Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 22 octobre 2018 - Strasbourg Edition révisée

Réduction de l'incidence sur l'environnement de certains produits en plastique (débat)
MPphoto
 

  Christelle Lechevalier, au nom du groupe ENF. – Monsieur le Président, depuis les années 50, huit milliards de tonnes de plastique ont été produites et moins de 10 % ont été recyclées. Avec des délais allant du siècle au millénaire pour se dégrader, et une utilisation exponentielle dans nos sociétés, ces déchets plastiques sont omniprésents, en particulier dans nos océans et dans notre atmosphère. Avec le deuxième espace maritime mondial, la France est particulièrement touchée.

Le recyclage est nécessaire mais insuffisant, puisque la production de plastique recyclé impose d’introduire du plastique neuf, participant à l’augmentation permanente des déchets.

De même, certains plastiques dits «biodégradables» ne disparaissent pas. Le plastique se décompose en microparticules ou en perturbateurs endocriniens que l’on retrouve absolument partout. Eau, nourriture, mais également atmosphère, jouets, sols, mobiliers, maquillage, tout y passe. En bref des conséquences dramatiques sur la santé et surtout lors des premières étapes de la vie, où nos hormones jouent un rôle aussi important que les gènes dans le développement physiologique. Ici, les impacts peuvent s’avérer irréversibles pour nos enfants.

La seule solution consiste à limiter ces produits plastiques partout où des substituts existent puis interdire leur mise sur le marché, et nous devons enfin envisager la réduction de la consommation pour les autres.

La France et l’Europe doivent être à la pointe de cette transition.

 
Dernière mise à jour: 12 décembre 2018Avis juridique - Politique de confidentialité