Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 11 septembre 2018 - Strasbourg Edition révisée

La situation en Hongrie (débat)
MPphoto
 

  Marie-Christine Vergiat, au nom du groupe GUE/NGL. – Monsieur le Président, si j’en crois la presse hongroise, ceux et celles qui voteront le rapport de Mme Sargentini seraient vendus à M. Soros. Alors, Monsieur le Premier ministre, je vais vous faire un aveu: ici, sur ces bancs, le milliardaire Soros n’est vraiment pas notre tasse de thé.

J’invite celles et ceux qui veulent éviter la caricature et qui croient que l’état de droit a encore un sens en démocratie à lire le rapport de Mme Sargentini, juste à le lire. Elle s’appuie sur les avis du Conseil de l’Europe, notamment de la Commission de Venise, et de l’ONU.

Non, il ne s’agit pas de condamner le peuple hongrois, ni la Hongrie, juste de respecter les critères d’adhésion de l’Union européenne en la matière, acceptés alors par le gouvernement hongrois et préparés par votre gouvernement, Monsieur Orbán, quand vous étiez Premier ministre, de 1998 à 2002. Mais à l’époque, vous étiez libéral. Pour vous, aujourd’hui, la liberté n’est plus un élément central de l’organisation de l’État et la démocratie se réduit à une majorité politique qui applique ses choix, le fort contre le faible.

Alors oui, en Hongrie, il y a une régression des droits pour la justice, pour la presse, pour l’éducation, pour l’asile, pour les ONG. Mais pour l’économie, il règne un libéralisme sans limite, et même les fonds européens sont détournés aux profits de vos proches. Vous êtes un néolibéral autoritaire. Ce sont les libertés et la démocratie que vous mettez à bas, et il n’est pas surprenant que vous cherchiez à vous allier avec M. Salvini.

Votre illibéralisme fait le lit du pire nationalisme, de la xénophobie et donc de l’extrême droite, et il suffit de regarder ici qui, aujourd’hui, est en train de vous applaudir. Oui, merci, sifflez-moi, cela m’arrange. Chacun prendra donc ses responsabilités demain et nous verrons qui est qui.

 
Dernière mise à jour: 6 décembre 2018Avis juridique - Politique de confidentialité