Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 8 septembre 2015 - Strasbourg Edition révisée

Potentiel de création d'emplois et de croissance de la recherche et de l'innovation dans l'économie bleue (A8-0214/2015 - João Ferreira)
MPphoto
 
 

  Mylène Troszczynski (ENF), par écrit. ‒ Même si ce rapport a quelques défauts, il présente de nombreux axes intéressants sur le développement de l'économie marine, secteur capital pour la France, en mettant les États au centre de la question et en ne donnant à l'UE qu'un rôle de financeur de projets de recherches et de facilitateur de la coopération interétatique.

En mettant l'accent sur la nécessité de la recherche et de la formation pour utiliser pleinement le potentiel de l'économie bleue, le rapport voit juste.

Toutefois, il est un peu trop centré sur les questions européano-européennes, dans un domaine fondamentalement de niveaux régional et international. Effectivement, l'état de la coopération économique et environnementale sur les bassins de la mer Méditerranée et de la mer Noire manque vraiment au rapport.

L'optimisation du transport maritime par une taxe carbone perçue à la frontière est une piste que le rapport aurait dû étudier dans son analyse de ce secteur. Un amendement a été déposé à la commission dans ce sens par les députés RBM et a été rejeté par 26 voix contre 25.

J'ai donc choisi l'abstention.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité