Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 15 février 2017 - Strasbourg Edition révisée

Règles de droit civil sur la robotique (débat)
MPphoto
 

  José Bové (Verts/ALE). – Madame la Présidente, je voudrais également féliciter la rapporteure parce qu’il n’était pas évident de démarrer ce rapport.

Un certain nombre de points me posent tout de même problème. J’en aborderai deux. Le premier, c’est l’emploi des mots et les mots veulent dire quelque chose, aussi bien en français qu’en anglais. Aux articles 36 et 38, quand on parle de «réparer», au niveau médical, cela ne me pose pas de problème, mais quand on parle d’«amélioration» ou d’«enhancement», là, on est sur un sujet qui n’a rien à voir.

Qu’est-ce que cela traduit? Cela traduit le projet qui se développe aussi aux États-Unis de manière très forte: le projet des transhumanistes, de l’homme augmenté.

Sur ce point, je crois qu’il faut que nous soyons très fermes. C’est pour cette raison que j’aimerais que demain, pendant le vote, on supprime cette notion d’«homme amélioré». Selon moi, c’est fondamental.

La deuxième problématique, c’est la question du droit. Sur ce point, tout comme les autres collègues, je pense aussi que l’utilisation des mots est dangereuse parce que, jusqu’à présent, le droit des personnes ne touche que des humains ou des groupes d’humains. Je crois qu’il faut donc retirer aussi cette partie.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité