Indeks 
 Poprzedni 
 Następny 
 Pełny tekst 
Debaty
Poniedziałek, 2 lipca 2018 r. - Strasburg Wersja poprawiona

14. Porządek obrad
zapis wideo wystąpień
PV
MPphoto
 

  Presidente. – Il progetto definitivo di ordine del giorno, fissato dalla Conferenza dei presidenti, ai sensi dell'articolo 149 del regolamento, nella riunione di mercoledì 27 giugno 2018 è stato distribuito. A seguito delle consultazioni con i gruppi politici, desidero sottoporre all'Aula le seguenti proposte di modifica:

(Per il lunedì non sono proposte modifiche)

A seguito delle consultazioni con i gruppi politici, desidero sottoporre all’Aula le seguenti modifice al progetto di ordine del giorno definitivo:

Giovedì

Il titolo del dibattito sulla "Moldova" sarà modificato in "La crisi politica in Moldova a seguito dell’annullamento dell'elezione del sindaco di Chisinau".

(La modifica è approvata)

Mercoledì

Ho ricevuto dal gruppo EFDD una proposta di risoluzione che si oppone a una decisione delegata della Commissione che concede alla Banca europea per gli investimenti una garanzia dell'Unione in caso di perdite relative ad operazioni di finanziamento a sostegno di progetti di investimento al di fuori dell'Unione, per quanto riguarda l'Iran.

Conformemente all'articolo 105, paragrafo 3, del regolamento del Parlamento, la presente risoluzione sarà posta in votazione durante le votazioni di mercoledì.

Passiamo ora alle richieste da parte di gruppi politici.

Martedì

Il gruppo S&D ha chiesto di modificare il titolo della dichiarazione del vicepresidente della Commissione/alto rappresentante dell'Unione per gli affari esteri e la politica di sicurezza sull'epidemia di ebola nella Repubblica democratica del Congo nel modo seguente: "La situazione nella Repubblica democratica del Congo, in particolare l'epidemia di ebola".

 
  
MPphoto
 

  Maria Arena, au nom du groupe S&D. – Monsieur le Président, effectivement l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo est officiellement considérée comme arrêtée depuis quelques jours. L’Organisation mondiale de la santé a estimé il y a quatre jours que l’épidémie ne sévissait plus en République démocratique du Congo. Même s’il faut attendre 43 jours pour déclarer l’éradication de l’épidémie, je pense qu’il serait important, au sein de cette assemblée, avec la présence de la Haute représentante, de parler bien entendu de la situation de cette épidémie, mais d’élargir le débat à la situation générale en République démocratique du Congo. Cela nous permettrait de ne pas perdre de temps dans un débat et de pouvoir parler d’un pays qui nous est très cher, ici.

C’est une proposition qui peut rejoindre ce que M. Goerens avait proposé. Parlons de l’épidémie d’Ebola, mais étant donné que nous en sommes à la fin de cette épidémie, parlons peut-être de la situation plus générale en République démocratique du Congo.

 
  
MPphoto
 

  Charles Goerens, au nom du groupe ALDE. – Monsieur le Président, avec tout le respect que je dois à Mme Arena, je ne peux pas la suivre dans les conclusions qu’elle vient de vous présenter.

En effet, le Parlement européen m’avait confié un rapport sur la crise Ebola au début de cette législature. En 2014, j’avais présenté mes conclusions en attirant notamment l’attention sur les lacunes qu’il y avait en matière de détection, sur la prise en considération tardive de ce phénomène, ainsi que sur la réaction tardive de la part de l’Organisation mondiale de la santé. Nous avions, entre autres, exigé de mener des recherches sur un vaccin à des fins de production. La recommandation a été suivie des faits. C’est la raison pour laquelle cette épidémie n’a pas eu l’envergure qu’elle avait eue au Liberia, en Guinée et en Sierra Léone, mais la discussion reste cependant pertinente et je vais vous dire pourquoi. Si on élargit le débat, on risque de perdre de vue un aspect important. Je crois qu’il faut évaluer ce qui a été fait et je crois que nous pouvons mettre à notre actif d’avoir eu une influence sur la Commission et sur les institutions mondiales en matière de santé. Si l’épidémie n’a plus eu lieu, tant mieux, mais ce n’est pas un motif pour la bannir de notre discussion. Ce n’est pas parce que quelque chose n’entre plus dans le journal de 20 heures que nous devons le bannir de notre discours. C’est la raison pour laquelle je voudrais maintenir le point à l’ordre du jour tel qu’il avait été proposé.

 
  
 

(Il Parlamento respinge la richiesta)

 
  
MPphoto
 

  Presidente. – Ho ricevuto dal gruppo ENF la richiesta di iscrivere come terzo punto all'ordine del giorno martedì pomeriggio una dichiarazione sulla situazione in Turchia da parte del vicepresidente della Commissione/alto rappresentante dell'Unione per gli affari esteri e la politica di sicurezza.

 
  
MPphoto
 

  Gilles Lebreton, au nom du groupe ENF. – Monsieur le Président, les élections turques du 24 juin ont été un triomphe pour Erdoğan, qui a été réélu président avec 53 % des suffrages.

Erdoğan va donc pleinement bénéficier de la révision constitutionnelle qui transforme le système parlementaire turc en régime présidentiel. De toute évidence, il va en profiter pour continuer les violations des droits de l’homme qui affectent des catégories entières de la population turque, notamment les journalistes et les universitaires. Il va aussi en profiter pour accroître les tensions avec les États-Unis et le monde occidental et pour accentuer son prosélytisme islamiste.

Face à cette situation, on ne peut pas se contenter, comme l’a fait la Commission, d’espérer que la Turquie restera un partenaire engagé. Le Parlement européen doit s’interroger sur l’attitude que l’Union doit adopter face à la Turquie et notamment sur la question de son éventuelle adhésion. Il en va de notre crédibilité. C’est pourquoi le groupe ENF demande l’ajout, mardi après-midi, d’une déclaration sur la situation en Turquie de la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

 
  
 

(Le Parlement rejette la demande de modification)

 
  
MPphoto
 

  Presidente. – Ho inoltre ricevuto dal gruppo Vert/ALE la richiesta di iscrivere come terzo punto all'ordine del giorno di martedì pomeriggio una dichiarazione della vicepresidente della Commissione/alto rappresentante dell'Unione per gli affari esteri e la politica di sicurezza sui sistemi di armi autonome.

 
  
MPphoto
 

  Philippe Lamberts, au nom du groupe Verts/ALE. – Monsieur le Président, en 1985, le premier film de la série Terminator montrait des robots s’attaquer à des êtres humains. Entretemps, la réalité a rattrapé la fiction, et ce qu’on nous montre dans ces films devient de plus en plus technologiquement faisable. La question des armes autonomes ou, plus brutalement, des robots tueurs, se pose plus que jamais. Les Nations unies ont décidé de se saisir du sujet et une conférence importante se réunira fin août à ce propos.

Ce Parlement a déjà, à plusieurs reprises, pris le sujet à bras-le-corps et s’est exprimé à une large majorité pour une interdiction de ce type d’armes. Je pense qu’il est indiqué que, pour la dernière séance plénière avant la conférence des Nations unies, nous ayons l’occasion de débattre et d’adopter une résolution qui confirme la position de ce Parlement, de manière à ce que les représentants de l’Union européenne qui siégeront à cette conférence puissent se faire l’écho de cette position.

 
  
 

(Il Parlamento respinge la richiesta)

 
  
MPphoto
 

  Presidente. – Passiamo ora alle proposte di modifica per la giornata di mercoledì.

Mercoledì

Ho ricevuto dai gruppi GUE/NGL, ECR e PPE la richiesta di votare sulle tre relazioni del "pacchetto mobilità" nell'ordine seguente: Kyllönen, van de Camp e Ertug. Il gruppo ALDE è favorevole a questa proposta.

 
  
MPphoto
 

  Merja Kyllönen, on behalf of the GUE/NGL Group. – Mr President, I will speak in Finnish to show my support for the interpreters.

Arvoisa puhemies, pyydän käsittelyjärjestyksessä palauttamaan alkuperäisen äänestysjärjestyksen liikkuvuuspakettiin. Kokonaisuus keskustellaan järjestyksessä Kyllönen, van de Camp ja Ertug. Järjestys on pysynyt aina siitä saakka, kun asiaa on käsitelty eri valiokunnissa ja täällä täysistunnossa, eikä puheenjohtajakokouksessa tehdylle muutokselle ole ollut konkreettisia perusteita. Pyydänkin, että selkärankaisesti pysymme siinä äänestysjärjestyksessä, mikä liikkuvuuspaketissa on ollut alusta saakka.

 
  
 

(Il Parlamento accoglie la richiesta del gruppo GUE/NGL)

(L'ordine dei lavori è così fissato)

***

 
  
MPphoto
 

  Presidente. – Ho già la prima risposta alla sollecitazione dell'on. Gollnisch. L'amministrazione sta recuperando la somma, come com'è stato deciso dall'Ufficio di presidenza che ha confermato la proposta dei Questori. Tale decisione è stata confermata dalla decisione della Corte di giustizia dell'Unione europea del 19 giugno 2018. All'epoca, ossia all'inizio della vicenda, l'on. Gollnisch fu invitato a presentare le sue osservazioni per iscritto. Quindi tutto ciò che è accaduto si è svolto in maniera regolare.

 
  
MPphoto
 

  Edouard Martin (S&D). – Monsieur le Président, je souhaite dénoncer ici les bizarreries de l’administration, que dis-je, les bizarreries et les pratiques illégales. Je parle là de la réquisition dont font l’objet les interprètes de cette institution! Vous n’êtes pas sans savoir qu’elle est contraire à toutes les règles internationales du travail. Je ne comprends pas pourquoi dans cette institution, on peut se permettre de s’asseoir sur le droit! Donc je vous demande, Monsieur le Président, de reprendre cette affaire en main et de redonner le droit aux interprètes d’être en grève s’ils le souhaitent!

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 

  Presidente. – On. Martin, il dialogo con gli interpreti continua ad ogni livello. Domani pomeriggio incontrerò il presidente del comitato intersindacale, il presidente della delegazione degli interpreti e la presiedente del comitato del personale. Mercoledì prossimo si terrà una riunione straordinaria dell'Ufficio di presidenza per ascoltare le posizioni degli interpreti.

Continua in parallelo il dialogo intenso tra il Segretario generale e il comitato del personale, avviato nell'ottobre dello scorso anno in coordinamento con il Vicepresidente, on. Paşcu, responsabile per il multilinguismo. La Direzione generale del Personale ha invece avviato una consultazione sulle regole relative alle condizioni di lavoro, che si concluderà il 18 luglio prossimo.

Mi auguro quindi che si arrivi a una soluzione della questione prima dell'estate.

 
Ostatnia aktualizacja: 28 września 2018Informacja prawna - Polityka ochrony prywatności