Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 7 septembre 2015 - Strasbourg Edition révisée

Potentiel de création d'emplois et de croissance de la recherche et de l'innovation dans l'économie bleue (brève présentation)
MPphoto
 
 

  Isabelle Thomas (S&D), par écrit. Avant tout, je voudrais saluer la Commission pour avoir inscrit avec détermination l'économie bleue dans l'agenda européen. La perspective de 1,6 million d'emplois dans ce secteur est une puissante motivation. Pourtant, des obstacles tenaces freinent le développement de l'économie maritime. Contre les lacunes scientifiques, le manque de données sur les océans et l'urgence de les rendre accessibles, nous appuierons sans relâche la Commission. De même nous la soutenons quand elle indique les besoins en chercheurs spécialistes des océans, même s'il nous semble utile d'ajouter que la formation doit couvrir tous les niveaux de compétences, des marins, des techniciens et des ingénieurs.

En revanche, à l'instar de l'avis dont je suis la rapporteure, nous proposons deux modifications. La première concerne l'exhaustivité de la liste des activités établie par la Commission. Énergie marine renouvelable, nouvelles propulsion pour les navires du futur, sélectivité de la pêche et biotechnologies marines, la liste ne doit pas être fermée. La transition écologique peut ici trouver l'un de ses meilleurs vecteurs. Reste le financement. Alors que la Commission se contente de récapituler les programmes budgétaires auxquels l'économie bleue peut prétendre, nous pensons qu'il n'y aura pas de véritable impulsion sans ligne budgétaire spécifiquement consacrée au maritime.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité