Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 9 juin 2015 - Strasbourg Edition révisée

État des lieux des relations entre l'Union européenne et la Russie (débat)
MPphoto
 

  Cristian Dan Preda (PPE). Monsieur le Président, je voudrais tout d'abord féliciter mon collègue Landsbergis pour la qualité de son rapport.

Effectivement, nous connaissons aujourd'hui une crise majeure dans nos relations avec la Russie, car celle-ci n'est plus, comme nous le disions, un partenaire stratégique. Il s'agit d'un pouvoir très agressif, tant au niveau de sa politique intérieure que sur le plan de ses relations extérieures.

Au niveau intérieur, nous savons qu'il n'est plus possible de parler d'un régime démocratique. Il s'agit d'un régime confisqué par un parti et personnalisé, ce qui crée un énorme problème dans le dialogue politique. Dialogue qui, d'ailleurs, n'est maintenant plus possible. Nous sommes loin des échanges directs et sincères avec cette partie du monde.

Je voudrais dire ensuite qu'il devient tout de même insupportable d'entendre les voix de nos collègues qui reproduisent tels quels les messages de Moscou. On se croirait dans les années 80 avec ce faux discours pacifiste, tenu justement par les gens qui sont – dans certains cas – payés directement par Moscou. C'est quand même inacceptable. À cela, l'Union européenne doit répondre par des sanctions très dures afin de faire taire les voix de ces inconscients qui nous parlent depuis des pays stipendiés par Moscou. J'en ai marre.

(L'orateur accepte de répondre à une question "carton bleu" (article 162, paragraphe 8, du règlement)

 
Avis juridique - Politique de confidentialité