Index 
 Zurück 
 Vor 
 Vollständiger Text 
Plenardebatten
Dienstag, 29. Mai 2018 - Straßburg Überprüfte Ausgabe

5. Feierliche Sitzung - Republik Guinea
Video der Beiträge
PV
MPphoto
 

  Le Président. – Chers collègues, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui, dans cet hémicycle, le Président de la République de Guinée, M. Alpha Condé.

Vous êtes, Monsieur le Président, le troisième dirigeant africain à prendre la parole devant cette assemblée en l’espace d’un an. Votre venue s’inscrit dans un cadre de rapprochement et de renforcement de notre partenariat avec, d’une part, l’Union africaine, et de l’autre, les États membres qui la composent.

Je tiens tout d’abord à saluer le travail extraordinaire que vous avez accompli dans votre pays au cours des dernières années: la sortie de «la pire crise sanitaire du monde moderne», comme le définissait l’OMS en parlant d’Ebola, la consolidation démocratique et les droits de l’homme, notamment avec l’abolition de la peine de mort, le développement économique, avec un taux de croissance de plus de 6 %, qui fait de la Guinée l’une des économies les plus dynamiques du continent africain.

Cependant, de nombreux défis subsistent: la lutte contre la corruption, le manque d’infrastructures, l’amélioration du climat des affaires, le chômage des jeunes, qui pousse beaucoup de Guinéens à émigrer vers l’Europe.

L’Union européenne a ici un rôle à jouer, car l’insécurité, le changement climatique, le chômage et la migration sont des défis communs. Nous devons donc nous donner les moyens de nos ambitions. Voilà pourquoi nous plaidons pour une diplomatie économique, pour plus d’investissements du secteur privé. Dans le prochain cadre financier pluriannuel, le Parlement européen demande plus de fonds afin de disposer d’un vrai plan pour l’Afrique, un nouveau «plan Marshall». Celui-ci devra contribuer à la diversification économique et à la création d’une base manufacturière pour permettre l’absorption des nouveaux arrivants sur le marché du travail. Nous soutenons donc un vrai plan national de développement allant dans ce sens.

Je souhaite aussi vous remercier pour le travail remarquable que vous avez accompli à la tête de l’Union africaine. Des succès importants et concrets ont marqué votre présidence: le retour du Maroc dans l’Union africaine, l’impulsion pour la création d’une zone africaine de libre-échange commercial, pilier indispensable vers l’intégration du continent, sans oublier l’organisation du sommet d’Abidjan, qui a marqué un tournant décisif dans nos relations.

Monsieur le Président, nous nous réjouissons de vous avoir parmi nous.

 
  
MPphoto
 

  Alpha Condé, président de la République de Guinée. – Excellences, Monsieur le Président du Parlement européen, Mesdames et Messieurs les députés, Mesdames et Messieurs, c’est pour moi un grand plaisir de prendre la parole devant vous ce jour.

Je voudrais d’emblée vous exprimer toute ma reconnaissance pour l’honneur que vous me faites en m’accueillant en visite officielle dans votre prestigieuse institution, où je suis venu une première fois pour recevoir le passeport des libertés.

Votre Assemblée a su, au fil des ans et des investissements de l’Union européenne, s’affirmer comme un organe législatif capable de répondre efficacement aux préoccupations légitimes des citoyens européens et de contribuer à la recherche de solutions aux défis auxquels le monde est confronté. Il me plaît à cet égard de vous témoigner notre gratitude pour votre soutien constant aux efforts déployés par les pays en développement, notamment en matière de renforcement de l’État de droit, de bonne gouvernance, ainsi que dans la lutte contre les migrations irrégulières et les changements climatiques.

Excellences, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les députés, Mesdames et Messieurs, comme vous le savez, depuis mon accession à la magistrature suprême de mon pays en décembre 2010, la Guinée a renforcé son processus démocratique, notamment à travers la mise en place des institutions régaliennes que sont l’Assemblée nationale, la Cour constitutionnelle, la Cour des comptes, le Conseil supérieur de la magistrature, le Conseil économique et social et la Haute autorité de la communication. Ces institutions, aujourd’hui pleinement opérationnelles, fonctionnent en toute indépendance et dans le strict respect des principes et des valeurs démocratiques. Nous avons également instauré un dialogue politique constant, avec la participation de l’ensemble des partis politiques, de la société civile, de l’administration et des partenaires du développement.

Ce climat de dialogue a fortement contribué à l’apaisement de l’espace sociopolitique et à la construction de la paix et de la stabilité. Tout ceci contribue à la préservation des nombreux acquis démocratiques enregistrés par la Guinée au cours des dernières années.

Nous entretenons également une relation permanente avec l’Union européenne, conformément à l’article 8 de l’accord de Cotonou, auquel mon pays est partie. Ainsi, la deuxième session du cadre de concertation tenue à Conakry, en mars 2017, a abordé les sujets liés à la conservation de la démocratie, à la lutte contre la corruption et l’impunité, à la migration et à l’aide publique au développement que l’Union européenne apporte à notre pays. Nous nous félicitons de ce cadre d’échanges entre notre pays et l’Union européenne, qui favorise la compréhension mutuelle au sein de notre coopération politique, économique et sociale. Celle-ci facilite la définition des priorités et des principes communs et renforce les liens existant entre les différents domaines de coopération inscrits dans l’accord de Cotonou.

Excellences, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les députés, Mesdames et Messieurs, durant mon mandat à la tête de l’Union africaine en 2017, notre organisation continentale s’est employée à relever des défis allant des questions de paix et de sécurité sur le continent, jusqu’à la réforme institutionnelle et au financement de l’organisation, en vue de renforcer notre crédibilité et notre dignité dans la gestion des problèmes internationaux.

La réforme en cours devrait nous permettre, à terme, de rendre notre organisation plus performante, de promouvoir et de consolider notre autonomie financière, que ce soit pour le fonctionnement de l’institution ou pour le financement des projets et programmes inscrits dans le plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063.

Je demeure convaincu que l’Afrique est plus forte lorsqu’elle parle d’une seule voix. Aussi ai-je désigné des chefs d’États champions, chargés d’être les porte-parole de notre union pour toutes les questions spécifiques de portée continentale. Par ailleurs, l’intégration africaine qui figure au cœur de l’Agenda 2063 de notre union a pris une dynamique irréversible avec le lancement du marché unique du transport aérien en Afrique et plus récemment, le lancement de l’accord créant la zone de libre-échange continentale africaine.

En effet, à terme, nous voulons bâtir une Afrique stable, paisible et sécurisée, composée d’États ayant des économies inclusives, performantes et compétitives sur le marché mondial et dont la croissance profite à l’ensemble des citoyens.

Nous souhaitons faire de l’Afrique un continent émergent, avec un marché unique disposant de structures performantes tout en évitant une concurrence entre ses États. Pour ce faire, nous voulons nécessairement investir substantiellement dans les infrastructures, notamment dans le secteur des transports, des télécommunications et de l’énergie en vue d’accélérer la transformation de nos économies.

C’est pourquoi nous avons lancé en 2015, lors de la COP21, l’initiative africaine pour les énergies renouvelables, avec pour objectif de doter notre continent de 300 gigawatts de capacité de production énergétique d’ici 2030 et d’augmenter sensiblement l’utilisation des énergies renouvelables.

Je voudrais remercier l’Union européenne pour l’appui précieux qu’elle continue de nous apporter en vue de concrétiser cette initiative, que j’ai l’honneur de coordonner au nom de l’Afrique et dont j’assure la présidence du conseil d’administration.

Excellences, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les députés, Mesdames et Messieurs, l’Union européenne est un partenaire stratégique pour l’Afrique, en raison non seulement de sa proximité géographique avec notre continent, mais aussi de la qualité de ses relations de coopération avec l’Afrique sur les plans sécuritaire, économique et humanitaire.

Les relations étroites de coopération entre l’Union africaine et l’Union européenne méritent d’être soulignées.

Le troisième sommet Union africaine-Union européenne, tenu à Abidjan en novembre 2017, sous ma coprésidence, autour du thème «Investir dans la jeunesse pour une croissance inclusive accélérée et un développement durable», a marqué la volonté des dirigeants de nos continents d’évoluer davantage vers l’harmonisation des relations en faveur de la jeunesse. Ce sommet a permis non seulement de revoir en profondeur notre partenariat, mais également de fixer nos priorités communes dans les quatre domaines stratégiques, à savoir: la paix et la sécurité, la coopération dans le domaine de la gouvernance, la mobilité et la migration, ainsi que les perspectives économiques pour les jeunes africains et européens.

Notre coopération avec l’Europe en matière de migration et de mobilité sera renforcée en mettant l’accent sur la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière, à savoir les questions de développement et la traite des êtres humains. Nous nous félicitons de l’adoption, lors du sommet de La Valette, en novembre 2015, du Fonds fiduciaire d’urgence d’un montant initial de 1,800 milliard de dollars pour appuyer les efforts de nos États en vue de stabiliser nos jeunes sur le continent africain. Nous nous félicitons surtout du lancement du plan Marshall, par Mme Merkel, lors de notre dernière réunion à Berlin, et sommes convaincus que ce plan Marshall favorisera la coopération gagnant-gagnant. Bien sûr, nous avons dit que pour qu’il y ait un véritable plan Marshall, il faut que l’Union européenne consacre une part de son PIB comparable à celle que les États-Unis ont consacrée jadis à l’Europe.

Aussi, le nouveau plan d’investissement externe de l’Union européenne, mis en place et adopté par le Parlement européen en 2017 et disposant de ressources mobilisables à hauteur de 44 milliards d’euros d’ici 2020, viendra appuyer nos efforts de développement durable et la création de nouveaux débouchés pour la jeunesse.

Dans le même esprit, je me félicite de la contribution de l’Union européenne au financement, en Guinée, du programme Integra à hauteur de 65 millions d’euros via les ressources du Fonds fiduciaire pour la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière.

Ce programme permettra de soutenir les efforts du gouvernement guinéen pour l’intégration socio-économique des jeunes dans les différents secteurs économiques de la Guinée à travers la création de nouvelles perspectives d’emplois.

Excellences, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les députés, Mesdames et Messieurs, la coopération entre l’Union européenne la République de Guinée, au cours de ces dernières années, s’est accélérée et diversifiée dans différents domaines, ce qui a contribué à l’amélioration de la gouvernance, au développement des infrastructures et du capital humain, à la préservation de l’environnement ou encore à l’amélioration de la gestion du secteur de la pêche.

Cette aide nous a déjà permis de relever les défis de taille en matière de développement économique et social et de renforcement de l’État de droit, avec notamment la réforme du secteur de la justice et les efforts de défense et de sécurité, ainsi que la transformation de notre administration en vue de la rendre plus efficace, plus moderne et plus performante. Je ne saurais passer sous silence l’aide précieuse que les différents États de l’Union européenne nous ont apportée lors de la terrible épreuve que nous avons eu à traverser avec l’épidémie d’Ebola.

Je remercie encore le Parlement européen et tous les pays membres pour cette aide.

Je voudrais, à travers vous, exprimer à l’Union européenne et à ses institutions notre profonde gratitude pour le soutien précieux et constant apporté à notre pays.

Je demeure convaincu que le partenariat entre l’Union européenne et la Guinée va se renforcer et se diversifier, notamment au profit de la mise en œuvre du plan national de développement économique et social PNDES 2007-2020, qui a été présenté à l’ensemble de nos partenaires de développement en novembre dernier à Paris, lors de la réunion du groupe consultatif.

Ce programme, qui constitue le cadre unique d’intervention de nos partenaires, repose sur quatre piliers: la promotion d’une bonne gouvernance au service du développement durable, la transformation économique durable et inclusive, le développement inclusif du capital humain, la gestion durable du capital naturel.

Malgré les progrès incontestables sur le terrain de la démocratie, mon pays reste encore victime de l’image de son passé. Nous comptons une fois de plus sur l’appui de l’Union européenne pour nous permettre de réaliser les objectifs contenus dans notre PNDES, qui vise à mettre définitivement la Guinée sur le chemin du développement durable.

Vive la coopération entre la Guinée et l’Union européenne, vive la coopération entre l’Union africaine et l’Union européenne, vive la coopération internationale!

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Monsieur le Président, nous vous remercions pour votre intervention. J’espère que la réunion d’aujourd’hui nous permettra d’entrer dans une nouvelle phase de coopération, une coopération plus étroite. Pour nous, travailler avec l’Afrique est très important. Dans le prochain budget de l’Union, nous voulons prévoir plus d’argent pour la coopération entre nous et vous. Nous essayons de lire la situation africaine avec des lunettes africaines et non avec des lunettes européennes.

Nous comptons également sur cette coopération pour relever les défis du changement climatique, du terrorisme et de l’immigration illégale. Nous ne pourrons atteindre ce but que si nous sommes capables de travailler ensemble. Voilà pourquoi, Monsieur le Président, je vous remercie pour votre discours et pour votre présence ici, à Strasbourg, à la plénière du Parlement européen.

(Applaudissements)

 
  
  

PŘEDSEDNICTVÍ: PAN PAVEL TELIČKA
místopředseda

 
Letzte Aktualisierung: 21. September 2018Rechtlicher Hinweis - Datenschutzbestimmungen