Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 3 octobre 2018 - Strasbourg Edition révisée

Un revenu minimum pour une Europe équitable: un droit pour les citoyens (débat d'actualité)
MPphoto
 

  Geoffroy Didier (PPE). – Madame la Présidente, on parle beaucoup aujourd’hui des revenus de l’inactivité. J’aimerais aussi vous parler des revenus de l’activité. En Europe, nous le savons, les écarts entre les différents revenus minimums peuvent varier d’un facteur allant de 1 à 8. Il est par exemple de 2 000 euros au Luxembourg, alors qu’il est de 260 euros seulement en Bulgarie.

De telles différences constituent un terreau idéal pour les adeptes du repli, les adeptes de l’europhobie, car les conséquences économiques et sociales de tels écarts salariaux peuvent être désastreuses pour les usines, qui sont toujours plus nombreuses à fermer, comme pour les travailleurs qui subissent, malheureusement, la concurrence déloyale de travailleurs détachés. Et ce sont en effet les moins avantagés qui paient le prix des dysfonctionnements du marché intérieur. Ils sont ainsi des millions à penser que l’Europe est non seulement responsable de certaines faillites de nos tissus industriels, mais aussi responsable du chômage et de la précarité.

Une première étape a ainsi été franchie grâce à l’apport décisif de notre collègue du PPE, Élisabeth Morin-Chartier qui, en révisant la directive sur les travailleurs détachés, a imposé ce principe fondamental: «à travail égal, salaire égal».

Mais moi, je propose que nous allions plus loin, et concernant les écarts de salaire minimum, je souhaite proposer aujourd’hui quelque chose de très concret. Au même titre que nous envisageons de conditionner l’attribution des fonds structurels au respect de l’état de droit, je propose de conditionner l’attribution de ces mêmes fonds au respect de certains critères salariaux comme, par exemple, la mise en place d’un salaire minimum suffisamment élevé pour donner de la dignité et pour combattre la concurrence déloyale et le dumping social.

Mes chers collègues, si nous ne voulons pas que les différences entre les salaires nourrissent les différends entre les peuples, nous devons impérativement harmoniser nos régimes sociaux. Il en va là de la crédibilité du projet européen.

 
Dernière mise à jour: 9 janvier 2019Avis juridique - Politique de confidentialité