Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 28 octobre 2015 - Strasbourg Edition révisée

Utilisation de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux génétiquement modifiés (A8-0305/2015 - Giovanni La Via)
MPphoto
 
 

  Patrick Le Hyaric (GUE/NGL), par écrit. ‒ Forte d'un premier succès sur la culture des OGM qui permet désormais aux États de choisir s'ils veulent ou non les cultiver sur leurs territoires, alors qu'auparavant, ils devaient demander une autorisation de la majorité des États, la Commission a voulu réitérer cette manœuvre pour favoriser l'importation d'aliments à base d'OGM au sein de l’Union.

Le texte qu'elle nous soumet visait donc à permettre aux États de décider seuls s'ils autorisent ces importations sans l'accord de la majorité d’entre eux. Ainsi, avec pour objectif de faciliter les négociations commerciales en cours avec les États-Unis – ce qui constitue une de ses priorités –, la Commission a, une nouvelle fois, tenté de saborder le front européen contre les organismes génétiquement modifiés, en permettant leur entrée sur le territoire européen.

J'ai bien évidemment voté contre ce texte afin de refuser toute facilitation de l’importation d’OGM et continue de m'opposer à leur production sur le territoire européen.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité