la levée des restrictions à l’exportation ne peut être ignorée. Il ne fait aucun doute que la crise économique entrave les négociations, mais le fait d’imposer des négociations difficiles à des personnes vivant dans la pauvreté absolue est, au mieux, moralement contestable.

La présente proposition de résolution, que j’ai soutenue, souligne et met en lumière des politiques spécifiques pour inverser cette situation, aux niveaux national et international, dans de nombreux domaines tels que les échanges commerciaux, la pêche, l’environnement, l’agriculture, le changement climatique, l’énergie, les investissements et le secteur financier.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit.(PT) Par l’intermédiaire de cette résolution, le Parlement européen souhaite contribuer à la quatrième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés. Je soutiens cette contribution, car je crois également que cette conférence devrait favoriser des politiques de développement cohérentes en promouvant la mise en œuvre de mesures dans tous les domaines –comme les échanges commerciaux, la pêche, l’environnement, l’agriculture, le changement climatique, l’énergie, les investissements et le système financier – pour apporter un soutien solide aux besoins de développement des PMA, combattre la pauvreté et assurer des revenus et des moyens de subsistance décents. Comme la résolution pour laquelle j’ai voté, je souhaite par ailleurs souligner qu’en 2007, le Cap-Vert a été l’un des trois pays qui ont cessé d’être classés parmi les PMA. Ce pays dispose de peu de ressources mais il a été en mesure d’œuvrer en faveur de la croissance et de combattre la pauvreté. Je tiens donc à féliciter la population du Cap-Vert et son gouvernement.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit.(EN) Favorable à cette résolution par laquelle le Parlement: 1. estime que la conférence PMA IV devrait être animée par la volonté d’obtenir des résultats tangibles par référence à des indicateurs précis et à l’objectif de réduire de moitié le nombre des PMA d’ici à 2020, en mettant en œuvre des mécanismes de surveillance et de suivi rigoureux et transparents; 2. estime que la conférence PMA IV doit se concentrer sur la cohérence des politiques en faveur du développement, facteur important de la réorientation stratégique, à l’échelle nationale et internationale; demande dès lors que tous les domaines d’intervention – comme les échanges commerciaux, la pêche, l’environnement, l’agriculture, le changement climatique, l’énergie, les investissements et le système financier – soient conçus pour soutenir les besoins de développement des PMA en vue de combattre la pauvreté et de garantir des revenus et des moyens d’existence décents; 3. demande instamment à l’Union européenne de remplir ses engagements quant à l’accès aux marchés et à l’allégement de la dette; réaffirme combien il importe d’atteindre l’objectif de 0,15 % à 0,20 % du RNB consacrés à l’APD en faveur des PMA, en mobilisant à cet effet les ressources nationales et, à titre de mesure complémentaire, des mécanismes de financement innovants.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) À ce jour, 48 pays dans le monde sont classés parmi les moins avancés, avec environ 800 millions de personnes qui vivent avec moins de 2 dollars par jour. Entre 2000 et 2010, la moyenne de l’indice de développement humain pour les pays les moins avancés n’a progressé que de 0,04 %. Cette croissance faible les éloigne progressivement des huit objectifs du Millénaire pour le développement fixés par les Nations unies en 2000.

Heureusement, des mesures positives ont été prises dans le domaine de l’aide publique au développement à la suite de la troisième conférence des Nations unies, permettant à quelque 19 pays de bénéficier d’un taux de croissance de 3 %. Je partage l’opinion des rapporteurs lorsqu’ils soulignent l’importance de la quatrième conférence des Nations unies. Les principaux objectifs doivent se concentrer sur la politique de développement, l’agriculture et la pêche, et viser des résultats concrets et la mise en œuvre d’un financement innovant. J’espère que la contribution au développement durable se traduira également par un soutien à la santé, à l’éducation et à la promotion de la démocratie et par la sauvegarde du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales en tant que composantes essentielles de la politique de développement de l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Joanna Senyszyn (S&D), par écrit.(PL) 48 pays sont aujourd’hui classés parmi les pays les moins avancés (PMA), ce qui signifie qu’un pays sur cinq dans le monde entre dans cette catégorie. Cette dernière a été créée par l’Assemblée générale des Nations unies au début des années 70, c’est-à-dire il y a plus de 40 ans. Depuis cette date, le nombre de PMA a doublé, et seuls trois d’entre eux (le Botswana, les Maldives et le Cap-Vert) ont cessé d’être classés dans ce groupe. Cela montre que la pauvreté s’étend et que l’efficacité des activités menées à ce jour est à peine perceptible. Cette situation critique a été aggravée par la crise économique. Les effets de cette crise ont gravement touché les PMA et se aggravé les problèmes auxquels ces derniers sont confrontés. Ces problèmes découlent en particulier de la dette, des prix élevés des denrées alimentaires et du carburant et du changement climatique. J’ai, par conséquent, apporté mon soutien à la résolution sur la quatrième conférence des Nations unies sur les PMA, en étant pleinement convaincue et consciente de son importance.

Il est nécessaire d’établir une analyse et un diagnostic approfondis et exhaustifs de la situation des PMA et de formuler des propositions concrètes de solutions visant, à court terme, à améliorer les conditions de vie de leurs citoyens et, à long terme, à ce qu’ils quittent cette catégorie. En tant que membre de l’assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, je voudrais attirer particulièrement l’attention sur l’absence de mécanisme de contrôle des travaux entrepris. Ni la volonté politique ni le désir d’aider ne nous font défaut, mais, malheureusement, nos efforts se révèlent peu efficaces du fait de notre incapacité à en assurer un suivi correct.

 
  
MPphoto
 
 

  Michèle Striffler (PPE), par écrit. – Auteur de la résolution sur «la quatrième conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés (PMA)», j’estime qu’il est absolument nécessaire que le Parlement européen fasse preuve d’un engagement sans faille en faveur des habitants des PMA. L’augmentation du nombre États classés dans cette catégorie (depuis 1971, le nombre de PMA est passé de 25 à 48) nécessite que la communauté internationale redouble d’efforts afin d’atteindre l’objectif de réduire de moitié le nombre des PMA d’ici à 2020. De ce point de vue, il est primordial de trouver une véritable cohérence entre les politiques concernant directement les PMA, notamment l’aide au développement, les échanges commerciaux, la pêche, l’environnement, l’agriculture, le changement climatique, l’énergie, les investissements et le système financier, afin d’endiguer la pauvreté et de garantir des revenus et des moyens d’existence décents aux habitants des PMA.

 
  
MPphoto
 
 

  Marie-Christine Vergiat (GUE/NGL), par écrit. – J’ai voté pour la résolution du Parlement européen sur le sur la quatrième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés. Dans cette résolution le Parlement européen affirme le principe de cohérence entre les différentes politiques de l’Union dans le domaine de l’aide au développement et de la coopération. C’est-à-dire que dans les relations de l’UE avec les pays les moins avancés tous les domaines d’intervention – comme les échanges commerciaux, la pêche, l’environnement, l’agriculture, le changement climatique, l’énergie, les investissements et le système financier –doivent être conçus pour soutenir les besoins de développement de ces pays. De plus la résolution rappelle l’importance d’atteindre l’objectif de 0,15 % à 0,20 % du RNB consacrés à l’aide pour le développement en faveur des pays moins avancés, et alerte sur les effets négatifs des achats de terres agricoles, comme l’expropriation des petits agriculteurs et l’utilisation non durable des terres et de l’eau. Le principe de cohérence vise à éviter des déclarations de bonnes intentions qui ne sont jamais suivies de fait, ou encore des politiques sectorielles qui s’opposent les unes aux autres. Reste à le mettre en pratique.

 
  
MPphoto
 
 

  Dominique Vlasto (PPE), par écrit. – Par mon vote, j’ai tenu à réaffirmer mon engagement ferme en faveur de la lutte contre la pauvreté, qu’il s’agisse de ses causes ou ses effets. Les pays les moins avancés subissent un décrochage inexorable par rapport à l’économie mondiale, créant ainsi un cercle vicieux dont les victimes sont les populations. Les retards pris dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement sont une faute collective qui rend urgentes des actions coordonnées de l’Union et de l’ONU. Les chantiers prioritaires sont connus: sécurité alimentaire, accès à l’eau et aux soins de santé, alphabétisation. Les solutions le sont également, mais je regrette que les déclarations de bonnes intentions soient rarement suivies d’effet. C’est pourtant en œuvrant pour une meilleure répartition des richesses, en accompagnant ces pays sur la voie de la croissance et de la démocratie et en luttant contre la spéculation effrénée sur les cours des matières premières que ces pays extrêmement vulnérables seront en mesure de sortir de la spirale infernale de la pauvreté. C’est une responsabilité, mais également un impératif de sécurité pour l’Union, car la pauvreté est malheureusement souvent source d’instabilité.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0226/2011 (rapport de suivi 2010 concernant l’Islande)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit.(PT) Je vote en faveur de ce rapport car je soutiens l’adhésion de l’Islande à l’Union, pour autant que le gouvernement réussisse à s’assurer du soutien de ses citoyens pour cet engagement politique national.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit.(LT) J’ai voté en faveur de cette résolution. Je suis favorable à l’idée d’accueillir un nouvel État membre possédant une tradition démocratique et une culture civique solides, qui lui permettront de s’intégrer facilement au groupe des États membres de l’Union. Je crois que l’adhésion de l’Islande à l’Union permettrait d’élargir les perspectives de l’Union de jouer un rôle plus actif et plus constructif dans le nord de l’Europe et dans la région arctique en contribuant à la gouvernance multilatérale et à l’adoption de solutions politiques durables dans la région. L’Islande participe déjà activement au Conseil nordique ainsi qu’à la politique de dimension nordique de l’Union, au Conseil euro-arctique de Barents et au Conseil arctique, principal espace multilatéral de coopération dans l’Arctique. L’adhésion de l’Islande à l’Union européenne consoliderait la présence européenne au sein du Conseil arctique. L’Islande peut également mettre au service des politiques européennes l’expérience qu’elle a acquise dans le secteur des énergies renouvelables, notamment en ce qui concerne l’exploitation de l’énergie géothermique, la protection de l’environnement et les mesures permettant de faire face au changement climatique.

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Băsescu (PPE), par écrit.(RO) J’ai voté pour le rapport de suivi 2010 concernant l’Islande, rédigé par mon collègue, Cristian Preda, parce que je pense que le moment est venu d’évaluer les perspectives européennes de cet État. Tout au long des négociations avec l’Union, les autorités islandaises ont fait preuve d’un véritable engagement en faveur de ce processus et d’une solide volonté politique de satisfaire en temps voulu à l’ensemble des critères d’adhésion.

Tout d’abord, l’Islande possède une longue tradition démocratique. La protection des droits de l’homme et de la coopération avec les principales organisations internationales figurent en tête des priorités politiques du pays. Sur le front économique, les autorités ont déjà élaboré une stratégie de préadhésion pour assurer la diversification de leurs secteurs d’activité et la sortie de la récession. Je pense que l’Islande est capable d’assumer les obligations découlant du statut d’État membre de l’Union. Je souhaite mentionner qu’à ce jour, le pays a satisfait aux exigences de dix chapitres de négociation. Dans ce contexte, je salue l’initiative de la Commission européenne d’entamer des négociations d’adhésion avec l’Islande en juin prochain.

 
  
MPphoto
 
 

  Dominique Baudis (PPE), par écrit. – Ce rapport rend bien compte du contexte actuel des relations entre l’Union européenne et l’Islande. Depuis le traité de Paris, nous entretenons avec ce pays des liens d’amitié, de proximité et de coopération. Il a été très durement frappé par la crise économique, financière et bancaire. Des réformes doivent être menées et nous devons les encourager.

Depuis le lancement du processus d’adhésion, nous avons démarré un dialogue ouvert et constructif avec le gouvernement du «Pays des Glaces», qui a d’ailleurs exprimé le souhait d’entrer dans l’euro. L’élargissement à l’Islande permettra à l’Europe de rendre plus cohérente sa politique dans la région de l’Arctique, notamment pour la pêche, le transport maritime, la recherche scientifique et la préservation du milieu. Toutefois, l’Europe n’est pas une roue de secours ou un remède à une crise conjoncturelle. C’est à l’Islande de souscrire clairement à un véritable projet d’intégration au reste de l’Europe.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit.(PT) Je suis favorable à l’idée d’accueillir parmi les États membres de l’Union un pays possédant une tradition démocratique et une culture civique solides. L’Islande est parvenue à de bons résultats en matière de protection des droits de l’homme et à un excellent niveau de coopération dans le cadre des mécanismes internationaux de protection de ces droits. Son adhésion à l’Union confortera ainsi la vocation de celle-ci à promouvoir et à défendre les droits humains et les libertés fondamentales dans le monde. Grâce à l’expérience qu’elle a acquise, l’Islande peut également apporter une contribution précieuse aux politiques européennes dans le secteur des énergies renouvelables, notamment en ce qui concerne l’exploitation de l’énergie géothermique, la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique. L’adhésion de l’Islande à l’Union permettra d’élargir les perspectives de l’Union de jouer un rôle plus actif et plus constructif dans le nord de l’Europe et dans la région arctique en contribuant à la gouvernance multilatérale et à l’adoption de solutions politiques durables dans la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Diane Dodds (NI), par écrit.(EN) J’ai voté contre ce rapport. Je crains que, dans la course à l’élargissement, ce Parlement et les institutions de l’Union n’ignorent des questions d’une importance stratégique pour les États membres. Il est extrêmement regrettable que l’Islande et les îles Féroé aient, une nouvelle fois, procédé à un relèvement massif de ses quotas de pêche de maquereau, venant ainsi menacer les réserves et mettre en péril notre industrie de pêche pélagique. Ce comportement scandaleux démontre le caractère mensonger de l’idée selon laquelle l’Islande serait à la pointe de la gestion durable de la pêche. L’été dernier, il nous avait été indiqué qu’en réponse à la position intransigeante de l’Islande sur cette question, la Commission, envisageait de suspendre les négociations relatives à l’adhésion du pays à l’Union. Il semblerait que la situation à cet égard n’ait guère évolué. L’adhésion de l’Islande au «club de l’Union européenne» ne peut ni ne doit progresser tant que le pays ignore si ouvertement les règles de ce club. Pour paraphraser les grands titres d’un certain quotidien, l’Islande ayant déjà réussi à couler toutes ses banques, allons-nous désormais lui permettre de faire disparaître nos plus précieuses activités de pêche?

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit.(PT) J’ai voté en faveur du «rapport de suivi 2010 concernant l’Islande» car je crois que nous devons soutenir l’adhésion à l’Union de l’une des plus anciennes démocraties européennes, sous réserve que les conditions requises, comme l’abolition de la chasse à la baleine et du commerce des produits dérivés, soient remplies.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit.(PT) De tous les pays dont l’adhésion à l’Union européenne est proposée, l’Islande est le mieux préparé et le mieux à même d’intégrer les valeurs et les principes qui guident l’action de l’Union. Je crois que la contribution islandaise bénéficiera à l’Union. L’Islande applique, de façon générale, des normes identiques à celles visées au sein de l’Union, voire plus sévères. Je crois que les adaptations qui doivent encore être effectuées ne seront pas de nature à retarder le processus d’adhésion de manière trop importante.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit.(PT) Cette proposition de résolution porte sur le rapport de suivi 2010 concernant l’Islande en vue de l’adhésion à l’Union européenne. Les négociations sur l’adhésion de l’Islande ont débuté en juillet 2010. Je crois qu’il faut créer les conditions nécessaires pour mener à bien le processus d’adhésion de l’Islande et garantir la réussite de cette adhésion: il s’agit d’un pays possédant une tradition démocratique et une culture civique solides et dont l’adhésion confortera la vocation de l’Union à promouvoir et à défendre les droits humains et les libertés fondamentales dans le monde. L’Islande appartient à l’Association européenne de libre-échange et a une économie de marché qui pourrait apporter certains avantages à l’Union, en particulier dans le domaine des énergies renouvelables. Néanmoins, l’Islande doit apporter la preuve de son réel intérêt pour cette adhésion et coopérer à la résolution des questions en suspens dans le secteur de la gestion de la pêche. Selon le rapport qui a été déposé, quelques progrès ont été accomplis, mais il reste un long chemin à parcourir, notamment en ce qui concerne le secteur de la pêche. J’espère que ces questions en suspens pourront être réglées rapidement, afin que le processus d’adhésion de l’Islande soit mené à son terme avec succès.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit.(PT) Notre position de principe concernant le processus d’adhésion de nouveaux pays à l’Union européenne est bien connue: une telle décision, lorsqu’elle est adoptée, doit l’être sur le fondement de la volonté des populations concernées, qui devrait être respectée. Nous attendons donc de connaître la position de la population islandaise vis-à-vis de l’adhésion, afin de pouvoir en tenir compte à l’avenir. Outre ce principe, nous nous sommes également abstenus, lors de ce vote, en raison de la base fondamentale des processus d’élargissement de l’Union, compte tenu de la nature capitaliste du processus d’adhésion et des objectifs qu’il poursuit. Une fois les régions périphériques résultant des élargissements précédents épuisées, il est nécessaire de poursuivre le développement et d’accéder à de nouveaux marchés.

Nous sommes mécontents de certaines des exigences imposées à l’Islande par l’Union, y compris dans ce rapport. Nous désapprouvons, par exemple, les exigences de libéralisation de certains secteurs, et en particulier du domaine financier, celui-ci ayant d’autant plus d’importance qu’il comptait au nombre des secteurs responsables de la crise qui a frappé ce pays et à laquelle seule l’intervention franche des pouvoirs publics a permis de mettre un terme.

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit.(PT) Nous nous sommes abstenus, lors de ce vote, en raison de notre position sur l’élargissement de l’Union européenne. Nous attendons que la population islandaise se prononce sur l’adhésion, afin de pouvoir en tenir compte à l’avenir.

Ceci étant dit, nous sommes mécontents de certaines des exigences imposées à l’Islande par l’Union, y compris dans ce rapport, avec lesquelles nous sommes en complet désaccord. Nous désapprouvons par exemple les exigences de libéralisation de certains secteurs, et en particulier du domaine financier, celui-ci ayant d’autant plus d’importance qu’il comptait au nombre des secteurs responsables de la crise qui a frappé ce pays et à laquelle seule l’intervention franche des pouvoirs publics a permis de mettre un terme.

Nous attendons les développements à venir, en particulier le référendum du 9 avril 2011, pour adopter une position plus claire concernant l’adhésion du pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Bruno Gollnisch (NI), par écrit. – Je souhaite rappeler pourquoi je m’abstiens sur ce texte, comme à chaque fois qu’un rapport concernant les négociations d’adhésion avec un pays européen est voté ici. Ce n’est pas que je conteste le droit de l’Islande à entrer dans l’Union européenne, c’est que je pense que cela n’est pas une bonne idée. C’est d’ailleurs, semble-t-il, l’opinion ultra-majoritaire du peuple islandais. La décision de postuler à l’adhésion a été prise dans un moment de panique, après l’effondrement du système bancaire islandais, pour bénéficier du soutien de l’Europe.

Et chacun sait que l’Islande souhaite adopter l’euro sans être membre de l’Union européenne, ce qui est stupide quand on en connaît les implications, et que l’on sait que l’Islande est membre de l’Espace économique européen et de l’espace Schengen. Bref, il appartiendra de toute façon, in fine, au peuple islandais, de décider. Et j’espère, s’il dit NON, qu’il sera entendu.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit.(LT) J’ai voté en faveur de ce rapport car les négociations d’adhésion avec l’Islande ont été ouvertes en juillet 2010 et qu’il est essentiel de créer les conditions nécessaires pour mener à bien le processus d’adhésion de l’Islande et garantir la réussite de l’adhésion du pays. L’Islande peut mettre au service des politiques européennes l’expérience qu’elle a acquise dans le secteur des énergies renouvelables, notamment en ce qui concerne l’exploitation de l’énergie géothermique, la protection de l’environnement et les mesures permettant de faire face au changement climatique. L’adhésion de l’Islande à l’Union permettrait d’élargir les perspectives de l’Union de jouer un rôle plus actif et plus constructif dans le nord de l’Europe et dans la région arctique en contribuant à la gouvernance multilatérale et à l’adoption de solutions politiques durables dans la région. Il est également fondamental de donner aux citoyens de l’Union des informations factuelles, claires et précises à propos des implications de l’adhésion de l’Islande. Il est nécessaire d’œuvrer dans ce sens, et je crois qu’il est tout aussi important d’être à l’écoute des inquiétudes et des questions des citoyens et d’y répondre, en tenant compte de leurs positions et de leurs intérêts.

 
  
MPphoto
 
 

  Giovanni La Via (PPE), par écrit.(IT) J’ai donné mon soutien inconditionnel à la résolution sur le rapport de suivi 2010 concernant l’Islande soumis au vote du Parlement. Au cours de l’année écoulée, l’Islande a fait preuve de sa volonté de se conformer sur de nombreux fronts à la politique européenne et aux principes qui l’inspirent. Sa tradition civique et démocratique solide, les progrès accomplis dans le renforcement de l’indépendance de la justice et l’attention particulière portée aux aspects économiques, qui se rapprochent progressivement des critères fixés par l’Europe, en font un pays dont l’accession à l’Union ne peut qu’être envisagée favorablement, notamment parce qu’elle permettrait de renforcer le rôle de l’Union au sein du Conseil arctique. La protection des droits de l’homme, le renforcement du cadre législatif relatif à la liberté d’expression et à l’accès à l’information et le niveau élevé des moyens que le pays consacre à l’éducation et à la recherche-développement, afin de lutter contre le taux élevé du chômage chez les jeunes, démontrent l’application du pays et sa ferme volonté de s’aligner sur l’Europe. Le dernier mot appartiendra à la population islandaise: elle devra se prononcer lors d’un référendum et j’espère qu’elle choisira de rejoindre notre grande famille européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit.(EN) J’ai voté pour cette résolution qui, entre autres choses, «salue l’accord conclu entre les représentants des gouvernements d’Islande, des Pays-Bas et du Royaume-Uni sur le dossier Icesave, et notamment la garantie de remboursement des frais engagés pour le paiement de garanties minimales aux déposants des succursales de Landsbanki Islands hf. au Royaume-Uni et aux Pays-Bas; se félicite de l’approbation de l’accord à la majorité des trois quarts par le parlement islandais le 17 février 2011» et «prend acte de la décision du Président islandais de soumettre le projet de loi à un référendum et espère qu’il sera mis fin à la procédure d’infraction lancée le 26 mai 2010 par l’autorité de surveillance de l’AELE contre le gouvernement islandais».

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – Ce texte condamne le refus des Islandaises et des Islandais de rembourser les dettes contractées par des banques privées. Cela, en dépit du rejet très majoritaire de ce remboursement exprimé dans les urnes par ceux-ci. Il les oblige à appliquer rigoureusement les critères de Copenhague. Il se félicite des plans du FMI pour le pays. Il propose une campagne de la Commission en Islande, sur le modèle de la campagne irlandaise, en prévision du référendum national sur l’adhésion à l’UE. Je vote contre ces coups de force répétés contre le peuple islandais, et la grossière logique de normalisation libérale qu’il exprime.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit.(PT) L’Islande a pris des mesures concrètes en vue d’une future adhésion à l’Union et est le candidat le mieux placé pour remplir les critères d’adhésion. Toutefois, la récente affaire relative aux paiements aux Pays-Bas et au Royaume-Uni de fonds perdus par des citoyens de ces pays qui avaient investi dans une banque islandaise défaillante pourrait entraver l’adhésion du pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit.(DE) L’Islande coopère déjà étroitement avec l’Union en tant que membre de l’Espace économique européen et partie aux accords de Schengen et au règlement de Dublin. L’Islande parvient également à de très bons résultats en matière de protection des droits de l’homme. Le niveau élevé des moyens qu’elle consacre à des domaines comme l’éducation et la recherche-développement permet à l’Islande d’occuper une bonne place, dans ces secteurs, au niveau international. Toutefois, il est nécessaire, avant de pouvoir discuter de l’adhésion de l’Islande à l’Union, d’obtenir le consentement de la population du pays.

Il serait souhaitable de cesser toute propagande de l’Union visant à convaincre les Islandais des avantages de l’adhésion. En matière économique, il ressort d’un rapport de l’OCDE de mai 2010 que l’Islande a réussi à consolider son économie et qu’en dépit de la crise financière, son revenu par habitant demeure parmi les plus élevés au niveau mondial. En conséquence, je soutiens le projet.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit.(DE) En premier lieu, je souhaiterais préciser que l’éventuelle adhésion de l’Islande à l’Union est subordonnée au consentement des islandais. La décision doit être laissée à la population et ne doit pas être davantage influencée par l’Union. En ce qui concerne le rapport de suivi, l’Islande soutient la comparaison internationale dans de nombreux domaines et, dans d’autres, figure même en tête de classement. Je pense ici à des domaines comme le revenu par habitant, l’éducation, la recherche-développement et la protection des droits de l’homme. J’ai donc voté en faveur de cette proposition de résolution.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit.(PT) L’Islande est l’une des plus anciennes démocraties européennes. De tous les pays souhaitant adhérer à l’Union européenne, l’Islande est certainement le mieux préparé, non seulement parce que ses valeurs et ses principes démocratiques sont similaires à ceux des États membres de l’Union, mais également parce que ses normes de développement sont identiques, voire plus sévères. J’ai voté en faveur de ce rapport de suivi 2010 car je crois qu’une fois qu’auront été satisfaites toutes les conditions requises pour l’adhésion, au nombre desquelles je souhaiterais souligner l’abolition de la chasse à la baleine et du commerce des produits dérivés, l’adhésion de ce pays bénéficiera à l’Union.

Toutefois, la question de l’adhésion de ce pays devrait être examinée en tenant dûment compte des politiques communes de l’Union, et notamment de la politique commune de la pêche. Au vu du poids relatif du secteur de la pêche au sein de l’économie islandaise, l’harmonisation des politiques inhérentes à ce domaine pourrait donner lieu à des difficultés.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit.(EN) Favorable à cette résolution par laquelle le Parlement, entre autres choses: se dit favorable à l’idée d’accueillir un nouvel État membre possédant une tradition démocratique et une culture civique solides; fait observer que l’adhésion de l’Islande à l’Union européenne confortera la vocation de l’Union à promouvoir et à défendre les droits humains et les libertés fondamentales dans le monde; félicite l’Islande pour la qualité de son action en matière de protection des droits de l’homme et pour l’intensité de sa coopération dans le cadre des mécanismes internationaux de protection des droits de l’homme; soutient les travaux en cours visant à renforcer le cadre législatif relatif à la liberté d’expression et à l’accès à l’information; se félicite, à cet égard, de l’initiative islandaise sur les médias modernes, qui permet à l’Islande et à l’Union européenne de prendre une position forte, sur le plan juridique, pour ce qui est de la protection des libertés d’expression et d’information.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) L’Islande est candidate à l’adhésion à l’Union européenne depuis 2010. J’ai voté en faveur de cette proposition de résolution parce que je suis convaincue que ce pays possède une tradition démocratique et une culture civique solides et que son adhésion confortera la vocation de l’Union à promouvoir et à défendre les droits humains et les libertés fondamentales dans le monde.

 
  
MPphoto
 
 

  Catherine Stihler (S&D), par écrit.(EN) J’ai voté en faveur de ce rapport car je soutiens l’adhésion de l’Islande à l’Union.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0225/2011 (rapport de suivi 2010 concernant l’ancienne République yougoslave de Macédoine)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit.(PT) Je vote pour cette résolution, qui recommande la mise en œuvre de l’accord de stabilisation et d’association avec l’Union européenne, mais je regrette que le Conseil n’envisage pas d’ouvrir les négociations comme la Commission l’a recommandé. Je tiens également à exprimer ma préoccupation en ce qui concerne les tensions ethniques exacerbées et l’inexistence de dialogue politique et de liberté de la presse. Les partis politiques devraient mettre un terme au boycott du parlement national et engager un dialogue avec les institutions. Je regrette également que le différend avec la Grèce continue de bloquer la progression du pays sur la voie de l’adhésion à l’Union. Les problèmes bilatéraux doivent être résolus par les parties concernées dans un esprit de bon voisinage et en tenant compte avant tout des intérêts de l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Pino Arlacchi (S&D), par écrit.(EN) J’ai voté en faveur de cette proposition de résolution déposée à la suite de déclarations du Conseil européen et de la Commission sur le rapport de suivi 2010 concernant l’ancienne République yougoslave de Macédoine. Je crois qu’il s’agit d’une proposition très équilibrée. Elle s’inquiète de la situation politique qui prévaut actuellement dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine, y compris du boycott du parlement national par les partis d’opposition, et du risque que ces évolutions n’aient une incidence négative sur le projet européen de ce pays. La proposition adresse par ailleurs ses félicitations au pays à l’occasion du dixième anniversaire de l’accord d’Ohrid, qui reste la clé de voûte des relations interethniques, et invite le gouvernement à favoriser la mise en place d’un dialogue global entre les communautés ethniques. J’ai également apprécié l’évaluation positive, dans la proposition, des efforts permanents de l’ancienne République yougoslave de Macédoine en faveur de la stabilisation de la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Sophie Auconie (PPE), par écrit. – Membre de la délégation du Parlement européen pour l’ancienne République yougoslave de Macédoine, je suis avec attention les progrès de ce pays et l’avancée de sa candidature pour entrer dans l’Union européenne. Bien que ce pays doive encore faire des efforts dans les domaines politiques, judiciaires, de l’administration publique, de la lutte contre la corruption et de la liberté d’expression, l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine a fait de nombreux progrès notamment dans le domaine de la décentralisation et de l’éducation et avec sa réforme du système pénitentiaire. Les problèmes bilatéraux de ce pays avec la Grèce ne doivent donc pas être un obstacle à l’ouverture des négociations d’adhésion. J’ai voté en faveur de l’ouverture de ces négociations. Par ailleurs je rappelle que le pays connaîtra en juin prochain des élections anticipées, j’appelle donc tous les partis politiques à s’unir et à travailler en étroite collaboration afin d’obtenir l’adhésion de leur pays à l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. – (LT) Je me suis prononcé en faveur de ce rapport. En 2005, le Conseil européen a accordé le statut de candidat à l’ancienne République yougoslave de Macédoine mais, malgré les progrès importants accomplis depuis lors par ce pays sur la voie du rapprochement avec l’Union, le Conseil n’a toujours pas fixé de date pour l’ouverture des négociations. En dépit des avancées réalisées, la Macédoine souffre toujours d’instabilité politique, un point qui pourrait nuire au processus d’intégration européenne. Du fait du manque de dialogue entre le gouvernement et les partis de l’opposition, il est impossible de parvenir à un accord sur la mise en œuvre de réformes structurelles. La réforme du système judiciaire n’est pas entièrement terminée, les médias et l’administration publique ont été politisés et la question non résolue de l’intégration des groupes ethniques empêche la Macédoine de poursuivre ses avancées et de garantir les principes d’état de droit et de démocratie. Je crois que le gouvernement macédonien doit associer davantage les partis d’opposition à la prise de décisions et assurer un dialogue ouvert et constructif sur tous les problèmes auxquels ce pays est actuellement confronté.

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Băsescu (PPE), par écrit.(RO) J’ai voté pour le rapport de suivi 2010 concernant l’ancienne République yougoslave de Macédoine car je pense que la perspective de l’intégration européenne des pays des Balkans est fondamentale pour assurer la stabilité de la région. Dans ce contexte, la coopération avec la Grèce est d’une importance capitale.

Le différend sur la dénomination de l’ex-République yougoslave joue un rôle clé dans les discussions sur les négociations d’adhésion, puisqu’il s’agit de l’un des obstacles à l’engagement des négociations. De bonnes relations de voisinage sont un élément fondamental durant le processus de transition vers le statut d’État membre de l’Union. C’est pour cette raison que l’ancienne République yougoslave de Macédoine et la Grèce doivent trouver une solution à la question de la dénomination du pays. Jusqu’ici, la Grèce s’est révélée un partenaire de discussion fiable s’agissant des autres chapitres. Il est grand temps, pour les deux États, de conclure un accord afin que les négociations d’adhésion à venir soient conduites avec le soutien de tous les États membres de l’Union. À cet égard, il pourrait être utile de faire appel à des médiateurs externes neutres, par exemple en faisant intervenir le Secrétaire général des Nations unies dans le différend.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit.(PT) En conformité avec des résolutions antérieures du Parlement, je déplore que le Conseil n’ait pas pris la décision d’ouvrir les négociations d’adhésion, comme la Commission l’a recommandé pour la deuxième année consécutive. Le processus d’élargissement de l’Union européenne est un outil puissant pour la paix, la stabilité et la réconciliation dans la région. Je suis particulièrement préoccupée par la persistance d’un taux de chômage très élevé, en particulier chez les jeunes, problème commun à de nombreux pays de la région. Je souhaite demander au gouvernement de mettre rapidement en œuvre des mesures plus efficaces visant à renforcer les investissements publics axés sur les politiques de l’emploi et destinés à orienter la main d’œuvre vers des emplois de qualité, stables et décents. Cependant, je me réjouis de l’adoption récente de la loi sur l’énergie, qui vise à libéraliser le marché de l’électricité dans le pays conformément aux directives européennes concernées. Je me félicite de l’adoption de la stratégie nationale en faveur du développement durable, mais il est nécessaire de déployer davantage d’efforts pour mettre en œuvre la législation dans le domaine de l’environnement et de dégager des crédits suffisants à cette fin. Je souhaiterais demander une coopération plus étroite sur les problèmes environnementaux transnationaux sur la base des normes européennes, en particulier dans les domaines de la qualité de l’eau, de la gestion des déchets et de la protection de la nature.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Chountis (GUE/NGL), par écrit.(EL) Le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique est favorable au principe de l’élargissement vers les pays des Balkans occidentaux, sous réserve que leur population le souhaite. Je me suis abstenu lors du vote sur ce rapport spécifique, car certains points sont problématiques, ne serait-ce que s’agissant des réformes économiques proposées et de la manière dont doit être abordée la question de la dénomination du pays. L’expérience dont nous disposons à ce jour en matière d’élargissement démontre que la coopération avec les pays des Balkans occidentaux et leur processus d’intégration, en particulier en temps de crise économique, devrait contribuer au développement durable et à la prospérité économique et sociale des citoyens dans les pays candidats à l’adhésion et dans l’Union.

Toutefois, le rapport insiste sur des choix gratifiants tels que l’envoi de troupes en Afghanistan et dans d’autres pays ou la promotion de politiques économiques, comme les privatisations qui ne font qu’exacerber la récession en augmentant le chômage et les inégalités sociales et en réduisant les droits sociaux. En outre, le processus d’intégration devrait être mené dans le respect des procédures et du droit internationaux. En l’espèce, s’agissant de la question de la dénomination du pays, le rapport devrait encourager le respect et le soutien de la procédure visant à parvenir à une solution acceptable pour tous, sous l’égide des Nations unies.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit.(PT) J’ai voté en faveur de cette résolution, car elle appelle une nouvelle fois à une décision du Conseil sur l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’ancienne République yougoslave de Macédoine. Le Conseil a accordé le statut de candidat à l’ancienne République yougoslave de Macédoine en 2005, mais, malgré les progrès importants accomplis depuis lors par ce pays sur la voie du rapprochement avec l’Union, il n’a toujours pas fixé de date pour l’ouverture des négociations.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit.(PT) Le processus d’intégration de l’ancienne République yougoslave de Macédoine a pris un certain retard. Malgré cela, la Macédoine a réalisé des progrès en cherchant à adopter l’acquis de l’Union et doter ses institutions de structures fiables et de bonnes pratiques, conformément aux préconisations de l’Union. La crise politique qui sévit dans le pays démontre amplement qu’il reste beaucoup à faire et que le chemin à parcourir pour que le pays remplisse objectivement tous les critères en vue d’une réelle perspective d’adhésion est encore long. Je voudrais demander à la Grèce et à l’ancienne République yougoslave de Macédoine de tenter de surmonter leurs différences et de montrer leur fidélité à l’esprit fondateur de l’Union, caractérisé par sa générosité, dont nous avons tous tant besoin aujourd’hui.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit.(PT) Cette proposition de résolution met l’accent sur les progrès accomplis par l’ancienne République yougoslave de Macédoine sur la voie de l’intégration européenne au cours de l’année passée. Le 16 décembre 2005, le Conseil a accordé le statut de candidat à l’ancienne République yougoslave de Macédoine. Les principes, priorités et conditions d’adhésion ont été fixés en 2008 et font l’objet d’un contrôle de la Commission. Si l’évaluation a été positive, certains aspects doivent néanmoins faire l’objet d’efforts renforcés, comme le dialogue avec la Grèce sur le statut du nouvel État membre, la réforme de l’administration publique et du système judiciaire, la lutte contre la criminalité organisée et la corruption, le respect de la liberté d’expression et la coopération institutionnelle. La situation politique actuelle, y compris le boycott du parlement national par les partis d’opposition, pourrait avoir une incidence négative sur le projet européen du pays. Les parties concernées doivent résoudre les problèmes bilatéraux dans un esprit de bon voisinage. Tous les acteurs doivent intensifier leurs efforts et faire preuve de responsabilité et de détermination afin de résoudre toutes les questions en suspens qui constituent un frein au processus d’adhésion de ce pays candidat et à la politique même de l’Union européenne dans la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit.(LT) J’ai voté en faveur de ce document car en 2005, le Conseil européen a accordé le statut de candidat à l’ancienne République yougoslave de Macédoine mais, malgré les progrès importants accomplis depuis lors par ce pays sur la voie du rapprochement avec l’Union, le Conseil n’a toujours pas fixé de date pour l’ouverture des négociations, et parce que je considère que les problèmes bilatéraux ne doivent pas constituer un obstacle au processus d’adhésion, ni servir à bloquer ce processus, même s’il convient de les régler avant l’adhésion, et que la poursuite du processus d’adhésion contribuerait à la stabilité de l’ancienne République yougoslave de Macédoine, et renforcerait le dialogue interethnique. Les problèmes bilatéraux doivent être résolus par les parties concernées dans un esprit de bon voisinage et en tenant compte des intérêts généraux de l’Union européenne. Tous les acteurs clé concernés à intensifier leurs efforts et à faire preuve de responsabilité et de détermination afin de résoudre toutes les questions en suspens qui constituent un frein non seulement au processus d’adhésion de ce pays candidat et à la politique même de l’Union européenne dans la région, mais qui pourraient également avoir des répercussions sur les relations interethniques, la stabilité régionale et le développement économique. Le document demande instamment aux autorités compétentes de renforcer l’indépendance et la liberté des médias, en appliquant les mêmes règles pour tous et en améliorant la transparence sur la structure de leur capital. Je suis préoccupé par le manque de dialogue entre le gouvernement et les partis de l’opposition et par le climat général de défiance et de confrontation qui règne actuellement. Il est nécessaire de poursuivre la réforme de la justice, afin d’en garantir le professionnalisme et l’indépendance vis-à-vis des pressions politiques, d’intensifier la lutte contre la corruption et d’améliorer le climat des affaires.

 
  
MPphoto
 
 

  Sandra Kalniete (PPE), par écrit.(LV) Le processus d’élargissement de l’Union européenne est un moteur puissant pour la paix, la stabilité et la réconciliation dans la région des Balkans. La Macédoine a accompli des progrès importants en ce qui concerne la démocratisation de l’État, qui découlent directement de la volonté politique de devenir un membre à part entière de la famille des nations européennes. La Commission européenne a évalué ces avancées et, pour la deuxième année consécutive, a demandé au Conseil européen d’ouvrir les négociations d’adhésion avec la Macédoine. Pour la deuxième année consécutive également, le Conseil n’a pas pris cette décision. Cela donne l’impression que certains des obstacles infondés à l’ouverture de ces négociations résident dans les points de discorde mutuels, y compris les relations avec la Grèce. Ces différends ne doivent pas bloquer le processus d’adhésion de la Macédoine, d’autant que la poursuite du processus d’adhésion contribuerait à la stabilité et renforcerait le dialogue interethnique dans le pays.

Bien sûr, la Macédoine a encore beaucoup à faire pour réformer l’administration publique et le système judiciaire, lutter efficacement contre la criminalité organisée et la corruption et développer des dialogues démocratiques au sein de la société. Naturellement, les nouveaux États membres, y compris la Macédoine, ne sont admis que lorsqu’ils respectent toutes les exigences, et uniquement avec l’accord exprès des institutions et des États membres de l’Union européenne. C’est précisément la raison pour laquelle il est important d’entamer le processus de négociation d’adhésion, qui, j’en suis convaincue, favorisera des avancées positives en Macédoine et dans l’ensemble de la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Giovanni La Via (PPE), par écrit.(IT) La proposition de résolution sur le rapport de suivi 2010 concernant l’ex-République yougoslave de Macédoine, sur laquelle le Parlement a voté, a été approuvée par une large majorité et avec l’assentiment de plusieurs groupes politiques. Je salue les efforts consentis par ce pays pour se conformer aux normes européennes. La réforme du système judiciaire, la lutte contre la corruption et la réforme de l’administration publique et du système pénitentiaire sont quelques-unes des avancées importantes en matière de respect de l’acquis communautaire. La priorité donnée à l’octroi de l’autonomie locale et à l’adoption d’une loi anti-discrimination, ainsi qu’à la prise d’engagements en matière d’égalité entre hommes et femmes, mérite également d’être saluée. La liberté d’expression et l’indépendance des médias demeurent toutefois problématiques. Par ailleurs, les tensions exacerbées entre les différents groupes ethniques dans le pays sont une source de préoccupation. Par conséquent, je crois qu’en dépit des résultats positifs, il convient de rester attentif à la question institutionnelle, qui est très fragile et mise à l’épreuve. En conclusion, j’espère que des moyens d’actions visant à combler les lacunes persistant à l’heure actuelle viendront renforcer le processus de rapprochement avec l’Europe.

 
  
MPphoto
 
 

  Monica Luisa Macovei (PPE), par écrit. – (EN) J’ai voté en faveur de la résolution afin de reconnaître les progrès accomplis par la Macédoine sur la voie de l’intégration européenne et de souligner les objectifs que celle-ci doit encore atteindre dans l’intérêt de sa population. Il est fondamental d’envoyer à la Macédoine un signal positif concernant son avenir au sein de l’Union européenne afin de préserver la dynamique européenne et de poursuivre le dialogue politique qui a été engagé. Le litige sur la dénomination qui oppose la Macédoine et la Grèce est une question exclusivement bilatérale qui ne devrait pas interférer avec l’ouverture des négociations d’adhésion. Par ailleurs, la Grèce s’est engagée, en vertu de l’accord intérimaire qu’elle a conclu avec la Macédoine, le 13 septembre 1995, à ne pas s’opposer à la demande d’admission de la Macédoine dans des institutions internationales, ce qui recouvre également le processus de négociations entre l’Union européenne et la Macédoine. Au sein de la commission des affaires étrangères, j’ai déposé plusieurs amendements concernant l’administration publique, le système judiciaire et les mesures de lutte contre la corruption.

L’adoption par le gouvernement de la stratégie nationale de réforme de l’administration publique et la création d’une sous-commission de l’accord de stabilisation et d’association sont des mesures positives pour garantir les capacités et le professionnalisme de l’administration publique. Je tiens à souligner l’extrême importance de l’unification de la jurisprudence et de la publication de toutes les décisions de justice pour rendre le système judiciaire prévisible et lui assurer la confiance de la population.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit.(EN) J’ai voté pour le rapport sur la Macédoine et je salue les efforts assidus déployés dans le cadre de la lutte contre la corruption, qui se traduisent notamment par la mise en œuvre de la deuxième série de recommandations du GRECO et par l’entrée en vigueur des modifications apportées au code pénal. J’encourage les autorités à continuer de mettre en œuvre la législation de lutte contre la corruption ainsi qu’à renforcer l’indépendance, l’efficacité et les moyens de la justice. La corruption demeure toutefois très répandue et je demande que de nouveaux efforts soutenus soient déployés pour éradiquer ce phénomène.

Je souligne l’urgence que revêt l’application effective et impartiale de la législation anti-corruption, en particulier en ce qui concerne le financement des partis politiques et les conflits d’intérêts. J’appelle l’attention sur l’importance de veiller à ce que le système judiciaire fonctionne à l’abri des ingérences politiques et me réjouis des efforts visant à améliorer l’efficacité et la transparence du système judiciaire. J’insiste sur la nécessité de dresser un bilan des poursuites engagées et des condamnations obtenues qui permettra de mesurer les progrès accomplis et je demande l’unification de la jurisprudence, afin de rendre le système judiciaire prévisible et de lui assurer la confiance de la population.

 
  
MPphoto
 
 

  Kyriakos Mavronikolas (S&D), par écrit.(EL) L’ancienne République yougoslave de Macédoine est le théâtre quotidien de violations de l’indépendance de la presse, de l’indépendance de la justice et du plan de développement urbain «Skopje 2014». Parallèlement, le dialogue politique est aujourd’hui interrompu. Si l’on ajoute à cet environnement interne défavorable la question non résolue de la dénomination, il est clair que les perspectives européennes de ce pays sont mises à rude épreuve.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – Cette résolution demande à l’ARYM de tout faire pour libéraliser son économie et son électricité. Elle donne des leçons de démocratie et même de journalisme à l’ARYM. Je vote contre ce texte arrogant et grossier.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit.(PT) L’ex-République yougoslave de Macédoine a été confrontée à plusieurs obstacles sur la voie de son adhésion à l’Union. Si le pays progresse en matière d’adoption de l’acquis de l’Union, en dotant ses institutions de structures fiables et de meilleures pratiques, le chemin à parcourir est encore long. Beaucoup reste à faire, comme le montre la crise politique qui sévit dans cet État.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit.(DE) La Macédoine a été le premier pays des Balkans occidentaux à avoir conclu, le 9 avril 2001, un accord de stabilisation et d’association avec l’Union. Le statut des réformes engagées depuis 2001 peut être jugé favorablement, à bien des égards. En ce qui concerne le système judiciaire, des dispositions juridiques ont été adoptées pour en garantir à la fois l’indépendance vis-à-vis des pressions politiques et l’efficacité. Il convient également de saluer les améliorations en matière de transparence du système judiciaire, s’agissant notamment du traitement des affaires pendantes dans la plupart des tribunaux. Le pays progresse également sur la voie de la transition vers une économie de marché viable, même si le chemin à parcourir est encore long. Seul le différend avec la Grèce sur la question de sa dénomination bloque l’adhésion de la Macédoine à l’Union, et il est à espérer que ce point pourra être résolu dans un proche avenir. Cependant, je me suis abstenu lors du vote car certains aspects du rapport sont extrêmement déséquilibrés.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit.(PT) J’ai voté en faveur du rapport de suivi 2010 concernant l’ancienne République yougoslave de Macédoine. Le processus d’adhésion de l’ancienne République yougoslave de Macédoine a accusé d’importants retards, en dépit des progrès politiques et socio-économiques accomplis par le pays. J’espère que les différences et les problèmes régionaux existants pourront être surmontés dans l’intérêt du bien commun européen.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit.(EN) Favorable à cette résolution qui, en substance, indique que le Parlement souscrit à l’évaluation faite par la Commission dans son rapport de suivi 2010 concernant l’ancienne République yougoslave de Macédoine et déplore que le Conseil n’ait pas pris la décision d’ouvrir les négociations d’adhésion, comme la Commission l’a recommandé pour la deuxième année consécutive et comme le Parlement l’a indiqué dans ses résolutions antérieures. Celui-ci s’inquiète cependant de la situation politique actuelle, y compris du boycott du parlement national par les partis d’opposition, et du risque que ces évolutions n’aient une incidence négative sur le projet européen de ce pays et rappelle la recommandation qu’il a faite au Conseil d’engager sans retard les négociations.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) J’ai voté en faveur de ce rapport parce que je crois que le moment est venu d’ouvrir des négociations d’adhésion effectives et correctes avec l’ancienne République yougoslave de Macédoine. En fait, depuis la décision du Conseil européen du 16 décembre 2005 d’accorder à l’ancienne République yougoslave de Macédoine le statut de pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne, aucune mesure importante n’a été prise sur la question. Cette situation doit être attribuée pour l’essentiel à une série de difficultés au sein de l’ancienne République yougoslave de Macédoine, en particulier en ce qui concerne le boycott du parlement national par les partis d’opposition. Ce problème, ainsi que d’autres, tels que l’existence de médias libres et indépendants, réputée indispensable à la mise en place d’une démocratie stable, doivent être éclaircis dès que possible afin que les deux parties puissent reprendre leur progression sur la voie de l’élargissement de l’Union à l’Est.

 
  
MPphoto
 
 

  Nikolaos Salavrakos (EFD), par écrit.(EL) J’ai voté contre le présent rapport car, comme je l’ai déjà indiqué en séance plénière, je considère que, compte tenu des graves accusations formulées dans le Sunday Times du 20 mars à l’encontre du rapporteur, M. Zoran Thaler – lequel avait initialement déposé le texte soumis par la suite au vote au sein de la commission des affaires étrangères, le 16 mars, soit avant la publication des révélations le concernant, et doit pouvoir bénéficier de la présomption d’innocence – et de l’annonce de la désignation d’un nouveau rapporteur, cette proposition de résolution ne peut être supposée crédible. À mon avis, l’organisation d’un vote sur cette résolution avant la publication des conclusions de l’enquête à la suite de l’ouverture de la procédure de conciliation serait une erreur préjudiciable à l’intégrité et à la crédibilité du Parlement.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0256/2011 (Situation en Côte d’Ivoire)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit. – (PT) Je suis favorable à cette résolution parce qu’il faut mettre rapidement un terme à la crise en Côte d’Ivoire, qui a déjà fait de nombreux morts. La communauté internationale reconnaît la victoire démocratique de M. Ouattara, et elle doit maintenant redoubler d’efforts pour l’aider à prendre ses fonctions de façon pacifique. Il s’agit d’une situation grave qui menace les choix légitimes de la population, mais qui entraîne également des violations des droits de l’homme. C’est pourquoi l'Union européenne doit agir par la voie diplomatique, avec tous les moyens dont elle dispose, pour contribuer à un retour à la normale et, surtout, pour empêcher que l’on décompte de nouvelles victimes.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. – (LT) J’ai voté en faveur de cette résolution parce qu'au cours des quatre derniers mois, la Côte d'Ivoire a été plongée dans une crise politique profonde provoquée par le refus du président en place Laurent Gbagbo de laisser le pouvoir au président légitime Alassane Ouattara, en dépit du fait que ce dernier a remporté le scrutin présidentiel en novembre 2010 et a été reconnu comme vainqueur par la communauté internationale, après validation des résultats par les Nations unies. Selon des sources onusiennes, des centaines de personnes ont perdu la vie en Côte d'Ivoire depuis décembre 2010; considérant que le nombre réel de victimes est probablement beaucoup plus élevé, étant donné que les informations relatives à la violence qui sévit à l'intérieur du pays ne sont pas toujours relayées par la presse. Les gardiens de la paix de l'ONU et les représentants des organisations internationales sont la cible d'attaques délibérées. Je pense, moi aussi, qu’une action internationale rapide est nécessaire pour gérer la situation humanitaire en Côte d'Ivoire et éviter une nouvelle crise migratoire dans la région. La Commission et les États membres doivent coordonner leurs efforts avec d’autres donateurs internationaux de manière à répondre aux besoins urgents de la population de Côte d'Ivoire et de ses pays voisins. Je soutiens les sanctions, y compris l'interdiction de visa et le gel des avoirs, imposées par le Conseil de sécurité des Nations unies, l'UA et le Conseil de l'Union européenne contre toutes les personnes et entités qui font barrage à l'autorité du président légitime. Je pense que ces sanctions doivent demeurer en vigueur jusqu'au retour au pouvoir des autorités légitimes.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit. (PT) Je condamne vivement les efforts déployés par l'ex-président Gbagbo et ses partisans pour aller violemment à l'encontre de la volonté du peuple ivoirien, et je me joins à l'appel lancé à M. Gbagbo de renoncer immédiatement au pouvoir. Il est regrettable que le peuple ivoirien ait dû payer si cher pour faire respecter sa volonté démocratique, exprimée lors des élections présidentielles de novembre 2010. Je tiens à exprimer mon soutien résolu au président Ouattara, à son gouvernement et au peuple de Côte d’Ivoire dans leurs tâches de réconciliation, de relance économique et de développement durable. Je demande l’ouverture de négociations afin de rétablir l'ordre, la paix, la stabilité et la sécurité dans le pays en vue de la tâche difficile consistant à promouvoir la réunification nationale.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit. (PT) J’ai voté en faveur de la résolution sur la situation en Côte d’Ivoire. Cette résolution condamne les efforts violents déployés par l’ex-président Gbagbo pour usurper le pouvoir et souligne la nécessité qu’il renonce immédiatement au pouvoir en faveur du président démocratiquement élu, M. Ouattara, afin de rétablir la paix et la démocratie dans le pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) Malgré la vision grandiose de Félix Houphouët-Boigny, la Côte d’Ivoire est aujourd’hui un pays déchiré par le conflit entre M. Gbagbo et M. Ouattara, un conflit qui menace de durer indéfiniment. Le peuple ivoirien a assisté aux avances militaires des différentes factions dans l'inquiétude et la peur, craignant l'effondrement de la sécurité et une aggravation de la déstabilisation du pays. La Côte d’Ivoire est un autre exemple du risque posé par les régimes dictatoriaux qui perdurent et qui, une fois disparus, laissent derrière eux un vide institutionnel et un manque de pratique de la démocratie et de l’exercice des libertés.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Conformément à l’exemple qu’elle a donné tout au long de son existence, l’Union européenne a le devoir historique de s’exprimer contre toutes les violations des droits de l’homme et de promouvoir le respect du droit à l'autodétermination des peuples, tant par la dénonciation que par des programmes de développement. Nous avons assisté récemment à une flambée des violences et à des massacres confirmés en Côte d’Ivoire, où tous les Ivoiriens n'acceptent pas le processus de démocratisation. Le Parlement a adopté plusieurs résolutions concernant la situation politique dans ce pays, notamment le 16 décembre 2010. D'autres institutions européennes et internationales, comme le Conseil de sécurité de l'ONU et l'Autorité des chefs d’État de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), ont condamné les violations des droits de l’homme dans ce pays après le refus par le président sortant, M. Gbagbo, de se plier aux résultats électoraux pourtant certifiés par l’ONU. Ce refus a entraîné une vague de violences à travers le pays, provoquant des centaines de morts et faisant environ un million de réfugiés. Je suis donc d’accord avec les mesures proposées ici et je vote en faveur de cette proposition, parce que je pense que le Parlement doit défendre une politique étrangère fondée sur des valeurs, et pas uniquement sur des intérêts économiques.

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit. (PT) Nous n’avons pas voté pour cette résolution et nous restons préoccupés par l'état de guerre en Côte d’Ivoire, par la paralysie économique du pays et par la violence contre les personnes, qui mettent ce pays dans une situation de crise humanitaire.

Nous savons que la situation actuelle trouve sa source dans des problèmes déjà anciens, notamment la pauvreté et l'inégalité sociale héritées de l'époque coloniale ou les plans d'ajustement structurel imposés pendant des années par le FMI.

Les quatre mois de malheurs qui ont suivi les élections montrent à quel point il est regrettable que la communauté internationale, et notamment l’Union européenne, n'ait pas eu davantage recours à la diplomatie pour trouver une solution politique pacifique à la crise. Le rôle de la France est particulièrement regrettable, puisque ce pays a préféré l’intervention militaire au travail diplomatique.

Nous insistons donc pour que soit mis fin à la guerre et aux violences commises par toutes les parties, et nous exhortons l’Union d’agir en conséquence.

 
  
MPphoto
 
 

  Bruno Gollnisch (NI), par écrit. – Cette résolution est un exploit de mauvaise foi. Elle réussit le tour de force de ne jamais parler de manière négative du camp de M. Ouattara, dont les Nations unies sont pourtant en train de vérifier sur place l'ampleur des exactions. Mais il est vrai que M. Ouattara, musulman d'origine non ivoirienne formé au FMI à Washington, ne peut que susciter votre soutien. Elle porte aux nues l'action de l'ONUCI, alors que l'ONU elle-même a été obligée d'appeler à l'aide la France pour assurer sa mission, et notamment la protection des ressortissants étrangers.

Belle preuve d'efficacité et d'utilité! Quant à l'attention que vous portez au respect du verdict des urnes, on aimerait qu'elle soit aussi soutenue quand des peuples européens rejettent les traités que vous leur proposez. Vous ne soutenez en fait que les résultats qui vous arrangent. Un tel manichéisme à courte vue ne peut pas être soutenu, pas plus qu'une résolution encore moins documentée que les articles des journaux européens dont elle semble être issue.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit. (LT) J’ai voté en faveur de ce document parce qu’au cours des quatre derniers mois, la Côte d’Ivoire a été plongée dans une crise politique profonde provoquée par le refus du président sortant, Laurent Gbagbo, de céder le pouvoir au président légitime, Alassane Ouattara, alors que ce dernier a remporté les élections présidentielles de novembre 2010 et que sa victoire a été reconnue par la communauté internationale après la validation des résultats par les Nations unies. Tous les efforts diplomatiques déployés pour trouver une solution pacifique à l’impasse politique postélectorale, y compris ceux de l'Union africaine, de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest et du président d’Afrique du Sud, ont échoué. Depuis la mi-février, les combats se sont intensifiés à la fois dans la capitale et dans l'Ouest du pays, avec l'existence d'informations alarmantes indiquant une utilisation croissante de l'artillerie lourde contre des civils. La Côte d’Ivoire a été le théâtre d’atrocités telles que des violences sexuelles, des disparitions forcées, des exécutions sommaires et l’utilisation excessive et aveugle de la force contre des civils. Ces actions constituent des crimes contre l’humanité. Le Parlement demande donc au président Ouattara de faciliter la paix et la réconciliation nationale.

 
  
MPphoto
 
 

  Giovanni La Via (PPE), par écrit.(IT) La grave crise politique et institutionnelle qui secoue la Côte d’Ivoire depuis plusieurs mois maintenant a provoqué une vague de violence qui ne semble pas devoir s'arrêter de sitôt. Je condamne vivement la tentative de l’ex-président Gbagbo d'inverser par la violence les résultats d’une élection légitime qui a vu sa défaite face à Alassane Ouattara. Depuis plusieurs mois maintenant, la Côte d’Ivoire est le théâtre d’une guérilla urbaine entre les partisans du président sortant et la population. Je pense que l’Europe, surtout dans des situations comme celle-ci, qui mettent gravement en péril les droits de l’homme fondamentaux et l’idéal même de la démocratie, doit se faire entendre haut et fort en condamnant ces actes, en exprimant sa vive désapprobation et son indignation.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J’accueille favorablement cette résolution, qui invite instamment toutes les forces politiques de Côte d'Ivoire à respecter la volonté du peuple, qui s'est exprimée librement par les résultats du second tour des élections présidentielles, le 28 novembre 2010, tels qu'ils ont été annoncés par la Commission électorale indépendante et certifiés par le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, avec la reconnaissance d’Alassane Dramane Ouattara comme président-élu de Côte d'Ivoire. Cette résolution demande aux parties ivoiriennes d'éviter et de prévenir toute forme de coercition illégale et d'infraction aux droits de l'homme et de protéger les civils à l'encontre de telles actions.

Cette condamnation condamne également avec la plus grande fermeté les efforts déployés par l'ex-président Gbagbo et ses partisans pour aller à l'encontre de la volonté du peuple ivoirien en fomentant des violences et en compromettant l'intégrité du processus électoral. À cet égard, elle souligne que les résultats d'élections démocratiques doivent être entièrement respectés par tous les participants, y compris les candidats qui les perdent, et que le refus d'entériner ces résultats aggraverait la menace qui pèse sur la paix et la stabilité en Côte d’Ivoire.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Melo (PPE), par écrit. (PT) Le respect de la démocratie est un principe inaliénable de l’Union européenne. Nous devons donc condamner avec force les événements en Côte d’Ivoire. Le recours à la violence contre les civils ivoiriens par M. Gbagbo après sa défaite électorale est inacceptable, et il doit démissionner et céder le pouvoir immédiatement. Les responsables ne doivent pas rester impunis, et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les identifier et les poursuivre, au niveau international si nécessaire, pour leurs crimes à l’encontre de la population civile. L'Union européenne pourra apporter le soutien nécessaire aux enquêtes.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. (DE) À l’issue des élections en Côte d’Ivoire, le président Gbagbo - rejeté par les urnes - n’a pas voulu accepter sa défaite. Toutes les tentatives de négociations et les critiques de la communauté internationale ont échoué, provoquant une crise ponctuée d’incidents violents. Il importe de maintenir une pression internationale, par exemple en condamnant les abus des droits de l’homme et les crimes contre le droit humanitaire dans les termes les plus vifs possibles en infligeant des sanctions.

Il est tout aussi important de faire des efforts pour venir en aide aux civils victimes d'enlèvements, parmi lesquels des citoyens de l'Union. Cependant, cette résolution aborde uniquement les atrocités commises par les troupes du président déchu Gbagbo, passant sous silence les accusations portées à l'encontre des troupes du nouveau président élu Ouattara. Quand il s’agit d’actes de violence, nous ne devrions pas faire de différences selon leurs auteurs.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit. (DE) L’Union doit condamner de la façon la plus vive les graves violations des droits de l’homme et les actes de violence commis par l'ancien président Gbagbo. Si les infractions au droit humanitaire se poursuivent, il faudra imposer des sanctions spécifiques. Mais il est aussi important de condamner les crimes violents commis par les deux parties, et donc aussi les crimes dont est accusé le nouveau président Ouattara. Pour les victimes d’attaques violentes, peu importe qui en a donné l’ordre. J’estime donc que cette résolution est trop partiale.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit. (PT) Au vu de la crise politique, avec les graves conséquences politiques que connaît ce pays, je me réjouis de l’engagement pris par l'Union, et exprimé par la commissaire Georgieva, de contribuer à résoudre la crise humanitaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) Pour. Je me joins à ceux qui: 1. regrettent que l’impasse politique postélectorale n’ait pas été résolue de façon pacifique et que tous les efforts diplomatiques pour y parvenir aient échoué; 2. condamnent les pertes matérielles et humaines tragiques provoquées par les violences postélectorales et invitent MM. Gbagbo et Ouattara à garantir le respect des droits de l’homme et de l'état de droit; et 3. invitent M. Ouattara et M. Gbagbo à assumer leurs responsabilités afin d'empêcher la violence et les représailles après les combats dans le pays et à démontrer leur engagement en faveur d'une transition démocratique pacifique.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) Ces derniers mois, la Côte d’Ivoire a été plongée dans une profonde crise politique. Le refus par le président sortant, Laurent Gbagbo, de céder le pouvoir au vainqueur des élections présidentielles de novembre 2010, Alassane Ouattara, a déclenché une spirale de violence dans tout le pays qui ne montre aucun signe d’apaisement. Depuis la mi-février, les combats se sont intensifiés à la fois dans la capitale et dans l'Ouest du pays, avec l'existence d'informations alarmantes indiquant une utilisation croissante de l'artillerie lourde contre des civils. Jusqu’à présent, les efforts diplomatiques de la communauté internationale ont échoué, malgré la validation des résultats électoraux par les Nations unies. L’heure est venue de condamner les efforts déployés par l’ex-président Gbagbo et ses partisans pour aller violemment à l'encontre de la volonté du peuple ivoirien. Laurent Gbagbo doit démissionner immédiatement et céder le pouvoir à Alassane Ouattara, le président légitimement élu.

 
  
MPphoto
 
 

  Michèle Striffler (PPE), par écrit. – Depuis quatre mois, la Côte d'Ivoire est plongée dans une crise politique profonde provoquée par le refus de l'ex-président Laurent Gbagbo de laisser le pouvoir au président légitime Alassane Ouattara. Cette situation a des conséquences humanitaires particulièrement catastrophiques. Les violences postélectorales ont fait plus d’un million de déplacés internes et de réfugiés. De plus, cet afflux massif de réfugiés pourrait raviver les tensions patentes dans cette région. Cette crise risque donc de perdurer. Bien que je me félicite de la décision de la Commission qui a quintuplé son aide humanitaire portant ainsi le soutien européen à 30 millions d'euros, il est primordial que l'Union européenne mette tout en œuvre pour aider les populations les plus vulnérables et veiller à l'évolution de leurs besoins.

 
  
MPphoto
 
 

  Dominique Vlasto (PPE), par écrit. – J'ai tenu à soutenir cette résolution qui condamne clairement les exactions commises sur la population civile par les milices loyales au Président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo. La sortie de ce conflit par la voie diplomatique aurait été préférable, mais le niveau de violence atteint à Abidjan ainsi que l'attitude jusqu'au-boutiste et autodestructrice du président déchu exigeait une intervention de l'ONU, pour protéger les civils et favoriser la prise de pouvoir du Président légitime, Alassane Ouattara. Cette résolution conforte donc l'intervention des forces françaises sous mandat de l'ONU, qui contribue à faire respecter le droit et le résultat des élections, et protéger la vie de civils et des ressortissants européens. Lorsque l'état de droit aura été rétabli, les autorités ivoiriennes légitimes, avec le soutien de la communauté internationale, devront veiller à ce que le candidat perdant lors des dernières élections présidentielles de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, ainsi que tous les responsables soupçonnés de violations des Droits de l’Homme rendent compte pénalement de leurs actions. Enfin, l'UE doit, à mon sens, poursuivre son engagement à soutenir sur le long terme la Côte d'Ivoire, afin d'accompagner la réconciliation nationale et d’aider à la reconstruction et la stabilisation du pays.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0198/2011 (Révision de la politique européenne de voisinage - dimension orientale)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit. – (PT) Je vote en faveur de ce rapport parce qu’il poursuit des objectifs importants tels que la libéralisation des visas, les accords de libre-échange, les contacts avec la société civile et le non-recours à la force dans l’implication de l’Union dans les conflits, ainsi que l’autodétermination et l’intégrité territoriale.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. – (LT) Depuis son lancement, en 2004, la politique européenne de voisinage (PEV) a conduit au renforcement des relations avec les pays partenaires. Le partenariat oriental constitue un cadre politique approprié pour approfondir les relations avec les pays partenaires, sur la base des principes de maîtrise commune et de partage des responsabilités. Les priorités du partenariat oriental sont notamment le développement de la démocratie, la bonne gouvernance et la stabilité, l'intégration économique et la convergence avec les politiques de l'Union, notamment en ce qui concerne le changement climatique et la sécurité énergétique. La mise en œuvre de la PEV se heurte à certains obstacles, et c'est pourquoi sa révision doit inclure des priorités d'action clairement définies, de critères précis et d'une différenciation basée sur les performances. La PEV doit continuer de reposer sur les principes de démocratie, d'état de droit, de respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit soutenir les réformes politiques, sociales et économiques de nos partenaires les plus proches.

 
  
MPphoto
 
 

  Elena Băsescu (PPE), par écrit. – (RO) J’ai voté en faveur de l’initiative de la Commission et du Conseil en vue d’une révision de la politique européenne de voisinage - dimension orientale. La flexibilité de cette politique lui a permis d’obtenir des résultats, et nous devons aujourd’hui l’adapter aux nouvelles réalités européennes. C’est précisément pour cela que nous devons mieux l’adapter aux circonstances spécifiques de chaque pays inclus dans le programme.

Je pense que notre première considération doit être l’engagement des pays partenaires, et non leur situation géographique. Les citoyens sont cependant au cœur des réformes menées par un pays. Les pays de l’est et du sud doivent bénéficier des mêmes possibilités, ce qui nécessite un rééquilibrage de la politique de voisinage. Les pays de l’ex-Union soviétique ont également besoin de coopérer avec l’Union européenne, comme l’a rappelé Joe Biden lors de sa visite récente à Chisinau. Je tiens à souligner que la République de Moldavie est le réformateur le plus avancé du partenariat oriental.

 
  
MPphoto
 
 

  Vilija Blinkevičiūtė (S&D), par écrit. – (LT) J’ai voté en faveur de cette résolution parce que la révision de la dimension orientale de la politique européenne de voisinage vise des objectifs importants, tels que les processus démocratiques, la bonne gouvernance et la stabilité, l'intégration économique, l'environnement, le changement climatique et la sécurité énergétique. Le Parlement européen est d’avis que la lutte contre la corruption, en particulier dans le système judiciaire et au sein de la police, doit être une priorité absolue de l'Union dans ses relations avec ses partenaires orientaux. En outre, il faut intensifier la lutte contre les réseaux internationaux du crime organisé et renforcer la coopération policière et judiciaire avec les agences compétentes de l’Union. Il est primordial que les organisations de la société civile puissent travailler activement, en particulier dans le domaine des droits de l'homme, la promotion des processus démocratiques et la protection de la liberté de la presse. Je voudrais souligner l'importance de la liberté d'expression et de médias libres et indépendants, sur l'internet également, pour le développement des démocraties. Je voudrais aussi souligner l'importance des syndicats et du dialogue social dans le cadre du développement démocratique de nos partenaires de l'est.

 
  
MPphoto
 
 

  Cristian Silviu Buşoi (ALDE), par écrit. (RO) Les rapports de la Commission concernant la PEV décrivent les avantages bien réels de cette politique de bon voisinage, mais aussi les difficultés qu’elle rencontre. La PEV a besoin d’être révisée, et l’Union européenne doit adopter une approche différente face aux progrès accomplis par les pays voisins dans leurs réformes socio-économiques, en leur apportant un soutien financier et économique et en l'adaptant aux besoins spécifiques de chaque pays.

Le partenariat oriental constitue un cadre politique pour la consolidation des relations entre l’Union et ses voisins orientaux et pour la poursuite des réformes socio-économiques dans les pays partenaires.

Les progrès accomplis par chaque pays doivent être évalués selon une analyse comparative basée sur des critères prédéfinis, mais qui tiennent également compte des caractéristiques propres à chaque pays. Une «perspective européenne englobant l’article 49 du traité sur l’Union européenne» pourrait être un élément moteur des réformes dans ces pays. Le Parlement doit jouer un rôle important dans la définition des critères d’évaluation et dans le renforcement de la liberté et de la démocratie dans les pays partenaires voisins.

