Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 19 janvier 2016 - Strasbourg Edition révisée

Facteurs externes faisant obstacle à l'entrepreneuriat féminin européen (A8-0369/2015 - Barbara Matera)
MPphoto
 
 

  Sophie Montel (ENF), par écrit. ‒ Ce rapport vise à suggérer des pistes pour que les femmes soient davantage représentées parmi les chefs d'entreprise.

Outre les mesures sans grand intérêt qui y sont présentées, on en trouve d’autres bien plus problématiques comme la promotion de l’égalité des genres dans les entreprises, le soutien des femmes aux "identités multiples", s'assurer de la bonne répartition des tâches ménagères et "changer la répartition traditionnelle des rôles au sein de la famille", etc.

S’il s’agit d’un rapport d’initiative sans aucune portée normative (ce qui est normal étant donné qu’il empiète sur les compétences des États membres), il fait la promotion de propositions contreproductives telles que le congé paternité égal et non-transférable (qui pour des raisons économiques évidentes ne pourrait que conduire à une réduction du congé maternité).

Les quelques recommandations de bon sens, comme l'initiation à l'entrepreneuriat dans les formations scolaires, ne relèvent pas des compétences de l'Union européenne.

J’ai donc voté contre ce texte.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité