Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 28 octobre 2015 - Strasbourg Edition révisée

Émissions de certains polluants atmosphériques (A8-0249/2015 - Julie Girling)
MPphoto
 
 

  Dominique Riquet (ALDE), par écrit. ‒ La pollution atmosphérique provenant des activités humaines, allant de l’industrie à l’agriculture, serait responsable de la mort de 400 000 citoyens européens chaque année. Ce nombre est dix fois plus élevé que celui de la mortalité routière. Ainsi, il est primordial de s'attaquer aux problèmes des émissions polluantes, et ce, par l'intermédiaire d'une solution globale et européenne, la pollution ne connaissant pas de frontières.

Ainsi, ce mercredi 28 octobre, j'ai voté pour le rapport sur la réduction des émissions nationales de certains polluants atmosphériques, qui fixe plus particulièrement un plafond d’émissions à l'horizon 2030.

Sont visées ici les émissions de dioxyde de soufre, d'oxydes d'azote ou encore les particules fines. Toutefois, le Parlement européen a décidé, et je m’en félicite, de ne pas introduire de plafond d’émissions pour le méthane entérique, évitant ainsi d’imposer une double peine aux éleveurs de bovins.

En réduisant les plafonds d'émissions tolérés, cette législation pourrait améliorer les conditions de vie des citoyens européens et réduire le nombre de décès liés à la mauvaise qualité de l'air. C’est aussi un signal envoyé à nos partenaires à l’approche de la COP 21.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité