Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 18 décembre 2019 - Strasbourg Edition révisée

Compatibilité entre l'accord de libre-échange actuel UE-Mercosur et la proposition de la Commission pour un nouveau pacte vert pour l'Europe (débat d'actualité)
MPphoto
 

  Geoffroy Didier (PPE). – Madame la Présidente, il existe des incohérences politiques que les peuples européens ont bien raison de ne plus vouloir supporter. Notre accord avec nos partenaires de l’Argentine, du Brésil, de l’Uruguay et du Paraguay en est malheureusement une démonstration éclatante.

À un moment où l’Europe promet d’innover avec une barrière écologique, empêchant les importations venues de pays qui ne respectent pas nos normes environnementales, comment imaginer que certains, dans l’opacité la plus totale et en notre nom, puissent autoriser des pays d’Amérique du Sud à inonder le marché européen de produits alimentaires contenant des substances interdites à nos propres éleveurs?

À cette absurdité écologique s’ajouterait un plan social de grande ampleur dont le Parlement européen doit refuser de se faire le complice. En tant qu’élus du peuple, comment voulez-vous que nous disions aux éleveurs de bovins, déjà plongés dans la crise, qu’ils devraient en plus subir chaque année l’arrivée de près de 100 000 tonnes de viande sud-américaine trafiquée aux antibiotiques? Qui peut croire que nous irions autoriser l’arrivée massive de produits médiocres dans des supermarchés, présentant des risques réels pour la santé publique et de nos enfants, et ce, au mépris d’exploitations familiales qui se battent chaque jour pour survivre et garantir la sécurité alimentaire?

Face à de funestes accords de couloirs, nous devons répondre par la fermeté, par l’esprit de responsabilité et par le bon sens. Je vous le dis, nous devons arrêter d’être les naïfs de la mondialisation. Mon message est clair, il est plus que temps pour nous, peuples européens, de retrouver la maîtrise de notre destin.

 
Dernière mise à jour: 4 mars 2020Avis juridique - Politique de confidentialité