Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 18 septembre 2019 - Strasbourg Edition révisée

Lutte contre le cancer (débat d'actualité)
MPphoto
 

  Michèle Rivasi, au nom du groupe Verts/ALE. – Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire Andriukaitis, chers collègues, un Européen sur trois est atteint d'un cancer au cours de sa vie. Chaque année, environ 1,3 million de personnes décèdent d'un cancer dans l'Union européenne. Ces chiffrent sont dramatiques et ils vont augmenter. Nous sommes confrontés à une explosion des maladies chroniques et certains experts prévoient que le nombre de cas de cancers doublera en Europe d'ici 2035. C'est donc vraiment une urgence et une priorité.

C'est dire si le nouveau plan européen de lutte contre le cancer est attendu: prévention - vous en avez parlé, Monsieur le Commissaire -, diagnostic, traitement, accompagnement et soins palliatifs... On peut et on doit améliorer les choses dans chacune des étapes de la maladie, c'est évident.

Mais le cancer est aussi une maladie souvent multifactorielle, pouvant prendre de nombreux visages. Un code européen contre le cancer existe depuis 1987 et il comprend depuis 2014 douze recommandations de bon sens. On l'a dit: ne fumez pas, faites du sport, privilégiez une alimentation saine, faites attention au soleil, faites attention au radon. Malgré toutes ces recommandations, les cancers augmentent toujours. Pourquoi? Peut-être parce qu'on ne regarde pas dans la bonne direction.

Il faut vraiment oser un plan d' action multifactoriel. Un plan qui dirait stop au travail de nuit des femmes, qui augmente de 30 % le risque de faire un cancer du sein. un plan qui interdirait l'emploi des pesticides pour éviter aux agriculteurs et aux ouvriers agricoles d'être parmi ceux avec les taux les plus élevés de cancer de la prostate. Un plan de sortie, Monsieur le Commissaire, des perturbateurs endocriniens et des substances préoccupantes pour protéger la santé des consommateurs et diminuer leur exposition globale à ces résidus chimiques qui s'amoncellent dans nos organes. Un plan de sortie des pollutions de l'air que nous respirons et qui nous rend malade.

Il faut vraiment augmenter la prévention. Bien sûr, il y a l'accès pour tous aux médicaments. Bien sûr, il faut lutter contre la pénurie des médicaments qui se fait jour. Mais il faut être hyper audacieux et innovant justement pour lutter contre le cancer.

 
Dernière mise à jour: 8 novembre 2019Avis juridique - Politique de confidentialité