Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 25 novembre 2019 - Strasbourg Edition révisée

Adhésion de l'Union européenne à la convention d'Istanbul et autres mesures de lutte contre la violence à caractère sexiste (débat)
MPphoto
 

  Annika Bruna (ID). – Monsieur le Président, les violences faites aux femmes sont un fléau qui tue et contre lequel nous devons tous lutter. Cet objectif doit être une priorité.

Cependant, cette juste cause est dévoyée pour imposer une convention d’Istanbul qui traite, certes, des violences faites aux femmes, mais entend également imposer une idéologie nuisible. En effet, cette convention entend mettre la théorie du genre dans les programmes d’études à tous les niveaux d’enseignement, imposant ainsi des thèses fumeuses sans lien avec le droit des femmes. Elle implique également la prise en charge de la violence de genre à l’échelle internationale, en d’autres termes, donner l’asile aux centaines de millions de femmes victimes de ces violences dans le monde. Cela n’apporte malheureusement aucune solution réelle dans les pays d’origine, et c’est un point sur lequel nous devrions nous pencher.

Enfin, vous souhaitez imposer à tous les Européens l’adhésion de l’Union européenne à cette convention alors que sept États membres refusent de la ratifier. Les peuples d’Europe entendent lutter contre les violences faites aux femmes, mais ils refusent d’entériner les dérives.

 
Dernière mise à jour: 3 mars 2020Avis juridique - Politique de confidentialité