Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 13 novembre 2018 - Strasbourg Edition révisée

Rapport intérimaire sur le cadre financier pluriannuel 2021-2027 - Position du Parlement en vue d'un accord (débat)
MPphoto
 

  Jean Arthuis, rapporteur suppléant, au nom de Gérard Deprez. – Monsieur le Président, Madame la Ministre, Monsieur le Commissaire, mes chers collègues, nous avons eu ce matin un excellent débat, un débat grave, car nous essayons de formater un budget pour l’Union européenne, couvrant les années 2021 à 2027. C’est un défi immense. Qui peut savoir ce que nous aurons à traiter en 2027?

Plusieurs collègues sont intervenus, se demandant s’il était convenable que des pouvoirs soient transférés à l’Union européenne. La vraie question est de savoir si, aujourd’hui, du fait des défis que nous lance la mondialisation, les États membres, seuls au plan national, ont encore le pouvoir d’assumer certaines prérogatives de souveraineté dans les domaines de la défense, de la sécurité, du numérique, des migrations, du climat.

Dans tous ces domaines, le temps n’est-il pas venu de mettre en commun des moyens européens pour retrouver une réelle efficacité, faire de l’Union européenne, une puissance mondiale, et répondre aux attentes de nos concitoyens qui nous demandent de préparer leur avenir et de les protéger?

Ce dimanche 11 novembre, nous avons célébré le centième anniversaire de l’armistice de 1918, nous nous sommes recueillis, pensant aux 17 millions de victimes, et nous sommes sortis de cette Grande Guerre dans des conditions telles que nous préparions la seconde guerre mondiale. Combien de dizaines de millions de victimes cette tragédie européenne a-t-elle fait? Eh bien! mes chers collègues, si nous voulons nous montrer dignes de la mémoire de toutes ces victimes, je pense que la bonne réponse, c’est de construire une Europe qui réponde à nos attentes, une Europe qui nous permette de reprendre en main notre destin, une Europe au service de la paix, de la liberté, de la prospérité et de la solidarité.

Je pense que notre budget, tel que nous le proposons, va dans cette direction. Reste à en convaincre le Conseil. Nous voulons aller vite, mais pas à n’importe quel prix. Ce qui prime, c’est l’excellence de ce budget.

 
Dernière mise à jour: 8 avril 2019Avis juridique - Politique de confidentialité