Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 16 juillet 2019 - Strasbourg Edition révisée

Déclaration de la candidate à la présidence de la Commission (débat)
MPphoto
 

  Frédérique Ries (Renew). – Merci, Madame la Présidente. Bienvenue au Parlement européen, Madame von der Leyen.

Beaucoup de choses viennent d’être dites, déjà: migration, climat, état de droit. Je vais donc pouvoir abréger un peu. Certes, nos politiques sont nos fondations mais je dirais que ce qui est cardinal pour nous, ce matin, pour vous, ce matin, c’est de retricoter le lien et la confiance, d’abord avec nous, Parlement européen, et puis avec les Européens, tout simplement.

Vous n’êtes pas responsable, Madame von der Leyen, il faut quand même le rappeler de temps en temps, du péché originel commis par le Conseil, de ces trois jours de mercato imbuvable aux yeux de tous. Et j’applaudis, nous applaudissons vos engagements formels à faire atterrir les propositions de réforme à cet égard, lors des travaux de la future convention.

En style télégraphique, maintenant, car le temps m’est compté, je reste en manque sur trois questions essentielles.

Tout d’abord, la politique agricole commune: vous avez été remarquablement discrète sur cette question, pour user d’un euphémisme.

Notre retard technologique, le numérique, l’intelligence artificielle, la robotique et la politique industrielle: que faisons-nous, que proposez-vous pour faire enfin émerger des champions européens? Il est des fusions avortées qui font mal, encore.

Et puis, et cela n’a pas été dit jusqu’ici, c’est une double première en ce qui vous concerne: vous êtes femme mais vous êtes médecin, et je m’en réjouis. Madame von der Leyen, vous ne le savez peut-être pas, mais la santé a été le parent pauvre de la dernière Commission et les défis sont pourtant innombrables et transfrontaliers: épidémies, maladies rares, Lyme, pénurie de médicaments – on en parle dans la presse tous les jours – vaccins, anti-vaccins... Que comptez-vous faire? Allez-vous faire mieux?

Quoiqu’il en soit, vous avez notre support et notre soutien.

 
Dernière mise à jour: 12 septembre 2019Avis juridique - Politique de confidentialité