Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 8 juin 2016 - Strasbourg Edition révisée

Capacités spatiales pour la sécurité et la défense en Europe (A8-0151/2016 - Bogdan Andrzej Zdrojewski)
MPphoto
 
 

  Mylène Troszczynski (ENF), par écrit. ‒ Ce rapport s’inscrit dans l’atmosphère présente de lutte anti-terroriste et profite de cette problématique ainsi que de la crise migratoire pour vouloir européaniser la politique spatiale. Il faut rappeler que l’Europe de l’espace n’est même pas un programme intergouvernemental, mais un programme français auquel se sont ajoutés des pays européens pour le vampiriser. Il faut également rappeler que l’indépendance de la technologie spatiale est un point central de nos dispositifs de souveraineté. Or, ce rapport pose le problème spatial dans le cadre de l’OTAN et d’un partenariat stratégique transatlantique. Il convient de rappeler que l’indépendance stratégique et technologique que la France a acquise, elle l’a acquise aussi contre l’Amérique. Il faut noter aussi que le rapport nous ressert une nouvelle fois la diatribe otannienne contre les guerres hybrides (concept flou au regard de l’histoire militaire) et de la cyberguerre. Ces mots étant des codes dans la littérature de l’Alliance pour désigner l’ennemi russe.

Ce rapport enterre sans mot dire la conception française de la politique spatiale. Il a le mérite de révéler la vraie nature des projets européens pour ces programmes et ces technologies.

Je vote donc CONTRE.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité