Rodyklė 
 Ankstesnis 
 Kitas 
 Visas tekstas 
Diskusijos
Antradienis, 2012 m. lapkričio 20 d. - Strasbūras Atnaujinta informacija

7. Iškilmingas posėdis. Haitis
Kalbų vaizdo įrašas
PV
MPphoto
 

  Der Präsident. − Liebe Kolleginnen und Kollegen, sehr geehrter Herr Staatspräsident Martelly! Die Beziehungen der Europäischen Union zu Haiti sind für uns von besonderer Bedeutung. Das schwere Erdbeben, das am 12. Januar 2010 Haiti erschütterte, dem über 220 000 Menschen zum Opfer fielen und das 1,7 Millionen Menschen obdachlos machte, hat zu einer nie dagewesenen internationalen Solidarität, insbesondere auch der Europäerinnen und Europäer geführt.

Die EU hat eine umfassende humanitäre Hilfe und Entwicklungshilfe für den Wiederaufbau Ihres Landes geleistet. Seit 2010 ist die Europäische Union der wichtigste Geber bei der Hilfe für Haiti. Während Ihr Land noch mit den desaströsen Folgen des Erdbebens zu kämpfen hatte, wurde es in diesem Jahr ein weiteres Mal von Naturkatastrophen heimgesucht. Die Orkane Isaac und Sandy brachten erneut Tod und Verwüstung über das Land mit verheerenden Auswirkungen auf die Versorgung der Bevölkerung.

Sehr geehrter Herr Präsident, lieber Herr Martelly! Unser Haus hat sich immer für ein starkes Engagement der EU in Haiti und eine enge Zusammenarbeit mit den haitianischen Behörden starkgemacht. Wir wollen Ihrem Land helfen. Wir wollen ihm helfen, zu einem wirtschaftlich und politisch stabilen Land zu werden, zu einem Land, das sich selbst versorgen kann und das selbst dazu beitragen kann, die Armut nachhaltig zu reduzieren.

Mit Ihrer Präsidentschaft verbinden wir die Hoffnung auf die Etablierung einer dauerhaften, gefestigten Demokratie und die Hoffnung auf Stabilität in Haiti. Die vor Ihnen liegenden Herausforderungen, Herr Präsident Martelly, sind enorm. Und glauben Sie uns, wir wissen – das hat auch die gestrige Diskussion in den Ausschüssen des Parlaments gezeigt – um die Dramatik der Herausforderungen, vor denen Sie stehen.

Drei Jahre nach der Katastrophe warten noch immer 370 000 Menschen im Land auf eine dauerhafte und menschenwürdige Unterbringung. Weil sie in zum Teil menschenunwürdigen Verhältnissen leben müssen, ist die Anstrengung um ihre Unterbringung von größter Bedeutung. Der Wiederaufbauprozess muss logischerweise so effizient wie möglich gestaltet werden. Die Armut im Lande muss mit allen Mitteln bekämpft werden, und die zur notwendigen Stärkung der Demokratie und des Rechtsstaats nötigen Reformen müssen – insbesondere im Justizwesen – angepackt werden.

Ich möchte mit Blick auf die Debatte über die finanzielle Ausstattung der Europäischen Union hinzufügen, dass wir dafür sorgen müssen, dass wir unseren internationalen Verpflichtungen weiterhin gerecht werden können. Gerade angesichts Ihres Landes müssen wir unsere Versprechen einlösen und den Bürgerinnen und Bürgern, den Haitianerinnen und Haitianern, weiterhin solidarisch zur Seite stehen.

Bei der notwendigen Umsetzung Ihres ambitionierten Reformprogramms haben Sie mit dem Europäischen Parlament einen verlässlichen Partner an Ihrer Seite. Aber dieses Parlament wird auch dafür kämpfen, dass die Finanzmittel, die die Europäische Union braucht, um die Versprechungen z. B. gegenüber Haiti einzuhalten, auch sichergestellt werden. Deshalb ist der Kampf für einen ambitionierten europäischen Haushalt auch ein Kampf für die Garantie, dass wir unsere Versprechen der Solidarität einhalten können.

(Beifall)

Ich freue mich nun, Ihnen, Herr Staatspräsident, das Wort zu erteilen, und heiße Sie noch einmal herzlich willkommen im Europäischen Parlament.

 
  
MPphoto
 

  Michel Joseph Martelly, Président de la République d'Haïti. − Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Parlementaires européens, je mesure l'honneur que vous faites à mon pays en m'accueillant ici au prestigieux Parlement de Strasbourg. Je voudrais vous en remercier.

Mesdames et Messieurs les Parlementaires, je viens ici porteur de notre credo, le même qui fut le vôtre dans l'adversité; le même qui vous a permis les Trente Glorieuses; le même qui vous releva après la seconde guerre; le même qui renversa le mur de Berlin; celui qui anima le très respecté Paul-Henri Spaak.

Je viens ici vous dire que, malgré vents et marées, malgré ses meurtrissures, Haïti n'a point baissé les bras. Lentement mais sûrement, Haïti se relève, et c'est cette bonne nouvelle que je viens partager avec vous.

Ce changement de cap, si nous le devons au courage de notre population, à la détermination de notre administration, nous y associerons certainement la coopération agissante de l'Europe, la plus importante de toutes. Je voudrais vous en remercier. J'y vois les signes d'une amitié que l'histoire a forgée. Une amitié qui certainement ne saurait nous laisser indifférents face à la crise financière qui, en vous menaçant, nous touche également.

Je reste convaincu que l'Europe unie, donc encore plus forte, saura trouver les solutions appropriées à la relance de son économie.

Je reste convaincu qu'aucune récession n'est permanente. Le temps que dure une crise dépend de la rapidité et de la sagacité des mesures de redressement.

De Mario Draghi à Christine Lagarde, pour ne citer que ceux-là, vous avez accès à certains des meilleurs cerveaux de la planète, qui vous permettront de juguler la crise et d'y remédier.

Mais ma présence ici se voudra d'abord pour vous remercier de votre générosité et de votre solidarité et rappeler qu'aucun pays ne saura sortir de la pauvreté en vivant de la charité.

(Applaudissements)

Certes, Haïti a encore besoin d'aide. Mais les Haïtiens ont surtout besoin de travail productif, d'échanges commerciaux et d'investissements directs.

Haïti est aux portes de l'Amérique: cette Amérique du Nord qui recommence à croître et cette Amérique du Sud qui, cette fois-ci, n'est pas rentrée en crise et n'a jamais cessé de croître.

Haïti est une plateforme stratégique, un environnement propice aux investissements, un tremplin qui peut permettre aux entreprises européennes de participer à la reconstruction du pays et de se préparer un avant-poste stratégique pour la région.

Haïti a besoin de ports, d'aéroports, de routes, d'usines électriques et d'hôtels. Haïti a un sol fertile et peut facilement recommencer à nourrir sa population et à exporter ses surplus.

Haïti a un climat et une géographie à nuls autres pareils, des milliers de kilomètres de plages de sable blanc et une nature aujourd'hui encore largement vierge et inexplorée.

De Fort Liberté, aux Cayes, de Gonaïves à Miragoâne, notre pays foisonne de ports en eau profonde naturellement protégés.

Notre population est jeune, courageuse, avenante, rude au travail. Je suis aujourd'hui ici pour vous présenter, vous inviter, et vous inciter à tirer parti du meilleur de ce pays et de ses extraordinaires opportunités d'investissement.

Je vous invite à travailler avec nous pour nous aider à reconquérir notre souveraineté financière en nous permettant de retourner sur les marchés financiers internationaux.

Je suis ici pour, avec vous, envisager d'autres accords de libre échange.

Je vous incite à œuvrer avec nous, à concevoir et à développer des projets intelligents et rentables. Je vous demande de collaborer avec nous afin qu'ensemble, nous trouvions les meilleurs moyens de les financer.

Beaucoup de vos professeurs retraités ne rêvent que de contribuer à faire de notre monde un monde plus juste et plus équitable. Envoyez-les nous et participez à la formation de nos jeunes et de leurs professeurs.

Contribuez avec nous à changer l'histoire: l'histoire qui nous rappelle nos liens avec l'Espagne, l'Angleterre, la France, l'Italie, la Pologne. L'histoire plus récente qui nous renvoie à ce que furent jusqu'en 1940 nos liens commerciaux avec l'Allemagne. L'histoire qui retiendra ce, qu'aujourd'hui, l'Union européenne déploie dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, en termes d'effort de coopération au développement.

L'Europe peut être fière de sa place dans le monde: de son charisme, de ses convictions, des courants de pensées qu'elle charrie, des réponses qu'elle apporte aux problèmes de la planète, des initiatives qui sont les siennes et de son rôle auprès des pays émergents.

La jeunesse européenne doit savoir que les pays du Sud comptent sur elle, qu'elle ne peut pas se refermer, que de sa générosité et de ses choix intelligents viendra un monde plus fraternel, économiquement plus moral, écologiquement plus sûr, certainement plus démocratique et plus tolérant.

Haïti, aujourd'hui, forte de cette amitié, se met au pas, gomme tous les vieux clichés qui lui sont attachés, casse les chaînes d'un sous-développement endémique, exorcise ses vieux démons, lutte contre la désertification qui la menace et veut s'ouvrir au monde.

Voilà un an et demi que mon administration s'y attèle, avec des "couacs" parfois, mais nul ne niera notre bonne foi.

Cette année encore, Haïti a été touchée, avec des intensités différentes, par les tempêtes tropicales Isaac et Sandy, qui nous ont éprouvés. Une fois de plus, ce sont des vies humaines, des récoltes, des logements, du bétail, qui en ont pâti. Et, une fois de plus, la communauté internationale a été prompte à secourir, à sauver, à reconstruire.

Il faudra bien un jour casser ce cercle vicieux et construire un cercle vertueux. C'est ce que nous faisons, c'est au prix de cet effort qu'Haïti se relèvera. Haïti se relèvera, parce que nous avons pris conscience que la vulnérabilité du territoire haïtien, déjà considérable, va augmenter dans les prochaines années au rythme de la progression du changement climatique annoncé pour les Antilles.

Elle se relèvera parce qu'obstinément nous travaillons à faire avec une autre échelle de temps: celle de la prévention. Et la prévention, dans ce domaine, c'est l'aménagement du territoire.

Aménager le territoire, c'est rendre le pays moins vulnérable, c'est protéger les bassins versants pour qu'ils cessent d'être, à cause du déboisement, de l'érosion ou de l'urbanisation anarchique, cause de destruction. Aménager le territoire, c'est aussi éviter de perdre à chaque accident climatique des millions de dollars, c'est créer un cadre de vie acceptable pour la population haïtienne.

Mon gouvernement a des outils pour commencer à faire de l'aménagement du territoire une réalité. Ces instruments sont le CNIGS (Centre National d'Information Géo-spatiale), soutenu par vous, l'Union européenne, et le CIAT (Comité Interministériel d'Aménagement du Territoire) auquel vous contribuez. Je voudrais vous en remercier.

Je veux vous dire que mon administration les utilisera à fond pour inscrire son action dans le temps et pour mettre sa marque dans l'espace haïtien.

Vous voyez, dans ce domaine, le vieux continent précède plus d'un partenaire. Comme on dit chez nous: l'Europe "pran devant".

Elle continue d'inspirer un monde en pleine mutation où, de plus en plus,. le cavalier seul des États devra céder la place à la régionalisation, formant cet espace de libre circulation des biens et des personnes, parlant d'une seule voix, se soutenant mutuellement tout en gardant leur identité.

La région caribéenne, toutes grandes et petites Antilles associées, sans exclusive, peut émerger un jour comme une véritable union d'États indépendants et tirer tout le profit que lui confère son extraordinaire position géostratégique.

C'est non seulement le prix de la stabilité – j'allais dire de la paix dans le monde – mais bien plus encore: ce sont là les nouveaux incitatifs au développement dans un contexte où tous les intervenants s'engagent à faire régner la paix, la régularité et la justice.

L'Union européenne, dans le cadre de son soutien aux pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, y apporte sa contribution, et les enveloppes inscrites au Fonds européen de développement au chapitre de l'intégration régionale deviennent plus substantielles et participent à cette initiative.

L'Haïti d'aujourd'hui y souscrit, consciente de sa place, de son poids, de son rôle dans la région, mais aussi de ses lacunes. Lucides, nous avons évalué nos retards, avons décidé de cesser de nous flageller et de travailler plutôt à les combler. Et nous les comblons, chaque jour un peu plus. Ce ne sera pas un sprint, mais une course de fond.

Et là encore, l'Europe nous inspire, car si certains de ses États membres étaient exsangues voilà à peine un demi-siècle, aujourd'hui, malgré la crise financière, ils sont encore campés sur des fondements solides qui leur permettront un jour de se remettre.

Le relèvement de l'Europe tient, entre autres, à la gestion transparente des ressources publiques, à leur utilisation rationnelle, au fonctionnement univoque de la justice, au niveau d'éducation des populations et à leur désir de travailler sans relâche à la reconstruction de leurs économies respectives.

Les succès n'ont point de frontières. Mon mandat se dédie, entre autres, à la scolarisation de notre population, au combat contre la corruption, à l'établissement d'un État de droit, et je veux croire que les résultats viendront.

Déjà, en moins de deux ans, ce sont plus d'un million d'enfants, jusque-là laissés pour compte, qui ont gratuitement intégré le système éducatif sans autre apport que l'effort du Trésor public.

Déjà, l'effort de relèvement lui aussi se solde aujourd'hui par plus d'un million de sans-abri désormais relogés, justifiant en cela l'effort également consenti par vos contribuables.

Je veux leur dire toute ma gratitude et les assurer que leur solidarité n'a pas été spoliée et que les plus vulnérables en ont été les vrais bénéficiaires.

Déjà, l'État de droit que nous appelons de nos vœux prend visage: les vacances de nos institutions ont été comblées; la Constitution amendée, malgré ses faiblesses, a été promulguée; la magistrature a retrouvé ses marques; le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire est en fonction; le Conseil électoral permanent se monte; les élections devant renouveler le tiers du Senat s'en viennent; les libertés citoyennes sont au rendez-vous, la presse s'exprime librement, l'opposition encore plus; la corruption cède du terrain et le grand banditisme n'a plus de sanctuaire.

Doucement mais sûrement, la justice devient plus juste!

Au chapitre des droits de l'homme, je travaille activement à faire ratifier, sous mon mandat, accords et conventions qui rendront certains crimes imprescriptibles.

Tout comme au même chapitre, sous mon mandat et avec votre coopération, le droit à la santé, au travail, à l'égalité des chances, à la juste parité des genres, à la protection des mineurs deviendront réalité.

Les premiers augures sont là!

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Parlementaires, au commencement était l'Europe économique, les Pères Fondateurs de la CEE l'avaient compris, les pays ACP le devraient également. Haïti, surtout!

Votre coopération y tend en soutenant chez nous les grands travaux d'infrastructures. La nationale numéro 3, dont un large tronçon a récemment été inauguré en présence du commissaire Piebalgs, en est un signe éloquent. Cette route permettra et autorise déjà la dynamisation de l'économie des collectivités territoriales de cette région qui vous en sait gré.

Les ateliers de transformations des matières premières aux frontières avec nos voisins, les douanes frontalières, les pistes de désenclavement en direction des marchés binationaux abondent eux aussi dans le sens du développement économique d'abord.

Voilà pourquoi, dès le début de mon mandat, j'ai prêché ces paradigmes et d'autres encore: ceux souvent puisés aux sources de votre sagesse, de vos idéaux, de votre vieille civilisation; ceux qui rayonnent de Strasbourg, désormais intimement associés aux idéaux démocratiques de votre Parlement; ceux au titre desquels vous nous accompagnez; ceux au nom desquels vous m'avez accueilli ici, aujourd'hui, avec tant de convivialité.

Je vous en remercie.

(L'Assemblée, debout, applaudit l'orateur)

 
  
MPphoto
 

  Der Präsident. − Vielen Dank, Herr Staatspräsident, für Ihre Worte. Vielen Dank auch dafür, dass Sie an die Gründungsväter und -mütter der Europäischen Union erinnert haben. Ich glaube, Ihre Rede war auch für uns eine Ermutigung, dass unser Integrationsprojekt nicht nur für uns wichtig ist, sondern auch für andere Teile der Welt. Dafür möchte ich Ihnen herzlich danken.

Vielen Dank Ihnen, meine Damen und Herren, für Ihre Aufmerksamkeit. Ich wünsche Ihnen jetzt viel Erfolg bei den weiteren Arbeiten.

 
  
  

PRÉSIDENCE DE MME ISABELLE DURANT
Vice-présidente

 
Teisinė informacija - Privatumo politika