Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 19 janvier 2016 - Strasbourg Edition révisée

Facteurs externes faisant obstacle à l'entrepreneuriat féminin européen (A8-0369/2015 - Barbara Matera)
MPphoto
 
 

  Joëlle Bergeron (EFDD), par écrit. ‒ J'ai voté pour ce rapport parce qu'il est évident que la lutte contre le chômage des jeunes doit être le cheval de bataille de toute politique de l'emploi.

Mais qu'on ne se berce pas d'illusions. Les banalités et les vérités de La Palisse dont ce rapport est truffé n'apporteront pas de réponse au défi que constitue le chômage des jeunes, qui atteint aujourd'hui des pourcentages effarants dans des pays comme l'Espagne.

L'Europe n'y pourra rien. Et la litanie de rapports qui ont été écrits sur le sujet n'y pourront rien non plus. Car malheureusement, on constate que les pays qui ne sont pas membres de l'Union − je pense à la Suisse ou à la Norvège − se portent mieux dans ce domaine que nos États membres. On devrait se poser la question du pourquoi.

C'est aux États de faire les efforts nécessaires pour stimuler l'emploi des jeunes. Par une politique volontariste en faveur des PME, qui sont les plus grands créateurs d'emploi. Par une politique de baisse des charges et une politique de formation.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité