Zpět na portál Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (výběr)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Tento dokument není k dispozici ve vašem jazyce a je vám nabízen v jiném, který lze zvolit na liště jazyků.

 Seznam 
 Úplné znění 
Débats
Mardi 22 octobre 2013 - Strasbourg Edition révisée

Mobilité des citoyens de l'Union européenne et systèmes de sécurité sociale des États membres (débat)
MPphoto
 

  Frank Engel, au nom du groupe PPE. – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, la liberté de mouvement des travailleurs est un principe fondateur du marché unique. Nul dans cette maison ne saurait le remettre en question. Je viens moi-même d'un pays qui compte 45 % de résidents non luxembourgeois, qui sont dans leur très large majorité des citoyens de l'Union. Ces gens sont là pour travailler, non pas pour profiter de quoi que ce soit. S'ajoutent à cela 150 000 travailleurs frontaliers, ce qui fait que pendant la journée, la population du Luxembourg compte en majorité des étrangers. Sans ces gens-là, notre système de sécurité sociale se serait déjà effondré, tout comme les recettes fiscales.

Toutes les statistiques démontrent ce que le commissaire vient de toute façon de nous réexpliquer. Je ne connais que très peu de gens qui se déplaceraient d'un endroit à un autre pour une raison autre que d'y gagner leur vie. Je connais très peu de gens qui voyagent de cette façon pour le profit ou pour le bénéfice. Je connais beaucoup de gens qui le font parce qu'ils y sont contraints et parce que d'autres problèmes les y incitent.

Un autre problème que je soulèverai dans ce contexte est que le sud de notre continent se trouve à l'heure actuelle confronté à une situation de difficulté économique extrême qui pousse les gens à prendre la fuite, littéralement, vers le nord. L'un des véritables problèmes dont nous aurons à nous préoccuper dans cette maison très bientôt est la fuite des cerveaux, qui pourrait conduire à ce que ces pays se trouvent, d'ici quelques mois ou quelques années, dans une situation d'impossibilité de redressement économique.

 
Právní upozornění - Ochrana soukromí