Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 24 octobre 2018 - Strasbourg Edition révisée

Conclusions du Conseil européen des 17 et 18 octobre 2018 (débat)
MPphoto
 

  Charles Goerens (ALDE). – Madame la Présidente, je voudrais saluer à mon tour la cohésion de l’Union européenne en matière de négociation sur le Brexit. On la doit à l’efficacité de la Commission, au talent de Michel Barnier et à l’attitude responsable de nos États membres. Peut-on, dès lors, nourrir l’espoir qu’au moins lorsque les crises deviennent existentielles, on arrive encore à mobiliser la masse critique autour d’un projet? Des doutes sont permis au regard des hésitations, des tergiversations, des discussions et reports interminables qui nous empêchent d’avancer sur les chantiers essentiels.

Pour des raisons d’actualité, je voudrais terminer cependant mon intervention en renouvelant mon respect pour la façon dont la social-démocratie allemande s’est opposée au nazisme dans les années 30. C’est aussi sur ces actes de résistance notamment que l’espoir d’un retour à la civilisation devint pensable. Quiconque se plaît encore à semer la confusion sur cet aspect de l’histoire des années 30 se disqualifie du débat politique responsable.

 
Dernière mise à jour: 8 janvier 2019Avis juridique - Politique de confidentialité