Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 10 juin 2015 - Strasbourg Edition révisée

État des lieux des relations entre l'Union européenne et la Russie (A8-0162/2015 - Gabrielius Landsbergis)
MPphoto
 
 

  Marie-Christine Vergiat (GUE/NGL), par écrit. ‒ Le rapport Landsbergis appuie les dernières décisions du Conseil européen à l'encontre la Russie. Ce rapport est, dans la lignée des autres textes votés sur le sujet ces derniers mois, un rapport unilatéral et belliciste, qui ne peut qu’aggraver les tensions entre l’Union européenne et la Russie avec des relents de guerre froide et même d’anticommunisme primaire surréalistes de la part de la droite de l’hémicycle.

Ce rapport appelle à accélérer le financement de "la société civile indépendante" en Russie et veut mettre sur pied un véritable programme de propagande antirusse dans l’Union européenne mais aussi dans les pays du partenariat oriental. Quoi qu’en pensent les antirusses primaires, la Russie reste un partenaire stratégique pour l’Union européenne que nous devons traiter sans complaisance ni inimité. Il serait temps aussi d’ouvrir les yeux sur ce qui se passe en Ukraine où les oligarques corrompus sont loin d’être des parangons de vertu.

Je dénonce cette politique du "deux poids, deux mesures", belliciste, qui dénonce avec acharnement toujours les mêmes pays, mais ferme les yeux lorsqu’il s’agit des pays du Golfe ou d’Israël.

J’ai donc voté contre ce rapport sans le moindre état d’âme.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité