Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 15 février 2017 - Strasbourg Edition révisée

Accord économique et commercial global UE-Canada - Conclusion de l'AECG UE-Canada - Accord de partenariat stratégique UE-Canada (débat)
MPphoto
 

  Sylvie Goulard (ALDE). – Madame le Président, il faut entendre les inquiétudes des peuples, mais il ne faut pas non plus suivre toutes les angoisses quand on détermine une politique.

Je tenais à dire que Mme Malmström et la Commission agissent dans le cadre de pouvoirs qui leur ont été conférés dans les traités démocratiquement. Les parlements nationaux ont accepté que les compétences commerciales soient exclusivement exercées au niveau européen. Il n’y a pas eu d’entourloupes, il y a eu des débats dans tous nos pays quand nous avons pris cette décision. Je fais confiance non seulement à la commissaire, mais aussi à la Commission pour également exercer, à l’avenir, tous les devoirs de sauvegarde qui seront nécessaires.

Le Canada, que je tiens à saluer, est un pays démocratique et doté de règles. C’est un de nos alliés et – j’attire l’attention des Français sur ce point – c’est aussi un pays qui est en partie francophone et envers lequel nous devons faire preuve d’une certaine solidarité. La France est un pays qui a de grandes difficultés en matière de commerce extérieur. Nous accusons un déficit de 48 milliards d’euros pour l’année 2016, donc les débouchés avec un pays sûr, juridiquement proche de nous, sont toujours bons à prendre dans des conditions encadrées. Nous comptons sur vous pour les faire respecter, Madame le Commissaire.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité