Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 18 avril 2018 - Strasbourg Edition révisée

Rapport annuel sur la politique de concurrence (débat)
MPphoto
 

  Bernard Monot, au nom du groupe ENF. – Madame la Commissaire, même si les actions menées par la direction générale de la concurrence ont été tardives pour lutter contre les hémorragies fiscales des multinationales dans les États européens, il faut reconnaître qu’elles vont dans le bon sens pour les nations. Mais il fallait bien que la Commission européenne se rachète aussi de tous les effets pervers de votre idéologie libre-échangiste et sans frontière, c’est-à-dire les problèmes de dumping fiscal et de concurrence déloyale qui n’existaient pas avant l’Union européenne!

Dans le domaine des services financiers, c’est exactement la même chose: la direction générale de la concurrence devrait empêcher les effets pervers des politiques du SSM (Superviseur unique européen) ainsi que de la BCE sur la concentration forcée des secteurs bancaires dans la zone euro. Le SSM prépare en effet les conditions de prise de contrôle de nos banques nationales par les géants bancaires nationaux. Pour se financer, les particuliers ainsi que les petites et moyennes entreprises de nos États européens n’ont pas besoin de géants bancaires à Wall Street, ni de marchés de capitaux hors sol, ils ont simplement besoin de relations de confiance et de financement bancaire totales et locales.

Le rôle de l’Union européenne est de défendre les intérêts des citoyens contre les intérêts privés des lobbies financiers mondiaux et non l’inverse. C’est cela une Europe proche des Européens.

 
Dernière mise à jour: 5 septembre 2018Avis juridique - Politique de confidentialité