Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 13 novembre 2018 - Strasbourg Edition révisée

Débat avec la chancelière allemande, Angela Merkel, sur l'avenir de l'Europe (débat)
MPphoto
 

  Bernard Monot (EFDD). – Monsieur le Président, Madame la Chancelière, vos treize années de pouvoir en Allemagne ont conduit l’Union européenne à sa dislocation économique, sociale et culturelle.

Ce que l’histoire retiendra vraiment de votre action, c’est votre décision, inconsciente et unilatérale d’ouvrir l’Allemagne aux migrants, décision soutenue servilement par M. Juncker. Depuis 2015, l’Union européenne a ainsi accueilli un total de 4 millions de jeunes migrants, soi-disant au nom du droit d’asile.

Dans l’espace Schengen, en l’absence de frontières nationales, cette vague de submersion migratoire s’est disséminée dans toute l’Europe et surtout en France. Pire, bientôt suivra un exode de dizaines de millions de réfugiés dit «climatiques»! Cette folle obsession immigrationniste franco-allemande est désastreuse pour la sécurité des Européens, comme à Cologne et au Bataclan à Paris.

Cette hégémonie se retrouve aussi dans l’économie. Votre obsession de rigueur budgétaire se traduit par des excédents commerciaux extérieurs obtenus sur le dos de vos partenaires de la zone euro, en particulier la France et l’Italie. Elle produit des effets pervers: augmentation du chômage et chute du pouvoir d’achat des salariés et des retraités européens, y compris en Allemagne.

Madame Merkel, après un tel bilan, comment osez-vous, avec Emmanuel Macron, donner des leçons d’européisme et de fédéralisme aux patriotes de tous les pays?

Les Européens n’aiment pas votre politique. Aussi, si vous essayez d’être la prochaine présidente de la Commission européenne, les patriotes feront barrage!

 
Dernière mise à jour: 8 avril 2019Avis juridique - Politique de confidentialité