Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 3 avril 2019 - Bruxelles Edition révisée

Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (débat)
MPphoto
 

  Jacques Colombier (ENF). – Monsieur le Président, les pêcheurs européens en général et les pêcheurs français en particulier sont aujourd’hui confrontés à de graves difficultés. La Commission européenne, dans le contexte du prochain cadre financier pluriannuel, s’apprête à baisser de 5 % les montants versés au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche, comme – j’en suis témoin – elle souhaite le faire pour la politique agricole commune. Ce n’est pas admissible. Pêcheurs comme agriculteurs sont – si vous me passez l’expression – dans la nasse des visées mondialistes de la Commission.

Cependant, la commission de la pêche a adopté des amendements demandant la conservation du budget initial du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche, ce que nous soutenons bien évidemment.

Nous prenons également note de la demande du rapporteur en vue d’une plus grande simplification administrative. Cette simplification est absolument nécessaire, comme me le disent régulièrement les pêcheurs, qu’ils soient du bassin d’Arcachon, du Pays basque, de Perpignan, de Sète ou d’ailleurs. Nous serons également particulièrement attentifs aux possibilités d’amélioration des flottes artisanales. C’est pourquoi nous soutiendrons ce texte.

 
Dernière mise à jour: 26 juin 2019Avis juridique - Politique de confidentialité