Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 17 décembre 2019 - Strasbourg Edition révisée

L'état de droit à Malte, après les récentes révélations sur l'assassinat de Daphné Caruana Galizia (débat)
MPphoto
 

  Fabienne Keller (Renew). – Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire Didier Reynders, Madame la Commissaire Vera Jourova, l’assassinat de la journaliste d’investigation et blogueuse maltaise, Daphne Caruana Galizia, le 16 octobre 2017 à La Valette, tout près de son domicile, a choqué toute l’Europe. Les citoyens maltais se sont levés pour protester contre cet acte odieux. Certains collègues maltais nous le rappellent, ils défilent encore aujourd’hui par milliers pour demander justice.

Deux ans après, avec le soutien d’Europol, l’enquête a mené à des révélations, le mois dernier, sur l’implication des plus hautes sphères de l’État maltais, et en particulier du premier ministre, Joseph Muscat, dans l’assassinat de Daphne Caruana Galizia. Elle enquêtait, rappelons-le, sur des affaires de corruption d’ampleur à Malte.

Malte est un pays de l’Union européenne à part entière et ces infractions menacent l’intégrité de tout notre espace, comme l’ont rappelé mes collègues, Sophie in’t Veld et Anna Donáth à l’instant. Alors j’aurais pour vous deux questions.

Voici la première: le Parlement suit de près l’avancée de cette enquête sur la journaliste Daphne Caruana Galizia sur la situation de l’État de droit. Nous ne pouvons pas en dire autant du Conseil, le siège vide du Conseil, ce matin, en témoigne. Allez-vous demander au Conseil d’engager un tel débat?

La deuxième question est la suivante: la commission de Venise, du Conseil de l’Europe voisin, a déjà formulé des recommandations pour engager des réformes institutionnelles en profondeur à Malte, assurer la liberté de la presse, l’indépendance de la justice et la lutte contre la corruption. Quel soutien entendez-vous apporter au Conseil de l’Europe, à la commission de Venise, pour avancer avec Malte et adopter ces réformes?

 
Dernière mise à jour: 20 février 2020Avis juridique - Politique de confidentialité