Indiċi 
 Preċedenti 
 Li jmiss 
 Test sħiħ 
Proċedura : 2012/0242(CNS)
Ċiklu ta' ħajja waqt sessjoni
Ċiklu relatat mad-dokument : A7-0392/2012

Testi mressqa :

A7-0392/2012

Dibattiti :

PV 21/05/2013 - 11

Votazzjonijiet :

PV 22/05/2013 - 7.6
CRE 22/05/2013 - 7.6
Spjegazzjoni tal-votazzjoni
PV 12/09/2013 - 13.5
CRE 12/09/2013 - 13.5
Spjegazzjoni tal-votazzjoni

Testi adottati :

P7_TA(2013)0213
P7_TA(2013)0372

Rapporti verbatim tad-dibattiti
Il-Ħamis, 12 ta' Settembru 2013 - Strasburgu Edizzjoni riveduta

13.5. Il-kompiti speċifiċi għall-Bank Ċentrali Ewropew fir-rigward ta' politiki relatati mas-superviżjoni prudenzjali ta' istituzzjonijiet ta' kreditu (A7-0392/2012 - Marianne Thyssen) (votazzjoni)
Minuti
 

– Nach der Abstimmung über die Berichte Giegold und Thyssen:

 
  
MPphoto
 

  Michel Barnier, membre de la Commission. − Monsieur le Président, merci de me donner exceptionnellement la parole une minute, à propos des deux votes qui viennent d'intervenir et qui sont, Mesdames et Messieurs les députés – je le dis comme je le pense – parmi les plus importants des votes de votre mandat. Je tiens à en remercier très sincèrement chacune et chacun d'entre vous, mais aussi, en particulier, Marianne Thyssen et Sven Giegold. Je vous remercie, vous aussi, Monsieur le Président, pour le dialogue constructif que vous avez mené ces jours derniers avec le Président Draghi.

Nous construisons l'union bancaire. Nous tirons les leçons de la crise financière, qui n'est pas terminée. Nous avons travaillé sur vingt-huit textes que je vous ai présentés depuis trois ans pour remettre de la responsabilité, de la transparence, de la morale dans les marchés financiers. Épargner ou préserver les contribuables, protéger les épargnants, financer les projets des consommateurs et des entreprises, qui ont besoin de crédits pour investir: voilà ce que nous faisons en même temps que nous rétablissons progressivement la confiance des citoyens dans l'euro tout comme la confiance des autres régions du monde dans l'Europe.

Je veux vous remercier pour cela. Nous n'en avons pas fini. Il nous reste le deuxième pilier de l'union bancaire, auquel nous travaillerons avec la même détermination, comme Guy Verhofstadt l'a suggéré hier, avec Elisa Ferreira, votre rapporteure. Ce deuxième pilier est nécessaire pour ce projet d'union bancaire, qui est, de mon point de vue – je vous le dis également comme je le pense – le projet le plus important pour l'Europe depuis la création de l'euro.

 
Avviż legali - Politika tal-privatezza