Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 26 novembre 2019 - Strasbourg Edition révisée

Mesures destinées à remédier aux conséquences pour l'agriculture européenne de la décision de l'OMC concernant Airbus (débat)
MPphoto
 

  Anne Sander (PPE). – Madame la Présidente, Madame la Commissaire, chers collègues, une fois de plus, l’agriculture est la victime collatérale d’un conflit qui la dépasse. La décision américaine d’imposer près de 25 % de droits de douane sur des produits agricoles européens emblématiques est éminemment politique et frappe de plein fouet un secteur qui a déjà dû faire face aux sanctions russes depuis 2015 et qui doit aussi se préparer à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Aussi devons-nous œuvrer à la rapide désescalade des sanctions et des tensions commerciales, et la Commission européenne doit être prête à mobiliser tous les outils à sa disposition afin d’aider nos secteurs à diversifier leurs débouchés ou à renforcer leur présence sur le marché américain. À ce titre, je voudrais saluer les annonces du commissaire Hogan en faveur, notamment, de la mise en place d’actions transversales de promotion, de l’augmentation des taux de cofinancement et de l’assouplissement des règles de promotion dans les programmes nationaux viticoles. Ces propositions répondent à notre mobilisation. Néanmoins, Madame la Commissaire, nous devons rester vigilants, et si ces sanctions devaient mener à une déstabilisation plus profonde des secteurs touchés, nous devrions être prêts à user des outils de l’OCM uniques, c’est à dire au stockage privé ou à l’octroi de mesures de compensation.

Enfin, cet épisode nous montre bien que dans un monde de plus en plus instable, nous devons maintenir un budget agricole fort et continuer la réforme de nos outils de prévention et de gestion des marchés.

 
Dernière mise à jour: 4 mars 2020Avis juridique - Politique de confidentialité