Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 16 mai 2017 - Strasbourg Edition révisée

La situation des chrétiens du Moyen-Orient (débat)
MPphoto
 

  Michèle Alliot-Marie (PPE). – Madame la Présidente, Madame la Haute Représentante, en ce qui concerne les chrétiens d’Orient, l’Union européenne doit dépasser les discours de bonnes intentions et les généralités polies sur les droits de l’homme.

Nous ne pouvons laisser Daech redessiner le Moyen-Orient et éradiquer les minorités chrétiennes.

Lorsque des musulmans sont attaqués dans le monde, les pays musulmans réagissent. Lorsque des juifs sont attaqués, Israël réagit. L’Europe, qui a des racines chrétiennes – que cela plaise ou non – doit, elle aussi, se faire entendre. Que va-t-elle dire alors que des chrétiens sont obligés de quitter les régions qui sont leurs terres d’ancrage traditionnel? Qu’allons-nous faire pour leur permettre de rester ou de revenir? Certes, l’Union européenne peut s’appuyer sur les autorités religieuses et sur des gouvernements locaux lorsqu’ils sont ouverts mais il faut aller plus loin. L’enjeu n’est pas simplement le respect des droits de l’homme, mais aussi la tolérance l’équilibre, la sécurité du Moyen-Orient et, à partir du Moyen-Orient, du monde entier. Il faut donc aujourd’hui agir concrètement. Madame la Haute Représentante, des moyens existent, mais au-delà des discours ou de certaines initiatives sur les droits de l’homme, qu’allez-vous réellement mettre en œuvre dans les domaines judiciaire, diplomatique, coercitif voire militaire pour permettre aux gens de rester ou de revenir chez eux?

 
Avis juridique - Politique de confidentialité