Índice 
 Anterior 
 Siguiente 
 Texto íntegro 
Procedimiento : 2011/2037(INI)
Ciclo de vida en sesión
Ciclo relativo al documento : A7-0200/2011

Textos presentados :

A7-0200/2011

Debates :

PV 12/09/2011 - 24
CRE 12/09/2011 - 24

Votaciones :

PV 13/09/2011 - 5.17
Explicaciones de voto
Explicaciones de voto

Textos aprobados :

P7_TA(2011)0359

Debates
Lunes 12 de septiembre de 2011 - Estrasburgo Edición revisada

24. Política de auditoría: lecciones de la crisis (breve presentación)
Vídeo de las intervenciones
PV
MPphoto
 

  Presidente. − L'ordine del giorno reca la relazione di Antonio Masip Hidalgo, a nome della commissione giuridica, sulla politica in materia di revisione contabile: gli insegnamenti della crisi (2011/2037(INI)) (A7-0200/2011).

 
  
MPphoto
 

  Antonio Masip Hidalgo, Ponente. − Señora Presidenta, lo que necesitan la economía y las empresas europeas es confianza. Las auditorías de cuentas están hoy en día lastradas por la concentración y la falta de independencia de los auditores y no contribuyen a generar esa tan deseada confianza que relance nuestra economía.

No sería descartable plantearse eliminar la obligación legal de las auditorías de cuentas. ¿Por qué no? Si queremos recuperar la confianza de los mercados y en los mercados, debemos realizar una profunda reforma de las auditorías para que estas supongan un auténtico valor añadido y no una mera carga legal.

Las grandes auditoras se sirven de los servicios de auditoría como tarjeta de presentación para sus futuros clientes. Una vez familiarizados con la empresa, ofrecen servicios complementarios más onerosos con los que compensar a menudo los bajos precios de la auditoría estricta.

Tenemos un problema de distorsión de los precios en el sector. Estos servicios complementarios suponen ya casi el 50 % de la facturación, por lo que los grandes auditores no quieren perder los servicios de auditoría, pero no por la auditoría en sí, sino por mantener y aumentar los servicios complementarios.

El segundo gran obstáculo para la libre competencia en el sector es el oligopolio de los cuatro grandes, que dominan los mercados europeos por encima del 90 %. Como tal oligopolio, controlan precios y establecen barreras de entrada a nuevos competidores, valiéndose de intangibles como la imagen internacional de marca.

Es verdad que esta imagen de marca puede fundarse en ventajas ciertas, pero no siempre supone una mayor eficiencia, dada la diversidad legislativa en los estados contables susceptibles de tratamiento particular en cada Estado miembro.

Comparto los fines del Libro Verde, la independencia y la desconcentración del sector, y los medios a utilizar: rotación, auditorías conjuntas, licitación, reforzamiento del escepticismo profesional, prevalencia de las sustancias sobre la forma, separación de los servicios de auditoría de los de no auditoría. Los he intentado trasladar a mi informe en la medida en que me lo han permitido las mayorías parlamentarias y el modesto alcance del mismo.

Señorías, este no es más que un pequeño paso hasta conseguir una nueva legislación que sane, en este terreno de las auditorías, los yerros que nos han conducido a esta terrible crisis económica.

Courage, Monsieur Barnier! Puissiez-vous continuer sur ce chemin et aboutir à un bon résultat!

 
  
MPphoto
 

  Monika Flašíková Beňová (S&D) - Je naozaj paradoxom, že v celej diskusii o kríze a protikrízových opatreniach absentuje rozmer zodpovednosti bánk a rozmer netransparentnosti, ktorá zvyšuje systematické riziko.

V období pred krízou dostali banky od audítorov výborné vysvedčenia a zrazu počúvame, že mnohé z nich majú v bilancii toľko bezcenných aktív, že aj pri menších výkyvoch im hrozí krach. Skutočne sa nad tým treba zamyslieť a treba účinne zabezpečiť, aby sa takáto situácia už v budúcnosti neopakovala. Jednou z príčin nedôslednosti audítorských posudkov a ich nekvality je najmä koncentrácia veľkých firiem v tomto druhu biznisu. Štyri veľké firmy záviseli na príjmoch od hodnotených finančných inštitúcií, a preto im dávali dobré známky bez ohľadu na to, aká bola reálna situácia. Preto podporujem návrh kolegu spravodajcu, aby sa tento monopol rozbil a aby sa zaviedla skutočná konkurencia na trhu audítorských spoločností, aby aj menšie firmy dostali šancu. Chcela by som preto vyzvať Komisiu, konkrétne Generálne riaditeľstvo pre hospodársku súťaž, aby uskutočnilo podrobný prieskum audítorského trhu a aby vypracovali celoeurópsky režim profesionálnej zodpovednosti pre audítorov.

 
  
MPphoto
 

  Evelyn Regner (S&D). - Frau Präsidentin, Herr Kommissar! Zahlreiche Banken haben zwischen 2007 und 2009 bilanzielle und außerbilanzielle Verluste verzeichnet, aber trotzdem einen so genannten sauberen Vermerk von den Abschlussprüfern erhalten. Die Prüfer werden von den zu prüfenden Unternehmen selbst bestellt und bezahlt, was ihre Unabhängigkeit natürlich beeinträchtigt. Dazu kommen auch noch Haftungsprivilegien, wie sie in vielen europäischen Ländern existieren. Deshalb vorweg: Die Kommission hat mit ihrem Grünbuch einen engagierten Schritt in eine Richtung gesetzt, die absolut notwendig ist, wenn wir eben nicht nur von Rating-Agenturen sprechen, die zu kritisieren sind, sondern auch von der Rolle der Abschlussprüfer, der Wirtschaftsprüfer, die ihre Aufgaben nicht ordnungsgemäß wahrgenommen haben.

Ich möchte einen Aspekt einbringen, der mir besonders wichtig ist, nämlich die externe Rotation. Immer wieder stellt sich heraus, wie wichtig es ist, dass keine Gefälligkeitsprüfungen vorgenommen werden. Dazu ist es auch notwendig, in regelmäßigen Abständen eine externe Rotation vorzunehmen.

 
  
MPphoto
 

  Rui Tavares (Verts/ALE). - Caros Colegas, é sintomático que, na crise económica para que fomos empurrados precisamente pelo sistema de auditoria ou em que ele desempenhou um papel tão central, este oligopólio das quatro agências de notação ainda não tenha sido alvo de legislação a sério por parte das instituições europeias. E, portanto, mérito seja feito ao meu colega Masip Hidalgo por ter desenvolvido, neste seu relatório, reflexão sobre o assunto e ter tentado empurrar este tema que, de facto, não é tabu. Estar eternamente à espera que as empresas correspondam a padrões éticos que lhes caiam do céu e que elas decidam seguir sozinhas não é um caminho e não é um futuro para as nossas economias e para a credibilidade dos nossos sistemas bancários ou dos mercados europeus.

Não podemos deixar de querer que o sistema público se torne o pólo verificador da credibilidade destas agências de auditoria. Mas eu acho que devemos levar isto a um passo ainda mais lato: é preciso que o próprio sistema de auditoria seja ele mesmo plural, que as empresas de auditoria não estejam todas elas sujeitas aos mesmos estímulos e motivações, sendo pagas basicamente pelos seus clientes e especuladores, e que depois não sejam substituídas por um mero sistema público que seja também ele próprio alvo de pouca credibilidade. É preciso temperá-las com um verdadeiro pluralismo que emerja, por exemplo, do sistema académico e universitário, dos institutos de estatísticas, de agências de auditoria europeias, e que sejam calibrados todos esses pólos de auditoria para criar um verdadeiro sistema plural e credível de auditoria.

 
  
MPphoto
 

  Kay Swinburne (ECR). - Madam President, I would like to congratulate Mr Masip Hidalgo on guiding this report through the Legal Affairs Committee and on the excellent and productive collaboration with the ECON Committee, particularly on matters of competition in the audit sector.

We have worked collaboratively to recognise the specificities of audit in financial services, including communication between auditors and financial supervisors and regulators and the role of audit in systemically important financial institutions (SIFIs). We have raised the importance of audit committees in corporate governance matters and the conflicts of interest which may occur.

The report calls for further analysis of the costs and benefits to the companies who use audit, of compulsory tendering on a regular basis, and of the impact on competition, and costs, of introducing any form of compulsory joint audit. Increasing competition in the audit sector and improving audit quality had been the central themes of both committees, and I hope the Commission will take this on board when they produce the legislative text.

 
  
MPphoto
 

  Jaroslav Paška (EFD) - Chcel by som podporiť viaceré návrhy obsiahnuté v predloženej správe pána poslanca Hidalga. Predovšetkým prijatie medzinárodných audítorských štandardov Európskou komisiou by nám umožnilo harmonizovať audity na európskej úrovni, čím by sa iste zjednodušila práca orgánov dohľadu. Pri auditoch finančných inštitúcii by mali správy zahŕňať aj rozšírené požiadavky na zverejňovanie informácií o hodnotení menej likvidných aktív. Audítori by tiež mali mať povinnosť upozorniť orgány dohľadu na zistené problémy, ktoré môžu ohroziť pokračovanie činností subjektu, v ktorom vykonávajú audit. Rozdelenie audítorského trhu môže tiež napomôcť zlepšeniu konkurenčného prostredia a skvalitneniu práce audítorov. Som presvedčený, že sústavným zlepšovaním a skvalitňovaním práce audítorov môžme zlepšiť aj správne posudzovanie a správanie majetku, a preto je dobré, že sa Európsky parlament touto problematikou opäť zaoberá.

 
  
MPphoto
 

  Michel Barnier, membre de la Commission. − Madame la Présidente, j'ai le souvenir très précis de ce que j'ai déclaré lors de mon audition devant le Parlement européen, en janvier 2010. À cette occasion, Madame Flašíková, j'ai pris l'engagement, conformément à la feuille de route du G20 et à l'engagement des chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne, qu'aucun secteur, aucun produit, aucun marché financier ne resterait à l'écart d'une régulation intelligente et d'une supervision efficace.

Depuis ce moment-là, Madame Flašíková, je suis engagé, avec toutes mes équipes, à marche forcée, dans la préparation de textes législatifs pour mettre des règles – ou en remettre –, assurer la transparence, la responsabilité. J'allais dire remettre de la morale là où elle avait disparu, dans les marchés financiers, pour que ces marchés dont nous avons besoin travaillent bien au service de l'économie réelle. Ne doutez pas, Madame la députée, que pour tous les autres secteurs, au-delà de l'audit dont nous parlons aujourd'hui, nous faisons ce travail. Nous en avons déjà fait une partie avec vous et vous avez sur votre table de législateur beaucoup de textes déjà en discussion, qui vont arriver d'ici à la fin de l'année.

Nous parlons aujourd'hui d'un de ces secteurs, de certains de ses acteurs que sont les auditeurs externes, dont nous savons bien qu'ils n'ont pas tous joué leur rôle et n'ont pas tous su tirer la sonnette d'alarme en temps voulu, dans la crise financière – qui n'est d'ailleurs pas terminée. Nous avons pris le temps de la réflexion, parce que, dans ce domaine comme dans d'autres, je veux que nous travaillions ensemble, de manière sérieuse, sans improvisation. Nous avons beaucoup consulté, beaucoup écouté sur ce sujet complexe, et le Parlement européen a pris sa part dans ce travail de consultation. Je suis très heureux – je le dis à mon tour – que le Parlement, grâce au rapport de très grande qualité de M. Antonio Masip Hidalgo, partage très largement cette idée que j'ai moi-même d'une action résolue au niveau européen pour pallier les défaillances du passé.

Je vous remercie, Monsieur le député Masip Hidalgo, pour votre engagement personnel. Je salue également le travail de plusieurs de vos collègues: Mme Kay Swinburne, de la commission ECON, qui vient de s'exprimer, et d'autres parlementaires qui ont contribué à cette réflexion, M. Gauzès, M. Bodu, M. López-Istúriz ou Mme Berès.

Ce rapport – je le dis très franchement –, est pour moi une très bonne base de travail pour les propositions que nous allons présenter au mois de novembre prochain. Il y a sans doute des divergences sur certains points et je compte beaucoup – comme Mme Swinburne l'a d'ailleurs dit tout à l'heure – sur la détermination et la contribution des deux commissions JURI et ECON pour élaborer, ensemble et rapidement, dans les mois qui suivront, les nouveaux outils de régulation dont nous avons besoin. Je ne vais pas répondre à toutes les recommandations du rapport de M. Masip Hidalgo. Je voudrais simplement évoquer télégraphiquement trois axes de nos propositions: l'indépendance de cette profession, l'ouverture de ce marché de l'audit, et la création d'un grand marché européen, plus intégré, avec le renforcement de la supervision.

D'abord, l'indépendance. Notre premier souci, qui est aussi le vôtre, c'est la qualité et la crédibilité de l'audit. Nous devons restaurer la confiance dans les comptes des sociétés. Cela veut dire que les auditeurs doivent être indépendants des entités qu'ils auditent. Or, nous constatons trop souvent que de nombreuses sociétés conservent le même cabinet d'audit pendant de longues périodes, des décennies même, voire pendant un siècle – c'est déjà arrivé. La conséquence, c'est moins de confiance dans les comptes des sociétés concernées, ce qui nuit à la profession comme aux entreprises auditées.

Je n'exclus donc pas de proposer, en novembre, la rotation obligatoire du cabinet d'audit, une rotation bien encadrée, après un laps de temps bien choisi. Un autre facteur de familiarité excessive entre les auditeurs et les audités consiste en la fourniture, par les auditeurs, de trop nombreux services qualifiés de services annexes ou "non-audit". Pour la plupart des réseaux, ces services génèrent plus de revenus que l'audit lui-même. Dans de telles circonstances, sommes-nous bien certains qu'il est possible de juger objectivement et d'auditer en toute indépendance l'entreprise que l'on conseille par ailleurs sur sa stratégie de développement? Madame Regner, vous avez très clairement souligné ce point tout à l'heure.

Je suis donc décidé à limiter, voire même à interdire dans certains cas, les prestations "non-audit" aux clients audit. Je crois en des règles uniformes pour toute l'Europe dans ce domaine. Je me demande d'ailleurs si nous ne devrions pas aller jusqu'à proposer des firmes d'audit pur, qui ne pourraient donc pas fournir d'autres services que celui de l'audit. Cela présenterait, en outre, l'avantage d'ouvrir ces marchés "non-audit" à des petites et moyennes entreprises qui n'ont, sans cela, aucune chance face à la prédominance des grands cabinets, comme on le voit aujourd'hui. Nous réfléchissons encore à la faisabilité pratique de cette option – j'ai besoin de quelques semaines pour y travailler –, à sa proportionnalité au regard des enjeux de cette proposition.

Deuxième chantier: le marché de l'audit doit être plus ouvert. Il y a à peine une génération, ce marché se partageait entre huit grands cabinets d'audit. Aujourd'hui, il s'est concentré et il est d'autant plus concentré que les sociétés auditées sont plus importantes – Monsieur Tavares, vous l'avez dit très clairement. Quatre cabinets contrôlent environ 80 % du marché des sociétés cotées. Cette situation est encore plus concentrée dans certains pays, où on ne parle plus de "Big Four" mais de "Big Three" ou de "Big Two". En Allemagne, deux cabinets seulement détiennent 90 % des mandats du principal indice boursier, le Dax 30. En Espagne, on peut même parler de "Big One", puisqu'un seul cabinet certifie les comptes des plus grandes banques et détient 58 % des grandes sociétés cotées.

Je n'ai pas d'idéologie sur ce sujet, pas plus que sur d'autres d'ailleurs. Je veux être déterminé et pragmatique. Je ne suis pas non plus dans une croisade contre les "Big Four", mais je n'accepte pas que le marché de l'audit des grandes entreprises soit à ce point dominé par quatre grands réseaux seulement, alors qu'il y a au moins autant de cabinets qui voudraient accéder à ce marché en Europe.

Nous voulons plus d'acteurs, plus de concurrence, plus de dynamisme, surtout dans ce segment du marché. Plusieurs pistes peuvent être retenues et nous y travaillons pour dynamiser ce marché: l'une est la formule du cocommissariat. Je suis heureux de constater, à cet égard, que votre rapport, Monsieur le député, partage notre analyse et que, s'il est bien équilibré, le cocommissariat pourrait procurer un dynamisme sur le marché. Nous analysons l'extension possible de cette formule en Europe. Je pense aussi à des mises en concurrence obligatoires, régulières, transparentes et plus équitables. Dans ce contexte, je souhaite aussi une interdiction des clauses contractuelles restrictives en faveur des "Big Four". Cette pratique actuelle me semble inacceptable dans un marché européen où la concurrence doit être libre, équitable et authentique.

Enfin, avec mon collègue, le commissaire chargé de la concurrence, Joaquín Almunia, nous suivons avec intérêt les démarches des autorités nationales de la concurrence et nous ne manquerons pas d'étudier également ce qui peut être fait en plus au niveau européen pour favoriser l'émergence de nouveaux cabinets d'audit internationaux.

Troisième et dernier chantier: la création – évoquée par Monsieur Paška – d'un grand marché européen et le renforcement de la supervision. Paradoxalement, ce marché, qui est si concentré dans quelques mains, demeure néanmoins très fragmenté au niveau de chacun de nos pays. L'intégration européenne est une solution pour cela. Des règles communes européennes favoriseraient la libre circulation des professionnels et amélioreraient la qualité de l'audit et son contrôle par les autorités de surveillance.

Pour rendre le marché de l'audit plus européen, je compte défendre l'idée d'un passeport européen pour les auditeurs. Nous nous inspirerons, notamment, de certaines solutions qui ont été trouvées dans le domaine des qualifications professionnelles. Je ne trouve pas acceptable qu'un auditeur doive passer des examens dans chaque pays dans lequel il veut travailler.

Je proposerai également la reconnaissance automatique des cabinets déjà approuvés dans d'autres États et l'attribution d'un label de qualité européen qui démontrerait la capacité de tous les cabinets concernés pour auditer des entreprises de plus grande taille.

Puis, enfin, il y a un autre levier pour contribuer à l'harmonisation des règles applicables à l'audit dans l'Union européenne et assurer la mobilité professionnelle: c'est – vous l'avez dit, Madame Flašíková – l'introduction de normes internationales d'audit, les ISA (International Standards on Auditing). Nous sommes en train d'étudier la meilleure façon de le faire, et je suis d'accord avec le rapport du Parlement pour dire qu'il est nécessaire de prévoir des dispositions adaptées aux petites et moyennes entreprises. C'est d'ailleurs un souci quotidien de mon collègue, Antonio Tajani.

Trois derniers points très importants: ils concernent la surveillance des cabinets d'audit et la transparence de leur travail. Premièrement, nous souhaitons que les autorités de surveillance des auditeurs coopèrent davantage. Je suis heureux que vous partagiez notre idée que cette coopération doit s'effectuer au sein de l'ESMA (Autorité européenne des marchés financiers – AEMF). Les temps ne sont pas propices à la création de nouvelles structures à l'échelle européenne. Utilisons celles qui existent, veillons à ce qu'elles fonctionnent bien, et ainsi les superviseurs nationaux – les auditeurs – pourront eux aussi bénéficier de l'expérience de l'ESMA.

Deuxièmement, je souhaite aussi renforcer l'indépendance des autorités de surveillance au niveau national. Elles doivent être totalement indépendantes des auditeurs et de leurs organisations professionnelles.

Troisièmement, enfin – comme vous le dites très bien dans votre rapport, Monsieur Masip Hidalgo –, nous proposerons que les rapports d'audit soient plus détaillés, contiennent plus d'informations. À l'occasion de son contrôle, l'auditeur acquiert une connaissance approfondie de l'entreprise qu'il audite, de ses métiers, de son organisation, de ses risques. Il dispose d'un accès privilégié à beaucoup d'informations. Malheureusement, elles ne sont pas toujours restituées de manière structurée dans son rapport. Cela vaut aussi vis-à-vis des régulateurs, des dirigeants, des comités d'audit et des actionnaires. Voilà également un point qui peut être changé et amélioré, comme Monsieur Masip Hidalgo l'a proposé.

Je remercie beaucoup le Parlement de son intérêt et de son engagement sur cette question. J'ai voulu vous apporter moi-même le point 13 actualisé de mes réflexions, à quelques semaines du moment où la Commission – éclairée et encouragée par votre rapport – présentera ses propositions législatives.

 
  
MPphoto
 

  Presidente. − La discussione è chiusa.

La votazione si svolgerà domani martedì 13 settembre alle 11.30.

Dichiarazioni scritte (articolo 149)

 
  
MPphoto
 
 

  Luis de Grandes Pascual (PPE), por escrito. – El presente informe sobre la política de auditoría, tal y como se manifiesta en su propio título, tiene como objetivo analizar las lecciones de la crisis. Puesto que una de las causas fundamentales de la misma fue la pérdida del principal valor de las economías desarrollas, la confianza, con esta resolución el Parlamento Europeo propone afianzar esa confianza a través de las empresas de Auditoría.

Este informe es el fruto de una convergencia de opiniones, que si al principio fueron divergentes, han conseguido llegar a establecer unas normas claras para reforzar el papel de las auditoras. No obstante, en lugar de cambiar la estructura del mercado penalizando a alguna de las grandes sociedades, se ha optado por velar por la libre competencia y dar un mayor apoyo a las PYMES para establecerse en este mercado.

Felicito en este aspecto a su señoría, Sr Masip por el trabajo realizado en la Comisión de Asuntos Jurídicos. Es un informe ambicioso que va a necesitar un amplio desarrollo para dar cabida a todo lo aquí sugerido. Han sido muchas las lecciones de la crisis y éste es un claro ejemplo de la voluntad europea para sacar de una crisis el impulso necesario para poner en marcha los mecanismos que aporten confianza a la economía global. Y la política de auditoría es uno de ellos.

 
Aviso jurídico - Política de privacidad