 
  
MPphoto
 
 

  Mário David (PPE), par écrit. – (PT) Je voudrais tout d’abord féliciter mon collègue député, M. Siwiec, pour l’excellent travail qu’il a réalisé et pour la collaboration, ou plutôt la synthèse d'idées à laquelle nous sommes parvenus, concernant le principe général de révision de la politique européenne de voisinage (PEV). Outre ce que j’ai déjà dit concernant la résolution relative à la dimension méridionale, je tiens à insister sur la nécessité que ces deux dimensions de la PEV adoptent à l'avenir une approche «par la base». J’insiste également sur le fait que seule une implication accrue des communautés locales et de la société civile garantira un maximum d'efficacité dans la mise en œuvre de la PEV par l'Union européenne. J’espère aussi que l’Union européenne ne privilégiera pas la stabilité à court terme aux dépens des intérêts et de la défense des populations et de leurs libertés individuelles et collectives. J’espère qu’elle mettra l'accent tout particulièrement sur les droits des femmes, comme je l'ai indiqué dans mon intervention. Même si je suis très heureux des résultats obtenus dans ces deux rapports, je regrette que le Parlement et la Commission n’aient pas profité au maximum de cette occasion trop rare de faire une distinction entre les pays orientaux de la PEV et les pays qui pourraient devenir nos pays partenaires méridionaux dans la PEV.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) La résolution relative à la dimension orientale de la politique européenne de voisinage (PEV) a pour objectif de recommander que la prochaine révision stratégique de la PEV renforce la différenciation entre les pays sur la base de leurs ambitions et de leurs engagements, pour autant qu’ils soient suivis de véritables progrès et de mesures concrètes. Il convient de prendre en considération les caractéristiques spécifiques de chaque partenaire, y compris ses objectifs et son potentiel. Les valeurs fondamentales de l’Europe, notamment la démocratie, l'état de droit et le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, l'indépendance du pouvoir judiciaire et la lutte contre la corruption, qui sont les fondements sur lesquels se sont construits la PEV et le partenariat oriental, doivent être le principal critère d'évaluation du rôle joué par nos partenaires orientaux. La liberté de la presse et la lutte contre la corruption devraient figurer parmi les priorités de l’Union européenne dans le développement de ses relations avec ces pays, et ce souci doit trouver sa traduction dans le cadre global de renforcement des institutions.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Les objectifs de l’Union européenne sont très larges et reposent sur un élargissement aux pays voisins en vue de créer un vaste espace de libre circulation des personnes et des biens. Dans ces conditions, la politique européenne de voisinage (PEV) de l’Union joue un rôle primordial dans sa stratégie de développement et de croissance. Plusieurs instruments et résolutions ont été adoptés à cette fin, concernant notamment l'instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP) et les choix essentiels de la politique étrangère et de sécurité commune. Je me réjouis donc de l'adoption de ce rapport et des mesures proposées, parmi lesquelles, en particulier, le renforcement du financement et de la coopération avec différents secteurs et l’organisation d’un deuxième sommet du partenariat oriental au cours du deuxième semestre 2011. Je voudrais souligner la nécessité, pour l’Union, d'intensifier son dialogue avec les organisations de la société civile dans ces pays, de favoriser le libre-échange et de promouvoir la stabilité, d'encourager le partage d'expériences et la mobilité entre les États membres et ces pays, et de promouvoir le dialogue multilatéral.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit. (LT) J’ai voté en faveur de cette résolution parce que la révision de la dimension orientale de la politique européenne de voisinage poursuit des objectifs fondamentaux, tels que la démocratie, l’état de droit, le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, l’économie de marché, le développement durable et la bonne gouvernance. Elle souligne que la PEV reste un cadre d'importance stratégique pour l'approfondissement et le renforcement des relations avec nos partenaires les plus proches en vue de soutenir leurs réformes politiques, sociales et économiques, et souligne l'importance du maintien du principe de maîtrise commune dans la conception et la mise en œuvre des programmes et des actions. Le partenariat oriental a été lancé en tant que cadre politique pour le développement de la dimension orientale de la PEV, dont l'objet est d'approfondir et de renforcer les relations entre l'Union européenne et ses voisins de l'Est, de faciliter l'établissement d'une association politique, de favoriser l'intégration économique et le rapprochement des législations, tout en soutenant les réformes politiques et socioéconomiques dans les pays partenaires. Je tiens à souligner que les réformes économiques doivent aller de pair avec les réformes politiques, et que la bonne gouvernance passe impérativement par un processus décisionnel ouvert et transparent reposant sur des institutions démocratiques. Il importe tout particulièrement de favoriser la coopération régionale dans la région de la mer Noire et de renforcer l'action de l'Union européenne en direction de cette région, notamment en lançant une stratégie européenne à part entière pour la mer Noire et en dégageant les moyens financiers et humains nécessaires à sa mise en œuvre effective.

 
  
MPphoto
 
 

  Cătălin Sorin Ivan (S&D), par écrit. (EN) J’ai toujours encouragé la politique de voisinage oriental de l’Union européenne, comme l’indiquent mes activités passées. Je soutiens la révision de la politique européenne de voisinage, principalement parce que cette révision est nécessaire pour contribuer activement à ce que les droits de l'homme et les principes politiques occupent une place renforcée dans l'analyse de la situation politique des pays tiers. Elle souligne les évolutions positives en ce qui concerne les droits de l'homme et la démocratisation dans certains pays partenaires et des évolutions négatives dans d'autres, notamment en Biélorussie. J’estime aussi important qu’elle accorde une attention particulière à la mobilité des étudiants, des universitaires, des chercheurs et des hommes et femmes d'affaires en garantissant des ressources suffisantes ainsi qu'en renforçant et en étendant les programmes de bourses existants. Pour toutes ces raisons, je soutiens la révision de la politique européenne de voisinage.

 
  
MPphoto
 
 

  Petru Constantin Luhan (PPE), par écrit. (RO) La révision de la politique de voisinage doit continuer de résoudre les problèmes spécifiques auxquels se trouvent confrontés les régions situées aux frontières de l'Union européenne. Je pense qu'une capacité administrative importante est indispensable pour pouvoir affronter des problèmes aussi divers. Outre les défis démographiques, le changement climatique, la compétitivité économique et la qualité de vie, les régions qui partagent une frontière avec des États non membres doivent affronter différentes conséquences de problèmes qui ne sont pas résolus correctement. C’est le cas, par exemple, de la gestion des catastrophes naturelles. Il est extrêmement difficile d’intervenir dans les situations d’urgence si les pays voisins n’ont pas la capacité de réagir, et aucune région ne peut affronter seule une telle situation. C’est pourquoi, j’ai proposé que les régions situées aux frontières de l’Union, et qui partagent des frontières avec au moins deux pays tiers, soient considérées comme des régions «plates-formes» et bénéficient d’une aide en conséquence. La politique de voisinage doit tenir compte de la capacité des régions frontalières de l’Union de faire face à ces problèmes nettement plus complexes. Il convient d'assurer un soutien financier en conséquence.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J’ai voté pour cette résolution, et j'encourage les pays de la région à coopérer plus étroitement les uns avec les autres et à nouer un dialogue renforcé à long terme, à tous les niveaux pertinents, sur des thèmes tels que la liberté, la sécurité et la justice, et en particulier la gestion des frontières, l'immigration et l'asile, la lutte contre le crime organisé, la traite des êtres humains, l'immigration clandestine, le terrorisme, le blanchiment d'argent et le trafic de stupéfiants ainsi que la coopération policière et judiciaire. Cette résolution rappelle que les relations de bon voisinage sont l'une des principales conditions préalables à remplir par les pays de la PEV pour pouvoir avancer sur la voie de l'adhésion à l'Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – La nouvelle politique européenne de voisinage qui nous est promise n'est rien d'autre que la répétition du même, quelques lueurs de lucidité démocratique en plus. Pour le versant oriental, tout est là: zones de libre-échange, soutien au projet Nabucco et au projet AGRI, externalisation de la «gestion des flux migratoires». Rien ne change. Je vote contre. L'UE n'est ni un État, ni une démocratie. Mais elle se comporte déjà comme une puissance impérialiste.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit. (DE) Les trois pays du Caucase du Sud étaient initialement exclus de la politique européenne de voisinage, et ils n'ont été intégrés à son champ d’action que plus tard. Les plans d’action visant à approfondir les relations bilatérales sont un instrument important de la politique européenne de voisinage. Ces plans sont élaborés individuellement pour chaque pays puisque, dans la pratique, chaque pays suit sa propre voie. La région du Caucase du Sud, en particulier, est caractérisée par une série de conflits que même les experts jugent très difficiles à résoudre dans certains cas.

Dans ce contexte, il est important de réaffirmer que la politique européenne de voisinage ne mène pas automatiquement à l’adhésion (comme dans le cas du processus d’élargissement). Elle concerne plutôt la politique de sécurité et vise à renforcer la stabilité. Cette résolution ne l’exprime pas suffisamment, c’est pourquoi je n'ai pas voté en sa faveur.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit. (DE) La politique européenne de voisinage est un instrument destiné à garantir la stabilité et à promouvoir les structures pacifiques et démocratiques, mais aussi à approfondir les relations bilatérales avec les pays voisins de l’Union européenne. Il y a beaucoup à faire notamment dans les pays du Caucase du Sud, puisque cette région est régulièrement secouée par des conflits. La politique européenne de voisinage n’est pas, et ne doit pas être, une phase préliminaire de la politique d’élargissement. J’ai le sentiment que cette distinction n’est pas exprimée clairement, et c’est pourquoi je ne suis pas en mesure de soutenir cette proposition.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit. (PT) La politique européenne de voisinage (PEV) s’est révélée un instrument efficace de politique étrangère. Elle contribue au renforcement de nos relations avec les pays tiers, avec des bénéfices tangibles. L’objectif ultime d’une politique de voisinage effective est de garantir la paix. Le partenariat oriental constitue un cadre politique approprié pour approfondir les relations avec les pays partenaires et entre eux, sur la base des principes d’obligations et de responsabilités communes. J’ai voté en faveur de cette résolution parce que je crois également que le renforcement des relations entre tous les pays, tel qu’il est recommandé ici, nécessite un engagement commun et de nouveaux progrès vers la bonne gouvernance et les normes démocratiques.

 
  
MPphoto
 
 

  Paulo Rangel (PPE), par écrit. (PT) J'ai voté en faveur de cette résolution qui réaffirme la nécessité de réviser la politique européenne de voisinage (PEV) sur la base de la défense des valeurs et principes fondamentaux de l’Union européenne et d’une plus grande implication de la société civile et des communautés locales. Cette résolution souligne l’importance de la dimension orientale de la PEV en tant qu’instrument permettant de renforcer les relations entre l’Union et ses voisins orientaux, et ce afin de soutenir les réformes politiques, sociales et économiques dans ces pays et d’approfondir son engagement en faveur de valeurs et de principes partagés tels que la démocratie, l’état de droit, le respect des droits de l’homme et la bonne gouvernance, dans le contexte de l’intégration européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) Pour. Je me joins à ceux qui se félicitent des progrès accomplis dans les relations entre l'Union européenne et les pays voisins dans le cadre de la PEV et affirment de nouveau les valeurs, les principes et les engagements sur lesquels la PEV s'est construite, notamment la démocratie, l'état de droit, le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, l'économie de marché, le développement durable et la bonne gouvernance; considèrent que la PEV reste un cadre d'importance stratégique pour l'approfondissement et le renforcement des relations avec nos partenaires les plus proches en vue de soutenir leurs réformes politiques, sociales et économiques, et soulignent l'importance du maintien du principe de maîtrise commune dans la conception et la mise en œuvre des programmes et des actions;

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) En vertu de l'article 8 du traité sur l'Union européenne, l'Union développe avec les pays de son voisinage des relations privilégiées, en vue d'établir un espace de prospérité et de bon voisinage. Comme nous l’avons vu, la politique européenne de voisinage a conduit au renforcement des relations avec les pays partenaires et a procuré de nombreux avantages tangibles pour le bien commun. Il reste cependant des défis à relever, et nous devons à présent mettre l’accent sur les priorités d’action, avec des critères de référence plus efficaces, notamment en ce qui concerne le partenariat oriental. Le partenariat avec nos voisins orientaux constitue un cadre politique important pour le bien de l’Europe, et sa plate-forme de travail est axée sur quatre thèmes: la démocratie, la bonne gouvernance, l’intégration économique et la convergence avec les politiques européennes. À l’heure actuelle, malheureusement, les conflits qui ont éclaté dans ces pays nuisent gravement à leur développement économique, social et politique et constituent un obstacle important pour la coopération et la sécurité régionale, comme le montrent les soulèvements récents en Tunisie et en Égypte. Je voudrais voir une révision de la politique européenne de voisinage basée sur les valeurs de l’Union, opposée aux régimes oppressifs et qui soutienne les aspirations démocratiques légitimes des peuples orientaux.

 
  
MPphoto
 
 

  Czesław Adam Siekierski (PPE), par écrit.(PL) Depuis sa création, la politique européenne de voisinage a procuré des avantages tangibles à toutes les parties concernées. Elle crée un cadre de coopération d’une importance stratégique pour soutenir les réformes politiques, sociales et économiques de nos partenaires les plus proches. Le partenariat oriental est axé sur le développement de la démocratie, la bonne gouvernance et la stabilité ainsi que la création de liens plus étroits avec la politique de l’Union européenne. Depuis la création de la PEV, de nombreux pays partenaires ont accompli des progrès remarquables dans le domaine des droits de l’homme, de la démocratisation de la vie publique et des réformes économiques. Seule la Biélorussie ne participe que de façon limitée à la coopération avec l'Union européenne, et nous devrions soumettre la continuation de sa participation à la PEV à la condition que le pays se montre prêt à respecter les principes fondamentaux de la démocratie et de la liberté.

Nous devons accorder de l’attention à la lutte contre la corruption, à la loi électorale et à la façon dont les élections sont organisées pour faire en sorte que celles-ci soient conformes aux normes reconnues en droit international. Nous devrions exprimer notre soutien à l'assemblée parlementaire Euronest en soulignant son rôle dans le renforcement de la démocratie et dans le développement de la coopération avec les pays du partenariat oriental.

 
  
MPphoto
 
 

  Bogusław Sonik (PPE) , par écrit.(PL) La résolution du Parlement européen sur la révision de la politique européenne de voisinage vise à relever les défis apparus ces derniers mois dans notre voisinage, aussi bien dans la dimension orientale que méridionale. Ces événements ont démontré l’inadéquation de l’implication actuelle de l’Union dans le voisinage. Le changement de paradigme proposé par le Parlement européen, passant de «la stabilité avant tout» à «la démocratie et les droits de l’homme avant tout» dans la politique européenne, est nécessaire. Il ne faut plus faire comme si le statu quo, c'est-à-dire le maintien en place de régimes autoritaires, était préférable pour l'Europe et sa sécurité. Le moment est venu de faire preuve de solidarité avec nos voisins.

Malgré les différences, la plupart des pays du voisinage partagent des caractéristiques communes: peu ou pas de liberté et une modernisation qui n’a pas abouti. Il semble inévitable d’allouer des fonds supplémentaires et généreux pour créer un voisinage européen stable. La PEV devrait donc rester fondée sur le principe de conditionnalité, de coopération bilatérale et multilatérale. Il faut y ajouter la recherche de l'intégration institutionnelle, la libéralisation du régime des visas, l'ouverture du marché européen et le soutien à la société civile. Il est bon de rappeler à nouveau la position de la Pologne, favorable aux élargissements successifs de l'Union européenne. Il y deux ans, en partenariat avec la Suède, la Pologne a invité les États membres à renforcer la dimension orientale de la PEV sous la forme d'une initiative de partenariat oriental.

Face aux événements actuels, le rôle de la Pologne acquiert un sens symbolique. La Pologne, qui possède une expérience historique dans la transformation de son système politique et économique, peut servir de guide et de modèle aux voisins orientaux et méridionaux de l’Union européenne dans le cadre de la politique actuelle.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Teixeira (PPE), par écrit. (PT) La politique européenne de voisinage (PEV) s’est révélée un instrument essentiel de politique étrangère. Elle encourage des relations plus étroites entre les pays partenaires et procure des avantages aux deux parties. Les modifications apportées après l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne visent à renforcer la cohérence, l'efficacité et la légitimité de la dimension extérieure de l'Union européenne. Il est cependant vital de réexaminer cette politique et de montrer les erreurs du passé. La révision de la PEV et du partenariat oriental devrait définir des priorités d’action spécifiques pour chaque partenaire, des critères précis et une différentiation basée sur la performance et les résultats. Une approche «par la base», fondée sur le soutien à la société civile et aux processus de démocratisation, est une condition indispensable pour la viabilité et la croissance à long terme.

Pour résoudre les problèmes socio-économiques de la région, il faut mettre l'accent sur la formation, l’éducation, la recherche et la mobilité. Enfin, je voudrais insister sur le soutien que l’Union a apporté à la société civile biélorusse dans le renforcement des réformes démocratiques et sociales afin de permettre sa participation à la PEV et à d’autres politiques sectorielles.

 
  
  

- Proposition de résolution B7-0199/2011 (Révision de la politique européenne de voisinage - dimension méridionale)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit. – (PT) Je suis favorable aux déclarations qui engagent l'Union à prendre en considération les nouvelles évolutions, les erreurs du passé et le soutien en faveur de la transformation démocratique, au même titre que les réformes économiques et sociales dans la région, la lutte contre la corruption et la promotion des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Il importe avant tout de développer une dimension multilatérale et de créer des synergies entre les dimensions bilatérale et multilatérale de ce partenariat, par exemple en redynamisant l’Union pour la Méditerranée (UPM) et en renforçant le rôle des syndicats parmi la population civile. Il importe également de souligner la nécessité d'augmenter les fonds consacrés à cette politique et d'en faire un meilleur usage.

 
  
MPphoto
 
 

  Dominique Baudis (PPE), par écrit. – Nous avons besoin de repenser notre politique au Sud de la Méditerranée. La politique européenne de voisinage devait promouvoir les valeurs de démocratie et de droits de l'homme. Or, les évènements qui se déroulent sur la rive Sud depuis le début de l'année montrent que nous n'avions pas réussi. Certes, la coopération dans des domaines tels que l'éducation ou la modernisation de l'économie a été suivie d'effets. On ne peut pas en dire autant de la bonne gouvernance, de la réforme de la justice, de la démocratie qui sont pourtant des objectifs affichés de la Politique européenne de voisinage. Ce texte a le mérite de proposer des solutions afin de repenser en profondeur cette politique. J'espère que la Commission européenne et le Conseil sauront s'en inspirer.

 
  
MPphoto
 
 

  Mário David (PPE), par écrit. – (PT) Aujourd’hui, lors de la discussion en plénière à Strasbourg, des modifications stratégiques importantes ont été apportées à la politique européenne de voisinage (PEV). Cela nous montre que l’Europe peut être proactive si elle le souhaite, et qu’elle reste unie autour d’un idéal. Nous l'avons démontré une fois de plus aujourd’hui. Je suis heureux de le constater dans une résolution pour laquelle j'ai eu l’honneur d’être le rapporteur. Je note avec plaisir que le commissaire Füle a accueilli favorablement la plupart de nos propositions, comme l'Assemblée a pu le constater au cours du débat précédant ce vote. J’invite maintenant la Commission à manifester l’ambition requise aujourd’hui dans son processus de révision du 10 mai, avec une politique de voisinage adaptée à chaque État, des critères clairs et une analyse minutieuse. Cela permettra de créer un futur espace économique méditerranéen avec les nouvelles démocraties du sud, et j'espère que l’atmosphère positive et la coopération qui ont marqué nos travaux dans ce dossier aboutiront à une implication permanente du Parlement dans la planification et l'évaluation de cette politique. Pour toutes les raisons indiquées dans cette résolution, il me semble absolument crucial que l’Union européenne privilégie, à l’avenir, une approche par la base dans sa politique de voisinage.

 
  
MPphoto
 
 

  Diane Dodds (NI), par écrit. (EN) J’ai voté contre cette proposition de résolution. Nous devons absolument nous efforcer de promouvoir la paix et la démocratie en Méditerranée, mais il est absolument évident que, jusqu’à présent, la stratégie qui sous-tend la politique européenne de voisinage a échoué. Cette politique coûte environ un milliard et demi d’euros par an aux contribuables, mais elle n’a manifestement pas donné les résultats attendus. Nous assistons actuellement à une crise des réfugiés dans la région, et de nombreux régimes se retournent contre leurs propres populations. Je suis absolument certaine qu’on nous demandera bientôt d’approuver un financement supplémentaire. Sans objectifs clairs et sans programme de travail, cette politique confuse continuera de passer à côté de son objectif d’aider les personnes les plus vulnérables dans la région. Il est également manifeste que la haute représentante n'a pas su coordonner efficacement une réaction face à la crise humanitaire et de sécurité qui perdure actuellement.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit. (PT) Les événements survenus récemment dans le sud de la Méditerranée, en commençant par la Tunisie en décembre 2010, rendent d’autant plus urgente la révision de la politique européenne de voisinage (PEV). Le Parlement doit suivre de près la transition démocratique des pays du sud de la Méditerranée et, de concert avec les autres institutions de l’Union européenne, soutenir une transition aussi rapide et pacifique que possible. Le Parlement doit apporter un soutien important en utilisant les instruments dont il dispose et qui visent à promouvoir des réformes politiques, économiques et sociales. La consolidation de la démocratie, de l'état de droit, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales sont des éléments essentiels du dialogue politique entre l'Union européenne et ses voisins méridionaux. Au vu de ces événements, l’Union pour la Méditerranée mérite d’être ravivée. Nous devons la renforcer dans la perspective de la dimension méridionale de la PEV.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) Je me réjouis de la qualité de cette résolution et de son adoption, et je tiens à féliciter mon collègue M. David. Les objectifs de l’Union européenne sont très larges et reposent sur un élargissement aux pays voisins en vue de créer un vaste espace de libre circulation des personnes et des biens. Dans ces conditions, la politique européenne de voisinage (PEV) de l’Union joue un rôle primordial dans sa stratégie de développement et de croissance. Plusieurs instruments et résolutions ont été adoptés à cette fin, concernant notamment l'instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP) et les choix essentiels de la politique étrangère et de sécurité commune. Toutefois, la révision de la PEV revêt désormais une plus grande importance dans le contexte des événements survenus dans le sud et à l’est de la Méditerranée. L’UE doit tirer les leçons des événements dans le sud, et notamment en Tunisie et en Égypte, et revoir sa politique de soutien à la démocratie et aux droits de l'homme pour créer un mécanisme visant la mise en œuvre de la clause «droits de l'homme» dans tous les accords avec des pays tiers. Le réexamen de la PEV doit accorder la priorité aux critères relatifs à l'indépendance de la justice, au respect des libertés fondamentales, au pluralisme et à la liberté de la presse et à la lutte contre la corruption.

 
  
MPphoto
 
 

  Elisabetta Gardini (PPE), par écrit.(IT) Au vu des événements survenus récemment dans le bassin méditerranéen et de leurs conséquences directes et indirectes pour les pays européens, nous devons procéder à une révision rapide et complète de la politique européenne de voisinage. La nouvelle stratégie de l’Europe doit reposer sur une nouvelle définition des ressources disponibles pour la Méditerranée, prévoir une augmentation des engagements financiers afin de faciliter les réformes politiques, économiques et sociales dans les pays de la région et insister pour dégager des moyens dans le domaine de l'immigration. En outre, en ce qui concerne les changements radicaux que connaissent nos voisins méridionaux, je pense que le moment est venu d’adopter une nouvelle approche européenne visant non seulement à défendre la démocratie, mais aussi à prendre des mesures concrètes pour soulager les pressions migratoires et pour garantir la sécurité de l’approvisionnement énergétique. Dans ce contexte, il est essentiel de jeter, dès que possible, les bases d’un nouveau partenariat renforcé avec nos pays voisins du sud: un partenariat visant à promouvoir la stabilité, le développement économique et la transition démocratique dans la région. Dans cette perspective, je pense que l’Union européenne doit jouer un rôle clé dans le contexte géopolitique de la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit. (LT) J’ai voté en faveur de ce document parce qu’il rappelle l'importance de la mise en place d'une task-force associant le Parlement européen pour répondre aux demandes des acteurs du changement démocratique qui réclament un suivi du processus de transition démocratique, en particulier dans la perspective d'élections libres et démocratiques et de la reconstruction des institutions, et notamment d'un système judiciaire indépendant. Il demande également à l'Union européenne d'apporter un soutien marqué au processus de réformes politiques et économiques dans la région au moyen de tous les instruments existants dans le cadre de la PEV et, au besoin, par l'adoption de nouveaux instruments permettant d'accompagner au mieux le processus de transition démocratique, en accordant une attention particulière au respect des libertés fondamentales, à la bonne gouvernance, à l'indépendance de la justice et à la lutte contre la corruption, et ce afin de répondre aux besoins et aux attentes de la population de nos voisins méridionaux. Nous devons faire en sorte de fournir une assistance mieux ciblée, notamment en direction de la société civile et à l'échelon local, en assurant une approche à partir de la base. Cependant, toute hausse des crédits alloués devrait reposer sur une évaluation précise des besoins et concorder avec une augmentation de l'efficacité des programmes engagés, adaptés et hiérarchisés en fonction des exigences du pays bénéficiaire.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J'ai voté en faveur de cette résolution qui rappelle que la PEV n'est pas parvenue à promouvoir et à garantir les droits de l'homme dans les pays tiers, au vu des événements qui se déroulent actuellement dans le Sud, et en particulier en Tunisie et en Égypte; demande à l'Union européenne de tirer les leçons de ces événements et de revoir sa politique de soutien à la démocratie et aux droits de l'homme pour créer un mécanisme visant la mise en œuvre de la clause «droits de l'homme» dans tous les accords avec des pays tiers; insiste sur le fait que le réexamen de la PEV doit accorder la priorité aux critères relatifs à l'indépendance de la justice, au respect des libertés fondamentales, au pluralisme et à la liberté de la presse et à la lutte contre la corruption; et qui réclame une meilleure coordination avec les autres politiques de l'Union à l'égard de ces pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL), par écrit. – La nouvelle politique européenne de voisinage qui nous est promise n'est rien d'autre que la répétition du même, avec quelques égards démocratiques obligés en plus. Pour le reste, les accords négociés avec les dictatures doivent demeurer: zone de libre-échange, externalisation de la «gestion des flux migratoires», sécurité énergétique de l'UE, tout est là. L'UE se moque des démocraties à naître. Je vote contre.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit.(DE) Depuis plusieurs années déjà, l’Union européenne axe sa politique de voisinage sur la libéralisation économique, espérant en tirer des effets secondaires positifs sur le plan politique. La répression croissante infligée par des régimes autoritaires sape depuis longtemps le dynamisme des réformes économiques. Au vu de l’escalade des événements en Libye, on peut douter que la politique européenne de voisinage puisse réellement contribuer à une plus grande stabilité.

Dans les pays du Maghreb, il semble que les espérances du processus de Barcelone puissent se réaliser en partie, avec toutefois des effets secondaires que l’Union n’avait pas prévus et auxquels elle ne s’est pas préparée alors qu’il s’agit pourtant d’effets typiques accompagnant les processus de transformation. Le processus de Barcelone, en soi, est une bonne chose, et j'en ai tenu compte également lors de mon vote.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit. – (PT) La politique européenne de voisinage (PEV) s’est révélée un instrument efficace de politique étrangère. À travers les délégations interparlementaires et l’assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée, le Parlement doit assumer sa responsabilité de promouvoir l’idée selon laquelle la stabilité et la prospérité de l'Europe sont intimement liées à la gouvernance démocratique et au progrès économique et social chez ses voisins du volet méridional de la PEV. Le Parlement doit également promouvoir le débat politique, la liberté, les réformes démocratiques et l'état de droit parmi ses partenaires de la PEV. Pour toutes ces raisons, exprimées dans la résolution, j’ai voté pour.

 
  
MPphoto
 
 

  Paulo Rangel (PPE), par écrit.(PT) Les manifestations récentes dans plusieurs pays du voisinage méridional de l’Union européenne, et notamment en Tunisie, en Égypte et en Libye, ont démontré clairement la nécessité de modifier la politique de voisinage de l’Union européenne. Nous devons doter cette politique d’instruments plus ambitieux et efficaces qui lui permettront d’encourager et de soutenir les réformes politiques, économiques et sociales exigées. Il est donc primordial que la révision de la politique européenne de voisinage (PEV) reflète ces évolutions et permettent une réaction adéquate face aux défis que présentent ces évolutions, en mettant l'accent sur une défense sans compromis des valeurs démocratiques et des libertés et des droits fondamentaux, avec un engagement en faveur d’une plus grande implication de la société civile et des communautés locales. M. David, le rapporteur, l’exprime parfaitement dans son rapport, et je tiens à le féliciter pour son excellent travail.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) Pour. Le PE affirme de nouveau les valeurs, les principes et les engagements sur lesquels la PEV s'est construite, notamment la démocratie, l'état de droit, le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales et le respect des droits des femmes, la bonne gouvernance, l'économie de marché ainsi que le développement durable, et relève que la PEV reste un cadre pertinent pour l'approfondissement et le renforcement des relations avec nos partenaires les plus proches en vue de soutenir et d'encourager leurs réformes politiques, sociales et économiques destinées à instaurer et à consolider la démocratie, le progrès et les chances économiques et sociales pour tous; souligne l'importance du maintien des principes de responsabilité partagée et d'appropriation commune dans la conception et la mise en œuvre des programmes de la PEV; estime que depuis son lancement en 2004, la PEV, grâce à son cadre d'action unique ainsi qu'à la différenciation en fonction des résultats et à une assistance adaptée aux besoins, a profité de manière concrète tant aux partenaires de la PEV qu'à l'Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) En vertu de l'article 8 du traité sur l'Union européenne, l'Union développe avec les pays de son voisinage des relations privilégiées, en vue d'établir un espace de prospérité et de bon voisinage. Le respect et la promotion de la démocratie et des droits de l'homme, et en particulier des droits de la femme, sont des principes fondamentaux de l'UE et doivent constituer les valeurs communes partagées avec les pays partenaires de la politique européenne de voisinage. Les soulèvements populaires auxquels nous assistons aujourd’hui en Tunisie, en Égypte et en Libye sont la conséquence du mécontentement général des populations vis-à-vis de leurs propres régimes totalitaires, et ce mécontentement se répand à l'ensemble de la région orientale. Face à ce nouveau paysage social et politique, l’Union européenne doit ajuster efficacement sa politique de voisinage afin d’apporter un soutien effectif au processus de réforme dans les domaines des droits de l’homme et de la démocratie. L’Union doit définir dans le détail les priorités stratégiques qu’elle poursuit dans ses partenariats avec ses voisins orientaux et méridionaux. Je voudrais que l’Union prenne des mesures basées sur la volonté de lancer un processus de démocratisation, notamment en vue d’une plus grande participation des femmes à la vie publique et d’une meilleure planification des développements socio-économiques.

 
  
MPphoto
 
 

  Tokia Saïfi (PPE), par écrit. – J'ai soutenu ce rapport car les événements actuels doivent nous pousser à refonder et pas seulement à réorienter la politique de voisinage. En matière économique, commerciale, politique, le respect des droits et libertés doivent être à la fois des conditions et des objectifs de notre coopération. L'aide financière que l'UE offre à cette fin doit être sensiblement augmentée et répondre à ces mêmes conditions et objectifs. Nous devons également relancer l’Union pour la Méditerranée sur une base à la fois morale dans ses exigences et concrète dans ses réalisations. Notre coopération ne doit plus se limiter à des échanges avec les pouvoirs en place: l’Union européenne doit s’adresser en priorité aux différentes composantes de la société civile et favoriser l’émergence et la structuration du pluralisme politique dans cette région. C’est en favorisant l’apparition d’alternances régulières et organisées que nous échapperons au dilemme entre le soutien sans conditions aux gouvernements au nom de la stabilité et le chaos. Et c’est en refondant notre coopération sur des valeurs que nous lui donnerons la légitimité populaire et la continuité indispensables pour relever les défis historiques de cette région.

 
  
MPphoto
 
 

  Vilja Savisaar-Toomast (ALDE), par écrit. (ET) Lors du vote d'aujourd'hui, j'ai soutenu la résolution relative à la révision de la politique européenne de voisinage, en ce qui concerne aussi bien sa dimension orientale que sa dimension méridionale. Ces résolutions sont particulièrement importante au regard des événements survenus récemment dans la région méridionale. Nous devons notamment prendre en considération les revendications de la population de plusieurs voisins méridionaux de l'Union, qui réclame le renversement des dictatures et l’établissement de la démocratie. La révision stratégique de la politique européenne de voisinage doit tenir pleinement compte de ces événements et avoir des effets sur eux.

Ces deux résolutions, concernant la dimension méridionale et la dimension orientale, sont importantes pour la coopération mutuellement avantageuse entre l'Union et ses différents pays voisins afin de garantir les développements nécessaires en matière de démocratie, de droits de l’homme, mais aussi sur le plan de l'économie et de la sécurité. La stabilité et le bien-être de l’Europe sont étroitement liés à la réussite de la gouvernance démocratique chez nos voisins méridionaux de la PEV ainsi qu’à la réussite économique et sociale de ces pays. Il importe donc de soutenir les principes du débat politique, la liberté, les réformes démocratiques et l’état de droit dans les pays partenaires de la politique de voisinage. Merci.

 
  
MPphoto
 
 

  Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (PPE), par écrit. – Tout le monde s'accorde pour dire que l'Europe doit revoir les modalités de sa coopération avec les pays de la méditerranée, tant les révoltes en Tunisie, en Égypte et en Lybie l'ont surprise. Plusieurs pistes s'offrent déjà à nous pour accompagner sur le long terme la transition démocratique de nos voisins de la rive sud, leur développement économique et leur intégration territoriale. L'UE dispose de deux outils: l'Union pour la Méditerranée et l'Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat. Les deux ont montré leur faiblesse, mais une réelle volonté politique pourrait rectifier nos erreurs. Aussi je soutien cette résolution, qui donne un cadre clair et des objectifs précis pour la prochaine Politique Européenne de Voisinage. Je tiens cependant à attirer l'attention de mes collègues sur le volet transfrontalier de cette politique. Représentant seulement 5 % du budget global de l'IEVP, il souffre d'un désintérêt des pouvoirs centraux, et d'un retard alarmant dans sa programmation. Pourtant, ce volet peut servir de levier à de nombreuses initiatives structurantes pour la coopération en méditerranée. Réussir un véritable partenariat UE - Méditerranée nécessite une meilleure prise en compte des aspirations des peuples, mais aussi un réel investissement dans des projets concrets.

 
  
MPphoto
 
 

  Joanna Senyszyn (S&D), par écrit.(PL) J’ai soutenu la résolution relative à la révision de la politique européenne de voisinage - dimension méridionale. En tant que membre de la commission des droits de la femme, je voudrais attirer une attention particulière sur l’importance des politiques d’égalité entre les hommes et les femmes. Cette égalité fait partie intégrante des droits de l’homme et compte parmi les principes fondamentaux de l'Union européenne. Les droits de la femme doivent figurer au rang des priorités dans nos discussions avec les pays de la politique européenne de voisinage (PEV).

Cette résolution affirme que les droits de la femme doivent être inclus dans les révisions du droit codifié (droit constitutionnel, droit pénal, droit de la famille et tous les domaines du droit civil). Ils doivent également être repris dans le dialogue consacré aux droits de l’homme avec les pays partenaires de la PEV. Nous devons aussi nous concentrer sur les mesures qui renforceront l’intégration sociale des femmes. Nous avons besoin de programmes qui promeuvent l’éducation des femmes, et nous devons promouvoir leur emploi et augmenter leur participation à la vie publique. Nous devrions contrôler et surveiller en permanence les effets des mesures visant à améliorer l’égalité entre les hommes et les femmes et condamner catégoriquement, voire sanctionner, les échecs dans ce domaine.

Je pense que l’Union ne devrait pas consolider ses relations avec les pays tiers qui n’intègrent pas suffisamment les femmes dans leurs politiques et institutions dans les domaines liés à l’organisation de la société civile (je pense notamment aux organisations de défense des droits de l’homme et aux organisations de femmes).

 
  
MPphoto
 
 

  Catherine Stihler (S&D), par écrit. – (EN) J’ai voté en faveur de ce rapport particulièrement important au vu des événements survenus récemment dans le voisinage méridional de l’Union européenne. La politique révisée doit absolument soutenir la démocratisation et les véritables réformes dans les pays concernés.

 
  
MPphoto
 
 

  Nuno Teixeira (PPE), par écrit. (PT) Les événements survenus en Afrique du Nord et au Proche-Orient révèlent l’inefficacité de la politique européenne de voisinage (PEV), mais ils mettent également en lumière les nouveaux défis auxquels l’Union européenne se trouve confrontée en tant qu’acteur régional. La création d’un espace de prospérité et de relations de bon voisinage basé les valeurs de l'Union européenne doit rester le fondement des relations avec nos pays partenaires de la PEV et, dans ce cas précis, avec les pays méditerranéens. En premier lieu, il me semble essentiel de réviser les programmes indicatifs pour 2011-2013 en fonction des besoins les plus urgents. Parallèlement, nous devons assouplir davantage les instruments financiers, et notamment l'instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP) et l'instrument européen pour la démocratie et les droits de l'homme (IEDDH), pour leur permettre d’apporter un soutien direct aux organisations de la société civile.

Je demande également le renforcement de l'Union pour la Méditerranée, tant du point de vue de son financement que de l'engagement des États membres en sa faveur. L'Union pour la Méditerranée est en effet un forum privilégié pour l’échange de bonnes pratiques, un forum qui devrait servir à la définition d’une politique méditerranéenne claire basée sur le partenariat, le principe d'«appropriation» et la conditionnalité. Enfin, je pense qu’il faut trouver rapidement des solutions pour mettre un terme à la guerre en Libye et préparer un paquet de mesures pour reconstruire le pays une fois le conflit terminé.

 
  
MPphoto
 
 

  Dominique Vlasto (PPE), par écrit. – Je me réjouis de l'adoption de cette résolution par notre Assemblée, qui dresse un bilan et dessine les orientations futures du partenariat euro-méditerranéen. Mon engagement en faveur d'un rapprochement entre les deux rives de la Méditerranée m'a amené à faire un certain nombre de propositions qui ont été approuvées par mes Collègues et je m'en félicite. J'ai notamment insisté sur la nécessité de réviser la Politique Européenne de Voisinage à la lumière des événements dans le monde arabe, en renforçant le dialogue avec la société civile, en favorisant les échanges de bonnes pratiques, en garantissant le respect des Droits de l'Homme dans nos accords d'association et en accompagnant la transition démocratique dans ces pays. La PEV nous offre une formidable opportunité pour promouvoir nos valeurs et renforcer nos relations avec les pays qui sont aux portes de l'Europe. Pour cette raison, je souhaite que notre partenariat avec nos voisins de la rive Sud de la Méditerranée devienne une priorité de notre politique étrangère. Je serai vigilante pour que nous travaillions sur un pied d'égalité et pour que des moyens adéquats soient consacrés pour atteindre notre objectif: faire du bassin méditerranéen un espace de paix, de prospérité et de coopération.

 
  
  

- Proposition de résolution RC-B7-0244/2011 (sur le recours à la violence sexuelle lors des conflits en Afrique du Nord et au Moyen-Orient)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit. (PT) J'approuve cette résolution, car elle défend les droits civils les plus fondamentaux, notamment ceux relatifs à la liberté d’expression. Les comportements de ce genre ne doivent pas rester sans conséquences sur la relation qu'entretient l'Union européenne avec les États se livrant à de telles atteintes à la liberté. Sans une pression politique forte sur ces pays, il sera difficile d’y installer la paix. L’Union européenne doit rester sans cesse en première ligne de la lutte contre ce genre d’atteintes et rester attentive à l'évolution de la situation dans la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE), par écrit.(LT) J’ai appuyé l’adoption de cette résolution sur le recours à la violence sexuelle lors des conflits en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Les femmes qui ont participé activement aux soulèvements en faveur de davantage de démocratie, de droits et de libertés en Afrique du Nord et au Moyen-Orient méritent notre respect et notre soutien. L’Union européenne ne peut se taire face aux traitements cruels infligés à ces courageuses combattantes pour la démocratie et les libertés. Nous invitons donc la Commission et les gouvernements des États membres à dénoncer vigoureusement le recours aux agressions sexuelles et à l'intimidation visant les femmes en Libye et en Égypte, puisque les régimes au pouvoir dans ces pays ont recours aux agressions sexuelles comme arme dans les conflits qui agitent ces révolutions. Les autorités égyptiennes doivent prendre d'urgence des mesures afin de mettre fin à la torture, de faire la lumière sur tous les cas d'abus perpétrés contre des manifestants pacifiques, et de cesser de poursuivre des civils devant des tribunaux militaires. Je partage la profonde conviction que les changements se produisant en Afrique du Nord et au Moyen-Orient doivent contribuer à l'élimination des discriminations à l'encontre des femmes et à leur participation pleine et entière à la société, à l'égal des hommes.

 
  
MPphoto
 
 

  Roberta Angelilli (PPE), par écrit.(IT) Les actes de violence perpétrés à l’encontre des femmes et des enfants, ces dernières semaines, à l’occasion des conflits qui ont éclaté en Afrique du Nord, ne sont pas surprenants, car, malheureusement, lors de conflits armés, les femmes sont de plus en plus soumises à l'humiliation et à la torture. Elles sont possédées et placées sous contrôle dans le but de détruire, en tout ou en partie, un groupe donné.

Ce n’est pourtant pas tout: nul n’a le droit de porter atteinte à la dignité des femmes pour la simple raison que celles-ci ont le courage d’exiger la liberté d’expression, prennent part activement à la construction d'un monde pacifique et démocratique et exigent avant tout le droit à l’égalité avec les hommes. Les traitements inhumains et dégradants tels que les chocs électriques, les «tests de virginité», la violence physique et psychologique, le viol et l’esclavage constituent des pratiques inacceptables auxquelles nous devons mettre le holà.

Concernant les événements qui agitent les pays d'Afrique du Nord, quoi de plus normal que de sanctionner les auteurs de ces graves atteintes aux droits de la femme, comme dans n’importe quel conflit dans le monde, car il n’est pas ici uniquement question de civils, mais également, et c’est encore plus répréhensible, de soldats. J’espère sincèrement que l’Union européenne parviendra à faire pression sur ces pays pour qu’ils ratifient rapidement une série d’instruments de droit international, dont le statut de la Cour pénale internationale et la convention de 1951 relative au statut des réfugiés.

 
  
MPphoto
 
 

  Vilija Blinkevičiūtė (S&D), par écrit. (LT) J’ai voté pour cette résolution, car il est urgent de mettre un terme au recours à la violence et aux agressions sexuelles à l’encontre des femmes. La Commission européenne et les États membres doivent dénoncer vigoureusement le recours aux agressions sexuelles, à l’intimidation, à la torture et à la violence contre les femmes en Libye et en Égypte. Nous devons appeler le Conseil militaire suprême d'Égypte à prendre immédiatement des mesures pour mettre un terme à ces crimes violents visant les femmes et nous assurer que toutes les forces armées et de sécurité soient clairement informées du fait que les crimes et la torture ne peuvent être tolérés et que leurs auteurs seront amenés à répondre de leurs actes. Qui plus est, toute personne devrait pourvoir exprimer son opinion sur l'avenir démocratique de son pays sans pour autant être détenue, torturée ni subir des humiliations ou un traitement discriminatoire.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria Da Graça Carvalho (PPE), par écrit.(PT) Les femmes ont joué un rôle déterminant dans les soulèvements en faveur de davantage de démocratie, de droits et de libertés en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Je déplore le recours à la violence par les régimes au pouvoir en Libye et en Égypte dans le but d’intimider et d’humilier les femmes et de les rendre plus vulnérables. Je condamne fermement les actes infligés par l'armée égyptienne à des manifestantes arrêtées sur la place Tahrir. Il est urgent de prendre des mesures immédiates pour mettre un terme à ces traitements dégradants et s'assurer que toutes les forces armées et de sécurité soient clairement informées du fait que la torture et les autres mauvais traitements feront l'objet d'enquêtes approfondies. Nous attendons des autorités égyptiennes qu’elles prennent d'urgence des mesures afin de mettre fin à la torture, de faire la lumière sur tous les cas d'abus perpétrés contre des manifestants pacifiques, et de cesser de poursuivre des civils devant des tribunaux militaires. J’invite instamment la Commission et les gouvernements des États membres à dénoncer vigoureusement le recours aux agressions sexuelles, à l’intimidation et au harcèlement contre les femmes en Libye et en Égypte.

 
  
MPphoto
 
 

  Edite Estrela (S&D), par écrit.(PT) J’ai voté pour cette résolution, car elle condamne vigoureusement le recours, par les régimes libyen et égyptien, aux agressions sexuelles, dans le cadre des conflits agitant les révolutions en cours. Les femmes jouent un rôle déterminant dans ces soulèvements. Elles se battent et risquent leurs vies pour plus de démocratie, de droits et de libertés. Il importe à tout prix de s’assurer que les changements en cours en Afrique du Nord et au Moyen-Orient contribuent à mettre fin à la discrimination dont sont victimes les femmes et leur permettent de participer pleinement à la société, à l’égal des hommes.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit.(PT) Malheureusement, nous savons tous que les périodes de troubles et de conflits armés exacerbent les cas de violence contre les femmes et les enfants et entraînent une multiplication des cas d’agressions sexuelles. Cette pratique est en tout point répréhensible, comme l’est le recours à la torture, au viol collectif, aux «tests de virginité», aux menaces et aux agressions physiques ou psychologiques dirigés contre les femmes dans le but de les intimider, de les effrayer ou de les empêcher d’exercer pleinement leurs droits de participation politique, comme c’est le cas en Égypte et en Libye. L’Union européenne, notamment le Parlement, doit être un bastion de la protection des libertés fondamentales et de la dignité humaine et dénoncer clairement et sans équivoque toute atteinte à ces valeurs. Je condamne fermement le recours à la violence contre les femmes et les enfants dans le cadre des conflits qui agitent depuis peu le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord et je voudrais plaider pour la mise en place des mesures qui s’imposent afin de protéger leurs droits les plus fondamentaux et leur dignité.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) La lutte contre les atteintes aux droits de l’homme est le principal objectif de l’Union européenne et de ses institutions. C'est pourquoi celles-ci dénoncent et condamnent systématiquement, en les termes les plus fermes, tout recours à la violence sexuelle en situation de conflit. De fait, le Parlement a à son actif de nombreuses résolutions dénonçant la violence faite aux femmes. Cette proposition de résolution commune s’attache à dénoncer cette violence, avant tout sexuelle, exercée à l’encontre des femmes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Les informations qui nous parviennent quant au recours à la violence en situation de guerre et de répression sont, en tous points, horrifiantes. Elles soulèvent un grand dégoût et l’indignation. Les auteurs de ces actes ne peuvent rester impunis, ni s'abriter derrière la protection de dictateurs ou le prétexte d'une mentalité arriérée. J'appuie donc l'adoption de ce rapport qui condamne tout type de violence exercée à l'encontre des femmes dans toutes les régions, appelle à des sanctions sévères contre leurs auteurs et exprime le soutien prioritaire apporté par l'Union au processus d'autonomisation des femmes, notamment de celles qui ont eu le courage de prendre part au «Printemps arabe» et à leur pleine et entière participation à la vie civique dans leur pays de résidence.

 
  
MPphoto
 
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL), par écrit.(PT) À l’occasion des débats au sujet du recours à la violence sexuelle dans les conflits en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, la Commission s'est engagée à plaider sans relâche pour l’élimination de la violence sexuelle et de l'esclavage, reconnus comme crimes contre l'humanité et crimes de guerre par la convention de Genève.

Comme précisé dans la proposition de résolution que nous avons déposée, il est essentiel d'insister sur une action diplomatique crédible, dénonçant avec fermeté le recours aux agressions sexuelles, à l’intimidation et au harcèlement à l’égard des femmes d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d'ailleurs.

Nous voudrions également souligner combien il importe de reconnaître le rôle joué par les femmes dans ces révolutions, ainsi que la nécessité de préserver leurs droits, y compris leur droit de participer aux nouvelles structures démocratiques, juridiques, économiques et politiques de ces pays, de manière à mettre fin à la discrimination dont elles souffrent depuis plusieurs siècles.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit.(LT) J’ai appuyé l’adoption de cette résolution sur le recours à la violence sexuelle lors des conflits en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, qui invite la Commission et les États membres à dénoncer vigoureusement le recours aux agressions sexuelles et à l'intimidation visant les femmes en Libye et en Égypte. J’estime que toute personne devrait pourvoir exprimer son opinion sur l'avenir démocratique de son pays sans pour autant être détenue, torturée ni subir des humiliations ou un traitement discriminatoire. Le rôle des femmes dans les révolutions et les processus de démocratisation doit être reconnu, tout en mettant en exergue les menaces auxquelles elles sont exposées et le caractère impérieux de promouvoir et de défendre leurs droits.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J’ai appuyé l'adoption de cette résolution qui invite la Commission et les gouvernements des États membres à dénoncer vigoureusement le recours aux agressions sexuelles et à l'intimidation visant les femmes en Libye et en Égypte, condamne fermement les «tests de virginité» forcés infligés par l'armée égyptienne à des manifestantes arrêtées sur la place Tahrir, juge cette pratique inacceptable dans la mesure où elle constitue une forme de torture et invite le Conseil militaire suprême d'Égypte à prendre immédiatement des mesures pour mettre un terme à ces traitements dégradants et à s'assurer que toutes les forces armées et de sécurité soient clairement informées du fait que la torture et les autres mauvais traitements, y compris les «tests de virginité», ne seront plus tolérés et feront l'objet d'enquêtes approfondies.

 
  
MPphoto
 
 

  Andreas Mölzer (NI), par écrit.(DE) Les femmes et les enfants sont souvent les vraies victimes des conflits armés. Nous savons depuis longtemps que le recours au viol et à la torture est fréquent; et la situation n'est pas différente en Libye et en Égypte, si l'on en croit les informations livrées par les journalistes étrangers concernés. En Égypte, nous savons que des manifestantes ont été arrêtées et forcées de se soumettre à des tests de virginité. En Libye, des soldats se sont livrés au viol et à la torture. Circonstance aggravante, les femmes qui ont dénoncé ces agissements sont à présent menacées de représailles, dont des poursuites pour diffamation. Nous sommes, une fois de plus, confrontés à une grave atteinte aux droits de l’homme contre laquelle les puissances occidentales, entre autres, doivent agir.

J’ai voté pour cette résolution, car l’Union européenne, elle non plus, ne peut fermer les yeux sur ces atrocités et car il convient d'exiger des autorités égyptiennes et libyennes qu’elles fassent la lumière sur l’ensemble de ces agissements, sans exception, et obligent leurs auteurs à répondre de leurs actes. C’est indispensable pour que ces pays puissent poursuivre leur marche vers la démocratie et la liberté.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit. (DE) Les troubles qui ont secoué l’Égypte et la Libye ont donné lieu, selon les informations livrées par les médias internationaux, à de graves agressions et à des actes de violence répétés à l'encontre des femmes. Les cas de torture et de viol restent souvent impunis, parce que les autorités abandonnent les poursuites. Parfois même, et c’est pire encore, des plaintes pour «diffamation» sont déposées à l’encontre des victimes. Le rôle des victimes et des auteurs est ainsi inversé au bénéfice d'une société patriarcale. L’Union européenne ne peut rester les bras croisés. Elle doit redoubler d’efforts pour protéger les femmes et les enfants, ainsi que le principe de l'état de droit pour tous, en Égypte comme en Libye. C’est pourquoi j’ai voté pour cette proposition de résolution.

 
  
MPphoto
 
 

  Georgios Papanikolaou (PPE), par écrit. (EL) La proposition de résolution commune sur le recours à la violence sexuelle lors des conflits en Afrique du Nord et au Moyen-Orient condamne catégoriquement les crimes perpétrés en Égypte et en Libye. Les mauvais traitements infligés aux femmes dans ces deux pays et les «tests de virginité» que certaines femmes disent s’être vues infliger par des militaires, après avoir été rassemblées sur la place Tahrir, pour ensuite être torturées et violées et être poursuivies devant des tribunaux militaires au motif que leur «test de virginité» s'était révélé négatif, constituent des actes inhumains et répréhensibles en totale contradiction avec la convention de Genève, qui les reprend comme crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Cette proposition de résolution, que j’ai soutenue, ne se contente pas de condamner fermement ces agissements, mais invite également la Commission et les gouvernements des États membres à dénoncer vigoureusement le recours aux agressions sexuelles et à l'intimidation visant les femmes en Libye et en Égypte et à entamer une série d'actions ciblées et coordonnées afin qu'il soit mis fin dans l’immédiat à ces pratiques.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit. (PT) J’ai voté pour cette résolution, car elle condamne la violence fondée sur le sexe et, bien sûr, le recours à la violence sexuelle lors de conflits. J’estime, comme mentionné dans la résolution, qu'il est nécessaire d'accorder une priorité élevée aux droits de l'homme dans les actions mises en œuvre au titre de la politique européenne de voisinage (PEV), dès lors qu'ils font partie intégrante du processus de démocratisation. Je pense également que l’Union européenne doit partager ses expériences tant en matière d'égalité hommes-femmes que de lutte contre la violence fondée sur le sexe.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) Les femmes participent activement aux soulèvements qui secouent l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient pour réclamer leur part de démocratie et de droits fondamentaux. Malheureusement, les régimes au pouvoir en Libye et en Égypte ont, comme toujours, recours aux agressions sexuelles comme arme contre les femmes. Nous devons dénoncer le recours à la violence sexuelle comme arme d'intimidation et d'humiliation des femmes, en gardant à l'esprit que la vacance du pouvoir qui s'est fait jour pourrait entraîner une détérioration des droits de ces dernières. Un cas notable est celui de cette femme libyenne qui, au mois de mars, avait indiqué à des journalistes, dans un hôtel de Tripoli, qu'elle avait subi un viol collectif perpétré par des militaires. Aujourd'hui, cette femme est poursuivie pour diffamation par les hommes qu'elle accuse de l'avoir violée. Nous devons agir et dénoncer vigoureusement les conséquences disproportionnées des conflits armés sur les femmes, tout en veillant à développer leur rôle de pacificatrices. Je suis certaine que l’Union européenne dénoncera dans les termes les plus fermes les faits de violence à l’encontre des femmes et des enfants, notamment en période de conflits armés, et toute forme de discrimination à leur égard, conformément à la convention de Genève.

 
  
MPphoto
 
 

  Joanna Senyszyn (S&D), par écrit.(PL) J'ai apporté un soutien sans réserve à la résolution sur la lutte contre la violence sexuelle dans les conflits en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Le recours massif à la violence sexuelle contre les femmes est une caractéristique permanente des conflits armés dans cette région. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) donne, entre autres, l’exemple du Kenya, un pays relativement stable, où les soulèvements, qui ont précédé les élections, se sont soldés par un doublement, en quelques jours, du nombre de victimes de violence sexuelle.

La violence sexuelle devient endémique. En fait, c'est devenu une tactique de guerre. L’Union européenne ne peut rester neutre sur cette question. C’est pourquoi, il est essentiel d’intégrer à la politique européenne de voisinage la prise en compte de la dimension hommes-femmes, qui doit être au centre de nos efforts visant à adopter une approche efficace et structurée de l’égalité des hommes et des femmes dans les pays couverts par cette politique. L'égalité entre les hommes et les femmes fait partie intégrante des droits humains et ceux-ci doivent être un élément essentiel des processus démocratiques dans les pays tiers. Il est choquant de constater que la généralisation de la violence sexuelle en Afrique ne pousse pas les gouvernements à faire de la lutte contre celle-ci une priorité, comme nous pouvons le voir, par exemple, en Afrique du Sud.

L’Union européenne doit placer les femmes au centre de ses efforts. La résolution comprend des propositions relatives à l'amélioration de l'intégration sociale, à la promotion de l'emploi et de l'alphabétisation chez celles-ci et à la lutte contre les pratiques traditionnelles préjudiciables. Ce sont des aspects primordiaux. Par ailleurs, l’éducation des femmes et des fillettes doit passer par l’apprentissage des droits qui leur sont reconnus.

 
  
MPphoto
 
 

  Michèle Striffler (PPE), par écrit. – Lors des récents événements en Afrique du Nord, les régimes au pouvoir en Libye et en Égypte eurent recours à des agressions sexuelles utilisées comme arme afin d'intimider et de persécuter les femmes qui participaient aux mouvements de révolte dans ces pays. Il est indispensable d'une part que les auteurs de ces faits répondent de leurs crimes devant la justice et d'autre part que les femmes qui ont été victimes de telles exactions soient protégées contre toutes représailles. Je me suis personnellement rendue dans la région des Kivus à l'est de la République Démocratique du Congo où cette pratique ignoble est régulièrement utilisée par les militaires et les membres des groupes armés. Je peux témoigner de la souffrance extrême des femmes victimes de viol et de l'impunité des auteurs de ces exactions. La Communauté internationale doit tout mettre en œuvre afin de ne pas laisser les auteurs de ces crimes impunis.

 
  
MPphoto
 
 

  Dominique Vlasto (PPE), par écrit. – Les révélations sur les crimes d'honneur et les humiliations subis par les femmes lors des soulèvements dans le monde arabe m'ont choquée et émue et je me félicite que notre Parlement ait dénoncé les atrocités commises contre elles. L'Europe ne peut tolérer qu'à ses portes, dans des pays partenaires et dans le cadre de manifestations pacifiques, de telles atteintes aux Droits de l'Homme et à ses valeurs les plus fondamentales soient perpétrées impunément. J'insiste donc pour que la lumière soit faite sur ces actes de barbarie et que les responsables soient punis. Notre résolution aborde un impératif pour l'avenir de ces pays: donner une place centrale aux femmes dans le processus de démocratisation dans les sociétés arabes. Les femmes ont joué un rôle de premier plan, silencieux voire sous-estimé, dans les mouvements de libération et je pense qu'il était essentiel de le saluer dans ce texte. L'Europe s'est engagée à accompagner les pays du Maghreb, du Proche et du Moyen Orient dans leur processus démocratique. Il nous reste désormais à nous assurer que dans cette approche, nous mettions en œuvre des garanties pour le respect des Droits de l'Homme et pour l'égalité entre les hommes et les femmes.

 
  
  

- Rapport: George Sabin Cutaş (A7-0073/2011)

 
  
MPphoto
 
 

  Luís Paulo Alves (S&D), par écrit. (PT) Je suis pour ce rapport qui traite avec pertinence des questions importantes, telles que les nouveaux statuts de la Banque européenne d’investissement (BEI) découlant du traité de Lisbonne, les emprunts obligataires européens destinés au financement de projets, les implications pour le financement de la BEI dans le contexte de la crise économique, son financement après 2013 et ses activités en dehors de l’Union européenne, en particulier, les projets de développement, les projets de transformation écologique de l’économie et le surcroît de fermeté vis-à-vis des centres financiers offshore.

 
  
MPphoto
 
 

  Zigmantas Balčytis (S&D), par écrit. (LT) J’ai voté pour ce rapport. La Banque européenne d’investissement joue un rôle essentiel dans le soutien aux PME, surtout dans le contexte de la crise financière et du ralentissement économique. Étant donné la grande importance des PME pour l’économie européenne, il a été convenu que les PME recevraient un financement de plus de 30 milliards d’euros de 2008 à 2011. L’instrument européen de microfinancement «Progress» a été créé en mars 2010 et doté d’un financement de quelque 200 millions d’euros provenant de la Commission et de la Banque. Néanmoins, les PME connaissent toujours des difficultés lorsqu’elles tentent d’obtenir du crédit. Comme le signale le rapport de la Banque, les PME, surtout celles des États membres d’Europe centrale et orientale, ne sont pas en mesure de profiter de l’aide prévue pour elles. La BEI doit définir des conditions de financement claires et des critères d’efficacité des prêts plus stricts pour ses intermédiaires financiers qui accordent les crédits. Les intermédiaires financiers nationaux disposaient d’une période de deux ans pour fournir les prêts, mais comme le dit le rapport, certains intermédiaires financiers n’ont accordé qu’une petite partie des prêts, voire aucun, bien que les ressources financières se trouvaient sur leurs comptes. De plus, le site web de la BEI ne contient toujours pas de données publiques concernant l’utilisation et les bénéficiaires d’un financement alloué. Je pense que la BEI doit améliorer la transparence de ses prêts, à travers les intermédiaires financiers, et faire un rapport chaque année sur ses prêts accordés aux PME en incluant une évaluation de l’accessibilité et de l’efficacité de ces prêts et des listes de leurs bénéficiaires.

 
  
MPphoto
 
 

  Diogo Feio (PPE), par écrit.(PT) Tout d’abord, je voudrais féliciter la Banque européenne d’investissement (BEI) pour l’ensemble de son travail, surtout son soutien aux petites et moyennes entreprises (PME) grâce au financement, qui a régulièrement augmenté depuis 2008, et aussi grâce à la création de l’instrument européen de microfinancement «Progress», en mars 2010. Je crois aussi que l’engagement concernant l'idée des emprunts obligataires européens destinés au financement de projets, qui visent à accroître la cote de solvabilité des obligations émises par les entreprises et qui sont utilisés pour financer les transports européens, les infrastructures énergétiques et informatiques constitue une avancée. À ce stade, il serait souhaitable que tant la Commission que la BEI fassent des propositions concrètes d’emprunts obligataires destinés au financement de projets. Il convient également de souligner le travail important que la BEI pourrait effectuer dans le cadre de la stratégie Europe 2020, en simplifiant les procédures et en portant à leur maximum les facteurs multiplicateurs afin d’attirer les investisseurs du secteur public et privé. En ce qui concerne les financements de la BEI en dehors de l’Union européenne, je crois que le protocole d’accord signé par la BEI, la BERD et la Commission, est le bienvenu, afin de renforcer la coopération dans tous les pays où celles-ci sont actives, dans le double but de rendre leurs politiques de prêt plus cohérentes les unes avec les autres et vis-à-vis des objectifs politiques de l’Union.

 
  
MPphoto
 
 

  José Manuel Fernandes (PPE), par écrit. (PT) La Banque européenne d’investissement (BEI), créé en 1958 par le traité de Rome, est une communauté financière de l’Union européenne qui vise principalement à contribuer au développement équilibré de l’Union européenne à travers l’intégration économique et la cohésion territoriale. Je salue les changements, apportés par le traité de Lisbonne, qui confèrent une plus grande flexibilité au financement de la BEI. Je rappelle les modifications apportées par le traité de Lisbonne, qui clarifient les buts du financement accordé par la BEI aux pays tiers, qui devraient soutenir les principes généraux régissant les relations de l’Union européenne avec le reste du monde, comme précisé à l’article 3, paragraphe 5, du traité sur l’Union européenne, et qui, à ce titre, devraient soutenir les objectifs de l’action extérieure de l’Union européenne. Cette institution financière doit présenter chaque année le bilan de ses activités au Parlement. Cette proposition de résolution se concentre sur l’analyse du rapport de 2009. Ce document se réfère non seulement aux améliorations résultant de l’adoption des nouveaux statuts, mais aussi aux activités de la BEI.

 
  
MPphoto
 
 

  João Ferreira (GUE/NGL), par écrit.(PT) Nous reconnaissons l’importance que les financements contractés avec la Banque européenne d’investissement (BEI) peuvent avoir pour le développement et le progrès social, étant donné les taux avantageux et les longues durées de remboursement qu’elle applique. Néanmoins, ses options ne sont pas toujours suffisamment transparentes et claires. De plus, les pays et les régions qui ont le plus besoin de ses financements n’en sont pas les principaux bénéficiaires. Ce rapport, que nous soutenons, contient par conséquent quelques critiques, suggestions et propositions.

Néanmoins, nous ne sommes pas d’accord pour transformer la BEI en un simple outil permettant à l’Union européenne d’appliquer ses politiques et de traiter les problèmes de la cohésion sociale et économique, ainsi que du développement social, qui devraient être considérés dans le budget de l’Union européenne et des Fonds structurels et de cohésion. Évidemment, la BEI peut suivre et améliorer ces efforts, mais elle ne peut remplacer les politiques budgétaires de l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 
 

  Monika Flašíková Beňová (S&D), par écrit. (SK) La Banque européenne d’investissement (BEI) joue actuellement un rôle irremplaçable en matière de fourniture de financement dans l’Union européenne et ailleurs. Le rapport présenté salue le fait que la BEI a agi correctement dans le soutien aux PME de l’Union européenne durant la crise. Il est vrai que la banque a formellement engagé 30 milliards d’euros sur une période de quatre ans pour soutenir les PME. Le problème est cependant que tout cet argent n’est pas parvenu aux PME. Plus précisément, seule la moitié environ des fonds engagés est parvenue aux PME dans la région V4 au cours de la première période. La BEI a laissé aux banques une période inexplicablement longue de deux ans pour distribuer les fonds. Elle n’est pas parvenue non plus à prévoir des sanctions à l’encontre des banques en cas de non-respect de ce délai. Les banques d’Europe centrale, durement touchées par la crise, ont été trop heureuses de «retenir» ces fonds. Ce qui devait servir à soutenir les PME a servi en réalité à soutenir les filiales de banques étrangères en Europe centrale. On peut raisonnablement penser que cela n’a pas été accidentel, mais plutôt intentionnel.

Pour conclure rapidement, la BEI connaît également des problèmes dans le domaine du développement. Elle doit engager plus de personnel spécialisé en développement. La BEI connaît actuellement un sous-effectif malgré son influence sur les pays dits en développement. Je conviens aussi avec le rapporteur que la BEI doit apporter des changements stricts à son financement à travers des intermédiaires, car ce financement pourrait aboutir dans des paradis fiscaux.

 
  
MPphoto
 
 

  Ildikó Gáll-Pelcz (PPE), par écrit. (HU) Je salue le fait que le Parlement européen apprécie le rapport annuel de la Banque européenne d’investissement (BEI), bien qu’il le fasse clairement d’un point de vue général. La BEI joue un rôle décisif dans la lutte contre la crise. Toutefois, à mes yeux, les questions de la transparence et des résultats mesurables restent douteuses. L’activité de la BEI se focalise sur les trois domaines où la crise a frappé le plus durement: les petites et moyennes entreprises (PME), les régions de la convergence et l’action climatique. Les PME jouent un rôle essentiel dans la reprise de l’économie européenne et la lutte contre le chômage, c’est pourquoi il serait opportun de leur faciliter l’accès aux capitaux requis pour leur développement. À cet égard, il serait utile que nous puissions disposer d’une évaluation de l’accessibilité et de l’efficacité des prêts en question chaque année, ce qui garantirait la transparence de l’objectif ultime des prêts et améliorerait le processus administratif. À cet égard aussi, je crois qu’il est extrêmement important que la BEI actualise et renforce sa politique concernant les centres financiers offshore.

La BEI joue un rôle très important dans l’amélioration de la convergence de l’Union européenne, grâce à l’aide technique et au cofinancement qu’elle propose, les régions qui font partie des objectifs de la convergence peuvent se prévaloir d’une plus grande portion des fonds qui leur sont disponibles. Pour cette raison, je crois qu’il est pragmatique et souhaitable d’accroître encore ce rôle.

Enfin, je pense que la proposition visant à introduire un contrôle de régulation transparent dans l’intérêt de la qualité de la situation financière de la BEI, la mesure précise de ses résultats et le respect des bonnes pratiques professionnelles, mérite d’être prise en considération.

 
  
MPphoto
 
 

  Lorenzo Fontana (EFD), par écrit.(IT) J’approuve le fait qu’en cette période de crise, les activités de la Banque européenne d’investissement se concentrent sur l’aide aux petites et moyennes entreprises, qui constituent la colonne vertébrale de notre société. L’implication et le dialogue avec les intermédiaires financiers locaux sont les bienvenus. Ce qui est très important, à mon avis, c’est l’accent mis sur les énergies renouvelables en ce qui concerne les pays candidats. C’est pourquoi je vote pour le rapport.

 
  
MPphoto
 
 

  Juozas Imbrasas (EFD), par écrit. (LT) J’ai voté pour cette résolution parce que le Parlement européen se félicite des changements apportés par le traité de Lisbonne, qui confèrent plus de souplesse aux financements de la BEI, notamment: la prise de participations en vue de compléter les activités ordinaires de la Banque; la possibilité de créer des filiales ou d'autres entités, de réglementer ce qu'il est convenu d'appeler les activités spéciales et de fournir des services d'assistance technique étendus; et le renforcement du Comité de vérification. La résolution recommande d'envisager la possibilité d'instaurer un contrôle prudentiel de régulation pour ce qui est de la qualité de la situation financière de la BEI, de la mesure exacte de ses résultats et de son respect des règles de bonnes pratiques professionnelles. Elle se félicite également de l'idée des emprunts obligataires européens destinés au financement de projets, qui visent à accroître la cote de solvabilité des obligations émises par les entreprises dans le cadre de la stratégie Europe 2020 et sont utilisés pour financer les transports européens, les infrastructures énergétiques et informatiques et la transformation écologique de l'économie. L'introduction de ces emprunts obligataires aux fins du financement de projets est susceptible d'avoir un effet positif sur la disponibilité des capitaux destinés aux investissements durables permettant de renforcer la croissance et l'emploi en complétant les investissements nationaux et ceux du Fonds de cohésion.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (S&D), par écrit. (EN) J’ai voté pour ce rapport qui recommande que les mesures suivantes soient prises pour renforcer le rôle de la BEI dans le développement: a) l'affectation d'un plus grand nombre d'employés spécialisés dotés d'une expérience en matière de développement et de pays en développement, ainsi que l'augmentation de la présence locale de personnel dans les pays tiers; b) l'accroissement de la participation des acteurs locaux aux projets; c) la mise à disposition de capitaux supplémentaires spécialement affectés à des projets de développement; d) l'octroi d'un plus grand nombre de subventions; e) la possibilité de regrouper les activités de la BEI dans les pays tiers au sein d'une entité unique distincte.

 
  
MPphoto
 
 

  Barbara Matera (PPE), par écrit. (IT) Je voudrais faire acter ma satisfaction quant au fait que le rapport Cutaş sur le rapport annuel de la Banque européenne d’investissement (BEI) pour l’année 2009 a été approuvé. Je voudrais souligner l’excellent travail accompli par la BEI dans le soutien aux petites et moyennes entreprises au cours d’une période de difficulté économique et de difficulté d’accès aux crédits. Je suis par ailleurs favorable au développement par la BEI, en collaboration avec la Commission européenne, d’emprunts obligataires destinés au financement de projets servant à financer de grands projets d’infrastructure liés au transport, à l’énergie et aux télécommunications, qui s’avèrent essentiels en vue d’atteindre les objectifs de croissance et de cohésion dans l’Union.

 
  
MPphoto
 
 

  Maria do Céu Patrão Neves (PPE), par écrit.(PT) Le rapport annuel de la Banque européenne d’investissement (BEI) pour l’année 2009 souligne le rôle essentiel que la BEI a joué dans le soutien aux petites et moyennes entreprises (PME), surtout en ces temps de crise financière et de récession économique. La BEI se focalise sur les trois domaines les plus durement touchés par la crise en Europe, à savoir les petites et moyennes entreprises, les régions de la convergence et les actions en faveur du climat. L’importance des PME pour l’économie européenne est incontestable, je me félicite par conséquent de l’accroissement du financement de la BEI en faveur des PME au cours de la période 2008-2010, qui a atteint 30,8 milliards d’euros, et de la création de l’instrument européen de microfinancement, qui s’est vu doter d’environ 200 millions d’euros provenant de la Commission et de la BEI.

 
  
MPphoto
 
 

  Raül Romeva i Rueda (Verts/ALE), par écrit. (EN) Je vote pour. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un texte que nous, les Verts, nous aurions rédigé nous-mêmes, nous l’avons jugé suffisamment acceptable pour voter en sa faveur.

 
  
MPphoto
 
 

  Licia Ronzulli (PPE), par écrit.(IT) Le document qui a été approuvé aujourd’hui souligne le besoin clair de soutien supplémentaire de la Banque européenne d’investissement (BEI) dans des domaines stratégiques pour la reprise de l’économie européenne: PME, entreprises de capitalisation moyenne, projets d’infrastructures et autres projets clés destinés à renforcer la croissance et l’emploi dans le cadre de la stratégie Europe 2020. Le rapport demande instamment à la BEI d'investir dans le transport de marchandises dans le secteur ferroviaire européen ainsi que dans d'autres réseaux transeuropéens de transport de marchandises en mettant l'accent sur les ports de la Méditerranée, de la mer Noire et de la mer Baltique afin de les relier définitivement aux marchés européens. La BEI devrait en outre assister davantage le développement des réseaux RTE-T, afin de générer un effet levier pour l'investissement, tant public que privé. En vue d’atteindre cet objectif, les emprunts obligataires destinés au financement de projets peuvent constituer un outil d’investissement complémentaire, à côté du budget des fonds RTE-T.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité