Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 25 février 2014 - Strasbourg Edition révisée

Services nationaux de transport de voyageurs par chemin de fer - Normalisation des comptes des entreprises de chemin de fer - Agence de l’Union européenne pour les chemins de fer - Espace ferroviaire unique européen - Sécurité ferroviaire - Interopérabilité du système ferroviaire (suite du débat)
MPphoto
 

  Jacky Hénin (GUE/NGL), réponse "carton bleu". – Monsieur Riquet, il est un principe en gestion: quand on supprime à une entreprise les possibilités de gagner de l'argent, quand on lui enlève les parcelles d'activité où elle fait une masse financière supérieure à l'activité globale, on la met en difficulté.

En supprimant des pans d'activité aux grandes entreprises, en libéralisant, en permettant l'ouverture –[nbsp ]au profit d'un nombre limité de petites entreprises qui vont prendre la richesse[nbsp ]–, c'est tout le fonctionnement qu'on met en difficulté. Et tous les petits transports sont annulés parce qu'on veut laisser au contribuable le soin d'assumer. Quand ce contribuable ne le peut pas, on arrête les transports.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité