Indiċi 
 Preċedenti 
 Li jmiss 
 Test sħiħ 
Proċedura : 2010/0199(COD)
Ċiklu ta' ħajja waqt sessjoni
Ċiklu relatat mad-dokument : A7-0167/2011

Testi mressqa :

A7-0167/2011

Dibattiti :

PV 04/07/2011 - 22
CRE 04/07/2011 - 22

Votazzjonijiet :

PV 05/07/2011 - 7.18
Spjegazzjoni tal-votazzjoni
Spjegazzjoni tal-votazzjoni

Testi adottati :

P7_TA(2011)0313

Dibattiti
It-Tnejn, 4 ta' Lulju 2011 - Strasburgu Edizzjoni riveduta

22. Skemi ta' kumpens għall-investitur (dibattitu)
Vidjow tat-taħditiet
PV
MPphoto
 

  President. − The next item is the report by Olle Schmidt, on behalf of the Committee on Economic and Monetary Affairs, on the proposal for a directive of the European Parliament and of the Council amending Directive 97/9/EC of the European Parliament and of the Council on investor-compensation schemes (COM(2010)0371 – C7-0174/2010 – 2010/0199(COD)) (A7-0167/2011).

 
  
MPphoto
 

  Olle Schmidt, föredragande. − Fru talman! Herr kommissionär.

Madam President, in this case I urgently need a broad consensus, so I will take another tone in this debate.

Jag vill tacka alla skuggföredragande, kommissionen, utskottet och gruppens sekretariat för ett väldigt gott arbete. Vi hade hoppas att komma i mål, men riktigt där är vi inte än. Investerarskyddet är ett konsumentskydd för värdepapper och pengar som banker och värdepappersbolag hanterar för kunders räkning. Det innebär att du som kund kan få ersättning av staten om ett institut som går i konkurs inte kan lämna ut dina tillgångar i samband med bedrägeri eller slarv eller allvarliga felbedömningar och misstag. Däremot ersätts inte riskinvesteringar, t.ex. om aktieinvesteringar faller i värde.

Jag tar utskottets ändringsförslag punkt för punkt. För det första vill utskottet höja ersättningen till 100 000 euro per investerare och att ersättningen blir lika hög oavsett EU-land. Det tyngst vägande skälet för att föreslå 100 000 är att det finns länder som har högre ersättning än de föreslagna 50 000, t.ex. Storbritannien, Frankrike och Spanien. Vi vill alltså inte sänka ersättningsnivåerna och på så sätt försämra konsumentskyddet i dessa länder. Skyddet bör också vara lika högt för investeringar som för bankkontosparande. Vi behöver personer som vill investera i framtida företagsamhet.

För det andra vill utskottet utvidga skyddet till att omfatta fall där det är bevisat i en domstol att ett värdepappersföretag gett dåliga råd, bad advice. Värdepappersbolag som vilseleder investerarna och ger dåliga råd i investeringsbeslut ska kunna vara grund för ersättning. Ett exempel är när en fondrådgivare ger äldre människor rådet att investera i högriskfonder med lång placeringshorisont.

För det tredje anser utskottet att det är viktigt att skapa system som har tillräckligt med pengar för att kunna betala ut ersättningen. Skattebetalarna ska inte i efterhand behöva stå för notan. Därför bör man införa en förfondering, ex ante, så att det finns pengar i fonder om ett företag skulle gå i konkurs. Målnivån föreslås sänkas från 0,5 till 0,3 procent av värdepappersbolagets tillgångar. Processen snabbas på så att alla medlemsländer ska uppnå full finansiering av sina fonder efter fem år i stället för tio år. Beräkningen av avgifterna ska baseras på den potentiella ersättningsrisk som ett företag har. De värdepappersbolag som tar störst risker ska också bidra mer till finansieringen än andra bolag som tar mindre risker.

För det fjärde måste lånemekanismen justeras. Kommissionen har föreslagit en obligatorisk kreditmekanism, där system kan låna av varandra, mellan länder. För att undvika moral hazard, medveten underfinansiering, föreslår vi att den obligatoriska lånemekanismen inte tas i bruk förrän alla system har byggt upp sina fonder och nått målnivån. Efter femårsperioden ska ett system ha rätt att låna från andra system i Europeiska unionen, förutsatt att det system som befinner sig i denna situation tidigare hade uppnått målnivån för finansiering.

För det femte vill utskottet att kommissionen utreder UCITS-fonderna inkludering i direktivet. Vi har haft en hård diskussion i utskottet om huruvida aktie- och räntefonder, så kallade UCITS-fonder, ska inkluderas eller inte. Vi anser att man måste se ytterligare på hur det ska gå till. Vi vill givetvis inte ha Madoff-liknande affärer, men utskottet tycker att kommissionen ska utreda för- och nackdelarna med att komplettera eller ersätta befintliga system med försäkringsbaserade lösningar, så kallade försäkringsavtalssystem.

Slutligen vill utskottet också öka transparensen genom att införa rapporteringsskyldighet för medlemsländerna i unionen, dvs. en skyldighet att rapportera till kommissionen och Esma hur de nationella systemen fungerar.

Frågan om investerarskydd är viktig för konsumenter, investerare och för den finansiella stabiliteten. I morgon skulle jag behöva ett starkt besked från parlamentet. Jag hoppas att jag får stöd i omröstningen så att vi kan påbörja förhandlingarna med rådet så snart som möjligt.

 
  
MPphoto
 

  Michel Barnier, membre de la Commission. − Madame la Présidente, je voudrais d'abord remercier chaleureusement Olle Schmidt, et également la commission ECON et sa présidente Sharon Bowles, pour le signal très ambitieux – Monsieur Schmidt, sans équivoque – qui est envoyé sur ce dossier important par le Parlement.

Le renforcement des systèmes d'indemnisation des investisseurs est une pièce dans un ensemble cohérent qui comprend également – je le rappelle – la garantie des dépôts et le livre blanc sur les fonds de garantie des assurances. C'est un paquet complet qui a été adopté par la Commission il y a maintenant un an.

Voilà une proposition importante dans notre réponse à la crise. Les utilisateurs, les investisseurs de détail comptent parmi les acteurs les plus vulnérables du système financier et ils sont aussi les premières victimes de la crise. Il est, non seulement, juste de les protéger – d'ailleurs, nos concitoyens ne comprendraient pas un échec dans ce domaine – mais aussi logique. Un investissement serein passe par l'assurance que l'on sera bien indemnisé en cas de situation extrême, comme la fraude ou des erreurs opérationnelles qui entraîneraient la disparition des titres. L'indemnisation des investisseurs contribue dès lors à restaurer la confiance dans le système financier – c'est une des leçons de la crise – mais aussi à matérialiser la création d'un véritable marché intérieur des services financiers.

C'est cette logique qui devait amener les colégislateurs à adopter, sur la base d'une proposition de la Commission en 1997, la toute première directive sur l'indemnisation des investisseurs. Cette directive a été utile, mais il faut l'améliorer; c'est ce que nous faisons ensemble aujourd'hui.

Mesdames et messieurs les députés, je suis, depuis très longtemps, partisan d'une politique de prévoyance, comme on dit en français, de prévention; ça coûte toujours moins cher que la réparation et j'ai, dans d'autres domaines comme l'écologie, imaginé dans mon propre pays des mécanismes de prévoyance. Voilà pourquoi je souhaite, ici, ce mécanisme de fonds de garantie.

Premier constat, Monsieur Schmidt, je partage l'approche ambitieuse qui marque votre rapport. L'accord du Parlement sur le principe du préfinancement est un point très positif. Pour nous – pour la Commission –, c'est une condition sine qua non pour que le système soit crédible. En effet, à quoi cela sert-il de prévoir un niveau de couverture élevé s'il n'y a pas d'argent disponible dans une mesure suffisante. Dire que l'on pourrait lever l'argent au fur et à mesure des besoins, est assez illusoire en période de stress.

Deuxième point, Monsieur Schmidt, je suis également bien disposé quant à l'alignement du niveau de couverture sur la garantie des dépôts à 100 000 euros, comme vous l'avez proposé. Nous avions proposé, nous Commission, 50 000 euros, c'est-à-dire un niveau moins élevé que pour la garantie de dépôt dans le secteur bancaire parce que les risques pour la stabilité financière nous paraissent plus élevés dans ce dernier secteur, moins élevés dans l'autre. Je pense notamment au phénomène des ruées bancaires comme on l'a connu avec la banque Northern Rock en 2008. Mais je veux bien prendre en compte votre proposition, qui est plus ambitieuse.

Enfin, je salue le fait que le Parlement préserve le mécanisme d'emprunt mutuel entre fonds. J'y vois une manifestation supplémentaire de votre attachement à l'émergence d'une approche économique plus harmonisée, plus mutualisée, indispensable pour surmonter les défis de la crise.

Bien sûr, Monsieur Schmidt, il y a quelques points, ici et là, qui sont matière à débats ou à divergences avec la proposition initiale de la Commission. Par exemple – vous l'avez rappelé dans votre intervention –, il me semble que l'extension de la couverture aux OPCVM est naturelle, compte tenu de l'attractivité de ce produit auprès des investisseurs de détail. Vous avez souhaité reporter cette mesure. Cela dit, je note bien votre souhait de la réexaminer dans le cadre de la révision de la directive OPCVM dans quelques mois. Vous pouvez compter sur la Commission pour abonder dans ce sens, Monsieur Schmidt.

De plus, la réduction du préfinancement à 0,3 % devra être soigneusement évaluée si vous voulez véritablement porter la couverture à 100 000 euros. Il n'y a pas de secret, Mesdames et Messieurs les députés, accroître la couverture tout en diminuant le financement risque, potentiellement, de mettre le système en situation de difficulté ou de stress.

Enfin, j'ai quelques réserves quant à l'introduction d'un amendement qui vise à couvrir ce qu'on appelle les "mauvais conseils" (bad advice). Je partage votre objectif : la finance est une discipline complexe et il y a un certain nombre de charlatans qui ont vite fait d'abuser des consommateurs les moins avertis. Cependant, cette situation relève plutôt des règles de conduite de la directive MiFID, dont la violation ouvre droit à des recours en responsabilité.

Par ailleurs, cette notion est difficilement praticable. Elle pourrait conduire à élargir considérablement le nombre de situations dans lesquelles nous serions amenés à actionner les fonds d'indemnisation sans que le financement soit revu en conséquence. Donc, en l'état, Monsieur Schmidt, très franchement, ce concept de "mauvais conseil" est assez incertain à nos yeux, et il pourrait conduire à des divergences d'interprétation importantes, d'un pays à l'autre, et à fragmenter à nouveau le marché. Voilà pourquoi nous avons des difficultés à accepter l'introduction de ce concept dans le texte.

Mais au total, Monsieur Schmidt, en vous remerciant à nouveau globalement pour l'excellent travail qui a été fait, par vous-même, les rapporteurs fictifs et les coordinateurs, je peux dire que le Parlement et la Commission – c'est ce qui est important à mes yeux – partagent clairement une vision commune dans ce dossier. C'est une solution ambitieuse, c'est une solution européenne et le Conseil devra en tenir compte. C'est le signal que vous envoyez aux États membres, pour qu'ils puissent s'accorder rapidement sur une approche générale. Je compte d'ailleurs sur la présidence polonaise pour déployer tous ses efforts et convaincre les pays qui ne l'ont pas encore fait, d'adopter cette approche plus européenne et plus favorable à l'investisseur de détail. Au total, tout accord crédible doit prévoir une couverture suffisamment élevée, un niveau de préfinancement crédible et un accès facile à l'indemnisation. C'est dans ce sens que nous travaillons, Monsieur le rapporteur Schmidt, et je voulais vous en remercier.

 
  
MPphoto
 

  Sebastian Valentin Bodu, rapporteur for the opinion of the Committee on Legal Affairs. − Madam President, the functioning of the investor compensation schemes has been improved and brought into line with banking scheme standards. I would like to mention that we cannot send a signal of equivalence of treatment between capital market investors and depositors in commercial banks. Although both categories have to be protected, with regard to protection for investors in securities it should be considered that the risk of the latter is taken by choice. I do not think it is a good idea to increase the threshold to EUR 100 000 because this will put too much burden on broker dealers.

I welcome the introduction of the lending system between the schemes and I hope that Parliament in plenary will maintain my own amendment regarding the postponement of reaching the guarantee ceiling by Romania and Bulgaria, in order to respect the terms of the accession treaties.

 
  
MPphoto
 

  Jean-Paul Gauzès, au nom du groupe PPE. – Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire, chers collègues, l'objectif de ce texte est bien de protéger les investisseurs privés contre les pratiques frauduleuses ou gravement déficientes des entreprises d'investissement.

Ce texte est de nature à renforcer la confiance après une crise dans laquelle les investisseurs de détail, comme vous l'avez dit, Monsieur le Commissaire, étaient certainement les acteurs les plus vulnérables et les premières victimes de cette crise.

Il faut bien comprendre que ce texte organise une indemnisation de dernier recours. Ce n'est pas une indemnisation au fil de l'eau, c'est une indemnisation de dernier recours. C'est la raison pour laquelle notre commission, à l'unanimité, a voté ce rapport qui souhaite une harmonisation maximum des règles et un relèvement du plafond à 100 000 euros.

S'agissant du cas particulier des OPCVM, la Commission a estimé non pas qu'il ne s'agissait pas de prévoir des mesures de protection des investisseurs, mais que ce produit si particulier, qui a d'ailleurs une excellente réputation, méritait que des règles propres lui soient attribuées dans le cadre des révisions de la directive OPCVM. C'est la raison pour laquelle la commission économique a demandé à votre Commission de faire une étude pour connaître les avantages et les inconvénients qu'il y aurait à élargir aux OPCVM le champ d'application de cette directive d'indemnisation pour les investisseurs privés.

Il appartient maintenant au Conseil de se mettre d'accord pour que ce que nous votons en première lecture –  puisque nous voterons aussi la résolution législative – puisse devenir rapidement un texte applicable. Je le répète, pour les Européens, pour les investisseurs privés, il y là aussi un sentiment d'appartenance à l'Union européenne qui doit se matérialiser par une protection équivalente pour tous.

 
  
MPphoto
 

  Pervenche Berès, au nom du groupe S&D. – Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire, cette révision de la directive relative aux systèmes d'indemnisation des investisseurs est dans le droit fil, malheureusement, de la crise et aussi du scandale Madoff qui a frappé de plein fouet certains petits investisseurs européens.

Elle se présente parallèlement, vous l'avez dit, vous l'avez rappelé, à la révision de la directive sur le dépôt de garanties bancaires et à la mise en place d'un équivalent dans le domaine de l'assurance. C'est important pour nous; c'est aussi ce qui nous a guidés pour demander que le plafond soit porté à 100 000. En effet, le plafond d'origine dans le secteur bancaire était à 25 000, et on le porte aujourd'hui à 100 000. Pourquoi organiser un décrochage dans le domaine de l'investissement alors que, justement, nous voulons que les Européens puissent diversifier leur épargne dans des conditions sûres, y compris en favorisant de l'investissement qui sera utile pour financer nos besoins en investissement à long terme?

Vous avez dit que le "bad advice" ou mauvais avis renvoyait à la MiFID mais c'est justement de la MiFID dont nous nous sommes inspirés pour l'introduire ici parce que nous pensons qu'ici, nous avons aussi besoin de décliner ce concept utile qui a été introduit dans la MiFID. Donc, nous ne disons pas le contraire, nous vous demandons de tirer les conséquences pour ce texte de ce qui existe dans la MiFID.

Sur la situation des OPCVM, tout le monde l'a dit, nous ne voulons pas que ceux qui sont aujourd'hui détenteurs d'OPCVM se retrouvent dans des situations moins favorables que des investisseurs hors OPCVM, alors que ce produit d'épargne constitue une vraie valeur ajoutée pour le marché financier européen.

Deux mots pour conclure, pour attirer votre attention sur la façon dont ce texte s'appliquerait aussi aux collectivités territoriales – on a vu dans la crise combien elles pouvaient être atteintes – et pour vous demander, comme le Parlement européen va le faire dans son vote demain, d'examiner dans quelles conditions un système d'assurance ne pourrait pas être beaucoup plus efficace, opérationnel et, d'une certaine manière, utile pour financer ce fonds ex ante.

Monsieur le Commissaire, vous avez dit "Les citoyens ne comprendraient pas un échec dans ce domaine". Nous comptons sur le vote fort de ce Parlement demain et sur votre pression pour que le Conseil débloque une situation où, manifestement, il n'a pas l'air de vouloir avancer assez vite à notre goût.

 
  
MPphoto
 

  Sven Giegold, im Namen der Verts/ALE-Fraktion. – Frau Präsidentin, lieber Herr Schmidt, liebe Kolleginnen und Kollegen! Vielen Dank für die gute Zusammenarbeit und auch für die Position, die Sie hier vertreten haben. Diese Reform der Anlegerschutzrichtlinie ist zur Verbesserung des Finanzmarktverbraucherschutzes nötig. Wir haben mehrere große Skandale gesehen. Die Konsequenz aus diesen Skandalen ist diese Reform. Danke auch an die Kommission für den starken, anspruchsvollen Vorschlag, den sie vorgelegt hat.

