Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 8 juin 2016 - Strasbourg Edition révisée

Capacités spatiales pour la sécurité et la défense en Europe (A8-0151/2016 - Bogdan Andrzej Zdrojewski)
MPphoto
 
 

  Marie-Christine Arnautu (ENF), par écrit. ‒ Sous les prétextes de lutte antiterroriste et de crise migratoire, ce rapport veut européaniser la politique spatiale. Il convient de rappeler ici que le programme intergouvernemental européen (Agence spatiale européenne) est très largement financé par la France. Alors que la politique spatiale est un élément clef de la souveraineté des États, le rapport envisage une politique spatiale de l'Union dans le cadre de l'OTAN et sous l'égide d'un partenariat stratégique transatlantique.

Ce rapport enterre donc la conception française de la politique spatiale, mais a le mérite de révéler la vraie nature des projets européens pour ces programmes et des technologies. J'ai donc logiquement voté contre.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité