Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Jeudi 10 octobre 2019 - Bruxelles Edition révisée

Ingérence électorale étrangère et désinformation dans les processus démocratiques nationaux et européens (B9-0108/2019, B9-0111/2019)
MPphoto
 

  Thierry Mariani (ID). – Madame la Présidente, j’ai aussi voté contre ce texte parce qu’en réalité, comme cela a été dit par le précédent orateur, il n’y a aucune preuve; il y a des insinuations, on alimente ce climat de guerre froide. En fin de compte, tous ceux qui sont contre l’opinion dominante, contre, dirais-je, les louanges permanentes de ce que fait l’Union européenne, se retrouvent condamnés.

J’ai voté aussi contre parce qu’en réalité, on voit très clairement que tout cela est dirigé contre deux ou trois pays. Je me permets de rappeler qu’en France, certes, Russia Today émet et que, jusqu’à présent, il n’y a jamais eu de constat de fausses informations.

Pour finir, la seule fausse information que nous avons eue massivement en France, ces dernières années, je m’en souviens, c’était sur la Syrie. C’était une fausse information véhiculée par l’État, par les médias d’État: on nous a baladé partout un faux maire d’Alep pour nous expliquer qu’Alep était dans telle ou telle situation, pour se rendre compte, quelques mois plus tard, que tout cela avait été totalement inventé.

En matière de fake news, je pense que nous n’avons pas beaucoup de leçons à donner.

 
Dernière mise à jour: 28 janvier 2020Avis juridique - Politique de confidentialité