Indiċi 
 Preċedenti 
 Li jmiss 
 Test sħiħ 
Proċedura : 2019/2945(RSP)
Ċiklu ta' ħajja waqt sessjoni
Ċikli relatati mad-dokumenti :

Testi mressqa :

RC-B9-0246/2019

Dibattiti :

PV 18/12/2019 - 19
CRE 18/12/2019 - 19

Votazzjonijiet :

PV 19/12/2019 - 6.5
Spjegazzjoni tal-votazzjoni

Testi adottati :

P9_TA(2019)0110

Dibattiti
Il-Ħamis, 19 ta' Diċembru 2019 - Strasburgu Edizzjoni riveduta

7.2. Is-sitwazzjoni tal-Ujguri fiċ-Ċina (China-cables) (RC-B9-0246/2019, B9-0246/2019, B9-0247/2019, B9-0248/2019, B9-0249/2019, B9-0250/2019)
Vidjow tat-taħditiet
 

Oral explanations of vote

 
  
MPphoto
 

  Dominique Bilde (ID).(début de l’intervention hors micro) ...des Ouïgours appelle la même mesure que celle des Rohingyas en Birmanie. En effet, le soutien naturel aux droits de l’homme ne saurait occulter l’infiltration avérée de l’islam radical au sein de cette minorité musulmane de Chine, ni la question de l’intégrité territoriale de cette dernière face à un islamo-nationalisme militant. Cela n’enlève rien à l’intransigeance qui doit être la nôtre face aux violations des libertés fondamentales, notamment de la liberté de conscience. Mais force est de constater que les lacunes de la Chine en la matière ne datent pas d’hier. Que dire, par exemple, des restrictions croissantes à l’exercice du culte chrétien, depuis 2017, dans l’indifférence de la communauté internationale? Selon certaines sources, les églises chrétiennes non officielles seraient confrontées à des fermetures administratives, tandis que les autres subissent une avalanche de vexations, comme la censure des homélies. Ne feignons donc pas de découvrir l’autoritarisme qui a toujours été la marque de fabrique du régime chinois, et face auquel une attitude de fermeté doit, de notre côté, enfin prévaloir.

 
Aġġornata l-aħħar: 17 ta' Frar 2021Avviż legali - Politika tal-privatezza