Ich will kurz auf zwei Punkte eingehen, die nicht konsensual waren. Sie haben es eben angesprochen, Herr Barnier: die Frage der Fehlberatung. Wir haben uns letztlich gemeinsam darauf geeinigt, dass es sinnvoll ist, dies in die Richtlinie aufzunehmen. Es geht nicht darum, dass die Definition und die Strukturen zur Verhinderung von Fehlberatung dort hinein gehören – die gehören natürlich in die MIF-Richtlinie –, aber wenn ein Unternehmen nachweislich Fehlberatung macht und dafür nicht haften kann, weil es z. B. schon in Konkurs ist, dann gibt es dafür derzeit keine Finanzierung. Und die Sparerinnen und Sparer, die praktisch in Mitleidenschaft gezogen werden, sind bisher nicht geschützt. Deshalb haben sich auch Vertreter der Kommission in den Anhörungen und Beratungen des ECON dazu durchaus offen gezeigt. Ich würde Sie daher bitten, Herr Barnier, an der Stelle noch einmal über Ihre ablehnende Haltung nachzudenken. Auch im Rahmen von UCITS werden wir uns mit dem Thema noch einmal neu beschäftigen müssen. Danke, dass Sie das aufnehmen wollen.

Ein zentraler Punkt ist meines Erachtens aber, dass es derzeit eine Blockade-Minderheit im Rat gibt. Auch die deutsche Bundesregierung ist daran beteiligt. Sie sollte nochmals nachdenken, ob sie diese Blockade wirklich aufrechterhalten will. Wir brauchen diese Reform der Anlegerschutzrichtlinie! Die Bürger haben nach der Krise kein Verständnis für schwachen Verbraucherschutz!

 
  
MPphoto
 

  Syed Kamall, on behalf of the ECR Group. – Madam President, Madoff is often cited as a reason for these sorts of measures, but actually, in the Madoff affair, the SEC in the US was warned a number of times. So arguably they had the tools at their disposal, they just chose not to use them.

What I am worried about in this particular directive, though, is creating moral hazard and encouraging investors not to practise due diligence. They can invest willy-nilly knowing full well that they will be compensated for a bad decision, and that is what we have to be very careful about.

I would like to thank the other groups for accepting my amendment on transparency. It is important that investors see the cost of regulation, but also understand how much they are being charged for compensation so that, when they buy an investment, they are not being hoodwinked into paying more than they need to.

But what I am worried about is the high level of compensation. It is fine for places like London, Frankfurt and Paris, but many of the small Member States are very worried about a harmonised level of EUR 100 000 and worry about concentration of financial services and financial products in the big centres. I welcome the fact that London is such a centre, but I am worried about that from a competitive point of view. For that reason we will be abstaining but look forward to a healthy debate in the trialogues.

 
  
MPphoto
 

  Andreas Mölzer (NI). - Frau Präsidentin! Die Finanzmärkte und die auf ihnen gehandelten Wertpapiere werden bekanntlich immer komplexer und somit für Anleger undurchsichtiger und unverständlicher. Dass dies nicht nur den herkömmlichen Kleinanleger betrifft, wurde uns durch die von den USA ausgehende Finanzkrise bewusst. Sie förderte zutage, dass sich auch europäische Bankinstitute Unmengen von ineinander verschachtelten Papieren andrehen ließen, die am Ende schließlich wertlos waren.

Neben einer strikten Kontrolle der Finanzmärkte unter Einschränkung gewisser Spekulationspraktiken wie der ungedeckten Leerverkäufe ist daher meines Erachtens eine Stärkung der verschiedenen Entschädigungssysteme für Anleger notwendig. Die Änderung der betreffenden Richtlinie muss meiner Meinung nach insbesondere vom Aspekt des Verbraucherschutzes beeinflusst sein. Die diesbezüglich vom Berichterstatter ausgearbeiteten Vorschläge zum Kommissionstext sind also durchaus zu begrüßen. Vor allem für Anleger, die grenzüberschreitend investieren – und dies wird wohl die Mehrheit tatsächlich tun –, muss es Rechtssicherheit und Vorhersehbarkeit in Bezug auf etwaige Ansprüche geben. Daher brauchen wir, wie gesagt, ein gemeinsames Schutzniveau.

 
  
MPphoto
 

  Michel Barnier, membre de la Commission. − Madame la Présidente, là aussi, télégraphiquement, je voudrais apporter mon point de vue à M. Bodu et marquer mon intérêt pour un certain nombre de questions que vous avez évoquées.

Il y a, objectivement, Monsieur Bodu, des différences entre garantie de dépôt d'un côté, compensation pour les investisseurs, de l'autre. Mais j'ai dit tout à l'heure que, s'il y avait un financement suffisant, j'étais favorable à l'alignement que Mme Berès a également évoqué.

Monsieur Gauzès, oui, nous étudierons l'extension aux OPCVM. Je connais les réserves du Parlement sur cette question. Il me semble, néanmoins, Monsieur Gauzès, utile que l'inclusion dans le champ de la directive soit prévue. Mais nous allons essayer de nous convaincre mutuellement et de discuter de cette question.

Je pense aussi, Monsieur Gauzès, qu'il faut que tous les investisseurs soient placés sur un pied d'égalité. En tout cas, je vous remercie d'avoir souligné, une fois encore, la nécessité de bien protéger les investisseurs, comme à l'instant M. Mölzer vient de le rappeler à son tour.

Mme Berès a dit elle–même que j'avais insisté sur le paquet global dans lequel se trouve ce texte, donc nous ne sommes pas au bout de la route, et il s'agit des investisseurs aussi bien que des assurés. Je voudrais, Madame Berès, préciser que le futur texte sur les conservateurs centraux de titres sera une occasion supplémentaire de tirer un certain nombre de conséquences de l'affaire Madoff.

J'ai noté aussi deux points qui m'ont intéressé et que je trouve importants, même s'ils comportent des aspects techniques. Il s'agit, premièrement, de l'inclusion des contrats d'assurance. Je trouve que c'est une bonne question; je vais regarder cela et étudier aussi les difficultés et les problèmes techniques que cela peut poser. Ensuite, il y a une question à laquelle je suis, évidemment, sensible, à savoir l'endettement excessif, parfois exorbitant, auquel sont parvenues certaines collectivités locales. Là aussi, je serai attentif à votre débat, et nous allons envisager comment traiter cette question.

Enfin, Madame Berès, comme Monsieur Giegold, vous avez évoqué la question des mauvais conseils; c'est une question que je trouve légitime. Moi aussi, je veux qu'on préserve ou qu'on protège les gens. Est-ce le bon véhicule juridique pour la traiter? C'est une question de nature juridique technique qui peut être différente et cela supposerait, en particulier, Monsieur Giegold, que nous ayons une définition cohérente harmonisée sur ce que doit être cette notion de mauvais conseil. Néanmoins, j'ai compris votre insistance. Je vois un large accord sur cette question et, donc, nous allons étudier cette question à la lumière de votre débat d'aujourd'hui et de vos interpellations que j'ai bien enregistrées.

 
  
MPphoto
 

  Olle Schmidt, föredragande. − Fru talman! Även om ni kanske inte har märkt det tidigare har jag en tilltro till den fria marknaden och människors möjligheter att göra fria val. Men samtidigt vill jag säga väldigt tydligt att jag också har en stark tilltro till att konsumenterna måste skyddas. Det är klart att det här direktivet är så viktigt just från denna utgångspunkt. Så, mina vänner, ni som kan kritisera mig i andra sammanhang, här är vi helt på samma linje. Den ordinäre vanlige investeraren ska kunna veta att man är någorlunda trygg i de investeringar man gör. Det är av oerhörd vikt för Europas framtid. Så ser jag på det, och på tilltron till de finansiella marknaderna.

Herr Barnier, ni talade om UCITS och finansieringsformer; 0,3 kan diskuteras när vi dessutom går upp till 100 000. Jag håller med om det, men samtidigt är ju rådets synpunkt att vi ska en mycket, mycket lägre finansieringsmekanism. Vi vet väl kanske inte riktigt var vi ska hamna. Jag tycker också att det är rimligt att ta in UCITS när det gäller MIFID och när det gäller UCITS 5, men jag tror säkert att vi kan komma överens om detta. När det gäller bad advice, dåligt råd, hoppas jag också att vi kan hitta en lösning eftersom jag tror att det är en viktig punkt för de vanliga investerarna i Europa just nu.

Finally, I would like to express my gratitude to the Commissioner, Mr Gauzès, Ms Berès, Mr Kamall and Mr Giegold for their very fruitful cooperation, and I hope that we can close this dossier in the autumn.

 
  
MPphoto
 

  President. − The debate is closed.

The vote will take place on Tuesday, 5 July 2011.

 
Avviż legali - Politika tal-privatezza