Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 10 décembre 2013 - Strasbourg Edition révisée

Atlantique du Nord-Est: stocks d'eau profonde et pêche dans les eaux internationales (A7-0395/2013 - Kriton Arsenis)
MPphoto
 
 

  Jacky Hénin (GUE/NGL), par écrit. – Les pêcheurs redoutaient depuis quelques mois une possible interdiction de la pêche en eaux profondes. Cette menace vient d'être levée. Le Parlement européen a adopté une position moins brutale et demande que les États membres s'appuient sur de meilleures informations scientifiques et techniques pour identifier les écosystèmes marins vulnérables et envisager des mesures spécifiques à ces zones.

Par ce vote mesuré le Parlement reconnait la nécessité d'informations scientifiques précises sur la raréfaction des ressources halieutiques pour guider les choix des politiques de la pêche. Une bonne chose alors que des décisions arbitraires pour certaines zones côtières sont trop souvent prises au niveau européen par manque d'informations. La pêche artisanale, pourtant la plus respectueuse de l'environnement, est la première à être mise en danger au profit de la pêche industrielle par des politiques européennes implacables et inadaptées.

La procédure législative n'est pas encore terminée. Le Conseil (représentant les gouvernements des États membres) doit encore se prononcer. L'année prochaine le Parlement sera à nouveau saisi du règlement, nous restons donc vigilants.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité