Ευρετήριο 
 Προηγούμενο 
 Επόμενο 
 Πλήρες κείμενο 
Συζητήσεις
Τετάρτη 13 Μαρτίου 2013 - Στρασβούργο Αναθεωρημένη έκδοση

15. Η κατάσταση στο Μαλί (συζήτηση)
Βίντεο των παρεμβάσεων
PV
MPphoto
 

  El Presidente. − El punto siguiente en el orden del día es el debate a partir de la Declaración de la Vicepresidenta de la Comisión y Alta Representante de la Unión para Asuntos Exteriores y Política de Seguridad sobre la situación en Mali.

 
  
MPphoto
 

  Štefan Füle, Member of the Commission, on behalf of the Vice-President of the Commission/High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy. − Mr President, the last time we discussed the situation in Mali, on 15 January, the situation was in full crisis. I want to explain the progress made since then, the European Union’s role in it, the challenges that remain, and what we are doing to support Mali – and the region – in overcoming them, so that the people of Mali can live in peace and security and return to the path of development.

I must pay tribute first of all to the efforts and sacrifices of one Member State, France, in driving the terrorists out of the cities and regions of the north, taking the battle to their retreats in the northern mountains. I pay tribute also to all those who have provided support to that effort, whether European, African or American, in particular the armed forces of Chad, who have made a significant sacrifice. Thanks to these efforts, the people of northern Mali have been liberated from control by the terrorists, but we must not underestimate the threat that remains. This requires security forces to remain present and active, to head off potential terrorist attacks in the future. But the situation is now very different.

We are today acting on all fronts in a coordinated manner. This is an illustration of what a comprehensive approach is all about and how we turned it into concrete actions. Since the extraordinary Foreign Affairs Council in January, we have convened two Crisis Platforms, with all EU services involved, in order to produce a comprehensive overview of our activities – covering the European Union Training Mission, our support to the African-led International Support Mission to Mali (AFISMA) and a quick identification of a stabilisation and development package.

We have also immediately deployed in the field an inter-service mission to support our delegation in Bamako. This has made it possible to identify European Union activities in the field of stabilisation and development, but also to start implementing them. Our work involves liaising diplomatic activity with security and policy development in a mutually reinforcing way.

On the security side, our long-term objective is to enable the Malian security services and armed forces to protect their own citizens. This is why we accelerated the planned launch of the EU Training Mission to 18 February. The Force Commander is there and the first counselling actions have already taken place. If things go according to plan, training of forces should begin in April. This has required great effort on the part of the Member States, but there has been a real collective will to act.

With this training mission, we aim to help the re-structuring of the armed forces to ensure their effectiveness and we plan to make sure that human rights is part of the training of the Malian troops. United Nations human rights experts are already in the field and we are also working with the African Union to provide monitors to AFISMA forces. It is encouraging that Mali has withdrawn five of its troops from Timbuktu following accusations of human rights abuses. This must be taken seriously.

There are still challenges in re-equipping the Malian forces, but we are working on it. It will take time for the Malian forces to be ready. The European Union is therefore supporting AFISMA with EUR 50 million, committed at the fund-raising meeting hosted by the African Union on 29 January 2013. A number of Member States are helping train and equip AFISMA troop-contributing countries.

As you know, converting AFISMA into a UN-hatted force would assure future funding. The discussions on such an option are presently going on in New York, where the United Nations Secretary General should report to the Security Council before the end of this month.

On the political track, the High Representative hosted a meeting in Brussels of the International Follow-up and Support Group on 5 February. The Malian Government presented its roadmap for the transition back to democratic and constitutional rule. The European Union has pledged to support its implementation.

On behalf of the High Representative, I would like to stress two key elements. Firstly, the establishment of the National Commission for Dialogue and Reconciliation on 6 March, which should bring together all the different political forces in the country, including from the north, to discuss how to rebuild the country’s political structures on an inclusive basis. It is essential that the political structure is free of military influence and inspires the trust of all communities. Secondly, the holding of presidential elections by end of July 2013, to re-establish a legitimate national government following the coup d’état a year ago, which interrupted the elections planned for April last year. Legislative elections will follow later. We will provide assistance to the electoral process and, as you know, we are examining the possibility of an electoral observation mission.

Finally, on the development and stabilisation track: European Union Development Ministers have agreed to gradually resume European Union aid to Mali. EUR 250 million is available under the EDF for state-building contract budget support and specific projects in the field of small irrigation and key infrastructure. An additional EUR 20 million of fast-disbursing assistance is available from the Instrument for Stability to support the restoration of public authorities and services in post-conflict areas, for reconciliation activities and for the first phase of the electoral process.

We will host two important meetings in the near future to support Mali. In early April the High Representative will co-chair, with Ms Bachelet, the UN Women’s Envoy, and with Romano Prodi, the UN Special Envoy for the Sahel, a meeting on Women in the Sahel. Their role will be vital in re-establishing a stable and viable future for the region. Women’s rights and gender balance must be an integral part of everything we do. Talent is wasted, wisdom is lost and economic opportunities are missed when a society refuses to break with inequality, whether in North Africa, Europe or indeed the Sahel.

Secondly, in mid-May, the European Union and France will convene in Brussels a High Level International Conference on Development in Mali, to bring together the key donors to coordinate our support for the reconstruction of the country. The Government of Mali will present its 2013-14 National Action Plan as a basis for our collective action to help restore the economy and government services.

The High Representative is conscious that solving Mali’s problems, in development and food resilience as much as in the struggle against terrorism and political exclusion, requires an approach that encompasses the whole Sahel region. That is the principle underlying the EU’s Strategy for Security and Development in the Sahel, which remains as relevant as ever. In the same spirit, a European Union Special Representative for the Sahel is to be nominated in the coming days.

The European Union will remain heavily engaged and fully committed to Mali and the region. It is in our interests to do so, as instability in the Sahel can threaten our own citizens. So we will continue to help the people of Mali in their efforts to re-establish their sovereignty, democracy and prosperity.

 
  
  

IN THE CHAIR: EDWARD McMILLAN-SCOTT
Vice-President

 
  
MPphoto
 

  Arnaud Danjean, au nom du groupe PPE. – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, merci d'avoir rendu hommage aux soldats français qui se battent depuis maintenant deux mois au Mali. Il est vrai que, parmi tous les dossiers que nous abordons aujourd'hui, qui sont des dossiers extrêmement importants, tragiques pour beaucoup d'entre eux monopolisant presque huit heures de débats de politique étrangère, il faudrait quand même rappeler que le Mali est le seul de ces endroits où les soldats d'un État membre de l'Union européenne combattent au nom de l'Union européenne, puisqu'il y a un soutien unanime des Vingt-sept, et tombent. La France a déjà perdu quatre soldats dans ce qui est une guerre.

Et j'espère d'ailleurs que, à l'occasion de cette année où la politique de sécurité et de défense commune est à l'agenda du Conseil, nous pourrons réfléchir un peu à la question de la solidarité, parce que la solidarité, ce ne sont pas seulement des dispositifs financiers, mis en œuvre lors des crises économiques et sociales. Ce devrait être aussi des mécanismes pour aider les États qui s'engagent au nom des autres et qui perdent des soldats au nom des autres sur des terrains d'intérêt commun, face à des menaces communes. Vous nous avez parlé de la stabilisation et de la sécurisation, qui restent des enjeux extrêmement sensibles, aujourd'hui encore. C'est loin d'être terminé, ces combats.

Je vous avoue que je m'interroge – et je m'inquiète un peu – sur le passage de témoin à une opération de maintien de l'ONU, parce que, si l'ONU est nécessaire pour donner une légitimité à toutes ces opérations sur le plan juridique, l'efficacité, le côté opérationnel des chaînes de commandement onusiennes ne nous ont pas laissé que des souvenirs impérissables, là où elles se sont déployées. Je m'interroge donc quelque peu sur les délais pris par cette mécanique et sur l'efficacité, qui se manifestera sur le terrain, de ce passage de témoin, qui est encore loin d'être achevé.

Sur le processus politique, vous l'avez rappelé, il y a encore beaucoup d'incertitudes. On nous a annoncé, il y a deux mois maintenant, lors d'un Conseil Affaires étrangères extraordinaire, la nomination d'un représentant spécial de l'Union européenne, qui viendra s'ajouter à un représentant spécial de l'ONU, qui s'ajoute lui-même à un représentant spécial de l'Union africaine. J'espère que nous ne nous embarquons pas dans des épisodes trop connus de manque de coordination et de dilution des responsabilités dans ce processus politique.

Par la force des événements que nous n'avons malheureusement pas su anticiper, avec une stratégie Sahel qui était pourtant décidée depuis 2011, nous sommes amenés aujourd'hui à considérer que le Mali est une zone prioritaire pour la mise en œuvre de cette fameuse stratégie globale, cette approche globale, que vous vantez. N'oublions jamais que l'approche globale, telle que nous la mettons en œuvre aujourd'hui, nous est imposée. Elle est subie. J'espère que, à l'avenir et à très court terme, l'Union européenne fera autre chose que de subir, qu'elle sera vraiment proactive dans la mise en œuvre de cette approche globale.

 
  
MPphoto
 

  Véronique De Keyser, au nom du groupe S&D. – Monsieur le président, je tiens à exprimer l'admiration que m'inspire aussi l'action que la France a menée; nous avons déjà eu l'occasion d'en discuter au moment où démarrait l'opération du Mali.

Nous savons que nos amis maliens appelaient au secours depuis très longtemps. Depuis près d'un an, ils nous appelaient, nous, Européens, et finalement la France y est allée quand il était presque trop tard.

Ce qui s'est déployé, aujourd'hui, mérite aussi nos louanges. Effectivement, et c'est presque surréaliste – pardonnez-moi, parce qu'on vient d'un débat sur la Syrie où on ne parvient qu'à adopter une attitude très défensive –, ici, de voir, dans un pays qui n'est pas plus simple que la Syrie, que nous avons pu, à la suite de la France, et après la stratégie Sahel de 2011, déployer un ensemble de structures et avancer dans un processus politique qui n'est pas encore terminé, mais qui pourrait se dérouler convenablement. Jusqu'à présent, je n'ose pas dire, compte tenu des soldats français qui sont tombés, que c'est une success story. Je n'ose pas le dire compte tenu aussi des femmes qui ont été violées à Tombouctou. Mais, je voudrais dire, tout de même, que c'est tout à l'honneur de l'Europe.

Il reste maintenant quelques points qu'il faudrait peut-être revoir. Je voudrais que la mission européenne de training qui vient de se mettre en place soit une mission arborant des drapeaux européens. On a dû, je crois, mettre à sa tête un général français – il est vrai que la France y est un acteur privilégié – mais il est, effectivement, temps que les couleurs européennes s'imposent là-bas. Nous avons été si lents à agir.

Une deuxième chose, je vous remercie, Monsieur le Commissaire, pour ce que vous avez dit sur la prise en compte des droits de l'homme et des droits de la femme. Droits de l'homme pour l'armée. Droits de la femme, je l'espère aussi, au niveau de la justice, parce que la commission de dialogue et de réconciliation, elle, réconcilie. Mais je voudrais que la justice se mette en place aussi et qu'il n'y ait pas d'impunité pour les crimes qui se sont déroulés là-bas.

Enfin, un point qui reste un point d'interrogation: tout cela ne nous permet pas encore de contrer le mal endémique que constituent le trafic de drogue, le terrorisme et le kidnapping. Je ne suis pas sûre que ce que nous avons mis en place permettra de venir à bout de ce fléau qui ronge l'Afrique en son centre.

 
  
MPphoto
 

  Louis Michel, au nom du groupe ALDE. – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, Monsieur le Secrétaire général, je viens de conduire une mission d'étude et d'information au Mali, au nom de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE.

Chers collègues, je voudrais vous faire part d'un certain nombre de considérations que m'inspire cette mission. De grands progrès ont été, évidemment, réalisés à la suite de l'intervention française mais, je crois, quand même, devoir vous dire qu'il reste un certain nombre d'incertitudes, de risques et de menaces.

L'initiative du Président François Hollande et de son gouvernement mérite tout notre soutien. Or, même si un certain nombre de pays européens se sont mobilisés, il faut bien admettre que leurs engagements demeurent, souvent, en-deçà des besoins, voire, dans certains cas, simplement déclamatoires.

Les contributions actuelles des États membres ne suffisent pas. Notre analyse nous conduit à lancer un appel pressant, pour que leurs contributions en hommes, en logistique et en matériel soient à la mesure de la prise de risque de la France et de l'enjeu que représente le conflit malien. Je veux le dire avec force: la guerre qui secoue le nord du Mali est une guerre qui dépasse largement le Mali. C'est une guerre qui nous concerne tous directement! Nous ne pouvons pas laisser la France, seule, face à ce défi. Cette mission nous instruit sur un certain nombre de réalités qui vont, d'ailleurs, à contre-courant d'un ressenti souvent approximatif de la réalité.

Ma première conviction est, aujourd'hui, que la cause du conflit malien n'est ni malienne, ni touareg, ni ethnique mais que ce conflit est le fait de mouvements non maliens, l'AQMI, le MNLA, le Mujao, l'Ansar Dine, le MIA. Tous ces mouvements se sont alliés pour le pire en fonction de leurs intérêts particuliers. Les djihadistes ont tiré les ficelles de ce jeu sordide. On le sait, le terrorisme est une menace globale. L'attentat d'Im Amenas en Algérie en est une illustration.

Ma deuxième conviction est que nous ne pouvons pas sous-estimer la posture et le statut particulier du capitaine Sanogo, promu président du comité militaire de réforme des forces de sécurité. Il reste un personnage inquiétant. Le mandat et la visibilité qu'on lui a confiés avec une grande légèreté, voire une grande imprudence, lui confèrent une capacité réelle de nuisance. Son rôle le met en contact, directement, avec toute la hiérarchie militaire, dont il se fait le porte-voix syndical. Les partenaires internationaux ont tout intérêt à accélérer la restructuration de l'armée. Cela me paraît vraiment urgent.

Ma troisième conviction, vous en avez parlé, c'est la transformation de la MISMA en force de maintien de la paix des Nations unies chargée de stabiliser le pays. Elle ne sera acceptable à mes yeux que, pour autant que cette force ne se limite pas au maintien de la paix, mais soit en mesure de faire du peacemaking et, donc nous ne saurions trop insister pour que le mandat de cette nouvelle mission permette des interventions fortes, fondées sur une éventuelle utilisation de la contrainte. Par conséquent, un mandat renforcé des Nations unies est incontournable à mes yeux.

Ma quatrième conviction, comme le disait le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, il y a deux jours, c'est qu'il faut entamer au plus vite le processus politique. Il a raison. Ce processus doit reposer sur trois exigences. Il faut organiser des élections le plus rapidement possible et ne pas donner le champ à des explications ou à des prétextes pour les retarder. Ce serait, de mon point de vue, une erreur. Le chronogramme qui a été proposé par le gouvernement me paraît juste. Deuxième exigence, on l'a dit, il faut activer la commission de dialogue et de réconciliation. Je suis d'accord, Monsieur le Commissaire. Si l'on veut que ce soit une commission apaisante, il faut qu'elle soit inclusive bien entendu. La troisième exigence dont on n'a pas parlé, aujourd'hui, c'est l'absolue nécessité d'associer les pays du champ et de la région. Il n'y aura pas de stabilisation au Mali si on n'a pas inclus dans le processus tous les pays de la région.

Enfin, cela vient d'être dit – et je partage évidemment cet avis –, il serait grand temps que l'Europe puisse parler et agir d'une seule voix et puisse jeter les bases d'une armée européenne capable d'être projetée dans des champs d'opération de ce type-là.

 
  
MPphoto
 

  Nicole Kiil-Nielsen, au nom du groupe Verts/ALE. – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, la rébellion touareg de janvier 2012, l'occupation islamiste du Nord, puis le coup d'État militaire ont généré une situation dramatique au Mali.

Dès janvier 2012, au moins 70 soldats maliens sont torturés et exécutés sommairement. Les civils subissent de graves exactions: abus sexuels, enrôlements d'enfants, exécutions, destruction de précieux sites culturels, des milliers de personnes déplacées.

Pour nous, écologistes, la guerre propre n'existe pas. Et ceux qui prennent la responsabilité de l'offensive armée doivent savoir qu'ils prennent la responsabilité de destruction et des violences contre les civils et, d'abord, contre les femmes.

Depuis le lancement de l'opération Serval, des exactions commises par des membres de l'armée malienne sont signalées. La mission de l'ONU dénonce des représailles contre certains groupes ethniques. Le ministre de la défense français, Jean-Yves Le Drian, a d'ailleurs appelé le commandement malien à être extrêmement vigilant. La lumière doit être faite et la justice appliquée à tous les responsables de tous les crimes commis depuis janvier 2012. Depuis plus d'un an hélas, on a réveillé les vieux démons de la haine ethnique entre Maliens de peau noire et Maliens de peau blanche, sur cette vaste zone désertée par tous les fonctionnaires.

Les institutions, qui pourraient prévenir les débordements dus à la radicalisation des groupes ethniques, font défaut: la police, la justice, l'éducation. Afin d'aider les Maliens à gagner la paix, l'Union européenne pourrait accompagner les autorités maliennes dans un processus de redéploiement des services publics dans le nord et, par ailleurs, organiser un certain nombre de services, comme une permanence téléphonique pour recevoir les témoignages des victimes, charger la Commission nationale malienne des droits de l'homme de surveiller les déclarations orales et écrites pour en extraire toute incitation à la violence ethnique, organiser une campagne de sensibilisation impliquant les différentes communautés et les chefs religieux.

En effet, les bénéfices de la mission UTM dont vous avez parlé, Monsieur le Commissaire, ne seront perceptibles qu'à long terme. Et c'est dès maintenant qu'il faut agir pour sécuriser la vie des populations maliennes.

 
  
MPphoto
 

  President. − Dr Tannock, before you start, can I also thank you personally for your help today to my colleague Georgios Papastamkos, after the accident.

 
  
MPphoto
 

  Charles Tannock, on behalf of the ECR Group. – Mr President, I had only a minor role to play, with three other doctors, but when duty calls, we do our best in the circumstances. I was only concerned about the length of time it took for the ambulance and the emergency medics to come from the local hospital. It was far too long a delay, but we will talk about that some other time.

The two-month-old mission to Mali, led by France with some British support, has achieved its principle military objective of driving out the Jihadi extremists from Northern Mali’s towns and villages and has saved the country from an immediate fate that does not bear thinking about.

But the hard work is just beginning. The convergence of chronic political instability and ethnic resentment still remains and will become an easy target for foreign terrorists seeking to exploit the situation for their own perverted ends. The resulting collapse of human rights, which could potentially be felt for years to come, could provoke even more instability. We are now witnessing the start of a wearingly familiar insurgency of guerrilla warfare and Islamist suicide bombers, previously unthinkable in what was apparently a stable democratic country.

It goes without saying that once the French and the Ecowas troops withdraw, they must be replaced by a full UN peacekeeping mandate which is prepared to stay the course in the country for the foreseeable future. There must also be a just political settlement and process of national reconciliation and nation-building which respects Mali’s territorial integrity but which acknowledges the Tuareg people’s past legitimate grievances and incorporates them into the national systems of decision-making and sharing the resources of the country. Certainly the brutal summary justice meted out by certain Malian troops to Tuaregs accused of collaboration must end immediately, with the criminal perpetrators being brought to justice.

Human rights in Mali will be at the centre of my upcoming report on the Sahel and I greatly hope that the European Union, with its stabilisation and development skills, and the EU training mission to the armed forces of Mali can work with the Malians to rebuild their beautiful country and offer its citizens a peaceful, prosperous future.

 
  
MPphoto
 

  Jacek Włosowicz, w imieniu grupy EFD. – Dziękuję bardzo, Panie Przewodniczący! Panie Komisarzu! Szanowne Koleżanki i Koledzy! Wiemy, jak ciągle poważna jest sytuacja w Mali i że była jeszcze bardziej poważna. Doszło do niej w ciągu kilku miesięcy przy biernej postawie społeczności i organizacji międzynarodowych. Mówił o tym na ostatnim spotkaniu grupy AKP przedstawiciel parlamentu malijskiego. Stwierdził też, że ze względu na mały potencjał gospodarczy i polityczny zainteresowanie problemami malijskimi społeczności międzynarodowej zaczęło się dopiero po ofensywie radykalnych sił islamskich w północnej części kraju. Stawiam zatem pytanie: czy nasza bierność nie powoduje wzrostu sił terrorystycznych w krajach leżących niejako na uboczu gospodarki i polityki światowej? W takich krajach jak Jemen czy Mali przez wiele miesięcy bez żadnych przeszkód mogą spokojnie trenować swoich żołnierzy oraz przygotowywać akcje terrorystyczne nie tylko na tamtejszych terenach, ale także na całym świecie. Dlatego należy zastanowić się, czy Unia Europejska powinna reagować tylko wtedy, gdy któreś z państw członkowskich czuje się zagrożone, czy może powinniśmy podejmować działania prewencyjne, nawet daleko od naszych granic, jeśli chodzi o walkę z terroryzmem, aby zło tłumić w zarodku. Dziękuję bardzo.

 
  
MPphoto
 

  Cristian Dan Preda (PPE). - Monsieur le Président, je ne m'y attendais pas, parce qu'il y avait quelqu'un d'autre avant.

Je ne veux pas qu'on oublie que la crise malienne a été tout d'abord une crise politique et sécuritaire. Ce n'est qu'ensuite qu'elle est devenue une crise militaire. Mais il est vrai que tous ces aspects-là sont combinés.

Pour ce qui est de la phase militaire, il apparaît qu'on s'approche quand même d'un certain apaisement. Le ministre français de la défense a dit qu'il fallait encore trois semaines pour assurer la sécurité dans le nord-est. Il va de soi qu'on doit se poser la question de la sécurité à moyen et à long terme. Mon collègue Danjean a déjà abordé ce sujet et parlé de la nécessité d'avoir une vraie coopération européenne.

En outre, on a évoqué la possibilité de remplacer la Misma par une mission onusienne. J'ai vu l'annonce hier. Je suis un peu déçu d'apprendre que le mandat de cette mission n'interviendra pas avant avril. Je crois qu'on peut accélérer les choses.

Par ailleurs, la question politique se pose bien entendu. Mes collègues en ont déjà parlé. Je suis d'accord avec eux quand ils disent qu'il faut organiser les élections au plus vite, au mois de juillet si possible, comme annoncé initialement. Ces élections devraient poursuivre en priorité l'ambition d'une vraie réconciliation, en incluant bien sûr ici les Touaregs. L'Union, comme le commissaire l'a dit, peut aider ce processus électoral, avec une assistance technique et également une mission d'observation des élections.

 
  
MPphoto
 

  Ana Gomes (S&D). - Senhor Presidente, a estabilização do Mali é essencial para a segurança de todo o Sahel, do norte de África, e também da Europa, e por isso eu presto homenagem à iniciativa da França e aos soldados franceses que ali se batem, alguns já tendo perdido a vida.

A missão de treino militar que a União Europeia lançou no mês passado, no contexto da Política Comum de Segurança e Defesa, tarda. As eleições de julho podem ser uma boa notícia, mas serão apenas uma etapa num processo político que tem de saber articular o esforço militar com um processo de reconciliação nacional que ainda não começou e com reformas que o Estado de direito exige e o respeito pelos direitos humanos, porque é de segurança humana para todo o povo do Mali de que se trata. E por isso é vital que a União Europeia incentive as autoridades malianas a embarcar num processo de reconciliação que envolva os representantes do povo tuaregue no esforço de consenso nacional sobre o futuro do Mali.

É também essencial que a União Europeia leve para o terreno uma estratégia ancorada na estratégia de segurança e desenvolvimento do Sahel, que combine esforço militar, ajuda ao desenvolvimento e boa governação e ajuda humanitária, que lute também contra a impunidade face a violações de direitos humanos e do direito humanitário, que continuam a ser cometidas no norte do Mali, tanto por islamistas como pelas próprias forças armadas malianas, como ainda há dias disse o Alto Comissariado da ONU para os Direitos Humanos.

A EUTM Mali é um passo na direção certa, numa engrenagem complexa. Interessa que os governos europeus entendam que é no Sahel, e no Mali em particular, que hoje também se acautela a segurança europeia. No Mali movimentam-se complexas redes criminosas e terroristas, que ameaçam não apenas os interesses europeus na região, mas que ameaçam a segurança dos nossos cidadãos em solo europeu. É por isso que a União Europeia tem também de repartir o esforço de segurança pelos seus Estados-Membros. E repartir em tempos de restrições orçamentais implica fazer uma gestão inteligente dos recursos existentes – humanos, militares e financeiros.

É por isso que afirmamos que o atual esquema de financiamento das missões da Política Comum de Segurança e Defesa não estimula a geração de forças e que o custeamento das missões pelos Estados contribuidores de forças impede vários membros de se envolverem nas missões da PCSD, como é bem demonstrativa a preocupante lentidão no posicionamento da EUTM Mali.

 
  
MPphoto
 

  Marielle de Sarnez (ALDE). - Monsieur le Président, la France s'est engagée au Mali et je soutiens, évidemment, son action comme nous tous, ici. Mais la question de la stabilité du Sahel, la question de la lutte contre les djihadistes, ce n'est pas seulement l'affaire de la France, c'est évidemment notre affaire à nous tous, Européens. Je pense que, pour cela, nous devons, nous, Europe et États membres, agir, dans au moins trois directions.

Sur le plan militaire d'abord, la France est en première ligne. Cela a été dit mais je trouve qu'elle est en droit d'attendre des signes concrets et tangibles de solidarité de la part des États membres et de l'Union européenne. Certes, certains d'entre eux sont présents ou fournissent du matériel mais, sans doute, peut-on faire plus, mieux et donner corps sur le terrain, enfin, au concept de défense européenne.

Deuxièmement, sur le plan humanitaire et sur celui du développement. L'enjeu n'est pas tant, vous le savez, la question des réfugiés qui sont, aujourd'hui, accueillis dans des conditions – nous dit-on – apparemment décentes dans les camps de réfugiés des pays voisins. L'enjeu, c'est vraiment la dégradation de la situation au nord du Mali, de la situation économique, en particulier. Les routes commerciales sont coupées, les approvisionnements ne peuvent plus se faire et, donc, les situations s'y dégradent dangereusement sur le plan nutritionnel. Ajoutons à cela que l'économie locale, c'est-à-dire les éleveurs, les agriculteurs – qui sont déjà une économie fort fragile – est tout à fait en panne. Il faut donc intervenir pour le développement de ce nord du Mali, l'État malien ne pouvant le faire.

Sur le plan politique, enfin, il est évident que la réconciliation nationale est une obligation et l'ouverture d'un dialogue national, avant que les élections ne se tiennent, une nécessité. Le gouvernement a annoncé la mise en place d'une commission de dialogue et de réconciliation; ceci va, évidemment, dans le bon sens.

Mais ce que l'Europe doit dire, c'est que nous attendons des responsables politiques maliens, qu'au-delà de la mise en place de ce forum national, qui est une très bonne chose, ils créent vraiment les conditions du dialogue et du rassemblement national, en abordant l'ensemble des questions, les questions de l'armée malienne et des exactions dont nous avons parlé hier, et en intégrant aussi, à côté de la nécessité de construire un État fort, le besoin d'un processus de décentralisation.

La paix ne se gagnera que si le rassemblement de tous est rendu possible.

 
  
MPphoto
 

  Michèle Rivasi (Verts/ALE). - Monsieur le Président, je reviens du Mali, dans le cadre de la mission ACP-UE, où j'étais avec notre collègue, Louis Michel, et Françoise Castex.

L'analyse que j'en fais, c'est que, pendant vingt ans, il y a eu des élections démocratiques au Mali. Le Mali était même perçu comme un exemple de démocratie. Et pourtant, il y a eu le coup d'État et la guerre provoquée par des groupes terroristes.

Il faut analyser l'échec du développement économique, qui a délégitimé la démocratie politique. En effet, un quart de la population du Mali vit à l'extérieur et les gens n'ont pas vu l'apport de la démocratie dans leur vie quotidienne. Les jeunes quittent le pays, au risque de leur vie, car ils n'ont aucun avenir et ils sont susceptibles justement de se livrer et d'être recrutés par des mouvements terroristes.

Or, le pays a pourtant des atouts, que ce soit dans le secteur agricole, que ce soit dans le secteur minier. Il y a des mines d'or au Mali. Et il faut justement que la commission de dialogue et de réconciliation que veulent mettre en place le gouvernement transitoire et le président Traoré mette l'accent sur le développement économique, analyse les échecs du passé pour en tirer les leçons et dessiner de nouvelles bases économiques, face à la libéralisation du commerce international qu'on veut leur imposer et qui a conduit ce pays à l'échec.

 
  
MPphoto
 

  Paul Murphy (GUE/NGL). - Mr President, facts are stubborn things, and for those who have cheer-led the intervention in Mali, they may be uncomfortable things.

Because the reality is that the European forces are now engaged in training an army that Human Rights Watch has documented as being guilty of torture, summary executions and enforced disappearances, in particular targeting the Tuareg people and other ethnic minorities.

Why? Well you have to look beyond the tired rhetoric of fighting terrorism. The French defence minister gave the game away when he used the term ‘total reconquest of Mali’ when describing the French goals.

I think they wish to secure control of this strategic region and its rich resources, particularly oil, gold and uranium. The deployment of Irish troops to assist in training missions in Mali again exposes the lie of Irish neutrality.

Military intervention and military training will not solve the problems of the Malian people. It will only lead to further hardship and further spreading of the conflict.

The Tunisian revolution, which overthrew a French-backed dictatorship showed the way forward. This was a mass struggle by working people and the poor fighting for their own interests, including the right to self-determination, and against the rule of dictators and imperialism.

 
  
MPphoto
 

  Filip Kaczmarek (PPE). - Panie Przewodniczący! Szanowni Państwo! To bardzo dobrze, że od strony militarnej francuska interwencja okazała się skuteczna. Warto podkreślić, że sukces militarny nie rozwiązuje problemów politycznych, ekonomicznych i społecznych. W tej chwili jest 431 tys. uchodźców, a ponad 4 mln osób potrzebuje tam pomocy. Mali to kraj, w którym 80% rodzin żyje z tego, co zbierze na małych poletkach; to kraj, w którym 69% obywateli żyje poniżej granicy ubóstwa; to kraj, który zajmuje 175. miejsce spośród 187 w ogóle zakwalifikowanych przez Human Development Index.

Dobrze, że Komisja Europejska dostrzega te problemy i podejmuje też działania dotyczące współpracy rozwojowej. Zgadzam się, że wybory w Mali powinny odbyć się tak szybko, jak to jest możliwe, ale nie na dowolnych warunkach i nie za każdą cenę. Nie wiadomo, kto będzie kandydował, nie wiadomo, czy mieszkańcy północy kraju będą mogli brać udział w głosowaniu. Zdaniem wielu obserwatorów Malijczycy są pogrążeni w apatii, nie wierzą w to, że nowi liderzy doprowadzą do realnych i głębokich zmian. Cieszę się, że część państw członkowskich Unii Europejskiej aktywnie wsparła francuskie działania w Mali, np. pięciu polskich żołnierzy-logistyków już pracuje w Bamako. Wierzę, że wspólnym wysiłkiem możemy szybciej przyczynić się do rozwiązania problemów, o których mówiłem.

 
  
MPphoto
 

  Jean-Jacob Bicep (Verts/ALE). - Monsieur le Président, la France est intervenue au Mali, à la demande du gouvernement malien, afin d'éviter que Bamako ne tombe aux mains des narcotrafiquants et nous nous en félicitons.

Aujourd'hui, la situation au Mali est la suivante: nous avons une force d'intervention internationale qui met en place des dispositifs permettant de reconstruire ce pays. Il faut se féliciter de la conférence du développement qui va être mise en place. Il faut se féliciter, aussi, de la mise en place de la commission de dialogue et de réconciliation. Cette commission doit favoriser le dialogue intermalien, qui doit permettre de trouver une solution politique à la crise actuelle de ce pays.

En effet, il n'y aura pas de solution militaire au Mali. Toutes les parties présentes au Mali doivent prendre part au débat afin de trouver une solution politique. Le Mali institutionnel, tel qu'il était, a vécu. Il faut, aujourd'hui, mettre toutes les parties autour de la table pour trouver une solution politique à la situation de ce pays.

 
  
MPphoto
 

  Santiago Fisas Ayxela (PPE). - Señor Presidente, señor Comisario, no es la primera vez que intervengo aquí sobre Mali y, ante todo, quisiera reiterar mi homenaje a Francia y a los soldados franceses que han dado su vida en esta guerra.

Pero hoy quisiera centrarme en el tema humanitario. Quisiera recordar que la organización Acción contra el Hambre ha advertido de la situación de desnutrición en la que se encuentran unas 74 000 personas, que están en el campo de refugiados de Mbera, en la frontera con Mauritania, al que, además, llegan unas 400 personas cada día. Creo que esa es una situación preocupante que debemos tomar en consideración.

Y, sobre todo, también quiero referirme —ya se ha dicho aquí— a la situación de los derechos humanos y a las exacciones por parte del ejército de Mali. La Alta Comisionada Adjunta para los Derechos Humanos, Kyung-wha Kang, ha alertado de esa situación en las Naciones Unidas, de las exacciones contra los peuls, los tuaregs y el pueblo árabe; ha dicho exactamente: «los que permanecen en el país tienen miedo de ser objeto de ataques no por lo que han hecho, sino por lo que son». No quiero con eso olvidar las barbaridades que cometieron los terroristas, pero no deben pagar justos por pecadores en esta situación.

Por último, quiero decir que creo que la solución final para ese país no pasa solo por una victoria militar, sino por una solución política, que debe ser la reconciliación entre los diferentes pueblos que componen Mali.

 
  
MPphoto
 

  Françoise Castex (S&D). - Monsieur le Président, comme l'ont dit mes collègues Louis Michel et Michèle Rivasi, la mission que nous venons de mener à Bamako au nom de la coopération ACP-UE nous conforte dans les quelques priorités et les quelques urgences qui s'imposent.

Je vais en rappeler deux. Premièrement, avec la situation au Mali, l'Union européenne et toute la communauté internationale sont véritablement mises au défi de faire face au terrorisme. Dans nos discours, nous mettons régulièrement l'accent sur la lutte contre le terrorisme. Nous avons, au Mali, une occasion concrète d'agir et, si nous ne le faisons pas, nous aurons la responsabilité de ce qui pourra se passer dans l'ensemble de la région. Il ne faut pas laisser la France seule dans cette opération militaire et, plus que jamais, nous avons là besoin, d'urgence, d'une Europe de la défense.

Le deuxième point, c'est que cette agression dont est victime le Mali est une menace pour l'ensemble de la région. L'Union européenne doit prendre l'initiative d'une réponse globale, c'est-à-dire régionale, en demandant la tenue d'une conférence régionale, qui traitera de toutes les questions: la sécurité, la lutte contre le terrorisme, la lutte contre les narcotrafiquants, contre la criminalité et, bien sûr, le développement économique et le renforcement de la démocratie, sans lesquels il n'y aura pas de sécurité.

 
  
MPphoto
 

  President. − Before I announce the next speaker, can I just tell you that the new Pope is Jorge Mario Bergoglio of Buenos Aires, Argentina. This has been announced at the Vatican.

 
  
MPphoto
 

  Mariya Gabriel (PPE). - Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, comme vous l'avez dit, nous devons continuer à tirer les conclusions de ce qui s'est passé au Mali, de notre action et de nos interventions.

Aucune transition n'est aisée, mais celle que le Mali est en train de vivre se heurte à de nombreux défis. Au niveau externe, il y a ce que le Mali attend de l'Union. Au niveau interne, le Mali vit un processus sécuritaire, politique et militaire qui est semé de nombreuses embûches.

D'abord, il y a ce qui concerne l'Union européenne. Nous devons continuer à soutenir la mission de formation et insister davantage sur la réforme de l'armée. Le soutien de l'Union est essentiel pour la réalisation du calendrier électoral. L'envoi d'une mission d'observation électorale est nécessaire mais, surtout, aussi le suivi et l'assistance technique et d'expertise. Je me permettrais, ici, d'attirer l'attention sur les partenaires régionaux et la CEDEAO. Ils doivent jouer un rôle plus actif et plus important.

Au niveau interne, il me semble qu'il y a trois mots-clés: pacification, conciliation et construction. Concernant la pacification, la paix n'a pas de prix, mais pour l'avoir, il faut apporter des garanties pour assurer l'intégrité du territoire et la protection des populations civiles, notamment, les femmes et les enfants. S'agissant de la conciliation, je salue la décision de mettre en place une commission pour le dialogue et la réconciliation. Toutefois, je voudrais attirer l'attention sur ceux avec lesquels on négocie. Dialogue, oui, mais pas avec les terroristes! Enfin, la construction. Pour que l'État soit solide, la population doit éprouver un sentiment de justice. La poursuite de toutes les exactions commises et le rôle de la Cour pénale internationale, sont ici à prendre en compte.

La construction est notre défi commun. Développer notre partenariat, en agissant plus efficacement et plus rapidement, c'est ce que le Mali attend de nous.

 
  
 

Catch-the-eye procedure

 
  
MPphoto
 

  Eija-Riitta Korhola (PPE). - Arvoisa puhemies, Malin tilanne on ehkä päässyt unohtumaan, kun media ei enää uutisoi siitä päivittäin. Tilanne on kuitenkin vielä yhtä vakava. On hyvä, että Ranska reagoi kriisiin nopeasti ja että se on saanut tilanteen ainakin osin haltuunsa. Olen myös tyytyväinen EU:n päätökseen lähettää koulutusmissio Malin puolustusvoimien kouluttamiseksi.

Malin kriisi on kuitenkin hyvin arvaamaton. Terroristit ja muut rikollisverkostot hallitsevat monia yhteisöjä, mikä myös pahentaa humanitaarista kriisiä ja vaikeuttaa avun saantia. Malin naapurimaat tarvitsevat tukea pakolaisvirtojen hallitsemiseksi, ja myös sisäisiä pakolaisia on autettava pikaisesti. Yksi suurimmista riskeistä on kriisin leviäminen alueella. Mali tarvitsee poliittisen sovitteluprosessin kiireellisten humanitaaristen tarpeiden lisäksi. Maan eri ryhmittymien ja väestön osien on neuvoteltava keskenään maan tulevaisuudesta ja tulevia vaaleja on alettava valmistella.

Käytän tilannetta hyväkseni ja toivotan uudelle paaville siunausta ja viisautta.

 
  
MPphoto
 

  Malika Benarab-Attou (Verts/ALE). - Monsieur le Président, Monsieur Füle, d'abord, j'aimerais connaître votre approche, votre analyse, concernant la question du peuple touareg, ce peuple berbère qui vit au Mali, mais plus généralement, plus globalement, au Sahel.

Ensuite, je voudrais souligner un point qui n'a pas été abordé par mes collègues: le rôle essentiel de la diaspora malienne en Europe. Elle joue un rôle important, voire indispensable, en finançant des projets et en aidant de nombreuses familles qui, sans cela, seraient encore plus pauvres, mais aussi en nous transmettant sa connaissance fine du pays, du territoire malien. Il est important dans la stratégie que nous mettons en œuvre d'intégrer ces acteurs, médiateurs incontournables. Le ferez-vous, Monsieur le Commissaire Füle? Et de quelle manière?

 
  
MPphoto
 

  Inês Cristina Zuber (GUE/NGL). - Senhor Presidente, prossegue a intervenção militar da França no Mali, a pretexto do combate a terroristas islâmicos armados. Mas serão esses verdadeiramente os motivos, ou estaremos antes perante uma tentativa francesa de reconstruir a sua teia de domínio colonial, destruída por décadas de luta dos povos africanos, e assim controlar e explorar abundantes recursos naturais, como o petróleo e o urânio, nomeadamente num momento difícil de aprofundamento da crise?

O que eu gostaria de perguntar à Comissão é se não considera que as intervenções e as ocupações militares, como a realidade demonstra, só contribuem mais para o intensificar dos extremismos e do terrorismo. E também se considera, ou não, que as forças radicais islâmicas que operam no norte de África têm ligações estreitas com a chamada oposição armada na Síria, tão querida e protegida da Comissão Europeia.

 
  
MPphoto
 

  Michael Gahler (PPE). - Herr Präsident! Das ist schon wirklich ein Zufall, dass wir hier über Mali diskutieren, während der neue Papst verkündet wird. Beim letzten Mal saßen wir in Mali mit der Paritätischen Parlamentarischen Versammlung; während dieser Sitzung wurde auch der Papst verkündet. Es gibt offenbar irgendeinen Zusammenhang zwischen Mali und dem Papst.

Was ich eigentlich sagen wollte: Diese Mali-Krise sollte uns zum wiederholten Male deutlich machen, wie wichtig es ist, dass wir als Europäische Union unsere gesamte Toolbox, die wir uns in der Außen-, Sicherheits- und Verteidigungspolitik gegeben haben, auch endlich einmal zum Einsatz bringen. Es ist deutlich geworden, dass wir uns nicht immer darauf verlassen dürfen, dass ein Mitgliedstaat bereit ist, nach vorne zu gehen und dann im Namen oder im Auftrag aller die Kohlen aus dem Feuer zu holen, oder dass wir beim nächsten Mal wieder eine andere Koalition der Willigen zufällig zusammenstellen, in der Hoffnung, dass wir tatsächlich dann auch unsere Interessen durchgesetzt bekommen. Das sollte uns zu denken geben. Wir sollten insbesondere an alle Mitgliedstaaten, die es betrifft – und das betrifft sicherlich auch meinen eigenen – doch den Appell richten, die Beschlüsse, die wir mal gefasst haben – und ich möchte da nur auf den Rat vom Dezember 2008 hinweisen, wo wir einen level of ambition beschlossen haben –, dass wir die mal endlich umsetzen.

Zum anderen halte ich es für wichtig, dass wir die Kooperation mit der Afrikanischen Union und mit den Regionalorganisationen dabei verstärken, auch in der präventiven Zusammenarbeit. Wir müssen deren Truppen vorher trainieren, nicht erst, wenn die Krise da ist. Wir müssen dafür sorgen, dass auch in Afrika die Nachbarn gemeinsam üben können, damit, wenn Krisen auftreten, sie nicht erst warten und hoffen müssen, dass aus Europa oder sonst wo her etwas kommt. Ich hoffe, dass wir diese Kooperation mit der Afrikanischen Union auch tatsächlich hinbekommen.

 
  
MPphoto
 

  Luis Yáñez-Barnuevo García (S&D). - Señor Presidente, está en sus manos y en las del Presidente cambiar esa situación. Durante toda mi vida, como mi apellido empieza por «y», nunca me veían y nunca me ven. Estoy en la última fila; estoy haciendo voces y aspavientos; y hasta los ujieres, que me conocen desde hace nueve años, en los que he ocupado este mismo escaño, no hay manera de que puedan identificarlo.

Fui el primero que pedí la palabra —al comenzar estaba de Presidente Miguel Ángel Martínez—, y tienen ustedes que mejorar el sistema, porque así no puede haber igualdad de oportunidades. Una de las formas es que pongan ahora la «y» y la «z» allí, en primera fila, y la «a» aquí, y así podemos ir cambiando un poco.

Yo lo único que iba a decir sobre la situación en Mali —porque el resto ya lo han dicho la colega De Keyser y Arnaud Danjean— es que, además de una cuestión humanitaria y de estabilidad, es un problema de seguridad y defensa europea. Es un caso típico de riesgo y amenaza para nuestra seguridad colectiva, y es indignante que sea un solo país, Francia, el que ha dado la cara.

El mío, España, el Gobierno español, miró para otro lado y no ha aportado la ayuda, sobre todo personal y de militares, que hubiera sido necesaria. Pero esto no lo ha hecho solo España, sino todo el conjunto de la Unión Europea, que tiene —¿o es que no tiene?— una política de seguridad y defensa común, que ha destacado más por su ausencia que por presencia.

De estas palabras se deduce que apoyo fervientemente la intervención de Francia y que critico duramente que el resto de Europa se haya inhibido de una manera vergonzante.

 
  
 

(End of catch-the-eye procedure)

 
  
MPphoto
 

  Štefan Füle, Member of the Commission. − Mr President, let me start by saying that some good questions were asked and I will consult High Representative Cathy Ashton to provide you with a good answer to your questions.

Can I refer to the three main issues in the discussion today? Firstly the security situation where French and Chadian operations have continued against the Jihadist strongholds.

Clearly, retraining the Malian Army and getting AFISMA operational is a challenging task. In the short term, the European training mission is getting underway; there are 21 Member States participating and the number is rising.

All these efforts are vital given the continued threat of asymmetric warfare.

It is equally important to ensure respect for human rights. Deployment of human rights observers is crucial to preventing abuses or documenting them. All perpetrators of human rights violations must be held responsible for their actions.

Secondly, on the development side, the European decision to resume gradual aid development cooperation is carrying its first results. It is important that the country’s normal economic life resume as swiftly as possible and that displaced people feel free and safe to return to their homes.

Thirdly, political progress in implementing the roadmap in a credible manner and making conciliation on national a reality is vital for long-term stability in Mali.

In this context, it is important that we follow up carefully on commitments made by the Government of Mali, including those related to the elections and a national inclusive dialogue. Elections alone will not cure the country’s problems. It needs a real effort to rebuild trust in the political system.

Malian ownership and international support are both crucial. Preparations for the international high-level conference in support of Mali in mid-May 2013 in Brussels are ongoing.

The Malian Government is committed to preparing a national strategy for early recovery which will constitute a basis for its appeal to the international solidarity.

 
  
  

VORSITZ: OTHMAR KARAS
Vizepräsident

 
  
MPphoto
 

  Der Präsident. − Damit ist dieser Tagesordnungspunkt geschlossen.

 
Ανακοίνωση νομικού περιεχομένου - Πολιτική απορρήτου