Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 14 octobre 2015 - Bruxelles Edition révisée

Mobilisation de l'instrument de flexibilité aux fins de mesures budgétaires immédiates au titre de l'agenda européen en matière de migration (A8-0290/2015 - Eider Gardiazabal Rubial)
MPphoto
 
 

  Florian Philippot (ENF), par écrit. ‒ Après le Conseil européen du 23 septembre 2015, qui a détaillé les mesures envisagées par l’UE pour faire face à la submersion migratoire, la commission des budgets a décidé de puiser 66,1 millions d’euros dans l’instrument de flexibilité (qui est un mécanisme de financement disponible pour des dépenses imprévues qui dépassent le budget de l’UE) dans le but de financer les mesures immigrationnistes décidées par le Conseil européen. Ceci s’ajoute aux 330,7 millions d’euros de nouveaux fonds ainsi qu’aux 70,6 millions d’euros redéployés. Cette proposition est à la fois politiquement scandaleuse, puisqu’elle vise à faire financer par le contribuable des pays européens les délires immigrationnistes de leurs dirigeants, mais aussi parce que cette augmentation budgétaire viole l’obligation d’obtenir l’unanimité des membres du Conseil pour modifier le cadre financier pluriannuel. J’ai donc décidé de voter contre ce texte.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité