Zpět na portál Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (výběr)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Tento dokument není k dispozici ve vašem jazyce a je vám nabízen v jiném, který lze zvolit na liště jazyků.

 Seznam 
 Úplné znění 
Débats
Mercredi 23 octobre 2013 - Strasbourg Edition révisée

Préparatifs de la réunion du Conseil européen (24 et 25 octobre 2013) (débat)
MPphoto
 

  Frank Engel (PPE). - Monsieur le Président, une fois n'est pas coutume, en tant que dernier orateur de ce débat, du moins parmi ceux inscrits, je ne fabulerai pas sur la nécessité abstraite de "plus d'Europe", mais je déplorerai, en revanche, l'absence de toute initiative significative prévue par le Conseil européen en matière migratoire.

Le président de la Commission revient de Lampedusa secoué. Le Premier ministre maltais dit, à raison, que la Méditerranée est en train de devenir le cimetière de l'Europe, et le Conseil européen se dit "nous allons revenir aux questions migratoires en juin 2014". J'ai l'impression que, pour parler métaphoriquement, s'il n'a rien de mieux à faire que de revenir à cela en juin 2014, il faudra mettre une croix sur le cimetière de l'Europe que continuera d'être la Méditerranée.

Non seulement nous sommes dans l'incapacité totale de faire face aux questions migratoires que nous rencontrons avec acuïté, à Lampedusa et ailleurs, mais nous n'avons pas non plus grand-chose à dire en termes de politique de voisinage et de solde migratoire des pays qui nous avoisinent. Nous sommes aujourd'hui absents des conceptions politiques de gestion des migrations en Europe et autour de l'Europe. Ce n'est pas bon pour l'Europe, ce n'est pas bon pour ceux qui nous entourent, et ce n'est pas bon pour notre économie non plus.

 
Právní upozornění - Ochrana soukromí